15.07.19

Permalink 10:14:25, Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON  

GP de Grande-Bretagne 2019 : King Lewis Hamilton bat encore Leclerc

Dimanche 14 juillet 2019
Grand Prix de F1 de Grande Bretagne

Podium de la course
1er Lewis Hamilton, Mercedes
2e V. Bottas, Mercedes
3e C. Leclerc, Ferrari

Classement du meilleur pilote
1er Hamilton, 223 pts
2e Bottas, 184
3e Verstappen, 136

King Hamilton a encore gagné ! Son 7e GP en dix disputés.
Les plumitifs et autres aboyeurs qui n’ont de cesse de lui préférer Charles Leclerc, le natif de Monaco, cette favela pour milliardaires, doivent se faire une raison: Hamilton n’a pas abdiqué, il est là et encore pour longtemps.
Les médias ne cessent pas de dire qu’il est mal aimé en Angleterre.
C’est vrai mais une explication s’impose.
En France, si on n’a pas C+, impossible de voir la F1.
En Angleterre, c’est pareil: la F1 n’est plus sur la BBC généraliste donc il faut s’abonner sur le privé.
Les Anglais ne voient plus courir leur champion.
Ils ne sont plus informés que par les réseaux sociaux. Alors, ils se disent: “Hamilton ? Pouah! Il passe son temps dans les défilés de mode…”
Ils confondent Hamilton avec Neymar !
Tant pis eux ! Hamilton est un vrai champion comme Federer, Djokovic, Nadal, Messi et Ronaldo. Ils gagnent ou perdent mais ils assurent. Rien à voir avec les vedettes préfabriquées, comme Neymar ou le boxeur Yoka qui ne font vibrer que les portes du stade que se referment sur eux.

Permalink 08:52:31, Catégories: BALLES NEUVES, GRAND MONSIEUR  

Wimbledon 2019: Djokovic gagne devant Federer qui ne fut pas un perdant

Dimanche 15 juillet 2019
Finale de Wimbledon
Novak Djokovic - Roger Federer
(7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12)

Il y a autant de différence entre le match Federer-Djokovic et le combat de boxe Dimitrenko-Yoka qu’entre une rose éclatante et une fleur en plastoc. Le combat de boxe du 13 juillet 2019 fut la négation du sport. Le vrai combat de boxe ce fut Djokovic contre Federer alors que sur le ring ce fut du catch de très mauvaise qualité, encore un match de pacotille dont on connait la fin avant le début.
A Wimbledon, on a vu du vrai sport: Djokovic fut à l’image de sa mère qui pendant tout le monde a conservé le poing fermé à hauteur du visage pour montrer à son fils qu’il ne fallait rien lâcher. Cette rage maternelle crevait l’écran. Djokovic fut à belle école. Quand on a une mère de cette trempe, on file droit et on est un combattant né. Les Djokovic savent d’où ils viennent.
En face, Federer n’a rien du parvenu, ou du bien-né. C’est un compétiteur de la plus grande espèce. Un géant du sport avec Pelé et M. Ali. Trois phares éternels.
Federer et Djokovic ont été exemplaires, hormis une saute d’humeur du Serbe qui se manifesta contre la chaise de l’arbitre.
Le match a trouvé son issue dans le 1er tie-break décisif de l’Histoire en simple au cours du dernier set de la finale de Wimbledon.
Djokovic a conservé son titre de 2018 devant Federer vainqueur en 2017.
Djokovic a gagné son 5e Wimbledon devant Federer qui en a gagné 8. A eux d’eux, ils pèsent 13 Wimbledon.
Ce match a été héroïque, et donc historique comme le célébrissime Borg-McEnroe du XXe siècle.
Ce fut comme un match de football avec plusieurs prolongations en forme de tie-break. Les trois tie-break du match furent gagnés par Djokovic. C’est dire la rarissime conjonction entre forme, mental, précision et tout le reste à l’unisson.
Federer a eu des sursauts d’orgueil comme lors du 2e set, une vraie promenade de santé.
Federer a cédé à la fin mais il a eu deux balles de matchs ! Il n’a pas pu en concrétiser une seule.
On a assisté à un magnifique bras de fer.
Djokovic a eu parfois le bras qui tremblait tandis que Federer a donné des points car il a voulu abrégé des échanges par peur de les perdre inéluctablement.
Les deux champions ont eu tour à tour des passages en leur faveur et d’autres moins bien, selon l’intensité de l’un ou l’autre.
Ce fut du tennis de très haute volée. Un mach inoubliable, d’anthologie.
Deux êtres humains de haut calibre.
Federer et Djokovic ne jouent pas pour l’argent, à l’inverse de Neymar qui ne pense qu’à ça, guidé par son père victime de l’appât du gain. Neymar père vit à travers son fils.
Les pères (Federer et Djokovic) ont une autre mentalité: ils n’interviennent pas et surtout ne traitent pas leur fils comme une vache à lait.
Djokovic arrive à s’immiscer dans le trou de souris laissé par Nadal et Federer.
Au total, il y a trois monstres sacrés dans le tennis au même moment.
A la fin du match, Djokovic n’a pas sauté en l’air. Aucun triomphalisme. L’élève n’a pas battu le maître car il s’agit de deux maîtres.
Avec une belle dose d’humour, Djokovic s’est agenouillé pour manger de l’herbe, comme il aime le faire (genre le pt Borelli du PSG qui embrassait le gazon du Parc des Princes). Quel showman !
Oui, du grand art.
Merci messieurs, et honte aux tennismen français qui à part compter leur argent dans les coffres en Suisse ne sont bons à rien.

13.07.19

Permalink 10:34:57, Catégories: LA REVUE DE STRESS  

20 h Foot, CNews/ 12 juillet 2019: les fans de l'Algérie, Griezmann, Neymar...

Il s’agit de la dernière émission de la saison.
Julien Pasquet présentera l’émission pour la saison 2019-2020, dès le vendredi 30 août 2019.
Mon blog continue tout l’été, of course.

Les dernières provocations: Neymar considère que la victoire du Barça contre le PSG est son plus grand souvenir. Et avec son père, il met en avant une photo où tous les deux portent l’écusson du Barça. 100 000 euros par jour pour tout ça. Le plus grand paradoxe ? Neymar fait gagner de l’argent au PSG sans jamais jouer. Comme un écrivain ferait fortune sans jamais publier un livre.

11.07.19

Permalink 15:59:17, Catégories: ANTI-FOOTBALL  

Neymar, Ballon d'or des réseaux sociaux (suite)

Le feuilleton se poursuit. Tous les médias annoncent le départ du footballeur-pipole, plus tendance Rami que version Socrates. Ni lui ni son père ne démentent. Neymar abîme le football quand Garrincha le servait.

Alors que la reprise de l’entraînement du PSG a eu lieu, Neymar lui s’amuse avec ses copains.
Dans du sable, il n’y a pas pire pour les chevilles !
On sait que les siennes sont enflées, tellement enflées qu’elles ne peuvent plus passer par les portes du Parc des Princes.
Le Brésil a gagné la Copa América sans lui. C’est dire combien il est important.
Neymar peut dire merci à Pelé et Garrincha, Socrates et Zico, Romario et Ronaldo.
S’il amasse les euros c’est grâce aux anciens qui ont servi le football, eux.
Lui se sert du football depuis 10 ans, étant la vache à lait de son père.
Quitter le PSG pour Barcelone, cela se comprend, mais pas l’inverse.
Neymar est dans la position d’un écrivain qu’on met au sommet alors qu’il ne publie rien.
Il serait en retard pour œuvrer dans sa fondation. Parce qu’en plus d’être un Kardashian du sport, il est aussi l’abbé Pierre !
Le grotesque s’ajoute au grotesque.
Pour lui, la L1 cela revient à faire du beach soccer.
Quel club peut lui donner 100 000 euros par jour ?
Aucun et c’est pour ça qu’il est au PSG.
En 5 ans, son séjour à … Bougival - où il n’est quasiment jaùmais- doit lui rapporter 180 M€.
Neymar n’entre pas dans les 100 plus grands joueurs de tous les temps.
C’est une péripétie dans l’Histoire.

10.07.19

Permalink 08:37:10, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Les 50 ans du Festival de Woodstock (1969-2019)

Il y a 50 ans. Hier. Nous étions jeunes. Le tout c’est de le rester. Vivre vite et mourir jeune, c’est un slogan idiot. Vivre vieux et rester jeune, voila le bon axiome. On ne revient jamais. On n’a droit qu’à un tour de piste. C’est mieux que rien.

Vendredi 15 août 1969
Richie Havens
Swami Satchidananda (courte invocation au début)
Sweetwater
Bert Sommer
Tim Hardin
Ravi Shankar
Melanie
Arlo Guthrie
Joan Baez

Samedi 16 août 1969
Quill
Country Joe McDonald
John Sebastian
Keef Hartley Band
Santana
The Incredible String Band
Canned Heat
Grateful Dead
Creedence Clearwater Revival
Janis Joplin
Jefferson Airplane
Sly and the Family Stone
The Who

Dimanche 17 août 1969
Joe Cocker & The Grease Band
Country Joe & The Fish
Mountain
Ten Years After
The Band
Johnny Winter
Blood, Sweat and Tears
Crosby, Stills, Nash and Young

Lundi 18 août 1969
Paul Butterfield Blues Band
Sha Na Na
Jimi Hendrix

:: Page suivante >>

Juillet 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Rechercher

powered by b2evolution free blog software