Février 12th 2016

PermaLink Vendredi 12:54 am, par morlino, 486 mots, VIEWED 55 TIMES   French (FR)
Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS LA REVUE DE STRESS

This post title is "Remaniement ministétriel: la soupe est bonne"

Les gens qui nous gouvernent ne sont pas incarnés. Il s’agit d’occupant d’une fonction rien de plus. C’est une vaste comédie. On vient d’apprendre qu’un tel a été nommé ministre des affaires étrangères parce qu’il “parlait allemand” (sic). Son prédécesseur a hérité d’un autre poste de prestige. Chez ces gens-là, on se recasse illico presto. Le partant a loué l’efficacité de son ministère. Tout ça est déplacé par rapport aux nombreuses victimes d’attentats, mais ne demandons pas de décence là où elle n’existe pas.

Comme à chaque fois, le remaniement ministériel est un gadget. Un os à ronger lancé à la presse qui nous raconte en long en large la biographie triée des nouveaux membres su gouvernement qui connaissent leur quart d’heure de gloire à la Warhol. Y est virée. X arrive. On entend les bouchons de champagnes sautés. Tant de courbettes enfin récompensées.
Le monarque au sommet de la pyramide remercie ses serviteurs.
Le peuple lui regarde tout ça comme une basse-cour de courtisans qui se haussent le col tout heureux d’avoir enfin la récompense de leurs ronds de jambe.
S’il y a des vrais serviteurs de l’Etat, ils ne sont sans doute pas détenteurs d’un portefeuille ministériel qui porte bien son nom.
Les grands serviteurs sont invisibles.
Ils ne sont pas en première ligne en train de quémander un poste comme un bébé réclame son hochet.
Les ministres n’impressionnent plus personne parce qu’ils sont souvent totalement incultes, voire stupides.
Trop de politiciens, de tous les partis sans aucune exception, ont sali la fonction.
Attentez-vous à voir débarquer dans les médias tous les récents casés dans les ministères.
Ils vont user jusqu’à la corde le pouvoir momentané dont ils vont jouir.
Je suis un républicain, viscéralement démocrate, mais je n’apprécie que très peu les politiciens de la nouvelle génération. Ils ne gouvernent que par le biais de la communication. Depuis la mort de François Mitterrand, tous les présidents ont été inaudibles.
VGE qui fait semblant de savoir jouer au football et qui se prend pour Yvette Horner, grotesque !
Chirac qui mange des pommes et qui parle d’odeur chez le voisin, grotesque !
Sarkozy qui dit “casse-toi pauv’ con!", grotesque !
Hollande qui se laisse dézinguer publiquement par une maîtresse, grotesque !
Mitterrand avait la décence de nous épargner ce qu’il ne voulait pas que l’on sache de sa vie privée, dans une période pré-internet il est vrai.
Pompidou avait de la classe même quand il jouait au flipper.
Tout le monde n’est pas Obama. Il suffit de voir où tomba B. Clinton, ridiculisé par une shampouineuse confectionneuse de pipes qui ne viennent pas de Bruyère.
On doit servir son pays et ne pas s’en servir.

Permalink BEFORE3 retoursAFTER
PermaLink Vendredi 12:55 am, par morlino, 438 mots, VIEWED 32 TIMES   French (FR)
Catégories: FORZA ITALIA ! SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR

This post title is "Juventus-Napoli, le sommet du Calcio"

Samedi 13 février 2016, 20 h 45
Juventus Turin-Naples
L’actualité serait le remaniement…(Voir post suivant) Vaste plaisanterie: comme d’habitude, il ne s’agit que des chaises musicales, un changement de personnel. Ils s’auto promotionnent tandis que le peuple crève la dalle ou se fait tirer dessus. Les ministres ne sont rien que des gens qui s’empiffrent sous les ors de la République. Ne vous faites aucune illusion, il n’y aucun Lincoln aucun Mendès France là-dedans. Rien que des carrières qui se servent du pays comme d’un escabeau pour attraper la confiture. A chacun son tour. L’alternance a été inventée pour ça.
L’actualité ce n’est pas non plus le retour sur le terrain d’un intermittent du spectacle bien connu.
Les politiciens passent leur vie à mentir. Leur existence fait pitié.
Comme vous le savez, on ne voit les vrais caractères de nos leaders que lors des guerres et parfois c’est trompeur: Pétain héros en 1914-1918 est devenu un zéro en 1939-1945. Je précise que faire la guerre depuis le bunker de l’Elysée cela tient du Club Med’.
Et si on parlait du Scudetto pour changer.
Le sommet du championnat italien oppose la Juve au Napoli. Là il y en a qui veulent en découdre, dont Pogba, côté Turin.
Les Turinois sont deuxième (54 points) à deux points des Napolitains leaders inattendus.
Le parcours des deux équipes est sensiblement le même. Naples marque plus et la Juve défend mieux.
Gonzalo Higuain, le puissant buteur de Naples a inscrit, à lui tout seul, 24 des 53 buts de son équipe. L’Argentin est le meilleur buteur du championnat, loin devant Dybala, le meilleur finisseur turinois avec 13 buts. On se rappelle que Domenech avait essayé de le faire jouer en Bleu. Tentative échouée comme le reste.
Le Real Madrid a préféré conservé Benzema que Higuain. Les deux attaquants ont des qualités différentes. Benzema joue souvent en point d’ancrage quand buteur de métier.
Higuain, lui, est un chasseur de but. Avec C. Ronaldo il y en avait un de trop.
Depuis l’ère Maradona, Naples n’avait pas été aussi à la fête. Un Argentin en a remplacé un autre.
Si le PSG domine en France comme le Bayern Munich en Allemagne, Naples est une surprise comme l’est encore plus Leicester en Angleterre. En Espagne, l’Atlerico Madrid est venu s’intercaler entre Barcelone et le Real Madrid.
Ne rater pas ce duel c’est beaucoup mieux qu’un remaniement de gens qui héritent d’un poste en guise de remerciement pour leur reptation devant ceux qui sont épisodiquement au pouvoir.

Permalink BEFORERéagirAFTER

Février 10th 2016

PermaLink Mercredi 10:50 am, par morlino, 880 mots, VIEWED 62 TIMES   French (FR)
Catégories: GRAND MONSIEUR LE GYM E BASTA

This post title is "Un entretien fleuve de Ben Arfa, "out" plusieurs semaines, relance le magazine Onze"

Il faut l’écrire comment, en chinois ? Hatem Ben Arfa est à Nice que C. Ronaldo, Messi et Ibrahilovic sont au Real Madrid, à Barcelone et à Paris. Un Ben Arfa nous manque et tout est dépeuplé. A Nice, on n’avait plus l’habitude d’avoir un Yeso Amalfi dans l’effectif. Nice va être privé de son étoile. Un terrible avant-goût de 2016-2017 ? C’est comme si on retirait le soleil au-dessus de la Baie des Anges. Lucide sur son football, le gaucher magique de l’OGCNice est totalement conscient de ses forces et de ses faiblesses. Il reconnaît ne pas posséder le jeu de tête de Cristiano Ronaldo. Qu’il se rassure, son pied droit ne lui sert pas qu’à monter dans l’autobus.

Bonne nouvelle pour les médias français: Ben Arfa fait vendre !
Depuis le départ à la retraite de Zidane, aucun Bleu ne fait bien tourner les rotatives.
Henry et Ribéry n’ont jamais été populaires. Ne parlons pas de Benzema: il faudrait que le Madrilène marque trois penaltys de la tête (!) en finale de la Coupe du Monde au SDF pour qu’il soit une icône française.
Les sponsors vont devoir regarder de près Ben Arfa qui a tout pour séduire: le talent et le physique. Et la sympathie et aussi l’humilité. Vous me direz que j’en fais des tonnes sur lui. Ca contrebalance les critiques injustifiées dont on le recouvre. Imaginez un peu s’il avait refusé de sortir d’un match, à l’invitation de Claude Puel, comme l’a fait David Luiz, refusant de quitter la pelouse marseillaise (1-2) comme l’invitait Laurent Blanc. Le coach du PSG est allé jusqu’à reconnaître que le Brésilien avait bien fait de lui désobéir parce qu’il joua fort bien les 10 dernières minutes… Oui, si Ben Arfa avait ça, on aurait vu se genre de titres: “Ben Arfa humilie en public son entraîneur", “Le geste violent d’un insupportable indiscipliné” ou encore “Deschamps peut-il prendre le fauteur de trouble ?” Là c’est silence radio, rien de rien. C’est dire que Ben Arfa n’est pas traité comme les autres joueurs. Il est ostracisé comme autrefois Eric Cantona. La presse française est toujours prête à salir un Français mais surtout pas un étranger, de peur d’être accusée de xénophobie.
Revenons à l’entretien dans Onze. Le joueur démontre qu’il est très concentré sur le football et c’est une grande nouvelle.
Il est bon d’entendre:
-"Depuis que je suis tout petit, la France m’a tout apporté. C’est le pays qui a accueilli mes parents, ma famille. C’est une fierté d’être international français. Porter le maillot bleu, c’est une émotion forte".
Cela nous change de celui qui disait: “Je suis Kanak avant d’être Français".
Et aussi:
-"Ce que j’aime chez Fekir, c’est qu’il a une grande intelligence de jeu. Il arrive à percuter, à dribbler, il a cette faculté à éliminer facilement une adversaire…”
J’y vois un aussi un autoportrait. Ben Arfa est trop humble pour parler de lui de cette façon.
Souvent il s’en remet à la force divine: “C’est Dieu qui veut ça".
Oui, aide-toi et le ciel t’aidera.
Dans l’entretien, Ben Arfa rend un vibrant hommage au manager niçois Claude Puel dont on ne célèbre pas assez le talent. L’entraîneur fait un grand travail à Nice. Que ferait Mourinho avec l’effectif niçois ? Et Blanc ? Claude Puel est un entraîneur performant et discret, exactement comme le joueur qu’il fut. A son poste de récupérateur/relayeur, il avait la dimension internationale mais la FFF ne l’a jamais convoqué chez les Bleus. Grande injustice vu son rendement sur le terrain.
Ben Arfa a réussi l’exploit de remettre Nice en course pour la C1.
Ben Arf a réussi l’exploit de refaire vendre Onze qui l’a mis en une pour son 300e numéro. Je croyais le journal aux oubliettes mais l’ancien mensuel n’édite plus que 4 numéros annuels plus deux hors série.
Ben Arfa a tendu la main à Onze. Cela apprendra à la concurrence à le respecter davantage.
Blessé à Monaco, Ben Arfa va se requinquer pour les prochaines joutes.
On va voir si Nice peut se passer de Ben Arfa dépendance.
C’est à souhaiter: les Aiglons vont devoir assurer pour suppléer leur leader technique qui n’a jamais rechigné, dans les moments-clefs, à porter l’équipe sur ses épaules depuis le début de saison.
Ce n’est pas parce qu’il n’est pas là que Nice doit rentrer dans le rang.
Des partenaires doivent jouer comme lui avec concentration et sens de la feinte pour déstabiliser les lignes adversaires.
Le plus beau des cadeaux à lui faire c’est de voir Nice battre Marseille et d’ensuite de bien faire pour ne pas qu’il réintègre une équipe dans le ventre mou alors qu’il l’a laissée sur les hauteurs de la L1.
Ben Arfa sert aussi de bouclier à la jeunesse, prenant les critiques toutes à son compte.
Les Aiglons vont devoir supporter la pression sans leur patron à la manœuvre.
L’ombre de Ben Arfa va planer sur Nice-Marseille. Son club d’hier contre celui d’aujourd’hui.

-Onze Mondial, numéro 300. Ben Arfa, la meilleure interview de sa carrière. 147 p., 4,90 €. Numéro collector.

Permalink BEFORE4 retoursAFTER

Février 9th 2016

PermaLink Mardi 9:11 pm, par morlino, 599 mots, VIEWED 70 TIMES   French (FR)
Catégories: LE GYM E BASTA GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !

This post title is "Hatem Ben Arfa ou l'art du dribble à la Garrincha et à la Rivelino"

Ne venez pas pleurer quand Hatem Ben Arfa quittera la L1 en fin de saison, ce qui peut arriver car comme le virtuose s’est très bien relancé en France beaucoup de clubs lui font les yeux doux. Inutile de citer de nom, on connaît la liste des grands clubs.
Au lieu de le critiquer comme le font d’aucuns de manière totalement inattendue et donc injustifiée, il convient plutôt de célébrer son football:

-intelligence de jeu
-art du dribble dans un monde de simples coureurs à pied
-sait se démarquer et donc jouer sans ballon, la signature des grands car cela ne s’apprend pas, c’est question de feeling
-grande technique qui lui fait bien choisir l’endroit de la surface de son pied pour faire des passes
-sens du timing
-hyper élégant
-efficace coordination de gestes
-c’est feinter en pleine course
-bonne frappe en mouvement
-peut jouer en déviations
-ses passes arrivent à destination
-donne plusieurs passes décisives par match hélas! pas toutes transformées en but par ses partenaires maladroits
-évite les coups
-très correct, jamais méchant
-va au contact qu’il ne refuse jamais
-ne se cache pas pendant les matchs
-a le culot des attaquants incisifs
-grand pouvoir d’accélération
-humble dans la victoire
-ne dit jamais un mot contre ses partenaires
-bon des deux pieds

Samedi 6 février 2016 lors de Monaco-Nice (1-0, Ben Arfa a “humilié Andrea Raggi” disent les gazettes. Non, il a chambré l’adversaire dans le plus pur esprit du football. Comme jadis le faisaient Garrincha, Dominique Rustichelli (le regretté Aiglon jouait parfois avec son corps derrière la ligne de touche pour embêter les défenseurs adverses), Bernard Blanchet, Charly Loubet, Magnusson, Waddle, Ronaldinho et Giggs. CR7 le fait encore. Hélas! l’Histoire du football n’est pas enseignée. Ben Arfa est l’un des derniers véritables ailiers, cet “enfant perdu” disait Montherlant. Quel plaisir de voir Ben Arfa parler avec un adversaire. On ne voit plus de tels moments en plein match si fréquents jadis. C’est mieux que de se donner un coup de poing. Ce fut la légèreté face à la pesanteur.

Ce que les incompétents appellent de la provocation n’est simplement que la partie la plus ludique du football, l’art d’effacer l’adversaire d’un coup de hanche ou de rein. Quand Garrincha et Rivelino faisaient la même chose, la presse française les célébrait. Lorsque Messi fait tomber Boateng le monde entier rigole mais quand Ben Arfa fait des dribbles on dit qu’il en fait trop !
Hatem Ben Arfa a un immense talent, c’est indiscutable.
Je ne lui vois d’un défaut: à force d’être trop humble, il est la cible de critiques idiotes. Laurent Blanc vient de dire qu’il a des réserves sur “l’homme et le garçon". Que signifie ce langage abscons ?
Laurent Blanc ne s’amuse pas à critiquer “Ibra” quand le Suédois reprend de volée Lucas qui a oublié de le servir !
La presse française institutionnelle n’ose pas faire à un étranger ce qu’elle fait subir à un Français.
Les joueurs qui ont trop de talent énervent: regardez ce que doit endurer C. Ronaldo.
Messi, lui, a la chance que personne ne veut s’identifier à lui. On voit Messi comme un brave type, le frère rêvée. CR7, lui, est le concurrent. L’invité d’un mariage qui part avec la mariée !
Quand en plus du talent, on a le reste, le commun des mortels crèvent de jalousie.

Permalink BEFORE3 retoursAFTER

Février 8th 2016

PermaLink Lundi 8:21 pm, par morlino, 529 mots, VIEWED 67 TIMES   French (FR)
Catégories: HENDRIXEMENT LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

This post title is "Le récit rock d'Un autre monde de Michka Assayas (Rivages)"

D’habitude dans ce genre de récit autobiographique, les éditeurs écrivent sur la couverture “Roman". Cette fois, il n’y a rien, et c’est déjà beaucoup. Bien sûr, l’auteur doit parfois prendre des libertés avec le réel mais c’est très bien car sinon il ne serait pas un écrivain.
Un autre monde a le poids du vécu, ça sonne juste et vrai.
Un père éprouve les pires difficultés à établir le contact avec son fils.
Rien d’anormal, la génération du baby boom a eu des pères qui avaient le silence pour langue maternelle.
Le hic vient du fait que leurs rejetons, eux- 1968 étant passé par là- veulent à tous prix casser la glace avec leur progéniture. Ce n’est jamais facile.
Le fiston des années 2000, lui, en rébellion à son tour, va jusqu’à taxer le code de la carte bleu de son père- j’en passe et des pires- mais le lien n’est jamais rompu puisque le père est un super père.
Critique musical - parfois à Libération- lisible mais sans se la péter comme Bayon- dont les fanfreluches de la branchitude font toujours écran au fond- Michka Assayas trouve conseil auprès du chanteur Bono qui lui propose de “faire quelque chose avec son fils” au lieu d’essayer de lui parler. Bono- cela aurait pu être le boulanger du coin- est dans le rôle de Freud, avec un zeste de Françoise Dolto et un soupçon de Bruno Bettelheim. Michka Assayas a trouvé le bon tempo pour cette grande histoire d’amour- d’umour à la Jacques Rigaut- entre un fils et son père.
On ne s’ennuie jamais avec toutes les réminiscences musicales des années 60-70-80 qui remontent à la surface. Un CD joint aurait été un plus pour l’ouvrage, par les temps qui courent.
Le lien entre les deux héros du livre a pour nom la musique: le père et le fils montent un orchestre.
Si l’on m’avait dit qu’en 2016 nos enfants nous traiteraient de vieux cons quand on parle de Jimi Hendrix comme nos parents parlaient d’Armand Mestral !
Ce livre plein d’émotion, plein de musique, plein de caresses, plein de tristesse, plein de joie, plein d’angoisse, est un joyau perdu dans la masse des parutions.
Un autre monde a sans doute été terminé- je parle du manuscrit- avant le massacre sanguinaire du Bataclan.
Raison de plus pour le lire. C’est notre réponse à ceux qui fument du shit avant de manger MacDo tout en crachant sur les Etats-Unis. Dommage que les armes existent sinon ils ne seraient rien.
Ceux qui nous tirent dessus, alors que nous sommes désarmés, nous traitent de cochons parce que nous aimons la musique. Les assassins de Sharon Tate avaient aussi écrit pig (cochon) quand ils commirent leurs crimes.
On devrait parler plus d’Easy Rider et moins de religions.
Oui, nous écoutions Dylan, Hendrix, Bovie et Lou Reed.
Oui, nous étions heureux.
Il n’y a pas de raison que nos enfants ne le soient pas.
A eux de trouver leur bande-son.

-Un autre monde, Michka Assayas. Rivages, 202 p., 18 €

Permalink BEFOREONLY ONE FEEDBACKAFTER

<<>> OLDER STUFF>>

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

| Suivante >

Février 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29            

Rechercher

Qui est en ligne?

  • Visiteurs: 18

powered by b2evolution free blog software