Yvonne & Charles, dans l’intimité du général. Jocelyn Sauvard, (Grasset) & De Gaulle, 1969, Arnaud Teyssier. (Perrin )

18.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, ANQUETILLEMENT

Guy Debord nous a bien expliqué que la politique était aussi un spectacle. D’accord, mais alors De Gaulle est un premier rôle quand les autres ne sont que des doublures lumière.

Quand le général est mort, foudroyé par une attaque, alors qu’il faisait sa traditionnelle «réussite» aux cartes, à Colombey-les-Deux-Eglises, le 9 novembre 1970, Madame Yvonne de Gaulle a pris la décision de brûler toutes les affaires intimes du général, de ses vêtements en passant par ses ustensiles de rasage jusqu’au lit taillé sur mesure, à sa grande taille. Elle a fait un autodafé avec leur correspondance amoureuse. Elle n’a gardé que les manuscrits des livres publiés. Les stylos à plume ? Offerts aux petits-enfants. Sinon, tout le reste, tout ce qui fut témoin du quotidien d’un des plus grands couples du XXe siècle- quand on songe aux associations médiatiques Aragon-Triolet et Sartre-Beauvoir quelle double déception tant elles masquèrent l’imposture !- oui, tout ce qui témoignait de leur quotidien a été brûlé, détruit, jusqu’aux tasses de leur petit-déjeuner. Catharsis ? Non, action délibérée pour éviter la salle aux enchères. Même l’alliance du général a été liquidée on ne sait où.
On sait que les de Gaulle avait fait poser un double compteur à l’Elysée afin de distinguer l’usage pour la nation et l’usage privé. Lumineux ! Le moule il est cassé : depuis Pompidou, la classe politique s’est dégradée et à tout dégradé. Sous VGE, un très bon président qui a fait de grandes réformes, la gauche a tout a fait pour le dézinguer car elle n’avait jamais été au pouvoir et qu’elle en rêvait. Les bijoux de Bokassa, une poignée de pierres dérisoires ne pèsent rien face à tous les scandales qui ont suivi jusqu’à François Hollande, le passager casqué d’un scooter qui le conduit auprès de sa maitresse. (Image décodée = misère sexuelle) Vous me direz avec raison que F. Mitterrand a fait plus fort avec un double foyer. Tout cela tranche avec la vie des De Gaulle. Durant toute son enfance, leur fils, Philippe, n’avait jamais vu le lit conjugal de ses parents. Macron, lui, paie les pots cassés depuis 1981. Niveau familial, Macron c’est l’Affaire Russier tolérée. Heureusement.
Le livre de Jocelyne Sauvard, Yvonne & Charles, dans l’intimité du général, nous remet dans le contexte d’une époque de reconstruction : de l’après-guerre à la fin des années 1960. De Gaulle c’était une éthique avec bien sûr, un sens aigu de la stratégie politique. De Gaulle n’avait pas d’attaché(e) de presse ! Ou alors ils s’appelaient André Malraux et Romain Gary. Il a lancé l’Appel 1940 pour sauver la France, même ses détracteurs sont obligés d’admettre qu’il a agi à Londres pour redonner son honneur au peuple français en souffrance, hormis les collabos. Il n’a pas écrit ce discours pour accéder à l’Elysée, même si cela ensuite fut son meilleur des atouts. Ceux qui ignorent la vie familiale des de Gaulle apprendront que le couple présidentiel avait une fille handicapée. Quand elle est morte, le général a dit : «Maintenant elle est comme les autres ». De Gaulle était le plus intelligent et le plus sensible des présidents de la Ve République. Il y a lui, et les autres. Il avait aussi un humour au-dessus du lot. Au rayon culture, songeons à André Malraux et à tous ses successeurs qui ne jouent pas dans la même division. 1968 était nécessaire mais pas besoin de le chasser. Il a eu en plus l’élégance de faire un référendum qui s’est transformé en sanction défavorable. La classe jusqu’au bout.
Arnaud Teyssier dans De Gaulle, 1969, passe au peigne fin, le retrait du général lorsqu’il a perdu le référendum sur la régionalisation qui en fait était un oui ou non sur sa personne. Ce fut non. C’est ainsi que les Français ont été reconnaissant avec celui qui s’est dressé contre le duo Pétain-Hitler plus un bon paquet de raclures made in France, et du plus bel acabit. Après moi le déluge, pensait-il, non sans raison. Lui, gouvernait le pays, quasiment seul, comme un super commerçant tient son magasin, faisant l’étalage, le réassort, la vente, l’après-vente, la comptabilité. Il n’avait pas cinquante conseillers pour lui dire de faire ceci et de ne pas faire ça. En 1969, il savait qu’il avait fait son temps et que la France avait besoin de changements, de réformes, mais sans tomber dans le chaos, la fameuse chienlit. Passer de De Gaulle à Macron, c’est une secousse tellurique mais il y a eu pire (Sarkozy et Hollande). Les seuls qui ont su être à la hauteur du rôle sont : Pompidou, VGE, Mitterrand et Chirac par intermittence. Sarkozy et Hollande, jamais. Le pire est à venir : les clans des extrémistes, de droite ou de gauche.

-Yvonne & Charles, dans l’intimité du général. Jocelyn Sauvard, Grasset, 393 p., 22 €

-De Gaulle, 1969, Arnaud Teyssier. Perrin, 304 p., 22 €

A lire aussi : Ma République-Apocryphe de Charles de Gaulle, Yves de Gaulle, l’Observatoire, 480 p., 21 €. Le petit-fils donne sa vision de son grand-père qui fut aussi celui de tous les Français, ceux qui pensaient la Patrie reconnaissante envers vous.

Mémoires d’un enfant du cinéma, Marc Esposito (Robert Laffont)

17.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Voilà un livre qui tranche avec les autres sur le même sujet qui sont souvent de la brosse à reluire, mielleux, bref illisibles, et en plus écrit par un autre que le signataire. Marc Esposito dresse le bilan sur sa vie de journaliste, du pigiste à Onze au fondateur de Première puis son passage à Studio, deux fleurons de la presse cinéma. Ensuite, il est passé derrière la caméra, avec sa suite Le cœur des hommes, sa série des Gendarmes. Son livre est si agréable à lire qu’on a bien fait de ne pas y mettre un cahier photos avec Marc et Dewaere, Marc et Romy, Marc et Delon, soit la galerie autant people qu’insipide. Marc Esposito remonte le fleuve de sa vie, surtout les années 1970-1980 avec son cortège de junkeries. Il n’y va pas de main morte : quand des gens lui font mauvaise impression, il leur met leur paquet : «prétentieux, menteur, méchant, misogyne». Un vrai jeu de massacre, ça donne du peps à son style, du nerf à la prose. Le portrait de Jean-Pierre Mocky vaut le détour. Quand il aime, il le dit aussi : voir sa passion pour Catherine Deneuve. Il en parle parfaitement. Il y a du Truffaut dans l’air, question amour du cinéma. Quand il met le pied à l’étrier du journalisme, il commence dans un journal sur les bateaux. Bonne occasion d’y créer une page cinéma. Cela s’appelle être intelligent.
C’est Bertrand Blier qui lui fait aimer Gérard Depardieu alors que c’est Deneuve qui lui fait aimer Luis Bunuel. Belle explication. Esposito est un cinéphile de haut parage : il voit derrière les images, derrière les apparences. Il a pesé dans le cinéma puisque Première vendait 450 000 exemplaires par mois. Son livre n’a rien de people, pas de détail croustillant. Nous sommes dans le livre d’un passionné qui raconte sa vision du cinéma qu’il a vu de prés, les gens de cinéma s’entend. Esposito est un travailleur sans relâche, pas du genre pique-assiette aux…premières ! Engouffrez-vous dans le livre de Marc Esposito vous passerez du bon temps. Il sait tenir en haleine le lecteur qu’il évite d’ennuyer dans de longs tunnels sans intérêt. Il y a de la lumière, comme le soleil d’Alger, sa ville natale. Il illumine les salles obscures avec son regard perçant. La couverture présente un feu d’artifices mais à l’intérieur, il n’y a rien d’artificiel.

Mémoires d’un enfant du cinéma, Marc Esposito. Robert Laffont, 530 p., 22

Quoi de neuf ? Marcel Proust (Péchenard, de Fallois, Klossowski...)

16.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

L’émission culte de Roger Stéphane avec Mauriac, Morand, Berl, Soupault, Mme Albaret…

Réédition d’un ouvrage que tous les lecteurs pointus de Proust doivent lire. Christian Péchenard (1930-1996) a écrit tout ce qui nous éclaire sur Proust à Cabourg, Proust et son père & Proust et Céleste. Très importante trilogie qui nous permet d’évoluer dans l’univers d’un phare français comme Apollinaire et Céline, n’en déplaise aux anti-Alain Delon (il s’agit de la même milice cul-tue-elle qui croit que nous sommes des chiens qui pissent là où d’autres sont déjà passés). L’auteur aurait pu s’attarder un peu plus sur l’amitié Proust-Emmanuel Berl car le jeune lecteur n’est pas reparti bredouille des visites auprès de l’auteur de La Recherche du temps perdu. Les deux amis n’arrêtaient pas de chamailler sur l’amour. Chacun sa vision. Dans le livre, pas une seule allusion à ces rencontres. C’est un manque. Rien non plus sur Proust et Philippe Soupault. Juste une citation sur leurs rencontres. Soupault était très jeune et cela est d’autant plus intéressant parce qu’il n’avait une vision stéréotypé de son interlocuteur. Tout cela n’est pas grave pour l’Histoire littéraire car Berl et Soupault ont tout raconté de leur côté respectif. Je me suis attaché à ces deux entrées à peine survolées car je suis attentif à la postérité de mes deux amis qui ont illuminé ma jeunesse. Devenir proche de Michel Drucker et Jacques Martin aurait pu m’ouvrir des portes mais j’ai préféré celle de l’esprit lourdes à soulever quand on est né dans un bar-tabac (le plus beau des berceaux, en fait). Berl et Soupault m’ont déclaré écrivain, ce qui me dispense de toutes les abjectes contorsions. Le livre de Péchenard est une mine d’or pour qui veut en savoir plus sur Marcel Proust, le mémorialiste par excellence. Disons du Voici écrit par Sainte-Beuve Procurez-vous cet ouvrage et glissez-le ensuite entre les volumes de la Recherche. Péchenard est un mode d’emploi, tout comme les livres de l’ami Bernard de Fallois. Depuis qu’il est mort, l’éditeur n’arrête plus de publier ! Cela lui ressemble. Il a sans doute laisser des consignes. De son vivant, le jeune de Fallois a édité deux livres posthumes de Proust: Contre Sainte-Beuve et les trois Jean Santeuil. C’est lui qui les a mis en ordre. Il savait qu’il resterait dans l’Histoire avec ce travail colossal. Moi, j’ai bouclé la boucle, quand j’ai rencontré Bernard de Fallois qui a publié Essais un recueil des articles de Berl que j’avais récoltés à la BN pendant des années. De Fallois a mentionné mon nom avant le sien. Il a voulu dire que sans moi, pas de livre possible. J’avais fait pour Berl ce qu’il avait fait pour Proust.
Par ailleurs, la vision de Proust par Pierre Klossowski (1905-2001) est autant éclairante sur l’auteur du livre que sur l’analysé dans l’ouvrage. Il ne faut pas réduire le peintre et dessinateur au rang de «frère de Balthus». C’est comme si l’on disait que Cioran n’était que l’ami de Ionesco. Au détour d’une émission de radio sur La Recherche du temps perdu, Klossowski nous dit tout le temps que lui a fait gagner Proust. Le romancier parle de nous à travers lui. Exactement comme l’Antoine Doinel de François Truffaut a incarné tous les gamins de l’après-guerre. La littérature est aussi la radioscopie des gens qui ne lisent pas.

-Proust et les autres, Christian Péchenard. La petite Vermillon (La Table Ronde), 629 p.,10, 50 €

-Sur Proust, Pierre Klossowski. Edition Luc Lagarde. Serge Safran éditeur, 130 p., 27,90 €

-Proust avant Proust, Bernard de Fallois. Les Belles Lettres, 192 p, 21, 50 €

-Sept conférences sur Marcel Proust, Bernard de Fallois. Editions Bernard de Fallois, 312 p., 20 €

-Proust contre Cocteau, Claude Arnaud. Arléa Poche, 264 p., 9 €

-Le bréviaire de “La Recherche du temps perdu” , François de Combret. Droz, 892 p., 25 €

J. Mourinho est très loin derrière Guardiola

15.05.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Dès que J. Mourinho n’est plus sur un banc, il occupe l’espace médiatique pour rester dans l’actualité.

Depuis qu’il s’est fait renvoyer de Man United, J. Mourinho se répand dans les médias. Mieux vaut être servi par soi-même que par les autres.
Comme il est dans une période sans, il préfère se montrer dans les médias, dans le rôle de son propre attaché de presse.
Il raconte partout qu’il est le plus fort, blablabla.
Il a gagné oui mais quand on voit la liste des clubs: Porto, Chelsea, Inter Milan, Real Madrid, Manchester United…
Ce n’est pas exactement des clubs de D3.
Patrick Vieira a dix fois plus de mérite à l’OGCNice que Mourinho à l’Inter.
Que ferait Mourinho à Nice ?
Le Portugais est très fort avec le chéquier de ses présidents. Il n’a jamais formé un seul joueur.
C’est une sorte de coucou qui se met dans le nid des autres pour profiter de l’Histoire d’un club, et encore cela ne marche pas toujours.
Le grand entraîneur actuel c’est Guardiola. A peine, arrivé en Premier League, il en devient roi.
Sa compétence est si grande qu’il paralyse les autres coachs: Mourinho et Wenger ont été évacués
de la Premier League réduits au rang de seconds rôles.
Ce qui est amusant c’est que Mourinho et Wenger sont consultants chez BeIn sport. Pendant les travaux, la vente continue.
Guardiola, lui, ne se met pas des deux côtés du guichet.
Il n’est pas consultant et ne tourne jamais dans des pubs, lui.
Résultat: premier de Premier League depuis deux saisons.
Et il a été éliminé de la C1 2019 en 1/4 après intervention de la vidéo.

Manchester City superbe champion d'Angleterre 2019

13.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Le vestiaire des champions. Pas un seul dirigeant. Même pas l’entraîneur. C’est ça l’Angleterre. Et c’est très bien. Un veinard… Noël Gallagher d’OASIS. Un vrai fan de City.

Le championnat a été attribué à Man City dans la dernière journée !

1 Man City 98 pts 38 matchs 32 vict. 2 nuls 4 défaites 9i5 23 + 72
2 Liverpool 97 pts 38 m 30 vict. 7 nuls 1 défaite 89 22 + 67

Seront en C1 2020: City, les Reds, Chelsea et Tottenham.
Arsenal a un seul point de retard sur Tottenham. Dommage mais ce n’est pas mal pour Emery qui arrivait en Angleterre.
Man United est 6e. Lamentable. MU a perdu le dernier match à Old Trafford contre Cardiff 0-2. C’est dire le niveau de MU qui est en crise depuis 2013. Il faut virer quasi toute l’équipe. Pogba est une ombre à côte de Cantona. La trace laissé par Pogba ? Celle de sa voiture sur le parking. Cantona a donné 4 titres à MU en 5 saisons ! Un grand joueur actuel ? Bernardo Silva de City. Le joueur parle 6 langues ! Personne n’en parle. Ils sont trop occupés à ramper devant le porteur de bandana avec la virgule américaine.
Liverpool n’est pas champion. Cela fait 30 ans que ça dure !
Liverpool une défaite et pas champion. Dingue !
Guardiola règne en Angleterre.
Où sont Wenger et Mourinho ? Il les a mis au chômage.

<< Page Précédente :: Page suivante >>

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

< Précédente | Suivante >

Mai 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

powered by b2evolution free blog software