Sélection d'un blog: [Blog All] [Morlino]
Sélection d'un habillage: [skinners_guide] [nifty_corners] [originalb2] [miami_blue] [l33t_gray] [wpc_default] [basic] [wheelz_blue] [custom] [natural_pink]

Titre du Blog All

Signature pour Blog All


Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

21.09.18

00:10:59 Permalink Le lumineux Ben Arfa fait gagner Rennes !   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, 311 mots

Jeudi 20 septembre 2018
Europa League
Rennes 2-1 Jablonec
Buts pour Rennes: Ismaïla Sarr (31e), Hatem Ben Arfa (90e pen).

Un an et demi après sa scandaleuse mise à l’écart par le PSG, Hatem Ben Arfa est revenu sur la pelouse en cours de jeu. Juste le temps de marquer le penalty décisif. Il ne fallait pas avoir le pied qui tremble. Lui c’est les filets qu’il a fait trembler !
Dix-sept mois après un doublé face à Avranches, en quart de finale de la Coupe, Ben Arfa a eu le cran de tirer le penalty.
Seul les grands joueurs sont capables de tirer de manière relâchée. Il a fait une Ben Arfa, un frappe comme au ralenti. Une Ben Arfa comme l’on dit une Panenka.
Ben Arfa est un joueur lumineux. Vers la fin, le jeu était terne. Il a décidé d’aller rechercher la balle et d’amorcer un contre. Sa première passe a déclenché alors un mouvement évident. Une courbe soudain évidente, écrite d’avance. Les Rennais acteurs. Les adversaires spectateurs.
Paris a fait une erreur historique.
C’est Ben Arfa qu’il fallait mettre en confiance et non pas Neymar.
Ben Arfa-Mbappé, eux, auraient formé un duo d’enfants de la banlieue au cœur de la capitale.
Ben Arfa n’a pas fini de nous enchanter.
Dès qu’il aurait repris ses marques dans l’espace, attention les yeux !
Une faculté à s’adapter fantastique.
Il s’est fondu dans le collectif rennais comme il l’avait fait à Nice.
Paris, au contraire, l’a traité comme un pestiféré. Il a d2montré une force intérieure phénoménale pour contrer ce qui ont essayé de le massacrer professionnellement, en vain.
Il a répondu par le terrain.

PS: 13 Foot, CNews. Samedi 22 septembre 2018. Présenté par Julien Pasquet:
https://www.cnews.fr/emission/2018-09-22/13h-foot-du-22092018-794989

RéagirPermalienPermalien

20.09.18

15:56:24 Permalink Le virtuose Fekir a fait plier Man City   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, 230 mots

Les meilleurs moments du match, par la télé anglaise

Mercredi 19 septembre 2018
Match de poules. Champions League 2019
Manchester City 1-2 Lyon
But pour les Citizens: Bernado Silva (67e)
Buts pour Lyon: Cornet (26e), Fekir (43e)

Par une passe décisive et un sublime but en contre attaque, Nabil Fekir a démontré au staff médical de Liverpool qu’il était capable de jouer dans un match à haute intensité, ce dont les médecins des Reds doutaient au point de ne pas le faire signer au mercato estival 2018.
Lyon a très bien débuté le match, n’ayant pas peur et essayant de prendre à la gorge les Citizens qui ont manqué de respect vis-à-vis des Gones. Guardiola, suspendu et présent dans les tribunes, n’a pas insisté sur le talent des Lyonnais qu’il a déconsidéré.
Lyon a parfaitement mené sa barque, mieux que Paris à Liverpool.
La victoire lyonnaise est logique.
Ils sont où ceux qui ont dénigré Genesio ?
Le président Aulas doit mieux protéger son entraîneur.
Il faut que Lyon évite de prendre la grosse tête. En C1, une désillusion est vite arrivée, même à domicile.
Félicitons Florian Maurice, l’ancien buteur de l’OL qui s’occupe du recrutement.

PS: 20 h Foot, Cnews. Jeudi 20 septembre 2018. Présenté par Pascal Praud et Julien Pasquet:
https://youtu.be/CGe5Obcj2Bo

RéagirPermalienPermalien

19.09.18

00:03:36 Permalink Paris perd 3-2 au pays des Beatles   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, 267 mots

Mardi 18 septembre 2018
1er tour Champions League 2019
Liverpool 3-2 PSG
Buts pour Liverpool: Daniel Sturridge (30e),James Milner (36e pen.), Roberto Firmino (90e + 1)
Buts pour Paris SG: Thomas Meunier (40e), Kylian Mbappé (83e)

On a vu le poids de l’Histoire.
Liverpool pèse lourd, très lourd. Club mythique.
Paris ne date que des années 1970.
L’Histoire ne s’achète pas.
Mbappé a failli être le héros en égalisant mais il est devenu zéro juste après en perdant le ballon qui a provoqué la victoire des Reds. Le football est d’une cruauté sans nom, même si l’on sait qu’il peut-être vicieux comme il n’est pas permis.
Les thuriféraires d’Emery se réjouissent de la défaite. Pour une poignée de secondes, Tuchel a manqué l’exploit: revenir à 2-2 après un cinglant 2-0.
Draxler est passé tout près de faire gagner le PSG 2-3.
Il a manqué à Paris, un grand milieu de terrain: un Kanté.
Paris ne sait pas jouer sans ballon.
Paris avait un taulier (Matuidi), et le club l’a laissé partir en Italie.
Il faut un grand récupérateur au PSG.
Le club n’a pas d’impact-players. C’est là sa faiblesse.
Les Parisiens se font marcher dessus trop facilement en C1.
Neymar n’a pas été transcendantal. Il est blessé dans son orgueil après sa désillusion en Coupe du Monde. Il est à la recherche de son second souffle.
Paris n’a pas de tauliers comparable à Milner, chez les Reds.
Le PSG va recevoir deux fois. Il lui faut prendre les 6 points au Parc des Princes.

RéagirPermalienPermalien

18.09.18

10:51:12 Permalink Les paroles de l'hymne des Reds lors de Liverpool-PSG   French (FR)

Catégories: HENDRIXEMENT, 434 mots

L’hymne mythique est aussi celui du: Celtic Glasgow, Bruges (Belgique), FC Sankt Pauli (Hambourg en Allemagne) et même du Red Star (France)

Mardi 18 septembre 2018, 21 h
1ere journée des qualifications de la C1 2019
Liverpool-PSG

Quelle affiche ! Quelle ouverture de C1 !
Paris va devoir entrer sur le terrain d’Anfield comme si les Parisiens étaient dans la peau des joueurs de Man City. Aucun parisien ne devra avoir la sensation d’être un joueur de Guingamp qui débarque au Parc des Princes, sinon la râclée sera au rendez-vous.
Le célèbre des fans de Liverpool provient d’une comédie musicale américaine de la fin de la Seconde Guerre mondiale. De fait, l’hymne des Reds a été écrit par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein en 1945
En 1963, le groupe de rock britannique Gerry and the Peacemakers, originaire de Liverpool, signe une reprise de la chanson qui se place en haut du hit-parade tant prisé par les jeunes de l’époque. Comme depuis le débuts 1960, avant chaque match, à Anfield Road, le speaker diffusait les titres des meilleures ventes de disques, You’ll Never Walk Alone est adopté par les supporters des Reds avec l’accord du mythique entrâineur Bill Shankly.
La chanson a depuis été adoptée par les supporters d’autres clubs comme le Celtic Glasgow (Ecosse), le Club Bruges (Belgique), FC Sankt Pauli (Hambourg en Allemagne) et même en France au Red Star.

Paroles et traduction:

When you walk through a storm
Quand tu traverses une tempête
Hold your head up high
Garde la tête haute
And don’t be afraid of the dark
Et n’aies pas peur du noir
At the end of a storm there is a golden sky
Au bout de la tempête il y a un ciel doré
And the sweet silver song of a lark
Le doux chant argenté d’une alouette
Walk on through the wind
Marche à travers le vent
Walk on through the rain
Marche à travers la pluie
Though your dreams be tossed and blown
Même si tes rêves sont ballotés et emportés par le vent
Walk on, walk on with hope in your heart
Marche, continue de marcher avec l’espoir dans ton coeur
End you’ll never walk alone
Et tu ne marcheras jamais seul
You’ll never, ever walk alone
Tu ne marcheras plus jamais seul
Walk on, walk on with hope in your heart
Marche, continue de marcher avec l’espoir dans ton coeur
End you’ll never walk alone
Et tu ne marcheras plus seul
You’ll never, ever walk alone
Tu ne marcheras plus jamais seul

RéagirPermalienPermalien

17.09.18

23:34:33 Permalink Livres : bons d’entrée (Cresciucci, Piègay, Sitruk, Masino, Jonquères, Winock, Berlière, Barthe, De Smedt et Dosse) et bons de sortie ! (Angot, V. Schneider, JF Kahn, Conche, Vircondelet, Hess, Laqueur, Loupien, Seksik et Louvrier)   French (FR)

Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT, 690 mots

Amy Winehouse avait tout. La drogue lui a tout pris.

Les bons d’entrée :

Roger Nimier. Masculin, singulier, pluriel. Alain Cresciucci. Pierre Guillaume de Roux, 302 p., 25 €. Toujours bien de passer du temps avec le James Dean des Lettres. De la braise éternelle.

Une femme invisible. Nathalie Piègay. Editions du Rocher, 347 p., 19,90 €. Enfin un livre sur l’enfance d’Aragon basée sur le mensonge. Cela en dit long sur le futur communiste.

La vie brève de Jan Palach. Anthony Sitruk, Le dilletante, 192 p., 16,50 €. L’étudiant praguois s’est suicidé pour sauver la démocratie. Le contraire du désespéré.

La Massaia. Naissance et mort de la fée du foyer. Paola Masino. Traduit de l’italien par Marilène Raiola. La Martinière, 21 €, 350 p. Pamphlet féministe sous la forme d’un roman au vitriol avec une héroïne qui vit dans une malle. Du Pessoa au figuré !

Voix de fées, chants et contrechamps. François Jonquères. La Thébaïde, 18 €, 161 p. Des traits de plumes par un lecteur de Céline et de Blondin. Cela sert de passeport pas # !

Le monde selon Victor Hugo. Michel Winock, Taillandier, 320 p., 20, 90 €. Lors de l’enterrement de celui qui habitait… avenue Victor Hugo, les filles de tristesse n’ont pas fait payer leurs clients aux bourses pleines.

Police des temps morts. Jean-Luc Berlière. Perrin, 1360 p., 35 €. Berlière ? Rien à voir avec Berl qui en savait tant sur cette époque.

Que va-t-on faire de Knut Hamsun ? Christine Barthe, Robert Laffont, 190 p., 16 €. Le norvégien dit que le destin d’Hitler fut de régner dans une époque brutale mais l’écrivain oublie de dire que c’est le tyran lui-même qui organisait la barbarie.

Eloge du Silence. Marc De Smedt, 264 p., 8,50 €. Si ce que l’on veut dire est moins bien que le silence, mieux vaut se taire. Précepte soufi. Cela suffit à lire cet essai de haut parage.

La saga des intellectuels français 1944-1989. François Dosse, Gallimard. Tome 1, 623 p., 29 €. Tome 2, 703 p., 29 €. Le recensement de toutes les inepties des agités du bocal qui se sont pris au sérieux, à part Camus, guidé par l’honnêteté.

Les bons de sortie

:

Un tournant de la vie. Christine Angot, Flammarion, 182 p., 18 €. Un imbroglio sentimental qui fait passer Nous Deux pour du Dostoïevski.

Tu t’appelais Maria Schneider. Vanessa Schneider, Grasset, 256 p., 19 €. Le livre people a été traité sur 5 pages dans un magazine par un auteur maison. SAV quand tu nous tiens.

M la maudite. La lettre qui permet de tout dire. Jean-François Kahn. Taillandier, 670 p. 24,50 €. Le jeune retraité de 80 ans s’amuse avec la lettre haime… Mazette !

Conversations avec Vauvenargues, Chamfort, La Bruyère et quelques autres. Marcel Conche, Les Belles Lettres/ Encre Marine, 128 p., 17,50 €. Ici on décortique les aphorismes alors que leurs auteurs se sont efforcés d’éclaircir au maximum.

Saint Exupéry dans la guerre. Alain Vircondelet. Editions du Rocher, 240 p., 18,50 €. On y apprend qu’il ne pas faut mettre de tiret entre Saint et Exupéry. Il était temps.

Ces psychopathes qui nous gouvernent. Jean-Luc Hess. Plon, 322 p., 19,90 €. La voix radiophonique passe à l’écrit avec un sujet marronnier.

Le travail des morts. Thomas Laqueur. Traduit de l’américain par Hélène Borraz. Gallimard, 920 p., 35 €. «Le corps mort importe car les vivants ont bien plus besoin des morts que l’inverse» écrit l’auteur. C’est oublier que sans les vivants personne ne parlerait des morts.

La France Underground. Serge Loupien, Rivages, 410 p., 23 €. Pour les anciens lecteurs du Libé historique - celui des années 1970-1980- qui depuis lisent Le Figaro.

Un fils obéissant. Laurent Seksik, Flammarion, 250 p., 19 €. Dans les premières pages, le désespoir nous saute à la gorge mais ensuite nous tombons dans la mélancolie sophistiquée, soit le désespoir qui n’a pas les moyens, selon le mot foudroyant de Léo Ferré.

Amy Winehouse. No limits. Pascal Louvrier. L’Archipel, 240 p., 18 €. La sublime chanteuse s’est brûlée les ailes au contact de la mort comme un papillon sur les flammes de la bougie.

RéagirPermalienPermalien

:: Page suivante >> :: Archives

[S'identifier...]


powered by b2evolution free blog software