Sélection d'un blog: [Blog All] [Morlino]
Sélection d'un habillage: [skinners_guide] [nifty_corners] [originalb2] [miami_blue] [l33t_gray] [wpc_default] [basic] [wheelz_blue] [custom] [natural_pink]

Titre du Blog All

Signature pour Blog All


Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

27.09.20

22:44:43 Permalink J. Alaphilippe: 9e français champion du monde de cyclisme sur route   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT, 439 mots

Championnat du monde de cyclisme sur route
1er Julian Alaphilippe (France)

Dans les yeux de Julian Alaphilippe on voit que c’est un vrai vivant.
Sur le vélo comme dans la vie.
Les Français l’ont vraiment découvert en 2019 sur Tour de France mais c’était déjà un crack avant.
A la fin du Tour de l’an dernier, on l’a vu aller embrasser un homme sur un fauteuil roulant. Son père. Mort cet été, il n’a pas pu voir son fils en maillot arc-en-ciel. Le plus beau maillot du monde. Même la publicité n’arrive pas à salir l’étoffe des héros.
Julian Alaphilippe n’est pas une invention médiatique. C’est un vrai champion. Il a beaucoup de détermination. Il sait se mettre chiffon, aller au bout de lui.
En France, il y en an peu dans ce premier quart du XXIe siècle. Très peu.
Hélas! le vélo est un sport qui n’a plus les faveurs des médias, hors Tour de France, grande kermesse commerciale.
Il faut se souvenir que le Tour de France a été inventé par la presse pour vendre des journaux.
Aujourd’hui, il est diffusé sur le service public. Un miracle. Tout simplement parce qu’il brasse moins d’argent que le football.
Ce soir, 27 septembre 2020, le JT de 20 H sur TF1 n’a même pas mentionné la victoire de Julian Alaphilippe alors que c’est seulement la 9e fois qu’un Français devient champion du monde.
Alaphilippe est devenu historique avec ce titre.
Il faut féliciter les jeunes qui décident de faire du vélo: je parle du cyclisme pas des bobos citadins qui découvrent le vélo avec le covid. D’aucuns ont même des vélos électriques ! Autant prendre une mobylette.
Le cyclisme est le sport qui demande le plus de sacrifice.
Pour gagner, il faut une bon physique, bien l’entretenir, et bien sûr un mental hors du commun.
Ce soir Alaphilippe est champion du monde mais comme il est intelligent, il sait qu’il a gagné une course - et rien qu’une course, aussi merveilleuse soit-elle- ce qui ne veut pas dire qu’il est le meilleur coureur du monde.
Cependant, ce dimanche, il a été le meilleur du monde puisqu’il a gagné.
On dit bravo et on est heureux qu’il soit heureux car il sait partager avec le public. Il ne garde pas tout pour lui.

Les Français champions du monde sur route
Georges Speicher : 1933
Antonin Magne: 1936
Louison Bobet: 1954
André Darrigade: 1959
Jean Stablinski: 1962
Bernard Hinault: 1980
Luc Leblanc: 1994
Laurent Brochard: 1997
Juliann Alaphilippe: 2020

[Post dédié à Théophile Berge]

RéagirPermalinkPermalien

25.09.20

11:41:28 Permalink Tony Yoka- Johann Duhaupas. Vrai combat de boxe ou Canada dry ?   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, CERDANEMENT, 459 mots

Vendredi 25 septembre 2020, 22 h 15 (Canal +)
Boxe poids lourds
Tony Yoka- Johann Duhaupas

Avant-match
La boxe ? Il n’y a rien au-delà, à part le duel armé.
La boxe est très appréciée par de nombreux écrivains, à commencer par Arthur Cravan, poète et boxeur, jusqu’à Norman Mailer.
Quand les mots ne portent plus, les poings peuvent prendre le relais.
Jean Prévost a défié sur le ring Hemingway qui se fractura un doigt.
Cela nous change des dérisoires joutes verbales des auteurs à la mode. Quand ces derniers parlent trop bien cela veut dire que leur style a mauvaise haleine. Un écrivain doit écrire et ensuite se taire. Dans l’idéal, il faut laisser le livre voler de ses propres ailes. Nabokov disait qu’un livre lancé en l’air lui faisait penser à une poule ! Parler de son livre à la télé vire à la folie: c’est de l’onanisme en public. Imagine-t-on Germain Nouveau à Touche pas à mon poste ? Il n’aurait même pas fait Lectures pour tous et Apostrophes.
Attention, il y a boxe et boxe.
La boxe c’est Carpentier, Cerdan, Robinson, J. Louis, tous ceux du monde en noir et blanc de jadis jusqu’à Ali et Tyson, première mouture.
Aujourd’hui, la boxe est K.O. Trop de fédérations. Pas de champions.
En France, Tony Yoka est hyper médiatisé depuis sa médaille d’or aux JO 2016.
Il a mis en une la boxe people mais depuis qu’il est passé professionnel, il n’a pas encore battu un cador.
Raphaël Tronché, dans sa catégorie, espérait le rencontrer pour s’expliquer ailleurs que dans la presse mais le clan Yoka n’a pas donné suite à la proposition.
En revanche, l’entourage a dit oui à Johann Duhaupas.
Que va-t-il se passer ?
Nouveau combat en bois contre un boxeur de 39 ans ?
Le plus âgé va-t-il avoir les arguments pour battre à la loyale Yoka qui dit vouloir avancer pas à pas avant d’attaquer les gros bras de sa catégorie ?
D’un côté on va voir un boxeur bien de son temps - look travaillé avec les tatouages qu’il faut- contre une résurgence des années 1950.
C’est Lino Ventura contre Omar Sy !

Après match
Ce fut une nouvelle fois de la boxe Canada dry !
Le faux combat n’a duré qu’une poignée de secondes.
Dire que des gens ont payé pour voir ça.
A la fin de cette boxe pour réseaux sociaux, Raphaël Tronché est monté sur le ring pour défier Yoka. Ce fut le seul moment intense de la soirée.
Verra-t-on un jour Yoka-Tronché ? Vraie boxe en vue, ou encore boxe pour Bobos ?
Le match de ce soir est la pire publicité pour la boxe. Yoka a gagné mais la boxe a beaucoup perdu.

RéagirPermalinkPermalien

24.09.20

22:46:32 Permalink Romans et récits de Joseph Kessel dans La Pléiade   French (FR)

Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, 455 mots

Titré “En avant le Moujik !”, à propos des romans et récits de Joseph Kessel enfin dans la Pléiade, voici le début de mon hommage à Joseph Kessel dans Service Littéraire, N° 140, septembre 2020. Ce mensuel totalement indépendant, sans groupe tentaculaire derrière, existe grâce à François Cérésa. Il faut s’y abonner si vous le pouvez et surtout le voulez car c’est le dernier des Mohicans. 30 € par an. A votre bon coeur messieurs, dames ! Si vous aimez les humeurs, vous serez servis.

A l’inverse des vedettes du Paf qui se mettent en scène dans des reportages qui virent aux clips promotionnels, Joseph Kessel (1898-1979) était un véritable reporter, avec son regard au service des lecteurs. Pour lui, les mots n’avaient rien à envier aux images. Bien avant Alexandre Astruc, qui inventa l’expression «caméra-stylo» (1948), Joseph Kessel, lui, fait usage d’une plume-caméra, à la manière d’Albert Londres et d’Arthur London. Davantage peintre que photographe. Il dit ce qu’il a vu avec sa sensibilité. Il rapporte des scènes, des paysages et des destins. Reproche-t-on à Cézanne d’avoir manqué d’originalité parce qu’il a peint des pommes ? A force d’entendre les greffiers des lettres vanter des textes abscons, les lecteurs raffolent d’âneries. Il a suffi de lire les confessions nombrilistes des têtes de gondoles 2020 au début du confinement C 19 pour mesurer le niveau de ceux qui se disputent la palme de la déficience littéraire. Le degré zéro n’est plus qu’un souvenir !
Des universitaires de la glosecratie se sont permis de clamer partout que Kessel était au mieux un écrivant parce qu’il avait été trop présent dans la presse. Les mêmes qui reprochent au romancier de s’inspirer de ses reportages encensent Emile Zola qui enquêta sur les mineurs avant d’écrire Germinal (1885). Journaliste n’est pas une maladie honteuse quand on sait que dans leur jeunesse Louis Aragon et André Breton étaient grassement payés pour fournir en manuscrits le couturier et collectionneur Jacques Doucet. Paul Morand a dit que les écrivains n’avaient que deux façons de survivre: «la presse ou le macrotage»…

-Romans et récits, (tome 1) 1892 p., 68 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 73 € ; (tome 2), 1794 p., 67 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 72 €. Joseph Kessel. Sous la direction de Serge Linkès, La Pléiade, Gallimard.
-Album de la Pléiade n°59 : Kessel, par Gilles Heuré, 256 p., 217 illustrations. Offert pour l’achat de trois volumes de la collection.
-Hollywood, ville mirage, Joseph Kessel. Les éditions du Sonneur, 122 p., 15, 50 €

Site du journal: https://www.servicelitteraire.fr/
Abonnement: https://www.servicelitteraire.fr/produit/abonnement-1-an-11-numeros/

RéagirPermalinkPermalien

23.09.20

09:32:16 Permalink Un cadeau idéal: Propos mêlés sur le rugby (Mille Sources)   French (FR)

Catégories: LITS ET RATURES, BLONDINEMENT A XV, 646 mots

La sagesse, la compétence et la justesse de Lucien Mias. Sa fraîcheur d’âme fait du bien à entendre à l’époque du C-19 et de l’hypermédiatisation de Neymar, produit publicitaire du Qatar. Au Japon, Lucien Mias serait un trésor national. En France, c’est un vieux monsieur oublié. Pas sur mon blog: ici c’est un géant de l’Humanité. Fier d’être son contemporain.

A l’heure où le rugby traverse une mauvaise passe avec ses plus hauts dirigeants soupçonnés de favoritisme et autres conflits d’intérêts, il est indispensable de revenir aux fameuses vraies valeurs du rugby : celles de l’amour du jeu dans une rivalité salutaire. Propos mêlés sur le rugby fait figure d’OVNI dans l’édition. Il contient le doux parfum de l’amateurisme, de la maquette à la présentation. Une sorte d’album Panini qui ressemble aux anciens albums Nestlé des bébés qui arrivent au monde. C’est une collection de textes sur le rugby par des passionnés tous azimuts : joueurs, écrivains et même un entraîneur de football (Claude Puel) féru d’ovalie.
Ce très bel ouvrage vaut 45 € mais ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres. 45 € pour se retrouver en bonne compagnie, cela vaut le coup. Ici, la star c’est Lucien Mias et non le barbu héros de YouTube. Dans ces pages, pas de Kournikova du rugby. Né le 28 septembre 1928, «Docteur Pack» va fêter ses 90 ans. Joyeux anniversaire, Monsieur ! Vous ne connaissez pas Lucien Mias, immense capitaine du XV de France ? Cela veut dire que vous êtes victimes de médias qui préfèrent dresser des couronnes à des marionnettes médiatiques plutôt que de rappeler le parcours exemplaire des vrais rugbymen. Vainqueur de deux Tournois des Cinq Nations (1954 et 1959), le champion fut un deuxième ligne inoubliable. Médecin de premier ordre, il considère les patients comme des êtres humains et non comme des numéros de Sécurité Sociale.
Dans cet album nulle trace du rugby des affairistes, rien sur le rugby des gens qui s’en servent au lieu de le servir. L’âme du jeu est dans chaque page. Les imposteurs y sont exclus ! D’eux-mêmes tant leur manque d’authenticité saute aux yeux.
Propos mêlés sur le rugby est le réceptacle des vrais héros, à l’image de Jo Maso. Pas besoin d’avoir cent sélections dans le XV de France pour marquer son sport. Le souvenir du virtuose Jo Maso courant sur le terrain est plus vivace que les dérisoires percées des joueurs professionnels actuels. Parce qu’ils gagnent beaucoup d’argent, ces derniers croient être meilleurs que leurs devanciers. C’est dire le niveau de leur intelligence.
C’était mieux avant ? Oui, c’était mieux avant. Si la médecine du cancer a fait des progrès, le rugby lui a reculé dans le domaine purement sportif. On ne voit plus que des armoires à glace. La force - ou plutôt la fausse puissance- a remplacé l’art de l’évitement. Certains joueurs de rugby ont cru bon de se déshabiller pour que l’on parle d’eux. Imaginez-vous Walter Spanghero et Pierre Albaladejo en faire autant ? Eux c’est sur le terrain qu’ils se dépouillaient !
Non seulement, il faut lire Propos mêlés sur le rugby, mais il faut l’offrir aux jeunes rugbymen et aussi à ceux qui détestent le rugby parce qu’ils ne le connaissent pas. Demande-t-on d’écrire un sonnet à qui n’a pas appris à lire ?

-Propos mêlés sur le rugby, ouvrage collectif. Sous la direction de Gilbert & Yannick Beaubatie et Anne Deplace. Editions Mille Sources, 495 p., 45 €. Pour l’achat du livre contacter : annedeplace@gmail.com

RéagirPermalinkPermalien

21.09.20

19:00:45 Permalink Michael Lonsdale (1931-2020)   French (FR)

Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE, LA MOUETTE DE TCHEKHOV, 212 mots

Il était de la race des Jean Bouise.
Des seconds rôles meilleurs que nombre de premiers rôles.
Je pense aux mots de Jean Gabin: “Tu joues avec Bernard Blier? Attention, dans tes scènes avec lui, on ne verra plus que lui".
Une présence qui crève l’écran.
Une voix qui chante.
Un colosse si fragile.
Depuis les années 1950, il n’a jamais arrêté de travailler. Dans tous les styles. Grande ouverture d’esprit.
Un prêtre de la vie.
Il y a plusieurs décennies, j’ai assisté à la vente des souvenirs de Michel Simon.
Nous étions peu nombreux dans la salle.
Au premier rang, il y avait Michael Lonsdale. Imposant par son physique silencieux. Je le voyais de dos mais je savais que c’était lui.
Il levait souvent la main pour acheter des photos.
A la fin, je suis allé le voir pour lui dire: “Cela fait plaisir de savoir que tout ça est chez vous à présent”.
Il m’a dit: “Vous aimez Michel Simon, je vois… Attendez, je vais vous donner quelques photos qui sont en double…”
Et il m’a tendu cinq cartes postales sépia du jeune Michel Simon, époque Vieux-Colombier.
Voilà qui illustre sa générosité. Sa transmission.

RéagirPermalinkPermalien

:: Page suivante >> :: Archives

[S'identifier...]


powered by b2evolution free blog software