Archives pour: Septembre 2020

Le football C -19 aux abonnés absents

29.09.20 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Le football covidé n’est pas du football.

Etes-vous au courant ?
L’habituel coéquipier du Français Alaphilippe, le Belge Dries Devenyns n’a pas voulu disputer le championnat du monde de cyclisme sur route pour ne pas risquer de battre son ami !
Voilà qui est aussi beau que le comportement de Patrick Battiston qui fit semblant d’être blessé lors de la finale de l’Euro 1984 (football) pour que Manuel Amoros le remplace et participe à la fête !
Voilà pourquoi j’aime le sport: ce n’est pas dans le milieu littéraire que l’on voit ce genre de don de soi pour l’autre, ni ailleurs, je vous rassure. La générosité ne court pas les rues.
Enfant, j’ai aimé le sport car je trouvais amusant de voir des adultes s’amuser.
Après j’ai su que c’était un travail.
Malgré le Heysel et autres atrocités, l’attrait du football, par exemple, ne s’est pas volatilisé.
A présent, le football subit les assauts du C-19. Et j’ai lâché prise. On perd son temps à regarder ce qui n’est pas regardable.
On voit Ibrahimovic être atteint. Une force de la nature. C’est dire la virulence de ce virus.
A part le tournoi final de C1, le football tel qu’il est aujourd’hui n’a plus aucun intérêt.
Sans public, c’est un football en circuit fermé.
On dirait que tous les matchs se disputent au Louis II de Monaco tant on ne voit que des sièges vides.
C’est triste, mortifère. S’agit-il de football en playback ?
Les matchs n’ont repris que pour la conquête des droits TV. Songez que le club vainqueur de la L1 2021 empochera 21, 8 M€. Et si un club français coche toutes les cases (classement, notoriété…), la somme atteint 72, 6 M€.
Osimhen joue moins de 40 matchs à Lille et il est transféré contre 81 M€ à Naples.
Paris met en chinois le nom de ses joueurs car le match du PSG est diffusé en Chine à 13 h.
Mbappé est surmédiatisé alors qu’au même âge Rocheteau était aussi bon sans être traité en seigneur.
Le sport est devenu écoeurant comme le reste.
En plus, il faudrait s’abonner à une nouvelle chaîne pour voir le football C-19. Impossible. Stop ! Le téléspectateur n’est pas une vachette d’Intervilles.
S’abonner pour voir Di Maria cracher sur un adversaire ?
Le football est un milieu sans coeur: Cavani jeté du PSG comme un torchon. Pareil pour Suarez au Barça alors que Messi le voulait auprès de lui. Pendant ce temps, Griezmann court dans le vide, comme une âme en peine.
Ce football-là ils peuvent se le garder.
Pour couronner l’ensemble: Neymar pris dans une affaire où il insulta un jour de Marseille qui lui-même riposta au même niveau n’a pas été sanctionné. Ni lui ni son adversaire. Neymar pèse trop lourd pour être suspendu. Pas d’amende non plus. Le Qatar injecte des millions dans l’économie française depuis que celle-ci l’exonère d’impôts.

J. Alaphilippe: 9e français champion du monde de cyclisme sur route

27.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Championnat du monde de cyclisme sur route
1er Julian Alaphilippe (France)

Un tel champion, ce n’est pas courant.
Dans les yeux de Julian Alaphilippe on voit que c’est un vrai vivant.
Sur le vélo comme dans la vie. Une lumière, une rage. Une intensité.
Les Français l’ont vraiment découvert en 2019 sur Tour de France mais c’était déjà un crack avant.
A la fin du Tour de l’an dernier, on l’a vu aller embrasser un homme sur un fauteuil roulant. Son père. Mort cet été, il n’a pas pu voir son fils en maillot arc-en-ciel. Le plus beau maillot du monde. Même la publicité n’arrive pas à salir l’étoffe des héros.
Julian Alaphilippe n’est pas une invention médiatique. C’est un vrai champion. Il a beaucoup de détermination. Il sait se mettre chiffon, aller au bout de lui.
En France, il y en an peu dans ce premier quart du XXIe siècle. Très peu. Lui n’est pas un champion Canada Dry.
Hélas! le vélo est un sport qui n’a plus les faveurs des médias, hors Tour de France, grande kermesse commerciale.
Il faut se souvenir que le Tour de France a été inventé par la presse pour vendre des journaux.
Aujourd’hui, il est diffusé sur le service public. Un miracle. Tout simplement parce qu’il brasse moins d’argent que le football.
Ce soir, 27 septembre 2020, le JT de 20 H sur TF1 n’a même pas mentionné la victoire de Julian Alaphilippe alors que c’est seulement la 9e fois qu’un Français devient champion du monde. Rien, pas une citation. Honteux. Ils ne diffusent pas les informations quand cela concerne une chaîne concurrente. Diffuser les mauvaises nouvelles cela fait plus journaliste.
Alaphilippe est devenu historique avec ce titre.
Il faut féliciter les jeunes qui décident de faire du vélo: je parle du cyclisme pas des bobos citadins qui découvrent le vélo avec le covid. D’aucuns ont même des vélos électriques ! Autant prendre une mobylette.
Le cyclisme est le sport qui demande le plus de sacrifice.
Pour gagner, il faut une bon physique, bien l’entretenir, et bien sûr un mental hors du commun.
Ce soir Alaphilippe est champion du monde mais comme il est intelligent, il sait qu’il a gagné une course - et rien qu’une course, aussi merveilleuse soit-elle- ce qui ne veut pas dire qu’il est le meilleur coureur du monde.
Cependant, ce dimanche, il a été le meilleur du monde puisqu’il a gagné.
On dit bravo et on est heureux qu’il soit heureux car il sait partager avec le public. Il ne garde pas tout pour lui.
Il y a un feeling Alaphilippe. Il est bon partout: on se souvient des clins d’oeil à la caméra quand Emmanuel Macron est venu sur le Tour de France 2019. Alaphilippe, dupe de rien, était mort de rire. Le cyclisme français avait besoin d’un tel calibre.
Il est là, et c’est très bien dans notre époque morose. Les médias ne l’ont pas assez fêté. Poulidor et Anquetil n’ont jamais décroché ce Graal !

Les Français champions du monde sur route
Georges Speicher : 1933
Antonin Magne: 1936
Louison Bobet: 1954
André Darrigade: 1959
Jean Stablinski: 1962
Bernard Hinault: 1980
Luc Leblanc: 1994
Laurent Brochard: 1997
Juliann Alaphilippe: 2020

[Post dédié à Théophile Berge]

Tony Yoka- Johann Duhaupas. Vrai combat de boxe ou Canada dry ?

25.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, CERDANEMENT

Vendredi 25 septembre 2020, 22 h 15 (Canal +)
Boxe poids lourds
Tony Yoka- Johann Duhaupas

Avant-match
La boxe ? Il n’y a rien au-delà, à part le duel armé.
La boxe est très appréciée par de nombreux écrivains, à commencer par Arthur Cravan, poète et boxeur, jusqu’à Norman Mailer.
Quand les mots ne portent plus, les poings peuvent prendre le relais.
Jean Prévost a défié sur le ring Hemingway qui se fractura un doigt.
Cela nous change des dérisoires joutes verbales des auteurs à la mode. Quand ces derniers parlent trop bien cela veut dire que leur style a mauvaise haleine. Un écrivain doit écrire et ensuite se taire. Dans l’idéal, il faut laisser le livre voler de ses propres ailes. Nabokov disait qu’un livre lancé en l’air lui faisait penser à une poule ! Parler de son livre à la télé vire à la folie: c’est de l’onanisme en public. Imagine-t-on Germain Nouveau à Touche pas à mon poste ? Il n’aurait même pas fait Lectures pour tous et Apostrophes.
Attention, il y a boxe et boxe.
La boxe c’est Carpentier, Cerdan, Robinson, J. Louis, tous ceux du monde en noir et blanc de jadis jusqu’à Ali et Tyson, première mouture.
Aujourd’hui, la boxe est K.O. Trop de fédérations. Pas de champions.
En France, Tony Yoka est hyper médiatisé depuis sa médaille d’or aux JO 2016.
Il a mis en une la boxe people mais depuis qu’il est passé professionnel, il n’a pas encore battu un cador.
Raphaël Tronché, dans sa catégorie, espérait le rencontrer pour s’expliquer ailleurs que dans la presse mais le clan Yoka n’a pas donné suite à la proposition.
En revanche, l’entourage a dit oui à Johann Duhaupas.
Que va-t-il se passer ?
Nouveau combat en bois contre un boxeur de 39 ans ?
Le plus âgé va-t-il avoir les arguments pour battre à la loyale Yoka qui dit vouloir avancer pas à pas avant d’attaquer les gros bras de sa catégorie ?
D’un côté on va voir un boxeur bien de son temps - look travaillé avec les tatouages qu’il faut- contre une résurgence des années 1950.
C’est Lino Ventura contre Omar Sy !

Après match
Ce fut une nouvelle fois de la boxe Canada dry !
Le faux combat n’a duré qu’une poignée de secondes.
Dire que des gens ont payé pour voir ça.
A la fin de cette boxe pour réseaux sociaux, Raphaël Tronché est monté sur le ring pour défier Yoka. Ce fut le seul moment intense de la soirée.
Verra-t-on un jour Yoka-Tronché ? Vraie boxe en vue, ou encore boxe pour Bobos ?
Le match de ce soir est la pire publicité pour la boxe. Yoka a gagné mais la boxe a beaucoup perdu.

Romans et récits de Joseph Kessel dans La Pléiade

24.09.20 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Titré “En avant le Moujik !”, à propos des romans et récits de Joseph Kessel enfin dans la Pléiade, voici le début de mon hommage à Joseph Kessel dans Service Littéraire, N° 140, septembre 2020. Ce mensuel totalement indépendant, sans groupe tentaculaire derrière, existe grâce à François Cérésa. Il faut s’y abonner si vous le pouvez et surtout le voulez car c’est le dernier des Mohicans. 30 € par an. A votre bon coeur messieurs, dames ! Si vous aimez les humeurs, vous serez servis.

A l’inverse des vedettes du Paf qui se mettent en scène dans des reportages qui virent aux clips promotionnels, Joseph Kessel (1898-1979) était un véritable reporter, avec son regard au service des lecteurs. Pour lui, les mots n’avaient rien à envier aux images. Bien avant Alexandre Astruc, qui inventa l’expression «caméra-stylo» (1948), Joseph Kessel, lui, fait usage d’une plume-caméra, à la manière d’Albert Londres et d’Arthur London. Davantage peintre que photographe. Il dit ce qu’il a vu avec sa sensibilité. Il rapporte des scènes, des paysages et des destins. Reproche-t-on à Cézanne d’avoir manqué d’originalité parce qu’il a peint des pommes ? A force d’entendre les greffiers des lettres vanter des textes abscons, les lecteurs raffolent d’âneries. Il a suffi de lire les confessions nombrilistes des têtes de gondoles 2020 au début du confinement C 19 pour mesurer le niveau de ceux qui se disputent la palme de la déficience littéraire. Le degré zéro n’est plus qu’un souvenir !
Des universitaires de la glosecratie se sont permis de clamer partout que Kessel était au mieux un écrivant parce qu’il avait été trop présent dans la presse. Les mêmes qui reprochent au romancier de s’inspirer de ses reportages encensent Emile Zola qui enquêta sur les mineurs avant d’écrire Germinal (1885). Journaliste n’est pas une maladie honteuse quand on sait que dans leur jeunesse Louis Aragon et André Breton étaient grassement payés pour fournir en manuscrits le couturier et collectionneur Jacques Doucet. Paul Morand a dit que les écrivains n’avaient que deux façons de survivre: «la presse ou le macrotage»…

-Romans et récits, (tome 1) 1892 p., 68 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 73 € ; (tome 2), 1794 p., 67 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 72 €. Joseph Kessel. Sous la direction de Serge Linkès, La Pléiade, Gallimard.
-Album de la Pléiade n°59 : Kessel, par Gilles Heuré, 256 p., 217 illustrations. Offert pour l’achat de trois volumes de la collection.
-Hollywood, ville mirage, Joseph Kessel. Les éditions du Sonneur, 122 p., 15, 50 €

Site du journal: https://www.servicelitteraire.fr/
Abonnement: https://www.servicelitteraire.fr/produit/abonnement-1-an-11-numeros/

Un cadeau idéal: Propos mêlés sur le rugby (Mille Sources)

23.09.20 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, BLONDINEMENT A XV

La sagesse, la compétence et la justesse de Lucien Mias. Sa fraîcheur d’âme fait du bien à entendre à l’époque du C-19 et de l’hypermédiatisation de Neymar, produit publicitaire du Qatar. Au Japon, Lucien Mias serait un trésor national. En France, c’est un vieux monsieur oublié. Pas sur mon blog: ici c’est un géant de l’Humanité. Fier d’être son contemporain.

A l’heure où le rugby traverse une mauvaise passe avec ses plus hauts dirigeants soupçonnés de favoritisme et autres conflits d’intérêts, il est indispensable de revenir aux fameuses vraies valeurs du rugby : celles de l’amour du jeu dans une rivalité salutaire. Propos mêlés sur le rugby fait figure d’OVNI dans l’édition. Il contient le doux parfum de l’amateurisme, de la maquette à la présentation. Une sorte d’album Panini qui ressemble aux anciens albums Nestlé des bébés qui arrivent au monde. C’est une collection de textes sur le rugby par des passionnés tous azimuts : joueurs, écrivains et même un entraîneur de football (Claude Puel) féru d’ovalie.
Ce très bel ouvrage vaut 45 € mais ce n’est pas de l’argent jeté par les fenêtres. 45 € pour se retrouver en bonne compagnie, cela vaut le coup. Ici, la star c’est Lucien Mias et non le barbu héros de YouTube. Dans ces pages, pas de Kournikova du rugby. Né le 28 septembre 1928, «Docteur Pack» va fêter ses 90 ans. Joyeux anniversaire, Monsieur ! Vous ne connaissez pas Lucien Mias, immense capitaine du XV de France ? Cela veut dire que vous êtes victimes de médias qui préfèrent dresser des couronnes à des marionnettes médiatiques plutôt que de rappeler le parcours exemplaire des vrais rugbymen. Vainqueur de deux Tournois des Cinq Nations (1954 et 1959), le champion fut un deuxième ligne inoubliable. Médecin de premier ordre, il considère les patients comme des êtres humains et non comme des numéros de Sécurité Sociale.
Dans cet album nulle trace du rugby des affairistes, rien sur le rugby des gens qui s’en servent au lieu de le servir. L’âme du jeu est dans chaque page. Les imposteurs y sont exclus ! D’eux-mêmes tant leur manque d’authenticité saute aux yeux.
Propos mêlés sur le rugby est le réceptacle des vrais héros, à l’image de Jo Maso. Pas besoin d’avoir cent sélections dans le XV de France pour marquer son sport. Le souvenir du virtuose Jo Maso courant sur le terrain est plus vivace que les dérisoires percées des joueurs professionnels actuels. Parce qu’ils gagnent beaucoup d’argent, ces derniers croient être meilleurs que leurs devanciers. C’est dire le niveau de leur intelligence.
C’était mieux avant ? Oui, c’était mieux avant. Si la médecine du cancer a fait des progrès, le rugby lui a reculé dans le domaine purement sportif. On ne voit plus que des armoires à glace. La force - ou plutôt la fausse puissance- a remplacé l’art de l’évitement. Certains joueurs de rugby ont cru bon de se déshabiller pour que l’on parle d’eux. Imaginez-vous Walter Spanghero et Pierre Albaladejo en faire autant ? Eux c’est sur le terrain qu’ils se dépouillaient !
Non seulement, il faut lire Propos mêlés sur le rugby, mais il faut l’offrir aux jeunes rugbymen et aussi à ceux qui détestent le rugby parce qu’ils ne le connaissent pas. Demande-t-on d’écrire un sonnet à qui n’a pas appris à lire ?

-Propos mêlés sur le rugby, ouvrage collectif. Sous la direction de Gilbert & Yannick Beaubatie et Anne Deplace. Editions Mille Sources, 495 p., 45 €. Pour l’achat du livre contacter : annedeplace@gmail.com

Michael Lonsdale (1931-2020)

Il était de la race des Jean Bouise.
Des seconds rôles meilleurs que nombre de premiers rôles.
Je pense aux mots de Jean Gabin: “Tu joues avec Bernard Blier? Attention, dans tes scènes avec lui, on ne verra plus que lui".
Une présence qui crève l’écran.
Une voix qui chante.
Un colosse si fragile.
Depuis les années 1950, il n’a jamais arrêté de travailler. Dans tous les styles. Grande ouverture d’esprit.
Un prêtre de la vie.
Il y a plusieurs décennies, j’ai assisté à la vente des souvenirs de Michel Simon.
Nous étions peu nombreux dans la salle.
Au premier rang, il y avait Michael Lonsdale. Imposant par son physique silencieux. Je le voyais de dos mais je savais que c’était lui.
Il levait souvent la main pour acheter des photos.
A la fin, je suis allé le voir pour lui dire: “Cela fait plaisir de savoir que tout ça est chez vous à présent”.
Il m’a dit: “Vous aimez Michel Simon, je vois… Attendez, je vais vous donner quelques photos qui sont en double…”
Et il m’a tendu cinq cartes postales sépia du jeune Michel Simon, époque Vieux-Colombier.
Voilà qui illustre sa générosité. Sa transmission.

Maradona a servi le football plus qu'il ne s'en est servi

21.09.20 | par morlino | Catégories: SPECIAL MARADONA, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Le meilleur documentaire sur Maradona reste Le Gamin en or (2006). Et de très loin ! Ni hagiographique ni condamnation. De la justesse. Maradona matraqué, Maradona exploité, mais Maradona toujours vivant. Un vrai Phénix. A l’inverse, Kapadia n’a pas réussi son film. Kusturica non plus.

Maradona par Asif Kapadia (2019)

Je n’avais jamais vu ce documentaire sur Maradona.
Autant le Senna de Kapadia est remarquable autant “son” Maradona a des faiblesses car on se demande si le cinéaste sait vraiment apprécier le football.
Il fait l’impasse sur la finale de la Coupe du Monde 1990 alors que l’Allemagne a battu l’Argentine sur un penalty imaginaire: l’Argentine ne devait pas gagner car elle avait éliminé l’Italie… à Naples. Kapadia montre pourtant bien l’ânerie des dirigeants italiens qui on fait jouer leur équipe nationale à Naples, en 1/2 finale, dans le fief de Maradona ! Comme Maradona a sorti le pays organisateur, tout le stade en finale, à Rome, l’a pris en grippe: il fallait que Maradona ne conservât pas son titre de champion du Monde 1986. Ce match est très important.
Le documentaire n’évoque pas non plus la Coupe du Monde 1994. Maradona s’était bien préparé. Il revenait fort mais la FIFA l’a suspendu en pleine compétition pour usage d’éphédrine ! Tout ça est grotesque. Maradona n’est pas un Ben Johnson du football: il ne se dopait pour bien jouer. Il a même dit: “Quel grand joueur j’aurais été sans drogue…”
Ces faits non évoqués affaiblissent le film. De même qu’il ne souligne pas assez le rôle capital de sa femme qui l’a toujours aidé.
A la sortie de ce documentaire, Maradona n’avait pas aimé le sous-titre : Rebelle. Héros. Escroc. Dieu. :
-"Je joue au football et je gagne ma vie derrière un ballon. Je n’ai jamais escroqué personne. S’ils veulent mettre ça pour attirer le public, je pense qu’ils font une erreur. […] Je n’aime pas ce titre, et si je n’aime pas le titre, je n’aimerai pas le film. Alors n’y allez pas.” Suite à cette déclaration, j’ai acheté le film mais je ne l’ai pas visionné.
Je n’appartiens pas à ceux qui jugent Maradona. On ne juge pas un champion de ce calibre: ce joueur a fait avancer le jeu.
Maradona appartient au clan fermé des 5 majeurs de tous les temps:
Pelé, Maradona, Di Stefano, Puskas et Cruyff.
Messi ou C.Ronaldo comme Platini et Zidane ne sont pas parvenus à prendre la place de l’un de ces cinq virtuoses qui sont indélogeables. Même Garrincha ne peut pas prendre la place de l’un des cinq as.
Maradona a raison, ce n’est pas un escroc. Les escrocs ont a vu qu’ils étaient au sommet des responsables du football.
Maradona sans football c’est comme Mozart sans musique.
Maradona conteste même qu’on associe son nom à Dieu: “Dieu c’est autre chose”, dit-il.
Chacun son domaine. Maradona a considérablement apporté au football.
Des millions de joueurs n’ont de footballeur que le nom tant leur jeu est sans lumière.
Maradona est démoniaque, dit souvent la presse. Non ! Roublard, oui. La feinte c’est l’art de la roublardise.

A part Maradona, voici un dimanche de football Canada Dry

20.09.20 | par morlino | Catégories: SPECIAL MARADONA, ANTI-FOOTBALL

C+ n’a presque plus de L1 et ses abonnés refusent de payer Téléfoot. Mieux vaut aller voir jouer des minimes. Le football est aussi rare que la littérature. Beaucoup de matchs mais niveau souffle de l’esprit c’est zéro. Nice-Paris belle affiche mais à huis-clos cela ne rime à rien. Le football est un art vivant qui n’est pas destiné aux tribunes vides.

Dimanche 20 septembre 2020
Une journée de football Canada Dry

Sur Canal +
12h45 : Avant-Match. Du blabla.
13h00 : Ligue 1 Uber Eats Nice / Psg. Hélas ! le plus important c’est Uber Eats.
15h00 : Premier League Newcastle / Brighton. Affiche minable oisifs affectifs.
17h00 : Ligue 1 Uber Eats FC Nantes / ASSE. Uber Eats encore là.
19h00 : Canal Football Club. Le masque et la plume en version ratée.
21h00 : Documentaire Maradona. Enfin un artiste !
23h00 : Dimanche Soir Sports. C’est quoi ce truc ?

Sur Canal Sport
12h30 : Match of Ze day. Avec Zézette ? Tout est dit dans le titre potache nullissime.
13h00 : Premier League Southampton / Tottenham. Encore une affiche soporifique.
17h30 : Premier League Chelsea / Liverpool. Belle confrontation dans un stade désertique.
20h00 : Premier League Leicester / Burnley. A éviter, sauf si vous aimez l’ennui.
22h00 : King of Ze day. Le titre encore plus nul que le précédent.

PS: comme prévu, une journée minable avec en plus le nom des joueurs du QPS, à Nice, écrit en chinois sur le maillot !

Le 19 septembre 1973, l'OGCNice a gagné 3-0 le Barcelone de Rinus Michels

19.09.20 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Nice avait une très belle équipe. Bien sûr j’étais dans les tribunes. Souvenirs intacts. Que restera-t-il du Nice-PSG joué le 20 septembre 2020 ? Rien, à part le virus, les tribunes vides. On ne verra pas le match qu’on aurait dû voir. Je n’attends rien de ce football Canada Dry 2020 qui m’écoeure, me dégoûte. Ils ne jouent plus que pour l’argent des droits TV. Il est impensable de jouer devant des tribunes vides. Ce pourrait être l’âme du jeu, le football des terrains vagues mais non, ce n’est que de l’affairisme. Et si notre football était en train de mourir ? En tout cas, à présent, il incarne la mort et non pas la vie. A l’image du reste. Le pouvoir est aux mains des Mandarins de la médecine. Ils agitent la mort. Heureusement que l’on meurt. La vie éternelle serait invivable. La mort quand on a vécu dignement nous libère de toutes les conneries ambiantes. Quel bonheur de ne plus entendre et voir toute la bassesse humaine ! La vie ? La nature, l’esprit et puis rien.

32e aller de l’UEFA 1974
19 septembre 1973
OGCNice 3-0 Barcelone
Buts pour le Gym: van Dijk (4e), Molitor (68e, 79e)

Match retour:
Barcelone 2-0 Nice
Buts du Barça: Sotil (21e), Juanito (61e)

OGCNice:
Baratelli - Grava, Isnard, Adams, Chorda - Huck, Eriksson, Jouve - Molitor, van Dijk, Loubet
Manager: Jean Snella

FC Barcelone:
Sadurni - Torres, Gallego, Juan Carlos, De la Cruz - Costas, Asensi, Sotil - Juanito, Marcial, Carreno
Manager: Rinus Michels

Pour un tel match, il n’y avait que 17 000 personnes, dont moi. Le stade n’était pas plein. C’était un mercredi. Johan Cruyff, non qualifié, était dans les tribunes du Ray. C’est la seule fois où je ne suis trouvé non loin de lui. Je ne l’ai pas vu. J’étais au populaire et lui en présidentielle.
Grand match de Nice. Regardez la vidéo avec les commentaires de Michel Dhrey.
On note la présence de Jean-Pierre Adams, le valeureux défenseur toujours dans le coma auprès de sa femme.
Il y aussi Isnard, Chorda et van Dijk tous trop tôt disparus.
On voit aussi les débordements de Charly Loubet, ailier fantastique. Une machine à centrer.
Nice avait un milieu d’exception: Jean-Noël Huck, Roger Jouve et Leif Eriksson.
Le trio d’attaque était aussi grandiose, comme le gardien.
Les deux entraîneurs - Jean Snella et Rinus Michels- ne sont plus de ce monde, hélas ! Deux coachs très au-dessus de tous les faux cadors qu’on nous vantent aujourd’hui.
Deux maîtres du jeu.

Jimi Hendrix: 50e anniversaire de sa mort

19.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Le document sur Arte. A voir et revoir. Sa mort à 27 ans l’a mythifié encore plus.

Depuis sa mort à Londres, le 18 septembre 1970, Jimi Hendrix n’a jamais été oublié.
Ses ayant-droits distillent des enregistrements quand bon leur semble: bingo à chaque fois.
Cette fois, voici celui sur l’île de Mauï, dans l’archipel d’Hawaï.
Arte diffuse aussi une émission sur lui, mort à 27 ans.
Il était né le 27 novembre 1942 à Seattle (États-Unis).
Le son de sa guitare est copié mais pas égalé. Ceux qui l’imitent se ridiculisent.
Le gaucher était l’as du larsen. Unique.
Il jouait avec une guitare de droitier.
Avait des poses évocatrices.
Jouait aussi avec les dents.
Brûler sa guitare sur scène qu’il détruisait avec rage.
Un showman. De la tête aux pieds.
Chapeau, chemise bariolée, tout impeccable.
Sa voix magnifique.

Hatem Ben Arfa, le retour ? En L1 qui a besoin de lui.

15.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Hatem Ben Arfa arrive à Rennes et Rennes gagne la Coupe de France ! Le hasard n’existe pas. Bordeaux est intéressé par sa venue.

Actuellement, le football est moribond. Il a besoin de virtuoses.
Les médias français sont à plat ventre devant Neymar parce qu’ils sont besoin de lui pour des raisons économiques.
Hélas! Neymar n’est pas intéressant du tout.
Depuis son arrivée au PSG, il ne sait même pas faire trois phrases en français alors que d’habitude tous les Brésiliens apprennent vite notre langue.
Si Ben Arfa avait fait la moitié des déraillements de Neymar au PSG, il aurait été évincé de la L1 !
Ben Arfa est dans le collimateur des médias depuis son enfance, il doit jouer contre la presse.
Des bavassiers crachent sur lui à longueur d’émissions. Une vraie honte. Tout ça parce qu’il ne va pas dans leurs tribunes imbéciles où l’on se permet de dire que “les intellectuels ne s’intéressent pas au football". Comme si Camus, Pasolini, Cruyff étaient des abrutis !
Ben Arfa est le dernier romantique du football. Il place le jeu au-dessus de tout alors que de nos jours, les formateurs ne veulent plus que des gros costauds.
Ben Arfa est un orfèvre perdu dans un monde de déménageurs.
Varane peut rater des matchs très importants, incapable de remplacer le mythique Ramos, aucune critique n’est formulée contre son football. Joueur surcoté. Joueur protégé.
J’espère vite revoir Ben Arfa, sur les terrains. Avec lui on ne s’ennuie pas. Il fait vivre le ballon.
Ben Arfa doit jouer contre l’équipe adverse et contre la presse alors que Neymar peut manger les feuilles de match sans jamais être remis en question. Les bavassiers s’agenouillent devant Neymar parce qu’il gagne 3 M€ par mois.
Toute la journée, la presse dit que Mbappé est le meilleur joueur du monde.
Pendant, ce temps, Ben Arfa est sans cesse contesté. Pourquoi ?
Ben Arfa n’a pas du tout raté sa carrière. Il joue depuis son plus tendre âge.

Marseille bat Paris dans le football des réseaux sociaux avec 14 jaunes et 5 expulsions !

14.09.20 | par morlino | Catégories: PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Ben Arfa excuse les joueurs. Il met ça sur le dos du confinement. Il ferait un très bon consultant. Téléfoot devrait miser sur lui. Le verra-t-on en L1 c’est possible ? Il peut jouer où bon lui semble. Sa carrière est en dents de scie car il n’a pas la carte, comme l’ont Griezmann, Varane ou Pogba. Ben Arfa rate une passe, on lui tombe dessus. Varane fait des bourdes énormes avec le Real aux conséquences énormes mais il a toujours sa place en équipe de France, et jamais un seul article sur son football inconstant.

Ligue 1
PSG 0-1 Marseille
But pour l’OM: Thauvin (31e)

Cette rencontre s’est achevée avec 14 cartons jaune et 5 expulsions !
Bien sûr c’est à cause de l’arbitre. C’est toujours à cause de l’arbitre.
Ce match est à l’image des réseaux sociaux où l’insulte est le langage commun.
Bien sûr, j’ai connu des Nice-Bastia avec des gestes inadmissibles et autres banquettes de tribunes brûlées mais à l’époque le match n’était pas en direct devant des millions d’enfants.
Si Neymar et je ne sais qui se battent que vont faire les minimes qui ont vu ça ?
Le gardien Mandanda a été très sollicité. C’est dire que Paris a été maladroit
Paris vit sur sa finale C1 2020 mais ce n’est pas un titre, c’est rien du tout, vu les sommes investies.
Ce PSG-OM a démontré encore le mauvais usage de la vidéo.
L’OM aurait du gagner 0-2 car le but de Benedetto fut annulé sur un hors-jeu imaginaire de Thauvin.
Avoir la vidéo pour ne pas savoir s’en servir ajoute à la pagaille.
Encore un match Canada Dry.
Neymar a été expulsé. Deux jours avant la finale de C1, le seul journal sportif français avait titré sur lui: L’extra-terrestre.
S’il avait gagné on aurait eu droit: Dieu sur terre ?
Aujourd’hui, on nous prend un coureur et on hurle: il va gagner le Tour !
On prend un rugbyman très tendance people et on hurle: c’est une star !
On prend un tennisman qui fait des pubs et on hurle: il va succéder à Noah !
Ainsi on tue la presse et on abîme le sport.
Je salue néanmoins les jeunes qui optent pour le cyclisme, sport hyper dangereux qui demande des sacrifices constants.

King Hamilton a remporté son 91e Grand Prix de F1 !

13.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Il y a un siècle, on a eu King Elvis. A présent, nous avons King Lewis.

Dimanche 13 septembre 2020

Grand Prix F1 de Toscane
1er Lewis Hamilton/ Mercedes
2e Valtteri Bottas/ Mercedes
3e Alexander Albon/ Honda

Un Grand Prix hécatombe avec 4 départs !
A ce jeu-là, Hamilton a gagné car il était devant et donc ne risquait pas d’être tamponné par un coureur de l’arrière.
Il y a toujours deux courses dans la course: une pour leaders et un autre pour les écuries secondaires.
Imperturbable, King Lewis a vaincu. Pour la 90e fois de sa grandiose carrière.
Ce champion - anti Neymar par excellence- n’est pas prétentieux. En dehors des GP, on ne l’entend pas.
C’est l’un des Maîtres du sport: l’égal de Pelé et Ali.
90 victoires en F1. Non, vous ne rêvez pas !
Avec Mercedes, il a réduit Ferrari au rang de figurant. Leclerc (8e) se bat contre l’anonymat.
Gasly ? “Out” des le début, parmi les accidentés.
Comme Hamilton s’impose avec la régularité d’un métronome, on peut penser qu’il gagne facilement mais c’est mal connaître la F1.
Ce champion-là, se lève, se rend sur le circuit, gagne et rentre se coucher.
Rien n’est facile. Il faudrait qu’il échoue pour que l’on parle de lui avec insistance.
Les Anglais ne voient pas ses courses, sauf ceux qui paient pour ça.
Les Anglais si friands se sport passent à côté de Lewis Hamilton.
Il va falloir que la Reine le hisse au rang de Sir. C’est la moindre des distinctions pour un as de ce calibre qui rend banal l’exploit !
D’ici la fin de saison, King Lewis devenir le meilleur pilote de tous les temps, celui qui a gagné le plus de GP depuis 1956.
Hamilton a presque 36 ans. Il court toujours avec la grinta de sa jeunesse, celle qu’il affichait en karting.
Son père faisait plusieurs métiers pour l’aider à devenir pilote.

Classement championnats du monde 2020
1 Lewis Hamilton 190 points
3 Valtteri Bottas 135
2 Max Verstappen 110

Record de victoires en Grand Prix de Formule 1
1 Michael Schumacher 91 en 307 courses
2 Lewis Hamilton 90 en 259 courses

Nombre de sacres de champion du monde
1er Michael Schumacher 7 (1994-1995-2000-2001-2002-2003-2004)
2 Lewis Hamilton 6 (2008-2014-2015-2017-2018-2019)
3 Juan Manuel Fangio 5 (1951-1954-1955-1956-1957)

PS: avez-vous vu les chutes dans le Tour de France ? Respect renouvelé aux coureurs.

King Ronaldo va devenir le meilleur buteur des équipes nationales

10.09.20 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Mardi 8 septembre 2020
Ligue des Nations
Suède 0-2 Portugal
Buts pour le Portugal: C. Ronaldo (45e +1, 72e)

Meilleurs buteurs en équipe nationale:

1 Ali Daei/ Iran 109 buts 149 matchs
2 Cristiano Ronaldo/ Portugal 101 buts 165 m
3 Ferenc Puskás/ Hongrie 84 buts 85 m
……………………..
17 Lionel Messi/Argentine 70 buts 138 m

Avec un coup franc magistral, puis un maître tir de 25 m, King Ronaldo n’est plus qu’à neuf buts pour devenir le meilleur buteur des sélections nationales. Le “vrai” Ronaldo, comme disent les langues de vipères, n’en a marqué que 62 en 97 sélections. Messi lui en a marqué 70…
Ronaldo, l’unique Ronaldo, reste en forme olympique.
Toujours prêt à en découdre.
Le 10 octobre se déroulera France-Portugal. A ne pas manquer.
Après “l’attentat” qu’il a subi en finale de l’Euro 2016, CR7 va vouloir démontrer que la victoire conquise au SDF avec lui sur la touche n’était pas usurpée.
La France ? Plus elle joue mal, plus elle gagne. C’est la méthode Deschamps. Ne rien montrer de fantastique mais gagner. La méthode Coué.
Deschamps a rétabli l’ordre et le respect du maillot, du pays. C’est énorme.
Pour le reste, il sait faire appel aux jeunes.
Cependant, le discours qu’il faut jouer en club pour être titulaire en Bleu ne tient pas la route.
Griezmann se traîne au Barca mais à sa place bien chaud. Comme auparavant Pogba, écarté par Mourinho à MU mais titulaire chez Deschamps.
L’équipe de France sert aussi à relancer des joueurs mal en point dans leur club.

Le Cluster Saint-Germain

08.09.20 | par morlino | Catégories: PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Dans “Le hussard sur le toit", de Jean Giono on trouve tous les ravages d’une pandémie

Le sport depuis des mois ne ressemble plus à rien.
Sans public, tout est triste, très triste.
La bande-son du faux public est aussi faux que celle dans Benny Hill. De l’enthousiasme factice. Inaudible. On nous prend pour des débiles.
Sur le terrain, tout est à l’image du reste.
On nous annonce sans aucune certitude que Messi va quitter Barcelone. Faux ! Il a fait diversion pour ne plus que l’on parle de sa débâcle depuis le départ du duo Iniesta-Xavi, les têtes pensantes du Barça. Messi n’est qu’un exécutant.
Le pire c’est que la presse a déclaré: désormais les clefs du camion sont pour Griezmann selon les voeux de Koeman, le nouvel entraîneur du Barça qui aurait dit à Messi qu’il ne comptait plus sur lui. Tout ça est bien sûr bidon. Totalement bidon. Aussi bidon que celui donné à Alaphilippe alors qu’il n’avait plus droit au ravitaillement. Règle aussi idiote que la pénalité infligée à Hamilton qui a offert sur un plateau d’or le premier GP de F1 au méritant Gasly. On en dira pas autant de Rabiot de retour en équipe de France pour un match d’une fadeur sans nom en Suède. La France a gagné mais quel ennui ! Rabiot est solide mais complétement inconstant. Il joue un beau match par an, pas plus. C’est comme un volcan éteint dont on atteint la remise en activité.
Le tennis ? Les Français sont claquemurés aux Etats-Unis. Mlle Garcia a gagné au second tour avant de perdre au troisième. Habitude française. C’est comme gagner en Coupe de France contre l’OM en 32e puis se faire étriller en 16e.
Le C-19 fait des ravages au PSG décimé. Ses joueurs ont fait la fiesta après la défaite en finale de la C1 2020 ce qui prouve bien l’état d’esprit actuel. Le PSG est devenu un cluster, comme ils disent. Les adeptes du nightclubber sont passés au nightcluster. Gagner ou perdre sur le terrain qu’importe finalement puisque l’argent rentre quand même dans les poches. On demanderait aux Parisiens actuels qui est Georges Peyroche aucun ne pourrait répondre. Les Brésiliens connaissent-ils Gilmar ? Cela revient à ignorer le prénom de ses grands-parents. De nos jours, c’est courant. Faites le test et vous verrez. Le directeur sportif du PSG rouspète que la FFF n’ait pas alerté le staff parisien mais Mbappé l’a-t-il averti, lui ?
Les joueurs contrôlés au C-19 c’est n’importe quoi: à Marseille tout est O.K. pour Mandanda mais arrivé chez les Bleus, il doit dégager fissa ! Idem pour le Parisien Mbappé, buteur contre la Suède et devant son poste contre la Croatie. Désormais, il faut tenir compte de l’incubation lors des sélections !
Pierre Gasly a sauvé l’honneur, avec sa victoire à Monza. Désormais, il va devoir confirmer mais il a fait un grand pas. La France tient enfin un Français. Elle n’a plus besoin de Grosjean et de Leclerc, associés respectivement à la Suisse et à Monaco.
Gasly n’a pas un dixième de l’espace médiatique accordé à Alaphilippe - qui doit faire attention de ne pas se faire trop pipoliser avec sa compagne - et à Th. Pinot qui fut donné favori dans les pronostics alors qu’il a déjà quasiment 30 minutes dans la vue même pas à mi-parcours de la course.
Dernières nouvelles: le directeur du Tour de France, C. Prudhomme a été contrôlé positif. Cela fait drôle d’entendre cela à la radio… Que va-t-il se passer puisqu’il a reçu l’actuel premier ministre au charisme très France d’en-bas comme dirait un autre ancien premier ministre chanteur des titres de Johnny Hallyday à ses heures ?
Le mieux c’est de demander à la population de rester chez elle, et d’éteindre la lumière.
Bonsoir, Monsieur… Bonsoir, Madame…
Plus besoin d’attendre Nounours. Nicolas et Pimprenelle font la grasse matinée perpétuelle.

Lewis Hamilton, beau perdant, salue la victoire de Pierre Gasly, événement pour la France

07.09.20 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Dimanche 6 septembre 2020
Grand Prix d’Italie de F1
1er Pierre Gasly/ Honda
2e C. Stainz/ Renault
3e L. Stroll/ RC Mercedes

Ce 6 septembre restera un grand jour pour Gasly, 24 ans, vainqueur d’un Grand Prix de F1. L’unique ou le premier, le futur le dira ? Un grand jour aussi pour la F1 française aussi qui attendait ce succès depuis 1996, date de la dernière victoire tricolore en F1. Quelle attente depuis Olivier Panis !
Ce triomphe d’un jour est arrivé parce que le staff de Lewis Hamilton a commis une bourde incroyable, autorisant son champion a venir au stand alors que c’était interdit. Conséquences ? King Lewis a été obligé de quitter la première place du GP pour venir subir sa pénalité de 10 secondes dans son stand… Le responsable de ce fiasco peut aller se cacher. Hamilton, avec la placidité du champion, condamné à la queue du GP a entamé une remontée fantastique pour finir par prendre la 7e place qui lui a donné en tout 7 points. Pas mal pour une telle sanction qui a profité à Gasly qui a terminé premier d’un GP promis à Hamilton. Pas rancunier, le Britannique est venu congratuler le héros du jour qui la saluait derechef ensuite.
Gasly a déclaré: “Lewis est mon idole depuis tant d’années. Aujourd’hui, je cours avec lui !”
Dans ce GP Leclerc et Verstappen sont allés dans le décor.
Gasly est un très bon pilote qui mérite une équipe leader, a confié Hamilton pas avare de compliments. La classe.
Gasly a fêté dignement son succès. Ce GP sera-t-il le premier d’une série ou le seul de sa vie ?
L’avenir le dira. Gasly est le héros du week-end, à l’inverse de Th. Pinot toujours poissard sur le Tour de France. Le tennisman Djokovic n’a pas été formidable aux Etats-Unis où de rage il a envoyé la balle vers une juge de ligne. “Djoko” a été disqualifié du tournoi. Le Serbe ne doit pas connaître la mésaventure de S. Edberg qui a tué un juge de ligne aux Etats-Unis, en 1983, avec une balle reçu avec tant de puissance qu’il est tombé mortellement sur le sol où il s’est fracassé le crâne.

"Rien n’est perdu" pour Pierre-Louis Basse (Cherche-Midi)

02.09.20 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER

Beau titre pour dire que la littérature sert à conserver ce qui a disparu- les êtres chers bien sûr- et à découvrir ce qui se cache derrière ce que l’on ne voit pas à première vue. L’art sert à défier la mort. André Malraux nous l’a bien expliqué et démontré. Face au temps qui passe, on est démuni. Voilà pourquoi des écrivains comme Blaise Cendrars nous a prouvé que la poésie doit se vivre avant d’être écrite. Ecrire c’est superflu, disait-il. Pierre-Louis Basse depuis quelques livres, revient toujours sur le passé pour savoir ce qu’il a vécu. Cette introspection est une forme de littérature qui vaut un vrai roman. Ce dernier peut être bien s’il est écrit par un romancier capable de dire ce que dit Basse mais à travers des personnages en action et non pas penchés sur eux-mêmes. Au lieu de ça, on ne voit que des nombrilistes qui bavassent des inepties dans le seul but de passer à la télévision. Quelle est votre actualité ? disent-ils. Il n’y a qu’une actualité, c’est la vie, et non pas la titraille sur des faits-divers.
Rien n’est perdu ressuscite l’histoire d’un jeune garçon des années 1960-1970 né dans une famille communiste. Le communisme des gens qui espèrent un monde meilleur pour tous et non pas les communistes qui nous envoient au Goulag. Un monde aussi meilleur marché ! Au milieu d’une famille aimante, il grandit et surtout tend l’oreille à tout ce qu’il entend. C’est le «petit dernier». Quand on fait attention aux mots, il y a petit et dernier, cela plombe l’avenir surtout si l’on aime le sport. Qu’importe, il aime et aimera le sport, cette actualité heureuse dans un monde de dingos, d’autant plus que son père est professeur d’éducation physique.
Surdoué de l’observation, l’enfant s’ennuie à l’école qui est un lieu où l’on apprend à apprendre au lieu d’apprendre. Ce n’est pas son royaume, l’école. Il ne veut pas être un robot. Pas question qu’on lui coupe les ailes pour en faire un élève sans personnalité. Bon qu’à trouver sa case dans la société. Lui grandira et ira où bon lui semble. D’après une enseignante, il n’était qu’un «bon à rien». En marge de sa quête initiatrice, de la vie, de l’amour avec une dame qui le fait grandir- à tous les sens du terme- , il est confronté à la Camarde, très tôt, dès qu’il s’aperçoit qu’il a pris la place du mort. Exactement comme dans une auto ! On dirait que son frère ainé mort commande tout, et lui, le frangin est à côté du disparu, invisible et si présent. Le narrateur sent qu’il vit à la place d’un autre. Le disparu se prénomme Jean-Jacques et le narrateur Pierre-Louis. Quatre prénoms pour deux personnes. Le prénom composé est comme une assurance-vie. On ne sait jamais. On n’est jamais trop prudent.
Le narrateur souffre d’un maux antérieur bien que ses parents ne fassent jamais vraiment faire peser le poids du disparu sur le vivant, survivant devrait-on dire. Tout le livre est plein de finesse. Un jour, le frère orphelin de frère tombe en arrêt devant «Les Roulottes» de Vincent Van Gogh qui le ramène à sa propre vie. La vie sera cruelle encore une fois, hormis la mort de ses parents qui appartient à l’ordre des choses comme l’on dit. En effet, la fille du narrateur perd son bébé qui vient de naître. Eternel recommencement ? Coup du sort ? Redite de l’histoire à force de trop compresser ce que l’on ne veut pas dire ? Il perçoit la lumière que diffuse «Les Roulottes». Ces bohémiens c’est lui, sa famille, c’est nous aussi. On erre tous. On ne sait pas où l’on va mais on y va. L’important c’est le trajet pas la destination que l’on connait tous. On a un départ différent mais le terminus nous est commun. La beauté de l’art nous parle et nous console. Il ne savait pas à l’époque que Van Gogh était lui-aussi orphelin d’un frère dont il portait en plus le même prénom. Ses parents n’y sont pas allés de main morte.
Le livre va au-delà du simple témoignage parce que Pierre-Louis Basse est un artisan qui se bat avec le langage. Il a la politesse de rendre une copie pleine de grâce. Il laisse place à la trouvaille stylistique, selon le souhait d’André Breton. Pierre-Louis Basse a trouvé son style. Un impressionniste égaré au XXIe siècle. Tout en petites touches, un millefeuille d’émotions empilées mais pas comme des assiettes sales. C’est le disque dur de sa famille et de sa génération. Ce livre sur la présence d’un fantôme constant qui guide vous pas est à ranger à côté du livre de Jérôme Garcin qui lui aussi a perdu un frère (Olivier) comme jadis aussi Patrick Modiano. Un air de famille les unis. Les condamnés au chagrin à perpétuité. Van Gogh, quand il a peint cet homme qui se prend la tête sur sa chaise, ne savait pas qu’il faisait le portrait de tous ceux qui comptent pour deux. Il titra le tableau titré: Sorrow (tritesse). Quand on voit Pierre-Louis Basse, on peut lui dire : Bonjour, Jean-Jacques… Il ne se retournera pas et vous embrassera.

-Rien n’est perdu, Pierre-Louis Basse. Cherche-Midi, 158 p., 17 €

[Post dédié à feu Pierre Drachline]

Nike lâche Neymar repris par Puma alors qu'au Brésil l'image du joueur perdant sert à illustrer la mauvaise passe du Brésil

01.09.20 | par morlino | Catégories: GOOOOL DO BRASIL !

Neymar a été médiatisé très tôt. Trop tôt. Il est possible que sa carrière soit abrégée car il faut compter les années de sa prime jeunesse. A force de brûler les étapes afin d’être vite une machine à cash, il se peut que sa carrière sportive en souffre avant d’atteindre la pleine maturité de son jeu qui stagne.

Après 15 ans d’utilisation de son image par Nike, Neymar va signer chez Puma, la marque allemande fondée par le frère du fondateur d’Adidas.
La tambouille économique du football n’en finit pas. Les victimes ? Les consommateurs qui paient plus cher afin que l’on puisse couvrir d’or les footballeurs les plus en vue médiatiquement.
-"Je confirme que Neymar n’est plus un sportif Nike", a dit Josh Benedek, porte-parole du groupe. Comme si Neymar quittait un club pour un autre.
No comment ! Circulez, il n’y a rien à voir. Et surtout pas de but en finale de C1 gagnée par le Bayern Munich contre le PSG.
S’il avait marqué et gagné, Neymar serait actuellement au firmament.
Sans C -19, il aurait même reçu le Ballon d’or 2020, non attribué cette année alors que le gardien Neuer le méritait cent fois.
Le football a toujours le dernier mot. Le terrain rien que le terrain.
En équipe nationale, Neymar sera toujours une icône Nike.
A l’heure qu’il est, le visage en larmes de Neymar, pas à son avantage après la défaite contre le Bayern, illustre beaucoup de journaux au Brésil pour signifier que tout le pays, mal dirigé, traverse une très mauvaise passe aggravée par le C-19.
Lors de la finale de C1 2020, la pression était trop forte sur Neymar:
1/ Il devait faire gagner la 1ere C1 au PSG
2/ Il devait prouver qu’il prenait le relais de C. Ronaldo et Messi.
Ce fut le fiasco intégral. Comme si être finaliste était son maximum.
Neymar croit qu’il retournera en finale l’an prochain.
C’est facile à dire.

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

powered by b2evolution free blog software