Archives pour: 2019

Ballon d'or 2019. Qui pour succéder à Modric, Baudruche d'or 2018 ?

22.10.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Mon classement:

1/ Cristiano Ronaldo./ Juventus Turin
Il dynamite toutes les statistiques. Très fort partout: Portugal, Angleterre, Espagne et Italie. Un des dix plus grands footballeurs de tous les temps.

2/ Virgil van Dijk/ Liverpool
Le plus grand défenseur central en activité

3/ Lionel Messi/Barcelone
Même diminué par une blessure il est plus fort qu’un joueur banal en pleine forme

OUTSIDER: Mohamed Salah/ Liverpool. Premier buteur en finale de la C1 2019 qu’il a gagné, l’attaquant mérite le podium pour le récompenser de son grand talent qu’il exprime désormais avec constance au plus haut niveau.

Modric- accident industriel dans le palmarès- et Neymar - intermittent du talent- ne sont pas dans la sélection.
Déception: Hazard. Pas assez professionnel dans sa préparation. Signe au Real, puis il disparait.

La liste des 30 nommés:

Sergio Agüero (ARG/Manchester City)
Trent Alexander-Arnold (ANG/Liverpool)
Alisson (BRE/Liverpool)
Pierre-Emerick Aubameyang (GAB/Arsenal)
Karim Benzema (Real Madrid)
Bernardo Silva (POR/Manchester City)
Cristiano Ronaldo (POR/Juventus Turin)
Kevin De Bruyne (BEL/Manchester City)
Frenkie de Jong (HOL/Ajax/FC Barcelone)
Matthijs de Ligt (HOL/Ajax/Juventus Turin)
Roberto Firmino (BRE/Liverpool)
Antoine Griezmann (Atlético/FC Barcelone)
Eden Hazard (BEL/Chelsea/Real Madrid)
Kalidou Koulibaly (SEN/Naples)
Joao Félix (POR/Benfica/Atlético)
Robert Lewandowski (POL/Bayern Munich)
Hugo Lloris (Tottenham)
Riyad Mahrez (ALG/Manchester City)
Sadio Mané (SEN/Liverpool)
Marquinhos (BRE/PSG)
Kylian Mbappé (PSG)
Lionel Messi (ARG/FC Barcelone)
Mohamed Salah (EGY/Liverpool)
Son Heung-min (CDS/Tottenham)
Raheem Sterling (ANG/Manchester City)
Dusan Tadic (SER/Ajax Amsterdam)
Marc-André ter Stegen (ALL/FC Barcelone)
Donny van de Beek (HOL/Ajax Amsterdam)
Virgil van Dijk (HOL/Liverpool)
Georginio Wijnaldum (HOL/Liverpool)

La passation de pouvoir après 30 ans d'attente. Liverpool a 15 points d'avance sur Man United indigne de son rang

21.10.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS

Avec Paul Scholes, l’intelligence était de sortie. Avec l’équipe actuel de MU, le manque d’initiatives est au rendez-vous. Matchs sans intérêt qu’il vaut mieux ne pas regarder.

Dimanche 20 octobre 2019
9e journée de Premier League
Manchester United 1-1 Liverpool
But pour MU: Rashford (36e)
Buts pour les Reds: Lallana (85e)

Manchester United: De Gea; Wan-Bissaka, Lindelof, Maguire, Rojo, Young ©; Fred, McTominay, James, Andreas (Williams 90e+4); Rashford (Martial 84e).

CLASSEMENT
1er Liverpool 25 points + 14
13e Man United 10 points + 1

L’équipe de MU ci-dessus est la pire de l’Histoire récente de MU. Vous pouvez y rajouter Martial et Pogba. Cela ne change rien aux performances de ce groupe.
MU a faux sur toute la ligne. Il fallait laisser Solskjaer à la formation et nommer Guardiola au poste de manager de l’équipe fanion.
Au lieu de cette évidence, MU a dépensé 1 milliard d’euros pour une belle collection de joueurs qui n’ont pas l’ADN du club: ni courage, ni fierté et ni haine de la défaite.
Aucun Red Devil actuel n’a la grinta de Cantona, Scholes ou Rooney.
Les joueurs de Solskjaer gagnent beaucoup d’argent grâce à l’époque Sir Ferguson mais ils n’apportent rien au club. Ils ne font qu’abîmer le prestige de MU.
Ce match contre Liverpool est une honte au niveau de la créativité.
MU n’a rien à proposer. Les joueurs ont un football idiot.
Liverpool a joué en mode vacances.
Liverpool est en position de gagner le championnat après trente ans d’attente.
MU n’a même pas eu la possibilité de régner sur sa pelouse.
Lamentable sur toute la ligne.
MU est en pleine traversée du désert depuis 2013.
Peut-être durera-t-elle aussi 30 ans !

La revue de Stress/ CNews 19 10 2019

20.10.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

A partir de la 15e mn. Balkany Circus. Vols des portraits de Pt de la République. PMA…

Les bons d'entrée (Bang, Perez, de Cessole, Messager, Dumay, Stern, Robert-Nicoud, Buyng-Chul, Slocombe, Desbordes-Valmore...) et les bons de sortie !

19.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

A la manière de René Magritte.

Les bons d’entrée :

-Ida Brandt, Herman Bang (1857-1912). Traduit du danois par Elena Balzamo. Préface de Jeans Christian Grøndahl. Libretto/ hebus, 360 p., 10 €. Ce roman sur une jeune fille mélange les dialogues et le récit avec une modernité indémodable.

- Le corps de la Reine, Stanis Perez. Perrin, 471 p., 25 €. Cette indispensable étude nous apprend qu’à l’époque des Reines l’accouchement se pratiquait parfois avec des tenailles !

-L’île du dernier homme, Bruno de Cessole. Albin Michel, 425 p., 21,90 €. Un roman inspiré par la folie contemporaine. Du bruit et la fureur de mourir.

-Roland Barthes, Mathieu Messager. Que sais-je ? Puf, 130 p., 9 €. Un livre hors-d’œuvre pour attaquer ensuite l’œuvre.

-La mort du vin, Raymond Dumay. Préface de Jean-Claude Pirotte. La petite vermillon, 280 p., 8,10 €. Le conseil de Baudelaire : enivrez-vous de vin ou/et de poésie. Pas d’âneries, svp.

-Et je ne suis jamais allé à l’école. Histoire d’une enfance heureuse, André Stern. Babel, 218 p., 7, 80 €. Témoignage d’un vrai vivant.

-Scènes de boxe, Elie Robert-Nicoud. Rivages, 240 p., 7, 50 €. La passion dévorante du Noble Art si bien chanté par Nougaro.

-Amusez-vous bien !, Byung-Chul Han. Traduit de l’allemand par Olivier Mannoni. PUF, 192 p., 13 €. Malraux nous l’avait dit: la culture n’a rien à voir avec le divertissement.

-La débâcle, Romain Slocombe. Robert Laffont, 520 p, 22 €. Un savant mélange entre le réel et la fiction.

-Les Pleurs, Desbordes-Valmore. Edition établie par Esther Pinon. GF, 300 p., 9 €. Verlaine l’accueillit dans le cercle des poètes maudits. C’est dire !

Les bons de sortie :

-Fille à papa, Géraldine Danon. Cherche- midi, 140 p., 17 €. Sur le divan rouge de France 2 toute la partie tragique a été passée sous silence. Pas de ça le dimanche !

-On se donne des nouvelles, Valérie Trierweiler. Les Arènes, 329 p., 20 €. La preuve avec cette “autrice” que l’on est passé d’A nous deux Paris ! à A nous deux Paris Match !

-Une histoire de famille, Jean-Louis Debré. Flammarion. Le pouvoir du piston de l’arbre généalogique.

-Sa majesté des chats, Bernard Werber. Albin Michel. Miaou, miaou, voici le Ronron pour les lecteurs qui pensent que Goya est plus une chanteuse qu’un peintre.

Technopoly. Comment la technologie détruit la culture, de NeIl Postman. (L’Echappée)

18.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

L’auteur, théoricien des médias, Neil Postman (1931-2003) a eu le temps de voir la percée du numérique dans le quotidien du XXIe siècle. Il a alors prévenu que les populations devaient apporter encore plus d’importance à l’enseignement des jeunes trop livrés à eux-mêmes, faire attention aux médias qui font l’opinion, et prendre garde à internet qui a remplacé la télévision. L’Américain, bien après André Malraux, nous signale que la culture est tout sauf un divertissement. On nous amuse pour mieux nous gouverner. On = les régents de la communication. Le monde est devenu un monde de spectateurs plus que de lecteurs. Les machines ne peuvent pas tout nous dicter. Il suffit d’une panne d’électricité mondiale pour créer la panique. Le progrès n’a rien à voir avec l’abêtissement général. Il faut savoir utiliser le net comme on conduit une voiture et sa vie en général. Halte à l’excès de technologie. La technologie a du bon si elle nous soigne dans le bloc opératoire. Tout le reste est à user parcimonieusement. Le média est souvent plus important que la nouvelle qu’il colporte.

-Technopoly. Comment la technologie détruit la culture, Neil Postman. Préface de François Jarrige. Traduction de l’anglais d’un collectif de sept personnes. L’Echappée, 225 p., 18 €.

Eagles. Live in the fast lane, d'Alexis Hache (Le mot et le reste)

17.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Qui connaît le chanteur-guitariste as du synthétiseur Glenn Frey (1948-2016), les chanteurs-guitaristes Don Felder et Joe Walsh, le bassiste Randy Meisner, le batteur Don Henley, le guitariste Bernie Leadon et Timothy B. Schmit (chant, guitare basse et harmonica) ? On est peu nombreux à identifier tous ces musiciens comme étant des artistes du groupe Eagles, auteurs du mémorable “Hôtel California", écrit en 1976. Eagles a eu trois périodes : 1970–1980, 1994–2016, puis depuis 2017 avec Henley, Walsh et Schmit. Alexis Hache nous dit tout ce qu’il sait et ce que l’on doit savoir sur ces musiciens qui ont accompagné notre jeunesse. Les années 1970 ont été des très grandes années musicales avec des groupes étincelants, tels Eagles, Pink Floyd et Genesis. Certains boivent du vin des années 1960 ou 1980 pour replonger dans le passé, et pas à bas prix. Un bon vinyle voire une K7 suffit à faire office de machine à remonter le temps. Ces groupes sont magiques. Ils restent en fait très présents. Le country rock version Eagles n’est pas un vieux truc de jadis. C’est un art de vivre. Alexis Hache - un nom prédestiné aux années joints- nous permet de retrouver ses amis à la musique associée à la Californie des années peace and love.

-Eagles. Live in the fast lane, Alexis Hache. Le mot et le reste, 240 p., 20 €.

Miroir du Temps,d'André Suarès (Bartillat)

15.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Parmi les écrivains de sa génération, il est le seul à ne pas avoir écrit d’âneries politiques. Niveau éthique, il est inégalable. Son style est à la hauteur de ses exigences.

Le mot qui revient le plus souvent pour définir André Suarès (1868-1948) ? Prophète. Il lui va à merveille. On s’en aperçoit quand on lit ce qu’il a écrit sur Louis-Ferdinand Céline, époque «Voyage au bout de la nuit» (1932) : «La famine égare les pauvres furieux : ils ne rêvent que la fortune et la possession des biens». Nous sommes obligés de penser aux gilets jaunes qui se réjouissaient d’avoir ramassé un cendrier du Fouquet’s dans les vitrines fracassées de la célèbre brasserie. Dérisoire trophée qui trahit l’envie, la jalousie. Pitoyable société de consommation. Comme si manger une sole meunière-grillée à 85 € était la garantie du bonheur. A l’écart de la bassesse humaine d’où qu’elle vienne et notamment de l’élite «cette chienne de cour», André Suarès a passé sa vie à lire et à écrire, les deux activités essentielles du solitaire au regard perçant. Il nous a légué un torrent d’émotions qui débordent de tous ses écrits pour nous rendre moins ignorant. Ce qu’il dit sert de pont pour mieux comprendre tout ce qui nous entoure. 2020 n’est pas 1920, sauf que la terre est toujours habitée par des bipèdes dits humains . Loin de vouloir jouer un rôle de grand gourou des lettres, le Marseillais n’a jamais cédé à la compromission, ce fléau qui rend esclave auprès de gens qu’on finit par haïr parce qu’ils nous méprisent à force de les servir. Adversaire déclaré de tous les totalitarismes, le visionnaire a cultivé sans cesse son jardin dans l’œuvre des artistes qu’il estimait. Si vous ne connaissez pas Suarès -un des très rares écrivains qui n’a jamais déliré politiquement- n’escamotez pas l’éclairante préface de Stéphane Barsacq. Dans ce nouveau bouquet de textes on retrouve Chateaubriand, Dostoïevski, Péguy, Malraux mais aussi Véronèse et Debussy, auprès desquels Suarès fait office de décodeur. Quand il rédigea son testament, le polémiste de grande envergure précisa qu’il voulait pour épitaphe : «Il n’a vécu que pour l’amour et la beauté». Sa tombe est au Baux qu’il a tant aimés. Précision: Suarès voulait que pour les visiteurs le défunt soit signaler sous le nom de: Caërdal. Son double. Lui, il avait mieux à faire. Disparaitre on ne sait où. Un courant d’air.

-Miroir du Temps, André Suarès. Edition établie et préfacée par Stéphane Barsacq. Bartillat, 355 p., 25 €.

La revue de stress 12/10/2019

14.10.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

A partir de la 13e minute:

A voir et revoir: André Malraux, l'épreuve du pouvoir.

12.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR

André Malraux, l’épreuve du pouvoir. Diffusé sur Arte
de Xavier Villetard
Produit par Georges-Marc Benamou et Jérôme Clément

Ce qui frappe dans ce document ? Les témoins ont disparu comme lui, en premier Roger Stéphane.
Il y a VGE présent lors de l’oraison à Jean Moulin mais l’ex président de la République devenu académicien est autant écrivain que je suis spécialiste des statues aztèques.
Ce documentaire est excellent. Le vrai Malraux y est présent. Ni hagiographie ni descente en flammes. L’homme dans toutes ses contradictions mais on peut tout lui pardonner parce que Malraux était un authentique écrivain. Pour s’en rendre compte, il suffit de penser à ce mot d’esprit prononcé à sa descente d’avion:
-"Ne pouvant pas embrasser tout le monde, j’embrasse le Bengladesh sur un seul visage". Et il s’exécuta.
A la vérité, Malraux est devenu ministre grâce au général de Gaulle qui voulait que son ami soit enfin rémunéré régulièrement.
La mort a marqué sa vie: père suicidé, décès par accident de la mère de ses deux fils qui périrent ensuite, ensemble, en voiture.
Emmanuel Berl m’a dit: “La différence entre Malraux et moi ? J’ai fait la Première Guerre mondiale. Pas lui…”
Dans le documentaire, d’aucuns apprendront que Malraux n’a jamais dit:
-"Le XXIe sera religieux ou il ne sera pas".
En revanche, il a dit que nous sommes “la première civilisation sans valeur suprême", ce qui revient un peu au même.
Regardez, svp, le documentaire. Tout y est. Moins d’une heure pour retracer le parcours d’un des plus beaux esprits du XXe siècle.
Même quand il nous agace, il reste passionnant.
Quand il parle, il est toujours magique. Sa culture n’est jamais barbante.
Sans diplôme, l’autodidacte en savait plus que n’importe quel universitaire illisible, inaudible.
Aujourd’hui, on ne connaît même plus le nom du ministre de la culture.

A lire:
-Entre ici Jean Moulin, Aude Terray. Grasset, 196 p., 17 €.
-André Malraux-Charles de Gaulle: une histoire, deux légendes, Alexandre Duval-Stalla. Folio, 423 p., 8,20 €
-Malraux face aux jeunes. Mai 1968, avant, après. Entretiens inédits. Folio, 200 p., 2 €
-Lettes choisies 1920-1976, André Malraux. Folio, 430 p., 8,20 €
-Malraux. Dictionnaire de l’imaginaire, Jean-Pierre Zarader, Klincksieck, 332 p., 35 €
-L’homme des ruptures, Alain Malraux. Ecriture, 222 p., 18 €

Lautrec, Matthieu Mégevand (Flammarion)

12.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, VAN GOGH FOR EVER

Frappé par une maladie qui l’empêcha de grandir, Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) semble avoir été précisément touché par cette maladie comme pour manifester un refus de devenir adulte. L’enfance fut si belle qu’il voulait ne jamais la quitter. Enfant, on dessine, et après stop au travail ! Lui, non, il a dessiné encore et encore. C’est l’une des plus grandes figures de Montmartre. Dans la prose du biographe, il est appelé : «nain, gnome, nabot »… Cela fait mal. On imagine la vie qu’il a eue. A Paris, il fréquente le monde du spectacle, de la nuit, les bordels. Il finit avec la syphilis à 36 ans. Quelle fin sinistre ! Lautrec aimait peindre des gens. La nature morte lui était indifférente. Il avait l’art de restituer l’essentiel avec peu de traits quand il faisait ses célèbres affiches du Moulin Rouge. Le maestro buvait comme quinze ! Il a cramé sa vie. Une existence consacrée à la peinture, sa raison de vivre. Lire la vie de Toulouse c’est passer du temps avec un ami. Un ami de talent, de grand talent. Beaucoup de peintres de premier plan ont puisé dans ses tableaux leurs œuvres à venir.

-Lautrec, Matthieu Mégevand. Flammarion, 190 p ;, 17 €.

Peter Handke, prix Nobel de littérature 2019

Peter Handke est polyglotte. Capable de parler en ce que vous voulez.

Le prix Nobel avait plus besoin de Peter Handke que le contraire !
Cela fait des années qu’il méritait d’être couronné.
Si Le Clézio et Modiano l’ont eu, il n’y avait pas de raison de laisser sur la touche Peter Handke.
Handke est l’écrivain de l’errance, de l’incommunicabilité entre les êtres, de l’enfance sacrée, du quotidien transcendé et des infimes détails que l’on ne sait plus voir.
Il a une œuvre à multiples facettes où domine le théâtre et les récits.
Sa prose a le rythme d’une promenade à pied. On avance, on regarde, on s’arrête, on repart. Un flux et reflux.
Win Wenders a su transposer au cinéma l’univers de l’écrivain autrichien qui pourrait se résumer par de la neige sur l’écran de télévision d’une chambre d’un Novotel près d’une bretelle d’autoroute, à 4 h 25 du matin. Les portes d’une chambre sont ouvertes. Le couple est visiblement parti. Où ? Ensemble ou séparé ? On ne le saura jamais. Comme Miles Davis, l’écrivain déteste les aboutissements. Il laisse libre sa littérature.
Handke marche sans cesse, arpente le globe. Il cherche des champignons comme on cherche Dieu, mais lui il trouve !
C’est l’Homme de Giacometti.
Il a un humour ravageur.
Il vit chaque jour comme si c’était le dernier.
Tout est vécu intensément. Le bonjour à une marchande de légumes est plus importante que les gros titres de la presse.
C’est un aventurier du quotidien. Pas besoin de saut en élastique pour avoir la sensation de vivre.
L’écrivain est aussi un lecteur insatiable.
Sa littérature améliore celui qui le lit.
Un jour, je sors de chez moi: il était assis au bar du Théâtre.
C’était écrit. Nous devions être amis.
_______________________
Les livres de P.H. : http://www.gallimard.fr/Selections/Peter-Handke
Choix de lectures. Pour commencer: Histoire d’enfant; La femme gauchère; Le Malheur indifférent et Essais sur la journée réussie

100 % zéro faute, Daniel Lacotte (First éditions)

10.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Le fameux lexicographe frappe encore dans le mille. Cette fois, il nous propose de nous expliquer d’infimes nuances qu’on ne saisit pas toujours. Quand faut-il utiliser amener et apporter ? On amène quelqu’un et on apporte un livre. Amener s’utilise avec des êtres animés tandis qu’apporter concerne des objets. Daniel Lacotte est le professeur rêvé : toujours simple, efficace, abordable et plein d’humour. Il tend des ponts pour que l’on parle le mieux possible. Tout son nouveau livre est une mine de renseignements sur le langage qui si souvent nous perturbe. Doit-on dire en vélo comme l’on dit en voiture ? Non, dès qu’on enfourche (vélo, moto ou cheval), il faut dire à vélo, à moto, à cheval. Et si nous sommes dans un habitacle, on doit dire en voiture, en autobus. Décade et décennie est-ce la même chose ? Pas du tout : décade signifie 10 jours alors que décennie = 10 ans. Il y a aussi la distinction entre se rappeler et se souvenir. Passionnante explication : je me rappelle ce jour pluvieux ; je me souviens de mon père ; je me rappelle avoir entendu ma mère ; je m’en souviens. On doit dire Le Lacotte, comme le Littré, le Larousse, le Robert ou le Grevisse. Et même le Grand Lacotte.

-100 % zéro faute, Daniel Lacotte. First éditions, 240 p., 14, 95 €.

Le monde selon De Gaulle. Le général à livre ouvert…, François Kersaudy (Taillandier)

09.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR

Pour le 50e anniversaire de la mort du général de Gaulle, voici ce livre référence avec les paroles visionnaires du général sur la Chine, l’impérialisme américain, et bien sûr la France. Il n’était pas tendre avec les médias. Il accusait la presse d’être sous le contrôle de la gauche, surtout à la télévision qu’il a tenu en laisse par le biais d’Alain Peyrefitte, le plus longtemps possible. «Des gens accrochés à leur poste, disait-il, comme les moules au rocher». Il savait que s’il lâchait prise sur les informations diffusées, son temps serait compté : là encore prémonition. Certes ce n’était pas très démocratique de faire taire l’opposition mais l’évolution devait passer par là : c’est la jeunesse qui l’a poussé hors du pouvoir. Le général gouvernait à l’ancienne, avec une main de fer. Heureusement qu’il voulait le bien de la France et de ses habitants, sinon il aurait pu en profiter sur le plan personnel. De Gaulle a marqué la France au fer rouge. Il faudra attendre François Mitterrand pour libérer la presse. Le président de la gauche ne pouvait pas faire autrement. Chacun son époque. Si nous avons tant de chaînes de télés et de radios, c’est grâce à François Mitterrand, ne l’oublions. La légende veut qu’il empêche de Gaulle de tomber du balcon quand le général fêta la Libération de Paris, à l’Hôtel de Ville. Personne n’a pris de photo. Dommage ! VGE a dit que depuis De Gaulle (et lui-même), seul Mitterrand avait été à la hauteur de fonction présidentielle.

-Le monde selon De Gaulle. Le général à livre ouvert…, François Kersaudy. Taillandier, 472 p., 22,90 e

Mélancolie Rodéo, Jean-Michel Jarre (Robert Laffont)

08.10.19 | par morlino | Catégories: HENDRIXEMENT

Il y différentes sortes de livres et parmi ceux sur les souvenirs de gens du spectacle, celui de Jean-Michel Jarre est à mettre en haut de l’affiche. Il ne se moque pas des lecteurs : ouvrage très bien présenté, avec un sommaire très original, illustré par des images de grande sobriété, comme son texte bien mené. Ce n’est pas la prose d’un écrivain mais celle d’un artiste à coup sûr. Il sait regarder ce qui l’entoure, depuis l’enfance, et il sait le restituer avec la macération du temps. Tout est dit avec une certaine nostalgie tempérée par la présence des enfants qui sont l’avenir en marche. Jean-Michel Jarre a du goût et très bon goût. La preuve, Charlotte Rampling, l’un des piliers de sa vie. La comédienne- l’une des plus grandes de sa génération- apparait dans le livre, et personne ne s’en plaindra. L’autre pilier majeur est tout naturellement la mère du musicien, une autre femme d’exception. La grande résistance France Pejot qui manifestait du courage tout le temps. Prise au hasard dans un hold-up en pleine pharmacie, elle règle le problème en faisant la moral au voyou ! Une autre fois, elle voit qu’on lui vole son téléviseur mais ne bronche car on ne risque pas sa vie pour une télévision. Chapeau ! Quand on a une maman de cette trempe, il faut être à la hauteur. Le fils de Maurice Jarre y parvient. Il a réussi niveau musique à faire aussi bien que son père, ce qui n’est pas facile. Aussi bien dans un genre différent. D’aucuns pensent que c’est de la soupe. Pas moi. Jean-Michel Jarre semble ne pas vieillir. Encore plus figé dans l’adolescence que BHL. Bien sûr, il voit des gens de la haute société : les présidents de la République défilent. Ce n’est pas ma cup of tea. Lorsque François Mitterrand est élu à l’Elysée, la maman de Jean-Michel dit : «Encore un président de droite ». Bien vu ! Le livre est bourré de souvenirs que l’on s’approprie quand il évoque un Teppaz ou Chet Baker, le Miles Davis blanc.

-Mélancolie Rodéo, Jean-Michel Jarre. Robert Laffont, 384 p, 21 €.

Eugène Saccomano (1936-2019), de Borsalino à Giono

08.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Il était né au temps du Front populaire.
Outre sa passion pour le football - qui remontait à son enfance- il aimait la littérature.
Une passion contrariée par une mauvaise aventure. Il avait écrit à la fin des années 1968, Bandits à Marseille… qui porté à l’écran est devenu un film mythique (Borsalino) avec Delon et Belmondo. Entretemps, il céda les droit pour une bouchée de pain. Ce ne fut pas bingo !
On lui doit trois grands livres:
-Goncourt 1932 (1999)
-Céline coupé en deux (2013)
-Jean Giono, le vrai du faux (2014)

Goncourt 1932, raconte comment Céline a raté le Goncourt.
Céline coupé en deux, radioscopie les deux Céline, l’homme de gauche devenu facho libertaire antisémite. Eugène Saccomano donne sa vision de l’écrivain.
Jean Giono, le vrai du faux. Explique bien que Giono fut le contraire du collaborateur. La mafia littéraire de l’après-guerre l’a mis à l’index car il avait tellement de talent qu’il fallait le tenir à distance. Giono ne s’est jamais parisianisé pour s’imposer.
Pour les deux derniers, Eugène Saccomano a écouté mes conseils et s’est dirigé vers Le Castor Astral pour les éditer.
Quand j’ai consacré mon feuilleton littéraire dans L’Evénement, à Goncourt 1932, Eugène Saccomano était plus que très heureux. Enfin, on le sortait du ghetto du football. Il avait dû attendre 40 ans ! D’habitude je consacrais mon feuilleton à Raymond Guérin, parmi d’autres merveilles. Je n’ai pas choisi son livre pour lui faire plaisir mais parce que son livre est très bien ficelé. Le fond et la forme. L’écrivain Saccomano prend grand soin à ne pas lasser le lecteur qu’il tient toujours en éveil.
Eugène Saccomano était un très grand lecteur, de matchs et de livres. On ne la lui faisait pas !
Il était aussi un cinéphile très pointu.
On a beaucoup ri.
Lui, le Nîmois. Moi, le Niçois.
Nous étions unis par une géographie sentimentale.
Il était de l’ancien temps: celui de la formation continue, rien à voir avec la starification instantanée.
Quand Jean-Luc Lagardère lui a remis la Légion d’honneur, il m’a convoqué fissa à Europe 1.
Pendant son discours de remerciements il a dit:
-"Sans la presse que serions-nous ? Rien".
Le travailleur acharné était d’une lucidité sans faille.

[Post dédié à sa femme Françoise, à leurs enfants, à leur petits-enfants]

Le mythique Manchester United est à la dérive: 12e avec 9 pts

07.10.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL

MU n’a plus d’âme. Son football est idiot et encore c’est un compliment. Le 20 octobre à 17 h 30, Liverpool le leader vient défier MU à Old Trafford. En cas de défaite (programmée de MU) Solsjkaer fera sans doute ses valises. Le costume de coach est impossible à porter à MU depuis le départ de sir Ferguson. On est passé du paradis à l’enfer. Du Théâtre des rêves à celui des cauchemars. Les joueurs ont peur, sont battus d’avance. On dirait des enfants égarés en trottinette sur une piste de F1. Ils ne dégagent que de l’angoisse.

Dimanche 6 octobre 2019
8e journée de Premier League
Newcastle 1-0 Manchester United
But pour l’équipe de l’ami Steve Bruce: Longstaff (72e)

Entre MU et le dernier, il n’y à que 6 points de différence !
Entre MU et le premier (Liverpool), il y a 15 points de différence.
La Maison Rouge touche le fond.
Après une saison à peu correcte, O.G. Solskjaer est dans la tourmente. MU joue de plus en plus mal au point de ne plus jouer du tout.
Scholes, Giggs, Rooney ont été remplacés par des mollusques.
Man United est en crise permanente.
C’est l’apologie du vide. Du jeu imbécile. De la peur au ventre.
Autant aller voir un match de minimes.
Ole Gunnar Solskjaer n’a pas su réveiller la Belle au Bois dormant.
On y a cru mais il est resté en rade.
MU a commis l’erreur de ne pas prendre Guardiola ou Klopp.
Résultat: MU n’est plus rien.
Klopp est en passe de gagner le championnat après 30 ans d’échecs.
MU est sur le chemin de ses 30 ans de traversée du désert.

Newcastle: Dubravka; Willems, Clark, Lascelles ©, Schar, Yedlin; Almiron (Krafth 90e), S Longstaff, M Longstaff, Saint-Maximin (Atsu 83e); Joelinton (Carroll 56e).
Manager: Steve Bruce, ex capitaine de Man United de la grande époque

Manchester United:
De Gea 1. Joue dans défense
Dalot (Rojo 60e) Double 0. On ne tire pas sur deux ambulances
Tuanzebe 0. Encore en apprentissage
Maguire 0. Il a coûté une fortune mais ne vaut pas un clou
Young © (Chong 86e). 1 Young ne l’est plus
Fred 0 Une illusion d’optique
McTominay 0 Un éternel espoir
Andreas 0. N’a rien à voir avec Lou Salomé
Mata (Greenwood 66e) 0 Ne mate rien depuis longtemps. Greenwood ? Trop tendre
James 0 Allo James quoi de nouveau ? Tout va très mal, Mme la Marquise
Rashford 0 Court, court, et court

Manager: Solskjaer 0 Est à la dérive
Sur le banc: Romero, Williams, Matic, Gomes.

Classement
1 Liverpool 24 pts 8 matchs 8 0 0/ 20 6 + 14
2 City 16 pts 8/ 5 1 2/ 27 9 + 18
3 Arsenal Arsenal 15 8/ 4 3 1/ 13 11 + 2
4 Leicester City 14 8/ 4 2 2/ 14 7 + 7
5 Chelsea 14 8/ 4 2 2/ 18 + 4
6 Crystal Palace 14 8/ 4 2 2/ 8 8 0
7 Burnley 12 8/ 3 3 2/ 11 9 + 2
8 West Ham United 12 3/ 3 2 11 11 0
9 Tottenham 11 8/ 3 2 3/ 14 12 + 2
10 Bournemouth 11 8/ 3 2 3/ 13 13 0
11 Wolverhampton 10 8/ 2 4 2/ 11 11 0
12 Manchester United 9 8/ 2 3 3/ 9 8 + 1
…………………………………………………….
20 Watford 3 8/ 0 3 5/ 4 20 -16 3

Eloge du métèque, Abnousse Shalmani (Grasset)

06.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Voilà un livre qui tombe bien quand on voit qu’on insulte en 2019, lors de la CON(vention) de droite- les étrangers qui veulent vivre en France. De droite ? La droite bête et méchante pas celle des Hussards. Il ne faut pas confondre étranger et délinquant. N’y a-t-il pas de bons-français-bien-de-chez-nous qui collectionnent les condamnations ? Il ne faut pas réduire l’immigré au rang de celui qui habite un endroit où il n’est pas né. Son apport à la communauté nationale est une pièce de plus à l’édifice. La France est un pays de 68 millions d’habitants. Elle a les reins solides. Les reins de la République. La majorité silencieuse ne descend jamais dans la rue.
Le livre d’Abnousse Shalmani est un hymne aux gens venus d’ailleurs. «Je suis une métèque» dit-elle s’appuyant sur le vagabondage, les larmes, le vol, la peur, l’ostracisme, le pas de côté. Et aussi l’intégration, l’insertion, l’amour de la France, à l’image de Georges Moustaki. Abnousse Shalmani a raison de souligner que nous sommes aussi autre chose que notre biographie. Aujourd’hui, des petits esprits pratiquent encore la pensée de Charles Maurras qui ne voyait pas plus loin que le bout de son hermétisme.
Les racistes font le métèque. Que ferait un Auvergnat de sept générations si on le propulsait en Somalie ? L’essayiste rappelle que jadis les comédiens étaient traités comme des prostitués parce qu’ils vivaient différemment que le commun des mortels. Elle passe en revue ceux qui ont enrichi la France par leurs œuvres : Soutine, Modigliani, Chagall… Il s’agit de peintres mais on pourrait citer des épiciers, des éboueurs ou des médecins. Abnousse Shalmani célèbre aussi des personnages fictifs, comme Hercule Poirot, des héroïnes incarnées par Ava Gardner, une compagne de Baudelaire, un héros de roman (Martin Eden de Jack London)… L’éloge du métèque est la meilleure réponse à la débilité du grand changement.

-Eloge du métèque, Abnousse Shalmani. Grasset, 192 p., 18 €.

Hommage à l'intelligence d'Alain Souchon

04.10.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

L’une des plus grandes chansons françaises, du niveau de Boris Vian.
Aussi forte que Le Déserteur.
On devrait la diffuser dans tous les lieux de culte de toutes les religions du monde
entier.

A voir: Integral Week-end 2019 avec La revue de stress à 18′ 40′’

https://www.cnews.fr/emission/2019-10-06/integrale-week-end-2e-partie-du-05102019-885926

Baudelaire (M-C Natta), Alexandra David Néel (J. Chalon) et les Renoir (F. Renoir) )

04.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, VAN GOGH FOR EVER

Cette biographie contient la vie de l’un des plus grands vivants que la terre ait porté. Une journée de Baudelaire vaut un an de la vie d’un quidam, tant il voyait tout, ressentait tout. Une sensibilité hors du commun. Une rage d’expression de toute beauté. Un caractère atrabilaire. Fallait pas l’énerver, le bougre ! Il ne vous ratait pas. Les Fleurs du Mal ? Chef d’œuvre absolu. Baudelaire est un phare qui met des mots sur nos sentiments les plus enfouis. Son rapport à sa mère a forgé l’une des plus grandes liaisons de la littérature française. Il a aussi écrit sur les paradis artificiels qu’il a beaucoup fréquentés, sans aucun prosélytisme. Loin de faire l’apologie du H, il a prévenu «que le meilleur moyen de paralyser la jeunesse française était de lui faire fumer du haschisch». Parole prémonitoire. Lire cette biographie nous projette au XIXe siècle, notre préhistoire. Baudelaire est mort mais sa présence est dans tous ses livres, belles éditions ou poche tout abîmé. A son propos, on peut parler de génie. On prend des risques quand on lit Baudelaire car il est possible de se surprendre à dire : suis-je vivant ou déjà mort, tant je n’ai pas ressenti ce qu’il écrit ? Baudelaire, clairvoyant des clairvoyants.

-Baudelaire, Marie-Christine Natta. Perrin, 1040 p. , 16 €

La réédition de la biographie signée par Jean Chalon est l’occasion de retrouver l’aventurière d’exception. A son époque, on faisait vraiment les trajets car on ne traversait pas les mers… en avion. Le trajet comptait autant que la destination. De nos jours, il n’y a plus de trajets. On va d’un point à un autre. Alexandra David-Néel(1868-1969) a vécu plusieurs vies : anarchiste, bourgeoise, bouddhiste, chanteuse orientale, exploratrice, journaliste et écrivain. Infatigable, l’aventurière ne tenait pas en place quand elle a pu voyager. Une trépidante qui en fait l’une des plus grandes de son temps. Elle eu un vie EXTRAORDINAIRE jusqu’à 101 ans. On ne devrait parler que d’elle et on n’en entend jamais parler. Chacun ses modèles. Chapeau Madame !

-Le lumineux destin d’Alexandre David-Néel, Jean Chalon. Plon, 457 p., 24 €

Toute la saga des Renoir est dans ce volume sorte de livret de famille qui a donné une flopée d’artistes : Pierre-Auguste (peintre) et ses fils Jean (Cinéaste) & Pierre (acteur). La vie se déroule aux Collettes dans la villa de Cagnes-sur-Mer. On apprend que le patriarche, Pierre-Auguste n’aimait pas peindre avec des modèles professionnels. Il n’était pas facile de trouver des femmes qui voulaient poser nue. Ensuite, elles se faisaient maltraiter. L’arrière-petit-fils du peintre nous raconte le quotidien de la maison Renoir avec la visite de Rodin qui déjeuna à Cagnes avec Vuillard, le marchand de tableaux. Sacré tour de table ? Cela donna :
Rodin - «Maître !»
Renoir - «Maître !»

-Le Tableau amoureux, Jacques Renoir. Phébus/ Libretto, 200 p. , 8, 90 €

Jazz Rock. Esprits libres et fusion des genres, de Marc Alvarado (Le mot et le reste)

03.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, HENDRIXEMENT

Superbe livre ! Toute la musique que j’aime… loin des débilités qu’on entend depuis le RAP bassement commercial. Le RAP à 90 % c’est nullissime. Textes pauvres, bruit au lieu de musique. On n’a jamais vu Hendrix entouré de thons siliconés. Le RAP à 90 % c’est nullissime. Textes pauvres, bruit au lieu de musique. De l’après-guerre à la fin des années soixante-dix, on a eu droit à de vrais artistes. Ce n’était pas toujours mieux avant mais dans ce cas oui.
Marc Alvarado, né en 1961, dresse le panorama des meilleurs musiciens des décennies 1960 et 1970. Il montre bien les influences dans leurs mouvements de flux et reflux. A la fin des années 1960, le jazz et la soul musique s’essoufflaient alors que le rock régnait. Miles Davis a très bien pris le virage de la musique électrique tandis que Hendrix tendait vers le jazz, à sa manière, son unique manière avec un son inimitable et qui vrille le cœur. La mort du guitariste nous a privés de disques d’anthologie. On assista à la naissance artistique de Chick Corea et John McLaughlin. Le funk pointa le but de son talent avec H. Hancock et Earth, wind and fire. Vers 1966, le mouvement hippie déferla sur le monde comme une tornade de liberté. Les jeunes s’illusionnaient avec ou sans H dans l’espoir de fuir le système établi par les parents.
A partir des années 1965, les Beatles ont lancé la mode de la marijuana sans trop sans rendre compte. Eux-mêmes imitaient Bob Dylan. Les patrons de presse sortaient des journaux (Rock and Folk, Rolling Stone…) car les jeunes n’avaient rien à se mettre sous la dent à part Salut les Copains. 1967 devint historique avec la sortie de Sergent Pepper’s lonely hearts club band.
Une fois lancée, la révolte déstabilisait les radios. A la fin des années 1960, le jazz fut détrôné par le rock, chez les Blancs, et par le rhythm’n’blues chez les Noirs. La basse électrique se fit entendre. Malcolm X glorifia le Noir et refusa la domination blanche. La tamla Motown faisait la pluie et le beau temps. On entendait aussi des influences brésiliennes avec Stan Getz et Joa & Astrud Gilberto. Il y avait aussi Chico Buarque, Jorge Ben et Gilberto Gil. Le jazz rock se fit une place au soleil. Woodstock devint le concert du siècle avec 500 000 personnes présentes. Sly and the familly stone donnait le rythme. On était heureux. Surtout jeunes. Certains le sont restés. D’autres sont morts. Le plus grand nombre survit et transmet.

-Jazz Rock. Esprits libres et fusion des genres, Marc Alvarado. Le mot et le reste, 325 p. , 23 €.

Cristiano Ronaldo porte à 128 buts son record en C1

02.10.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Les trois buts de la Juve.

Mardi 1er octobre 2019
2e journée de phases de groupe de C1 2020
Juventus Turin 3-0 Bayer Leverkusen
Buts pour la Juve: Higuain (17e), Bernardeschi (62e), C. Ronaldo (89e)

Le nouveau but en C1 aigné par Cristiano Ronaldo permet au Portugais de réaliser de nouvelles prouesses, notamment:
-128 buts en C1
-plus grand nombre de victoires dans la compétition (102)
-14 saisons consécutives en C1 avec au moins un but marqué (14)

Pendant ce temps le Real Madrid est en crise, à l’image du gardien Courtois, incapable de s’adapter au Real, tout comme Eden Hazard qui n’est plus qu’une ombre. Les deux joueurs ne sont pas compatibles avec la Liga. La pression est trop forte. Jouer au Real cela revient à disputer une finale de Coupe du Monde chaque journée.
Sans CR7, le Real n’avance plus en C1.
Un Ronaldo leur manque et tout est dépeuplé.
Modric, Ballon d’or 2018, n’avance plus. Le trophée lui coupe les jambes. La preuve n’est plus à démontrer qu’il ne le méritait pas. Il a été récompensé pour avoir perdu (!) la finale de la Coupe du Monde 2018 contre la France. Le football se venge. Le football se venge toujours. C’est pour cela que ce sport reste le plus suivi.

Les dernières batailles (J. Copeau/ Gallimard). Antoine Vitez & la poésie (M. Etienne/ Le Castor Astral)

01.10.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Totalement maltraité par la critique qui le considérait comme un manipulateur d’acteurs, Antoine Vitez était le meilleur metteur en scène de son temps, avec Patrice Chéreau. Depuis qu’ils sont morts, je ne mets plus un pied au théâtre. Me souvenir de leurs spectacles est plus fort que toutes les âneries visuelles.

Il faut vraiment avoir le courage pour publier des deux livres. Courage financier. A l’ère du numérique qui peut se passionner pour Jacques Copeau et Antoine Vitez ? Les deux as du théâtre sont des maîtres de la langue française. Dans le livre de Copeau, on plonge dans la période fondatrice du théâtre qui a transformé l’art dramatique. Peu ou pas de décor. Tout pour le texte et la simplicité du jeu. Le cofondateur de la NRF a été déterminant dans l’utilisation de l’espace et la direction d’acteurs, ouvrant la porte du Vieux Colombier à une génération excellentissime. Louis Jouvet et Charles Dullin prendront le relais. Après des hommes de ce calibre on se demande comment ose-t-on encore monter des pièces débiles sur les grands boulevards et ailleurs ? Copeau n’était pas hermétique, tout le contraire. Le théâtre est un art éphémère. Il ne reste rien de Copeau, sauf ses écrits.
Pareil pour Antoine Vitez dont certaines mises en scène ont néanmoins été captées. Vitez… je lui dois beaucoup. Je l’ai approché de très près pendant cinq ans. Je le voyais parfois tous les jours, présent dans toutes les répétitions de ses spectacles que je photographiais. Je lui avais dit : «Je sais que je vis avec toi le prolongement historique : Antoine, Gémier, Pitoëff, Baty, Copeau, Jouvet, Dullin, Vilar, Dasté… Je veux être ton «Agnès Varda» au masculin». Et il m’accepta. Parfois, il venait me dire : «J’ai vu ce que tu as pris, je suis d’accord… » On était complice. J’ai sans doute vu 30 fois certaines de ces mises en scène. Sans jamais me lasser une seconde. Je retrouve sa présence dans le livre de son ancienne collaboratrice qui le fait bien revivre intellectuellement. Avoir été longtemps au chômage avait marqué profondément Antoine Vitez. Ensuite, il a travaillé sans cesse pour faire le plus possible de mises en scène. Il montait plusieurs spectacles en même temps. Exténuant ! Il est mort trop jeune sans pouvoir accomplir tant d’autres projets. Il nous a donné des spectacles, des poèmes, des photos, des traductions, deux filles et son amitié. On le disait rigide mais il était élégant, toujours en blanc ou en noir. Il était acteur et pédagogue comme ses grands devanciers. Sa mort est une perte considérable pour la France. Depuis qu’il est mort, je ne vais plus au théâtre. Je préfère me souvenir de ses créations disparues que d’aller voir de simples entreprises de spectacles. Le théâtre est le lieu où l’on entend le langage, telle était son credo.

-Les dernières batailles (1929-1949). Registre VIII. Edition de Maria Inès Alverti et Marco Consolini. Gallimard, 630 p., 36 €.

-Antoine Vitez & la poésie, Marie Etienne. Le Castor Astral, 224 p., 12 € ;

Disparition de Mme Eglal Farhi, fondatrice du New Morning. Disparition du dessinateur Pierre Le-Tan

01.10.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT, VAN GOGH FOR EVER

Eglal Farhi (1922-2019), fondatrice du mythique lieu parisien le New Morning, est morte à son domicile de Neuilly à l’âge de 97 ans.
Journaliste d’origine égyptienne, la grande dame, discrète et distinguée et enthousiaste fut proche des plus grands jazzmen et d’autres musiciens tout aussi talentueux.
Sa petite salle est devenue un lieu. J’y ai vu et écouté Chet Baker, l’un de ses derniers concerts. Dans mon souvenir nous n’étions pas plus d’une quarantaine. J’avais lu l’annonce de la venue du Miles Davis blanc dans Pariscope. Je m’attendais à trouver les guichets fermés. En fait non. Quasi personne. La fille de la fondatrice du New Morning a succèdé à sa maman.

Pierre Le-Tan (1950-2019) peintre, dessinateur, décorateur et illustrateur, vient aussi de disparaître. Touche à tout dès qu’il avait un crayon à la main, il pouvait s’exprimer dans la presse, au cinéma, dans la mode et sur la couverture de livres. Il a illustré magistralement certains livres de Modiano. Son trait fait de hachures est reconnaissable d’emblée. Il y règne un apaisement. Il révèle la beauté des lieux. Dommage que son Paris n’existe que mentalement. Dans sa ville on circule sans la pollution, non pas atmosphérique mais administrative de l’actuelle direction de la capitale. Fils de peintre, il dessiner comme on respire. Ses Trois filles ont hérité de son talent, héréditaire dans leur famille.

King Hamilton vainqueur en Russie s'envole vers un 6e titre de Champion du Monde de F1

30.09.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Avec son 8 Grands Prix gagnés cette saison, Hamilton se dirige vers son 6e titre mondial. Il a gagné en Russie avec plus de 3 secondes d’avance sur son coéquipier. Beau doublé Mercedes ! Leclerc a fini à plus de 5 secondes. Ce n’est pas tous les jours dimanche, pour Ferrari.

Dimanche 29 septembre 2019
Grand Prix de F1 Russie

1er Lewis Hamilton, Mercedes
2 V. Bottas, Mercedes
3 C. Leclerc, Ferrari
4 M. Verstappen, Red Bull/ Honda

Championnat du monde des pilotes
1er Hamilton 322 pts
2 Bottas 249 pts
3 Leclerc 215 pts

Nombre de victoires en GP
1er M. Schumacher, 91
2 L. Hamilton, 82
4 Verstappen, 212 pts

Classement des constructeurs
1er Mercedes, 571 pts
2 Ferrari, 409 pts
3 Red-Bull/ Honda, 311 pts

Titres de champion du monde de L. Hamilton:
2008, 2014, 2015, 2017, 2018

Un voyage de 1040 pages: Baudelaire, par Marie-Christine Natta (Perrin),

28.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

Serge Reggiani dit du Baudelaire à Denise Glaser. Mille fois mieux que le slam radoté par des à-la-mode. Reggiani ? Grand Corps Ecorché Vif.

Cette biographie contient la vie de l’un des plus grands vivants que la terre ait porté. Une journée de Baudelaire vaut un an de la vie d’u quidam- et peut-être même une décennie, tant il voyait tout, ressentait tout. Une sensibilité hors du commun. Une rage d’expression de toute beauté. Un caractère atrabilaire. Fallait pas l’énerver, le bougre ! Il ne vous ratait pas. Les Fleurs du Mal ? Chef d’œuvre absolu. Baudelaire est un phare qui met des mots sur nos sentiments les plus enfouis. Son rapport à sa mère est l’une des plus grandes liaisons de la littérature française. Ses textes sur l’art sont à lire et à relire. Il a aussi écrit sur les paradis artificiels qu’il a beaucoup fréquentés, sans aucun prosélytisme. Loin de faire l’apologie du H, il a prévenu «que le meilleur moyen de paralyser la jeunesse française était de lui faire fumer du haschisch». Parole prémonitoire: le H détruit la volonté, explique-t-il. Lire cette biographie nous projette au XIXe siècle, notre préhistoire. Baudelaire est mort mais sa présence est dans tous ses livres, belles éditions ou poche tout abîmé. A son propos, on peut parler de génie. On prend des risques quand on lit Baudelaire car il est possible de se surprendre à dire : suis-je vivant ou déjà mort, tant je n’ai pas ressenti ce qu’il écrit ? Baudelaire, clairvoyant des clairvoyants.

-Baudelaire, Marie-Christine Natta. Perrin, 1040 p. , 16 €

La France dit adieu à Jacques Chirac, le dernier président dans le rôle de père

26.09.19 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS

Jacques Chirac était un professionnel de la politique. Il connaissait ses limites. A la fin du débat de l’entre deux tours des présidentielles 1988, il a reconnu: “J’ai perdu. Mitterrand ment de manière indétectable” (Je cite l’esprit mais pas la phrase exacte). En 2002, il refusa de croiser le fer avec Jean-Marie Le Pen pour des questions déontologiques.

Imaginez la scène à Bruxelles, entre Kohl, Mitterrand, Chirac et Tony Blair.
Mitterrand demande aux convives:
-Pour vous, quels sont les grands tournants de l’Histoire?
Tony Blair: “1215, La Grande charte".
Kohl: “1648, Traité de Westphalie".
Mitterrand dit: “496, baptême de Clovis”
Tout le monde se retourne alors vers Chirac qui prend sa canette et dit: “1664, Kronenbourg!”
Un humour à la Michel Audiard. Voilà pourquoi les Français aimaient et aiment encore Jacques Chirac (1932-2019). Pendant des années, ils l’ont vu courir, sauter le tourniquet du métro, engloutir des tranches de saucisson au Salon de l’Agriculture. Sans parler de la tête de veau. Un vrai Obélix !
Georges Pompidou ne l’appelait pas pour rien: le Bulldozer.
“Tueur” politique, Chirac ne supportait pas que l’on critique Pompidou auquel il resta fidèle toute sa vie. Tous les deux avaient en permanence la clope au bec. Comme De Gaulle au temps de sa splendeur.
Quand quelqu’un meurt, on laisse les casseroles de côté. Chirac en avait: elles faisaient du bruit. Tous les hommes politiques font des écarts car pour gagner il faut capter des voix chez les opposants.
Rendons hommage à ses qualités.
Animal politique. Un fauve. Il a dézingué VGE (1981): officiellement il a voté pour lui, dans les coulisses il soutenait Mitterrand qu’il a rencontré en cachette chez Edith Cresson.
Il a dézingué Sarkozy (2012) pour soutenir Hollande.
Né pour la politique, il avait les épaules larges, pour encaisser et donner des coups.
Chirac a refusé la guerre en Irak (2003). Evitant de nombreux deuils !
C’est le seul président à reconnaître que la France s’est mise 100 % au service de nazis pour faire la rafle du Vel’d'Hiv. Il n’a pas fait le distinguo entre Etat Vichy et République, à la différence de Mitterrand. (On sait pourquoi!)
En Israël, il remet en place le service d’ordre israélien, car il veut saluer les quartier palestiniens.
Jacques Chirac a mené sa vie politique avec une main de fer: il démissionne de son poste de Premier ministre de VGE pour créer le RPR. Puis devient maire de Paris, son tremplin pour l’Elysée.
Aucun autre Premier ministre n’a démissionné de ses fonctions. C’est dire qu’il croyait en son destin.
Le cavaleur - son surnom était “Cinq minutes, douche comprise"- collectionnait les conquêtes mais n’a jamais quitté sa femme qui l’a aimé quand il était inconnu.
A sa garde rapprochée qui lui disait de se calmer, il répondait: -"Il faut bien que je vive!”
Chirac confia à R. Bachelot:
-"Les campagnes électorales en province sont formidables: elles permettent de boire, manger, pisser et baiser", dit-il avant d’aller au WC, éclatant de rire.
Il avait le fluide des gens à forte personnalité. Quand il entrait dans une pièce, on ne voyait que lui. Son charisme n’était pas dû à son fonction.
Il était grand. Les Français aiment les grands hommes politiques. Par la taille.
Les talonnettes de Sarkozy en disent long sur ce sujet. Hollande ? Imagine-t-on Chirac sur un scooter ?
Chirac est le dernier président dans la peau d’un père.
Sarkozy et Hollande étaient des frères.
Macron, le premier fils de l’Histoire.
Chirac était plus à gauche que Mitterrand. La preuve, il lui a rendu le plus bel hommage au président socialiste lors de la disparition.
On connaissait la souffrance de Chirac: précisément la souffrance de sa fille aînée Laurence, décédée en 2016.
Au moment de la mort de son ami Michel Baroin dans un accident d’avion, en 1987, Chirac fait comprendre à François Baroin, alors âgé de 22 ans, que désormais il sera un père pour lui.
Pudique, Chirac aimait passer pour un inculte. On a appris tardivement sa passion pour les Arts Primitifs.
Toujours déconcertant, le Corrézien aimait les combats de Sumo qu’il connaissait mieux que le football.
Chirac était un homme d’Etat. Quand on siffle la Marseillaise au SDF, il affiche sa colère. Quand il serrait des mains, il donnait tout alors que Macron lui se rince les mains avec une fiole quand il a serrer des paluches.
Sa mort va réunifier la France.
Les Gilets Jaunes et les professionnels du désordre vont-ils ternir le deuil, samedi 28 septembre 2019 ?
Entendez-vous ce silence assourdissant: celui de VGE.*

*Déclaration officielle: “J’ai appris avec beaucoup d’émotion la nouvelle de la disparition de l’ancien président de la République Jacques Chirac. J’adresse à son épouse et à ses proches un message de profondes condoléances". Il y a peu VGE a déclaré que depuis lui, seul F. Mitterrand avait su être à la hauteur de la charge présidentielle. Mitterrand et personne d’autre. La sobriété de la déclaration de VGE tranche avec les larmes de crocodiles que déverse la classe politique - surtout les opposants d’en face ou de son camp- depuis l’annonce du décès de Jacques Chirac, le 26 septembre 2019, vers midi.

Riviera française. Les bâtisseurs, 1773-1815, de Pierre Abou. (Editions de la Bisquine)

26.09.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Ce bel ouvrage, somme de références, nous dévoile toute la préhistoire des Alpes-Maritimes avec Nice, sa ville phare. Que s’est-il passé avant 1860, date du rattachement de Nissa la Bella à la France ? Réponse dans le livre de Pierre Abou, et même réponses avec un s. Nice, par sa météo paradisiaque, par sa nature enveloppante, de la mer aux montagnes, attira vite tous les étrangers qui rêvaient d’y habiter. Le Comté de Nice s’est fondu dans la France comme aucune autre région. Jamais plus les habitants de l’ex Comté n’ont demandé l’indépendance, à l’inverse d’autres coins de France. L’ouvrage se compose en cinq chapitres bourrés de grandes et petites histoires, de dates, de chiffres, d’informations, d’annotations, formant un ensemble à dévorer au compte-gouttes tant il faut assimiler ce qui est écrit pour nous rendre imbattable sur le sujet. Un cahier d’illustrations est au centre du livre. Les personnalités clefs du rattachement sont Jean-Dominique Blanqui et Gabriel-Isaac Veillon. Hélas ! on ne connait pas le visage de Blanqui. A l’époque, il était courant de poser - quand on avait de l’argent- devant un peintre, avant l’invention de la photo. En existe-t-il un portrait perdu dans la nature ? Cette absence prouve qu’il voulait laisser sa trace dans l’Histoire sans se soucier de laisser son portrait en souvenir. On était loin des selfies !

-Riviera française. Les bâtisseurs, 1773-1815, Pierre Abou. Préface Henri Proglio. Editions de la Bisquine, 435 p., 24 €

La laïcité dévoilée, par Marc Menant (Ramsay)

25.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

En vidéo, l’une des plus grandes chansons d’Alain Souchon. Le livre de Marc Menant est aussi un très bon remède pour lutter contre la connerie: l’esprit des Lumières contre l’obscurantisme.

Ce livre remet l’église au milieu du village !
Les pamphlétaires ont disparu. Le courage a disparu.
Marc Menant reprend le flambeau et dit ce qu’il a dire du haut de son talent comme jadis Jean Jaurès montait sur les estrades pour clamer son discours, haut et fort.
L’ancien grand leader socialiste- assassiné parce qu’il était contre la Première Guerre mondiale qui arrivait à pas de loup- est cité dans le livre: “Aucun pouvoir, aucun dogme ne doit limiter le perpétuel effort et la perpétuelle recherche de la raison humaine". Jean Jaurès était un politicien appréciait par ses opposants civilisés parce qu’il ne pensait pas avec des œillères.
Contre les bobos du PAF qui pratiquent l’angélisme de bas étage, Marc Menant dégaine la laïcité qui fait la grandeur de la France. Qui fait et non pas qui a fait.
Ceux qui donnent des leçons de tolérance en France se feraient exécutés dans les pays qu’ils apprécient depuis la terrasse du Flore ou de la salle de chez Lipp où il n’y a plus Léon-Paul Fargue depuis longtemps.
Personne n’est obligé d’avoir une religion, et surtout on ne doit pas l’afficher dans l’espace public.
Ceux qui narguent la France sont manipulés par des intégristes qui savent que pour vraiment être appliqué l’Islam doit posséder le pouvoir politique d’un pays. Les mosquées sont un moyen. Le but c’est l’Elysée !
La France est un pays laïc qui comporte beaucoup d’athées et d’agnostiques que l’on entend jamais car ils forment la majorité silencieuse mais croyez moi que si un jour ils descendent dans la rue, cela sera autre chose qu’un mouvement de rancuniers dépossédés de leurs revendications par des professionnels du désordre qui cassent des vitrines pour voler des portables et surtout pas les œuvres complètes de Marcel Aymé.
Marc Menant met les points ou plutôt le tréma sur le i de laïcité pour rendre hommage à ceux qui ont vécu pour la défendre: Gassendi, la Fontaine, Voltaire, Diderot, Condorcet, d’Holbach, D’Alembert, Jaucourt, Fontenelle, Spinoza, Fourier, Nietzsche, Gambetta, J. Ferry, Combes, Clemenceau…
Il nous rafraîchit la mémoire en célébrant l’oublié Giulio Cesare Vanini (1585-1619) pendu parce qu’il a dit: “Je ne sais ce qu’est Dieu". Moi-même, j’ai été prié de prendre la porte quand j’ai dit au catéchisme: “Dieu est dans le ciel… A quelle vitesse vole-t-il ?” Le Chevalier de la Barre a été pendu pour moins que ça.
Marc Menant sort aussi des oubliettes, un autre grand Monsieur: Théophile de Viau, trop libre pour les dévots qui l’ont jeté en prison où il est mort en 1626, à 36 ans.
Il est bon de rappeler que depuis la Révolution française: “Nul ne peut apparaître en public avec des habits, ornements ou costumes religieux".
Enfant, je voyais des curés en soutane dans les rues. Aujourd’hui, des femmes voilées. Voilà pourquoi d’aucuns évoquent la théorie du grand changement.
Marc Menant est trop intelligent pour attiser le feu. Il se contente d’avoir le bons sens de la majorité des habitants de la France, de tous les horizons.
Il rend hommage à Colette, Joséphine Baker et Brigitte Bardot qui ont plus fait pour le féminisme que Simone de Beauvoir, ex collaboratrice à Radio-Vichy au temps de la France nazifiée. De nos jours, la Franco-Marocaine Zineb El Rhazanoui est une Marianne digne des grandes dames qui ont œuvré pour la Liberté de penser et d’agir sans subir le joug de l’oppression masculine, étatique ou religieuse.
“L’Etat laïc a émergé de la bataille- je devrais dire- de la guerre contre le catholicisme, l’obscurantisme et les superstitions", précise Marc Menant qui est un citoyen en dehors de tous les dogmes. Son livre sur la laïcité devrait être vendu devant tous les bâtiments religieux et même à l’intérieur !

-La Laïcité dévoilée, Marc Menant. Ramsay, 132 p., 18 €

Monaco bat Nice et sauve son entraîneur

24.09.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA

LE mythique Monaco 3-4 Nice. Un tel match de Nice sur le Rocher est de la science fiction à présent.

Mardi 24 septembre 2019
7e journée de L1
Monaco 3-1 Nice
Buts pour l’ASM: Golovine (29e, 74e), Ben Yedder (80e)
But pour Nice: Burner (54e)

Après le match
Dans le match de la survie, Monaco n’a pas lésiné et l’a emporté facilement.
Nice a failli marquer dès le début du match mais ce coup d’éclat ne déclencha pas un grand match des Niçois.
Nice n’a pas affiché de grinta.
Quand on ne s’attend à rien, Nice gagne mais quand on les attend, il n’y a rien. Mal récurrent depuis le dernier titre de champion de France niçois en … 1959 ! Soixante ans d’attente et ce n’est pas fini. Hélas ! Les nouveaux propriétaires anglais vont-ils réussir là où tous leurs prédécesseurs ont échoué ?
Nice n’a pas montré le visage d’un groupe qui voulait prendre 3 points et rejoindre Paris en tête du championnat.
Grosse déception. Les Aiglons ne sont mal préparés au derby.
Monaco regagne alors que l’équipe était jusqu’ici moribonde.
Nice confirme sa légende: les Niçois relancent toujours les clubs mal en point.

Avant le match
Lors de la saison 2006-2007, Nice était mené 3-0 au Louis II avant de l’emporter 3-4.
Un match mythique pour les Niçois. Un match atroce pour l’ASM. Un grand match de L1.
Côté Monaco, l’entraîneur était D. Deschamps. Dans la défense de l’ASM il y avait Evra.
Côté Niçois, l’entraîneur était G. Rohr connu pour sa grinta.
La remontée niçois fut de toute beauté.
En 2019, on va assister à la venue des Niçois, 3es du championnat, qui font le plus court trajet de la saison pour affronter des Monégasques hyper mal classés. Leur entraîneur est déjà sur la sellette.
Nice va-t-il confirmer sa belle entame de saison ou Nice va-t-il retomber dans son pire travers: relance les clubs moribonds ?
Nice avec sa nouvelle artillerie va se retrouver devant un club condamné à l’exploit.

Divers, textes, interventions, entretiens (1984-2019), Pierre Guyotat (Les Belles Lettres)

23.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR

Document: Patrice Chéreau, quelques temps avant sa mort, lit du Guyotat.

Connaissez-vous Pierre Guyotat ? Oui, bravo, vous êtes un grand lecteur. Non, vous avez des excuses car il est absent du PAF. Un auteur de ce calibre n’est pas comestible. L’écrivain a publié le plus grand livre depuis L’Etranger de Camus: Tombeau pour cinq cent mille soldats (1967), inspiré par la guerre d’Algérie, par «sa» guerre d’Algérie. Un livre plein de bruit et de fureur. Un chef d’œuvre avec du sang, des larmes, de la sueur. Et du sperme en plus !
La langue de Guyotat, portée à la scène par Antoine Vitez en 1981- depuis sa mort je ne mets plus un pied au théâtre- entre en nous comme le vent qui déchire des persiennes pour les faire voler en éclats. Ce livre c’était une question de vie ou de mort pour Guyotat.
L’écrivain joue sa peau quand il écrit.
Il n’a jamais écrit pour faire “Apostrophes” ou avoir le Goncourt. Le prix Nobel de littérature redeviendrait un grand prix s’il couronnait Guyotat qui est aussi soucieux de sa gloire que moi des dates de la tournée de M’Pokora.
Il a remis le couvert avec Eden, Eden, Eden (1970), interdit sous Pompidou qui s’est couvert de honte par cette censure. Pompidou était censé aimait la littérature. Pffff…
Le monde vu comme un bordel a sans doute effrayé Pompidou parce que la presse avait mouillé, à tort, sa femme dans des partouzes.
Dans le pavé que lui consacrent les Belles Lettres, on trouve tout ce qui compose l’univers de Guyotat. On est frappé par la simplicité, la limpidité de ses réponses aux interviews, lui qui vit dans un laboratoire du langage qu’il malaxe dans tous les sens pour essorer tout ce qu’il peut contenir. La clarté de ses réponses tranche avec ses écrits qui représentent un Everest à gravir. Il est plus tendance Artaud que Simenon ou Pagnol. Il ne fait pas une œuvre comme Proust sur un sujet déterminé hyper réaliste. Lui est la matière de son œuvre, avec le corps aussi présent que l’esprit. Proust est brode la dentelle, très Vermeer. Guyotat est le Francis Bacon de la Littérature, ou Bacon est le Guyotat de la peinture. L’univers des livres de Guyotat c’est Guyotat lui-même dans l’époque qu’il traverse. Pour Guyotat, la poésie a fait son temps. La poésie écrite, pas vécue.
Lui s’exprime en prose. On ressent toujours sa mise en péril. Il écrit comme un cycliste monte ou descend le mont Ventoux. Dans le livre, il dévoile sa passion pour le Tour de France. Certains de ses livres sont fermés, parce qu’il n’écrit pas pour faire un best-seller comme tous ces auteurs de livres inutiles qui écrivent bêtement sur l’amour parce qu’ils savent que 80 % des lecteurs sont des femmes. Guyotat n’a pas cette attitude dégradante.
Lui vit la littérature comme une traversée solitaire en bateau, au milieu des vagues hautes comme un immeuble avant l’accalmie qui ne présage rien de bon.
Dans 50 ans, Pierre Guyotat sera reconnu comme le plus grand écrivain d’après-guerre. Tous les auteurs -sauf Modiano ou Bobin- qui se vendent en 2019 seront oubliés. Pour l’instant, Pierre Guyotat vit, écrit, ou plutôt, écrit, vit. La littérature de Guyotat n’est pas illisible ou aride ou hermétique. Il écrit en Guyotat. Quand on est un vrai écrivain, on écrit toujours dans une langue étrangère pour les autres. Il faut un temps d’acclimatation. Divers, textes, interventions, entretiens (1984-2019) fait office de décodeur.
Comment s’appelle un président de la république qui nomme un ministre ? Un mac et sa pute.
Simple, non. Et si vrai.

-Divers, textes, interventions, entretiens (1984-2019), Pierre Guyotat. Edition établie avec Briec Philippon. Les Belles Lettres, 500 p., 27 €

Patrick Vieira fait à Nice ce que "Titi" Henry n'a pas su faire à Monaco

22.09.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

La joie des Aiglons coleaders de la L1, samedi 21 septembre 2019. Gros match à venir: Monaco-Nice, mardi 24 septembre 2019. Le Derby de la Riviera !

Samedi 21 septembre 2019
6e journée de L1
OGC Nice 2-1 Dijon
Buts pour Nice: Dolberg (29e), Atal (47e)
But pour les visiteurs: Tavares (22′) pour Dijon

OGC Nice : Benitez - Burner, Pelmard, Nsoki, Coly (Sarr 70e) - Lusamba, Cyprien ©, Lees-Melou - Ounas (Ganago 64e), Dolberg (Claude-Maurice 80e), Atal.

Dijon FCO : Gomis - Alphonse (Chafik 79e), Ecuele Manga, Aguerd, Mendyl - Ndong, Lautoa - Mavididi, Pereira (Soumare 61e), Chouiar (Amalfitano 79e) - Tavares ©.

Patrick Vieira a vite fait de s’installer en L1.
Ce que n’a pas su faire Henry, hyper médiatisé à son arrivée à Monaco comme si c’était Sir Ferguson. Henry est tombé dans le piège du je-suis-plus-important-que-le-club ou plutôt les médias ont entretenu cette mauvaise vibration qui lui a été fatale. Pour minimiser l’échec de l’ancien Gunner, il faut aussi dire que son successeur Leonardo est aussi en grande difficulté. Comme quoi le problème n’était pas le coach.
Vieira est arrivé à Nice, en toute humilité. Un profil bas, Zidanesque. Aucune arrogance.
Cette saison, avec enfin de vrais attaquants, il va pouvoir encore mieux faire.
Son Nice a du fond de jeu. Il manquait des artificiers devant.
A présent, l’ex Gunner (canonnier) à des buteurs, notamment Dolberg.
Vieira a su évacuer Mario Balotelli du vestiaire. L’Italien se la jouait trop star.
Henry va avoir du mal à se relancer: où sont Papin et Sagnol ? Consultants, ce grand parking aux coachs sans club.
Vieira a gravi les échelons petit à petit: en Premier League puis aux Etats-Unis.
Henry a brûlé des étapes. Un trop bref apprentissage avec la sélection belge.
Le duo directorial du Gym (Rivère-Fournier) A fait venir à Nice: Puel, Fabre et Vieira. Trois choix exceptionnels.
Nice, version anglaise, a un grand avenir. Depuis 2002, sa renaissance est réelle.
Vieira est déjà un grand coach: il le prouve à Nice qui n’est plus un club à faible surface économique. Les grands joueurs savent qu’ils peuvent venir à Nice sans risquer de s’affaiblir.

PS: après la victoire de Paris à Lyon, Nice est 2e exæquo (12 pts) de la L1 avec Angers, derrière le PSG (15 pts)

Les bons d'entrée (Autin-Grenier, Blaineau, Prévost, Le Bozec, Louÿs, Chaudun, Favier, Delerm, Jonquères, Lacoche...). Et les bons de sortie...

22.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Les bons d’entrée :

-Je ne suis pas un héros. Toute une vie ratée. Léternité est inutile, Pierre Autin-Grenier. La petite vermillon, 365 p., 8,90 €. Tout l’univers d’un écrivain effacé.

-Les chevaux de Rimbaud, Alexandre Blaineau. Actes Sud, 187 p., 22 €. Le poète aux semelles de vent à cheval c’est Unlucky Luke.

-Journal de Travail, 1929-1943, Jean Prévost. Préface d’Emmanuel Bluteau. La Thébaïde, 410 p., 25 €. Les coulisses salutaires de l’œuvre d’un héros encore trop méconnu.

-Les femmes et la Révolution (1770-1830), Christine Le Bozec, Passés/Composés, 220 p., 19 €. La Révolution n’a pas fait la part belle aux femmes. Elles ont combattu et combattu encore.

-Deux filles de leur père, Pierre Louÿs. Préface de Jean-Paul Goujon. Bartillat, 118 p., 14 €. Du porno-hard par l’as de la spécialité, tendance Balthus sans zeste de Marc Dorcel.

-L’ile des enfants perdus, Nicolas Chaudun. Actes Sud, 187 p., 18,81 €. Où est passé le film de Carné-Prévert avec Arletty, Anouk Aimée et Serge Reggiani ? Il y avait en prime Django Reinhardt.

-Virginia, Emmanuel Favier. Albin Michel, 305 p., 19, 90 €. Un phare du genre humain qui nous éclaire chaque jour.

-L’extase du selfie et autres gestes qui nous disent, Philippe Delerm. Seuil, 108 p., 14, 50 €. L’œil de lynx poursuit le décryptage de ce que beaucoup de gens font sans savoir ce qu’ils font.

-Nouvelles de mes nuits, François Jonquères. Balland, 223 p., 18 €. Un parfum de surréalisme par un descendant de Hussard.

-Mise au vert, Philipe Lacoche. Editions du Rocher, 387 p., 19 €. Un livre qui sent le tabac brun dans un café loin des Bobos.

Les bons de sortie :

-Et ainsi de suite, Jean-Luc Mélenchon. Plon, 192 p., 10 €. Le prix se veut anticapitaliste de la part d’un rebelle nationalisé.

-Orléans, Yann Moix. Grasset, 272 p., 19 €. Comment peut-on être antisémite en 1989 quand on sait qu’il y a eu six millions de Juifs tués dans les camps de la mort nazis ?

-Devoir de vérité, Tariq Ramadan. Presses du Chatelet, 288 p., 18 €. Le Ramadan littéraire nous dispense de lire ce livre.

-Une déflagration d’amour, Tina Kieffer. Robert Laffont, 239 p., 20 €. «Si tu fais du bien, surtout pas besoin de le raconter» a dit le grand champion cycliste Gino Bartali, un «Juste».

-Dictionnaire sans fin. Le Mensonge. Collectif, L’Herne, 280 p., 17 €. Il y a plein d’esprit (Clemenceau, Bernanos…) mais la présence d’auteurs contemporains insignifiants fait ressortir l’absence des indispensables de Guitry et Aragon le chantre du mentir-vrai.

Scott et Zelda Fitzgerald, par Stéphane Maltère (Folio biographies/ Gallimard)

21.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Livre en panavision sur le couple américain qui a fait les 400 coups et même les 4000 coups. Scott et Zelda sont les Bonnie and Clyde de la littérature. Quand il commence à gagner de l’argent, l’écrivain se met à tout claquer comme un gagnant au Casino de Monte-Carlo, plus que de la loterie pas assez chic pour lui. Partout le tabac et l’alcool, du matin au soir. Le couple a brûlé la vie et plus que ça. Tout se termine dans le drame avec Zelda qui collectionne les séjours chez les cinoques.
La biographie du duo de noceurs est menée sur un train d’enfer. On a l’impression de lire Paris Match caché à l’intérieur d’un vieil exemplaire des Nouvelles Littéraires. Les Fitzgerald ont vécu à l’identique des stars d’Hollywood, avec leur fille telle une cerise sur le gâteau. Au temps de leur splendeur, ils étaient toujours tirés à quatre épingles. Leur déclin ressemble à du rock n’roll mais c’était en fait un lamento plus proche de la trompette de Miles Davis.

-Scott et Zelda Fitzgerald, Stéphane Maltère. Folio/ Gallimard, 352 p., 9, 50 €

Le PSG sans Neymar Bling Bling étrille le Real Madrid avec un Hazard nullissime

18.09.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Le poids de l’Histoire ne fait pas tout. Au lieu d’être transcendés par leur maillot, les joueurs du Real ont été liquéfiés par leur manque d’intensité. Leur milieu de terrain était un Sahara sans oasis.

Mercredi 18 septembre 2019
Ligue des Champions 2020
Phase de groupes, 1ere journée
PSG 3-0 Real Madrid

Après le match
Paris a balayé le Real comme si c’était une équipe de National !
Paris sans ses vedettes -Neymar et Mbappé- joue bien mieux collectivement.
Les deux locomotives médiatiques sont des mangeurs de ballons.
Leonardo a durci l’entrejeu avec succès.
Cependant, il faut attendre les 8es pour voir ce que Paris a dans le ventre.
Neymar et Mbappé risquent de casser l’union de cette équipe.
Ils n’entrent pas dans le moule. Ils veulent que les autres jouent pour eux.
On sait qu’ils n’ont qu’un but: quitter le PSG.
Les autres, non. Ils veulent démontrer qu’ils sont très bons avec le PSG.
En face, il n’y avait que des fantômes. Pauvre Hazard. En signant au Real, il a perdu tout son football. Il fait peine à voir. On dirait un clone, un clown.
Il n’avance plus. N’a plus de vista. Bon à Chelsea, nul au Real. On dirait Ozil à Arsenal.
Bale ? Le Gallois a toujours cet étrange regard ? Il ne respire pas la joie de vivre.
Il a marqué, mais sa main a contrôlé le ballon !
La VAR change la donne du football: le Real a vu un but refusé à 2-0. Si 2-1 cela relançait l’équipe de Zidane qui a raté son intersaison. Il a recruté des joueurs de 4e zone. Hazard ne lui donne rien. Le gardien Courtois est une passoire. Navas doit rigoler. Il a bien raison.
Ce match n’est pas un match de référence: ce Real est trop mauvais.
Di Maria s’est amusé comme dans une cours de récréation: un doublé sans forcer.
Zidane va faire des cauchemars: il est revenu au Real mais l’équipe ressemble à un groupe de retraités qui errent dans l’aéroport, à la recherche de leur avion pour Ibiza qu’ils ont raté en raison de leurs valises trop lourdes à porter. Une valise pleine de trophées. Ils représentent plus le passé que l’avenir. Benzema ? Il a joué mais ce ne fut qu’un acte de présence. Il aurait pu resté dans le bus porte d’Auteuil, tant sa présence n’a servi à rien. Nada !

Avant le match
La campagne européenne du PSG commence par la réception du recordman de C1: 13 !
Paris affiche lui 0 C1.
Le Real Madrid est un des trois plus grands clubs séculaires du monde. Niveau prestige.
Le PSG est un club récent. Né dans les années 1970, il a pris de l’ampleur sur le plan économique avec le Qatar qui a fait venir Neymar pour l’image car le communication est une donnée très importante dans le sport moderne.Contre le Real, il ne joue pas: suspendu pour insultes envers l’UEFA
Le Real lui joue… sans C. Ronaldo parti à la Juventus Turin.
Les Madrilènes ne se sont pas encore remis du départ du super champion portugais. Ils n’en parlent jamais mais ne pensent qu’à ça !
Des rigolos ont dit en août 2018: “La page Ronaldo est déjà tournée". Faux, totalement faux.
Benzema qui a les clés du camion va devoir assuré en C1. C’est l’un des meilleurs attaquants du monde. Il a une très mauvaise image alors qu’il ne reçoit pour ainsi dire jamais de carton jaune. Il prend des coups et n’en rend jamais. Il a bien su prendre la succession de CR7 mais pas de manière constante. Benzema est très intelligent. Il n’est jamais rentré en rivalité avec C. Ronaldo. Benzema lit très bien le jeu. Ses autres qualités: rapide, explosif, adroit. Ultra collectif mais sans CR7, il erre souvent sur le terrain.
Eden Hazard lui aussi doit s’imposer au Real et vite. Ce qui n’est pour l’instant pas le cas du tout. Son temps d’acclimatation est trop long.
Le Real vient à Paris pour gagner. C’est l’ADN du club.
Paris a dans sa cage, Navas, l’ancien gardien du Real. Il a été remplacé par Courtois.
Ce match dans le match des gardiens va être très intéressant.
Navas est sous-coté. Courtois est surcoté.
Nota Bene: Modric blessé ne joue pas avec le Real. Jamais il n’aurait dû avoir le Ballon d’or 2018. C’est un joueur talentueux mais très loin du niveau de Messi et de CR7. De plus, il a été récompensé parce qu’il a perdu la Coupe du Monde 2018 gagné par Griezmann et Varane !

Questions sur l'encyclopédie, Voltaire (Robert Laffont/ Bouquins)

17.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Un cours magistral de l’historien Henri Guillemin. Un virtuose digne de Voltaire.

Pourquoi ne parle-t-on pas de Nicolas Cronk, Christiane Mervaud et Gillian Pink comme de Kylian Mbappé, Paul Pogba et Hugo Lloris ? Et de Voltaire autant que de Deschamps ? Le jour où cela arrivera, il y aura un profond changement dans la société française. Parler football, c’est très bien mais pourquoi déconsidérer la littérature et donc l’intelligence ? Tout simplement parce nos dirigeants ne veulent pas nous améliorer. Ils veulent que l’on reste stupide afin de mieux nous diriger là où bon leur semble pour leurs propres intérêts. A l’origine, les loisirs furent décidés pour permettre à ceux qui n’avaient pas fait d’études de rattraper le temps perdu. Belle initiative, sauf qu’entre-temps, ils ont inventé le PMU pour ancrer le vice dans la tête des économiquement faibles. Les riches ont dévoyé «ceux qui ne sont rien» comme l’a dit Emmanuel Macron qui au pire aurait dû dire «ceux qui n’ont rien» ou «ceux qui ne font rien». Ceux qui ne sont rien ? Il n’y a pas pire expression dans le dégoût vis-à-vis des gens qu’on méprise parce que pour employer une telle expression il faut vraiment regarder la classe ouvrière comme l’assemblage des moins que rien. Dans ce volume des écrits de Voltaire- livre de chevet par excellence qui pourrait être celui de toute notre vie- on trouve cette fulgurance : «L’amitié est le mariage de l’âme». Et l’amour le mariage des corps ? Lire Voltaire c’est voir plus loin que le bout de son nez. Il était un chaos d’idées claires, disait-il de lui-même.

-Questions sur l’encyclopédie, Voltaire. Edition présentée et annotée par Nicolas Cronk, Christiane Mervaud et Gillian Pink. Robert Laffont/ Bouquins, 1680 p., 34 €.

Marlène Dietrich, Jean-Paul Bled (Perrin)

Mathias Moncorgé. Son père Jean Gabin ne l’a pas encouragé à devenir acteur. Dommage car le talent est contagieux dans leur famille.

Sous-titrée La scandaleuse de Berlin, cette biographie d’une icône du XXe siècle nous met en présence d’une vraie personnalité loin des fabrications du show-biz. Néanmoins au début façonnée pour être une icône, La Dietrich née à Berlin sort de la parade programmée et devient une opposante au nazisme quand son pays natal est réduit au rang de jouet d’Adolf Hitler. Elle s’engage très vite dans l’armée américaine pour mieux renier ce qui se passe en Allemagne. Actrice à la présence mythique, du visage jusqu’aux jambes, elle a une voix envoutante qu’elle use avec beaucoup de séduction et de fantaisie. Amie de Piaf, elle a toujours aimé la France. Sa liaison avec Jean Gabin a fait le bonheur de la presse jusqu’à ce que Gabin opte pour la vie de famille… sans l’héroïne de L’Ange bleu. Le livre passe en revue toute la vie de la chanteuse-comédienne qui défile jusqu’à sa mort, en France. La femme fatale- tel que le cinéma l’a immortalisée- aimait faire la cuisine pendant des heures. Rien ne l’amusait plus que d’être une femme d’intérieur, presque de ménage (avec jeu de mot). Elle avait la parole libre, sans filtre, comme Brigitte Bardot. Marlène Dietrich, avec Greto Garbo, Joséphine Baker et Maria Callas, est une des grandes figures de son époque. Il y a elles et les autres.

-Marlène Dietrich, Jean-Paul Bled. Perrin, 350 p., 24 €
Et aussi: Gabin, Dietrich. Un couple dans la guerre, Patrick Glâtre. Robert Laffont, 335 p., 21 €

L’amant des mots, Claude Nougaro (Le Castor Astral)

14.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

“Toulouse", chef d’œuvre. Texte, poésie, musique, interprétation. Nougaro était un vrai artiste, pas une produit lancé par l’industrie du disque.

Pour le 90e anniversaire de sa naissance, voici un bel hommage à Claude Nougaro (1929-2004) par le biais des mots, ses mots. Il les a tant aimés ! Un véritable jongleur du vocabulaire, un acrobate du verbe, un athlète du langage. Je peux témoigner : j’ai passé une nuit avec lui, à Montmartre. Rencontré par hasard. Je lui ai dit : “vous aimez Audiberti et moi, Soupault…” Pas un autre mot, rien d’autre. On était dans la «Goutte d’or qui fait déborder le jazz», m’a-t-il. Il m’appelait «mon garde du cœur». On était 5 sur 5, sauf que je suis incapable de boire car cela me rend malade. Nous avons fait 5 ou 6 bistrots. On s’est quitté à 6 heures du matin. Grands moments. Je le retrouve dans ce livre supervisé par Jean-Paul Liègeois, autre amoureux des mots, serviteur en chef de l’œuvre des poètes Brassens et Nougaro qui disait : «Aquarium/ Aquri-femme». Magnifique ! Il s’amusait. Un Champollion du quotidien, capable de décrypter ce qu’on ne voit plus. Ce livre est à mettre entre toutes les mains. Sous tous les yeux. Dans tous les cœurs. L’auteur de «Toulouse» est l’un des plus grands artistes de la chanson française du XXe siècle. L’un des dix majeurs. Du niveau de Trenet, Brel, Ferré et Brassens. Quand on pense qu’on ose appeler chanteur des gens qui ânonnent des inepties.

-L’amant des mots, Claude Nougaro. Edition établie et préfacée par Laurent Balandras. Illustrations de Daniel Estrade. Sous la direction de Jean-Paul Liègeois. Le Castor Astral, 160 p.,16 €.

Un sacré gueuleton, Jim Harrison (Flammarion)

12.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

L’Américain Jim Harrison aimait la France pour ses écrivains, ses vins et sa gastronomie. Ses chroniques réunis définissent un art de vivre.
Le jour de la mort de Jim Harrison (1937-2016), la France a perdu un très grand ami. Il suffit de lire «Un sacré gueuleton», sous-titré «Manger, boire et vivre» pour s’en apercevoir et s’en réjouir. D’un bout à l’autre de ce recueil post-mortem d’articles on se délecte d’une prose qui ne cesse de célébrer la France, à travers sa cuisine et sa littérature. Nous sommes dans «La Grande Bouffe» de Marco Ferreri et de notre cher Francis Blanche (scénariste) mais sans le côté on se suicide par la gloutonnerie liée à l’opulence. Chez Harrison, il s’agit de l’art de vivre d’un épicurien qui a le don pour se projeter dans tous les plaisirs de la vie, sans perdre sa lucidité : «Un seul mot d’ordre : être modéré à l’excès». L’Américain illustre à merveille le conseil éclairé de Charles Baudelaire (il faut toujours citer le prénom de nos aînés qui sont des hommes et non pas des produits) : «De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous». Jim Harrison est l’incarnation vivante de Carpe Diem. Sans se soucier de ce qui peut lui arriver le lendemain.
Cet amoureux de la France, pourtant né dans le Michigan, connaissait mieux notre pays que nombre de nos compatriotes, fussent les plus lettrés. Quand Jim Harrison lisait Rimbaud, il était Rimbaud. Il savait qu’il était de la même race que le gars de Charleville. La race des écrivains, en dehors des passeports. Harrison était un poète de l’existence qui vivait la poésie à l’air libre. Il aimait autant écrire que pêcher des truites. Plaisir était son maître mot : plaisir d’être avec sa femme, plaisir de voir grandir leurs filles, plaisir de déguster une huître, plaisir de boire un verre de rouge, plaisir de manger du Canard de Barbarie, plaisir d’écrire une recette culinaire… Rien n’est fastidieux. Il ne nous fait part que de l’aspect festif de l’existence. Il est à Charles Bukowski ce que Charles Trenet était à Léo Ferré. La vie, avant tout. Pas la peine de chanter la mort qui gagne à la fin. Trenet comme Bukowski s’amusaient pour éviter de pleurer.
Membre du club des écrivains gastronomes qui compte Alexandre Dumas et Guillaume Apollinaire, le romancier et poète américain aimait faire à manger pour les siens, sa famille et ses amis. Quand il venait en France, à Paris et en province, il connaissait les bonnes adresses pour se rincer le gosier et s’émoustiller les papilles. Lorsqu’il est lassé de ne manger que de la nourriture morte, il va jusqu’à manger des grenouilles vivantes. Cet Hemingway sans autodestruction manie un humour à la WC Fields. «Si l’on m’annonçait que je n’avais plus que six mois à vivre, j’irais aussitôt à Lyon faire la tournée des bistrots dans une énorme poussette manœuvrée par un végétarien». Aussi à l’aise dans la chronique littéraire que gastronomique, il écrit des pages féériques sur le vin. Capable de faire la différence entre un Clos de la Roche et un Vosne-Romanée, il est tellement friand des trésors gustatifs qu’il souhaite une épreuve de dégustation les yeux fermés aux jeux olympiques. Pas de picrate, pas de vinasse, que des crus qui ont de la bouteille ! A l’inverse de William Faulkner et Malcom Lowry, Harrison n’a pas l’alcool triste. Dupe de rien et de personne, il sait qu’en librairie on peut être trompé sur la marchandise, désagrément impossible dans la boutique d’un caviste. Le chroniqueur regrette qu’une œuvre de qualité soit ignorée par la critique institutionnelle si elle n’a pas l’emballage d’un éditeur dit «grand». Tout est question de revenus publicitaires dans la «sauvagerie du marché».
Dégoûté par les politiciens, il se tient loin d’eux parce qu’ils «chient par la bouche». Harrison aime aussi la France pour sa liberté de la presse qui lui permet d’user de cette formule cinglant. Aux Etats-Unis, on l’a empêché d’écrire qu’il «enfonçait un pieu dans le cœur de Nixon» pour vérifier s’il l’ex locataire de la Maison Blanche était vraiment mort. Tous les articles de l’auteur de «Légendes d’automne» (1979) traversent l’épreuve du temps grâce à leur sincérité. Harrison, mélange de Gargantua et d’Orson Welles, est le plus rabelaisien des Américains. Le bon vivant voulait que les jours ne finissent jamais. Certain qu’un repas est aussi éphémère qu’une étreinte, il les renouvelle sans cesse, jamais rassasié, jamais lassé. Il va jusqu’à participer en Bourgogne à un déjeuner composé de… trente-sept plats ! Un vrai marathon des mandibules. Le chantre du bonheur- si loin du blablabla des philosophes du bien-être- se définit «fumeur invétéré et poivrot consommé ». Cela fait un bien fou de le lire dans une époque où on passe pour un sadique si l’on mange une escalope de veau. S’il se retrouvait à quelques mètres d’une assemblée de pisses-froid, Harrison montait sur leur table et levait un verre d’Aloxe-Corton. Il était capable de ne plus revoir un convive si ce dernier n’aimait pas le Bandol Domaine Tempier. Prêt à tout essayer, il a mangé aussi bien du rat musqué – en période de vache maigre ( !)- que du boa constrictor.
Aveugle de l’œil gauche, suite à un accident de jeunesse, le romancier dans la lignée de Henry David Thoreau, soit le savant mélange de l’autobiographie et de l’hymne à la nature, avait le troisième œil, celui qui permet de lire derrière les apparences. Le lecteur de Colette délaissait le whisky associé à un plaisir solitaire. Harrison buvait non pas pour boire mais pour voir la vie en Technicolor.
-Un sacré gueuleton, Jim Harrison. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Brice Matthieussent. Flammarion, 375 p., 21, 50 €.

Le récital de Kevin De Bruyne contre l'Ecosse: trois passes décisives plus un but

12.09.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Lundi 9 septembre 2019
Match de qualifications Euro 2020
Ecosse 0-4 Belgique
Buts pour la Belgique: R. Lukaku (28e), E. Hazard (46e), M. Batshuayi (52e), M. Batshuayi (60e)

Kevin De Bruyne est un immense joueur mais le PAF ne le met jamais en avant.
Le PAF passe son temps à parler de Neymar comme les chiens urinent toujours là où un autre est passé avant.
Quand je vois jouer le stratège belge, je suis Belge. Voilà ma vision du sport, si loin des obscurantistes des tribunes qui se font happer par le phénomène de foule.
De Bruyne a le sens de l’espace. Il a la vision périphérique.
Il sait doser ses passes dans le bon tempo.
Le coach mythique de Man City, Pep Guardiola tient une pépite digne, comme jadis il pouvait compter sur Xavi et Iniesta en Catalogne.
Le Belge joue à Man City mais il aurait sa place de titulaire au Barça ou au Real Madrid.

Quadruplé de C. Ronaldo: 93 buts en 160 matchs !

10.09.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Mardi 10 septembre 2019
Qualifications pour l’Euro 2020
Lituanie 1-5 Portugal
Buts pour le Portugal: C. Ronaldo (7e pen., 62e, 65e, 76e), Carvalho (92e)
But pour la Lituanie: Andriuskevicius (28e)

Meilleurs buteurs en sélection nationale
1 Ali Daei/ Iran 109 buts 149 matchs
2 Cristiano Ronaldo/ Portugal 93 buts 160 matchs
3 Ferenc Puskás/ Hongrie 84 buts 85 matchs
……………………………………………………………………………..
18 Lionel Messi/ Argentine 68 buts 136 matchs
27 Neymar junior/ Brésil 61 buts 98 matchs

En deux matchs, Me Ronaldo a marqué 5 buts. Signe de grande intelligence: il a saisi l’occasion de rencontrer une faible équipe pour augmenter son total de buts en sélection nationale. Le joueur est l’un des as du football depuis la création de ce jeu. Il est du niveau de Pelé, à la différence de Mbappé qui lui pose avec Pelé dans une campagne de pub pour faire croire qu’il est un jeune Pelé. Ronaldo n’est pas un produit de la com. Que Mbappé joue en équipe de France ou pas c’est la même chose.
C. Ronaldo n’en finit plus de régner.
Le Portugais est sur le trône de la planète foot depuis 16 ans !
Pendant ce temps la France l’ignore totalement.
Le sport ce n’est pas un vice franco-français mais une ouverture sur le monde, sur l’autre, sur les autres, sur ses semblables même s’ils ne nous ressemblent pas.
Ronaldo est d’une constance hallucinante. Il a toujours autant faim. Heureux d’exercer son art. Il ne joue plus pour l’argent depuis longtemps. Les champions ne jouent jamais pour l’argent.
Il a bénéficié de la lumière de Bernardo Silva, l’un des plus grands joueurs du monde. Depuis que le stratège B. Silva a quitté Monaco, la Principauté erre en L1. Depuis que Ronaldo a quitté le Real Madrid, la Maison Blanche n’est plus qu’un taudis.

Le château absolu, de Xavier Patier (La Table Ronde)

10.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

La littérature réserve plein de surprises. Il suffit de bien chercher. J’ai regardé ce livre de près pour voir ce que l’auteur avait dans le ventre et j’ai été étonné de découvrir un vrai style chez Xavier Patier que je ne connaissais pas. Je vois qu’il est père de six enfants. Que diable ! Une bibliographie humaine.
Pour le 500e anniversaire du château de Chambord, l’ancien commissaire à l’aménagement du domaine nationale, au début des années 2000, publie un livre sur ce qu’il connait à merveille. Le pince sans rire est vraiment hilarant quand il s’attaque à description des touristes. Quel œil ! Un as du verbe. Du Morand rewrité par Jules Renard avec un zeste de Jacques Tati. C’est vrai et très cruel sur le désœuvrement des visiteurs qui voit sans rien voir si l’on se réfère à un spécialiste des lieux. Il faut bien récupérer de l’argent pour refaire la toiture. Les écrivains qui croient avoir un ton et même du talent devraient tous courir dans les librairies pour découvrir un écrivain authentique et modeste- ce qui nous change!- hors des coteries de St Germain des Près.

-Le château absolu, Xavier Patier. La Table Ronde, 280 p., 18 €

Record: le 89e but de Cristiano Ronaldo en sélection.

09.09.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

King Ronaldo avec son rival et ami, King Messi

Samedi 7 septembre 2019
Qualifications pour l’Euro 2020
Serbie 2-4 Portugal
Buts pour la Serbie: Milenkovic (68e), Mitrovic (85e)
Buts pour le Portugal: W. Carvalho (42e), Guedes (58e), C. Ronaldo (80e), Bernardo Silva (86e)

Meilleurs buteurs en sélection nationale
1 Ali Daei/ Iran 109 buts 149 matchs
2 Cristiano Ronaldo/ Portugal 89 buts 159 matchs
3 Ferenc Puskás/ Hongrie 84 buts 85 matchs
……………………………………………………………………………………………….
18 Lionel Messi/ Argentine 68 buts 136 matchs

Infatigable. Insatiable. Toujours là quand on l’attend, C. Ronaldo a inscrit son 89e but avec la Seleção.
Depuis qu’il a quitté le Real Madrid est à l’agonie.
Un spécialiste du Real a dit après le départ du King portugais: “La page Ronaldo est déjà tournée au Real".
Ronaldo est toujours en pleine forme.
La Juventus est fière de l’avoir recruté.
Il entame la nouvelle saison avec l’esprit d’un débutant.

Charles Leclerc remporte le Grand Prix de F1 d'Italie avec la complicité des commissaires

08.09.19 | par morlino | Catégories: BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

La conduite antisportive de Leclerc n’a pas été sanctionnée, à deux reprises ! C’est facile de gagner avec l’aide des commissaires italiens.

Dimanche 7 septembre 2019
Grand Prix de F1 d’Italie

Classement complet du Grand Prix d’Italie 2019
1.Charles Leclerc
2.Valterri Bottas
3.Lewis Hamilton

Le Monégasque vient de gagner son deuxième GP de suite. Tous ses fans sont aux anges.
On dit bravo. Cependant, il ne faut pas s’emballer et oublier Lewis Hamilton qui est toujours leader du championnat du monde, à sept GP de la fin de saison.
Il n’est pas carbo le King Hamilton. Il a 102 points d’avance sur le Monégasque qui est un débutant en F1. La route est encore longue.
Les observateurs manquent de respect à Hamilton.
Les commissaires italiens aussi qui ont fermé deux fois les yeux quand Lecler a barré la route à Hamilton qui voulait le dépasser. Un vrai scandale. Ecoeurant !
Leclerc a remporté un GP qui ne s’est pas déroulé équitablement, et cela dès la fin des essais !
Le Monégasque est le chouchou des médias comme St Etienne ou Liverpool.
Hamilton est traité comme un moins que rien, comme Man United au temps de sa splendeur.
L’Anglais n’est pas un perdreau de l’année. Il connait la chanson, et dans le passé, il a aussi dépassé parfois les limites du permis, sans jeu de mot.
Il faut quand même reconnaître que Leclerc est sans cesse fêté par les médias français qui n’en peuvent plus de la domination d’Hamilton.
Ils ont fait la même chose avec Romain Grosjean, le Français n’est en … Suisse !
Cette saison de F1 est encore celle d’Hamilton.
Passation de pouvoir avec Leclerc ?
Non, pas d’actualité.
Leclerc a bien résisté à la pression. C’est un beau jeune champion.
L’avenir lui appartient, mais ne zappons pas Hamilton.
Hamilton n’est même pas aimé en Angleterre car les GP ne sont plus diffusés sur la BBC. Il faut payer pour les voir, comme en France.
Les Anglais croient que leur compatriote est un Neymar de la F1.
Erreur sur la personne: Hamilton est un champion. Neymar, une vedette.

Classement du championnat du monde des pilotes de F1
1 L. Hamilton 284 pts 8 victoires
2 V. Bottas 221 pts 2 victoires
3 M. Verstappen 185 pts 2 victoires
4 C. Leclerc 182 pts 2 victoires

Neymar évite la défaite du Brésil contre la Colombie

07.09.19 | par morlino | Catégories: GOOOOL DO BRASIL !, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Samedi 7 septembre 2019
Floride
Colombie 2-2 Brésil

Bon retour du Parisien (contre son gré) sur le terrain.
Neymar a fait une passe décisive sur corner pour l’ouverture du score.
Il a aussi marqué le but brésilien qui a évité au Brésil de perdre (1-2).
L’événement c’est donc qu’il n’a pas été blessé.
Il reste encore un match à disputer avant le retour de Neymar à Paris.
L’épée de Damoclès persiste car son pied est fragilisé depuis sa seconde blessure. Tel est l’avis du staff médical français qui a été concerté sans plus.
L’entourage du joueur a préféré s’en remettre au protocole des médecins brésiliens.
Quand il joue pour le Brésil, Neymar est toujours heureux.
En revanche quand il évolue en L1, il n’est pas aussi positif dans son attitude.
Il s’estime trop bon pour évoluer en France.

Errol Flynn (Cérésa), Max Pécas (Morales) et John Wayne (Jaccard)

06.09.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

*Qu’est-ce qu’un écrivain ? François Cérésa. Il sait allier l’émotion à la grammaire. Dans son nouveau livre, pas à la mode, pas formaté pour faire le buzz, il maintient une qualité d’écriture que l’on ne rencontre pas partout. Dès la première page : «Tous les grands acteurs du monde sont venus à Cannes. J’ai un avantage sur eux : j’y suis né ». Et aussi : «Mon père cultivait l’asparagus, ma mère la fidélité». Et encore: «A quatre ans, on ne regarde pas : on s’évade, on s’évapore, on danse avec les songes». Goût de la formule qui claque et fait la différence. C’est autre chose que la salade avariée vendue par Yann Moix épaulé par la milice littéraire. François Cérésa, lui, semble faire des effets de manche comme d’Artagnan s’amusait à narguer son adversaire, avec son épée, mais en fait, il explore les interstices de l’existence. C’est le spéléologue des sentiments cachés. Il faut une sacrée sensibilité pour voir ce qu’il voit. On croirait Pagnol égaré dans un univers plein de Sade. Il a dédié son livre à ses «parents chéris, disparus trop tôt, bien trop tôt». Rien n’est plus ringard dans le monde de l’édition car Gide a dit qu’on ne faisait pas de bonne littérature avec de bons sentiments. Ecrire comme tel membre de la «racaille moderne», dixit Baudelaire, que se parents lui donnaient à manger de la merde est-ce de la grande littérature ? Au torrent de boue fait pour se faire remarquer, François Cérésa répond par des baisers sur le marbre de la tombe parentale. Les tornioles qu’il a reçues jadis se sont transformées en caresses éducatives. Tous ses livres intimes sont des voyages enchantés au pays de son enfance. La sienne, et celle de chaque lecteur car il sait rendre universels ses souvenirs particuliers. Son livre sur la montre d’Errol Flynn offerte par l’acteur à sa mère est plein de vie, un torrent d’énergie, la même que déploie encore l’acteur de Robin des Bois sur les écrans. Des aphorismes enfouis dans la prose ? «On peut dire je t’aime à une fille qu’on n’aime pas ; on le dit rarement à une fille qu’on aime vraiment». Ce n’est pas chez le mielleux Jacques Chardonne que l’on trouve ce genre de merveille.

-La montre d’Errol Flynn, François Cérésa. Ecriture, 255 p., 18 €.

*Thomas Morales c’est Roland Barthes en moins sentencieux. La différence ? Morales est un écrivain. Barthes, un auteur. Tout ça pour vous dire que le nouveau livre de Morales est la suite de Mythologies, en plus amusant. Un été chez Max Pécas est aussi intelligent que les écrits de Barthes mais sans le côté monsieur-je-sais-tout. Morales est toujours mordant, ce qui rend tonique sa prose.

-Un été chez Max Pécas, Thomas Morales. Pierre Guillaume de Roux, 85 p., 15 €

*Personne ne se revendique de John Wayne qui est dans le rôle du réac de service. Tout comme Charlton Heston et… Clint Eastwood. Prendre ce genre de raccourci c’est aller vite en besogne. Adoptant le contrepied de la pensée unique, Roland Jaccard prouve que l’on peut aimer Cioran et écrire sur l’acteur américain qui n’a pas bonne presse, à l’inverse de Robert Mitchum, autre dur à cuire. On peut dire ce que l’on veut sur l’acteur mythique mais quand Wayne est sur l’écran, on ne voit que lui. Plus personne ne fait sonner l’éperon comme lui.

-John Wayne n’est pas mort, Roland Jaccard. Pierre Guillaume de Roux, 80 p., 15 €.

PSG bling bling: après le Telenovela Neymar voici la Sitcom Icardi/ Wanda Nara

03.09.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Après le père de Neymar (incapable de faire partir de Paris son fils).
Après la sœur de Griezmann (qui a bien travaillé pour son frère désormais au Barça).
Après la mère de Rabiot (qui a fait partir son fils à la Juve sans garantie d’être titulaire).
Voici l’épouse d’Icardi au PSG. Forza Italia !
Tuchel a du pain sur la planche. Aucun cadeau ne lui sera fait car ce n’est pas Leonardo qui l’a fait venir. Et quand un entraîneur n’a pas été nommé par le directeur sportif cela n’est pas aisé pour lui.
Je souhaite bien du courage au PSG qui vient de recruter l’Argentin Mauro Icardi qui arrive dans le nid brésilien du PSG, accompagné de sa femme et agent.
Le couple est un duo de champions des réseaux sociaux.
Neymar a des concurrents !
Sur la toile, on voit les tourtereaux s’embrasser en long en large.
Madame a pleuré en direct à la télé: ce fut un événement dans le calcio.
On a eu droit à l’épisode du divorce de Wanda Nara ex épouse de Maxi Lopez ex ami de son futur mari… Vous me suivez ? Ce fut du pain bénie pour la presse italienne. Les deux joueurs évoluaient à la Sampdoria de Gênes. Bonjour l’ambiance.
Mme Icardi est aussi l’agent de son mari. On la connait pour ses interventions dans Tiki Taka, célèbre émission de la télé italienne.
La venue de l’Argentin va pimenter le côté pipole du PSG avec ce qu’il faut de bling bling.
Quand on sait la difficulté de cohabitation des Argentins avec les Brésiliens. Cela promet !
Question football, le buteur est un renard des surfaces.

A Nice, Sir Vieira s'impose déjà comme un grand coach

02.09.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Dimanche 1er septembre 2049
Stade Rennais 1-2 OGC Nice
Buts pour Rennes: Lloris (25e csc) pour Rennes
Buts pour Nice: Cyprien (63e p.), Coly (90 e + 2′)

Stade Rennais FC : Mendy - Traore, Gelin, Da Silva, Morel, Maouassa (Hunou 87e) - Grenier (Léa-Siliki 75e), Camavinga, Siebatcheu (Del Castillo 75e), Bourigeaud - Niang

OGC Nice : Benitez - Burner, Pelmard, Lloris, Coly - Tameze, Cyprien, Lees-Melou - Atal (N’Soki 86e), Lusamba (Ounas 75e), Srarfi (Ganago 75e)

Classement
1 Qatar 9 pts 4 m/ 3 0 1/ 10 2 + 8
2 Stade Rennais 9 4/ 3 0 1/ 6 3 + 3
3 OGC Nice 9 4/ 3 0 1/ 7 5 + 2
4 Angers SCO 9 4/ 3 0 1/ 8 7 + 1

Pour les observateurs, Nice devait prendre une tôle à Rennes car Nice était diminué.
Merci pour le pronostic.
Nice venait d’offrir la victoire 1-2 à Marseille qui a bénéficié d’une interruption de match.
La victoire à Rennes efface la défaite contre l’OM. Bravo !
Il ne faudrait plus que Nice soit pénalisé par les tribunes.
Nice est en reconstruction. L’avenir semble radieux avec beaucoup de nouvelles énergies.
Bravo à Patrick Vieira qui devrait inspirer Thierry Henry.
Vieira s’est construit peu à peu comme entraîneur. Il a travaillé et fait aucun bruit. Henry lui est tombé dans le piège de l’hypermédiatisation.
Vieira, l’humble Vieira est déjà, mais va devenir encore plus un très grand entraîneur.
Henry a du mal à retrouver un poste.
Entraîneur est un métier très difficile: Mourinho et Wenger sont sur le carreau.
Quand vous sortez d’un échec, surtout lors de vos débuts dans la profession, les dirigeants ne sont pas pressés de vous engager.
Où sont Papin et Sagnol ?
Vieira est impressionnant. Un langage corporel de haut parage. Une main de fer dans un gant de velours.
On l’a vu à l’œuvre avec Balotelli. Il n’a pas baissé la garde. Il ne s’est pas laissé faire.

20 h Foot CNews: le sitcom Neymar, PSG, Real, tirage de la C1...

31.08.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

King Cantona cite Shakespeare devant C. Ronaldo sous le charme

29.08.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, CANTONALAND

Jeudi 29 août 2019
Remise du Prix du Pt de l’UEFA à Eric Cantona
Lors du tirage au sort des poules de la C1 2019-2020, Eric Cantona a reçu le prestigieux prix du Pt de l’UEFA, une distinction jadis décerné à Kopa et à Cruyff.
King Cantona est venu tout simplement. En tenue de campagne, là où il était quand on est venu le chercher.
Il a tranché dans la soirée.
D’autant plus qu’il a cité un extrait du Roi Lear de Shakespeare, en anglais.
Voici la traduction:
-«Ce que les mouches sont pour des enfants espiègles, nous le sommes pour les dieux : ils nous tuent pour leur plaisir. Bientôt, la science ne sera pas seulement capable de ralentir le vieillissement des cellules, elle va aussi les réparer et ainsi nous rendre éternel. Seuls les accidents, les crimes, les guerres vont nous tuer, mais malheureusement, les crimes et les guerres vont se multiplier. J’aime le football. Je vous remercie».
Plutôt que de dire trois banalités, il souligne la bêtise humaine. Il lui oppose la beauté du jeu.
C. Ronaldo et Messi qui avaient une dizaine d’années quand il était à MU l’ont regardé comme le Messi !
L’UEFA souligne que le trophée remis à Cantona célèbre les valeurs qu’il a défendues.
Sur le terrain, Cantona arrive à Leeds où il gagne le championnat 1992.
Il part à Man United est devient champion 1993.
Ainsi a-t-il écrit sa légende, lançant mondialement la mode du football anglais et des joueurs français.
A l’époque aucun de ses matchs de championnat n’est diffusé en France.
C’est lui qui peu à peu a fait mettre le focus sur la Premier League.
A ceux qui disent qu’il a échoué en équipe de France, il faut rappeler que Cantona fut nommé capitaine des Bleus par Aimé Jacquet dans une équipe où évoluait D. Deschamps. Après son geste défensif de kung-fu face à un excité des tribunes, il n’a plus été appelé par la 3 F.

Groupes de la Ligue des champions pour la saison 2019/2020:

Groupe A
Paris SG, Real Madrid, Club Bruges, Galatasaray

Groupe B
Bayern Munich, Tottenham Hotspur, Olympiakos, Etoile rouge de Belgrade

Groupe C
Manchester City, Shakhtar Donetsk, Dinamo Zagreb, Atalanta Bergame

Groupe D
Juventus, Atletico Madrid, Bayer Leverkusen, Lokomotiv Moscou

Groupe E
Liverpool, Naples, Salzbourg, Genk

Groupe F
FC Barcelone, Borussia Dortmund, Inter Milan, Slavia Prague

Groupe G
Zenith Saint-Pétersbourg, Benfica Lisbonne, Lyon, RB Leipzig

Groupe H
Chelsea, Ajax Amsterdam, Valence, Lille

Les favoris sont City et Liverpool, car le jeu est en ce moment chez eux. Hors catégories: le Real et le Barça qui sont chaque année dans le coup. Mention spéciale à la Juventus en raison de CR7. Les autres clubs importants sont des outsiders. Parmi le restant, il n’y a que des figurants.

Officiel: le retour du duo J-P. Rivère et J. Fournier à la tête de l'OGCNice où viennent de signer Dolberg et Claude-Maurice

29.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Dolberg a tout pour devenir un héros de la L1. Le très bel athlète est un attaquant hyper opportuniste sachant faire le bon geste. Nice n’a pas de joueur de ce niveau. Sa venue contre plus de 20 M€ est exactement ce qu’il fallait faire. Les talents on doit les faire signer avant qu’ils ne réalisent pleinement.

J-P. Rivère et J. Fournier nommés à la direction du club.
On prend les mêmes et l’on recommence.
C’est une très bonne chose.
Les deux décideurs ont fait venir à Nice, Puel, Ben Favre, Favre, Balotelli, Atal…
Ils ont souvent la main heureuse dans leur pioche.
Les propriétaires anglais ont délégué sur les bonnes personnes qui n’ont pas fini leur travail à Nice.
Les deux nouvelles recrues sont très attendues. Claude-Maurice pour distribuer le jeu au milieu de terrain et Dolberg pour claquer des buts.
Le Danois Kasper Dolberg (21 ans) fait rêver: il vient de l’Ajax de Cruyff qui nous a déjà donné Dick van Dijk.
Souhaitons-lui le même succès que ses aînés.
Pareil pour Alexis Claude-Maurice, 21 ans.
L’avenir leur appartient.

PS: arrive aussi sous forme de prêt, le milieu offensif Adam Ounas (22 ans).

Le derby Nice- OM 1-2 ou la mort du football

28.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, ANTI-FOOTBALL

C’est quoi ce geste de Payet ? Ce masque symbolise quoi ?

Mercredi 28 août 2019, 21 h
3e journée de L1
OGCNice-OM
But pour Nice: Cyprien (66e s.p.)
Buts pour les visiteurs: Benedetto (31e), Payet (73e s.p.)

OGC Nice : Benitez - Burner, Herelle (Cissé 55e), Dante ©, Pelmard (Le Bihan 80e) - Tameze (Atal 62e), Cyprien, Lees-Melou - Ganago, Lusamba, Sacko.

Olympique de Marseille : Mandanda - Sakai, Kamara, Gonzalez, Amavi - Lopez (Germain 70e), Strootman, Sanson - Sarr (Caleta-Car 88e), Benedetto (Gustavo 80e), Payet.

Ce que j’ai vu est une honte pour le football. J’ai même eu honte d’être Niçois quand j’ai vu le comportement des “fans” de Nice qui au lieu de fêter les nouveaux propriétaires anglais se sont perdus dans un bras de fer avec les autorités qui a viré au cauchemar pour l’équipe de Patrick Vieira que l’on a empêché de travailler normalement.
J’attendais ce match depuis des semaines.
Qu’ai-je vu ?
Nice très faible arrive quand même à dominer le match avec des joueurs qui n’ont pas tous le niveau de la L1, loin de là.
Suite à un comportement provocateur d’une partie du public niçois, le match est arrêté, en raison du nouveau règlement de la lutte anti homophobe. En France, on se sert toujours du football pour lutter contre le racisme, la violence, etc…
L’arrêt du match pénalise les Aiglons et avantage Marseille qui redémarre un nouveau match. Les Marseillais marquent un but casquette: Dante masque Benitez qui est incapable de bloquer le ballon assez inoffensif.
A 0-1, Nice court après le résultat avec une ligne d’attaque même qui semble celle d’une Division d’Honneur et encore je suis généreux.
Nice parvient à revenir au score, sur un penalty assez généreux.
Marseille reprend l’avantage sur un penalty stupidement provoqué par un Niçois, vrai perdreau de l’année.
L’entrée d’Atal a fait du bien à Nice mais les Aiglons sont très maladroits dans les derniers gestes.
En fin de match, Payet qui a mis le penalty décisif, en faisant un signe bizarre, reçoit une pluie d’objets quand il doit tirer un corner. Bien sûr, il en fait des tonnes.
Marseille gagne un match que Nice lui a offert sur un plateau, à cause de l’attitude d’une partie de son public et par manque de talent offensif. Si ce match avait eu lieu à Manchester City, les Citizens auraient gagné 6-0.
En résumé, les “fans” Niçois ont fait leur numéro, comme une réponse au fait qu’ils aient été interdits de voyage à Nîmes. Dans ce derby, ce fut Marseille qui n’a pas eu à ses supporters. C’est se tromper de combat car c’est la préfecture qui a interdit aux Niçois de se déplacer dans le Gard et non pas la Ligue du football.
Les propriétaires anglais ont dû se demander où ils avaient mis les pieds tant le match a semblé un duel d’amateurs par rapport à la Premier League.
Comment se fait-il que le public niçois rentre dans le stade avec des banderoles ?
Pourquoi une partie du public niçois pénalise-t-il l’OGCNice ?
Il est temps que les nouveaux renforts de Nice arrivent pour améliorer l’équipe fanion qui en a bien besoin.
Pour le reste, au niveau du jeu, le match fut médiocre. On n’a qu’une hâte: voir un grand match de Premier League, ou Barcelone, ou Ronaldo à la Juventus Turin.
Le football a été absent du derby, à de rares exceptions.
Triste spectacle. Pauvres enfants qui découvrent le football en 2019.
Le football est un exutoire, on le sait mais les “fans” ne sont que des spectateurs. Les acteurs sont sur le terrain. Les “fans” veulent s’exprimer dans les tribunes comme sur twitter ! Ils n’ont qu’à s’illustrer dans leur profession au lieu de massacrer le football qui est le moyen d’expression des footballeurs. Un spectateur est là pour regarder, pas plus. Les “fans” de Nice sont mieux inspirés quand ils chantent leur hymne comme au SFD lors d’une finale perdue contre Nancy.
On donne trop d’importance aux “fans", aux arbitres, à l’argent, à la vidéo…
Le football est attaqué sur tous les fronts.
Richard Kurt, remarquable observateur du football en général, et du football anglais en particulier, m’a dit: “Ils nous ont déjà pris la politique, réduisant à néant les grands courants de pensée. Maintenant, ils nous volent le football. Il ne vous reste bientôt plus rien”. A méditer.
Nice a besoin de sang frais. Souhaitons que les nouveaux arrivés vont vite s’intégrer.
Deux d’entre eux étaient dans les tribunes lors du derby. Ils ont dû se demander dans quelle galère ils étaient tombés. Pour le jeune attaquant danois venir de l’Ajax pour voir un match arrêté pour de l’extra-sportif ce n’est pas très encourageant.
Nice n’a jusqu’à présent aucun attaquant. Cela fait deux ans que ça dure. Si le club a fait bonne pioche, Nice va faire parler de lui. En bien, cette fois.

Le premier jour de l'OGCNice, version Grande-Bretagne

26.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA

Nice va devoir mieux gérer son changement de propriétaire que Marseille qui piétine sur place, offrant des 600 000 € par mois à des joueurs médiocres vendus comme s’ils étaient des cadors. Le Nice-Marseille qui arrive, le 28 août 2019, va opposer la jeunesse niçoise à l’armada marseillaise qui veut gagner à Nice.

Mardi 27 août 2019
Conférence des nouveaux propriétaires de l’OGCNice

La conférence n’a pas eu l’arrogance de celle de l’OM lors de sa revente.
Le flegme de la nouvelle direction cache une redoutable lucidité.
Maintenant, il faut voir ce qui va se passer.
Si Ineos a investi cela veut dire que Nice a du potentiel. On le savait.
Le club va-t-il réussir sa mutation ?
On va être fixé assez vite.
Pour l’instant, on perçoit l’humilité. C’est un bon début.
Pas de déclaration, genre on va gagner la C1 !
Nice, la ville de la Promenade des Anglais, passe sous pavillon anglais.
Le groupe Ineos, vainqueur du Tour de France 2019, entre autres, arrive avec les frères Ratcliffe.
L’organigramme n’est pas révélé mais le retour du duo Rivère-Fournier semble acté: ce duo a été le déclencheur de le vente et acteur de la venue de Vieira qui depuis a fait venir des collaborateurs. La mayonnaise va-t-elle prendre sans casser des œufs ?
Nice a été vendu 100 M€. Deux fois plus que l’OM !
Nice a été le club phare des années 1950 avant que la C1 ne soit créée. Les Aiglons été invités dans le monde entier pour régaler le public avec un solide football ultra offensif.
En 1970, il y a eu un regain, hélas! sans titre.
Depuis les années 2000, la renaissance s’est faite pas à pas.
L’avenir devrait être beau: nouveau stade, nouveau centre de formation, nouvelle direction.
Nouveaux joueurs surtout. Les Niçois attendent que leur club joue les premiers rôles.
Le rêve est réenclenché. Very NICE !

Palmarès de l’OGCNICE créée en 1903.

4 titres de Champion de France
1951 - 1952 - 1956 - 1959
3 fois vice-Champion de France
1968 / 1973 / 1976

3 Coupes de France
1952 - 1954 - 1997
1 fois finaliste 1978

2 fois 1/4 de finaliste Coupe des Clubs Champions
1957 - 1960

4 titres de champion de Division 2
1948 - 1965 - 1970 - 1994

Coupe Gambardella 2012

[Post dédié à Louis Nucéra, grand supporter du Gym]

Pendant que Neymar s'étiole au PSG, Griezmann devient grand au Barça sous les yeux de Messi qui partage le bonheur du Français

26.08.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !

Dimanche 25 août 2019
2e journée de Liga
Barcelone 5-2 Séville
Buts pour le Barça: Griezmann (41e, 50e), Perez (56e), Jordi Alba (60e), Vidal (77e)
Buts pour les visiteurs: Fekir (15e), Moron (79e)

Lors de son 1er match en Liga avec le Barça, Antoine Griezmann a déjoué car il avait été cantonné sur le flanc gauche de l’attaque.
Au cours de son deuxième match sous le maillot catalan, il a joué dans son registre, coulissant sur la ligne d’attaque avec des incursions plus soutenues dans le camp adverse. Il a donné un récital pour égaliser et ensuite prendre l’avantage. Fekir a pu mesurer qu’il est encore loin du niveau de “Grizou".
Griezmann a corrigé le tir depuis longtemps. Il s’est calmé sur les réseaux sociaux pour se concentrer sur le terrain, et c’est payant !
Il a énormément progressé. Il est très difficile qu’un bon joueur devienne un très grand joueur. Il en prend le chemin.
Il faut rappeler qu’il est issu de la Liga et non de la L1.
Son ascension est réelle, et il faut la saluer.
Il a su se remettre en question. On dit bravo !
Ses deux buts contre le Bétis Séville sont splendides. Des buts d’un crack et pas des buts quelconques.
En tribune, il a été salué par Messi et Suarez.
Le trio Messi-Suarez-Griezmann promet.
Pendant ce temps, le Brésilien ronge son frein. En signant à Paris, il gagné beaucoup d’argent - en fait surtout son père- mais il a perdu son football.
Griezmann est passé de l’Atletico Madrid au Barça: c’est une réelle progression.
Neymar a quitté le Barça pour Paris: quelle régression !
Griezmann est déjà intégré au Barça.
Neymar ne sait même pas dire “Merci pour les 100 000 euros” en français.
La mode Neymar est sur le déclin. Griezmann est à présent candidat au Ballon d’or, juste derrière Messi et CR7. Il a pris la place de Neymar, à tous les niveaux. Dans l’équipe du Barça et dans le cœur des Socios.
Griezmann est un joueur qui transmet vite la balle, comme Bernardo Silva.
Neymar la conserve comme une otarie au cirque.
Griezmann est plus intelligent que doué.
Neymar est plus doué qu’intelligent.

Le Général a disparu, de Georges-Marc Benamou (Grasset)

24.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR

Après avoir disparu des radars, Charles de Gaulle a remis les pendules à l’heure. Le très grand orateur savait tenir une plume. Lui, n’a jamais eu besoin d’avoir des gens qui écrivent à sa place, et pourtant il avait le choix entre Malraux, Gary et Mauriac. En ce temps-là, les écrivains étaient des phares de la littérature et non pas des lucioles. Le général de Gaulle était lui-même un superbe prosateur. Excepté Georges Pompidou et François Mitterrand, tous ses successeurs croient qu’il suffit de signer en librairie des livres qu’ils n’ont pas écrits pour se considérer écrivain. Pour avoir une idée de la sensibilité du général et de sa finesse spirituelle, il suffit de se remémorer ce qu’il a dit à sa femme, le jour de la mort de leur fille handicapée: “A présent, elle est comme les autres".

Cela fait bizarre en 2019 de tomber sur les noms des gaullistes Mesmer, Joxe père, Fouchet, Peyrefitte, plus celui de Waldeck Rochet (PCF). Si on a vécu sous leur temps, on se dit qu’on est désormais vraiment vieux. Dans le cas où ne les connaîtrait que de noms, ces politiciens-là sentent la naphtaline. A moins d’avoir fait Sciences-po, la nouvelle génération doit consulter Wikipédia pour savoir qui et qui. Ces hommes ont fait l’actualité mais rien n’est plus éphémère que l’actualité, sauf quand elle devient de l’Histoire. Ce qui est le cas. Georges-Marc Benamou est passionné par la politique comme d’autres par le sport ou la philatélie. Il la vit avec intensité, sachant tout décrypter puisque la politique reste l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde, selon la remarque fulgurante de Paul Valéry. On l’a vu très proche de François Mitterrand, et plus épisodiquement de Nicolas Sarkozy, au cœur de l’élection présidentielle de Mr Carla Bruni jusqu’à occuper le bureau de Jacques Foccart, l’homme avec une «tête d’espion sur un corps d’épicier», en charge de l’Afrique et du sale boulot des polices parallèles. Avec Mitterrand, il avait un rapport père-fils; avec Sarkozy plutôt de frangins. Emmanuel Macron ? Dans ce cas, il verrait l’actuel président comme un fils. On n’obéit jamais à son fils, en tout cas jamais en le lui montrant. En fait, Georges-Marc Benamou n’est pas du genre à courber l’échine. Il partage des idées, une vision commune ou alors il plie bagage et va voir ailleurs. Dans son enfance, il a fantasmé sur sa venue à Paris. Une fois montée- à-la-capitale, de Nice, il a bien voulu jouer à Rastignac mais jouer simplement, dupe de rien. A l’école Mitterrandienne, il est plutôt tendance Machiavel, la seule attitude intéressante dans un panier de crabes qui le plus souvent se comportent en requins. La stratégie essentielle de Mitterrand ? Ne jamais se précipiter et manifester de l’indifférence. Il avait son carquois plein de ces flèches-là.
Georges-Marc Benamou est un éditorialiste qui dit ce qu’il pense et pense ce qu’il dit. Il n’a rien à voir avec Alain Duhamel qui parle de politique comme d’autres font la météo. Jamais il n’aurait accepté, lui, que l’on censure Maurice Clavel. Imbibé de politique, il a écrit plusieurs livres sur le domaine qu’il connait le mieux. Jusqu’à présent, il est plus essayiste, mémorialiste que romancier. N’empêche, le Niçois est davantage lecteur d’Albert Cohen et de Romain Gary que des politologues illisibles. Jusqu’à présent, il n’avait pas écrit de roman, sans doute parce qu’il est trop intelligent, comme l’a dit Colette à Emmanuel Berl. Son nouveau livre affiche «roman» sur la couverture. C’est avertir le lecteur que l’ouvrage n’est pas un pensum sur la célèbre fugue à Baden-Baden du général au temps fort des événements de 1968. GMB- comme on dit BHL ou PPDA- s’est donné une grande liberté pour rendre vivant ce qui est un fantastique reportage romancé. Georges Duby a dit qu’un grand historien a le droit d’inventer s’il est dans le bon ton. C’est exactement ce que fait GMB : ce qu’il donne à voir et à entendre sonne juste. Il n’était pas sous les ors de l’Elysée au temps du règne de Charles de Gaulle mais il aime tant ce dont il parle que sa narration est plus vraie que nature.
Le Général a disparu est un tournant dans sa bibliographie si loin des ex- ministres qui «s’amusent à écrire» parce qu’ils ne savent pas quoi faire de leurs dix doigts. Parmi eux, il y a des représentants de dynasties qui vivent depuis des générations au frais de la République. Tel n’est pas le cas de GMB qui n’est que le fils de ses chers parents, c’est beaucoup et même essentiel. Cependant, il n’est pas bien né comme on dit dans la Haute Société. On a vu qu’il s’est fait lyncher publiquement quand il fut pressenti pour occuper la présidence de la Villa Médicis. On l’a accusé de bénéficier du pistonnage de Nicolas Sarkozy. Incroyable ! Toute la politique n’est faite que de ça : les chaises musicales vous connaissez ? «Ils» ne font qu’échanger des postes. L’alternance ? Un banal changement de personnel. L’ex Rastignac a été traité en nouveau Gastby le Magnifique. «Ils» voulaient bien admettre son talent mais jusqu’à certaines limites et surtout pas dans leur cercle intime.
GMB a une haute idée de la littérature, loin de ceux qui s’inventent une biographie d’enfant battu pour vendre leur salade. Son livre sur le soudain désamour entre la France et l’auteur de l’Appel du 18 juin 1940 met le focus sur un homme qui semble encore du XIXe siècle alors qu’il a connu deux guerres. Plus la France gronde, plus il se demande si son cadavre ne va pas finir pendu par les pieds, exposé à la foule. On sent très bien l’effroi de celui qui incarna la lutte française contre les nazis et les vichystes. L’homme adulé à la Libération, puis apprécié comme chef d’Etat en 1958, est tout à coup détesté par le peuple que les médias résument à l’image iconique de «Dany le Rouge» immortalisé, face à un CRS (compagnie créée par Mitterrand, sous l’un de ses multiples visages), par le regretté photographe Gilles Caron que l’on oublie trop souvent de citer alors qu’il a largement participé à la gloire de Daniel Cohn-Bendit qui confia à Jean-Paul Sartre : «Non, non, il ne s’agit pas d’une révolution. Juste d’une révolte de jeunes gens». C’est moi qui résume ainsi l’entrevue avec l’auteur des Mots qui se réjouissait de pouvoir manger du bourgeois, comme on se mord la queue, puisqu’il venait lui-même de ce milieu. Le décalage entre Sartre et de Gaulle est grand: le fils du général n’a jamais vu le lit parental tandis que le philosophe s’envoie en l’air avec des étudiantes que lui fournit le Castor.
GMB fait ressentir l’angoisse partagée du général et de sa femme que l’on appelait « Tante Yvonne ». Avec le recul, on sait qu’elle fut la plus grande dame de France, ne dépensant pas un centime du trésor public quand il s’agissait d’agir au plan privé. Le couple de Gaulle se démarque des associations show-biz qui ont suivi, genre le fan de Johnny avec une Castafiore tendance rive-gauche, ou le sans charisme avec une comédienne en quête de personnage. Au cours de la zizanie de 1968, les communistes ont tenu le rôle du grand méchant loup. La famille de Gaulle prend peur quand les conducteurs de DS se liguent contre eux. GMB sait donner tout le tempo d’une époque par un fait de rue passé aux oubliettes. Le romancier agit dans ces séquences-là. Le général ne voyait pas d’un bon œil la Porsche des Pompidou qui était un signe extérieur de richesse. Au terme des Trois Glorieuses, Pompidou a amorcé la politique spectacle, jouant du flipper, clope au bec.
Lire Le Général a disparu revient à lire feu Pierre Péan- enseveli dans un silence étourdissant- qui tout à coup devient Hemingway ou Norman Mailer. Lisez GMB et ne cédez pas aux sirènes du PAF qui vous obligent à lire des histrions. Un lecteur n’est pas un chien qui va là où les autres sont déjà passés. Lire Benamou c’est lire un genre nouveau : l’Histoire contemporaine romancée pour mieux la comprendre. Albert Camus a parlé d’“historien de l’immédiat", à propos des authentiques journalistes. Une formule qui convient à GMB. Aujourd’hui, les plumitifs croient qu’ils sont écrivains. Jadis, les écrivains devenaient journalistes. Benamou se reconnecte avec les anciens grands d’autrefois. Plus besoin d’aller au bout du monde, comme Kessel. Traverser la rue suffit. Les Macron ont été menacés par les manifestants, fin 2018. Par moment, on ressent encore des répliques de la secousse sismique d’il y a un demi-siècle. Sur les pavés, des gilets jaunes.

-Le Général a disparu, Georges-Marc Benamou. Grasset, 240 p., 18 €.

Un bouquet de BD: Lomig, Boucq, Jolivot,Linhart & Thouron, Hamâté & Quod, de Radiguès, C. Meurisse et Santini & Gatignol.

23.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, LE JARDIN D'ENFANT

Jacques Tati, profession génie.

*Deux sœurs sont projetées dans un monde en perdition ravagé par les dégâts de la soi-disant modernité. Au-délà des tabous, une BD pour adultes.
-Dans la forêt, Lomig, d’après le roman de Jean Hegland. Sarbacane, 156 p., 24,50 €

*Un matin dans la salle de bains, Jérôme Moucherot découvre qu’il n’a plus de bouche ni de nez. Le héros de François Boucq traverse le miroir pour voir le fameux autre côté, comme le fit jadis Max Linder. La morale est très Pierre Dac : je viens de chez moi et j’y retourne. Une BD mystérieuse, amusante et introspective. On tourne les pages et on revient aussitôt en arrière pour revoir ce que l’on vient de voi.. Une sorte de William Blake du XXIe siècle. Plus un zeste de Magritte.
-Les aventures de Jérôme Moucherot. Une quête intérieure tout en extérieur. Histoire de ne pas salir chez soi, par François Boucq, scénario et dessin. Le Lombard, 176 p., 20, 50 €

*Grande balade dans l’Europe du Nord pour montrer la diversité des paysages que la pollution ne doit pas menacer. Pour atteindre celle grandeur multiculturelle, il a fallu des siècles.
-Baltique à pied d’île en île, Nicolas Jolivot. HongFei, 80 p., 23 €

*David Merveille qui porte bien son nom poursuit son hommage à Jacques Tati avec une nouvelle livraison de toute beauté comme les précédentes. Son nouvel album est une œuvre à voir plus qu’à lire. Un as du découpage et de l’ombre chinoise.
-Hulot domino, David Merveille. Rouergue, 40 p., 17 €

*L’album saute aux yeux comme si chaque dessin était monté sur piles. Cette réflexion sur le travail qui tue au lieu de libérer est mieux qu’un essai indigeste.
-Le burn out, Danièle Linhart et Zoé Thouron. Le Lombard, 72 p. , 10 €

*La moralité du livre pourrait être du Brassens avec sa fameuse phrase sur les gens qui n’aiment pas ceux qui choisissent un autre chemin que le leur. Amadou Hampâté Bâ ((1900-1991) a passé sa vie à noter la culture orale pour ne pas qu’elle s’évanouisse définitivement.
-Soly ou la leçon d’humilité, texte d’Amadou Hampâté Bâ et illustrations de Sara Quod. Les éditions des éléphants, 40 p., 15 €

*La fameuse ligne claire belge initiée par maître Hergé est bien présente dans le trait de Max de Radiguès. Ses deux héros évoluent dans une nouvelle aventure qui nous maintient dans l’enfance sacrée. Bâtiments précaires mais solides fondations spirituelles.
-Stig & Tilde, le club des losers, Max de Radiguès. Sarbacane, 64 p., 13,50 €

*Une occasion de partager les rêveries d’une solide caricaturiste qui sait taper dans le mille dès qu’elle met en scène un grand nom de la culture qui grâce à elle devient perceptible.
-Le Pont des Arts, Catherine Meurisse. Sarbacane, 112 p., 19, 90 €

*Etre diplômé ? Cela veut qu’on est devenu stupide. Marié ? Que l’on ment. Misérable ? Qu’on a fait fortune. Le mieux pour rater sa vie ? Devenir un grand patron multimilliardaire.
-Comment j’ai raté ma vie, Bertrand Santini, Bertrand Gatignol. Grasset/Jeunesse, 43 p., 12, 50 €.

Les Cahiers du cinéma, n°3: vieilles images Panini, Guivarc'h, Maradona et un porteur de valise...

23.08.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, LA REVUE DE STRESS

Actuellement, il n’y a que deux grands joueurs en activité: Messi et C. Ronaldo. Et dans l’Histoire du football, il y a deux as incontestables: Pelé et Maradona, la rockstar du football.

Bonne livraison de ce qui s’apparente aux Cahiers du Cinéma quoique So Foot soit leader dans le secteur traitement décalé du football loin des marronniers habituels. En fin de volume, on trouve des pages d’album Panini en fac-similé du plus bel effet rétro : le Brésil 1970, la France de Platini, le PSG entraîné par Fontaine, l’O.L. avec Di Nallo et Chiesa, plus l’O.M. de Skoblar et Magnusson. La nostalgie est toujours ce qu’elle est : une machine à remonter le temps. Voilà pour le visuel.
Pour la forme, il y a encore des photos de football féminin du début du XXe siècle, comme quoi RAS dans le monde du ballon rond, hormis la sur médiatisation. On a droit à l’interview d’un grand délaissé : Stéphane Guivarc’h. Sa vie a basculé en finale de la Coupe du Monde 1998. S’il avait marqué contre le Brésil, et surtout ouvert le score, il serait héros à la place de Zidane. Hélas ! pour lui cela ne se passa pas comme ça, et il est devenu une sorte de paria. Il n’est pas starifié consultant, on le traite de vendeur de piscine. Rudesse du Paf. A l’inverse d’un porteur de valises qui vit sans cesse sur le prestige du titre mondial 1998 alors que les maîtres d’œuvre furent Barthez, Desailly, Blanc, Thuram, Petit, Deschamps, Djorkaeff et Zidane. Avec mention spéciale à Henry, Trezeguet et Pires. Tous les autres joueurs n’ont pas été extraordinaires. Eux ou d’autres c’était la même chose. La présence d’un historique porteur de valises dans l’album ne s’imposait pas. Cela ne fait pas du bien à la publication qui devient tout à coup Télé 7 jours. Malgré tous ses efforts pour se construire l’image d’un as du ballon rond, la postérité a donné son verdict : porteur de valises et cireur de banc à l’étranger.

-Les cahiers du football, numéro 3, 170 p., 18 €.

Officiel: l'OGCNice vendu 100 M€ à INEOS

22.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Finale de la Coupe de France 1954: Nice 2-1 Marseille. Toute ma mythologie est là: Nice, ma ville natale. Le maillot rouge & noir sans nom du joueur. Ujlaki contre Ben Barek. Si le football est devenu si populaire c’est grâce aux joueurs d’autrefois. Sans eux, le football serait aux oubliettes.

Mercredi 28 août 2019 (21 h)
Allianz Riviera
3e journée de L1
OGCNice - O. Marseille

Classement au terme de la 2e journée:
1 Olympique Lyonnais 6 pts + 9
2 OGC Nice 6 pts + 2
………………
17 OM 1 pt - 2

L’information est enfin tombée: l’Autorité de la concurrence a validé mercredi 21 août 2019, dans l’après-midi, le rachat de l’OGC Nice par Ineos, le groupe de Mr Jim Ratcliffe.
Le virement des 100 millions par Ineos, le groupe britannique, à destination du désormais ex ensemble sino-américain est l’ultime étape qui doit se dérouler au plus tard vendredi 23 août.
Le nouvel organigramme niçois serait officialisé dans les plus brefs délais.
Des recrues sont prévues et certains nouveaux joueurs pourraient même disputer le derby contre l’OM le 28 août.
Nice a été vendu 100 M€. Marseille 45 M€ et l’ASSE, 50.
C’est dire le potentiel niçois.
Claude Puel a dit qu’il voulait réveiller la Belle endormie. Il a réussi.
Ensuite, Lucien Favre a pris le relais.
A présent, Patrick Vieira est obligé de passer la vitesse supérieure.
Le derby s’annonce show avec Nice en pleine confiance, renaissance, et Marseille moribond qui n’a pas inscrit le moindre but.
Longue vie au Gym !

Le temps des orphelins, Laurent Sagalovitsch (Buchet/ Chastel)

21.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Je ne sais pas si ce livre arrivera jusqu’à vous : lors des rentrées littéraires le PAF est sous le contrôle des éditeurs qui savent très bien comment agir : outre qu’ils ont recruté des journalistes pour qu’ils pratiquent le renvoi d’ascenseur, ils créent un scandale pour toucher les lecteurs qui pensent que Chamfort est un chanteur. On a déjà eu : mon père m’a dépucelée; puis un autre a enchaîné: j’ai été frappé par mon paternel. Cette fois, on a droit à : mes vieux me donnaient de la merde à manger. Encore l’amertume d’un échappé de bidet. On est très loin de Poil de Carotte (Jules Renard) ou de Vipère au poing (Hervé Bazin). Depuis Alexandre Vialatte, on sait, que pour la caisse enregistreuse, il vaut mieux être connu avant de publier. A l’opposé du tintamarre, de la putasserie, Laurent Sagalovitsch a écrit un roman, à l’ancienne, comme le faisait les vrais écrivains de jadis ou comme le fait encore une poignée d’auteurs authentiques. De nos jours, Marcel Proust serait obligé de «faire Ruquier», comme ils disent. A la fin de sa vie, Julien Gracq a dit qu’il n’était plus écrivain, pour bien se démarquer encore plus d’un milieu qui l’écœurait à force de manigancer des scandales orchestrés en coulisses. Les éditeurs veulent bien éditer Perros et Bove à condition de faire recette avec d’autres qui se mettent un gros nez rouge ou une plume là où vous pensez. Ces propos liminaires ne sont pas superflus : je partage l’avis de Tzara : en dehors des élans poétiques et du pamphlet, la littérature ne vaut rien. La «racaille moderne» - selon le mot de Baudelaire- occupe le terrain avec des livres gorgés de «je» purulent, des créations de l’idiot-visuel comme Neymar est une créature des réseaux sociaux. Le véritable écrivain c’est Laurent Sagalovitsch qui fait office de Bernardo Silva ou de Kevin De Bruyne (les sublimes chefs d’orchestre de Man City) égarés dans un monde de vedettes formatées.
Il est tout particulièrement salutaire que le livre de Laurent Sagalovitsch, sur et contre les ravages du nazisme, soit édité par un éditeur qui en 1993 édita Souvenirs de Maurice Bardèche- le beau-frère de Robert Brasillach- notoire négationniste. Une précision s’impose : l’actuelle direction n’est plus la même que celle qui édita le fasciste déclaré. Laurent Sagalovitsch nous donne un livre poignant de bout en bout, sans jamais élever la voix. Il a mis le curseur de son abomination sur le tempo humanisme. Il tient la distance avec beaucoup de délicatesse qui du coup devient l’arme fatale pour évoluer parmi l’abjection totale. Le temps des orphelins de Sagalovitsch rime avec Le temps des assassins de Rimbaud-Soupault-H. Miller. Dans ce roman, un rabbin venu des Etats-Unis, à la fin de la guerre, pour soulager ce qui peut l’être, tombe sur un «garçonnet» de «quatre ou cinq ans» quand il se confronte directement à l’horreur du camp d’Ohrdruf, en fait le hors-d’œuvre de l’abomination si l’on se réfère à Buchenwald. Une femme demande au rabbin de prendre l’enfant sous sa protection. L’abandonné n’a pas dit un mot et ne parlera jamais. L’enfer sur terre lui a coupé la parole. Peut-être n’a-t-il jamais parlé vu qu’il est né dans une période apocalyptique ? Toutes les scènes avec l’enfant sans prénom ni nom sont exceptionnelles d’intensité et de simplicité. Au cours de leur première rencontre, le rabbin réchauffe la petite main. En fait, on ne sait plus qui réconforte qui. Admirable séquence d’une beauté naturelle. Cet instant-là, on est face à la lumière du livre, exactement comme devant le lait dans le tableau de Vermeer, (La Laitière) ou le soleil sur la lame du couteau au cœur de L’Etranger de Camus. Le moment-clef d’une oeuvre. L’aiguille dans la botte de foin qui doit sauter aux yeux des lecteurs.
Quand il est obligé de quitter momentanément l’enfant, le rabbin lui confie la photo du sien qu’il n’a pas encore vu. A Buchenwald, le rabbin cherche sans succès les parents de celui dont on pressent qu’il est déjà orphelin. L’homme de foi, qui a choisi pour métier de ne pas haïr les hommes, se demande pourquoi a-t-on permis le massacre des hommes par des hommes ? La main tendue par l’enfant sauve bel et bien le rabbin. Cet enfant mutique est comme un oiseau sur un barbelé. Un oiseau qui ne chanterait plus à force d’avoir respiré l’odeur des fours crématoires qui circule dans toutes les pages du livre. A Buchenwald, dont les cheminées fument encore, le rabbin est fier d’être Juif mais il a plus l’impression d’être un «serviteur de Dieu» qu’un «soldat de Dieu». Sa foi ne plus être aveugle et tout accepter comme un apôtre téléguidé. Les parents de l’enfant ne seront pas retrouvés.
L’enfant court vers le rabbin quand son sauveur revient vers lui. Au risque d’attraper le typhus, le rabbin a tout tenté. Nous lecteurs sommes sous le charme du style de Laurent Sagalovitsch, totalement obsédé par la Shoah. Hitler hante ses jours et ses nuits. Dans Le temps des orphelins, Hitler et chimpanzé sont associés mais une telle comparaison est dégradante pour le singe. L’écrivain a fui la France pour le Canada en 2009 comme il aurait fui la France de Pétain pour sauver sa peau. Sa façon de résister. Vancouver, où il vit dans le souvenir de Malcom Lowry, apaise Sagalovistch qui est plus le petit garçon de son livre que le rabbin. A conserver à côté de Primo Levi, son nouveau livre semble écrit par Woody Allen qui serait plus influencé par Nuit et Brouillard d’Alain Resnais que par La vie est belle de Roberto Benigni. On ne rit jamais. La tendresse domine l’ensemble.

-Le temps des orphelins, Laurent Sagalovitsch. Buchet/ Chastel, 219 p., 16 €

Sans jouer, Neymar traumatise le PSG à l'image du fantomatique Mbappé

19.08.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Dimanche 18 août 2019
2e journée de L1
Rennes 2-1 Paris
Buts pour Rennes: Niang (44e), Del Castillo (48e)
But pour les touristes: Cavani (36e)

Paris a ouvert le score à cause d’une toile signée Da Silva.
Un but casquette, immérité.
Heureusement pour eux, les Rennais ont bien répondu par deux buts somptueux.
Paris n’a proposé que du vide.
Explication: l’ombre de Neymar.
A force de dire qu’il veut partir, tout en ne le disant jamais et bien sûr sans dire qu’il veut rester- vous me suivez (!)- il plombe le club.
Comme il veut partir, il dit sans le dire: le club n’est assez bien pour moi, donc il a contaminé les joueurs qui au lieu de se rebiffer pensent la même chose que lui. Tous les joueurs ne sont à Paris que pour l’argent: le PSG ce n’est pas Barcelone ou le Real. Ni Liverpool, ni le Bayern.
Neymar qui veut partir, lance aussi le message: je ne veux pas jour avec ces joueurs qui ne sont pas de mon niveau.
Neymar, sans jouer, sème la zizanie.
Tout comme sans jouer, il a réussi l’exploit de se faire suspendre deux fois: insultes en direction de l’UEFA, et mauvais geste sur un fan de Rennes.
Quelle gestion de bas étage !
Un grand joueur s’achète quand il n’est pas encore très connu donc pas cher.
Paris, lui, n’est bon qu’à faire de gros chèques.
A l’heure qu’il est: Neymar est très loin de pouvoir revenir à son niveau d’avant 2017.
Il se blesse sans cesse. A le moral dans les chaussettes.
Plus Paris amasse des euros sur son non, moins il joue.

Peter Fonda (1940-2019) & Dennis Hopper (1936-2010) nos héros d'Easy Rider (1969)

17.08.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE, HENDRIXEMENT

La scène finale d’Easy Rider (1969)

Toute une époque, celle des années 1960-1970.
Dans Easy Rider, on voit des copains prendre la vie du bon côté, se marrer, avoir besoin de se libérer des idées préconçues.
Nous sommes chez les héritiers des Dadaïstes, Surréalistes et de la Beat Generation.
Une époque carrefour, pleine d’espoir avec les hippies, les beatniks, le peace and love.
Le film avec son cortège de joints - et le reste- prône une liberté qui n’est pas du goût des conservateurs qui sont sous le jour le plus atroce, à savoir des tarés.
Quand j’ai vu le film qui finit de manière atroce, j’ai vite compris que pour vivre heureux, vivons cachés. La leçon du film remonte à très loin. Brassens chantait déjà en 1952 que “les brav’s gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux“.
Le film contient toute l’époque qui marque la fin des Beatles. Une date d’une tristesse infinie.
Easy Rider est sorti en France, le 8 mai 1969, au Festival de Cannes.
Ensuite aux Etats-Unis, le 14 juillet 1969.
Les dates sont très importantes:

-Le 9 août 1969, la bande de Manson, un ramassis de ratés - anagramme de tarés- a accompli l’innommable dans la maison de Sharon Tate et Roman Polanski.
-Du 15 au 18 août 1969 a eu lieu le Festival de Woodstock mais après le 9 août, la fête était déjà finie.

Donc la belle époque fut très courte: trois mois ! Bien sûr, je ne parle pas des autres événements de l’actualité politique.
Easy Rider fut notre pamphlet pour dire: “Laissez-nous vivre comme l’on veut". La réponse criminelle a été orchestrée en plus par un abruti qui se prenait pour un Dylan inconnu.
Peter Fonda, Dennis Hopper et Jack Nicholson sont des héros qui renvoient aussi à l’amitié prônée dans les films de John Cassavetes.
Peter Fonda et Dennis Hopper ont coécrit le scénario avec un autre ami (Terry Southern).
Dennis Hopper fut le metteur en scène (Prix de la 1ere meilleur œuvre, au Festival de Cannes 1969). Peter Fonda, le producteur.
Je me revois dans un avion, au milieu des années 1970. Un vol Paris-Nice.
Dès mon arrivée à Orly, j’ai vu Dennis Hopper avec Henri Langlois, le créateur de la Cinémathèque. Je ne les quittais pas des yeux.
Au cours du voyage, j’étais à quelques rangées d’eux.
Moi, à gauche de l’allée. Eux, à droite.
Henri Langlois, en raison de sa forte corpulence, occupé deux fauteuils, avec les accoudoirs centraux baissés.
Dennis Hopper était sur le fauteuil juste derrière l’homme en veste noir.
Pendant tout le voyage, sauf au décollage et à l’atterrissage, Dennis Hopper resta collé au fauteuil de Langlois pour lui parler au-dessus de l’épaule.
Ils riaient souvent.
Dennis Hopper, tout en Lewis, chapeau de cuir avec une plume, était en totale admiration devant celui qui a sauvé tant de chefs d’œuvre de l’oubli.
Inoubliable. Je ne leur ai bien sûr pas dit un mot. Cela n’aurait servi à rien.

[Post dédié au cycliste italien Felice Gimondi (1942-2019]

Les Niçois sont interdits à Nîmes !

17.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, ANTI-FOOTBALL

Avant, pendant et après le match Nîmes-Nice aucun Niçois ne doit se trouver dans l’ancien fief du mythique Kader Firoud. Une écharpe du Gym autour du cou suffira à faire arrêter le porteur de ce bout de tissu marquant son attachement à Nice. A Nîmes, une écharpe aux couleurs du Gym troublerait le désordre public.

Samedi 17 août 2019
2e journée de L1 2019/2020
Nîmes-OGCNice

Le 9 août 2019, l’OGC Nice a fait part de son mécontentement d’un arrêté préfectoral interdisant aux Niçois le déplacement à Nîmes. Depuis, le Ministère de l’Intérieur en a remis une couche dans une décision officielle:

-"Le samedi 17 août 2019, de zéro heure à minuit, le déplacement individuel ou collectif, par tout moyen, de toute personne se prévalant de la qualité de supporter du club de l’OGC Nice, ou se comportant comme tel, est interdit entre les communes du département des Alpes-Maritimes, d’une part, et la commune de Nîmes (Gard), d’autre part".

Dommage qu’ils n’aient pas mieux surveillé ma chère Promenade des Anglais, cet atroce soir où vous et moi aurions pu mourir sur le sol de ma ville natale. C’est plus facile d’agiter la matraque devant des passionnés de football, cela donne l’impression que l’on s’occupe bien de la sécurité du peuple. Vivement que le club soit dirigé par notre puissant propriétaire anglais. En démocratie totalitaire, plus vous avez de l’argent, plus on vous respecte.

Les Aiglons n’ont donc pas le droit de jouer devant des Niçois, à l’extérieur. C’est un gros désavantage au coup d’envoi. Patrick Vieira a déclaré qu’il faut que Nice se comporte bien dans ce match pour ramener quelque chose aux fans, et même plus :“Nous avons envie d’aller chercher cette victoire pour eux". Un fait certain, on agit avec Nice comme si Nice n’était pas une ville française. On traite les Niçois en pestiférés.

Résultat:
Nîmes 1-2 OGCNice
Buts pour les Crocodiles: Ripart (45e, s.p.)
Buts pour les Aiglons: Cyprien (10e, s.p.), Ganago (16e)

Nîmes Olympique : Bernardoni - Alakouch, Briançon ©, Martinez, Miguel - Valdivia (Sarr 58e), Valls (Philippoteaux 79e), Bobichon - Ferhat, Ripart, Duljevic (Stojanovski 68e)

OGC Nice : Clémentia - Burner, Herelle, Dante ©, Coly - Tameze, Cyprien, Lees-Melou - Ganago (Thuram 83e), Lusamba (Cissé 76e), Sacko (Pelmard 52e)

Après la clôture de la 2e journée de L1, Nice est coleader.

La recluse. Le mystère Brigitte Bardot, Michel Goujon (Plon)

16.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE, GRANDE DAME

Brigitte Bardot parle de Marilyn Monroe. Un jour, elles ont été présentes dans une même pièce. Instant mythique. Brigitte Bardot a eu la force et l’intelligence de s’extirper des griffes de la gloire. Son équivalente américaine, elle, a été victime du vedettariat. Dans la condition féminine, B.B. est au-dessus de Simone de Beauvoir, car la comédienne ne portait pas de masques. En 2019, Brigitte Bardot est un monument vivant de la France. Il y a elle, puis tout de suite après, Delon et Belmondo. Brigitte Bardot est le plus beau synonyme de Liberté.

Ceux qui ne connaissent pas B.B. vont apprendre à la connaître dans le livre de Michel Goujon qui dresse le portrait qu’il convient : celui d’une icône mondiale. B.B est aussi célèbre que le général de Gaulle. Elle a un caractère bien trempé très apprécié par l’ancien président de la République- je parle de l’auteur de l’Appel du 18 juin 1940 bien sûr, pas d’un autre - qui l’avait invité à l’Elysée où il avait remarqué qu’elle était venue habillée en militaire ou tout comme. Les médias ont souvent présenté B.B. comme une ravissante idiote. Ils confondaient ce qu’elle avait joué à ses débuts avec la femme qu’elle était. Ensuite, la presse a opposé Brigitte Bardot à Jeanne Moreau. Grosso modo : l’intello contre la shampouineuse. Ils se sont mis le doigt dans l’œil. B.B. n’est pas moins intelligente que la comédienne qui joua avec Welles ou Buñuel. B.B. était la cible numéro 1. Les femmes voulaient lui ressembler, et celles qui ne pouvaient être dans la même catégorie la haïssaient de toutes leurs forces animées par une jalousie féroce. Les hommes ? Ils la voulaient pour maîtresse.
B.B. était le réceptacle de tous les fantasmes. On comprend que cela l’épuisait. Les producteurs misaient sur elle car elle remplissait les salles. La presse faisait des unes sur elle car elle faisait vendre. Après avoir atteint le sommet de la notoriété, elle s’est retirée du cinéma pour ne plus jamais y revenir. Une femme de parole. Elle entame ensuite son combat pour les animaux. Sur le tournage de son dernier film, elle sympathise avec quelqu’un qui a un mouton (ou une chèvre, je ne sais plus) et celui-ci : «A la fin du tournage, venez. On le (ou la) fait à la broche ! » Trop, c’est trop.
Brigitte Bardot a plus fait pour la condition féminine que Simone de Beauvoir. L’actrice ne portait pas de masques. Elle prouvait qu’elle n’était du tout un objet sexuel. On voyait bien qu’elle portait la culotte et envoyait balader son partenaire à la moindre entourloupe alors que l’écrivaine - comme ils disent- consommait de la chair fraiche féminine puis servait de rabatteuse auprès de son Jean-Sol Partre avant d’aller roucouler dans les bras de Nelson Algren. B.B dit qu’elle apprécie la …Marine Nationale ? On n’est pas obligé de partager tous ses avis qu’elle assume dans un pays où la langue de bois est la langue nationale. Des Sainte-Beuve discount la dézinguent dans des postures de bouffons. Il faut aussi rappeler que Beauvoir a travaillé à Radio-Vichy sous l’Occupation nazie. Pas de quoi se vanter, il est vrai.
Le parcours de B.B devrait faire réfléchir les candidats à la gloire qu’elle a refusée. Une manière de se sauver quand on voit la fin tragique de Marilyn Monroe et de tant d’autres. Grâce Kelly a dit bye-bye au cinéma mais elle est restée dans la lumière à Monaco sur le rocher princier. Garbo s’est sauvée aussi. Dietrich également. Avec B.B cela fait quatre recluses. Sauf que Bardot reste proche des gens : elle a mis dans la lumière le couturier Jean Bouquin et le guitariste Manitas de Plata. On dit qu’elle a rendu populaire Saint-Tropez. Erreur, l’Histoire désigne Colette. Dans les années 1920, l’écrivain - et non pas écrivaine- venait à Saint-Tropez en voiture avec Emmanuel Berl pour y faire sensation sur le port. C’est donc Colette qui a mis Saint-Tropez sur la carte de France. Colette et B.B se sont rencontrées. Le livre de Michel Goujon raconte et décrypte la scène. Et beaucoup d’autres. A lire pour apprendre, ou à lire pour le plaisir de revivre les Trente Glorieuses dont B.B est une figure de proue et sans doute LA figure de proue. C’est toute une époque : le soir de leur nuit de noces, B.B et Roger Vadim ont fait lit à part. Le papa de B.B a dit au jeune marié : le mariage a été prononcé mais il ne prend effet que le lendemain. Mazette !

-La recluse. Le mystère Brigitte Bardot, Michel Goujon. Plon, 430 p. , 21 €

Correspondance (1945-1959), Albert Camus & Nicola Chiaromonte (Gallimard)

15.08.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Non, les enfants d’Albert Camus ne raclent pas les fonds de tiroir pour faire tourner la caisse enregistreuse. Tout ce qui parait de leur père post-mortem sert sa mémoire, même son courrier du cœur qui n’a rien à voir avec les lettres au style gnangnan de François Mitterrand avec la mère de sa fille. Moi qui pensait l’inspiratrice de la Pyramide du Louvre au-dessus de la mêlée médiatique, quelle déception de subir son côté Paul Géraldy dont le seul talent était d’être lecteur de Georges Navel. (Le pire est à venir : celles de celui-qui-nomma-un-escroc- ministre-de-l’intérieur destinées à la version féminine d’Assurancetourix, le barde inaudible). Camus est un écrivain, lui. Mitterand, non, même s’il reste un fin lettré à côté de ses successeurs élyséens qui courent les librairies comme les laides de nuit de la Madeleine cherchent des clients. Il ne faut pas confondre la serviette de jadis avec les torchons d’aujourd’hui. Mitterrand rêvait d’être un écrivain mais il a choisi le pouvoir. Un constat flagrant : cela en dit long sur notre époque quand on voit des politicards avec une chanteuse ou une actrice- même si on est très loin des authentiques personnalités de la dimension de Véronique Samson et de Gena Rowlands. Tout est dit. Revenons à Camus qui a consacré sa vie à la littérature : roman, essais, théâtre. Un talent considérable. Lui n’a pas écrit : Camus à Eurodisney, Camus en scooter, Camus sous la pluie pour faire franchouillard, Camus prend le TGV pour faire croire qu’il ne prend pas l’avion, Camus sort avec une actrice de sixième zone, Camus met des talonnettes… Lui s’est pressé le citron. A écrit comme on joue à la roulette russe.
Pour continuer sur la différence entre lui et les imposteurs, écoutez ça : en février 1947, Camus n’avait pas de table chez lui ! Oui, aucune table pour manger ou écrire. Rien de rien. Incroyable ! Il n’était vraiment pas bricoleur car il lui suffisait de trouver une vieille porte (ou des planches de chantier), puis de la poser sur des caisses en bois de bouteilles de vin, par exemple. Camus n’avait pas l’esprit débrouillard à la Boris Vian qui était aussi un manuel, comme Marcel Pagnol. Donc Camus n’avait pas de table : c’est dire son niveau de vie matérielle quand on songe à ceux qui vivent toute leur vie aux crochets de la République, retraite comprise, avec gardes du corps en plus.
Dans le nouveau livre de correspondance, des lettres de Camus disent son désarroi devant la «débâcle nerveuse spectaculaire» de sa femme Francine. Souffrait-elle des autres liens que Camus entretenait avec d’autres femmes ? Il n’a jamais abandonné sa femme, délaissé oui. Je pense à Philippe Soupault qui m’a dit : «Ré a pardonné, mais pas oublié»… Ré, sa troisième épouse, de son côté m’a dit : «Quand on est avec un poète, il faut le laisser totalement libre». Francine avait-elle autant de capacité à fermer les yeux que Ré ? Camus culpabilisait : il ne pouvait pas écrire quand sa femme souffrait. Dans une fiction à la télé, le scénariste fait dire à Francine : «Quoi tu vas écrire sur l’amour mais qu’est-ce que tu y connais en amour !» Après l’absurde, le suicide, la révolte, Camus voulait s’attaquer à l’amour. Catherine Camus, la fille du couple, a fini par laisser publier la correspondance Camus-Casarès car elle sait que cela ne détruit pas l’union Camus-Francine. D’autres lettres avec d’autres femmes dames dorment au fond de certains tiroirs. On n’est pas sûr de toutes les lire.
Celles envoyées à Nicola Chiromonte sont sur l’amitié, l’amourtié pourrait-on dire ? Les deux amis qui se connaissent depuis le début des années 1941 sont très attentifs l’un vis-à-vis de l’autre et Camus ne joue jamais au grand homme face au fan. On le sait depuis qu’on a connu ses liens avec Michel Vinaver, un autre de ses correspondants préférés avec Louis Guilloux. Dans sa correspondance avec l’Italien, Camus parle beaucoup de la situation politique, lui l’ancien communiste éphémère déçu par les tortures des soviétiques sanguinaires.
Camus était un solitaire solidaire pas que dans ses livres. Dans la vie, il a donné l’hospitalité à Chiromonte qui n’a jamais oublié la fraternité de l’auteur de L’Etranger. Il lui demandait des livres que Camus lui envoyait toujours dès qu’il le pouvait. Une très belle amitié avec la littérature en toile de fond. Apprendre qu’il n’avait pas de table reste l’information la plus importante du livre. A méditer, encore et encore.

-Correspondance (1945-1959), Albert Camus & Nicola Chiaromonte. Edition établie, présentée et annotée par Samantha Novello. Gallimard, 233 p., 22 €.

Telenovela Neymar «Kadarshian» : parti pour rester (?), il fallait l’opérer pour le guérir et non pas le soigner

Lors de sa seconde grave blessure, au début de 2019, Neymar se blesse tout seul. C’est dire la fragilité de sa cheville. Comme en plus, elles sont enflées par son manque d’humilité, imaginez les dégâts. Le souvenir que j’ai de Puskas est plus grand que tous les matchs à venir de Neymar dont le football est à celui de Di Stefano ce que les chansons de Grand Corps Malade sont à celles de Jacques Brel. D’un côté l’éphémère, l’air du temps, de l’autre l’universalité, l’authenticité. Le talent contre la mode. Neymar est un joueur Copacabana comme il y en a tant au Brésil. Il sait jongler mais rien à voir avec la grâce technique de Gerson, Tostao et Rivelino. Ne parlons pas de Pelé, on ne compare pas une mobylette avec une Bonneville ! D’aucuns voudraient le voir capitaine du PSG. Un capitaine c’est Dante: un joueur capable de s’élever dans les airs, au cours des arrêts de jeu, afin de donner un grand coup de casque pour faire gagner l’OGCNice. Le jour où Neymar fait ça, les poules auront des dents au sein des favelas. Neymar n’a fait qu’un grand match: Barça-PSG (6-1) en 8e retour de C1, le 3 mars 2017. A part ça, rien. Ou trois dribbles pour des gens qui confondent ballon et football.

Neymar ce n’est pas le pied ! Ce n’est pas le pied, et il ne sait plus sur quel pied danser. Il risque à présent de jouer comme un pied. On n’en finirait plus et cela lui fait une belle jambe, tatouée bien sûr. Tout l’été, son nom a occupé le PAF. C’est bon signe : cela voulait dire qu’il n’y avait rien dans l’actualité. D’aucuns disent que c’est très bien que le public l’a insulté lors de la première journée de championnat au Parc des Princes, ainsi on a parlé de la L1 et du PSG dans le monde entier. L’éthique n’existe plus. Seul domine le “dieu argent", selon le mot de Leconte de lisle.
Allons à l’essentiel : Neymar n’a jamais voulu venir au PSG. Comme il est plus doué qu’intelligent, il a avalé la pilule : «Tu verras le niveau est si faible en France que tu vas pouvoir gagner la C1 et le Ballon d’or». Il y a cru alors que la C1 n’a rien à voir avec la L1… C’était sans compter sur les défenseurs. Il a été blessé, genre Payet qui charge C. Ronaldo en finale de l’Euro.
Accumulant blessure sur blessure : il ne joue plus et ne peut plus jouer. Il a été même été blessé lors de Brésil-Qatar par un joueur du Qatar, son employeur ! Et en Chine, il a été blessé à l’entraînement ! Neymar n’est plus qu’un joueur en porcelaine.
En hiver 2018, fissure du 5e métatarsien. Les médecins brésiliens des Auriverde décident du protocole pour l’opération.
Le 23 janvier 2019, il se blesse- tout seul en se tordant le pied- à nouveau dans la même région du pied. Le professeur Gérard Saillant, de renommée mondiale, et le docteur Eric Rolland(PSG) estiment que Neymar a mal été opéré par les médecins brésiliens qui lui ont mis une vis trop courte lors de l’ostéosynthèse, c’est-à-dire le raccordement de deux petits os.
Les médecins français étaient favorables à une seconde opération pour retirer la vis et regreffer. Indisponibilité du joueur ? Six mois. Sans cette deuxième opération pour rectifier la bévue, la rechute est inévitable.
Si Neymar avait été réopéré selon le vœu du protocole français, il serait actuellement en état de rejouer. Comme ce ne fut pas le cas, l’épée de Damoclès est sur lui. Au moindre contact rugueux, il va quitter de nouveau le terrain, claudiquant.
L’autre facteur très important est son désert affectif : il vit loin de son fils, et c’est un célibataire qui a du mal à se projeter dans une nouvelle rencontre car ce n’est plus qu’une marionnette médiatique. L’homme n’est plus perceptible.
Il est obligé de changer d’air, pour se reconstruire loin de Bougival, sa cage avec des barreaux dorés. S’il reste à Paris, il va devoir marquer 3 buts par match pour faire oublier qu’il préfère le Barça au PSG. Et s’il ne dit pas qu’il voudrait aussi jouer au Real Madrid - si Barcelone renonce à lui- ce n’est que pour ne pas heurter les Socios catalans.
S’il part au Real Madrid, Zidane va devoir avaler une couleuvre.
S’il retourne au Barça, il y a embouteillage en attaque.
S’il reste au PSG, il sera souvent à l’infirmerie.

La Muraille de Chine, Christian Bobin (Les éditions Lettres Vives)

13.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

Christian Bobin au temps où il avait une moustache. Aujourd’hui, il l’a rasée alors qu’elle est redevenue à la mode. Ce n’est pas un écrivain rasoir, rassurez-vous. Bobin ne fuit pas le PAF, il fait simplement les émissions où l’on peut entendre la voix qu’il y a dans ses livres. C’est la catharsis du monde de l’édition qui fait tapis rouge à des imposteurs de la République qui après avoir berné les lecteurs dans les isoloirs, les bernent dans les librairies, et sans vaseline en plus. Pour riposter, j’aurai pu titrer: Bobin des Bois.

Au début des années 1990, j’ai demandé à Christian Bobin s’il comptait encore publier aux Lettres Vives alors qu’il publiait aussi chez Gallimard. Il m’avait assuré qu’il ne voyait pas pourquoi abandonner un éditeur qui avait édité son sixième livre en 1986 (Le Huitième Jour de la semaine). Trente-trois ans plus tard, il honore sa fidélité envers les Lettres Vives avec La Muraille de Chine, dans la collection dirigée par Claire Tiévant, cofondatrice des Lettres Vives en 1981 avec Michel Camus (1929-2003) qui serait enchanté par cette constance. Je me revois chez Michel Camus, dans son agréable appartement au parquet grinçant, face à face avec Pierre Bettencourt que j’interviewais. Michel Camus demanda au peintre-écrivain si tout se passait bien. Bettencourt tout heureux se mit à crier à mon sujet : «Fabuleux ! Ce n’est pas un journaliste !» Un sacré bon compliment : cela voulait dire que j’avais lu tous ses livres, et que je ne posais pas des questions débiles. Je me revois aussi avec Christian Bobin, chez Gallimard, pour une interview dans une pièce sans fenêtre qui donnait un aspect interrogatoire de police. On en était loin, mais ces conditions favorisaient le tête-tête, la concentration. Peut-être ne faudrait-il voir quelqu’un qu’une seule fois, pour se souvenir de tout ?
Si vous voulez partager un moment avec un véritable écrivain, procurez-vous La Muraille de Chine. Cette muraille n’est autre que le langage. Bobin est un écrivain qui se bat avec le langage pour trouver le bon mot au bon moment.
Ce livre s’inscrit à la suite de ceux de son œuvre qui tournent autour de la littérature au sens strict du terme. C’est quoi ? Elle sert à quoi ? Comment dire ce qu’on ne sait pas encore ce que l’on va dire ? Ainsi de suite. La magie littéraire est partout, dans le dit et le non-dit. Il ne faut pas avoir peur de ce genre de livre qui est un vrai cadeau pour le lecteur qui s’y retrouve car bien sûr quand un écrivain parle de lui, il parle de nous. Ce livre devrait être en tête car les trois C de Bobin (cerveau, cœur, corps) cherchent à atteindre une sérénité partagée avec autrui, son semblable, donc le lecteur.
Il ne publie que l’eau de roche de sa poésie. Tout coule de source. Nulle trace de besogne. Il est même au-delà de l’aphorisme qui cherche trop à synthétiser. Bobin accumule les instants de grâce comme le chercheur de cèpes déposent sa récolte sur une table. Pas de forfanterie. Simplement un partage. Des esprits intoxiqués par le parisianisme se moquent de lui parce qu’il n’a pas besoin d’arpenter les couloirs de France Télévisions ou ceux de Radio France pour exister. Bobin n’a jamais fait le trottoir du PAF. Un soir, Daniel Pennac a profité de sa notoriété pour la mettre au profit de Christian Bobin: l’effet de sympathie a fait boule de neige. Parfait ! En définitive, mieux vaut avoir une audience que le grand public comme on dit. On ne juge personne sur la quantité.
Page 10 : «Ecrire à la main devient tellement rare que cela prend le poids d’une prière».
Page 11 : «Je n’ai aucun âge».
Page 12 : «Regarde les fleurs».
Page 20 : «J’aurais voulu vivre et écrire comme un nuage».
Vous prenez une pincée de Thoreau, un zeste de Lucrèce, avec un trait de Pessoa mélangé a un peu de sirop de Giono et vous avez du Bobin bien frappé.
Le 18 septembre 2019 sera disponible un cahier de l’Herne consacré à Christian Bobin, sous la direction de Claire Tiévant et Lydie Dattas, dans lequel je figure par le biais d’un article (Saint Bobin, priez pour nous) publié dans Globe-Hebdo, il y a un quart de siècle. Il reparait tel quel. Sans changer une virgule. Je reste lecteur de Bobin. Pas besoin de le voir. Il met le meilleur de lui dans ses textes, la plus belle des politesses. Il pourrait être romancier mais il préfère le récit pour y déposer sa confrontation permanente avec les mots. Il compose des Notre Frère.
Les lecteurs de Bobin sont sans doute les meilleurs de France. Je dis cela en hommage à Marguerite Duras et à Zouc. Un soir, mon ami Zouc me place à côté de l’écrivain pour me faire plaisir. Zouc rodait son spectacle à Levallois-Perret, rien qu’un soir. Pas une seule affiche placardée dans la ville. C’était complet ! Nous étions dans les années 1980. Duras m’a dit : «Zouc a le meilleur public de France». C’était vrai. Elle a écrit ensuite un article en une du Monde. Le public de Brassens, Brel, Devos. Ce public orphelin est désormais sous la fenêtre de Bobin comme jadis les lecteurs de Victor Hugo venaient fêter l’anniversaire de leur écrivain préféré. On attend qu’il ouvre les persiennes. Pour apercevoir sa lumière. La nôtre, qu’on n’arrive plus à voir. Trop occupé par le superflu.

-La Muraille de Chine, Christian Bobin. Les éditions Lettres Vives/ Collection entre 4 yeux, 60 p., 13 €.

Ouvrard rend hommage à Neymar

12.08.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !

Neymar, 1ere vedette, et non champion, créée de toutes pièces par les réseaux sociaux. C’est Martine à la plage: Neymar à son anniversaire, Neymar et son sponsor, Neymar et son père, Neymar et sa blessure… En réalité, il ne joue jamais. C’est Guy Debord illustré à la lettre: le football marketing. Le football est devenu comme le monde de l’édition: plein feux sur Alexandre Jardin et rien sur Christian Bobin. Tout sur Neymar et rien sur Bernado Silva.

Neymar se sert du football plus qu’il ne le sert.
Après 10 ans de carrière, il s’essouffle.
Il a quitté Barcelone pour Paris alors que tous les joueurs rêvent du contraire !
Il croyait venir gagner la C1 et le Ballon d’or en France.
Le football n’aime pas que l’on se moque de lui.
Le football est plus fort que les joueurs.
Neymar n’est qu’un produit marketing des réseaux sociaux. Une mode.
Rien à voir avec la classe d’un Pelé, Di Stefano, Puskas, Cruyff ou Maradona, des serviteur du jeu.
Neymar n’est peut-être fait que pour jouer dans un très grand club: Barcelone ou le Real Madrid.
Des joueurs n’arrivent pas à passer de Lorient à Arsenal.
Neymar, lui, n’arrive peut-être pas à passer du Barça à Paris. C’est possible car il doit se dire qu’il joue en France dans un Barça Canada Dry. C’est la seule circonstance atténuante que je lui trouve.
A l’heure qu’il est sa cheville est endolorie car mal soignée. Un coup dessus et il est au tapis. Les défenseurs ne vont pas le manquer.
Lors de PSG-Nimes, le 11 août 2019, il ne s’est pas déplacé pour voir le match au Parc des Princes où l’on a vu de la part des Ultras cette banderole: “NEYMAR CASSE TOI”
Leonardo, l’excellent directeur sportif du PSG - qui a lancé le projet parisien du QATAR- ne veut pas que Neymar joue alors que le joueur n’est pas fixé sur son sort.
La force de Neymar c’est de créer de la fantaisie inattendue. Le problème c’est qu’il ne joue plus. Son physique est plus que jamais lié à son mental. C’est en plus, un célibataire qui affiche un visage complétement fermé. Il ne vit que dans sa bulle. Encore enveloppé par le cordon ombilical, au risque de l’étouffement.
Il est complexé par rapport à Ronaldo et Messi qui eux jouent dans des institutions du football.
Neymar touche 100 000 € tous les jours depuis l’été 2017. Un poids si énorme qu’il ne peut plus courir.
Si le Real Madrid est prêt à l’accueillir contre une somme + trois joueurs dont Gareth Bale il faut vite accompagner Neymar à Roissy ou Orly.
Etant Brésilien, il peut passer du Barça au Real sans problème. Un transfert dans ce sens ou dans l’autre impensable pour Messi et Ronaldo.
Le pire est peut-être à venir: Neymar, instransférable parce que trop cher, reste au PSG. Au niveau marketing c’est très bien pour les Chinois qui hurlent devant lui comme jadis on hurlait devant Patrick Bruel. Il faut bien que jeunesse ignorante se passe. Neymar, donc, revient, et paf! il se blesse à nouveau dans un contact anodin.

Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel, Olivier Weber (Plon)

12.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

La voix de Kessel, son style dans sa veine journalistique.

Un bon gros pavé.
L’un des plus épais volumes de la collection.
Disons 300 entrées à première vue.
C’est trop.
Disons, un livre pour un étudiant qui voudrait en savoir plus, ignorant tout de Jef. Un livre grand public, sauf que le grand public préfère les émissions débiles de la télé et donc n’ouvrira jamais ce livre.
Loin de l’élitisme, Kessel impose la simplicité, la ligne directe.
Pour ceux qui le connaissent déjà, ils retrouveront l’essentiel et le superflu.
Kessel (1898-1979) était un homme sur lequel on pouvait compter, pas un lâche comme les Lettres françaises en regorge surtout sous l’Occupation nazie. Ce n’est pas lui qui aurait vendu son âme pour avoir un poste sous Vichy quand régnaient les pires patriotes.
Aviateur pendant la Première Guerre mondiale, Résistant pendant la Seconde, il rejoint le général de Gaulle qui lui demande d’écrire un hymne et cela donnera Le chant des Partisans écrit avec son neveu Maurice Druon.
Grand reporter, parcourant le monde pour dire ce qu’il a vu, il est une icône du journalisme d’avant la télévision. Il a trempé sa plume dans la plaie, selon le souhait d’Albert Londres. Il regarde et ne montre jamais.
L’écrivain ? Une suite de grands livres:
L’Equipage (1923), Belle de Jour (1928), les Cœurs purs (1934), L’Armée des ombres (1943), Le Lion (1958), Les Cavaliers (1967), entre autres. Qui peut aligner autant de grands livres ?
Il a aussi œuvré pour le cinéma, toujours avec talent.
Kessel reste un phare aux milieux des minables de sa génération.
Il est devenu académicien, en 1962, par esprit de vengeance: sous Pétain, ce n’était qu’un mauvais français parce qu’il était Juif; sous de Gaulle, la France lui ouvre grand les bras.
Le Russe né en Argentine avait le culte de l’amitié que l’on peut retrouver dans son livre sur Mermoz (1939).
Trop porté sur la boisson - sa femme aussi- il a donné son témoignage dans Les alcooliques anonymes 1960.
Louis Nucéra le considérait comme son père spirituel.
La mort de Kessel fut l’un des clous du cercueil de Louis Nucéra, “un cœur pur” comme l’appelait Jef.

-Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel, Olivier Weber. Plon, 1075 p., 28 €

Les Red Devils écrasent 4-0 Chelsea. La renaissance des enfants de Sir Ferguson ou illusion d'optique?

11.08.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY

Dimanche 11 août 2019
1ere journée de Premier League
Manchester United 4-0 Chelsea
Les buts de MU: Rashford (18e pen), 67e) Martial (65e), James (81e).

Manchester United: De Gea ©; Wan-Bissaka, Lindelof, Maguire, Shaw; McTominay, Pogba; Lingard (Mata 86e), Andreas (James 73e), Rashford (Greenwood 86e); Martial.
Sur le banc: Romero, Young, Tuanzebe, Matic.
Manager: Solskjaer

Chelsea: Kepa; Azpilicueta ©, Christiansen, Zouma, Emerson; Kovacic, Jorginho (Kante 73e); Mount, Barkley (Pulisic 58e), Pedro; Abraham (Giroud 66e).
Manager: Lampard

Le début du match a été poussif mais MU a joué comme à l’extérieur. Solide en défense et vif en attaque, comme au bon vieux temps des années 1993-2013. Vingt ans de paradis terrestre.
Le premier match du coach Lampard dans sa maison mère a été malchanceux: 2 frappes sur les montants.
MU a fait de gros progrès en défense: exit Smalling, exit Jones. Deux boulets laissés par Sir Ferguson qui n’avait pas toujours le choix sûr. Ces deux joueurs sont surcotés depuis des années. En un seul match Maguire s’est installé dans la défense avec l’ADN d’un Red Devil. Fier, courageux et jamais peureux. Pogba a été maladroit dans les premières mi-temps puis s’est très bien repris, rayonnant dans la récupération et les relais décisifs. Devant trois bolides.
La victoire 4-0 redonne le moral aux fans des Red Devils.
L’encadrement de MU avec des hommes de Sir Ferguson a remis le temple au centre d’Old Trafford dans l’esprit du club si cher à Matt Busby, le guide spirituel: des tauliers plus des jeunes.

Le récital de Dembélé-Suarez-Griezmann contre Naples, 4-0

11.08.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

Samedi 10 août 2019
Ann Arbor, Michigan (USA): 60 043 spectateurs
Coupe Liga-Serie A
Barcelone 4-0 Naples
Buts pour le Barça: Suarez (48e, 58e), Griezmann (56e), Dembélé (63e)

Antoine Griezmann a attendu son 5e match avec le Barça pour marquer son 1er but avec le FC Barcelone. Avant qu’il y parvienne, on a vu que Suarez s’est appliqué à toujours bien le servir pour qu’il ouvre son compteur. Ces deux-là s’entendent bien. Suarez n’est aussi qu’un Diego Costa (son ex partenaire de l’Atletico Madrid) dix fois plus fort: même grinta, mais plus technique. Griezmann irradiait de joie: c’est l’anti Neymar par excellence. Griezmann s’est considérablement amélioré tandis que Neymar s’est dégradé.
Barcelone a joué sans Messi.
On a vu un trio de feu: Dembélé, Suarez et Griezmann. Deux Français. Cela fait plaisir.
On imagine les ravages de ce trident avec Messi en soutien.
Les deux favoris pour la C1 sont: Barcelone et Man City.
Les outsiders: Liverpool et la Juventus Turin.
Le mal-barré: le Real Madrid.
PSG: le club parisien qui avait misé toute sa communication sur Neymar fait machine à arrière à tel point que même France Football n’a pas mis Neymar sur sa une du numéro spécial pour 2019-2020. Cela sent la poudre d’escampette. Zidane va-t-il enrôler Neymar car il n’a plus de star ? Hazard a-t-il déjà implosé sous la pression ? Il est arrivé enrobé comme un loukoum ou un soufflé au fromage. Quelle déception ! Le Belge a besoin de vite se ressaisir sinon sa réputation de joueur pour petits clubs va s’installer. Alors Zidane a-t-il besoin d’un gros coup médiatique avec la venue de Neymar ? La vérité est ailleurs: non opéré, Neymar a un pied très fragile. Il suffit de le charger sévèrement pour l’envoyer à l’infirmerie. Tous les joueurs le savent. Au lieu d’aller se faire soigner au Brésil, il aurait dû rester en France comme l’avait fait Ronaldo 1er, son aîné. Neymar est très mal conseillé. Il n’est plus qu’un homme-sandwich pour réseaux sociaux. En quittant le Barça il a tout perdu. Comme si un titre de L1 pouvait le rendre heureux. Les 100 000 € qu’il amasse chaque jour depuis deux saisons pèsent tant qu’il n’avance plus. Ce n’est plus qu’une tire-lire pour ceux qui profitent de lui.

La nouvelle saison football est lancée. La VAR met le ballon en vedette, avant les joueurs

10.08.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

A quoi cela sert-il que les Bavarois humilie 23-0 le FC Rottach-Egern, sélection régionale de joueurs amateurs. Corentin Tolisso a marqué un quadruplé en moins de cinq minutes. Il aurait dû en garder pour la C1. On a vu aussi les Français Lucas Hernandez et Benjamin Pavard, en défense. Tous ces joueurs peuvent dire merci à Deschamps qui les rendus internationaux. Dans un genre opposé au Bayern, Nice a encaissé 14 buts en deux matchs amicaux. Dure préparation. En plus, le meilleur niçois, le gardien Benitez, s’est blessé à l’entraînement à cause d’un exercice qu’on lui a imposé alors qu’il ne le pratique jamais.

Vendredi 9 août 2019
Match amical: Bayern Munich 23-0 FC Rottach-Egern
1er match de L1: Monaco 0-3 Lyon
Reprise en Premier League: West Ham 0-5 Manchester City

La nouvelle saison de football démarre non sans avoir de nouveau enregistré une surenchère astronomique dans le transfert des joueurs. On a vu des défenseurs se vendre à 80 M€, tel Lucas Hernandez (de l’Atletico Madrid au Bayern Munich), incroyable de voir ça. Et que dire d’Harry Maguire, un défenseur à plus de 90 M€ acheté à Leicester par Manchester United : quelle folie ! Si Cruyff était en activité, il faudrait l’évaluer à 100 milliards d’euros. L’argent règne plus que jamais : si Dijon avait 530 M€ de budget, il serait à la place du PSG leader financier de la L1.
On a vu Nicolas Pépé quitter Lille pour Arsenal, contre 80 M€ ! Là encore rien ne dit que l’attaquant va bien s’exprimer à Londres dans un club qui ne gagne plus jamais le championnat. Les Gunners sont les spécialistes pour casser les carrières : feu Reyes, Chamakh, Arshavin, Ozil, la liste est longue.
Cette intersaison, on a vu s’intensifier la mode des joueurs qui méprisent leur employeur : Neymar (PSG), Koscielny (Arsenal), Pogba (Manchester United), tous ont voulu partir ailleurs. Neymar et le PSG c’est je t’aime moi non plus. La saison n’est pas commencé que Neymar s’est déjà blessé à l’entraînement en Chine. Quel boulet ! Pour lui la L1 c’est juste un bac à sable. Koscielny, lui, a réussi à atterrir à Bordeaux, acceptable maison de retraite pour l’international qui souhaitait que la France perde la Coupe du Monde 2018 parce que blessé il n’a pas pu y participer. Belle mentalité ! Celui qui était dans les petits papiers de François Pas-Bas est un grand spécialiste des cartons rouges et des buts contre son camp. Bordeaux est ravi de sa venue. Les propriétaires américains sont vraiment ignares en football. Koscielny s’est fait étriller par de vieilles gloires anglo-saxonnes qui accusent l’ex capitaine des Gunners de n’avoir pas la reconnaissance du ventre.
Autre incongruité: Zidane ne veut plus de Gareth Bale au Real Madrid. Sans doute une façon de le remercier de lui avoir permis de gagner la C1 2018, grâce un doublé d’anthologie. Tant de clubs rêverait d’avoir Bale. Ne pas le placer au rang de Ronaldo et Messi, d’accord. De là à nier ses qualités explosives ! Pourtant le Real brille par son manque d’explosivité.
La L1 a tout juste repris que la VAR a encore fait des siennes lors de Monaco 0-3 Lyon. Fabregas a été renvoyé aux vestiaires car la VAR a montré et remontré un geste pas orthodoxe de l’Espagnol sur un Monégasque. Cela a changé la physionomie du match. On a vu aussi l’arbitre donner un carton jaune à un remplaçant de l’ASM qui n’était pas d’accord avec ce qu’il voyait. On va vers une saison démente : la VAR et les arbitres ont pris le pouvoir. Les joueurs passent en second. L’arbitre c’est désormais le ballon ! En Angleterre, lors de West Ham 0-2 Man City, le 0-3 a été refusé par la VAR, après la mi-temps, alors que le but de G. Jesus était intervenu après une superbe combinaison collective. Tout ça pour un hors-jeu d’un millimètre. L’esprit du but était évident. Platini avait raison: la VAR est un ennemi du jeu. Le football a perdu de sa fraîcheur car la VAR c’est à la tête du client. J’étais partisan de la vidéo mais pas dans à condition d’être juste. Il y a des situations que ne sont pas analysées ! Cela ne change rien: City et Guardiola sont des as même si la VAR a cassé temporairement son euphorie. Les Citizens ont été dégoûté par la VAR avant d’en bénéficier pour un penalty à retirer. Résultat West Hem 0-5 City ! West Ham ? Une équipe de touristes. Pauvre Chicharito, il n’a rien trouvé d’autres que cette équipe de has been. A propos des coachs, notons que Wenger et Mourinho sont toujours sans club… Des chômeurs de luxe. Mourinho vient de se faire engager par Sky Sports pour balancer quelques punchlines car c’est un as pour manipuler les médias à sa guise. Platini a dit jadis: “Les joueurs passent mais les journalistes restent". Aujourd’hui c’est le contraire: les journalistes sont en voie de disparition dévorés par les consultants (ex joueurs, parfois très médiocres, et coachs dont personne ne veut).
La L1 est la moins intéressante Ligue des grands championnats dominés par l’Angleterre qui chaque dimanche a de grandes affiches grâce à plusieurs grosses écuries : Man City, Chelsea, Liverpool, Tottenham, et désormais à des degrés moindres Man United et Arsenal. La série A se maintient par le biais de la Juventus Turin (Ronaldo), l’Inter Milan, Naples et aussi AC Milan, Torino, l’AS Rome… L’Allemagne vit en autarcie avec deux gros clubs : le Bayern Munich et le Borussia Dortmund entraîné par le grand Lucien Favre qui fit des miracle à l’OGCNice. L’Espagne a trois phrases : Barcelone (Messi, Griezmann), le Real Madrid (Zidane coach) et l’Atletico Madrid. Face à tous ces clubs mythiques, le PSG est bien seul en France. Lyon cherche la 2e place rien de plus. Les autres (Marseille et Lille) ne peuvent pas gagner ni faire deuxième, à moins d’un miracle. Nice doit attendre le carnet de chèques du nouveau Boss. La gestion de Marseille est catastrophique : on enlève le brassard de capitaine à Mandada pour le donner à Payet puis on fait la reculade pour revenir à la case départ. On donne un salaire royal à Payet qui n’est qu’un centreur. Payet- tant mieux pour lui- gagne 500 ou 600 000 euros par mois selon les sources. Quelle aubaine ! On devrait payer les joueurs comme les pigistes. Au match joué ! Et au rendement atteint. On verrait des attitudes bien plus positives que ces visages fermés, butés, bornés, suffisants, hautains, prétentieux, méprisants.

Dernière minute:
Nice 2-1 Amiens. Dante a donné la victoire à Nice dans les arrêts de jeu grâce à un coup de boule rageur. Un coup de casque !
Marseille 0-2 Reims. Peuchère ! Déjà une défaite à domicile. Ce qui s’appelle de la continuité dans le changement.

Diaboliques. Sept femmes sous l’Occupation, Cédric Meletta (Robert Laffont)

10.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Docteur ès sujets que personne ne traite, Cédric Meletta, après des livres sur Jean Luchaire et Rubirosa, nous donne encore un ouvrage que lui seul pouvait écrire. Son esprit débusqueur aime s’attaquer à des sujets inédits : cette fois, il nous radiographie sept curriculum vitae de fieffées garces dont on ne soupçonnait même pas l’existence, même pour un lecteur de Patrick Modiano qui s’y connaît pour mettre dans la lumière les zones d’ombre de spécimen hors normes. Par charité pour leur descendance, je ne donne pas les patronymes de ces dames. Leur nom propre est trop sale pour être donné en pâture sur le net. Pour cibler le gros de cette brochette de femmes peu recommandables, je les définis par le fond de leur abjecte personnalité : une mafieuse du plus bel acabit, une collabo plus sadique qu’un nazi patenté, la vicieuse grenouille de bénitiers, la sainte-nitouche qui alimente la machine antisémite, la voleuse-receleuse picturale, la milicienne qui dit être mandatée par le Seigneur (Saigneur ?) pour «balancer» les Résistants, et une débauchée qui trouve un débouché dans l’Occupation car vendre son âme ce n’est rien pour quelqu’une qui avait l’habitude de vendre son intimité en tapinant dans les rues de Toulouse pendant les années 30. Ces malfaisantes ont pour la plupart eu la fin qu’elles méritaient. Certaines ont été condamnées et d’autres ont été liquidées par la manière forte. A l’épuration de rue, les juges expéditifs ont tondu celles qui avait «fauté» avec un «Schleu» alors imaginez le traitement réservé à la gente féminine qui avait réservé ses faveurs à l’Allemagne nazie. Toutes ces diablesses n’ont rien à voir avec Lacombe Lucien car le personnage modianesque, porté à l’écran par Louis Malle, est devenu crapule à cause des circonstances. Ces dernières, elles, ont basculé sciemment dans la délinquance patriotique, morale. N’est pas Arletty qui veut ! Pour une Arletty combien de décérébrées. Inutile de vous dire qu’aucune association féminine ne va attaquer Cédric Meletta. Il n’y aura pas de #femmes collabos à sauver. L’Historien à la plume de romancier n’est pas un misogyne qui a masqué les circonstances atténuantes. Il faut être Sherlock Holmes pour en trouver. Parmi les mauvaises françaises, l’une d’elles- qui inspira jadis Modiano dans La Ronde de nuit- s’en est mieux tirée que les autres : condamnée aux travaux forcés à perpétuité, elle a été libéré par des militaires avant Noël 1953, sous condition de déguerpir du sol français qu’elle avait arpenté en long en large dans les rues chaudes. Elle a trouvé d’autres trottoirs ailleurs.

-Diaboliques. Sept femmes sous l’Occupation, Cédric Meletta. Robert Laffont, 225 p., 20 €.

Douze grands petits livres : Perros (NRF), Plath (la nonpareille), Thoreau (le mot et le reste), Lucère (Folio), Kaminski-Céline (Allia), Diderot (Folio), Nietzsche (Rivages), Hugo-Louise Michel (Mercure de France), Montaigne-Woolf (Le Festin)...

09.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

L’insoumis authentique écrivain Georges Perros trouvait absurde que des gens viennent en vacances en Bretagne pour dire: “Ce doit être merveilleux de vivre ici…” avant de retourner à Paris.

-Poèmes bleus, Georges Perros. Poésie/ Gallimard, 117 p., 7, 40 €. Il écrivait parce que personne ne l’écoutait. Un ami de chevet.

-Mary Ventura & le neuvième royaume, Sylvia Plath. Traduit de l’anglais (USA) par Anouk Neuhoff. La nonpareille/ Table Ronde, 45 p. , 5 €. Un voyage en train d’une banalité infernale.

-La succession des arbres en forêt, Henry D. Thoreau. Traduction de Nicole Mallet. Edition de Michel Granger. Le mot et le reste, 77 p., 3 €. Celui qui voulait délibérément être pauvre était un pionnier de l’écologie concrète, loin de la la politique politi…chienne.

-Le paradis a reconquérir, Henry D. Thoreau. Traduction de Nicole Mallet. Edition de Michel Granger. Le mot et le reste, 92 p., 3 €. L’utopiste voulait voir des jardins construits sur des radeaux. Et il insiste pour que l’on utilise la force des marées. Original sur toute la ligne.

-L’esprit et l’âme se tiennent étroitement unis, Lucrèce. Traduit du latin par Alfred Ernout. Folio/ Sagesses, 87 p., 3, 50 €. Notre âme. Avant nous, elle n’existe pas. Après nous, elle n’existe plus. Sauf dans l’esprit de ceux qui nous ont connus ou dans les œuvres d’art des plus doués.

-Céline en chemise brune, Hans-Erich Kaminski. Allia, 90 p., 7 €. Livre culte sur le führer de Meudon.

-Regrets sur ma vieille robe de chambre, et autres textes, Denis Diderot. Folio/ Sagesses, 104 p., 3, 50 €. Pour tester sa dextérité, il écrivait la nuit dans le noir absolu, pour se surprendre le matin.

-Hymne à l’amitié, Friedrich Nietzsche. Préface de Guillaume Métayer. Traduit par Nicolas Waques. Rivages/ Petite Bibliothèque, 123 p., 8, 50 €. Il était contre tout contre l’amitié.

-Lettres à Victor Hugo (1850-1879), Louise Michel. Edition Xavière Gauthier. Mercure de France, 90 p., 5, 80 €. Lettre, pas le néant, d’une admiratrice absolue. Comme on la comprend.

-Montaigne, âme libre, Virginia Woolf. Traduit de l’anglais par Catherine Delavallade. Le Festin, 50 p., 6, 20 €. Dialogues à travers la littérature de deux esprits lumineux.

-Van Gogh, le suicidé de la société, Antonin Artaud. Allia, 80 p., 6, 50 €. Chef d’œuvre sur un génie de la peinture par un génie des mots.

-Nouvelles en trois lignes, Félix Fénéon. Libretto/ Phébus, 152 p., 8 ,10 €. La rubrique des chiens écrasés rédigée par Cioran.

Chroniques d’Arts et Spectacles (1954-1958), par François Truffaut (Gallimard)

08.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Les chroniques de Truffaut s’arrêtent en 1958. L’année suivante, il est récompensé à Cannes, lauréat du Prix de la mise en scène pour Les 400 coups. Membre du jury, Jean Cocteau a œuvré et manœuvré pour Truffaut en qualité de président d’honneur, auprès de Marcel Achard, président. Les écrivains ont mis le Festival Cannes à la mode, de Cocteau à Pagnol. En ce temps-là, les écrivains étaient respectés. Pas comme aujourd’hui: il suffit de voir les ventes des deux anciens locataires de l’Elysée qui courent les librairies pour faire tant de mal à la littérature avec des bouquins bas de gamme: ni construction, ni âme, rien de rien. Si eux sont des écrivains, je n’en suis pas !

La publication des critiques de films signées François Truffaut permet de saluer un journaliste totalement oublié. Entre 1953 et 1959, André Parinaud (1924-2006) a codirigée une revue mythique La Parisienne, avec Jacques Laurent. C’était l’espace de liberté des Hussards (Blondin, Nimier, Déon…) et de leurs devanciers (Morand, Chardonne, Aymé, Berl…) Les Hussards n’avaient pas peur de faire appel à d’anciens collabos pour se différencier de Sartre et d’Aragon qui eux se positionnaient dans le camp des bons, mais c’est vite dit car sous les apparences… André Parinaud a été aussi, de 1959 à 1967, le rédacteur de l’hebdomadaire non moins mythique Arts, lui aussi un temple des Hussards et des cinéastes de la «Nouvelle vague», expression inventée par Françoise Giroud. Arts fut fondé par le galeriste Georges Wildenstein, en 1952 qui vendit le journal à Jacques Laurent, en 1954, qui gagnait bien sa vie avec Caroline Chérie écrit sous le pseudonyme Cecil Saint-Laurent. J’ai rencontré André Parinaud, en 1994, quand il a publié une biographie d’Apollinaire. Il m’a reçu chez lui qui était un vrai musée d’Art moderne. Il m’a dit qu’il faisait appel à des personnalités- selon les vœux de Jacques Laurent- qui avaient toutes un regard différent et qu’il les laissait s’exprimer exactement comme ils le souhaitaient, évitant surtout de donner une autre ligne de conduite précise, pour se démarquer des concurrents bornés dans leurs certitudes. François Truffaut a travaillé un peu pour La Parisienne et beaucoup pour Arts dont on retrouve les chroniques dans le livre qui vient de paraître chez Gallimard. Cet ensemble renvoie au Films de ma vie (Flammarion, 1975) On retrouve la dent très dure du futur cinéaste, qu’il était déjà puisqu’il avait réalisé deux films au format court-métrage, Une visite (1954) et Les Mistons (1957) au sein duquel la jeunesse éclatante de Bernadette Lafont crève l’écran. Truffaut excelle dans ses exercices de détestation. Sur Claude Autant-Lara, il atténuera ensuite ses propos de dégoût quand il tomba sous le charme de La Traversée de Paris (1956). Il est évident qu’il dézinguait les cinéastes en place pour mieux leur prendre la place ensuite avec la bande des Cahiers du Cinéma. Parfois, il accuse des metteurs en scène d’emprunter à d’autres sans les citer alors que lui-même a utilisé le début d’un roman de Raymond Guérin pour le lire en voix off en ouverture de La Femme d’à-côté. Il s’agit de La peau dure (1952), titre piqué par la suite par une journaliste. Nous vivons une époque où le plagiat prend le dessus sur l’original car un mort ne peut pas se défendre. Concernant Truffaut, l’influence de Guérin est évidente si l’on se réfère à son titre de film La peau douce… qui est le contraire de La Peau dure (1948), livre de Guérin. Truffaut avait le même rabatteur de chefs-d’œuvre oubliés que moi: André Bugnard, librairie à Montmartre. Cet homme considérable, ancien élève de Charles Dullin, était l’âme du versant montmartrois de la rue des Norvins là où habita Mac Jacob. Je m’y suis promené avec Edmond Jabès qui me disait avoir été plus influencé par Jacob que par Apollinaire, autre habitant prestigieux du petit arpent du bon Dieu comme disait Pierre Mac Orlan.
Pour revenir au livre des chroniques de Truffaut on se rend vite compte que trois phares éclairaient ses nuits de cinéphile : Jean Renoir, Sacha Guitry- dont il découvrit le cinéma à 13 ans par le biais du Roman d’un tricheur- et Max Ophuls. Bernard Bastide expose la nappe phréatique de l’univers de Truffaut, avec maestria. Sa démonstration vire au tapis rouge de la montée de marches, à Cannes, sauf qu’ici, en haut il y a la sensibilité de Truffaut et non pas trois actrices issues du mannequinat ou de la météo de C+. Bonjour la formation ! Plus canapé-lit que Louis Jouvet au Conservatoire, n’en déplaise à #monculsurlacommode. Dans son carquois, Truffaut a des flèches empoisonnées à la haine du cinéma qui cherche à faire pleurer dans les chaumières comme celui de Jean Delannoy qu’il démonte avec un malin plaisir.
Ses goûts sont éclectiques dès lors qu’il sent de la sincérité : il salue l’audace de Roger Vadim qui libère l’image de la femme en faisait la part belle aux éléments dans Et Dieu créa la femme ; il est sensible à l’univers trappiste de Robert Bresson dans Un condamné à mort s’est échappé. Au niveau étranger, il écarte Vittorio de Sica jugé trop mielleux, à l’inverse de Fellini dont il apprécié la fougue et l’exubérance, et d’Hitchcock, Lang, Hawks, Preminger, Walsh, N. Ray, Fuller, Welles et Aldrich.
Son éreintement des films de divertissement dits grand public fait sourire. Par des effets de manche, il s’attaque à des films sans prétention hormis celle de faire rire. Flinguer Le Triporteur avec Darry Cowl, de Jack (sic) Pinoteau cela revient à anéantir un numéro de clowns de cirque à dimension familiale. Il y a d’autres films à critiquer sévèrement, surtout les prétentieux – comme ceux qu’il a eu la chance de ne pas voir et qui de nos jours défendent la France à Cannes, toujours les mêmes signés par des Cassavetes discount. Et que dire du traitement de Michel Audiard traité comme un moins que rien. D’après le dictateur du goût : «Les dialogues d’Audiard dépassent en vulgarité ce que l’on peut écrire de plus bas dans le genre (…) Triple mépris du cinéma, des personnages du film et du public en général ». Tout ça est grotesque. Il y a plusieurs cinémas comme plusieurs littératures. Si je compare les films de Truffaut à ceux d’Hitchcock, il ne pèse pas lourd le cinéma du Français. L’important c’est le talent : dans des genres différents Truffaut et Audiard en avait beaucoup. Les coups de griffes de Truffaut ne font plus mal du tout. Il reste à sa place- celle d’un grand cinéaste- mais Audiard n’est pas un ringard avec ses dialogues dans la veine rabelaisienne nouvelle tendance. Truffaut n’avait pas toujours des paroles d’Evangile. Il prêchait pour sa paroisse.
Truffaut ne laisse pas leur chance à ceux dont le cinéma l’exaspère : «Je n’aimerai jamais un film de Delannoy, j’aimerai toujours un film de Renoir». Pourquoi pas ? Cependant, il faut laisser la possibilité à quelqu’un de faire mieux que ce qu’il a déjà fait. Et puis, on ne tire pas sur une ambulance dès lors qu’on l’a désignée ainsi. Chez Truffaut, il s’agit plutôt d’une visée sur corbillard. D’une manière générale, on sent que le critique n’en peut plus de ne pas dire ce qu’il a à dire caméra à la pogne. Ce qui est amusant c’est que le beau-père de Truffaut s’est porté caution financière aux débuts cinématographiques de son gendre. A la fois producteur et distributeur Ignace Morgenstern distribua des films de Delannoy… Le cinéaste détesté par Truffaut a dit : «J’ai donc contribué à favoriser les débuts de mon adversaire le plus acharné». Pas faux. Il m’arrive de regarder des films de Delannoy, je ne suis pas né pour être intelligent. Certes, je suis plus proche du cinéaste de La chambre verte, l’un de mes films de chevet. Ce film-là Truffaut l’a tourné pour moi, du sur mesure ! Quand un proche meurt, mieux vaut voir ce film qu’aller perdre son temps au cimetière, lieu où repose des cadavres mais aucun mort ! Au concours de la vie, Jean Delannoy a gagné: 1908-2008; François Truffaut (1932-1984). 100 ans contre 52 !

-Chroniques d’Arts et Spectacles (1954-1958) ,François Truffaut. Textes réunis et présentés par Bernard Bastide. Gallimard, 525 p., 24 €

Mort du cinéaste niçois Jean-Pierre Mocky (1933-2019)

08.08.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Un drôle de Paroissien (1963), de Jean-Pierre Mocky. Le cinéaste faisait tourner Bourvil, Francis Blanche, Jean Tissier… Tous lui faisaient un prix d’amis.

Jean-Pierre Mocky était une tornade humaine.
Bouillonnant sur les tournages.
D’aucuns le trouvaient vulgaire, ou pire grossier.
C’était un provocateur de première, un rebelle, un marginal du système.
Il devait se battre contre des montagnes pour ses montages financiers.
Il a fait des nanars et de superbes films: Solo (1970), L’Albatros (1971), A mort l’arbitre (1983)… Après je l’ai un peu perdu de vue mais je ne ratais jamais une occasion de le voir à la télévision. Ce grand showman savait créer le scandale.
Il mérite le respect pour son parcours atypique.
Il aimait les acteurs, les grands, les vrais.
Serrault l’adorait. C’est un titre de gloire.
Son cinéma underground restera.
Mocky me faisait rire avec ses coups de gueule que je ne prenais pas au sérieux.
Ce n’était pas un cinéaste comme Fellini.
Lui avait besoin de tourner de manière boulimique. Il filmait à brouillon ouvert. Il faut y débusquer les moments de grâce.
J’ai un attachement spécial qui me lie à lui: nous sommes Niçois et en plus il a passé son enfance là où j’ai passé la mienne: au Mont-Boron. Une affinité géographique.
Il marchait droit et ne courbait pas l’échine.

Révolution in the head. Les enregistrements des Beatles et les sixties, Ian Macdonald (Le mot et le reste)

07.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT

Chaque chanson des Beatles semble écrite demain. Ils sont toujours en avance et le restent. Leur sonorité est indémodable. Leurs voix éternellement jeunes. Il y a les Beatles, et puis tous les autres.

Indispensable livre sur les Beatles, une nouvelle fois chez Le mot et le reste, cet éditeur désormais parmi les leaders des livres sur la musique. A se procurer sans hésitation. Il contient la genèse de toutes les chansons des Quatre garçons dans le vent. La date de leur composition et qui a fait quoi. La plupart sont signées Lennon-McCartney même quand elle n’est que de l’un ou l’autre. Ils ont toujours associé leur nom respectif alors que George Harrison en a signé quelques-unes (toutes magnifiques, aussi) de son seul patronyme.
Quand j’écoute n’importe quelle chanson des Beatles, je me projette dans les années 1960. J’ai été en osmose totale avec eux sans connaître un seul mot d’anglais, ou si peu. Ils me parlaient quand même. Un mélange de musique, d’attitude, de joie, d’intelligence. Ils me touchaient autant par la musique que par les textes. Je saisissais la rythmique de leur langage. L’auteur Ian MacDonald (1948-2003) révèle que Lennon ne partageait pas toujours le point de vue de McCartney. John ne voulait écrire que sur sa propre expérience, à partir du «je» alors que Paul aimait plus raconter une histoire. John disait qu’on atteignait l’universel par le biais de sa sincérité. Paul objectait qu’un sens général touchait plus de public. C’est ainsi qu’ils étaient complémentaires. Ils n’avaient pas peur des mots : le terme génie leur convient. Ils ont la grâce d’écriture. Harrison aussi. Ringo Starr, le batteur, lui a mis son génie dans sa vie mais il a aussi beaucoup de talent. Il faut aussi parler de leur producteur (George Martin) et de leur manager (Brian Epstein), deux pièces essentielles dans l’histoire du groupe mythique, celui du Scarabée.
Les Beatles se sont séparés deux ans après la mort de leur manager c’est dire son importance dans la cohésion. Les Beatles ne sont restés ensemble qu’une décennie, celle des années 1960. Ils ont influencé la jeunesse du monde entier. Ce n’était pas des produits même s’ils en sont devenus un, et le plus important, performant comme personne avant eux. Dès que leurs nouvelles chansons étaient chez les disquaires, elles se vendaient comme des petits pains. Ils avaient une imagination débordante, une inventivité musicale jamais entendue auparavant. Leurs albums font office de Pléiade. Leurs chansons phares correspondent à L’Etranger de Camus ou à Guerre et Paix de Tolstoï. Les Beatles avaient de l’humour. Ils communiquaient de la gaieté. Les Rolling Stones faisaient plus voyous. En définitif, les Beatles fut un groupe météore alors que les Stones donnent encore des concerts. Ian MacDonald les compare à «Stravinsky, Picasso et Miles Davis». A juste titre : nouveauté, remise en question permanente. A la fin du livre, on trouve un cahiers avec la reproduction des pochettes qui avaient une autre tenue que celles des CD qui brillent par leur banalité. On apprend aussi que l’auteur de cette Bible- Lennon serait content que j’utilise ce terme…- oui l’auteur s’est suicidé en août 2003 suite à des dépressions récurrentes. La dernière et donc la fatale serait survenue après les attentats du 11 septembre 2001. Comme quoi l’onde choc du terrorisme va au-delà de la cible visée et atteinte. Philippe Soupault avait sur l’abat-jour de son bureau un post-it où sa femme Ré nota : «Relativiser toutes les angoisses». Tout le monde n’y parvient pas.

-Révolution in the head. Les enregistrements des Beatles et les sixties, Ian Macdonald. Traduction d’Aymeric Leroy. Le mot et le reste, 608 p., 24 ,90 €

A lire aussi: Et les Beatles montèrent au ciel, Valentine del Moral (Le mot et le reste)Pour l’instant l’un des meilleurs livres de l’année. Je l’ai déjà chroniqué. Voir dans “rechercher", si vous voulez.

[Post dédié à Bjorg Lambrecht (1997-2019), jeune champion cycliste belge qui s’apprêtait à réaliser une immense carrière chez les professionnels. Il est mort après sa chute dans le Tour de Pologne, lundi 5 août 2019. Très solide sur les Classiques, il avait aussi été 2e du Tour de l’Avenir 2017, derrière Egan Bernal. Le vélo est plus dangereux que la F1.]

Simone de Beauvoir, France-Bloch-Sérazin et Violette Morris.

06.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

L’égérie du féminisme, Simone de Beauvoir, bénéficie d’une mansuétude à couper le souffle. Ses thuriféraires la regardent avec des œillères. Ils ne prennent pas en considération toute sa personnalité. Comme si l’on jugeait Céline selon son versant socialo-pacifiste ou son versant antisémite vociférant. On fait passer Beauvoir et Sartre comme des héros de la Résistance alors que le Castor a travaillé à Radio-Vichy et que Jean-Sol Partre a pris la place d’un professeur licencié parce qu’il était Juif. Sartre a aussi toléré qu’on présente Les Mouches- sa pièce- en pleine Occupation quand il était obligé de n’avoir aucun Juif dans le spectacle, avec en plus les premiers rangs réservés aux occupants. La véritable résistante s’appelle France Bloch-Sérazin (1913-1943),chimiste renommée engagée communiste, comme nous le prouve Alain Quella-Villéger. A moins de 30 ans, elle a été arrêtée par la milice vichyste et guillotinée par les nazis à Hambourg. Mariée à Frédo Sérazin, lui aussi «mort pour la France», elle était la fille de l’écrivain Jean-Richard Bloch. Alors qui sont les vrais résistants ?
Le duo Beauvoir-Sartre prônait la liberté sexuelle, pourquoi pas. Hélas ! ils ne disaient pas que le Castor était bi-sexuelle. A partir des années 1930, elle couchait avec des étudiantes qu’elle lançait ensuite dans le lit de son maître à penser. Pas joli joli tout ça. Des ex jeunes filles ont témoigné. Il y a la correspondance des deux jouisseurs sans entraves, et pourtant toutes ces parties de jambes en l’air passent à l’as dans nombre de biographies. Le Castor a même été condamné par l’éducation nationale pour usage déplacé de son autorité auprès d’étudiantes. Les disciples de l’association d’“intellectuels” rétorquent : en 1943, c’était la justice de Vichy… Pour une fois qu’elle faisait bien son travail ! Le bouquet – presque le Bousquet- c’est quand le Castor a eu sa liaison avec Nelson Algren. Dans cette relation, la féministe déclarée était au niveau de la chanson : «Mon homme à moi». L’amoureuse vibrait avec l’Américain, corporellement. Avec Sartre, c’était au niveau du cerveau bien que cerveau-corps soient liés. Vous me permettrez de lui préférer Madame Evelyne Sullerot qui a plus fait pour le féminisme qu’un régiment de Beauvoir. Il est incroyable de voir toujours des livres servir la soupe des icônes préfabriquées sans jamais dire qu’il s’agit de grands bourgeois qui ont construit leur statue afin que leurs fans les époussettent après la mort des vedettes des bistrots chics. Sartre nous a quand même donné Les Mots, son chef d’œuvre. Sinon, son côté tous ceux qui ne sont pas des communistes sont des «chiens» ce n’est pas fameux. Il y a communiste et communiste. Waouf ! Waouf ! Au lieu de donner des leçons à la terre entière, Mme Sullerot a cofondé le Planning familiale, œuvré pour la libre contraception, agi en faveur de la légalisation de l’IVG, créé Retravailler pour les mères de famille quand les enfants s’en vont, épauler SOS Papa. Une vie au service des autres.
Connaissez-vous Violette Morris (1893-1944) ? Sportive de haut niveau, noctambule parisienne et figure du music-hall, elle a aussi été amoureuse de Joséphine Baker, entre autres conquêtes, en marge de ses grandes rencontres comme celle avec Jean Cocteau. Inclassable, elle incarne la rébellion contre une époque pleine de préjugés. Violée quand elle est jeune-fille, elle pense tuer son agresseur. Elle vit sa bisexualité dans une liberté absolue et ne peut pas être une «femme poupée» gibier. Elle se moque que dans son dos on l’a dit «bloc de muscles inesthétiques». On l’a décrit «hommasse». Femme libre, elle dérange au point qu’on n’accepte pas qu’elle porte des pantalons. La pionnière fait de l’athlétisme, de la moto, de la voiture et de la boxe. Elle fume beaucoup pour revendiquer sa propension à égaler les hommes, voire à les dépasser. La vie de Violette Morris bascule quand elle choisit l’Allemagne nazie contre la France parce qu’elle estime que son pays la maltraite, ne la considère pas comme une grande championne éclectique, lui refuse sa façon de vivre. Devenue collaboratrice active, elle aurait torturé des Résistants avec un vice inégalable. De féministe à la pointe de la société, elle devient un personnage abjecte. Une vraie décadence. Elle fut tuée par la Résistance mais tout ne se déroula pas comme prévu puisque deux enfants furent aussi tués. Le problème c’est que les archives la concernant sont vides comme le souligne l’historienne Marie-Josèphe Bonnet qui recommande toutes les précautions quand on associe Morris à la Gestapo. A-t-elle vraiment été aussi immonde pendant la Seconde Guerre mondiale, elle qui fut exemplaire pendant la Première dans un rôle d’estafette ?

-France Bloch-Sérazin, une femme en résistance (1913—1943), Alain Quelle-Villéger. Des Femmes/ Antoinette Fouque, 296 p., 18 €

-Simone de Beauvoir, Eric Touya de Marenne. Que sais-je ? 128 p. , 9 €

-Femme qui court, Gérard de Cortanze. Albin Michel, 410 p., 22, 90 €

-Sartre (1905-1980), Annie Cohen-Solal. Folio/ Essais, 960 p., 14, 20 €

Roger Marche, une légende ardennaise, un mythe du sport français (Marc Barreaud/ L'Harmattan).

05.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Roger Marche, le défenseur longtemps recordman des sélections (63)a marqué son unique but en équipe de France lors de son dernier match international, à Colombes, le 17 décembre 1959, France 4-3 Espagne.

Un tel livre en Angleterre ferait l’événement, parce que les Anglais ne font pas de hiérarchie entre un grand médecin, un grand chanteur, un grand pâtissier et un grand sportif. J’étais à Manchester, le jour de la mort de Bobby Moore. Pendant la semaine qui a suivi la disparition du capitaine de l’équipe aux Trois Lions championne du Monde 1966, tout le pays ne parlait plus que du disparu. Un deuil national. Impensable en France, sauf pour raison commerciale. L’Angleterre sait rendre hommage aux anciens qui ont bien servi le pays et surtout donné du plaisir au peuple. Ce fut le cas de Roger Marche (1924-1997), l’équivalent français de Moore, le titre mondial en moins. Antoine Bonifaci m’a confié que lorsqu’il fut appelé en équipe de France quand il avait 20 ans, il se plaça dans le vestiaire à côté de Roger Marche qui fut ému de voir une photo de lui collée dans le couvercle de la valise du néo international de l’OGCNice. Roger Marche est une icône du football français, recordman des sélections (63 avec 1 but marqué lors de ses adieux), entre 1955 et 1983, battu par Marius Trésor qui fit ce qu’avait fait Marche quand il dépassa Etienne Mattler. Ces trois grands cracks furent des défenseurs mythiques. (Aucun des trois n’étaient présents dans le récent classement de France Football des joueurs les plus significatifs de la L1. Par contre, il y avait Rool et Baeza, des sécateurs humains rien de plus. J’ai compris leur choix provocateur mais peut-on parler de Gallimard sans citer Camus ?).
En France, on a l’impression qu’il faudrait que BHL écrive un livre sur René Vignal pour que la presse s’intéresse à la biographie d’un joueur hors le terrain. C’est ignorer l’intérêt porté aux sports par Camus, Malaparte, Buzzati, Pasolini, Blondin et Nucéra. Présentement on a vu qu’Echenoz et Toussaint ont offert une séquence sportive à leur œuvre ce qu’ont fait avant eux Mailer et Hureaux, que l’on soit Américain ou Ardennais, l’important est d’écrire avec son cœur et une solide grammaire remixée à sa façon. L’inculture générale- je parle de l’attrait pour l’esprit et non pas le bachotage- fait qu’on oublie que sous l’Antiquité les grands philosophes ne perdaient pas une miette des Jeux Olympiques. Et quand il les relança, fin XIXe siècle, Pierre de Coubertin fit aussi des concours culturels au même titre que les courses d’athlétisme.
L’érudit et jamais pédant Marc Barreaud traite du sport comme s’il écrivait sur Flaubert ou l’art aztèque. Son livre sur Roger Marche est magistralement mené. Voilà un esprit qui condamne tous les sectarismes. Nombre d’intellectuels se désintéressent aux sports car ce qui est populaire les dégoûtent. Ils se promènent avec Libération (surtout celui d’aujourd’hui qui est d’une fadeur extrême) sous le bras sans jamais ouvrir Le Parisien, qu’ils appellent encore Le Parisien Libéré. Marc Barreaud n’est pas de ce bois-là. Lui s’immerge complétement dans le milieu qu’il décrit pour en tirer sa substantifique moelle. Roger Marche fut l’un des plus grands footballeurs de son temps. Il se consacra au football comme un artisan ébéniste ne quitte pas son atelier. Il mit toute son âme dans ce qu’il faisait, voulant être un professionnel irréprochable. Jouer pour l’amour de son métier et non pas pour l’appât du gain. Il était né footballeur comme l’on naît grand ou petit, blond ou brun. Marc Barreaud nous restitue toute une époque, celles des pionniers du football moderne. André Dehaye, l’ancien président du RCP m’a expliqué que pour les prolongations de contrat, il disait à ses joueurs : «Alors, Roger, on prolonge ?», et Marche de répondre : «Oui, président». Autre temps, autres mœurs. Le problème survenait quand l’une des épouses de joueur se pointait au match avec un manteau de fourrure. Les autres dames se mettaient alors à jaser entre elles, ce qui créait la zizanie dans le groupe.
La carrière de Roger Marche a commencé au FC Mohonnais (1935-1940). Il était tellement attaché à sa terre ardennaise qu’il ne la quittait pour ainsi dire pas, par le corps autant que par l’esprit. Etonnant pour un footballeur qui est allé disputer des matchs aussi bien à Rotterdam qu’à Florence ou Zagreb. Tenez-vous bien : afin de rester dans sa famille et de tenir son bar, le joueur s’entraînait chez lui et ne venait au club que les jours de match. Il est l’unique joueur à avoir agi de la sorte. Il faut dire que sa condition physique était la clef de son football. Il s’entraînait plus dans la forêt ardennaise que ses coéquipiers au stade de Colombes. Son irréprochable hygiène de vie contribuait à en faire l’un des plus solides athlètes de Division 1.
L’autre particularité de Roger Marche saute aux yeux : il ne joua jamais à Sedan, le flambeau des clubs de footballeurs-ouvriers, ce qu’il était 5 jours sur 7 avant de devenir un As du jeu. Il était sifflé dans sa région parce qu’il jouait à Reims (1944-1954), l’ennemi héréditaire de Sedan, avant d’être hué à Reims car il avait signé au Racing Club de Paris (1954-1961). En fin de carrière, il devint prophète en son pays, à Charleville (1961-1964) avant de boucler la boucle, à la case de départ, à Mohon (1964-1967). Vainqueur de la Coupe de France 1950 et de deux championnats (1949 et 1953) avec Reims, il a joué en tout 562 matchs en Division 1 (1944-1951). Le livre de Marc Barreaud n’est pas avare en références et statistiques. En fin de volume tous les chiffres sur la carrière du “Sanglier des Ardennes” sont en place pour être décortiqués. Roger Marche a exercé son talent dans un contexte où le football n’était pas gangréné par le «pipole», genre Beckham, Neymar et Rami. En 2019, des joueurs font la une et gagnent des fortunes sans jamais jouer. S’il jouait aujourd’hui, Marche serait à Arsenal ou Liverpool. Peut-être même au Real et au Barça. Il en avait les qualités physiques. Un roc.

-Roger Marche, une légende ardennaise, un mythe du sport français, Marc Barreaud. Préface de Yanny Hureaux. L’Harmattan, 145 p., 16, 50 €

King Hamilton vainqueur en Hongrie file vers un 6e titre mondial

04.08.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Lewis Hamilton pilote avec le supplément d’âme qu’avaient les grands pilotes des années 1960-1990. Un champion cela ne s’invente pas dans les médias. Il se construit dans la plus farouche des volontés, nuit et jour. On le reconnait à sa façon de bien vivre le présent pendant l’épreuve à gagner: de l’instinct, de l’intelligence, de la grâce.

Dimanche 4 août 2019
Grand Prix de F1 Hongrie

Classement de la course:
1er Hamilton
2e Verstappen
3e Vettel

Classement du meilleur pilote de F1:
1 Lewis Hamilton Mercedes AMG Petronas Motorsport 250 pts
2 Valtteri Bottas Mercedes AMG Petronas Motorsport 188 pts
3 Max Verstappen Aston Martin Red Bull Racing 181 pts
4 Sebastian Vettel Scuderia Ferrari 156 pts
5 Charles Leclerc Scuderia Ferrari 132 pts

A la fin de sa 81e victoire en GP de F1, Hamilton a déclaré:
-"Demain, je boirai un verre au bord d’une plage…”
Voilà la grande classe d’un champion qui n’est pas un usurpateur de la gloire.
Lewis Hamilton a encore conduit comme un champion: il a été 2e toute la course et à attendu la fin pour dépasser Verstappen.
Le crack anglais, quintuple champion du monde, a remporté son 8e Grand Prix de la saison !
Il s’envole vers un 6e titre mondial.
A présent arrive la trêve estivale. Un break nécessaire.
A signaler: Verstappen qui réalise une superbe saison. Un surdoué. On lui donne trois fusains et il devient Leonard de Vinci.
Charles Leclerc, lui, n’a que des miettes, survendu par les médias français qui pensaient que le Monégasque gagnerait le 1er GP de la saison. On en est au 8e est toujours rien. Et il court sur Ferrari qui n’est pas exactement un tacot.
Un grand pilote améliore le rendement de sa voiture, comme le fait Hamilton chez Mercedes depuis des années.
Leclerc est en plein apprentissage. Voilà la vérité.
Les médias français mettent le pilote avant la F1 ! Ils sont aveuglés par leur incompétence.
Ils attendent le nouveau Prost, le nouvel Hinault, le successeur de Noah, le descendant de Jo Maso mais ils récoltent Gasly, Pinot, Tsonga et Chabal.
L’ère des réseaux sociaux donnent surtout des Neymar.
Mbappé doit faire attention de ne pas en devenir un.
Il ne faut pas confondre la fierté de Ronaldo avec la mascarade de Neymar qui “a souri à l’entraînement” (sic) On en est là !

Max Verstappen a tout pour devenir le 1er pilote de F1 néerlandais champion du monde

03.08.19 | par morlino | Catégories: BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON, CRUYFFEMENT

Dimanche 4 août 2019
Grand Prix de F1, Hongrie

Le talent de Max Verstappen est évident.
Il n’y a pas photo entre le jeune néerlandais et son adversaire monégasque Charles Leclerc.
Ferrari s’est mis le doigt dans l’œil. L’écurie au cheval qui se cabre aurait dû recruter Verstappen qui a une conduite offensive digne des plus grands de la Maison Rouge.
La jeunesse, le culot, la façon de forcer le destin de Verstappen, toutes ses qualités crèvent l’écran.
Il est appelé à dominer la F1 dès que Lewis Hamilton aura abdiqué.
En Hongrie, Verstappen a réussi sa première pôle position en F1 de sa carrière.
Sur les 4 derniers GP, il est le meilleur pilote au monde.
Jamais un Néerlandais n’est devenu champion du monde.
Verstappen a tout pour le devenir. Son coéquipier Pierre Gasly sur la même voiture que lui est 6e sur la grille. Et la presse française nous bassine encore et toujours avec le Français et d’une manière générale les Français alors que la beauté sport c’est l’abolition des nationalités. Quand on voit jouer Robert de Niro dit-on qu’il est Américain et qu’on lui préfère alors François Cluzet ?
Je n’ai toujours pas lu une seule interview de Bernal, vainqueur du Tour de France 2019. Incroyable ! Le PAF ne cesse pas d’interviewer Pinot, Gasly et Leclerc. C’est de la com. et pas de l’information. Pas un seul entretien avec Verstappen ! Le culte encore et toujours de la défaite selon le syndrome Poulidor. Au lieu de vanter les qualités de Verstappen, ils écrivent qu’il est “arrogant, plein de morgue, hautain". A la place, je vois: du caractère, de la volonté, de la fierté.
Non, le sport reste une compétition. Que le meilleur gagne. Le plus malin aussi.
Les champions sont Bernal, Federer, Hamilton et en aucun cas Leclerc, Pinot (vélo) et Gasly.
Mbappé ? Il est devenu champion du Monde grâce à la VAR. Il a tout à prouver.
Verstappen ? Il est sur la bonne voie pour être un crack historique au pays de KING CRUYFF.

La grille de départ du GP Hongrie 2019:
1. Max Verstappen - Red Bull-Honda - 1′14′’572
2. Valtteri Bottas - Mercedes - 1′14′’590 - 0′’018
3. Lewis Hamilton - Mercedes - 1′14′’769 - 0′’197
4. Charles Leclerc - Ferrari - 1′15′’043 - 0′’471
5. Sebastian Vettel - Ferrari - 1′15′’071 - 0′’499
6. Pierre Gasly - Red Bull-Honda - 1′15′’450 - 0′’878
7. Lando Norris - McLaren-Renault - 1′15′’800 - 1′’228
8. Carlos Sainz - McLaren-Renault - 1′15′’852 - 1′’280
9. Romain Grosjean - Haas-Ferrari - 1′16′’013 - 1′’441
10. Kimi Räikkönen - Alfa Romeo-Ferrari - 1′16′’041 - 1′’469

Tous les pilotes de F1 champion du monde depuis 1950:
7 titres : Michael Schumacher
5 titres : Juan Manuel Fangio, Lewis Hamilton
4 titres : Alain Prost, Sebastian Vettel
3 titres : Jack Brabham, Niki Lauda, Nelson Piquet, Ayrton Senna, Jackie Stewart
2 titres : Fernando Alonso, Alberto Ascari, Jim Clark, Emerson Fittipaldi, Mika Häkkinen, Graham Hill .
1 titre : Mario Andretti, Jenson Button, Giuseppe Farina, Mike Hawthorn, Damon Hill, Phil Hill, Denny Hulme, James Hunt, Alan Jones, Nigel Mansell, Kimi Räikkönen, Jochen Rindt, Keke Rosberg, Jody Scheckter, John Surtees, Jacques Villeneuve, Nico Rosberg

PS: contrairement à ce que peut le laisser croire certains articles, Hervé Leclerc, ancien pilote de F3 n’est pas mort en course. Il est décédé à 54 ans. Ses fils perpétuent sa passion du pilotage.

Hazard, Rabiot, Griezmann et Pépé doivent recommencer à zéro

Pour son premier match avec la Juve, Adrien Rabiot a fait la bourde qui vous colle à la peau pendant des mois, des années sans doute, s’il ne se reprend pas. Quand on arrive dans un club, et là dans un très grand club, il faut tout remettre à zéro.

Tournoi estival
Juventus Turin 2-3 Tottenham

La planète football s’affole. Le prix des transferts vire à la démence : Lucas Hernandez de l’Atletico Madrid au Bayern Munich contre 80 M€ ! Pour moins de la moitié prix, Pavard a signé aussi en Bavière. Les internationaux français peuvent dire merci à Didier Deschamps. C’est lui qui les a tant bonifiés, question valeur marchande. Merci Dédé ! Il devrait toucher des royalties vu qu’il les a sortis de l’anonymat. La liste est longue dans la démence des transferts. Pépé passe de Lille à Arsenal non sans que les Gunners ne donnent 80 M€ aux Lillois. Le LOSC et Pépé peuvent dire merci quant à eux à Marcello Bielsa qui est allé chercher l’attaquant à Orléans. Souhaitons que le Franco-Ivoirien réussisse aussi bien à Arsenal que Drogba à Chelsea quoique les Gunners ne gagnent jamais rien d’important, avec Emery comme avec Wenger. C’est un club du foot business où le gain des trophées n’est plus important. A Arsenal, on a vu échouer Arshavin, Chamakh et Ozil, avec Wenger. Chamakh, arrivé à grand bruit à Londres, végète à présent à Cardiff. Quel gâchis !
Tous les joueurs qui ont changé de club doivent repartir à zéro sous peine d’échouer. Quand il est arrivé de Monaco à Man United, Evra a libéralement explosé lors de son premier match avec les Red Devils, une vraie toupie ne sachant plus où donner de la tête. Ensuite, il s’est bien repris pour devenir le deuxième français le plus aimé de MU après King Cantona, le dieu vivant des mancuniens rouges et non pas bleus qui le haïssent parce qu’avec lui MU gagnait tout et ne laissait rien aux autres clubs, pas même des miettes. Antoine Griezmann qui passe de l’Atletico Madrid à Barcelone n’arrive pas en terrain conquis d’avance. Il est suffisamment intelligent pour se fondre dans le moule. Il va devoir se mettre au service de Messi comme l’a fait Benzema auprès de Ronaldo au Real Madrid sinon c’est l’échec assuré.
Au Real Madrid, Eden Hazard n’a encore rien prouvé. Il a même des kilos en trop ce qui met en évidence un stress comblé par un phénomène de boulimie estivale. Il va devoir vite se reprendre car les Socios n’ont pas de patience. Arriver dans un grand club c’est un départ, pas une finalité. Par ailleurs, Zidane ne veut plus de Gareth Bale et de James Rodriguez qui sont loin d’être des médiocres. Il souhaite recruter Pogba que MU ne veut pas vendre à moins de 150 M€. Pogba sauveur du Real ? J’en doute. Le Real a un problème de gardien : pourquoi Courtois à la place de Navas ? La vérité c’est que les Madrilènes n’ont plus Ronaldo. Le Portugais portait tout le poids de l’équipe. Avec lui le Real n’a jamais perdu 3-7 contre l’Atletico. Des CR7, il n’y en a qu’un par siècle. Lui s’est adapté tout de suite à la Juventus de Turin. Ce que n’a pas encore réussi à faire Rabiot.
En France, pendant la trêve, le cinéma autour de Neymar est à son comble. Lui se moque éperdument du PSG. Il fait ce qu’il veut. Tout le monde est à ses genoux. On nous fait croire que Leonardo a remis de l’ordre dans la maison. Douce illusion. Neymar a envie de rester au PSG comme moi de vivre dans un Goulag. Maintenant la presse fait un évènement de rien : Neymar s’entraîne, Neymar rit. A quand Neymar rote ? Plus il détruit l’image du PSG plus la presse française l’encense, comme si la mariée trop laide avait peur que son mari se casse avec un autre. Neymar sous-entend, Paris n’est pas assez bien pour moi. Le PAF au lieu de s’en défendre fait tout pour lui donner raison en acceptant ses caprices de Diva mais pas tendance La Callas, plutôt une Casserola. L’intermittent du spectacle, qui en veut pour 100 000 euros par jour ? Personne au monde. Il a fait le casse du siècle au niveau salaire. A quand la prochaine blessure ? Le nœud du problème est là. En refusant l’opération, il n’est plus qu’un candidat à la blessure récurrente. Au moindre contact sur la zone délicate, la rechute est prévue. En Chine, on l’a vu traîner la jambe à la fin d’une séance d’entraînement insignifiante. En Chine, aussi, on l’a vu éviter de saluer Leonardo. Bonjour l’ambiance !

La réunion des Entretiens oubliés d’Hitler (1923-1940)" (Eric Branca/ Perrin) nous apprend que les Américains étaient informés sur les délires du dictateur dès 1923

Né la même année que Chaplin - en 1889- Hitler possédait une copie du Dictateur (1940) qu’il regardait très souvent, riant sans cesse. Ce film confirmait sa notoriété mondiale. Difficile à admettre et pourtant cela se déroula ainsi.

Pour sa gouverne personnelle, Hitler n’a pas cessé d’utiliser la presse démocratique qu’il condamna ensuite car elle devait être toute à son service. Beaucoup de journalistes français lui ont léché les bottes ensanglantées. «Ses yeux sont d’un bleu tendre, d’un bleu innocent que seules possèdent les tout-petits» écrit Robert Chenevier (1896-1975) dans L’Illustration, le 10 décembre 1938. Un regard d’enfant un dictateur qui avait aboli le régime parlementaire ! Hitler dans une interview en 1932 : «Aucune entente n’est possible avec la France (…) quelqu’un qui vous frappe pendant que vous gisez à terre».
Hitler avait à travers la gorge le Traité de Versailles qui a mis l’Allemagne plus bas que terre. Sur les Juifs, en 1931 : «Si les Juifs restent tranquilles, ils seront en sécurité». (Sic) Tous les politiques mentent mais quand il s’agit d’Hitler c’est mille fois pire vu son degré de délire. En 1931, il se permet de dire : «Je n’aime pas donner des interviews, je suis moi-même journaliste». Hormis la presse de propagande, il haïssait la presse. Eric Branca, l’auteur de ce livre très instructif, précise que les Allemandes adoraient Hitler.
La peste hitlérienne était déjà présente en 1923, face au journaliste américain George Viereck : «Nous avons choisi de nous appeler nationaux-socialistes car nous ne sommes pas internationalistes (…) D’abord une base de solidarité raciale. La race et l’état sont pour nous synonymes (…) En finir avec le bolchevisme c’est rendre le pouvoir à 70 millions d’hommes». Dans le même entretien pour The American Monthly, il dit : «Le Juif est destructeur par nature. L’idée d’une existence nationale autonome lui est étrangère. Sa présence dans un Etat moderne est un fervent de décomposition. Ils devront donc être privés de leurs droits (…) Les Juifs ne sont pas Allemands. Ils sont comme un corps étranger dans notre peuple et se manifeste comme tel. Je regarde les Juifs comme je regarde les Japonais (…) Vous comprenez aisément que les Japonais n’aient pas accès à la citoyenneté allemande !» Hitler assimile les Juifs aux alcooliques et aux syphilitiques qu’il veut écarter de la société. Après ce délirant torrent de haine, on ne peut plus dire que les Américains ne pouvaient pas imaginer les ravages à venir orchestrés par Hitler. Cette haine antisémite date de 1923 ! Ce livre est une pièce à convictions de premier plan.

-Les entretiens oubliés d’Hitler (1923-1940), Eric Branca. Perrin, 300 p., 22 €.

Les bons d’entrée (Roth, Dézert, Anne Steiner, Berthet, Virilio, Aragon, Maltère, Teyssier, Pascuito, Caine… ). Et Les bons de sortie !

01.08.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, DES POCHES DANS LES MAINS

Jean Ferrat a mis en musique Louis Aragon. Comme quoi Victor Hugo n’avait pas toujours raison.

Les bons d’entrée :

-Pourquoi écrire ?, Philip Roth. Traduit de l’anglais( USA) par Michel et Philippe Jaworski, Josée Kamoun et Lazare Bitoun. Folio/ Gallimard, 640 p., 10, 80 €. Un volume de trois livres sur la cuisine littéraire de l’Américain que le prix Nobel a oublié.

-Les dimanches de Jean Dézert, suivi de L’horizon chimérique, plus des poèmes et contes, Jean de la Ville de Mirmont. Préface de François Mauriac. Petite Vermillon, 240 p., 7, 30 €. Mort au champ d’honneur, l’écrivain était un excellent badaud de lui-même.

-Les En-dehors, Anne Steiner. L’Echappée, 248 p., 19 €. Une galerie d’anarchistes individualistes et illégalistes de la «Belle Epoque ». Il y a du Bonnot dans l’air.

-Simple journée d’été, Frédéric Berthet. Petite Vermillon, 224 p., 8, 10 €. Des nouvelles qui font penser à Françoise Sagan qui passerait ses vacances avec Fitzgerald, en regardant au-dessus de son épaule.

-Vitesse, Paul Virilio. Insep, carnets-nord, 128 p ;, 8, 50 €. Un brillantissime essai sur la vitesse dans le sport. Finira-t-on par faire du surplace à force d’aller vite ?

-La Grande Gaîté, Louis Aragon. Préface de Marie-Thérèse Eychart. Poésie/ Gallimard, 144 p., 7, 40 €. De la marqueterie haut de gamme avec de l’émotion et de la grammaire maternelle.

-Scott et Zelda Fitzgerald, Stéphane Maltère. Folio/ Biographies, 350 p., 9, 50 €. Grandeur et décadence d’un couple mythique. Du pipole plus NRF que Voici ou Gala.

-De Gaulle, 1969, Arnaud Teyssier. Perrin, 304 p., 22 €. L’année où le général comprit que sa page dans l’Histoire de France était tournée. Il a lui-même humecté le doigt de la postérité.

-Les héritiers, Bernard Pascuito. Anne Carrière, 280 p., 19 €. Quand on referme ces radioscopies pointues sur les successions célèbres, on éprouve le besoin de laisser pour unique testament : « Je vous laisse… » Mieux vaut tout claquer avant de claquer.

-Et que les barrières sautent !, Michael Caine. Traduit de l’anglais par Jean-François Gauvry. Baker Street, 320 p., 21 €. Des instants de vie par le superbe acteur british plein de charme cup of tea.

Les bons de sortie :

-Une histoire impossible, Guy Lagache. Grasset 336 p., 19 €. Du Modiano discount.

-Il est grand temps de rallumer les étoiles, Virginie Grimaldi. Le Livre de Poche, 384 p. , 7, 90 €. Des citations d’Apollinaire, Cohen et Gary parrainent le vide créatif dans toute sa banalité.

-C’est tout moi ! Jessica Thivenin. Sous la direction de Queen Influence, svp. 206 p., 17, 90 €. Pour ceux qui cherchent des images à colorier.

-Changer l’eau des fleurs, Valérie Perrin. Le Livre de Poche, 672 p., 8, 90 €. Ça jacasse comme dans un salon de coiffure. Barbant. Rasoir.

-Deux sœurs, David Foenkinos. Gallimard, 176 p., 17 €. Nouvelle love story, nunuche comme il faut pour attirer les lectrices de Femmes Actuelles. Mérite le prix Nous Deux.

Nicolas Portal (40 ans): 7 Tours de France. Du niveau de Sir Ferguson et Me Onesta

31.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Le Gersois au bel accent, polyglotte autodidacte, a un coaching qui a ses racines dans le VTT où l’important est d’unir encore plus la machine et l’homme. La vraie star du cyclisme français actuel c’est lui. Il enchaîne les victoires très haut de gamme. Il est pour la méthode douce - qui n’est pas sans autorité- et ne s’enflamme jamais avant la ligne d’arrivée définitive. Cela nous change de Thibaut Pinot qui estime que Bernal “est né avec le don de gagner le Tour de France à 22 ans” (sic, L’Equipe 30-7-2019). Impossible d’entendre ça. Non, non et non. L’éternel France de Poulidor a encore parlé ! Bernal a gagné car il a eu, lui, l’intelligence tactique d’en garder sous les pédales pour flinguer la course au bon moment. Tout le reste est littérature.

Le Français Nicolas Portal, 40 ans, est un héros de l’ombre.
C’est le contraire de Marc Madiot qui en hurlant sa joie de voir gagner l’un des siens met une pression d’enfer sur ses coureurs. On a vu le résultat avec Thibaut Pinot. Aucune blessure n’est un hasard. Il y a la peur de vaincre, ainsi de suite. Pinot a fait comme un tennisman qui est brillant à l’Open de France avant de s’écrouler en finale. Nicolas Portal est pour la méthode douce, diffusant tout le temps de la joie d’être là, cool, calme, il fait exprès d’être serein quand la pression monte. Il aime le tête à tête pour faire passer le courant entre lui et le coureur. Il dit se moquer de l’échec à venir et que pour l’instant la roue tourne dans le bon sens. Il est du niveau de Sir Ferguson et Claude Onesta. Les résultats sont là. Le grand français actuel du management c’est Nicolas Portal.

Palmarès comme coureur-gregario:
2006, Tour de France avec Oscar Pereiro

L’ancien spécialiste du VTT est obligé de mettre un terme à sa carrière à cause d’une arythmie cardique
Sa carrière de directeur sportif est tout simplement hallucinante.
Début 2011, le patron Dave Brailsford l’engage au sein de l’équipe britannique Sky où il devient directeur sportif en chef en 2013.

Palmarès comme directeur sportif:

2013, Tour de France avec Christopher Froome
2015, Tour de France avec Christopher Froome
2016, Tour de France avec Christopher Froome
2017, Tour de France avec Christopher Froome
2017, Tour d’Espagne avec Christopher Froome
2018, Giro avec Christopher Froome
2018, Tour de France avec Geraint Thomas

A partir de 2019, Nicolas Portal est directeur sportif sous pavillon Ineos:

2019, Tour de France avec Egan Bernal

En plus, Froome, 3e du Tour de France 2018 ; et Thomas, 2e du Tour de France 2019.

Boris Vian, le sourire créateur, Valère-Marie Marchand (Ecriture)

30.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT

Boris Vian avait un talent protéiforme. Il a la même présence foudroyante que John Cassavetes.

Animatrice passionnée de Bibliomanie sur Radio Libertaire - la seule indispensable radio en France qui diffuse quotidiennement des chansons de Léo Ferré - Valère-Marie Marchand rend hommage à Boris Vian (1920-1959) pour les 60 ans de sa mort. VMM est elle-même écrivain - pas écrivain(e) surtout- mais ses livres sont de trop bonne qualité pour être lu dans une époque qui s’arrachent les bouquins des Sarkozy, Hollande et autres Jardin pas à cultiver. Le virtuose touche-à-tout Vian était persuadé qu’il ne passerait pas les 40 ans : il est mort à 39 ans. Sa mort dit tout de lui, sur son exigence, sa haine de la compromission. Le matin du 23 juin 1959, il assiste à J’irai cracher sur vos tombes - quel sublime titre!- au cinéma Le Marbeuf, près des Champs-Élysées. Boris Vian dit Bison Ravi en avait gros sur le cœur : il était contre l’adaptation et s’opposa aux producteurs, demandant que son nom ne figure pas au générique. Hélas ! il lit dès les premières images de la projection : «D’après le roman de Vernon Sullivan, traduit de l’américain par Boris Vian ». Aussitôt, le créateur se lève et hurle : « Ah, non… », puis il s’effondre, victime de son coup de sang. Pendant le transfert à l’hôpital, il meurt d’un infarctus. L’écrivain souffrait d’une malformation cardiaque. De nos jours, il serait sauvé par la médecine. A son époque, non. Philippe Boggio en 1993- date cette fois de la biographie du journaliste- m’a certifié que des témoins lui ont dit que près de Vian on entendait battre son cœur ! Plus d’un quart de siècle après Valère-Marie Marchand poursuit l’introspection de l’anticonformiste.
J’ai l’impression de connaître Vian et non pas de l’avoir connu. Son esprit m’accompagne. Le corps disparait, c’est une évidence. Il n’en reste rien. Cependant ceux qui n’ont pas triché avec leur solitude nous ont légué des œuvres. Il suffit de s’y plonger pour retrouver la personnalité de son auteur. C’est le cas de Vian, mort jeune mais après avoir été : poète, romancier, musicien (trompinette), critique découvreur de jazzmen (dont Miles Davis), pataphysicien, ami et voisin de Jacques Prévert, briseur d’icônes (Sartre dit Jean-Sol Partre), traducteur, conducteur de vieux tacots, déconneur, amuseur-public, auteur de tubes, chanteur annonceur de Gainsbourg, ingénieur… Vian était un génie. Comme tous les génies, il était en avance, donc incompris par les sans talents qui dirigent tout. Il a pris un pseudo (Vernon Sullivan) pour berner les imbéciles. Vian a eu raison de ne pas s’égarer dans la politique. Il a donné la cadence à Paris et donc au monde après les surréalistes. Cité Véron, il avait un atelier pour bricoler, aimant autant les vis et les écrous que les mots et les notes de musique. Il avait de l’or dans les mains. Boris Vian était si moderne qu’il est indémodable. Quand on voit ses portraits photographiques, on dirait que les prises de vue datent d’hier. En plus de tout, il était beau. Une beauté naturelle. Il vaut mieux vivre 39 ans comme Vian que de finir vieillard en ayant berné le public car beaucoup ne sont que des promoteurs de spectacles sans une once de sincérité, d’originalité. Vian reste un phare, un ami éternel. Valère-Marie Marchand sert à merveille sa mémoire. Il est partout dans les pages de son livre dont il s’échappe comme un beau diable. Ce livre est une lampe d’Aladin. Vian est là. Son âme s’élève mais pas comme lui au cinéma Marboeuf. Je n’ai rien à dire à ceux qui n’aiment pas Vian. Rien que des morts-vivants.

-Boris Vian, le sourire créateur, Valère-Marie Marchand. Ecriture, 416 p., 22 €.

L'Atletico/ Simeone cartone le Real/ Zidane 7-3

29.07.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE

East Rutherford, près de New York
Dans la nuit de vendredi 26 au samedi 27 juillet 2019
International Champions Cup
Atletico Madrid 7 - 3 Real Madrid

Match amical ? Tournoi de pacotille ?
Toujours est-il qu’un derby reste un derby.
Sur la pelouse, il y avait du beau monde. Varane peut s’estimer heureux d’avoir été absent dans la défense passoire de la Maison Blanche. Eden Hasard a vu que le Real était partout attendu au tournant. Bale, le pestiféré, doit bien se marrer. Quant à Courtois, il a joué à la toupie dans la cage madrilène avant d’en être sorti.
On a tout vu. La hargne de Ramos contre celle de Diego Costa.
La classe de Costa -4 buts!- et aussi son légendaire pétage de câble.
Joa Felix remplace déjà bien Griezmann.
Il ne faudra pas manquer les nouvelles oppositions en Liga entre les deux clubs de Madrid, ville qui a bien de la chance:
29 septembre 2019: Atletico Madrid - Real Madrid
2 février 2020: Real Madrid - Atlético Madrid
Dans ce match, il y a eu une bagarre générale comme lors du récent OM-ASSE sur le sol américain mais la Liga a donné plus à voir que la triste L1 exportée.
Coté Espagnol, il y avait des joyaux sur la pelouse.
Côté Français, du plaqué-or.

La France de Poulidor a encore de beaux jours devant elle

Il n’y a qu’en France que l’on voit ça: Bernal a gagné le Tour de France 2019 et le soir même de sa victoire, France 2 diffuse en ouverture de sa soirée un document sur Pinot qui a abandonné. Un hymne à un perdant. La France de Poulidor a encore de beaux jours devant elle. Le seul vainqueur du Tour c’est Bernal. Qu’il soit Colombien ou né à Sarcelles cela ne change rien. Le talent est international. Mention spéciale à Alaphilippe, aussi talentueux que sympathique. Sur le podium, Bernal a parlé italien et français pour dire “merci", ce que n’a jamais fait Neymar (Qu’il demande à Leonardo, lui parle un excellent français). Bernal est ému par le “petit lion” en peluche du Crédit Lyonnais. L’enfance sauvegardée face aux millions des parvenus !

C’est saisissant, les médias institutionnels sont gavés de consultants qui préfèrent les vedettes qu’ils fabriquent aux champions spontanés.
Ils n’ont à la bouche que Neymar, le plus grand intermittent du spectacle de la planète.
Et ils recouvrent de compliments Charles Leclerc qui serait «le plus grand pilote du monde». Un débutant sans victoire d’un seul Grand Prix ! Sur RMC, l’un deux a dit: “Leclerc a l’hygiène intime” (sic) de ne pas parler de son leader, Vettel. “Hygiène intime"… Incroyable cette pub caché pour Tempax !
Ils disent aussi que Bernal a volé le Tour de France à Pinot. Pffffff… Quels mauvais perdants.
Ils massacrent Sebastian Vettel qui a été 4 fois champion du monde de F1 : 2010, 2011, 2012 et 2013. Rien que ça !
Sur Leclerc, ils disent qu’il perd à cause de Ferrari comme si l’écurie italienne était une usine à tacots.
Tout ça n’est qu’une vaste plaisanterie.
En F1, le nouveau grand pilote s’appelle Verstappen. Il prendra le relais de Lewis Hamilton quand le géant anglais ira en retraite après son époustouflant règne.
Mention spéciale à Alaphilippe qui n’a pas pleuré quand il a perdu le Maillot jaune. Alaphilippe a su établir le contact avec le public. Il est aimé. Sait se faire aimer. Il sait partager ses émotions. Ce n’est pas un produit médiatique. Sa renommée il l’a gagnée sur le vélo.
Pinot a eu les larmes du perdant. Il n’a établi aucun contact avec le public. Il se planquait après les étapes. Pour l’une d’elles on comprend, il était blessé. Les cris de Marc Madiot devant sa victoire d’étape, c’était trop. Une étape ce n’est pas le Tour. Il faut rester concentré chaque seconde. La blessure de Pinot n’est pas arrivée par hasard. Il s’est retrouvé dans une position inhabituelle et il l’a mal gérée.
Bernal a pleuré les larmes du vainqueur qui réalise qu’il vient d’accomplir un exploit.
Bernal devra confirmer mais il réussit là où Quintana a échoué.
Bernal est un vrai jeune champion. Il a caché son jeu avant de passer à l’offensif au bon moment.
Les deux grands de ce Tour sont Bernal et Alaphilippe. Mention spéciale aussi à Bardet qui s’est bien repris après un jour sans.
Aimer le sport c’est aimer Bernal.
Tout le reste n’est que chauvinisme imbécile.

Ferrari a fait l'erreur historique: il fallait recruter Verstappen et non pas Leclerc !

28.07.19 | par morlino | Catégories: BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Dimanche 28 juillet
Grand Prix de F1 d’Allemagne

Grille de départ du GP d’Allemagne 2019
1. Lewis Hamilton - Mercedes
2. Max Verstappen - Red Bull-Honda
3. Valtteri Bottas - Mercedes
10. Charles Leclerc – Ferrari
20. Sebastian Vettel – Ferrari

Podium du GP/
1 Max Verstappen/Hollandais Red Bull Honda
2 Sebastian Vettel/Allemand Ferrari
3 Daniil Kvyat/Russe Toro Rosso Honda

Classement des pilotes:
1 Lewis Hamilton 225 pts 18 25 25 18 26 25 25 25 10 26 2
2 Valtteri Bottas 184 pts 26 18 18 25 18 15 13 18 15 18 -
3 Max Verstappen 162 pts 15 12 12 12 15 12 10 12 26 10 26
4 Sebastian Vettel 141 pts 12 10 15 15 12 18 18 11 12 0 18
5 Charles Leclerc 120 pts 10 16 10 11 10 0 15 15 18 15 -

Hamilton n’a pris que 2 points: il a fini 11e.
Pas grave. C’est un solide leader au championnat mondial.
Vettel que tout le monde pensait à l’agonie, car il était dernier sur la grille de départ, a fini 2e ! Le très grand champion, chez lui, a démontré qu’il restait le Numéro 1 chez Ferrari n’en déplaise aux aboyeurs qui ne jurent que par Leclerc qui a abandonné.
Quel mépris envers un pilote quatre fois champions du monde !
La star du Grand Prix a été Max Verstappen. Il a le même âge que Leclerc, 21 ans, mais le Hollandais est bien plus talentueux, et son mental fait la différence aux moments chauds.
Ferrari a fait le mauvais choix: ils ont misé sur le Monégasque. Erreur historique !
Le prochain Hamilton s’appelle Verstappen.
Quand le King anglais prendra sa retraite, le Hollandais reprendra le flambeau.
Il est flamboyant. Il a du panache à revendre. Il a du courage. Des trajectoires d’une justesse absolue. Il est de la trempe des grands du passé, comme Hamilton.
Verstappen se positionne dans l’histoire, pas sur les réseaux sociaux.

Le sacre d'Egan Bernal, l'anti-Neymar

27.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

A 22 ans, la nouvelle étoile du sport mondial est le 1er Colombien vainqueur du Tour de France créé en 1903.

Egan Bernal. Enfin un vrai jeune champion ! Grimpeur à vitesse grand V et descendeur à bloc, tutoyant les précipices.
De la race des géants.
Loin du chiqué.
Loin des prétentieux !
Sa fiancé a déclaré qu’elle était heureuse de ramener en Colombie «le petit lion jaune». Oui l’ours en peluche publicitaire de la banque sponsor de l’épreuve. Quel vent de fraicheur !
On est loin des minables arrogants qui se croient supérieurs car ils gagnent beaucoup d’argent sans jamais faire vibrer le public tellement ils n’ont pas une once de générosité et d’humilité.
Longue vie au règne de Bernal qui nous régale.
Bernal est né pour le vélo.
Il pleure et l’on pleure avec lui. Tant il partage ce qu’il vit.
Rien n’est plus beau que les rêves qui se réalisent.
Rien n’est plus beau que l’éclosion d’un talent.
Bernal a le visage des grands du cyclisme.
Affuté comme une lame d’acier. Un acrobate des cimes.
Bouleversant comme un aphorisme qui tape juste.

Palmarès du Colombien Egan Bernal, né le 13 janvier 1997

En VTT :
Champion panaméricain de cross-country juniors 2015

Sur route :
Tour de l’Avenir 2017
Champion de Colombie du Contre la montre 2018
Tour de Californie 2018
Paris-Nice 2019
Tour de Suisse 2019
Tour de France 2019

Egan Bernal casse le rêve d'Alaphilippe

26.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Vendredi 26 juillet 2019
19e étape du Tour de France
Saint-Jean-de-Maurienne-Tignes
Pas de vainqueur

Suite à une avalanche de grêlons, la route étant devenue impraticable, l’étape a été arrêtée à plus de 20 kilomètres de l’arrivée. Du jamais vu.
La messe cependant était dite:

Nouveau classement général
1. Egan Bernal
2. Julian Alaphilippe, à 45′’
3. Geraint Thomas, à 1′03′’

Tout se dénoua dans le col de l’Iseran. Bernal décocha une attaque comme Geronimo lançait une flèche. Personne n’a pu le suivre.
Le jeune colombien de 22 ans venait d’entrer dans la mythologie du cyclisme.
Ce coureur est de la dimension des héros de jadis.
Il fait ce qu’il veut quand il veut. La classe dans le corps avec le mental qu’il faut.
Les grimpeurs sont les vrais champions du cyclisme.
Bernal en est un.
Il crève l’écran. En action ou sans rien dire. Ses yeux parlent pour lui.
Un visage qui est une sorte de Coppi peint par Le Greco.
Enfin un vrai champion et pas une baudruche à la Neymar !
Bernal a mis tout le monde hors course y compris son leader Thomas.
Alaphilippe épuisé a été héroïque et sans l’arrêt de la course, il serait descendu à tombeau ouvert.
La sagesse a voulu qu’on arrête la course. Nous ne sommes plus au temps d’Albert Londres.
Et Pinot ? Il a abandonné sur blessure musculaire. On perçoit avec lui, la difficulté d’éviter toutes les embuches jusqu’à la ligne d’arrivée sur les Champs-Elysées.
Egan Bernal devrait remporter le Tour de France 2019.
A 99,9 % c’est officiel. Un superbe vainqueur.
Ce jour inouï, on a vu des faits mémorables.
Les larmes de Pinot: son rêve de gagner le Tour fut brisé net.
La rupture physico-mentale d’Alaphilippe qui a conduit à la perte de sa place de leader. Il était en panne sèche. Grand merci à lui. Pour le don de sa personne au cyclisme.
L’élégance dans l’effort de Bernal: la signature des géants de son sport.
Bernal a éclaté en sanglots quand enfin porteur du Maillot jaune, il a réalisé qu’il réalisait son rêve de gagner la plus grande course du monde. Imaginez la joie de ses parents et du peuple colombien. Nous sommes tous des Colombiens quand on voit la beauté en action de Bernal.
Ce Tour de France devrait rendre humbles tous les sportifs prétentieux qui paradent pour des bricoles. Le Tour de France demande des efforts surhumains. Et de la stratégie: Bernal en a encore sous la pédale.
Egan Bernal est un ténor. On le voit à l’œuvre. Il a de la grâce. Elle nous saute aux yeux.
Le Tour de France 2019 est dans la grande tradition des Tours de jadis.
On ne peut pas se plaindre de l’arrêt de la course.
Les temps retenus sont ceux au sommet du L’Iseran.
Je ne veux plus voir de coureur mourir en course. Ni souffrir comme Rivière et Ocana.

Neymar, le maillot jaune de la suffisance

26.07.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

En Chine, le VRP du PSG, a passé une heure à jongler devant la tente des VIP. Dérisoire instrumentalisation d’un joueur réduit au rang d’ectoplasme des réseaux sociaux. Je n’échange pas un dribble de Cruyff contre tous les dollars de Neymar. Le football c’est Cruyff. Neymar tire tous les avantages d’un sport mondialement dynamisé par Pelé, Garrincha, Kopa, Di Stefano, Puskas, Cruyff, Platini, Maradona, Cantona, Zidane, CR7 et Messi. Si le football c’est Neymar, je n’aime plus le football. Heureusement la chanson ne se résume pas qu’à Plastic Bertrand.

L’arrivée de la starlette brésilienne en Chine pour une opération médiatique qui doit faire passer le PSG pour l’équivalent d’un Real Madrid français. Malgré tous ses efforts le skaï ne sera jamais du cuir.

L’attitude hautaine de Neymar incarne tout ce que je déteste.
Prétention, suffisance, esbrouffe, parvenu, il a le comportement de quelqu’un qui ne vit que pour l’argent.
Au niveau football, je ne le classe pas dans les 100 meilleurs brésiliens de l’Histoire. Le comparer à Pelé c’est insulter Pelé.
Il a un jeu inférieur à Garrincha, Jairzinho, Tostao, Gerson, Rivelino, Zico, Socrates, Ronaldo 1er, Ronaldinho… Là je ne parle que d’attaquants. Je peux dresser une liste de 50 défenseurs plus influents sur le jeu que Neymar.
Neymar c’est un système qui a été mis en place il y a 10 ans. Une méthode de marketing pour séduire les ignorants, les incultes.
Les jeunes chinois pavloviens acclament Neymar comme si c’était Bowie ou John Lennon.
Triste spectacle d’un joueur qui ne joue qu’en playback sur YouTube.
Cependant, le football est plus fort que Neymar.
Le football aura toujours le dernier mot.
CR7, joue à la Juve.
Messi, joue au Barça.
Et les nouveaux noms s’installent:
Hazard joue au Real Madrid.
Griezmann joue au Barça.
Neymar lui est un VRP du PSG. Le football a gagné !
La vraie star du PSG s’appelle CAVANI.

A 3 jours de Paris, Alaphilippe reste leader

25.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Alaphilippe, la nouvelle star du sport français, a descendu le Galibier comme Lewis Hamilton conduit une F1

Jeudi 25 juillet 2019
18e étape du Tour de France
Embrun-Valloire
1er Quintana, 2e Bardet…

Classement général
1er Alaphilippe
2e Bernal à 1′ 30′’
3e Thomas à 1′ 35′’
4e Kruijswijkà 1′ 47′’
5e Pinot à 1′ 50′’

La France du cyclisme retient son souffle. Julian Alaphilippe va-t-il succéder à Bernard Hinault, dernier français vainqueur du Tour de France, en 1985 ?
Je viens de voir Alaphilippe entre un ancien coureur qui fut mis sur le banc une année et un encarté de presse. Ils n’ont pas su poser une seule question intéressante à Alaphilippe ! S’ils n’aiment pas leur métier qu’ils laissent la place aux autres.
Les anciens sportifs consultants sont tous médiocres à de rares exceptions prêts. Ils blablatent des banalités. A part Voeckler, et bien sûr Guimard à la radio, ils font honte au cyclisme. On veut voir de la compétence et de la passion.
Alapahilippe lui reste modeste. Son intelligence pétille dans ses yeux.
Il est de toutes les échappées entre favoris.
Pinot, Thomas devront être très forts pour lui prendre sa première place.
Mon favori reste Alaphilippe. Il se révèle sur ce Tour dans une saison où il a été fabuleux.
Il a de l’esprit, de l’à-propos, c’est un très bon client, comme l’on dit. Hélas! on ne lui met en face que des radoteurs.
Mon outsider ? Bernal. Son visage est merveilleux. Il y a du Fausto Coppi en lui. Une douceur d’enfant roi. Il a des expressions bibliques. Un sourire renversant. Il crève l’écran. Un très grand talent né sous nos yeux.
Mon podium final rêvé: Alaphilippe, Bernal, Pinot.
Ce sublime Tour de France n’a pas encore délivré son vainqueur.
Alaphilippe la joue modeste mais je l’imagine le soir dans son lit:
-"Jamais je n’abdiquerai, plutôt mourir !”
Il est à trois jours de basculer de coureur à champion historique.
Dans l’étape du jour, Quintana a fait du grand Quintana. Sans son début de Tour handicapé par une chute, il serait encore mieux placé.

King Ronaldo, 34 ans et toujours étincelant

24.07.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Ronaldo est devenu professionnel i y a 18 ans. Il fait exploser les compteurs: on ne compte plus ses C1 et ses Ballons d’Or. Il enchante les passionnés de football partout où il passe. Il est le coéquipier rêvé. Il est le joueur dont tous les coachs rêvent. Depuis 2003, il est au sommet grâce à sa signature à MU. Quasiment jamais blessé, toujours conquérant, tout le temps heureux de jouer, il écrit une des plus grandes pages de son sport. Sa méthode, travail acharné et ne jamais faire passer le football en seconde position dans ses priorités. Roi du marketing mais sans fragiliser son premier métier: footballeur, artiste et non pas vedette. Neymar fait le contraire: ce n’est plus qu’un ectoplasme des réseaux sociaux. Le Brésilien est comme un écrivain qui aurait le Nobel sans jamais écrire. Et l’avenir s’annonce radieux (!) à ce propos: les clubs s’arrachent les jeunes joueurs qui ont le plus de followers. Profession: star sur les réseaux sociaux. Le terrain ne compte plus. Les jeunes ne connaissent non seulement pas Chamfort ou Voltaire - parlons pas de Morand ou Rigaut- mais ils ignorent qui est Puskas et Tostao.

Il est souvent question de savoir qui est le meilleur football en activité.
Il y a Ronaldo, et puis les autres.
Messi ? Il est incapable de faire gagner un grand tournoi à l’Argentine. Qui attend son nouveau Maradona. Visiblement ce n’est pas Messi qui semble plus Espagnol qu’Argentin car il a été formé au niveau professionnel par Barcelone.
Messi ne joue bien qu’avec Barcelone qu’il n’a jamais quitté.
Neymar ? Soyons sérieux. Un joueur qui joue au PSG n’est pas un “Top player". Les stars du terrain évoluent dans les grands clubs européens. Neymar est l’équivalent de Kardashian.
Ronaldo, lui, a gagné l’Euro 2016 avec le Portugal. Qui plus est en France. En plus, il fut blessé par Payet - l’exploit de la carrière internationale de l’intermittent du spectacle- et se transforma en coach de manière hallucinante. Ronaldo gagne partout où il passe: après sa formation professionnelle avec sir Alex Ferguson, à Manchester United où il a tout gagné y compris la C1 et un Ballon d’Or, il est allé au Real Madrid pour devenir un “cannibale” au même titre que Merckx en cyclisme.
Désormais, il est en Italie, à la Juventus Turin où il est devenu le N°1 du club, 100 % au service de la Juve. Ce que ne sait pas faire Neymar qui est un individualiste patenté.
Ronaldo a donc réussi au Portugal, en Angleterre, en Espagne et en Italie.
Il ne joue que dans des clubs mythiques: Manchester United, Real Madrid et Juventus Turin.
S’il venait à Paris cela serait un enterrement de deuxième classe.
Quand en 2003, j’ai prédis un avenir radieux à CR7, on me disait:
“Ronaldo ? Le Brésilien…”
Maintenant, ils savent. Surtout ce journal qui avait titré : “Ronaldo, le vrai” pour définir le Brésilien.
Grostesque ! Les deux Ronaldo sont des grands noms du football.
On n’en dira pas autant de ceux et celles- désormais, hélas!- qui se font de la pub sur son dos. Comme disait Chateaubriand: “il y a tant de nécessiteux qu’il faut être économe de son mépris".

La lamenable promotion de la L1 aux Etats-Unis par l'OM et les Verts

23.07.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

EA Ligue 1 Games
Lundi 22 juillet 2019
Kermesse commerciale aux Etats-Unis
Marseille 2-1 St Etienne
Buts pour l’OM: Payet (12e), Radonjic (74e)
But pour les Verts: Nordin (17e)

Venus aux Etats-Unis, à Washington, avec Bordeaux et Montpellier pour y promouvoir la L1, l’OM et les Verts ont fait l’inverse. (Marseille et Bordeaux ont désormais des propriétaires américains). Pour un match bidon, les joueurs de l’OM et de l’ASSE ont déclenché une bagarre de rue des plus lamentables, illustrant le fameux dicton: “Le rugby est un sport de voyous pratiqué par des gentlemen alors que le football est un sport de gentlemen pratiqué par des voyous". Devant des tribunes désertiques, l’OM et les Verts ont donné une image atroce du football français dans le pays du football américain. André Villas-Boas, le nouvel entraîneur de l’OM, ne doit pas avoir un gros moral après ce pitoyable spectacle. Il est vrai qu’il était au chômage. C’est toujours mieux que rien. L’événement promotionnel a viré à tout ce qu’il ne faut pas faire. A l’issue de ce match, l’OM a reçu un trophée. Un nid a poussière de plus. L’OM remporte des coupes en bois. Il est loin le projet de la Ligue des Champions !

Du Laborde pur jus, Hinault en BD, le Giro par Pierre Carrey, le centenaire du Maillot jaune par l'Equipe, et le nouveau Haralambon

23.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, ANQUETILLEMENT

Le chantre du cyclisme que l’on aime nous livre une nouvelle rapsodie sur le vélo, cette fois il vibre sous la forme d’un abécédaire. Vivre, ivre, libre, livre. Quatre mots chez Laborde qui sont comme les 4 garçons dans le vent que furent les inoubliables Beatles. Chez lui, les musiciens du vertige horizontal ont pour noms : Coppi, Bartali, Gaul et Armstrong. Il n’a pas la mémoire sélective, selon la morale des talibans du pipi, d’après sa célèbre expression. Laborde n’est pas du genre à vomir ceux qui ont comblé les rêves de son enfance. Laborde déborde d’amour pour les coureurs. Derrière chacun d’eux, il n’y a pas un policier, mais un poète qui s’appelle Laborde junior. Son père n’a rien à voir avec le père de Neymar qui traite son fils en vache à lait. Celui de Laborde a inoculé la passion du cyclisme avec la science d’un Louis Pasteur de la génétique sportive. Il n’a pas dit à son fils : «Devient pro !». Il lui a dit rien qu’avec les yeux : «Si tu aimes le vélo, ta vie sera des grandes vacances éternelles, sous la pluie comme par beau temps». Depuis Christian pousse la roche de Sisyphe - aux éditions du Rocher, pardi! - léguée par son papa. Pour notre plus grand plaisir. Allez-y voir ! comme disait Soupault de Lautréamont.
-Le Tour de France, Christian Laborde. Illustrations de Sonia Lopez. Les éditions du Rocher, 379 p., 21, 90 €.

Pourquoi le champion est-il sur la couverture au rand d’auteur ? Parce qu’il s’agit de sa vie. Les mœurs changent dans l’édition. J’imagine que l’ex cador a des intérêts financiers dans cet album, sinon je ne vois pas d’autres raisons. Je ne vois pas Hinault raconter sa vie devant un magnétophone. L’album tient la route car on sent la rage de vaincre du Breton, l’un des plus grands du cyclisme, juste après Merckx. Si le côté teigneux apparaît sur le visage et dans le comportement du champion, ses traits ne sont pas très reconnaissables. Hinault n’est pas facile à caricaturer car il n’a pas un gros nez, de grandes oreilles. Il est trop beau. Il n’y a que le dernier dessin qui lui ressemble le plus. Comme si l’auteur avait eu besoin de beaucoup de temps pour le croquer. Rien ne dit que l’ultime dessin ne soit le dernier- je parle chronologie- signé par l’auteur. Ce n’est qu’une impression. L’album est à mettre dans toutes les mains, surtout dans celles de jeunes gens, pour qu’ils voient la classe à l’état pur d’un as du cyclisme. Un homme qui a pris sa vie par les cornes pour donner tout ce qu’il avait dans le ventre. Hinault est un authentique champion, lui. Ce n’est pas une invention médiatique. L’originalité de l’album tient dans le parti pris : les débuts du futur grand champion à venir et la belle présence de sa femme, déterminante dans sa vie et sa carrière. Sans doute la volonté du champion. D’où son nom sur la couverture, comme auteur. Auteur de sa carrière c’est évident.
-Hinault, objectif maillot jaune, par Bernard Hinault, Jeff Legrand (scénariste) et Fabien Ronteix (dessinateur). Mareuil, 50 p., 14 €

Créé dans la foulée du Tour de France, en 1909, le Giro se déroule toujours avant la grande kermesse française. Autant, le Giro c’est le froid, autant le Tour c’est le chaud. La neige contre le soleil. Les sommets italiens à l’époque du Giro sont souvent dans la neige, le brouillard. En France, la météo est rarement atroce en été même si l’exception confirme la règle. Pierre Carrey nous donne un fameux livre qui fait déjà autorité : une mine d’histoires - et non pas d’anecdotes – une cascade d’exploits en tous genres et surtout le bannissement de la langue de bois. Ici le dopage apparaît partout sans jamais être dénoncé à la manière de la milice journalistique qui fait le tri entre les bons et les mauvais dopés. En 1909, Giovanni Gerbi brise une roue de son vélo et va dans une forge pour devenir mythique comme Eugène Christophe le deviendra avec sa fourche quatre ans après dans le Tour de France. Des coureurs boivent du sang de bœuf, et d’autres prennent le train pour gagner du temps avant de se faire pincer. Le livre fait la part belle aux règnes de Binda, Bartali et Coppi, trois phares italiens. Page 52, Coppi parle de ses prises de «bomba» (amphétamines). Rassurez-vous, le livre majeur ne parle pas que de ça. Pierre Carrey souligne le rapt du Giro par Mussolini et sa clique dans les années 1930 avec Bartali hostile aux fascistes. Page 92, on apprend que Jacques Goddet, futur patron de L’Equipe et du Tour de France, a vanté les mérités du Duche dans L’Auto en 1930, jusqu’à organiser des courses en France avec une revue fasciste. Le livre nous apprend que Fausto Coppi a été victime de la malaria en 1944 quand soldat il fut capturé par les Britanniques en Tunisie. Le 2 janvier 1960, le campionissimo périra d’une variante de cette maladie en raison d’un mauvais diagnostic des médecins italiens à son chevet. Si vous aimez le vélo, vous devez vous procurez ce livre événement. Mieux qu’un roman. Mieux qu’un essai. Un grand livre d’amour sur le cyclisme professionnel. Sans tabou. Sans leçon de morale.
- Giro, Pierre Carrey. Postface de Thibaut Pinot. Hugo/ Sport, 336 p., 19, 95 €

Question statistiques, palmarès, l’album c’est du béton, de l’acier trempé. Dans ce domaine, L’Equipe, journal inventeur et organisateur de la plus belle et plus importante course cycliste du monde, n’a pas de concurrente. Le Tour de France avec ses étapes c’est comme si c’était une suite de Grand Prix de F1. Vous imaginez un GP de Monaco chaque jour ! Le cyclisme nous donne cette particularité dans toutes les séquences de montagne, au cours de l’Historique épreuve. L’album est aussi un somptueux album de la famille du cyclisme car le quotidien a puisé dans la collection de photos maison qui elle aussi n’a pas de concurrence, hormis Keystone dans les années mythiques. L’ensemble est donc très agréable à parcourir, avec des haltes sur des moments forts qui font office de gros plan. Hélas ! on se confronte encore une fois sur la gare de triage des coureurs : il y aurait les bons et les mauvais. Soit Anquetil contre Armstrong. Le quotidien sportif est schizophrénique. Alors qu’il est l’organisateur, il veut aussi dire le bien et le mal dans le monde de la pharmacopée. Le cyclisme est un sport qui nécessite une médicalisation particulière. On ne peut pas condamner Y pour ce que l’on a permis à X. Deux poids, deux mesures. Tous les grands champions restent de grands champions. La tricherie n’existe pas dans le vélo. Il y a ceux que l’on veut exclure et les autres sur lesquels on ferme les yeux.
-L’encyclopédie du Maillot jaune, Philippe Bouvet & Frédérique Galametz. Préface d’Eddy Merckx. L’Equipe/ Solar, 256 p., 24, 90 €.

Après son épatant Coureur et son ombre (2017), Olivier Haralambon revient sur le cyclisme avec sa maestria habituel. Nous sommes en face d’un véritable écrivain qui sait se servir des mots et des non-dits, très au-dessus de Guillaume Martin encensé par le PAF car il serait écrivain dans un monde de décérébrés. Il faut se calmer, l’écrivain c’est Haralambon. Martin a publié Socrate à vélo (Grasset, 2019), parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire : l’étalage d’une culture rébarbative, sans une once d’humour à la Monty Python. Les livres d’Olivier Haralambon sont vitaux pour celui qui les a écrits quand celui de Guillaume Martin n’est qu’un produit éditorial. Chez Haralambon on perçoit le souffle de celui qui a quelque à dire et qui se donne les moyens de le dire, en se pressant le citron en même temps qu’il essore son style pour m’en retenir que ce qu’il faut pour avoir une voix particulière, à la manière de Philippe Bordas, cet autre as de la plume cyclopédique. Aligner des mots sans risque cela n’a rien d’un exploit. Haralambon écrit comme il faisait du vélo de compétition. Il prend des risques en évitant la chute. Il frôle les ravins mais ne tombe pas. Un bel équilibre. Dans Mes coureurs imaginaires il met en scène des coureurs qui cachent leurs émotions pour mieux tromper les adversaires. Un peu comme les boxeurs masquent leurs coups pour mieux les asséner après avoir esquivé des tempêtes. Ce livre-là est plus fermé que le précédent mais il sonne juste. Fermé dans le sens qu’il faut vraiment aimer le cyclisme pour l’apprécier à sa juste valeur.
-Mes coureurs imaginaires, Olivier Haralambon. Premier parallèle, 160 p., 16 €

Alaphilippe, la nouvelle coqueluche française

21.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Dimanche 21 juillet 2019
15e étape du Tour de France
Limoux-Foix Prat d’Albis
1er A. Yates, 2e Th. Pinot

Classement général:
1er Alaphilippe
2e Thomas, à 1′ 35′’
3e Kruijwijk, à 1′ 47′’
4e Pinot, à 1′ 50′’
5e Bernal, à 2′ 02′’

Julian Alaphilippe a encore sauvé son maillot, en se mettant chiffon.
Tout le monde le donne perdant le jour de l’arrivée à Paris. Quoiqu’il arrive dimanche 28 juillet, sa pugnacité est largement responsable de sa cote de popularité.
L’important c’est de gagner mais la proximité du champion avec le public en fait une vedette incontestable. Alaphilippe est seul sur ce Tour. Il n’a aucun coéquipier capable de l’aider, de le soulager dans les ascensions.
Thibaut Pinot est beaucoup moins perceptible. Je suis incapable d’écrire trois lignes sur Pinot alors que je peux déjà écrire un livre en trois volumes sur Alaphilippe.
Pinot a-t-il l’orgueil des champions ?
On verra dans les Alpes.
Eddy Merckx a donné son favori : l’Anglais Thomas.
Alaphilippe peut-il encore se surpasser pour aller décrocher le Graal ?
D’aucuns lui reprochent de s’éterniser sur la ligne d’arrivée au lieu d’aller se faire masser.
Grâce à Alaphlilippe beaucoup de Français découvrent la grandeur du cyclisme.

Le Président Macron, des gilets jaunes au Maillot jaune (Alaphilippe)

20.07.19 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT

Samedi 20 juillet 2019
14e étape du Tour de France
Tarbes-Tourmalet-Barèges
1er Thibaut Pinot, 2e Julian Alaphilippe

La victoire de Thibaut Pinot au sommet du Tourmalet, avec dans sa roue Julian Alaphilippe, sublime maillot jaune, confirme que ce Tour de France 2019 a une allure mythique.
Cette arrivée avait la tenue des grands duels d’antan. En surimpression on a vu Poulidor-Anquetil. J’attendais de voir pour y croire. Je rêvais de les voir, ils l’ont fait. Le Tour c’est l’Histoire des duels. Espérons que celui entre Pinot et Alaphilippe s’éternise, qu’il ne soit pas un coup d’épée dans les Pyrénées.
Julian Alaphilippe porte magnifiquement ce maillot jaune. Il est plein d’humour, il a de l’esprit à revendre. Il est généreux. Il ne se prend pas au sérieux. Il est si loin des footballeurs hautains au point de se couper avec le public. Alaphilippe est de la race des grands coureurs populaires. Il est tout prêt de devenir historique. La France attend le successeur de Bernard Hinault depuis des lustres. Beaucoup depuis la retraite du “blaireau” ont fait rêver le peuple. En vain et non pas en vainqueur, et encore moins en 20 cœurs. Lui semble capable de peupler les rêves. Aujourd’hui, les médias institutionnels donnent favori Pinot. On verra bien. Toujours est-il qu’il a un train de retard sur la sympathie d’Alapahilippe qui a créé et alimenté chaque jour son nouveau lien d’amour avec la France et les Français. Ce Tour est pour lui. Il va devoir ne pas connaître un seul jour sans. D’aucuns prédisent son coup de mou. Les médisants. Des jaloux, à coup sûr. Pourquoi Jean-François Bernard a-t-il dit: “Même s’il est vraiment exceptionnel, on sait bien qu’il ne vas pas gagner le Tour !” ? C’est en pensant de la sorte que “Jef” n’a jamais réussi à gagner une Grande Boucle, même à sa meilleure époque.
Sur l’étape du Tourmalet, on a vu le chef de l’Etat faire sa com. Il l’a très bien faite. Captant bien le pouls de l’étape, de l’épate. A ses côtés, Alaphilippe a sans cesse déconné - il a côté Aimos réincarné en Pantani- pour souligner tout ce qui se passait sur l’écran. En même temps, il était fier. Alaphilippe est une très belle personnalité. Il est appelé à signer un long bail avec le public. Enfin, un garçon naturel. Si loin des tennismen de pacotille qui crèchent en Suisse sur leur tas d’or, sans parler des rugbymen qui croient avoir du talent parce qu’ils gagnent plus d’argent que Maso et Rives réunis. Chaque jour sur ce tour, Julian Alaphilippe communique avec les ténors de jadis et … parallèlement.
Demain sera un autre jour mais ce Tour 2019 est grand. On voit des coureurs exténués. Des images fortes. Hommage à tous les coureurs qui ont chuté. C’est autre chose que la tendinite des sportifs pitoyables mauviettes.

[Post dédié à Christian Laborde. Présent dans le PAF, le poète relève sacrément le niveau. L’ami des ours nous rappelle que la mode des anciens sportifs consultants est ridicule, voire stupide. Il faut parler et dire !]

Deux barils du Barça contre un baril du PSG ?

Coutinho + Rakitic + 40 M€ contre Neymar.
Voilà ce qu’a proposé Barcelone au PSG.
Le milieu de terrain ou ailier brésilien Philippe Coutinho, 27 ans, est sous contrat avec Barcelone jusqu’en 2023.
Le régulateur croate Yvan Rakitic, 31 ans, est sous contrat avec Barcelone jusqu’en 2021.
L’attaquant brésilien Neymar junior, 27 ans, est sous contrat avec le PSG jusqu’en 2023.
Neymar junior est venu à Paris parce que le PSG-Qatar a proposé 100 000 euros par jour au fils de Neymar senior.
Le père de Neymar- un mentor très axé sur la manne financière- a pensé que son fils, libéré de la présence de Messi, allait gagner facilement la C1 avec le PSG ce qui lui ferait obtenir enfin le Ballon d’Or, le hochet suprême. La mégalomanie aidant, Neymar junior a cru que la L1 serait un jeu d’enfants pour lui, genre bac a sable.
Le football n’est pas un jeu aussi facile à domestiquer.
Si on le prend à la légère, rien ne se déroula comme prévu.
En face, il y a quelqu’un qui vous empêche de jouer. C’est tout l’intérêt du sport.
Neymar junior, jouant sans pression, n’a pas arrêté de se blesser.
Il n’est plus qu’un produit économique car pour beaucoup d’ignorants, la notoriété suffit à rendre star. Voir toutes les baudruches du PAF mises en avant.
Affaire à suivre. Evidemment, comme dirait France Gall, avec Michel Berger.

Connaissez-vous Yanny Hureaux ?

18.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Une pincée de Vialatte, un trait de Nucéra, un autre de Pagnol, deux gouttes de Blondin, plus un zeste de Giono, et vous obtenez Hureaux.


Né le 4 décembre 1939, Yanny Hureaux est le Louis Nucéra des Ardennes. Le Niçois connaissait les Alpes Maritimes par cœur. Yanny Hureaux connait aussi bien les Ardennes. Au lieu de lire les inepties des livres sans aucun intérêt, mieux vaut puiser dans la malle aux trésors de Yanny. Loin de Paris souffle l’esprit.

Extraits de la bibliographie de Yanny Hureaux:

La haute chevauchée, La Manufacture, 1990
Bille de chêne, Une enfance forestière, Jean-Claude Lattès, 1996
Le Pain de suie, Jean-Claude Lattès, 1999; Le Livre de poche, 2002
La Prof, Julliard, 1972
La Petite, Julliard, 19744
Les Ardennes de Rimbaud, Didier Hatier, 1991
Un Ardennais nommé Rimbaud (Photographies de Gérard Rondeau, préface d’André Velter), La Nuée bleue/L’Ardennais, 2004

Ensemble de ses chroniques:

La Beuquette (2001-2010), Éditions des Falaises/L’Ardennais

Sur les Ardennnes:

Troublantes Ardennes , avec Alain Grillon, La Manufacture, 1989
Le guide des Ardennes , avec Nicolas Sachy, La Manufacture, coll. Guides de la manufacture, 1991, 1993
Ardennes vagabondes, Noires terres, 2007
L’Été de la Saint-Martin, Éditions de la Société des écrivains ardennais, 1969

En collaboration :

Marguerite Fontaine, résistante d’Ardenne : Journal de guerre : 1941-1945, avec Pierre Huardet et Eva Thomé, La Manufacture, 1989
Éloge de l’amante, avec Jean-Luc Pellaers, Cerises aux Loups, 2000.
Eva Thomé : écrivain et résistante d’Ardenne : 1903-1980, avec Jacques Vadon, Éditions de la Société des écrivains ardennais, 1982
Un coin de l’âtre : français et patois, avec Jean-Paul Cordier, Sopaic, 1979

Sur le football:

Sedan : une légende de football, 1948-2000, La Nuée bleue/L’Ardennais, 2000
Nicolas Sachy, prince de Sedan, La Nuée bleue/L’Ardennais, 2002

Ronaldinho, le meilleur brésilien du PSG. Loin devant Neymar.

17.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Ronaldinho incarnait la joie de vivre, la joie de jouer. Neymar, lui, est associé au monde de l’argent. C’est l’artiste contre le boursicoteur. On nous fait un flanc avec la dernière blessure de Neymar mais parle-t-on de la chute d’Alessandro De Marchi resté au sol, pendant le Tour de France le 14 juillet 2019 ? L’Italien souffre d’une fracture de la clavicule et de côtes, d’une contusion à un poumon accompagné d’un pneumothorax, en plus de nombreuses coupures.

On nous gave avec Neymar au PSG depuis deux saisons mais ce joueur n’est qu’un maillon du football business.
Niveau football, il est très loin d’un Ronaldinho, qui avait du talent de la tête au pied.
Ronaldinho représentait le jeu à l’état libre, à l’état pur.
Neymar représente un poids économique- 100 000 euros par jour- acquis au bout de dix ans grâce à une construction médiatique élaborée sur les réseaux sociaux.
La profession de Neymar ? Le célébrité, le vedettariat.
Il est comme Paris Hilton, Kardashian, Nabilla…
Neymar n’a plus besoin de jouer au football.
C’est Beckham après son départ de Man United.
Neymar envoie tous les jours une carte postale. Cela suffit à maintenir sa notoriété. Ainsi va le monde en 2019.
Neymar se blesse. Neymar opéré. Neymar convalescent. Neymar aime son père. Neymar à l’hôtel. Neymar dans une vidéo. Nice se dispute avec une fille. Neymar va-t-il revenir au PSG ? Neymar est malheureux en France. Neymar et sa fondation. Neymar blessé contre le Qatar. Neymar se teint les cheveux en blond. Neymar joue avec sa fondation. Neymar ceci. Neymar cela. A suivre.

Johnny Clegg (1983-2019), indissociable de Nelson Mandela

17.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Il était né le 7 juin 1953, prés de Manchester.
Son destin l’a rapproché des Zoulous d’Afsud pour en devenir un.
Le Zoulou blanc avait beaucoup de talent.
Un des plus grands combattants de l’apartheid qui a œuvré sans cesse pour la libération de Nelson Mandela.
Morte le 16 juillet 2019, Johnny Clegg est un mélange de Dylan et Sting.
Il a voulu se fondre dans la communauté noire, emblème de la fraternité.
Grand musicien, grand poète, grand humaniste.
La mort a trop bon goût.

GP de Grande-Bretagne 2019 : King Lewis Hamilton bat encore Leclerc

15.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Dimanche 14 juillet 2019
Grand Prix de F1 de Grande Bretagne

Podium de la course
1er Lewis Hamilton, Mercedes
2e V. Bottas, Mercedes
3e C. Leclerc, Ferrari

Classement du meilleur pilote
1er Hamilton, 223 pts
2e Bottas, 184
3e Verstappen, 136

King Hamilton a encore gagné ! Son 7e GP en dix disputés.
Les plumitifs et autres aboyeurs qui n’ont de cesse de lui préférer Charles Leclerc, le natif de Monaco, cette favela pour milliardaires, doivent se faire une raison: Hamilton n’a pas abdiqué, il est là et encore pour longtemps.
Les médias ne cessent pas de dire qu’il est mal aimé en Angleterre.
C’est vrai mais une explication s’impose.
En France, si on n’a pas C+, impossible de voir la F1.
En Angleterre, c’est pareil: la F1 n’est plus sur la BBC généraliste donc il faut s’abonner sur le privé.
Les Anglais ne voient plus courir leur champion.
Ils ne sont plus informés que par les réseaux sociaux. Alors, ils se disent: “Hamilton ? Pouah! Il passe son temps dans les défilés de mode…”
Ils confondent Hamilton avec Neymar !
Tant pis eux ! Hamilton est un vrai champion comme Federer, Djokovic, Nadal, Messi et Ronaldo. Ils gagnent ou perdent mais ils assurent. Rien à voir avec les vedettes préfabriquées, comme Neymar ou le boxeur Yoka qui ne font vibrer que les portes du stade que se referment sur eux.

Wimbledon 2019: Djokovic gagne devant Federer qui ne fut pas un perdant

15.07.19 | par morlino | Catégories: BALLES NEUVES, GRAND MONSIEUR

Dimanche 15 juillet 2019
Finale de Wimbledon
Novak Djokovic - Roger Federer
(7-6, 1-6, 7-6, 4-6, 13-12)

Il y a autant de différence entre le match Federer-Djokovic et le combat de boxe Dimitrenko-Yoka qu’entre une rose éclatante et une fleur en plastoc. Le combat de boxe du 13 juillet 2019 fut la négation du sport. Le vrai combat de boxe ce fut Djokovic contre Federer alors que sur le ring ce fut du catch de très mauvaise qualité, encore un match de pacotille dont on connait la fin avant le début.
A Wimbledon, on a vu du vrai sport: Djokovic fut à l’image de sa mère qui pendant tout le monde a conservé le poing fermé à hauteur du visage pour montrer à son fils qu’il ne fallait rien lâcher. Cette rage maternelle crevait l’écran. Djokovic fut à belle école. Quand on a une mère de cette trempe, on file droit et on est un combattant né. Les Djokovic savent d’où ils viennent.
En face, Federer n’a rien du parvenu, ou du bien-né. C’est un compétiteur de la plus grande espèce. Un géant du sport avec Pelé et M. Ali. Trois phares éternels.
Federer et Djokovic ont été exemplaires, hormis une saute d’humeur du Serbe qui se manifesta contre la chaise de l’arbitre.
Le match a trouvé son issue dans le 1er tie-break décisif de l’Histoire en simple au cours du dernier set de la finale de Wimbledon.
Djokovic a conservé son titre de 2018 devant Federer vainqueur en 2017.
Djokovic a gagné son 5e Wimbledon devant Federer qui en a gagné 8. A eux d’eux, ils pèsent 13 Wimbledon.
Ce match a été héroïque, et donc historique comme le célébrissime Borg-McEnroe du XXe siècle.
Ce fut comme un match de football avec plusieurs prolongations en forme de tie-break. Les trois tie-break du match furent gagnés par Djokovic. C’est dire la rarissime conjonction entre forme, mental, précision et tout le reste à l’unisson.
Federer a eu des sursauts d’orgueil comme lors du 2e set, une vraie promenade de santé.
Federer a cédé à la fin mais il a eu deux balles de matchs ! Il n’a pas pu en concrétiser une seule.
On a assisté à un magnifique bras de fer.
Djokovic a eu parfois le bras qui tremblait tandis que Federer a donné des points car il a voulu abrégé des échanges par peur de les perdre inéluctablement.
Les deux champions ont eu tour à tour des passages en leur faveur et d’autres moins bien, selon l’intensité de l’un ou l’autre.
Ce fut du tennis de très haute volée. Un mach inoubliable, d’anthologie.
Deux êtres humains de haut calibre.
Federer et Djokovic ne jouent pas pour l’argent, à l’inverse de Neymar qui ne pense qu’à ça, guidé par son père victime de l’appât du gain. Neymar père vit à travers son fils.
Les pères (Federer et Djokovic) ont une autre mentalité: ils n’interviennent pas et surtout ne traitent pas leur fils comme une vache à lait.
Djokovic arrive à s’immiscer dans le trou de souris laissé par Nadal et Federer.
Au total, il y a trois monstres sacrés dans le tennis au même moment.
A la fin du match, Djokovic n’a pas sauté en l’air. Aucun triomphalisme. L’élève n’a pas battu le maître car il s’agit de deux maîtres.
Avec une belle dose d’humour, Djokovic s’est agenouillé pour manger de l’herbe, comme il aime le faire (genre le pt Borelli du PSG qui embrassait le gazon du Parc des Princes). Quel showman !
Oui, du grand art.
Merci messieurs, et honte aux tennismen français qui à part compter leur argent dans les coffres en Suisse ne sont bons à rien.

20 h Foot, CNews/ 12 juillet 2019: les fans de l'Algérie, Griezmann, Neymar...

13.07.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Il s’agit de la dernière émission de la saison.
Julien Pasquet présentera l’émission pour la saison 2019-2020, dès le vendredi 30 août 2019.
Mon blog continue tout l’été, of course.

Les dernières provocations: Neymar considère que la victoire du Barça contre le PSG est son plus grand souvenir. Et avec son père, il met en avant une photo où tous les deux portent l’écusson du Barça. 100 000 euros par jour pour tout ça. Le plus grand paradoxe ? Neymar fait gagner de l’argent au PSG sans jamais jouer. Comme un écrivain ferait fortune sans jamais publier un livre.

Neymar, Ballon d'or des réseaux sociaux (suite)

11.07.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Le feuilleton se poursuit. Tous les médias annoncent le départ du footballeur-pipole, plus tendance Rami que version Socrates. Ni lui ni son père ne démentent. Neymar abîme le football quand Garrincha le servait.

Alors que la reprise de l’entraînement du PSG a eu lieu, Neymar lui s’amuse avec ses copains.
Dans du sable, il n’y a pas pire pour les chevilles !
On sait que les siennes sont enflées, tellement enflées qu’elles ne peuvent plus passer par les portes du Parc des Princes.
Le Brésil a gagné la Copa América sans lui. C’est dire combien il est important.
Neymar peut dire merci à Pelé et Garrincha, Socrates et Zico, Romario et Ronaldo.
S’il amasse les euros c’est grâce aux anciens qui ont servi le football, eux.
Lui se sert du football depuis 10 ans, étant la vache à lait de son père.
Quitter le PSG pour Barcelone, cela se comprend, mais pas l’inverse.
Neymar est dans la position d’un écrivain qu’on met au sommet alors qu’il ne publie rien.
Il serait en retard pour œuvrer dans sa fondation. Parce qu’en plus d’être un Kardashian du sport, il est aussi l’abbé Pierre !
Le grotesque s’ajoute au grotesque.
Pour lui, la L1 cela revient à faire du beach soccer.
Quel club peut lui donner 100 000 euros par jour ?
Aucun et c’est pour ça qu’il est au PSG.
En 5 ans, son séjour à … Bougival - où il n’est quasiment jaùmais- doit lui rapporter 180 M€.
Neymar n’entre pas dans les 100 plus grands joueurs de tous les temps.
C’est une péripétie dans l’Histoire.

Les 50 ans du Festival de Woodstock (1969-2019)

10.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Il y a 50 ans. Hier. Nous étions jeunes. Le tout c’est de le rester. Vivre vite et mourir jeune, c’est un slogan idiot. Vivre vieux et rester jeune, voila le bon axiome. On ne revient jamais. On n’a droit qu’à un tour de piste. C’est mieux que rien.

Vendredi 15 août 1969
Richie Havens
Swami Satchidananda (courte invocation au début)
Sweetwater
Bert Sommer
Tim Hardin
Ravi Shankar
Melanie
Arlo Guthrie
Joan Baez

Samedi 16 août 1969
Quill
Country Joe McDonald
John Sebastian
Keef Hartley Band
Santana
The Incredible String Band
Canned Heat
Grateful Dead
Creedence Clearwater Revival
Janis Joplin
Jefferson Airplane
Sly and the Family Stone
The Who

Dimanche 17 août 1969
Joe Cocker & The Grease Band
Country Joe & The Fish
Mountain
Ten Years After
The Band
Johnny Winter
Blood, Sweat and Tears
Crosby, Stills, Nash and Young

Lundi 18 août 1969
Paul Butterfield Blues Band
Sha Na Na
Jimi Hendrix

Le fiasco de Neymar au PSG (Suite et pas fin)

08.07.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Neymar au PSG, le fiasco Neymar se poursuit. A présent, il ne va pas à l’entraînement au PSG. Dès son arrivée à Paris, j’ai anticipé son fiasco sportif parce que la presse a titré: “Un roi à Paris", et que son nom fut mis sur la Tour Eiffel. Roi ? Quel Roi ? Quant à son nom sur la Tour Eiffel ce n’était que de la com. Zidane a eu son visage sur l’arc-de-triomphe mais il venait de gagner la World Cup 1998.

Neymar est venu à Paris pour gagner la C1 et le Ballon d’Or. Il est très loin de ses deux objectifs. Il est surtout venu pour les 100 000 euros qu’il empoche chaque jour. Le contrat court encore sur 3 saisons. Voici la liste des plus récents (mé)faits qui contribuent au déclin sportif du joueur:

-Coupe du Monde 2018: roulades dès qu’on le touche. Il est la risée du monde.
-6 juillet: élimination en 1/4 de finale. Ejecté par la Belgique.
-Fin juillet: il pleurniche : “Je ne veux plus voir de ballon devant moi, je ne veux plus voir de foot".
-Décembre: 12e du Ballon … Dort.
-23 janvier 2019: nouvelle blessure. En 16e de finale de Coupe de France.
-3 et 5 mars: Guignol au carnaval.
-6 mars: insulte l’UEFA après la sortie du PSG en 8e de finale de Ligue des champions face à Manchester United. Neymar sans jouer écrit sur les réseaux sociaux: “C’est une honte! Ils mettent quatre gars qui n’y comprennent rien au foot pour revoir le ralenti. Qu’ils aillent se faire foutre.”
-26 avril: suspendu 3 matches en C1 2019-2020.
-28 avril: gifle mollement un supporter de Rennes.
-29 avril: l’entraineur du PSG (T. Tuchel) critique le comportement de Neymar: “Ce n’est pas possible de faire ça".
-10 mai: suspendu trois matches en France pour sa riposte au fan adverse.
-24 mai: absent au dernier match du PSG sans l’accord de son entraîneur;
-28 mai: la sélection brésilienne lui retire le brassard.
-Fin mai: frime sans cesse avec ses arrivées en hélicoptère pour les entraînements.
-1er juin: accusé de viol. Son clan riposte illico par “piège, machination".
-6 juin: se blesse avec le Brésil contre… le Qatar qui est son employeur au PSG !
-Juillet: le Brésil gagne la Copa America sans Neymar
-8 juillet: ne se présente pas à l’entraînement de reprise, du PSG. Son père dit que c’était prévu, sauf qu’entretemps, Leonardo a été nommé directeur sportif.
Parler de fiasco est même trop faible.
Depuis qu’il est à Paris, Neymar a régressé: aucune C1 et disparu du radar dans le classement du Ballon d’or.
Quand un joueur se croit plus grand que son club, il se met dans la position de la grenouille qui veut être plus grosse que le bœuf.

Architecture, de Pascal Rambert. Du Tchekhov discount

07.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, LA MOUETTE DE TCHEKHOV

Sur le net, j’ai trouvé cette version des Trois Sœurs de Tchekhov. Avec ici des acteurs de haut parage, de vrais acteurs, pas des mannequins du PAF. Tout tient la route. Rien n’a vieilli. Cela sonne juste. Du talent partout et tout le temps.

Samedi 6 juillet 2019
En direct, France 5
Festival d’Avignon
Architecture, de Pascal Rambert

Un artiste doit maintenir éveillé son lecteur, son spectateur, son auditeur. Un œuvre doit transformer en interlocuteur celui qui se retrouve face à face avec elle. C’est une question de partage. Architecture exclut le (télé)spectateur qui est de trop. Ce genre d’entreprise n’est que de la simple production de spectacle comme disait Jean Genet. Rien à voir avec l’art. Ces gens-là “montent” une pièce, comme ils disent. Ensuite, ils montent sur scène mais n’y entrent. N’est pas Charles Dullin ou Louis Jouvet qui veut. La présence ne s’apprend pas dans les cours. On ne trouve pas dix Jacques Copeau ou dix Firmin Gémier par siècle.
Depuis la mort de Strehler, Vitez, Gruber et Chéreau, le théâtre français a disparu de la circulation. Où est la relève ? A part Alain Françon, rien.
Par curiosité, j’ai regardé à la télé - pas jusqu’à la fin: je ne suis pas masochiste- Architecture programmé au Festival d’Avignon, en direct. Jean Vilar s’est sans doute retourné dans sa tombe. Vilar le fondateur du TNP et du Festival d’Avignon attira au théâtre les gens qui d’habitude pensaient en être bannis. Architecture, au contraire, c’est un bouclier contre les ouvriers. Ne sont convoqués que les lecteurs/auditeurs de Radio France, Télérama, Inrocks, Libé (1) et Le Monde. Ceux qui ignorent que Louis Aragon logeait dans un appartement issu du parc immobilier de la galaxie du Premier ministre.
Sur scène, on voit des acteurs sans charisme. Très loin des virtuoses Philippe Clévenot, Jean Bouise, Raymond Jourdan, Gérard Desarthe, Jean-François Balmer, Dominique Valadié, Nada Strancar, Madeleine Marion, Bertrand Bonvoisin et Denise Gence, pour citer quelques-uns des très grands serviteurs du théâtre.
Les pipoles de la distribution d’Architecture disent un texte d’une faiblesse sans nom tant les mots y sont pauvres, mais sans le vouloir.
Pas un trait d’esprit, rien. Aucune grâce. Tout est à la fois lourd et insipide.
Les marionnettes désarticulées - très loin du choix santonesque de Claude Régy- ont toutes un ton donneur de leçons de monsieur et madame-je-sais-tout.
Ecrire demande surtout de retirer des mots au lieu d’en aligner.
Un grand écrivain écrit avec une gomme.
Tout ce tralala pour dire que le totalitarisme est une horreur. Surtout celui de droite, n’est-ce pas, comme si le pacte germano-soviétique entre Hitler et Staline était de la science-fiction.
La discours pompeux de ce théâtre-là veut nous dire que les fachos sont de retour en Europe - et ailleurs- comme si on ne le savait pas.
Tchekhov, Ibsen, Shakespeare, Molière disent beaucoup sans en avoir l’air.
Ecrire est un métier, pas une vocation.
Chez les contemporains, il n’y a que quatre auteurs: Bond, Vinaver, Th. Bernard et Handke.
Je me demande comment peut-on avoir la force pour écrire Architecture ?
Ce texte est la négation du théâtre. Du déjà vu et entendu mille fois et en mieux. Aucune trouvaille. Le vide créatif total.
Le théâtre politique peut être digeste s’il provient de Brecht.
En France, le plus authentique dans ce domaine reste Bernard Sobel. Dans les années 1980, il a proposé Edouard II de Christopher Marlowe, et Philoctète, de Heiner Müller qui sont deux phrases alors que le texte d’Architecture n’est même pas une luciole. N’y clignote que la prétention des gens dits de culture.
Les monologues de Bernard Zimmer, auteur totalement oublié, sont plus vivaces que ceux d’Architecture qui se fanent dit qu’ils sont prononcés.
Ce théâtre-là est totalement hermétique, même pas un laboratoire. Rien à voir avec les textes de Novarina et de Guyotat qui a donné au moins deux œuvres mythiques. Bernard-Marie Koltès, lui aussi, a su très bien dire ce qu’il avait à dire. Le théâtre écrit est de l’oralité à venir. Le théâtre qui n’est qu’une suite de mots ne passe pas la rampe. C’est d’autant plus vrai que le théâtre est le lieu par excellence où l’on entend le langage. Dès que l’entreprise est ratée cela nous casse les oreilles.
Antonin Artaud a lutté toute sa vie pour que plus personne ne monte sur scène pour bafouiller du verbiage vide du mystère de la création.
Sur le scène mythique du festival d’Avignon, je n’ai vu ni amour ni désamour. Je n’ai perçu que des gens qui semblent au premier de leurs répétitions tant ils ne savent pas ce qu’ils jouent. A l’horizon aucun sens de l’espace.
Cette assemblée familiale n’a pas la véracité de son équivalent dans La Mouette. Chez Tchekhov, on ne voit que des êtres humains qui ont tous ratés leur vie mais la force du texte consiste à ne parler que de la pluie et du beau temps. Tchekhov avait compris qu’il ne fallait surtout pas tenir de grands discours sur le sens de la vie. Idem chez Ibsen.
Donc, si vous aimez l’esprit, je ne vous dirige pas vers Pessoa, Aymé, Gary, Blondin, Audiard, Calet, Bove, Perros, Péguy, Woolf, Wilde ou Prévert. N’en demandons pas tant.
Par rapport à Architecture, contentez-vous d’un livre d’Alexandre Jardin, Katherine Pancol, Christine Angot, Christian Signol ou Guillaume Musso, voire Jacqueline Monsigny, cela suffira.
Architecture renvoie aux films d’Olivier Assayas et d’Arnaud Desplechin. Des “artistes” étatiques. Des créateurs qui ont pignon sur rue parce qu’ils sont à la mode aux yeux des régents de la communication. Ils appartiennent au PAF actuel, en attendant l’indispensable verdict de la postérité.
Marguerite Duras, malgré ses divagations sur un fait divers, avait au moins l’élégance d’avoir un univers.
Architecture est-ce du théâtre intellectuel ?
Si oui, je veux rester idiot, inculte et me contenter de Boeing-Boeing !
Je préfère rester ignorant plutôt que de me laisser enfumer l’esprit.
A tout choisir, j’aime plus Les Tontons flingueurs de Georges Lautner que La Chinoise de Jean-Luc Godard.
L’art c’est Mozart, Lautréamont, Rachmaninov, Welles, Miles Davis, Fellini, Pasolini, Hendrix.
Le peu que j’ai vu d’Architecture m’a fait l’effet de recevoir 50 enclumes sur la tête. Quand je vois Philippe Caubère, je quitte la salle en apesanteur.
La création est une affaire de générosité. D’un total don de soi.
Il n’y a pas de théâtre engagé ou de théâtre de boulevard, il n’y a que du bon ou du mauvais théâtre.
Le théâtre est aussi rare que le football, la musique ou de la littérature.
Le vie est déjà trop souvent lourde pour ne pas en rajouter sur scène.
L’art est un miracle créatif. De féérie spirituelle, et non pas du salmigondis préfabriqué à l’air du temps.
On peut voir 100 matchs de football sans voir 1 minute de football.
Dans Architecture, je n’ai pas vu une seconde de théâtre.
Quand la culture est barbante, les gens fuient la culture.
Exemple, jeudi 4 juillet 2019 , TF1 est arrivée en tête de l’audimat avec Mais où est donc passée la 7e compagnie? : 4,7 millions de téléspectateurs, 25,4 % de part d’audience. France 3 avec La Soupe aux choux :1,7 million de téléspectateurs (9,5 %). France 2: Le Grand Échiquier a rassemblé 1,4 million de personnes (9,9 %). (Le premier numéro, en décembre 2018, avait attiré 2 millions de téléspectateurs (10,5 %) tandis que le second avait réuni 1,6 million de personnes (9,9 %) en mars 2019.
On peut dire que le gros du public se laisse aller à la facilité. C’est vrai mais lui imposer Architecture serait lui faire subir une séance de torture prolongée.
Le Grand Echiquier nouvelle version est une fausse bonne idée: il manque le tact ludique de Jacques Chancel. Et surtout les invités ne font que du service après-vente. Ils viennent vendre leur “actualité” alors que Raymond Devos, Lino Ventura, Paul Tortelier ou Georges Brassens se contentaient de passer un grand bon moment avec les spectateurs. Peut on partager sans nécessairement vendre ? Pourquoi être obligé d’entourer la pianiste Khatia Buniatishvili d’un aéropage d’histrions ? Ah ! pour alpaguer un maximum de téléspectateurs comme on installe un tue-mouches.
La culture est un cadeau à son semblable, pas un pensum.
L’art doit nous améliorer et surtout pas rajouter à la médiocrité ambiante.

PS: impossible de trouver l’audience tv de la retransmission. Nulle trace de l’audimat. 500 000 foyers à 22 h 45 mais 500 à 1 h du matin ? On est tenté de penser au fameux: 1 000 000 selon les organisateurs et 1 00 000 d’après la police. Quand on voit ce spectacle, on comprend pourquoi le football a autant de succès. J’ai pensé à ce que m’a dit Fernand Ledoux. Lors d’un spectacle auquel il participait, l’un de ses partenaires s’est approché au bord du proscenium pour dire au public mécontent: “Vous savez, ce que nous jouons n’est pas de nous…”

(1) Evénement ! Libé dézingue la pièce: https://next.liberation.fr/culture/2019/07/05/architecture-avignon-en-etat-d-emphase_1738241

JOÃO GILBERTO (1931-2019) est mort à Rio

07.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !, HENDRIXEMENT

L’immense artiste brésilien Joao Gilberto, l’icône planétaire de la bossa nova de The girl from Ipanema, est mort à 88 ans, samedi 6 juillet 2019 a déclaré son fils Joao Marcelo.
Parmi ses créations historiques: Desafinado, Garota de Ipanema, Chega de saudade, Rosa Morena, Corcovado, Aquarela do Brasil, .
Le monde vient de perdre un homme-oiseau de la plus belle espèce.

Mon Poulidor, Jean-Claude Lamy. (Albin Michel)

06.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, ANQUETILLEMENT

Poulidor appartient à la grande imagerie populaire de la France.

Dans un récent Festival de livres fait pour que les lecteurs rencontrent les écrivains, Jean-Claude Lamy a vite remarqué la présence de Raymond Poulidor. Ces kermesses littéraires convoquent autant les présentateurs sangsues de la télé que la dernière bimbo à la mode. La littérature y est secondaire. On vend des produits commerciaux, pas des écrivains. C’est la chasse à l’autographe, au selfie qui prouve la fausse amitié. L’apologie de l’idiot-visuel. Si on voit le bon côté des choses, on peut dire que cela permet de vendre des livres, donc c’est bien car cela permet de pouvoir encore lire, sous le manteau, Bove, Calet et Perros. Comme il n’y a pas de Beckett à l’horizon, Jean-Claude Lamy est ému par la présence de Poulidor, une icône des années 1960-1970, cela lui a permis d’entamer sa recherche du temps perdu.
Poulidor lui sert de Boule de cristal. A l’intérieur, il revoit ses parents, sa famille, et surtout son enfance. Il plaque ses souvenirs d’adolescent sur toutes les étapes de la carrière de «Poupou» qui est tout sauf un perdant. Le livre de Jean-Claude Lamy appartient à la lignée des livres qui mélangent le voyage et l’érudition littéraire, dans la lignée de Valery Larbaud, Louis Nucéra et Michel Bernard. Ici la culture n’est pas un gadget comme les interventions de Jean-Paul Ollivier jadis à la télévision qui faisait office de guide touristique comme on place des écouteurs aux oreilles ignorantes qui visitent le Louvre. Jamais pédant, toujours ludique, Jean-Claude Lamy restitue son savoir, ses connaissances. L’édition est si parfaite qu’elle n’a pas besoin de photos inutiles, à part la couverture. En revanche, on trouve en fin de volume un précieux index des noms cités. Jean-Claude n’est pas peu fier d’avoir un lien avec Antoine Blondin qui a évité le jeu de mots sur Lamy… Au obsèques de Blondin, L’ami… avait précisé : «Même l’église était bourrée». Le livre de JCL est un très bel exercice d’admiration cioranesque.

-Mon Poulidor, Jean-Claude Lamy. Albin Michel, 204 p., 18 €

Le dézingage de Raymond Barre par Thierry Le Luron

05.07.19 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, GRAND MONSIEUR

Le Luron, Desproges et Coluche. Les insoumis ont eu une courte vie.

Ami, entends-tu le silence assourdissant de VGE ?
Il fait mal aux oreilles tant il fait du bruit.
Plutôt que d’invectiver un absent, ex locataire de Matignon, je préfère évoquer un grand Monsieur disparu dans l’indifférence général.
J’ai connu André Cane. Un maçon qui a construit lui-même sa maison au Cap-Ferrat, à la sueur de son front.
André Cane, quand il ne faisait pas son métier d’entrepreneur, écrivait sur les Alpes-Maritimes, sur Villefranche-sur-Mer, sur Beaulieu. Des livres historiques. Des ouvrages de références.
Il passait son temps dans les archives départementales, au musée Masséna.
Un homme exceptionnel. Il parlait le provençal, le niçois, le monégasque, le ligure, l’italien.
Il avait des mains de bâtisseur.
Un profil d’empereur romain.
Il dégageait une force incroyable. Une présence à la Gabin, à la Vanel.
Il méritait cent fois de vivre au Cap-Ferrat.
Je suis fier d’avoir été son ami.
Si j’avais vu l’ancien “meilleur économiste de France” je ne lui aurais même pas demander l’heure.
André Cane a servi le genre humain de la plus belle des façons.
Je suis on ne peut plus satisfait de n’avoir jamais apprécié celui qui rejoint le rangs des imposteurs de la République Française. De gauche et de droite. Le liste est longue, et hélas! pas close.
L’argent n’a pas d’odeur, dit-on.
Faux ! L’argent gagné par André Cane avait l’odeur de l’honnêteté.

[Post dédié à Louis Nucéra qui m’a fait connaître André Cane]

La vie secrète des mots et des choses, Alain Roussel (Maurice Nadeau)

04.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

C’est l’époque des annonces pour les livres de la rentrée de septembre 2019. Parmi eux se glisse un livre à paraître en juin 2019. Pas facile d’être en librairie juste au moment où sont mis en place des bouquins pour la plage qui devraient être vendus avec de l’huile solaire bien grasse pour souligner l’absence de finesse qu’ils contiennent. Plus c’est vulgaire, plus cela se vend. Plus c’est nul, plus cela a du succès. Les torchons qui se vendent le plus concernent la santé ou le bien-être spirituel - quelle fumisterie !- car les gens ont très peur de crever. Un moine fils de… couche dans les officines du PAF pour vendre sa salade. Ainsi de suite. Le fils Jardin écrit comme la fille de Gainsbarre chante, c’est dire le niveau. Et que dire des broutilles signées par les deux anciens présidents de la si mal menée RF qui s’arrachent en librairie… Pourquoi les gens lisent-ils des âneries au lieu de se régaler avec des livres comme celui d’Alain Roussel ? C’est simple: moins on lit plus on est stupide. Il ne faut pas lire les produits en vogue qui sont signés par les gens de pouvoir (politique ou PAF): il faut lire Chamfort, Cioran, Perros, Calet, Joubert, Voltaire, Montaigne, Woolf, Péguy…
Chez Alain Roussel, tout est aérien, en apesanteur. Son livre est la catharsis du système éditorial estival. L’écrivain nous fait part de sa vision du langage, de la poésie logée au fond des mots que l’on utilise sans percevoir la force qu’ils ont. Cela revient à dire que pour faire du vert, il faut du bleu et du jaune. Sa façon d’ausculter les mots, de les décortiquer, de parler de leurs racines et de leur simple aspect consiste aussi, mine de rien, à nous rappeler que face aux gens nous devons agir de la même façon : regarder leurs yeux, leurs mains, leur manière de parler, de bouger. Bref, le contraire du selfie ! Ceux qui font des selfies renvoient à Hitler qui s’est fait prendre en photo devant le Tour Eiffel, comme si Paris était à lui. On a vu le résultat.
Les mots forment un pays qui s’appelle le langage. Nous sommes Français mais cela ne suffit pas. Pour bien comprendre notre identité, le mieux est de savoir ce que notre langue maternelle contient. Dès que j’ai commencé à lire La vie secrète des mots, j’ai pensé à Francis Ponge. J’ai donc été plus que content de lire en fin de livre toute une séquence consacrée à la “poignée de porte” parce que Francis Ponge a écrit qu’il plaignait les «grands de ce monde» qui n’avaient plus l’immense plaisir de tourner les poignées qu’un larbin tourne pour eux. J’ai rapproché Alain Roussel et Francis Ponge en raison de leur attitude face aux mots. Ponge s’est dispensé de nous raser avec des romans. A quoi bon une goutte d’eau dans l’océan ? Il s’est contenté de vous d’écrire un savon ou une huitre. De la littérature à l’état pur. Du rarissime. Du jamais lu. Une sorte de La Fontaine de ce qu’on ne regarde pas ou plus.
Alain Roussel passe en revue les mots phares du vocabulaire pour voir leur éclat, leurs limites s’ils en ont. Il met en lumière leur beauté, parle d’eux comme s’il s’agissait de personnes, de notes de musique ou de couleurs. Mot ? «De sexe masculin. Célibataire ». De mot à mort, il n’y a qu’un pas. Mort est aussi dans l’album Panini de la langue française vue et lue par le lexicographe excellentissime.
Nous sommes en compagnie d’un passionné qui classe les mots dans une sorte de filiation avec Georges Perec. Bien entendu, nous nous confrontons aussi à un inventaire à la Prévert. L’obsession de capter l’essentiel fait songer également à Jean Eustache qui frappé par l’à quoi-bon a fini par regarder des VHS des plus grands films au lieu de se lancer dans un nouveau tournage. Avec tout ce qu’il sait, Alain Roussel pourrait écrire un roman de haut parage. Il a choisi de faire des gros plans sur les mots. Il est dans l’attitude du cuisinier qui ne fait plus de plats, préférant expliquer aux convives la qualité de chaque légume et fruit.
Alain Roussel est un chef d’orchestre qui s’entretient avec chacun de ses musiciens devant le public pour que les gens retrouvent l’essentiel de leur personnalité et aussi les rouages qui composent leur moyen d’expression. Son livre est l’un des livres majeurs de 2019. Il aurait pu être écrit en 1350 comme en 4025. Hors du temps. Brûlant d’actualité permanente. Le livre de sa vie. La vie secrète des mots et des choses est un honneur pour l’édition. Maurice Nadeau, l’un des plus grands éditeurs du XXe siècle, serait fier de voir son nom associé à cet essai qui est un vrai coup de maître. Il y avait Les Mots, le meilleur livre de Jean-Sol Partre. Maintenant, il y a les mots d’Alain Roussel. Si vous ne devez lire qu’un livre cette année, lisez celui-là. Il contient tous les autres.

-La vie secrète des mots et des choses, Alain Roussel. Maurice Nadeau, 200 p., 19 €

Adrien Rabiot, passe de Neymar/PSG à Ronaldo/ Juventus Turin. Gros tacle au PSG !

02.07.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

A la Juve, Rabiot repart de zéro. Il va devoir prouver. A chaque match. Il a le niveau pour s’imposer. Quand il fait un grand match, il est au four et au moulin. Rare de voir ça.

Le PSG a été incapable de faire resigner un contrat à l’un des plus brillants jeunes français actuels.
Résultat: Rabiot a signé à la Juventus sans payer un euro au PSG. Quelle gestion catastrophique autour d’un enfant du club.
Pendant ce temps, Rabiot empoche 10 M€ de prime à la signature.
Son salaire annuel pendant 5 ans: 7 M€, hors sponsoring.
La Juve fait une belle acquisition. Les mauvaises langues disent qu’il va être la doublure de Matuidi. Ce qu’il était à l’origine au PSG, vu son jeune âge.
A 24 ans, Rabiot a tout pour réussir dans le calcio.
Bonne technique, gros volume physique. Bon récupérateur. Bon relanceur.
Tout va se jouer dans la tête. S’il se regarde trop jouer, il échouera.
Il a en plus, une très grande élégance balle au pied.
Il va devoir se consacrer 100 % au football. Condition sine qua non pour réussir.
A Paris, il a gâché un an. Il est temps de rejouer au football.
La Juve ce n’est pas le PSG. Chaque match de la Juve est comme une finale.
Le Juve doit toujours gagner.
Adrien va voir la différence entre la désinvolture (Neymar) et l’hyper professionnalisme(Cristiano Ronaldo).
CR7 n’est pas du genre à marquer 4 buts contre Trifouillis-les-Oies avant de disparaître des radars.
Leonardo commence mal son arrivée au PSG qui perd un joueur qui aurait faire rester à vie au PSG.
Rabiot quitte le bercail français pour s’émanciper.
Sa mère, son agent, est toujours dans l’ombre.
Il y a un livre à faire là-dessus: Nadal et son oncle, Neymar et son père, Rabiot et sa mère. Jadis on avait Platini et son père, Noah et son père, sauf qu’ils n’intervenaient pas autant.

Les bons d’entrée : (von Meysenbug, Arnould de Liedekerk, Pierre Louÿs, Jean Sénac, Georges Le Fèvre, Chéreau, Paul Virilio, Patrick Corillon, Sempé, Pierre Billon). Les bons de sorties : (Hollande, Sarkozy, A. Jardin, Hermant, Kieffer, Ch. André)

01.07.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS

A la manière de René Magritte.

Les bons d’entrée :

-Vitesse, Paul Virilio. Entretiens Stéphane Paoli. Insep/ Le Pommier/ Carnets Nord, 104 p., 8, 50 €. Réflexions sur la vitesse dans le sport. Cela vole haut.

-Le voyage en Belgique, Patrick Corillon. Bouquins, 1060 p., 31 €. Ici les guides s’appellent Hugo, Nerval, Dumas, Balzac, Verlaine… Le plat pays élève l’esprit.

-Mémoires d’une idéaliste, Malwida von Meysenbug. Edition présentée par Sandrine Fillipetti. Mercure de France, 695 p., 15 € 20. La vie trépidante d’une pionnière de l’émancipation des femmes qui a vécu presque centenaire (1806-1903). # Déesse.

-Talon rouge, Arnould de Liedekerke. La petite vermillon, 352 p., 8, 90 €. La vie haletante de Barbey d’Aurevilly, dandy réfractaire de la plus belle espèce.

-Une volupté nouvelle, et autres contes, Pierre Louÿs. L’Arbre vengeur, 120 p., 7 ,50 €. Curiosité qui annonce Peace and Love.

-Œuvres poétiques, Jean Sénac. Préface de René de Ceccaty. Postface de Hamid Nacer-Khodja. Actes Sud, 840 p., 29 €. Les vers tranchants d’un pied-noir oublié - ami pasolinien d’Albert Camus- qui fut assassiné fin août 1970 dans une cave à Alger.

-La croisière jaune, Georges Le Fèvre. Libretto/Phébus, 443 p., 11 €. La traversée de l’Asie sponsorisée par Citroën. Une expédition laboratoire qui servait aussi de publicité.

-Journal de travail, Patrice Chéreau. Edition de Julien Centrès. Préface de François Regnault. Actes Sud, 335 p., 25 €. Pour retrouver le dernier grand de la scène. Le souvenir de ses spectacles est plus fort que toutes les âneries présentes.

-Raoul Taburin, Sempé. Denoël, 108 p., 28 €. La poésie mélancolique d’un marchand de vélos qui ne sait pas en faire.

-Johnny, quelque part un aigle, Pierre Billon. Harper Collins poche, 160 p., 7,20 €. Le fils de Patachou rend hommage à son ami disparu. Aux fans, il offre un cahier de photos privées inédites.

Les bons de sorties :

-Les leçons du pouvoir, François Hollande. Le livre de poche, 504 p., 8,40 €. Radotage de l’ex passager du scooter.

-Passions, Nicolas Sarkozy. L’Observatoire, 368 p., 19 € 50. La littérature n’est pas une occupation pour oisifs.

-Le roman vrai, Alexandre Jardin. L’Observatoire, 320 p., 20 €. Le talent est-il héréditaire ? Vous avez 4 heures…

Mbappé, le phénomène, Arnaud Hermant. L’Archipel, 192 p., 15 €. Un bouquin pour bénéficier des retombées médiatiques du joueur surmédiatisé

-Une déflagration d’amour, Tina Kieffer. Robert Laffont, 264 p., 20 €. Gino Bartali a dit : «Le bien, tu le fais mais surtout tu ne le racontes pas».

-Le temps de méditer, Christophe André. L’Iconoclaste/ France inter. 19 € 90. Un CD en prime pour ceux qui sont penchés sur leur nombril.

Leclerc, poussé par les médias, perd devant Verstappen qui a beaucoup plus faim

01.07.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON, CRUYFFEMENT

La fin de course a été fantastique. La nouvelle génération fait vibrer comme aux grandes heures des années 1970.

Dimanche 30 juin 2019
Grand Prix de F1 d’Autriche
1er Verstappen, Red Bull Honda
2 Leclerc, Ferrari
3 Bottas, Mercedes
4 Vettel, Ferrari
5 HAMILTON, Mercedes

Classement du meilleur pilote de F1
1er HAMILTON 197 PTS
2 Bottas 166
3 Verstappen 126
4 Vettel 123
5 Leclerc 105

Classement des constructeurs
1 Mercedes 363 pts
2 Ferrari 228

La F1 est en pleine résurrection grâce à Hamilton et aux jeunes qui arrivent à se faire une place au soleil.
Hamilton domine tellement avec Mercedes qu’il a fallu le sanctionner sur tapis vert. 2e meilleur temps des essais il a été obligé de reculer sur la ligne de départ pour une histoire de gêne envers autrui. Pfffff….
Hamilton a néanmoins pris des points: 10 c’est mieux que rien.
Hamilton a tant de talent que Nico Rosberg a quitté la compétition après son titre de champion du monde 2017, tant il était rincé.
Lors du GP, Max Verstappen a donné une leçon de conduite à Charles Leclerc, le chouchou des médias. Le Monégasque a mené toute la course avant de craquer à la fin, comme d’habitude.
Ferrari s’est trompé: il fallait engager Verstappen. Le Hollandais est de la trempe des très grands.
Leclerc en plein apprentissage dégage de la peur, au volant.
Verstappen a plus faim.
Le Néerlandais, 21 ans, est le prochain crack de la F1 dès que Lewis Hamilton, 34 ans, se retirera.

L'OGCNice version Premier League !

30.06.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Nice 3-0 Barcelone. En 1973. J’avais 20 ans, j’étais dans les tribunes du Stade du Ray qui fut ma véritable université.

L’OGCNice change de propriétaire.
Grande nouvelle. Les anciens - les actuels- vont faire une grosse plus value.
Bienvenue à M. Jim Ratcliffe !
JR à Nice !
On assiste aussi au retour du duo Rivère-Fournier, les deux instigateurs de tout ça.
Nice a souvent changé de mains, espérons que cette fois est la bonne.
Attention, Nice va devoir bien travailler, comme c’est le cas depuis le retour en L1 sous Gernot Rohr.
Il faut remercier: René Marsiglia, F. Antonetti, Roger Ricort, C. Puel, L. Favre, tous les dirigeants successifs.
Nice ne doit pas tomber dans le business aveuglé comme le Qatar SG.
M. Jim Ratcliffe me fait penser à Paul Smith, même classe.
Je rappelle le palmarès du GYM, ci-dessous.
En France, on célèbre toujours Lyon, Monaco, St Etienne, Marseille, Bordeaux, il serait temps de revoir Nice en haut de l’affiche.
Ce temps semble arriver. Espérons.

Palmarès de l’OGCNICE

4 titres de Champion de France
1951 - 1952 - 1956 - 1959
3 fois vice-Champion de France
1968 / 1973 / 1976

3 Coupes de France
1952 - 1954 - 1997
1 fois finaliste 1978

2 fois 1/4 de finaliste Coupe des Clubs Champions
1957 - 1960

4 titres de champion de Division 2
1948 - 1965 - 1970 - 1994

Coupe Gambardella 2012

Leclerc en pole position en Autriche. Hamilton rélégue 3e... Merci le tapis vert !

29.06.19 | par morlino | Catégories: BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Sans l’intervention des commissaires, on aurait dû voir, en pool position: 1er Leclerc/ Ferrari, 2e Hamilton/ Mercedes. On nous prive d’une superbe première ligne. Relégué à la 3e position, King Hamilton part avec un grand handicap mais il est capable de gagner le Grand Prix même si on vient de lui mettre des bâtons dans les roues.

Samedi 29 juin 2019
Séance essai pour grille de départ pour le Grand Prix d’Autriche 2019

Leclerc/ Ferrari sera en pole position grâce au tapis vert, avec Verstappen (Red Bull).
Finalement, à force de vouloir que Charles Leclerc gagne enfin un Grand Prix, tout arrive: les commissaires ont reconnu que Lewis Hamilton, pourtant prévenu de l’arrivée de voitures plus rapides pendant son tour de sortie, a nui au pilotage de Räikkönen (qui partira en 3e position).
Hamilton devra s’élancer en 3e place.
Grotesque manipulation car il s’est écarté pour éviter l’accident en fait.
La deuxième ligne sera partagée entre Valtteri Bottas (Mercedes) et Lando Norris (McLaren).
Hamilton domine tellement qu’il dégoûte tout le monde.
Depuis le 17 mars 2019, Hamilton a gagné six Grand Prix sur 8 !
Mercedes archi domine Ferrari !
Ce Grand Prix est loin d’être joué.
Le match annoncé ? La fougue d’un débutant contre le métier d’un champion.
Hamilton reste favori.

Classement Pilotes F1
1 Hamilton 187 points
………..
5 Leclerc 87 points

Classement constructeurs
1 Mercedes 338 pts
2 Ferrari 198 pts

France 1-2 Etats-Unis. Les Françaises n'avaient pas Thuram ni Zidane

29.06.19 | par morlino | Catégories: GRANDE DAME

Samedi 28 juillet 2019
1/4 de finale Coupe du Monde
France 1-2 Etats-Unis
But pour la France: Renard (81e)
Buts pour les USA: Rapinoe (5e, 65e)

Les Françaises ont gagné le respect du public mais ont raté leur rendez-vous avec l’Histoire.
Elles n’avaient pas l’équivalent de Kopa, Platini, Zidane ou Thuram.
On vous a vendu des cadors mais elles sont toutes de valeurs égales.
La meilleure buteuse c’est l’arrière Renard.
En 1998, Thuram a fait un double exploit
Chez les Bleues, personne n’a joué un cran au-dessus des autres.
Dans leur temps forts, elles n’ont marqué qu’un but.
Diani, leur Mbappé, était fatiguée.
Elles n’ont pas été ridicules, loin de là.
Aucune jeune femme n’a pu sonner la révolte par un exploit.
Il leur manquait la “folie".
Un mot sur l’arbitrage: il y avait un penalty pour la France, non sifflé.
La vidéo ne sert à rien. Elle est à la tête du client. C’est une honte, un scandale.
La main de Maradona passerait encore même avec la vidéo !
Autre question: pourquoi les Etats-Unis étaient dans le même tableau que la France ?
Platini a dit qu’en 1998, il avait fait en sorte que la France ne rencontre pas le Brésil avant la finale. Bingo !
Il fallait faire la même chose en 2019.

Laurel et Hardy, la véritable histoire, Roland Lacourbe (L'Archipel)

28.06.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Ce qui est merveilleux avec eux, c’est que l’on voit deux amis sur l’écran. Chaplin, Keaton et Tati n’ont jamais réussi cette amitié qui crève l’écran.

Grand amateur du duo comique, Philippe Soupault pensait que Laurel et Hardy n’avaient absolument pas les faveurs de la critique cinématographique parce qu’ils se sont contentés de faire rire sans connotation intellectuelle. A première vue, bien sûr car l’on peut décoder leurs gags, leur comique de situations, de gestes. Leurs textes. D’aucuns vont jusqu’à dire qu’ils étaient misogynes avec tendance homosexuelle. Ceux qui profèrent ça dise la même chose de Tintin et Haddock voire Tintin et Milou !
Les critiques du haut de leurs tribunes préfèrent blablater sur le génie de Chaplin ou de Keaton.
Laurel et Hardy, eux aussi, avaient du génie.
Dans leurs films, Hardy semble mener la manœuvre.
En coulisses, c’était le contraire. Laurel était la tête pensante.
Laurel expliqua le mécanique de leur comique:
1/ Annoncer le gag à venir
2/ Le réaliser
3/ L’expliquer
Dans un de leur nombreux films, on les voit dans un restaurant en train de boire, de boire encore du whisky. Ils sont totalement ivres. Puis tout à coup, ils réalisent que dans les bouteilles il y avait en fait du thé. Il a fallu qu’ils voient le trafic pour désaouler. Génial. Le génie comique est là.
Leur couple était parfait: Stan Laurel, l’Anglais. Oliver Hardy, l’Américain.
Le rictus de pleurnichard de Laurel. Sa tête d’ahuri permanent. Sa façon de se gratter le haut du crane.
La bonhommie de Hardy. Sa manière de bouger sa tête en faisant: “Hum!". Le coucou avec sa cravate.
Les films de Laurel et Hardy sont un enchantement permanent. Emouvant de savoir que ces deux comédiens ont passé leur temps à faire les zouaves.
Ils ont ouvert la voix à Jerry Lewis et tant d’autres.
Leurs voix sont aussi magnifiques. En VF aussi, très bonnes doublures vocales françaises.
Le livre de Roland Lacourbe fait autorité pour restituer leur univers, leur complicité, leur travail.
Ils sont allés jusqu’à tourner un film où du début à la fin, les protagonistes - ils forment une foule- passent leur temps à se balancer à la figure des tartes à la crème.
N’est-ce pas la métaphore du genre humain et sa critique.
Remplacez les tartes par le fusil et vous avez l’Histoire de l’humanité.

-Laurel et Hardy, la véritable histoire. Préface de Jean Tulard. Roland Lacourbe. L’Archipel, 280 p., 20 €

"Et les Beatles montèrent au ciel", Valentine del Moral (Le mot et le reste)

26.06.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT

Le livre de Valentine del Moral célèbre le dernier concert des Beatles.
Ils ont choisi l’adresse mythique de leur maison de productions (Apple), à Londres.
Choisir n’est pas le bon verbe. Disons que ce concert s’est imposé par la force des choses, de l’Histoire et de leur histoire.
Etre sur le toit, telle une antenne qui envoie et reçoit toutes les ondes d’une génération.
Comme ils ne faisaient rien comme les autres, ils ont joué et chanté sur le toit de l’immeuble d’Apple. Ce nom devenu, si connu depuis, a été utilisé par eux en premier.
Tout le livre s’articule sur la phrase de John Lennon qui avait dit que les Beatles étaient désormais plus “populaires” que Jésus.
C’était vrai.
Sa déclaration a déclenché un scandale mondial. Bien avant le net, c’est dire la force de leur parole, de leurs paroles.
Valentine del Moral nous fait revivre la mythique journée du concert du 30 janvier 1969, dans une grande fable religieuse. Livre maitrisé de bout en bout. Une merveille. Mieux qu’un témoin oculaire. Tout est d’une grande finesse, avec une grande pertinence dans l’analyse des faits. Sans jamais forcer le trait. Pas un gramme de pédantisme ou de baratin de spécialiste barbant. Tout coule de source, comme la musique des Beatles.
En 2015, elle nous avait déjà donné un magnifique Chez Zola, publié par Bernard de Fallois. Cela ne m’étonne pas, mon ami qui publia mon premier livre (Berl/ Morlino) est l’un des plus grands éditeurs du XXe siècle. Son livre sur les Beatles est un Moral au beau fixe.
Sur le toit d’Apple, les rares privilégiés qui assistent au concert sont comme des chrétiens qui voient quatre … Jésus de près ! En bas dans la rue, la foule qui se forme peu à peu croit entendre des voix. Ils sont croyants, pratiquants mais ils ne voient rien, comme tous les croyants qui croient sans rien voir.
Ringo est le Saint-Esprit. Bien vu ! Bien dit ! Ringo sous son allure de dilettante était mine de rien la référence du groupe. Le bon vivant. Celui dont on a dit qu’il vivait aux crochets des trois autres. Faux ! Il est encore parmi nous, heureusement. Gardien de la mémoire. Bon vivant, oui, et comme il a raison. Il n’est pas moins Beatles que les autres. L’âme du groupe. Ringo = Beatles. Les autres on peut les associer à d’autres éléments biographiques, pas lui. John & Yoko. Paul & les Wings. George & l’Hindouisme. Ringo & les Beatles, rien que les Beatles.
George est le fils. Terrible de savoir qu’il est mort, si jeune. Il fallait lui interdire de mourir. Lui, le sage, le bouddha vivant, le bonze qui ne s’immole pas, était aussi talentueux que John et Paul. Le fils, en effet. Là le talent était héréditaire.
Paul et John, sont les pères. Deux pères. Bien vu ! Hélas! un sauvage a tué John. Quelle honte ! Tuer un pacifiste. Sa mort je l’ai toujours en travers le gosier comme celle de Sharon Tate et de ses amis.
Ringo est un artiste.
George a du talent.
Paul et John, du génie.
Il y avait aussi Brian Epstein (1934-1967), leur manager. Un génie aussi. Quand il est mort ce fut aussi la fin programmée des Beatles qui n’ont été ensemble qu’une décennie, grosso modo.
Dans la musique du XXe siècle, il y a les Beatles, et les autres, tous les autres.
Mettre un groupe avant eux c’est mettre Neymar avant Pelé.
Les Beatles étaient des artistes, des paroliers, des musiciens, des hommes, des poètes, de véritables personnalités et non pas des produits formatés pour le PAF.
Ils avaient quelque chose à dire, à écrire, à jouer, à chanter.
Pas un message, mais une façon de vivre, d’aimer, de regarder les autres. Un humour. Une intelligence.
Ils sont du niveau de Mozart.
Dans 100 siècles, ils seront encore là.
Je porte le deuil éternel de John et George.
Je me souviens de tout comme si c’était hier.
Le jour de la séparation des Beatles, j’ai éclaté en sanglots.
Ma grand-mère paternelle m’a demandé: “Qu’as-tu ?”
J’ai répondu: “Les Beatles divorcent comme mes parents…”
Je ne voulais pas qu’ils se séparent.
Les Beatles représentaient un ancrage.
J’étais si heureux quand ils sortaient un nouvel album. Des 45 tours si simples, si beaux, y compris les pochettes. Avoir été leur contemporain quand ils étaient en activité est un bonheur. J’avais conscience de ce bonheur de les voir à l’œuvre, même sans les voir en concert. Je me disais: comment font-ils à toujours mettre dans le mille ? Ils ne m’ont jamais déçu. Ils alignaient chef d’œuvre sur chef d’œuvre. Sur leur 33 tours, tous les titres sont grandioses.
John, George, Otis Redding, Miles Davis, Hendrix, Barry White, tous au boulevard des allongés. Bowie aussi. Une hécatombe.
Pour compléter le livre de Valentine del Moral, procurez-vous Les enregistrements des Beatles. Tous les titres des Beatles y sont décortiqués.
Après les Dadaïstes, les Beatles ont été la plus grande aventure artistique, en marge du jazz.
Les Beatles ont donné la cadence à la deuxième partie du XXe siècle. Ils ont su enrichir le Rock et la Pop Music pour tout réinventer.
Valentine del Moral a bien compris l’importance de cet ultime concert qui est l’équivalent d’une conférence d’Artaud. Comme disait Apollinaire: “Souvenons-nous d’eux !”
Les voix de Paul et John sont immédiatement détectables. Des frères, des pères.
John Lennon est un Saint. Il est mort en martyr de l’idiot-visuel. Ceux qui passent à l’acte et tuent sont en fait détruits par la notoriété des autres. Prisonnier d’un bazar neuropsychiatrique.
John Lennon devrait être canonisé. Il est mort comme on a crucifié Jésus.

-Et les Beatles montèrent au ciel. Le concert du rooftop, Valentine del Moral. Le mot et le reste, 151 p., 15 €

Et aussi: Revolution in the head. Les enregistrements des Beatles et les sixties. Ian MacDonald. Traduction d’Aymeric Leroy. Le mot et le reste, 640 p., 24; 90 €. [Je reviendrai sur ce livre]

Une grande solidarité française et un superbe but d'Henry élimine le Brésil

24.06.19 | par morlino | Catégories: GRANDE DAME, GOOOOL DO BRASIL !

Ici et là, les Françaises se font démontées en raison de la pauvreté de leur attaque. Ces critiques sont injustifiées. Le football ce n’est pas le basket. Il faut attaquer 100 fois pour marquer un but ! Le football est trop plein de Footix.

Dimanche 23 juin 2019
8e finale de Coupe du Monde
France 2-1 Brésil
Buts pour la France: Gauvin (52e), Henry (107e)
But pour le Brésil: Thaisa (64e)

Elles l’ont fait !
Les coriaces brésiliennes sont condamnées à rentrer au Brésil.
La France est vraiment la bête noire du Brésil.
Les Françaises ont joué avec cœur.
Toutes les joueuses de Corinne Diacre ne s’avouent jamais battues.
Elles ne renoncent pas. Elles sont très bien préparées.
Le but décisif des Françaises a été marqué de manière sublime par Amandine Henry. Bien placée, elle a pris le ballon de la meilleure façon possible. Un but de très grande attaquante. Cette jeune femme est lumineuse. Les Griezmann et cie ont du souci à se faire au niveau des contrats publicitaires. Le talent et le charisme de la buteuse française crève l’écran.
L’ouverture du score par V. Gauvin fut aussi très bien réalisée.
Autres satisfactions: Majri, MBock en défense avec la gardienne Bouhaddi.
La tour de contrôlé, W. Renard a rayonné, une fois à la limite du carton rouge.
Les raides offensifs de Diani ont été fabuleux.
Les Françaises ont donc assuré le spectacle.
Elles ont démontré qu’elles géraient bien la situation et qu’elles méritaient amplement qu’on les mette en évidence dans le pays.
A noter, la présence de C. Diacre. La sélectionneuse est l’anti-frime par excellence.
Tout le groupe France est à féliciter.
Il va falloir bien récupérer avant le 1/4 de finale, vendredi 28 juin contre l’Espagne ou les Etats-Unis.
Ce France-Brésil qui ressemblait en finale n’était qu’un 8e.
Tous les matchs qui restent sont d’autres finales avant la vraie et l’unique.

On va savoir si la France est une équipe ou s'il s'agit d'un produit marketing

23.06.19 | par morlino | Catégories: GOOOOL DO BRASIL !

Dimanche 23 juin 2019, au Havre
8e Coupe du Monde
France-Brésil

Depuis le début de la Coupe du Monde, rien de bien captivant.
Comme toujours la compétition démarre à partir des 8e.
On va vite être fixé.
Les Françaises forment-elles une vrai équipe ou s’agit-il d’un groupe mis en avant par les gros bonnets de la com. ?
Réponse ce soir.
Pour ma part, je préfère la Brésilienne Martha que Neymar.
La France va devoir trouver des arguments offensifs.
Christiane, fer de lance du Brésil, a marqué 93 buts en 141 matchs.

Hommage à Chet Baker: La folle vie de Lili, Liliane Rovère (Robert Laffont)

22.06.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, HENDRIXEMENT

Sur la couverture, Liliane Rovère sourit un petit peu alors que je l’ai vue sans un seul sourire à la télé dans une émission de service après-vente où l’animateur se prend pour une star alors que les stars de la télé sont Chancel, Pivot, Santelli, Tchernia, Drot, Desgraupes, Dumayet, Darget, de Caunes père. Cela dit, elle est comme nous tous. En fait, il n’y a pas de quoi sourire ! Et je comprends qu’elle n’ait pas eu un grand sourire à la télé qui ne l’invite que parce qu’elle publie un livre. Vu son parcours, elle devrait être invitée plus souvent, si elle le désire. L’artiste a sacrément roulé sa bosse, et sa biographie telle qu’elle est proposée est bien plus justifiée que celle de Mbappé. Une bio à 20 ans ! Même Rimbaud n’aurait pas osé. C’est vraiment aller chercher le fric dans la poche des Footix. Le livre de Liliane Rovère ne parle pas que de Chek Baker, ce n’est pas que du pipole haut de gamme. Il s’agit d’un témoignage fort et non des broutilles d’une marionnette médiatique.
“Aime-moi Lili !” disait Maïakovski à Lili Brik son amour,la sœur d’Elsa Triolet, future muse de Louis Aragon. Le livre aurait pu s’appeler comme ça. La comédienne dit qu’elle est née en 1933 quand Hitler parvient au pouvoir. Pour une Juive ce n’est pas terrible, ou plus tôt c’est terrible quand on connait ce qu’a fait le dégénéré. Le livre est plus parlé qu’écrit. Cela donne un certain style. On passe d’un fait à un autre. On lit sans ennui, nous sommes en face d’une vraie personnalité. Du vécu. Cela se sent à chaque ligne. Quelqu’un de vivant. Pas une invention médiatique. Dans la très bonne série «Dix pour cent», elle crève l’écran. Rien que sa vie sous l’Occupation pourrait faire un livre, un film.
A 17 ans, elle est d’une grande beauté. Tous les jeunes ne sont pas beaux. Elle oui. Les années 1950 : la saison des amours que l’on croit définitifs, la découverte, la révélation du jazz à Paris. Le son nouveau lui ouvre le cœur et l’âme. Comme si elle avait été sourde auparavant. Elle est une figure inconnue de l’époque Boris Vian, Juliette Gréco… Ce livre nous apprend qu’elle était là au cœur de l’événement.
1954 aux Etats-Unis : «On était loin du Sida». Tout est dit. Pas besoin de dessin. Les desseins suffisent. Rencontre de Chet Baker. Gros flash partagé. «J’apprenais l’Amérique» écrit-elle. Belle formule, mieux que «J’apprends l’anglais».
Chet Baker, je l’ai vu au New Morning quelques temps avant sa mort. Il a joué assis, une canette de Coca sous la chaise. Avec un pianiste et une contrebasse si me souviens bien. Il a chanté de sa voix d’outre-tombe. Inoubliable. Une mélancolie insondable. Il était maigre mais toujours beau, comme un vieux cow-boy. La trompette de Baker et celle de Miles Davis sont des sœurs jumelles. Chet est un blanc-noir du jazz, comme les notes de musiques sur le clavier des pianos. Le livre est mené à 200 km/h mais il tient la route. A lire pour passer un bon moment avec une amie que l’on connaît sans connaitre. Elle a la courtoisie d’être dans son livre. Rare.

-La folle vie de Lili, Liliane Rovère. Robert Laffont, 306 p., 20 €.

Quel est le club assez mal géré pour acheter 300 M€ Neymar, et puis lui donner 37 M€ par an ?

19.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Neymar n’a pas 1 % du talent de Pelé. Au PSG, il est arrivé en pays conquis d’avance. Cela n’avait donc aucun intérêt pour lui. Tout le monde était à ses genoux. De surcroît le PSG l’a toujours maintenu dans son rôle de spot publicitaire. Si Neymar était le Dieu annoncé, il aurait dû remporter la C1. Il se passe le contraire: dès que la C1 devient pressante, il est aux abonnés absents. Neymar a perdu toute sa fraîcheur d’âme et comme son jeu est basé sur l’intuition, plus rien ne va.

Le corps de Neymar est à Paris. Sa tête n’y a jamais été.
Le 17 janvier 2018, lors du carton du PSG contre Dijon, il n’a pas laissé tirer le penalty à Cavani, son aîné qui pouvait battre alors le record de buts de Zlatan Ibrahimovic. A cet instant-là, tout le stade l’a pris en grippe.
Aux dernières nouvelles, le PSG ne veut plus de Neymar qui ne veut plus jouer en France.
Il est venu en L1 parce que le PSG lui donne 100 000 € par jour.
Tout ça pour faire des matchs exhibitions pour Footix.
Le reste du temps, il voyage, se blesse, voyage, se reblesse.
Il a signé pour 5 ans au PSG.
Deux saisons viennent de s’écouler.
Encore 3 ans à 100 000 € par jour.
Il faut vraiment que le Qatar jette l’argent par les fenêtres.
Ils ont attiré Neymar par l’argent et non par l’histoire du club.
Le clan Neymar pensait que le fiston allait gagner la C1 et devenir Ballon d’or.
Pour l’instant ce n’est même pas présence en L1. Pour le reste c’est Ballon dort.
Neymar est devenu un encombrant.
Le football est le grand gagnant. Le football ça ne s’achète pas, heureusement.
Si Neymar gagne autant d’argent c’est grâce à Pelé, Garrincha, Gerson, Tostao, Kopa, Cruyff, Rivelino, Platini, Socrates, Maradona, Ronaldinho, les deux Ronaldo, Messi.
L’image du PSG - parlons-en- avec Neymar c’est celle d’un joueur avec des béquilles devant un commissariat de police. Belle publicité !
Neymar au PSG c’est le plus grand flop sportif du XXIe siècle.
Un fiasco historique.
Imaginons que Neymar retourne au Barça, il s’y tiendra tranquille car le Barça est plus fort que Messi et Neymar.
La parenthèse du PSG a déjà fait gagner deux fois 37 M€ = 74 M€ rien qu’en salaires.
Pour l’image écornée. Rien de grave. Dans le PAF plus on parle de vous mieux c’est. Quel que soit la thématique.
De Barcelone à Bougival, le choc thermique était trop fort.
Les Footix ont une drôle d’allure avec le maillot floqué Neymar.
Pauvres enfants: Neymar a cassé leur rêve.

Le fiasco Neymar suite (et pas fin): départ du PSG ?

17.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

La décadence du Brésil: du docteur Socrates au joueur Copacabana pour Footix

Le sitcom brésilien continue. A présent c’est: Neymar va partir du PSG.
Le joueur des réseaux sociaux a encore 3 ans de contrat à 100 000 euros par jour.
Quel est le club assez mal géré pour s’aligner là-dessus ?
On annonce Man United… Dans le football anglais, Neymar serait blessé 11 mois sur 12, lui qui ne supporte pas les duels.
Il ne correspond pas du tout à l’esprit de MU. Il faut dire que MU n’est plus le MU des années Ferguson qui se faisait un honneur de ne jamais recruter des stars surcotées.
Le joueur était plus fort il y a dix ans qu’à présent.
Il est usé par la notoriété.
Joueur intuitif par excellence, il a perdu tout son football à force de se perdre dans le sponsoring et la communication.
Triste spectacle. Tous les clubs qui n’ont pas Neymar devraient de réjouir de ne pas avoir un joueur aussi encombrant.
La postérité sera très dure avec Neymar.
Garrincha avait 100 000 Neymar dans chaque jambe.

20 h Foot, CNews; 14 juin 2019: Coupe du Monde 2019, Leonardo, Neymar...

15.06.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

L'arrivée du virtuose Eden Hazard au Real Madrid

13.06.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Jeudi 13 juin 2019
L’arrivée d’Eden Hazard à la Maison Blanche

Enfin une bonne nouvelle !
L’arrivée de l’Internationale Belge en liga.
Au Real Madrid.
Il repart de zéro mais il a les épaules assez larges.
Signer c’est bien. S’imposer c’est mieux.
Zidane aime depuis longtemps le football de Hazard.
Souhaitons une belle est grande intégration à Hazard qui a de l’or dans ses pieds.
Avec le Belge, nous sommes loin de l’esbrouffe Neymar.
Hazard est le Kopa belge.
Le dernier grand recrutement du Real reste C. Ronaldo.

1919. L'année du centenaire de la naissance de Fausto Coppi

Fausto Coppi, né le 15 septembre 1919 à Castellania dans le Piémont, est mort le 2 janvier 1960 parce qu’il a été mal soigné pour une variante de la malaria non détectée par les médecins italiens qui n’ont pas voulu changer leur protocole alors que Raphaël Geminiani souffrant du même mal allait être sauvé.
La mort de Coppi fut une perte énorme pour le sport et sa famille.
Fausto Coppi ? Champion considérable traqué par la presse parce qu’i voulait divorcer.
Coppi avait un talent fou. Il se préparait comme personne, avec une diététique irréprochable plus des prises de “bomba” (amphétamines).
A l’époque aucun juge des rédacteurs le blâmaient.
Autre temps, autres mœurs.
Rien à voir avec l’apologie du dopage. Un âne n’a jamais fait un pur sang.
Faut pas confondre Coppi avec un délinquant de la route plein de coke, shit ou anti-dépresseur.
Ni même avec Tom Simpson. Coppi savait très bien ce qu’il faisait. Et puis, prendre un sucre, n’est-ce pas déjà se doper ?
En 1998, on a vu le Brésilien Ronaldo allait à l’hôpital juste avant la finale de la Coupe du Monde. On est allé jusqu’à dire qu’il avait trop joué à la vidéo !
Si le sport est devenu si important, c’est grâce à Coppi.
A Bartali, à Bobet, à Robic, à Kübler, à Koblet, Anquetil, à Darrigade…
A Cerdan, à Kopa, à Clay, à Jim Clarke, à Jazy, à Mimoun…
Il y en a ceux qui se servent du sport et d’autres qui servent le sport.

[Post dédié à Raphaël Geminiani et André Darrigade]

La nouvelle mode: ils gerbent puis ils ravalent. Le tout en public.

11.06.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Il y a une nouvelle mode.

Ils gerbent quatre conneries plus grosses qu’eux.

Le buzz survient.

On vient de le voir récemment sur deux cas bien précis.

Puis pour éviter le procès, ils se rétractent sur la même antenne.

Et ensuite, le flots de paroles reprend.

L’éthique, le courage, l’honneur, le respect du public, tout ça est parti dans le tourbillon de leur W-C.

Avec la Ligue des Nations 2019, C. Ronaldo atteint les 30 trophées

10.06.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

C. Ronaldo est le grand favori pour le Ballon d’or 2009 ! Il n’y a que Messi pour prétendre lui ravir la première place. Mbappé et Neymar ? Je parle football pas people.

Palmarès Cristiano Ronaldo 1934

*Sporting Portugal

SuperTaça Cândido de Oliveira 2002

*Manchester United
3 Premier League: 2007, 2008, 2009

FA Cup 2004

2 Coupes de la Ligue anglaise: 2006, 2009

2 Community Shield: 2007, 2008

Ligue des champions 2008

Coupe du monde des clubs 2008

*Real Madrid

2 Liga: 2012, 2017

2 Coupes du Roi: 2011, 2014

2 Supercoupes d’Espagne: 2012, 2017

4 Ligue des champions: 2014, 2016, 2017, 2018

3 Supercoupes de l’UEFA: 2014, 2016, 2017

3 Coupes du monde des clubs: 2014, 2016, 2017

*Juventus Turin

Serie A 2019

*Equipe du Portugal

Championnat d’Europe 2016

Ligue des Nations 2019

Et aussi en plus…

5 Ballons d’or: 2008, 2013, 2014, 2016 et 2017

La vraie star des Bleus c'est N'Golo Kanté

09.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR

Samedi 8 juin 2019
Qualifications Euro 2020
Turquie 2-O France
Buts pour les Turcs: Ayhan (30e), Under (40e)

L’équipe de France actuelle n’a que deux titulaires indiscutables: Hugo Lloris et N’Golo Kanté.
Les deux joueurs les moins médiatisés.
Contre la Turquie, le gardien Lloris a empêché un 4 ou 5-0.
Kanté ? Il ne jouait pas. Et on a vu différence avec ou sans lui.
Le prochain match des Français sera Andorre-France soit Trifouillis-les-Oies-Manchester United.
Contre la Turquie, Umtiti était titulaire alors qu’il est remplaçant à Barcelone.
A côté de lui se trouvait Varane qui a raté sa saison au Real Madrid. Varane est un joueur surcoté.
Les latéraux Pavard et Digne n’ont pas le niveau international.
Sissoko court dans le vide.
Pobga l’équivalent de Christine Angot face à Virginia Woolf.
Matuidi a besoin de vacances.
Griezmann a reconnu avoir été nul.
Mbappé … Il a joué ? “Génie” disent-ils.
Giroud égal à lui-même.

Palmarès de N’Golo Kanté, 28 ans:

Leicester City
Champion d’Angleterre 2016

Chelsea FC
Champion d’Angleterre 2017
Coupe d’Angleterre 2018
Ligue Europa en 2019

Équipe de France
Coupe du Monde en 2018

Le Brésil retire le N°10 à Neymar pour le donner à Willian

08.06.19 | par morlino | Catégories: BALLES NEUVES, GRANDE DAME, GOOOOL DO BRASIL !

Willian, le trentenaire de Chelsea remplace Neymar pour la Copa america.
Enfin ! une bonne nouvelle.
La Confédération brésilienne a retiré le n°10 à Neymar. Il salissait la légende de Pelé.
Pour un match ou pour toujours, on n’en sait rien. En tout ça, ils auraient pu donner un autre numéro à Willian. Lui donner le 10 c’est un signe hostile envers l’intermittent du spectacle.
L’ailier ou milieu de terrain est très bon, dynamise l’attaque.
Le Brésil a besoin qu’on revienne vite au football.
Neymar abime tout ce qu’il touche, depuis trop longtemps.
C’est un fiasco retentissant. Une invention des réseaux sociaux.
Le talent sportif ? Federer, Nadal, Messi, C.Ronaldo et Lewis Hamilton, pour citer les grands noms actuels. Tous d’authentiques champions.
Neymar n’est qu’une vedette, une starlette du PAF.

Willian, lui, est un très bon footballeur qui n’est pas surmédiatisé comme Mbappé ou Neymar.
Le football est désormais comme la politique, la littérature ou la chanson: on met en avant des produits. Le terrain passe en second.
Pogba, Griezmann, Varane ne sont pas des grands joueurs. Rien que des produits.
Les footballeuses françaises viennent de rafraîchir le football français: joie d’être ensemble, fraîcheur d’âme, simplicité, bonnes ondes, sérieuses et talentueuses.

Officiel: le Real Madrid annonce l'arrivée d'Eden Hazard

08.06.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Autant Neymar a une très mauvaise coordination de gestes et une incapacité chronique a stabiliser ses deux pieds au sol, autant Hazard a le centre de gravité très bas- comme Pelé, Kopa, Maradona, Messi, Scholes- ce qui permet une grande assise, un corps quasi collé au sol. C’est une machine à caviar et un finisseur aussi.

L’annonce officiel sur le site du Real Madrid:
https://www.realmadrid.com/

Les médias français ont essayé de nous vendre Neymar au Real Madrid. Grotesque !
Avec Neymar vous appâtez des Footix mais aucune C1.
L’idée n’a jamais effleuré le Real. Impossible de faire venir un éclopé dont le Barça s’est débarrassé fissa !
Neymar est un joueur YouTube. A Copacabana vous en avez dix au mètre carré des joueurs comme lui.
Neymar est un joueur de ballon, ce n’est pas un footballeur. Il déteste l’opposition. La piste de cirque lui conviendrait mieux.
En revanche, Eden Hazard a de la classe à revendre. Bien plus complet que Neymar.
Eden Hazard respire le football. Un mélange de Kopa et Messi.
Il est tout proche de devenir encore plus fort.
Le Real a besoin d’un architecte comme Hazard.
Il est bien logique que le stratège Zidane soit sensible au stratège Hazard.
Eden Hazard a souvent dit qu’il aimerait jouer au Real.
Il n’a jamais fait croire qu’il allait y signer dans les prochains jours comme l’a dit Antoine Griezmann à propos de Man United. Un jour, on annonce Griezmann à MU. Le jour suivant, à Barcelone. Et demain au FC Mars ou Jupiter.
Hâte de voir le virtuose en blanc dans la Maison Blanche.
On va se régaler. Ce n’est pas un enterrement comme Ozil à Arsenal, sous Wenger.
Signer dans un club ne suffit pas, il faut s’y imposer.
Hazard au Real. Bernardo Silva à Man City. Ces joueurs-là ont un cerveau, eux, et surtout ils ne sont pas la vache à lait de leurs parents. Suivez mon regard…

Mourinho et Wenger dignes de Laurel et Hardy

07.06.19 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, ANTI-FOOTBALL

1er juin 2019

Je n’en crois pas mes yeux.
Ils sont assis cote à cote !
J. Mourinho et A. Wenger, oui le Portugais qui traita le Français de “spécialiste des échecs".
L’étude du langage corporel de Wenger est fantastique: énervement, agacement, impatience, nervosité, irritation, bougette continuelle, que des mouvements de négation. Il fait semblant de noter… rien du tout ! Touche les feuilles comme un présentateur de JT en fin de journal. Il ne sait pas quoi faire de ses dix doigts. S’il le pouvait, il lui en collerait une !
Mais rien ne se passe, car tous les deux sont payés.
J. Mourinho cite même le nom de Wenger. En référence. Quel culot !
Quel cirque du PAF !
Ils n’ont pas figure, comme on dit à Nice.
Mourinho qui nous endort sur Pochettino, le perdant comme Wenger, à l’inverse de Klopp.
Les deux coachs millionnaires du football moderne font des piges de luxe.
Pendant les travaux - ils sont au chômage- la vente - de leur marque- continue.
Comptes en banque à bloc, ils en veulent encore !
Le football c’est Pelé, Garrincha, Kopa, Maradona, Cruyff, Platini, Messi, C. Ronaldo.
Le football ce n’est pas Wenger et Mourinho.

Mourinho et Wenger n’aiment la presse que sous l’angle de la com., de la promotion.
Il faut leur servir la soupe.
Ils tournent aussi des pubs, ce que ne fait pas Guardiola, qui le meilleur entraineur de leur génération.
Mourinho vient de détruite Man United.
Et Arsenal sans Wenger est allé en finale de l’Europa League.
Que feraient Wenger et Mourinho s’ils entraînaient Dijon ? Et Guardiola aussi ?
Je signale que Laurel et Hardy, eux, étaient de vrais comiques.

Le Fiasco Neymar (suite): cette fois blessé par le Qatar !

06.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Dans un match qui ne sert à rien, Neymar a été de nouveau blessé…
Cette fois par le Qatar !!!!!!
Oui, le Qatar, le pays propriétaire du PSG vient de blesser son joueur !
Fiasco sur toute la ligne.
Les deux grands joueurs actuels, hors Messi et Ronaldo, sont: le Belge Eden Hazard (Chelsea, bientôt au Real Madrid) et le Portugais Bernardo Silva (Man City).
Le football reste le terrain de l’enfance sacrée.
Rien à voir avec l’infantilisme.

King C. Ronaldo avec son triplé, améliore son rang de meilleur buteur européen des équipes nationales

06.06.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

1/2 Ligue des Nations
Portugal 3-1 Suisse
Buts pour le Portugal : Ronaldo ( 25e, 88e, 90e)
But pour la Suisse: Rodriguez (57e pen.)

Avec ses 86e, 87e et 88e buts lors de sa 157e sélection, Ronaldo améliore son rang de meilleur buteur de l’histoire des équipes nationales en Europe…

ler Ali Daei, Iran (109 buts en 149 matchs)
2e Ronaldo, Portugal (88 buts en 157 matchs)
3 Puskas, Hongrie (86 buts en 85 matchs)

Ronaldo revient dans la course pour le Ballon d’0r 2019.
Messi évincé de la C1 2019, comme lui, n’est plus prioritaire.
Mbappé ne “boxe” pas dans cette catégorie.
Neymar ? Je parle football, pas people !

Neymar, la saison 2019 de la starlette du PSG

03.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

L’admirable Women du magnifique John Lennon.

Coupe du Monde 2018: roulades dès qu’on le touche. Il est la risée du monde.

6 juillet: élimination en 1/4 de finale. Ejecté par la Belgique.

Fin juillet: il pleurniche : “Je ne veux plus voir de ballon devant moi, je ne veux plus voir de foot".

Décembre: 12e du Ballon … Dort.

23 janvier 2019: nouvelle blessure. En 16e de finale de Coupe de France.

3 et 5 mars: Guignol au carnaval.

6 mars: insulte l’UEFA après la sortie du PSG en 8e de finale de Ligue des champions face à Manchester United. Neymar sans jouer écrit sur les réseaux sociaux: “C’est une honte! Ils mettent quatre gars qui n’y comprennent rien au foot pour revoir le ralenti. Qu’ils aillent se faire foutre.”

26 avril: suspendu 3 matches en C1 2019-2020.

28 avril: gifle mollement un supporter de Rennes.

29 avril: l’entraineur du PSG (T. Tuchel) critique le comportement de Neymar: “Ce n’est pas possible de faire ça".

10 mai: suspendu trois matches en France pour sa riposte au fan adverse.

24 mai: absent au dernier match du PSG sans l’accord de son entraîneur;

28 mai: la sélection brésilienne lui retire le brassard.

Fin mai: frime sans cesse avec ses arrivées en hélicoptère pour les entraînements.

1er juin: accusé de viol. Son clan riposte illico par “piège, machination".

2 juin: met sur les réseaux sociaux tout le déballage avec la fille qui l’accuse de viol. La misère sexuelle de Neymar est étalée au grand jour. “La gloire est le deuil éclatant du bonheur” (Mme de Staël)

Si Man City avait joué la finale de C1 2019, les Citizens seraient champions d'Europe

02.06.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Les Beatles sont indémodables. Avant la finale de C1 2019, un groupe insignifiant a fait du bruit. Cela annonçait le pire qui est arrivé avec l’une des plus minables finales de l’Histoire.

Samedi 1er juin 2019
Finale C1
Liverpool 2-0 Tottenham
Buts: Salah (2e), Origi (87e)

Nous avons assisté à un match lamentable, sauf pour les fans des Reds.
Milner a eu raison: à la fin du match, il a montré 6 doigts comme les 6 C1 gagnées par Liverpool. C’est le plus important. La finale ne doit pas se jouer mais se gagner.
Liverpool ce n’est pas Arsenal ! A Liverpool on ne joue pas pour épater la galerie. On joue pour vaincre.
Jürgen Klopp quitte enfin le club des losers fréquenté avec assiduité par A. Wenger. Lui et l’Alsacien ont perdu 3 finales européennes. Cette fois, Klopp a gagné. Ouf ! il a quitté la poisse !
Tottenham a été minable. Le match est mort dés le début car l’arbitre a accordé un penalty aux Reds dès la première minute. Salah ne s’est pas prier pour marquer. Sissoko a fait main, genre agrandir la surface de son corps. Donc il n’y a pas eu de match. Quel ennui !
Jamais Tottenham n’aurait dû accéder en finale. Man City en 1/2 a été sorti par la VAR.
Les Reds ont gagné la C1 2019. Les Spurs sont allés en finale, mais Man City est l’actuelle meilleure équipe d’Europe, voire du Monde.
City a gagné 4 titres cette saison: Community Shield, Premier League, FA Cup et Coupe de la Ligue. Ne manque que la C1.
Milner a montré six doigts. Moi, j’en montre 30, oui 30 ans sans gagner de Premier League !

Voici désormais les statistiques européennes

C1 par clubs:
1er Real Madrid: 13 gagnées, 3 finales perdues
2 AC Milan: 7 gagnées, 4 perdues
3 Liverpool: 6 gagnées, 3 perdues
13e OM: 1 gagnée, 1 perdue

C1 par pays:
1er Espagne: 18 gagnées, 11 perdues
2 Grande-Bretagne: 13 gagnées, 9 perdues
et… France: 1 gagnée, 5 perdues

Le PSG parle de gagner la C1… pfffff ! Facile à dire, difficile à faire. En 2019, le Real Madrid, le Barça, la Juventus Turin, Man City, le Bayern Munich et l’Ajax n’ont pas atteint la finale ! 6 finales jouées par un club français et … une seule victoire. Le grand Reims et le grand Saint Etienne ne sont pas arrivés à vaincre en finale. Paris aidé par la presse ne fait que parader pour vendre sa salade avariée, à l’image de son icône brésilienne, un Socrates discount.
Pour gagner la C1, il faut se taire et avancer. Ce qu’a fait Jürgen Klopp, humble toute la saison. En 1/2, il n’a pas sauté au plafond comme Pochettino qui n’en revenait pas d’aller en finale avec les Spurs. L’Allemand mérite la C1 2019. Deux finales en deux ans. Bravo !

Tottenham et Lloris en outsiders contre Liverpool. Un gros coup à jouer tant les Reds sont donnés favoris !

31.05.19 | par morlino | Catégories: LONDON CITY

Samedi 1 er juin 2019
Finale de la Ligue de Champions 2019
Liverpool-Tottenham

La Vox Populi veut voir gagner Liverpool.
Les Reds sont les grands favoris mais une finale reste une finale.
Hugo Lloris peut être le héros du match.
C’est le meilleur milieu de terrain qui gagnera.
Jürgen Klopp (Reds) est un poissard: en finale il perd toujours.
Tottenham ne part pas battu d’avance.
Mauricio Pochettino (Spurs) peut faire un palier: celui d’un entraîneur avec une C1.
Lors des 1/2, il s’est bien lâché. En pleurs, il a déclaré, bras dessus dessous avec Hugo Lloris: “C’est le plus grand gardien du monde !”
Et ce n’est pas paroles en l’air.
Depuis que Lloris est à Tottenham, le club est dans le Big Four, chassant MU et Arsenal.
Le Big Four actuel: City, Liverpool, Chelsea et Tottenham.
Lloris donne dix points par an à son club grâce à ses arrêts décisifs.
Dans L’Equipe du jour, il dit déjà avoir perdu des finales mais pas un mot sur Nice 1-2 Nancy en finale de la Coupe de la Ligue 2006. Il n’a pas la reconnaissance du ventre. Il est vrai que ce n’est qu’une interview, autrement dit de la com. rien de plus.

Le Chelsea a broyé Arsenal. Il n'y a plus de Hazard !

29.05.19 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE

Finale d’Europa League
Mercredi 29 mai 2019
Stade Bakou
Chelsea 4-1 Arsenal
Buts pour Chelsea: Giroud (49e), Pedros (60e), Hazad (65e s.p, 72e)
But pour Arsenal: Iwobi (69e)

Après le match
Il n’y a pas eu de match, tant Arsenal a été nullissime a l’extérieur, comme d’habitude.
Avec Emery ou Wenger c’est le même résultat. Ca veut jouer comme Barcelone et ça joue comme Trifouillis-les-Oies.
Ozil a été brisé par Arsenal. Il n’a plus rien dans les chaussettes. Triste de voir un grand joueur décliner à ce point, sans parler de son pataquès politique.
Kanté, Giroud et Hazard, eux, ont donné un récital.
Kanté… Quel récupérateur !
Merci Messieurs.
Giroud fracassé par Dugarry et “Titi” a donné sa réponse sur le terrain : Coupe du Monde + C3.
Hazard qui a fait gagner Chelsea pour partir tête haute au Real Madrid.
Hazard est le Raymond Kopa Belge.
Zidane va avoir son Bernardo Silva.
Il n’est pas fou Zidane. De Neymar, il n’en veut pas.
Neymar est un joueur pour ceux qui n’y connaissent rien.
Neymar c’est un encombrant. Une machine à cash pour son père.
Trois dribbles à Copacabana et puis Ballon dort… à Bougival.
Vive Hazard ! Vive Kanté ! Vive B. Silva ! Vive Giroud !

Avant le match
Unai Emery va-t-il encore gagner cette Coupe d’Europe au rabais pour la 4e fois ou Hazard veut-il partir de Chelsea sur une belle note ?
Arsenal à l’extérieur ce n’est pas terrible. Ils ne jouent bien qu’à la maison.
Chelsea ? C’est tout ou rien.
Si Arsenal gagne, les Gunners seront reversés en C1 2019.
Si c’est Chelsea, déjà qualifié par le Premier League, le bénéficiaire deviendrait: Lyon !
Le football anglais domine l’Europe à 100 %.
Réussite totale. Qu’importe le vainqueur pour la FA.

Les 22 titres de Franck Ribéry au Bayern Munich

28.05.19 | par morlino | Catégories: BECKENBAUEREMENT

Voilà ce que le PSG ne sera jamais: un grand club. Paris jette Ben Arfa, Rabiot, Sakho et Matuidi et prend Buffon pour s’acheter une Histoire.

A la fin, seul le palmarès compte.

La palmarès de F. Ribéry (né le 7 avril 1983) au Bayern Munich:

9 Championnat: 2008, 2010, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019
6 Coupe d’Allemagne : 2008, 2010, 2013, 2014, 2016, 2019Finaliste en 2012, 2018
4 Supercoupe d’Allemagne: 2012, 2016, 2017, 2018
Ligue des champions 2013
Supercoupe de l’UEFA : 2013
Coupe du monde des clubs: 2013
Entre 2007 et 2019, il a joué 427 matchs et marqué 125 buts, plus toutes ses passes décisives.

King Hamilton impose son intelligence à Monaco

26.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Il est où Charles Leclerc ?
Nouvel abandon.
Pendant tout le week-end, les médias nous ont bourré le crâne, nous disant que Leclerc allait remporter le GP.
Ils lui mettent une pression d’enfer à ce gamin.
Résultat, il double n’importe comment.
Qu’on ne me dise pas qu’il n’a pas une bonne voiture. Il a une Ferrari !
Il est beaucoup trop jeune. Il a tout à apprendre, tout à prouver.
Après son abandon, les causeurs de la télé, qui parlent pour ne rien dire, nous ont gavé avec Verstappen qui “allait dépasser Hamilton pour gagner le Grand Prix".
Résultat: 1er Hamilton.
Verstappen s’est pris une pénalité !
Hamilton est du niveau de Senna.
L’un des plus grands pilotes de l’Histoire.
Leclerc a l’avenir devant lui.
Il faut le laisser tranquille. Il n’est absolument pas prêt à détrôner Hamilton.
Charles Leclerc fait du “public-relation” avant le Grand Prix alors que Hamilton lui se concentre.

Lewis Hamilton en piste pour remporter le GP F1 de Monaco 2019

26.05.19 | par morlino | Catégories: BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON, LA REVUE DE STRESS

Ils commencent à nous fatiguer avec Charles Leclerc.
Dès son premier Grand Prix, il devait gagner.
Il a perdu.
Il ne suffit pas de monter dans une Ferrari pour tout gagner.
Les médias français ne respectent pas Lewis Hamilton qu’ils traitent comme si c’était Neymar.
Hamilton n’est pas une vedette. C’est un champion.
Il a très bien expliqué que depuis ses débuts, il a une grande faculté d’anticipation: quand il regarde au loin, il analyse tout ce qui va le rapprocher de cette cible. Et à Monaco c’est encore plus important.
Hamilton a le fluide. De Senna. De Clark.
Un monument de la F1.
Il faut le voir arriver sur la piste, en trottinette ! Jesse Owens a dit: “Si je pouvais, j’aimerais arriver sur un brancard pour prendre le départ d’un 100 m. Moins je marche, plus je vais vite".
Hamilton est un pilote des années 1970 qui court en 2019.
Les Français détestent les leaders comme Anquetil ou Delon.
Et leurs leaders ne sont pas les miens: Mbappé, construction médiatique.
Charles Leclerc ? Il a tout à prouver.
Le grand joueur actuel s’appelle BERNARDO SILVA.
Hamilton, lui, est du niveau de Federer. Des mythes vivants.

Le Festival de Cannes 1976 n'a pas récompensé ALAIN DELON et ROBERT DE NIRO

23.05.19 | par morlino | Catégories: LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Quand on scrute le Festival de Cannes 1976, plusieurs remarques s’imposent.
La qualité du jury avec au moins trois pointures.
La qualité de la sélection. En gras, j’ai souligné les grands films.
On ne peut pas récompenser tout le monde mais d’évidence le prix d’interprétation devait aller soit à Delon soit à de Niro. Les deux méritaient le prix ex æquo. Ils l’ont bien fait pour les actrices.
Donc, un prix c’est bien mais cela ne veut rien si on n’en obtient pas.
En 1976, la liste des metteurs en scène est fantastique: Scorsese, Bolognini, Losey, Wenders, Polanski, Saura, Schatzberg, Mazursky, Scola et Parker.
Et aussi Rouch, le documentariste.
Et Blain et Schmid.
Rohmer ? Une écriture snobinarde, mondaine, cinéma pour l’entre-soi pour happy few. Bon pour Télérama, Libé (version depuis l’après July), les Inroks… Je préfère Lautner ! N’est pas S. Ray qui veut !

Palmarès
Palme d’or : Taxi Driver de Martin Scorsese (États-Unis)
Grand prix spécial du jury (ex æquo) :
Cría cuervos de Carlos Saura (Espagne)La Marquise d’O… d’Éric Rohmer (R.F.A.)
Prix d’interprétation féminine (ex æquo) :
Mari Törocsik pour Où êtes-vous madame Déry ? de Gyula Maár (Hongrie)
Dominique Sanda pour L’Héritage de Mauro Bolognini (Italie)
Prix d’interprétation masculine : José Luis Gomez pour Pascual Duarte de Ricardo Franco
Prix de la mise en scène : Ettore Scola pour Affreux, sales et méchants (Italie)

Jury longs métrages du Festival de Cannes 1976
Président du jury : Tennessee Williams, écrivain
Costa-Gavras, réalisateur
András Kovács, réalisateur
Charlotte Rampling, comédienne
Georges Schehadé, écrivain
Jean Carzou, peintre
Lorenzo Lopez Sancho, journaliste
Mario Cecchi Gori, producteur
Mario Vargas Llosa, écrivain

Sélection officielle
Actes de Marusia Miguel Littin Mexique
Babatou, les trois conseils Jean Rouch Niger
Affreux, sales et méchants Ettore Scola Italie
Bugsy Malone Alan Parker Royaume-Uni
Cría cuervos Carlos Saura Espagne
Vol à la tire Jerry Schatzberg États-Unis
Où êtes-vous madame Déry ? Gyula Maár Hongrie
Au fil du temps Wim Wenders Allemagne de l’Ouest
L’Héritage Mauro Bolognini Italie
La Griffe et la Dent Gérard Vienne et François Bel France
La Marquise d’O… Éric Rohmer Allemagne de l’Ouest
Le Locataire Roman Polanski France
Monsieur Klein Joseph Losey France France
Next Stop, Greenwich Village Paul Mazursky États-Unis
La Fin de la nuit Shyam Benegal Inde
Pascual Duarte Ricardo Franco Espagne
L’Ombre des anges Daniel Schmid Suisse
Taxi Driver Martin Scorsese États-Unis
Un enfant dans la foule Gérard Blain France
Vices privés, vertus publiques Miklós Jancsó Italie

NIKI LAUDA (1949-2019), triple champion du monde de F1

23.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Palmarès de l’Autrichien:

Champion du monde: 1975, 1977 et 1984

Victoires :25

Podiums: 54

Nombre de courses: 171

Pole positions: 24

Saisons en championnat du monde de Formule 1 : 13

Meilleurs tours en course: 24

Dans les points : 73 fois

420,5 Points inscrits : 420,5

En 1976, il est victime d’un accident à presque 300 km/h. Il reste plus d’une minute dans la carcasse de son bolide en feu. Sauvé, gravement brûlé, il revient en compétitions pour de nouveau redevenir deux fois champion du monde !
La vie est un roman, dit-on. La sienne, oui.
Il appartient à la génération des sacrifiés de la F1.
Il a fallu la mort de King Senna pour que les gros pardessus de la F1 prennent enfin soin des pilotes.

Seymour Cassel (1935-2019) le comédien fétiche de John Cassavetes

22.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Avec la disparition de Seymour Cassel c’est tout un monde de l’amitié qui s’écroule.
Il était l’acteur et l’ami de John Cassavetes, immense cinéaste qui a mis quasi sous silence sa carrière d’acteur pour devenir cinéaste, contre les grosses compagnies qui ne pensent qu’à la caisse enregistreuse.
Le monde de l’amitié était composé de:
Ben Gazzara
John Cassavetes
Peter Falk
Seymour Cassel
Tous disparus. Tous de grands talents.
Ne reste que Gena Rowlands. Immense actrice, de toute beauté. Actrice qui n’a jamais fait le trottoir médiatique. Elle disait: “Quand je dois embrasser un partenaire autre que John, je mange de l’ail avant !”
Gena Rowlands et John Cassavetes, mariés, ont eu trois enfants: Nick Cassavetes (acteur, réalisateur), Alexandra Cassavetes (actrice, réalisatrice), et Zoé Cassavetes (scénariste). Il arrive que le talent soit héréditaire.

Films de Cassavetes avec Seymour Cassel:
1959 : Shadows
1971: Minnie et Moskowitz
1976 : Meurtre d’un bookmaker chinois
1977 : Opening Night
1984 : Love Streams

La leçon magistrale d'Alain Delon, acteur virtuose

Je dédie cette interview aux acteurs français qui critiquent Alain Delon alors qu’ils n’ont pas 1% de son talent, et même pas 0,001 % de son charisme.
Ne parlons pas d’intelligence: il ne faut trop leur en demander.

"Je reçois un hommage posthume de mon vivant" Alain Delon, Cannes 19 mai 2019

20.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Lors de cette cérémonie Alain Delon n’a pas parler pour ne rien dire. Cela nous change des faux artistes qui ne sont que des marionnettes médiatiques. Un histrion l’a critiqué lors d’une Nuit des Césars. Je ne dis pas son nom: je n’ai pas pour habitude de déféquer en public. Comme si une puce pouvait se comparer à un loup ou à un lion. Lors de la cérémonie de Cannes, Delon a été aussi déchirant que son amie Annie Girardot aux Césars. Deux gifles aux sans talents du 7e Art. A Cannes, à part Bertrand Tavernier, je n’ai vu aucun cinéaste. Honte à eux. Aucun acteur. Je vais vu aussi Dominique Besnehard.

Alain Delon est un fauve humain.
Personne n’a jamais réussi à le mettre en cage.
Il a été dompté par quelques grands dompteurs de la pellicule.

PS: les officiels du Festival de Cannes le récompensent mais en même temps, pas en direct de manière pompeuse. Bizarre. On sent une gêne depuis la “polémique". Il est vrai qu’aujourd’hui on tend le micro à Mme Michu et à Mr Dupont la joie dont il est urgent qu’ils s’expriment.

Pourquoi Reynald Pedros n'est pas nommé entraîneur de Lyon en L1 ?

19.05.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Palmarès de Reynald Pedros à Lyon:
Championnat de France en 2018 et 2019 (2)
Ligue des champions en 2018 et 2019 (2)
Coupe de France en 2019.

Distinctions:
Meilleur entraîneur The Best de la FIFA (féminin) 2018

Pourquoi Reynald Pedros n’est-il pas nommé entraîneur de L’O.L hommes ?
S’il est si performant, il faudrait le voir à l’œuvre en L1.
Pourquoi ne parle-t-on jamais de lui pour ce poste ?
Ce silence, que signifie-t-il ?
Bon en équipe féminine ne garantit rien chez les garçons ?
Chez les femmes, il n’y a pas de pression ?
Les filles jouent moins bien que les hommes ?
A la vérité, la nomination d’un entraîneur en 2019 n’a plus rien à voir avec cette fonction au temps jadis.
Avant, l’entraîneur était seul. Sans masseur, sans médecin, sans rien.
Savez-vous le nombre de collaborateurs auprès de Guardiola à City en 2019 ?
50 !

Bernardo Silva fait le triplé avec City: Premier League, Coupe de la Ligue et FA CUP

18.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Samedi 18 mai 2019
FA CUP, finale
Manchester City 6-0 Watford
Buts pour City: David Silva(26e), Raheem Sterling (81e, 87e), Gabriel Jesus (38e, 68e), K. De Bruyne(61e)

Man City a tout gagné en 2018-2018 en Angleterre:
le championnat
la Coupe de la Ligue
la FA CUP

Et même le Community Shied en août.
Il ne manque que la C1. Liverpool peut être content. Mieux vaut affronter Tottenham que Man City lors de la finale de C1.
Guardiola est l’entraîneur le plus performant avec du jeu offensif en plus.
Dans son effectif, il peut compter sur Bernardo Silva.
Bernardo Silva, l’anti star.

Yvonne & Charles, dans l’intimité du général. Jocelyn Sauvard, (Grasset) & De Gaulle, 1969, Arnaud Teyssier. (Perrin )

18.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, ANQUETILLEMENT

Guy Debord nous a bien expliqué que la politique était aussi un spectacle. D’accord, mais alors De Gaulle est un premier rôle quand les autres ne sont que des doublures lumière.

Quand le général est mort, foudroyé par une attaque, alors qu’il faisait sa traditionnelle «réussite» aux cartes, à Colombey-les-Deux-Eglises, le 9 novembre 1970, Madame Yvonne de Gaulle a pris la décision de brûler toutes les affaires intimes du général, de ses vêtements en passant par ses ustensiles de rasage jusqu’au lit taillé sur mesure, à sa grande taille. Elle a fait un autodafé avec leur correspondance amoureuse. Elle n’a gardé que les manuscrits des livres publiés. Les stylos à plume ? Offerts aux petits-enfants. Sinon, tout le reste, tout ce qui fut témoin du quotidien d’un des plus grands couples du XXe siècle- quand on songe aux associations médiatiques Aragon-Triolet et Sartre-Beauvoir quelle double déception tant elles masquèrent l’imposture !- oui, tout ce qui témoignait de leur quotidien a été brûlé, détruit, jusqu’aux tasses de leur petit-déjeuner. Catharsis ? Non, action délibérée pour éviter la salle aux enchères. Même l’alliance du général a été liquidée on ne sait où.
On sait que les de Gaulle avait fait poser un double compteur à l’Elysée afin de distinguer l’usage pour la nation et l’usage privé. Lumineux ! Le moule il est cassé : depuis Pompidou, la classe politique s’est dégradée et à tout dégradé. Sous VGE, un très bon président qui a fait de grandes réformes, la gauche a tout a fait pour le dézinguer car elle n’avait jamais été au pouvoir et qu’elle en rêvait. Les bijoux de Bokassa, une poignée de pierres dérisoires ne pèsent rien face à tous les scandales qui ont suivi jusqu’à François Hollande, le passager casqué d’un scooter qui le conduit auprès de sa maitresse. (Image décodée = misère sexuelle) Vous me direz avec raison que F. Mitterrand a fait plus fort avec un double foyer. Tout cela tranche avec la vie des De Gaulle. Durant toute son enfance, leur fils, Philippe, n’avait jamais vu le lit conjugal de ses parents. Macron, lui, paie les pots cassés depuis 1981. Niveau familial, Macron c’est l’Affaire Russier tolérée. Heureusement.
Le livre de Jocelyne Sauvard, Yvonne & Charles, dans l’intimité du général, nous remet dans le contexte d’une époque de reconstruction : de l’après-guerre à la fin des années 1960. De Gaulle c’était une éthique avec bien sûr, un sens aigu de la stratégie politique. De Gaulle n’avait pas d’attaché(e) de presse ! Ou alors ils s’appelaient André Malraux et Romain Gary. Il a lancé l’Appel 1940 pour sauver la France, même ses détracteurs sont obligés d’admettre qu’il a agi à Londres pour redonner son honneur au peuple français en souffrance, hormis les collabos. Il n’a pas écrit ce discours pour accéder à l’Elysée, même si cela ensuite fut son meilleur des atouts. Ceux qui ignorent la vie familiale des de Gaulle apprendront que le couple présidentiel avait une fille handicapée. Quand elle est morte, le général a dit : «Maintenant elle est comme les autres ». De Gaulle était le plus intelligent et le plus sensible des présidents de la Ve République. Il y a lui, et les autres. Il avait aussi un humour au-dessus du lot. Au rayon culture, songeons à André Malraux et à tous ses successeurs qui ne jouent pas dans la même division. 1968 était nécessaire mais pas besoin de le chasser. Il a eu en plus l’élégance de faire un référendum qui s’est transformé en sanction défavorable. La classe jusqu’au bout.
Arnaud Teyssier dans De Gaulle, 1969, passe au peigne fin, le retrait du général lorsqu’il a perdu le référendum sur la régionalisation qui en fait était un oui ou non sur sa personne. Ce fut non. C’est ainsi que les Français ont été reconnaissant avec celui qui s’est dressé contre le duo Pétain-Hitler plus un bon paquet de raclures made in France, et du plus bel acabit. Après moi le déluge, pensait-il, non sans raison. Lui, gouvernait le pays, quasiment seul, comme un super commerçant tient son magasin, faisant l’étalage, le réassort, la vente, l’après-vente, la comptabilité. Il n’avait pas cinquante conseillers pour lui dire de faire ceci et de ne pas faire ça. En 1969, il savait qu’il avait fait son temps et que la France avait besoin de changements, de réformes, mais sans tomber dans le chaos, la fameuse chienlit. Passer de De Gaulle à Macron, c’est une secousse tellurique mais il y a eu pire (Sarkozy et Hollande). Les seuls qui ont su être à la hauteur du rôle sont : Pompidou, VGE, Mitterrand et Chirac par intermittence. Sarkozy et Hollande, jamais. Le pire est à venir : les clans des extrémistes, de droite ou de gauche.

-Yvonne & Charles, dans l’intimité du général. Jocelyn Sauvard, Grasset, 393 p., 22 €

-De Gaulle, 1969, Arnaud Teyssier. Perrin, 304 p., 22 €

A lire aussi : Ma République-Apocryphe de Charles de Gaulle, Yves de Gaulle, l’Observatoire, 480 p., 21 €. Le petit-fils donne sa vision de son grand-père qui fut aussi celui de tous les Français, ceux qui pensaient la Patrie reconnaissante envers vous.

Mémoires d’un enfant du cinéma, Marc Esposito (Robert Laffont)

17.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

Voilà un livre qui tranche avec les autres sur le même sujet qui sont souvent de la brosse à reluire, mielleux, bref illisibles, et en plus écrit par un autre que le signataire. Marc Esposito dresse le bilan sur sa vie de journaliste, du pigiste à Onze au fondateur de Première puis son passage à Studio, deux fleurons de la presse cinéma. Ensuite, il est passé derrière la caméra, avec sa suite Le cœur des hommes, sa série des Gendarmes. Son livre est si agréable à lire qu’on a bien fait de ne pas y mettre un cahier photos avec Marc et Dewaere, Marc et Romy, Marc et Delon, soit la galerie autant people qu’insipide. Marc Esposito remonte le fleuve de sa vie, surtout les années 1970-1980 avec son cortège de junkeries. Il n’y va pas de main morte : quand des gens lui font mauvaise impression, il leur met leur paquet : «prétentieux, menteur, méchant, misogyne». Un vrai jeu de massacre, ça donne du peps à son style, du nerf à la prose. Le portrait de Jean-Pierre Mocky vaut le détour. Quand il aime, il le dit aussi : voir sa passion pour Catherine Deneuve. Il en parle parfaitement. Il y a du Truffaut dans l’air, question amour du cinéma. Quand il met le pied à l’étrier du journalisme, il commence dans un journal sur les bateaux. Bonne occasion d’y créer une page cinéma. Cela s’appelle être intelligent.
C’est Bertrand Blier qui lui fait aimer Gérard Depardieu alors que c’est Deneuve qui lui fait aimer Luis Bunuel. Belle explication. Esposito est un cinéphile de haut parage : il voit derrière les images, derrière les apparences. Il a pesé dans le cinéma puisque Première vendait 450 000 exemplaires par mois. Son livre n’a rien de people, pas de détail croustillant. Nous sommes dans le livre d’un passionné qui raconte sa vision du cinéma qu’il a vu de prés, les gens de cinéma s’entend. Esposito est un travailleur sans relâche, pas du genre pique-assiette aux…premières ! Engouffrez-vous dans le livre de Marc Esposito vous passerez du bon temps. Il sait tenir en haleine le lecteur qu’il évite d’ennuyer dans de longs tunnels sans intérêt. Il y a de la lumière, comme le soleil d’Alger, sa ville natale. Il illumine les salles obscures avec son regard perçant. La couverture présente un feu d’artifices mais à l’intérieur, il n’y a rien d’artificiel.

Mémoires d’un enfant du cinéma, Marc Esposito. Robert Laffont, 530 p., 22

Quoi de neuf ? Marcel Proust (Péchenard, de Fallois, Klossowski...)

16.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

L’émission culte de Roger Stéphane avec Mauriac, Morand, Berl, Soupault, Mme Albaret…

Réédition d’un ouvrage que tous les lecteurs pointus de Proust doivent lire. Christian Péchenard (1930-1996) a écrit tout ce qui nous éclaire sur Proust à Cabourg, Proust et son père & Proust et Céleste. Très importante trilogie qui nous permet d’évoluer dans l’univers d’un phare français comme Apollinaire et Céline, n’en déplaise aux anti-Alain Delon (il s’agit de la même milice cul-tue-elle qui croit que nous sommes des chiens qui pissent là où d’autres sont déjà passés). L’auteur aurait pu s’attarder un peu plus sur l’amitié Proust-Emmanuel Berl car le jeune lecteur n’est pas reparti bredouille des visites auprès de l’auteur de La Recherche du temps perdu. Les deux amis n’arrêtaient pas de chamailler sur l’amour. Chacun sa vision. Dans le livre, pas une seule allusion à ces rencontres. C’est un manque. Rien non plus sur Proust et Philippe Soupault. Juste une citation sur leurs rencontres. Soupault était très jeune et cela est d’autant plus intéressant parce qu’il n’avait une vision stéréotypé de son interlocuteur. Tout cela n’est pas grave pour l’Histoire littéraire car Berl et Soupault ont tout raconté de leur côté respectif. Je me suis attaché à ces deux entrées à peine survolées car je suis attentif à la postérité de mes deux amis qui ont illuminé ma jeunesse. Devenir proche de Michel Drucker et Jacques Martin aurait pu m’ouvrir des portes mais j’ai préféré celle de l’esprit lourdes à soulever quand on est né dans un bar-tabac (le plus beau des berceaux, en fait). Berl et Soupault m’ont déclaré écrivain, ce qui me dispense de toutes les abjectes contorsions. Le livre de Péchenard est une mine d’or pour qui veut en savoir plus sur Marcel Proust, le mémorialiste par excellence. Disons du Voici écrit par Sainte-Beuve Procurez-vous cet ouvrage et glissez-le ensuite entre les volumes de la Recherche. Péchenard est un mode d’emploi, tout comme les livres de l’ami Bernard de Fallois. Depuis qu’il est mort, l’éditeur n’arrête plus de publier ! Cela lui ressemble. Il a sans doute laisser des consignes. De son vivant, le jeune de Fallois a édité deux livres posthumes de Proust: Contre Sainte-Beuve et les trois Jean Santeuil. C’est lui qui les a mis en ordre. Il savait qu’il resterait dans l’Histoire avec ce travail colossal. Moi, j’ai bouclé la boucle, quand j’ai rencontré Bernard de Fallois qui a publié Essais un recueil des articles de Berl que j’avais récoltés à la BN pendant des années. De Fallois a mentionné mon nom avant le sien. Il a voulu dire que sans moi, pas de livre possible. J’avais fait pour Berl ce qu’il avait fait pour Proust.
Par ailleurs, la vision de Proust par Pierre Klossowski (1905-2001) est autant éclairante sur l’auteur du livre que sur l’analysé dans l’ouvrage. Il ne faut pas réduire le peintre et dessinateur au rang de «frère de Balthus». C’est comme si l’on disait que Cioran n’était que l’ami de Ionesco. Au détour d’une émission de radio sur La Recherche du temps perdu, Klossowski nous dit tout le temps que lui a fait gagner Proust. Le romancier parle de nous à travers lui. Exactement comme l’Antoine Doinel de François Truffaut a incarné tous les gamins de l’après-guerre. La littérature est aussi la radioscopie des gens qui ne lisent pas.

-Proust et les autres, Christian Péchenard. La petite Vermillon (La Table Ronde), 629 p.,10, 50 €

-Sur Proust, Pierre Klossowski. Edition Luc Lagarde. Serge Safran éditeur, 130 p., 27,90 €

-Proust avant Proust, Bernard de Fallois. Les Belles Lettres, 192 p, 21, 50 €

-Sept conférences sur Marcel Proust, Bernard de Fallois. Editions Bernard de Fallois, 312 p., 20 €

-Proust contre Cocteau, Claude Arnaud. Arléa Poche, 264 p., 9 €

-Le bréviaire de “La Recherche du temps perdu” , François de Combret. Droz, 892 p., 25 €

J. Mourinho est très loin derrière Guardiola

15.05.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Dès que J. Mourinho n’est plus sur un banc, il occupe l’espace médiatique pour rester dans l’actualité.

Depuis qu’il s’est fait renvoyer de Man United, J. Mourinho se répand dans les médias. Mieux vaut être servi par soi-même que par les autres.
Comme il est dans une période sans, il préfère se montrer dans les médias, dans le rôle de son propre attaché de presse.
Il raconte partout qu’il est le plus fort, blablabla.
Il a gagné oui mais quand on voit la liste des clubs: Porto, Chelsea, Inter Milan, Real Madrid, Manchester United…
Ce n’est pas exactement des clubs de D3.
Patrick Vieira a dix fois plus de mérite à l’OGCNice que Mourinho à l’Inter.
Que ferait Mourinho à Nice ?
Le Portugais est très fort avec le chéquier de ses présidents. Il n’a jamais formé un seul joueur.
C’est une sorte de coucou qui se met dans le nid des autres pour profiter de l’Histoire d’un club, et encore cela ne marche pas toujours.
Le grand entraîneur actuel c’est Guardiola. A peine, arrivé en Premier League, il en devient roi.
Sa compétence est si grande qu’il paralyse les autres coachs: Mourinho et Wenger ont été évacués
de la Premier League réduits au rang de seconds rôles.
Ce qui est amusant c’est que Mourinho et Wenger sont consultants chez BeIn sport. Pendant les travaux, la vente continue.
Guardiola, lui, ne se met pas des deux côtés du guichet.
Il n’est pas consultant et ne tourne jamais dans des pubs, lui.
Résultat: premier de Premier League depuis deux saisons.
Et il a été éliminé de la C1 2019 en 1/4 après intervention de la vidéo.

Manchester City superbe champion d'Angleterre 2019

13.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Le vestiaire des champions. Pas un seul dirigeant. Même pas l’entraîneur. C’est ça l’Angleterre. Et c’est très bien. Un veinard… Noël Gallagher d’OASIS. Un vrai fan de City.

Le championnat a été attribué à Man City dans la dernière journée !

1 Man City 98 pts 38 matchs 32 vict. 2 nuls 4 défaites 9i5 23 + 72
2 Liverpool 97 pts 38 m 30 vict. 7 nuls 1 défaite 89 22 + 67

Seront en C1 2020: City, les Reds, Chelsea et Tottenham.
Arsenal a un seul point de retard sur Tottenham. Dommage mais ce n’est pas mal pour Emery qui arrivait en Angleterre.
Man United est 6e. Lamentable. MU a perdu le dernier match à Old Trafford contre Cardiff 0-2. C’est dire le niveau de MU qui est en crise depuis 2013. Il faut virer quasi toute l’équipe. Pogba est une ombre à côte de Cantona. La trace laissé par Pogba ? Celle de sa voiture sur le parking. Cantona a donné 4 titres à MU en 5 saisons ! Un grand joueur actuel ? Bernardo Silva de City. Le joueur parle 6 langues ! Personne n’en parle. Ils sont trop occupés à ramper devant le porteur de bandana avec la virgule américaine.
Liverpool n’est pas champion. Cela fait 30 ans que ça dure !
Liverpool une défaite et pas champion. Dingue !
Guardiola règne en Angleterre.
Où sont Wenger et Mourinho ? Il les a mis au chômage.

Contre Angers, Neymar - l'anti Socrates- fait la pub pour son sponsor

12.05.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !

Samedi 11 mai 2019
Angers 1-2 PSG
Pour Neymar, la L1 c’est du beach-soccer. Il s’amuse à la baballe.
Angers ? Qu’ésaco pour lui ?
Depuis deux saisons en France, il n’a joué que 30 et 28 maths.
Ce n’est pas grave. La machine à cash marche très bien. Le football comme le reste a été volé pour les puissances financières. Le monde ouvrier n’a plus que les yeux pour pleurer. (Ou alors aller dans la rue le samedi. Tu parles d’un programme politique.) Ils ont même pris le football, ce sport “où 22 cons tapent dans un ballon". Parce que le tennis c’est mieux ? Et la natation: aller d’un bloc de béton à un autre, c’est intelligent ça ?
Contre Angers, Neymar a marqué un but et fait une passe décisive.
Youpie ! Les Footix sont contents.
A part ça, il ralentit tout le jeu, s’accaparant le ballon pour faire des numéros de cirque.
L’important à retenir c’est son bandana. Une nouvelle escalade dans la pub. Ouvertement, il affiche la virgule américaine. On ne voyait plus que ça.
Il est l’opposé de Sócrates qui lui défendait la Démocratie dans un Brésil sous la junte militaire.
Aujourd’hui, un président peu recommandable est à la tête du pays et les footballeurs sont frappés de mutisme.
Sócrates portait des bandeaux mais d’un autre genre.
Par exemple: «Le Mexique est toujours debout». Un message pour le Mexique touché par un tremblement de terre en 1985.
Sócrates mettra d’autres bandeaux:
«Justice»
«Non à la terreur»
«Non à la violence».

Neymar est déjà en vacances. Suspendu, il ne peut plus jouer.
Il a bousculer un spectateur. Et il a plein de défenseurs alors que Cantona qui a frappé un nazillon a pris huit de suspension. Cantona fut décrété “indéfendable” !
Neymar joue bien dans des matchs qui ne comptent pas.
Paris est déjà champion.
La présence de Neymar au PSG est incompréhensible, à part les 100 000 euros qu’il touche par jour.
C’est le symbole du capitalisme flamboyant qui se donne bonne conscience avec la charité business.
Il dit qu’il reste à Paris mais personne n’en veut. Qui va lui donner 100 000 euros au quotidien. Personne. Le faire signer ne garantit sa constance: Messi et CR7 ne sont quasiment jamais blessés ou suspendus. Neymar, lui, se fait suspendre sans même jouer: pour insultes via le net.
Tous les grands clubs sont en Angleterre, Espagne, Italie et Allemagne. Et au Portugal, aussi. Benfica c’est bien plus un grand club que le PSG. Porto aussi ? Il y a d’autres grands clubs, tel l’Ajax. Paris n’est pas un grand club. Pour cette appellation: il faut au moins une C1.
Le PSG va-t-il gagner la C1 avec Neymar ?
Tous les grands joueurs quittent précisément la France pour gagner la C1: de Kopa à Zidane, via Benzema et Henry.
Cette saison les finalistes sont Tottenham (Kane), Liverpool (Salah). Les deux vedettes de ces clubs ne jouaient pas en 1/2 finale.
En finale 2019, il n’y a pas Messi et C. Ronaldo.
Neymar partira la saison prochaine.
Sans C1 mais avec plus d’un 1 milliard d’euros en poche.
Fait amusant: l’entraineur d’Angers a dit tout le bien qu’il pensait du football de Neymar alors qu’il avait dézingué celui de Ben Arfa. Quand Ben Arfa jouait à Nice, il a été déclaré “meilleur dribbleur européen” d’après les statistiques, devant Neymar.
Ben Arfa n’a pas insulté les membres de l’UEFA, n’a pas frappé de supporter, n’a pas fait 40 000 kms depuis janvier, n’est pas blessé quasi toute la saison, mais Ben Arfa est sans cesse critiqué.

20 h Foot, CNews. Vendredi 10 mai 2019. Sur le Ligue des Champions

11.05.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Sissoko en finale de C1 et Neymar avec Will Smith

10.05.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Les jeunes joueurs de l’Ajax se sont pris pour Cruyff. Hélas ! ils lisent trop les journaux. Le football leur a remis les pieds sur terre.

Finale de C1: Liverpool-Tottenham
Finale d’Europa Ligue: Arsenal-Chelsea

“On va au stade pour voir des joueurs comme Neymar” disent les Footix.
Pas moi.
Moi j’y vais pour voir Sissoko (Tottenham) et Milner (Liverpool).
Des marathoniens, des travailleurs, des soldats, des bucherons.
Les danseuses, leurs places est au Crazy Horse Saloon.
Pendant ce temps, l’icône internet du PSG pose avec Will Smith.
Cela me fait une belle jambe !

Lire la suite sur:

http://www.actufoot.com/national/finale-de-c1-2019-barca-ajax-non-reds-spurs/

Ajax-Barça, à la trappe ! La finale C1 2019 100% anglaise !

09.05.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY

Mercredi 8 mai 2019
1/2 retour de C1 2019
Ajax Amsterdam 2-3 Tottenham
Buts pour l’Ajax: M. Ligt (5′), H. Ziyech (35e)
Buts pour les Spurs: Lucas Moura (55e, 59e, 90e + 6)

L’Angleterre est contente: elle a un nouveau bébé dans la famille royale et une finale de C1 100 % Premier League.
A la 54e du match, l’Ajax menait 3-0 (avec le but du match aller) et à la fin c’est Tottenham qui fut qualifié !
Entretemps, les Anglais ont marqué 3 buts !
Incroyable, fabuleux, exceptionnel.
C’est encore le football qui a gagné.
Beaucoup d’amateurs de football voulaient voir en finale Barça-Ajax mais ce sera: Liverpool-Tottenham soit un match de championnat anglais !
L’Ajax est passé en 1 seconde du Football Total au fiasco total !
Beauté et cruauté du football. Il ne faut jamais s’endormir sous peine de punition immédiate.
Les Anglais sont donc les rois d’Europe. Les clubs anglais ont eu le dernier mot.
Eux les combattants du fighting-spirit. Eux qui jouent jusqu’à la dernière seconde.
Les jeunes de l’Ajax ont craqué en raison de leur suffisance, le péché mignon des Néerlandais, toujours battu en finale de la Coupe du Monde, avec ou sans Cruyff.
Tottenham qui n’avait pas marqué un but à Londres en a mis 3 à Amsterdam!
Lucas Moura le banni du PSG a réalisé un triplé historique.
Lloris a été une nouvelle fois grandiose.
Lloris l’anti star. L’homme sans tatouage! Sans bagouse. Le champion du monde hisse Tottenham en finale de la C1 pour la première fois de son histoire.
Nice est fière de son fils. Un Aiglon sera en finale.
Le meilleur joueur français de sa génération, c’est lui. Comme Messi ou Ronaldo, il est toujours constant. Les médias ne parlent que de Mbappé, Griezmann, Pogba mais lui assure sur le terrain. Il ne fait pas dans le grand circus du PAF.

L'âme de Liverpool renverse le Barça et va en finale de C1 2019

08.05.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

L’ambiance du stade a transcendé les joueurs de Liverpool.

Mardi 7 mai 2019
1/2 retour de C1.
Liverpool 4-0 Barcelone
Buts pour les Reds : D. Origi (79e, 7e), G. Wijnaldum (56e, 54e)

La moralité du match ? Le club est plus fort que les joueurs. La preuve ? Liverpool sans Salah et Firmino a éliminé le Barça avec Messi!
Le football a encore gagné. On a vu le jeu offensif de Liverpool prendre le meilleur sur le stress catalan. Messi au match retour ne fut qu’une ombre.
Au match aller, Dembélé a raté le 4-0 sur caviar de Messi qui n’a pas aimé du tout ce ratage. Il savait que 3-0 cela ne suffirait pas.
Au match retour, Liverpool a mis plein d’intensité. Barcelone était paralysé de peur. Tétanisé d’angoisse. Incapable d’agir. Les Catalans ont subi pendant tout le match.
Milner, le soldat des Reds, se moque de Messi ou du Barça. Il a tout donné. Personne ne le connaît Milner, à part les gens qui suivent de près le football.
Avoir Messi cela ne suffit pas. Il faut aussi Milner.
Paris a Neymar mais où est son Milner ?
Le 4e but de Liverpool est un chef d’œuvre. Un but de joueurs attentifs face à des adversaires amorphes.
La victoire de Liverpool est justifiée. Les Reds sont allés la chercher.
Le Barça a joué sur sa réputation de grand club. Cela ne suffit pas car Liverpool n’a rien à envier au Barça.
Ce match ce fut une finale avant l’heure. Liverpool ne doit pas céder à l’euphorie. En plus, les Reds doivent encore penser au championnat.
Imaginons en finale Liverpool-Ajax. Grande affiche.
Liverpool a déjà renversé des situations. En finale de C1, l’AC Milan menait 3-0 à la mi-temps et à la fin du match Liverpool est revenu à 3-3 pour gagner le match aux tirs au but.
Rien n’est encore fait. Ni en Premier League. Ni en C1.
Pour le Ballon d’Or non plus, rien n’est fait. C. Ronaldo revient dans la course.
Il faudra le donner à un joueur de l’Ajax, me semble-t-il car l’Ajax est en passe de réaliser le triplé: championnat (pour l’instant 1er exæquo), coupe (c’es fait) et C1.
De Jong, Ballon d’or ? C’est possible. Ou un autre héritier de Cruyff.
J’opterai pour Virgil van Dijk, somptueux défenseur. Leader de vestiaire et de terrain.

Le missile de Vincent Kompany remet City sur orbite

06.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Lundi 6 mai 2019
37e journée de Premier League
Manchester City 1-0 Leicester
But pour City: Kompany (70e)

Ce fut laborieux mais l’enjeu était considérable.
City a toujours les cartes en mains grâce à un but de 25 m. Une frappe de mule comme on disait jadis.
Un but qui permet à City de maintenir le suspens.
Comme le match était totalement bloqué: Kompany a décidé de tirer soudainement. Bingo !
Incroyable championnat anglais: à une journée de la fin, le champion n’est pas désigné.
Songez que Man City a gagné 31 matchs sur 37 !

Classement avant la dernière journée
1 Manchester City 95 points 37 matchs/ 31 2 4/ 91 22 + 69
2 Liverpool 94 37/ 29 7 1 / 87 22 + 65

Les derniers matchs
Dimanche 12 mai 2019, 16 h
Brighton (17e) - Manchester City
Liverpool - Wolverhampton (7e)

Michel Crauste (1934-2019), vainqueur de 5 Tournois des Nations

05.05.19 | par morlino | Catégories: BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR

Dans le XV de France, il ne perdait quasiment jamais.
Le troisième ligne mythique fut un capitaine inoubliable.
Avec lui, la France a remporté son premier Tournoi des Nations (1959)
Fait Chevalier de la Légion d’honneur par le Général de Gaulle.
Michel Crauste reste un monument du rugby mondial.
Il a porté 22 fois le brassard du capitaine du XV de France.
Si les hommes politiques en vue avaient 5% de sa personnalité, ils seraient de grands hommes.
Droit, humble et talentueux.
Michel Crauste était un homme remarquable, à plus d’un titre.
Est-ce que les internationaux couverts d’euros connaissent leur immense devancier ?
Eux gagnent de l’argent. Lui gagna l’estime des Français. Cela n’a pas de prix.

Palmarès en club

Racing club de France
Champion de France 1959

Lourdes
Champion de France 1960.
Champion de France 1968.
2 Challenges Yves du Manoir 1966 et 1967.

En équipe nationale
Quatre Tournois des Cinq Nations 1959, 1960, 1961 et en 1962.
62 sélections entre 1957 et 1966.

Messi, coup franc d'anthologie contre Liverpool, le 30 avril 2019

04.05.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

En 1/2 finale aller de C1, contre Liverpool (3-0), Messi a marqué deux buts dont un sur coup franc d’anthologie.
Voyant que son équipe tergiversait trop, il a décidé d’obtenir délibérément un coup franc vers les 25 mètres, en face de la cage anglaise, d’un soir.
Le temps qu’il positionne le ballon, il a pris tous les paramètres en compte: placement du mur, hauteur de la taille des joueurs, distance de la cage, placement du gardien.
Il a choisi le côté où tirer, la puissante du tir, son positionnement du pied sur le ballon.
Résultat: but pleine lucarne.
J’étais sûr qu’il marquerait.
Dans son visage, il y a avait tant de détermination.
Messi est déjà Ballon d’or 2019, avec huit mois d’avance.
Messi est l’anti Neymar par excellence. Aucune frime. Pas people. Tout pour le football et sa famille, ses amis.
Messi jouera toute sa carrière à Barcelone.
Messi et C. Ronaldo sont au sommet depuis 15 ans.
Après eux qui ? Ils sont comme Nadal et Federer, avec Djokovic, un Neymar du tennis qui réussit à s’intercaler entre eux.
Messi et C. Ronaldo sont différents.
Messi est doué et intelligent.
Ronaldo est plus intelligent que doué. Il comble par son mental, son physique.

Daniel Horlaville (1945-2019), un amateur en France A

04.05.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Le Normand qui fit les gros titres dans les années 1960 a marqué l’Histoire du foot.
Unique footballeur de l’après-guerre à jouer en équipe de France, Daniel Horlaville fut ouvrier tuyauteur-soudeur. Le milieu offensif se révéla avec le club amateur de l’US Quevilly qu’il mena en demi-finales de Coupe de France en 1968. Il a servi le football, et ne s’en est jamais servi, lui.

Parcours de l’attaquant:
1953-1963 CA Oissel
1963-1971 US Quevilly
1971-1972 Paris SG
1972-1974 Paris FC
1974-1978 FC Rouen
1978-1989 CA Oissel

1969 France A, une sélection

Club entraîné
1981-2001 CMS Oissel, sa ville natale

My heart belongs to Oscar, Romain Villet. (Le dilettante)

03.05.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, HENDRIXEMENT

Voilà un grand livre dont Le dilettante a le chic pour les débusquer. Son patron est la plus intéressante tête chercheuse de l’édition depuis belle lurette pour reprendre une expression désuète de son cher Henri Calet. Désuète quand on parle de Calet ce n’est pas ringard mais plutôt très attachant. Notre mère n’est plus là -si c’est le cas- mais est-elle pour autant désuète ?
Dans le livre de Romain Villet on retrouve ce zigzag entre présent et désuétude. Le jazz est un perpétuel dialogue entre le passé, le présent et le futur. Toute la vraie musique comprend cette trilogie, c’est pourquoi je suis hermétique à 99 % du rap qui n’est qu’une revendication, une musique syndicaliste qui nous casse les oreilles pour rester poli. (Au mieux c’est du Brassens raté).
Romain Villet aime jouer avec les mots qui sont aussi des notes de musique, ou de la couleur, si l’on se souvient de Rimbaud. Dans le prénom Romain, il y a roman et main. On pourrait résumer son hymne au jazz par : jeu de mains, jeu de Villet. Sa plume court sur la page comme les mains sur le clavier d’un piano, et encore plus s’il écrit avec un ordinateur.
En 77 pages, Romain Villet nous restitue Oscar Peterson mieux qu’une fastidieuse biographie. L’âme du jazzman est entre nos mains réduite telle une tête de Jivaros. Son exercice d’admiration est sensible, et même ultrasensible, intelligent, savant et surtout humble, simple, vrai, donc poétique en diable. La vie sans poésie n’existe pas. La vie sans musique serait une erreur a dit Nietzsche.
Le printemps sans le livre de Romain Villet serait moins beau. Le miracle de la littérature y est bien présent. Il s’élève des pages aussi bien que la musique de Peterson s’échappe du piano. A la fin de son ouvrage, Romain Villet nous donne une suite de réponses à «Pourquoi le jazz ?» toutes plus éclairantes les unes que les autres. Blaise Cendrars aurait rajouté : «Parce que …»

-My heart belongs to Oscar, Romain Villet. Le dilettante, 77 p., 10 €.

La finale de C1 2019 ? Ajax (Cruyff) - Barcelone(Cruyff)

02.05.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR, CRUYFFEMENT

30 avril et 1er mai 2019
1/2 finales aller de C1
Tottenham 0-1 Ajax
Barcelone 3-0 Liverpool

La jeunesse de l’Ajax a gagné à Londres et Barcelone a laminé Liverpool qui devrait s’écrouler ensuite en Premier League, déçu à l’image du PSG.
L’Ajax joue dans le schéma des années 1970 mis en place par l’entraîneur Rinus Michels et son relais sur le terrain: Johan Cruyff. Un football total où l’on attaque et défend ensemble pendant 90 minutes et plus.
Tottenham est en 1/2 par accident: suie à la faillite du Real Madrid, de MU, du Bayern Munich.
Dans l’autre match, le Barça joue vite et bien tandis que les Reds jouent vite et mal.
Les Reds attaquent mais se liquéfient devant la cage adverse. Ils n’ont pas Suarez et Messi.
Messi a donné un récital. Il est déjà Ballon d’or 2019 puisque C. Ronaldo n’a pas eu accès aux 1/2.
Barcelone c’est l’Ajax espagnol car les Catalans jouent sur le schéma Michels-Cruyff: l’immense duo est passé par Barcelone après l’Ajax.
Pour résumé: le football a gagné sur tous les tableaux.
Le PSG croit qu’il suffit d’acheter Neymar pour gagner la C1. Erreur: un joueur ne fait pas un club c’est toujours le club qui fait le joueur.

Hatem Ben Arfa met en crise le PSG

30.04.19 | par morlino | Catégories: PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Un champion du monde 1998 qui doit tout à Zidane a mis plus bas que terre Ben Arfa qui aurait raté sa finale. Le ridicule ne tue plus depuis longtemps. Ben Arfa a réussi à revenir au premier plan à Rennes comme il l’avait déjà fait à Nice. Encore mieux, après plus d’un an sans jouer au haut, donc sans plus aucun rythme dans le corps. Malgré sa puissance économique, le PSG n’a pas réussi à le casser. Sa victoire face au PSG en finale de la Coupe de France met le PSG en crise.

Depuis l’élimination du PSG en 8e de C1 2019 par une équipe de Man United historiquement faiblarde, plus rien ne va au PSG.
La défaite en finale de la Coupe de France face à Rennes fait craquer l’édifice.
Neymar frappe un provocateur dans le public VIP puis détruit les jeunes joueurs qui n’écouteraient pas assez les anciens. Qui vise-t-il ? Le joueur qui a provoqué un penalty contre MU avant de marquer un csc contre Rennes ? Ou celui qui a raté son tir au but décisif ? Ou encore celui qui a pris un carton rouge pour agression caractérisée ?
Prendre exemple sur Neymar ? Il insulte des membres de l’UEFA, fait des roulades outrancières dès qu’on le touche. Passe son temps à faire de la promotion. Se positionne au-dessus du club. N’est jamais là lors des grands matchs. Se fait suspendre sans jouer !
Le directeur sportif est invisible.
L’entraîneur a fait venir trois joueurs très faibles dont un attaquant au football indigne de la Promotion d’Honneur.
L’entraîneur vient de faire la différence entre joueur qui aime gagner et joueur qui n’aime pas perdre. C’est opposer Neymar à C. Ronaldo !
Qui gouverne le PSG ? A Lyon, on sait que J.-M Aulas est le boss !
Cavani est totalement méprisé par le PSG alors qu’il est l’attaquant historique du club. La vraie star du PSG c’est Cavani.
Le PSG croit que l’on gagne la C1 avec trois chèques.
La Juventus a disputé 9 finales pour n’en gagner que deux. A méditer.
Je connais des supporters du PSG qui se sont désabonnés.
Le PSG traverse une crise qui va faire des dégâts.
Thiago Motta va-t-il remplacer Tuchel ?
A. Wenger, futur directeur sportif ?
Jamais le PSG n’aurait dû se séparer d’Ancelotti.
Le PSG: 5 entraineurs en 7 ans !
Kombouaré (2012), Ancelotti, Blanc, Emery et Tuchel. A qui le tour ?

Beau triplé du dynamique Youcef Atal lors de Nice-Guingamp

29.04.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Dimanche 28 avril 2019
34e journée de L1
OGC Nice 3-0 EA Guingamp
Buts des Aiglons: Atal (10e, 68e, 73e)

OGC Nice : Benitez - Burner, Hérelle, Dante ©, Sarr - Lees-Melou, Tameze, Makengo (Danilo 65e) - Saint-Maximin (Jaziri 83e), Sacko, Atal (Ganago 77e).

EA Guingamp : Caillard - Ikoko, Sorbon (cap), Djilobodji, Rebocho - Merghem (Blas 77e), Phiri (Didot 70e), Ndong, Thuram - Ngbakoto, Coco (Mendy 63e).

Classement
1 Paris 84 pts 33 matchs /27 3 3/ 95 27 + 68
2 Lille 68 pts 34 m/ 20 8 6/ 59 28 + 31
3 Lyon 62 pts 34 m/ 18 8 8/ 58 43 + 15
4 Saint-Etienne 59 pts 34 m/ 17 8 9/ 52 37 + 15
5 Marseille 54 pts 34 m/ 16 6 12/ 53 46 + 7
6 Montpellier 51 pts 33 m/ 13 12 8/ 47 37 + 10
7 OGC Nice 51 pts 34 m/ 14 9 11 26/ 30 -4

Le jeune Youcef Atal a marqué son premier doublé chez les professionnels.
Belle performance née d’un solide collectif niçois dont on sait la faiblesse offensive.
Le jeune homme de 23 ans est un défenseur latéral de formation qui adore jouer en attaque comme l’a si bien remarqué Patrick Vieira.
Il est très véloce, et adroit.
Vif et intelligent. On sent qu’il en veut. Quel bel état d’esprit.
Très belle performance collectif avec des satisfactions. C’est ça le football et non pas des numéros de solistes pour épater la galerie. Tenter des gestes c’est très bien mais il faut le faire à bon escient. Sinon le collectif est en péril.
Il faut remercier le duo Rivère-Fournier qui a recruté Atal et l’entraîneur Patrick Vieira. Atal est un joueur au très grand avenir s’il poursuit dans la voie du sérieux.
Patrick Vieira est sur les tablettes de Lyon. Lui aussi est un entraîneur d’avenir.

Neymar frappe un spectateur après la finale perdue par le PSG, et risque une lourde suspension

28.04.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

La frappe va-t-elle être hyper médiatisée ou passée sous silence ?

Neymar, le fiasco sportif au PSG. L’Histoire ne s’achète pas avec un chéquier. Elle se gagne sur le terrain. François Pinault et son fils le savent très bien: ils ne dépensent pas des sommes astronomiques dans des transferts qui sont de la poudre aux yeux.
Le PSG cette saison, trois petits tours en finale, et puis la défaite à la fin !
C1 ? Neymar est fois absent quand le compétition devient sérieuse, à élimination directe.
Image ? Il insulte l’UEFA.
Exploit ? Il prend 3 matchs de suspension pour la C1 2020. Tout ça pour un tweet !
Et pour finir, mauvais perdant, il frappe un spectateur.
Là il risque 4 matchs de suspension, même s’il a répondu à des propos désagréables.
Donc 3 + 4 = 7 matchs de mise à l’écart complétement stupides puisqu’ils résultent d’un comportement outrancier hors du terrain. Des appels pourront-ils adoucir la note ?
Pendant ce temps, la machine à cash fonctionne.
Le football est un sport. Rien à voir avec le spectacle, n’en déplaise aux Footix.
Le jeu de Neymar est à Raï ou Susic ce que la flûte de mon boulanger est à celle de Mozart.
Il fait plein de beaux et nouveaux gestes seulement les nouveaux ne sont pas beaux et les beaux ne sont pas nouveaux.

Ben Arfa gagne la Coupe de France 2019 destinée à Neymar

28.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

La magie de la Coupe de France a opéré: le “petit” a gagné le “gros".

Samedi 27 avril 2019
Saint-Denis (Stade de France)
101e finale de la Coupe de France (Trophée Charles-Simon)
Stade Rennais 2-2 Paris Saint-Germain : 2-2 et 6 tirs au but à 5 (2-2, 2-2)
Buts pour Rennes: Kimpembé (39e csc), Mexer (66e)
Buts pour le PSG: Alves (13e), Neymar (21e)
Expulsion : Mbappé (118e) au Paris SG, carton rouge pour geste dangereux sur adversaire.

Les HEROS de la Bretagne:
Stade Rennais : Tomas Koubek - Hamari Traoré, Damien Da Silva, Edson Mexer, Ramy Bensebaini - Benjamin Bourigeaud puis James Léa Siliki (106e), Clément Grenier, Benjamin André (cap.), Ismaila Sarr - Hatem Ben Arfa, Mbaye Niang.
Entraîneur : Julien Stephan.

Paris SG : Alphonse Aréola - Colin Dagba puis Moussa Diaby (106e) puis Christopher Nkunku (119e), Marquinhos (cap.), Presnel Kimpembé, Juan Bernat - Marco Verratti, Daniel Alves, Julian Draxler puis Edinson Cavani (91e) - Angel Di Maria puis Leo Paredes (75e), Kylian Mbappé, Neymar.
Entraîneur : Thomas Tuchel.

Mené 0-2, Rennes a triomphé. Chapeau ! Le football a eu le dernier mot devant un ramassis de mercenaires attirés par l’argent comme certaines mouches par la …
En face la vedette des réseaux sociaux empoche 100 000 euros par jour. Ils sont où les Gilets Jaunes de l’anti-football ?
Quitter Messi pour Di Maria est-ce un choix sportif ou lucratif ?
“Il ne faut jamais sous-estimer un adversaire” a dit Hatem Ben Arfa, une minute après la fin du match. Après il a pleuré de joie.
Le football français l’a envoyé à Rennes, comme une punition alors que des clubs étrangers lui faisaient un pont d’or.
Hatem Ben Arfa aime le football alors que d’autres aiment l’argent.
Le gagnant de la Coupe de France est allé ensuite serrer la main de son ancien président, son bourreau du PSG. Une main tendue au lieu d’un coup de poing. Parfois c’est plus fort. Mais le président du PSG n’a pas tendu franchement la main.
Un ancien joueur désormais entraîneur sans collier a dit: “Ben Arfa ne fera jamais gagner un match à lui tout seul". Il fait mieux: il gagne avec les autres, c’est-à-dire avec (et pour) son équipe.
Tout était fait pour que les icônes du PSG soulèvent la Coupe de France.
Hélas ! pour Paris, il restait un match à jouer.
Au début de la finale, les joueurs Copacabana ont fait leur numéro habituel comme s’ils étaient à la plage et qu’ils jouaient au tennis ballon. Leur but sur corner cela n’a rien à voir avec le football. C’est un truc d’entraînement. Une feinte à deux. Ensuite après leur but, les deux anciens du Barça ont cru que la messe était dite. Quel mépris pour leurs adversaires ! Sans eux, le Barça est presque en finale de la C1 2019.
En face, Rennes a fait son jeu collectif.
La victoire est méritée car Rennes a très bien joué dans son temps fort.
Paris n’est qu’un assemblage de mercenaires. Le seul vrai joueur-club c’est Cavani, mal traité par les dirigeants alors que l’Uruguayen est le meilleur buteur de l’Histoire du PSG.
A Paris, tout tourne autour de Neymar. Il est plus important que le club. Erreur à ne pas commettre.
Par ailleurs celui désormais appelé “le génie français” a aussi le melon. Sous l’influence du joueur qui vient de faire 40 000 kms en avion, il devient une machine à fabriquer de l’égoïsme au point d’agresser la jambe d’un adversaire. Il a pris un rouge direct."Le génie français” disent-ils. Et Pasteur, c’est quoi, un imbécile ?
Kimpembé a mis un but contre son camp. Sans doute l’effet Choupo-Moting, le pire attaquant de L1. Même Mitroglou, ex OM, est meilleur.
Pendant que Rennes se réjouit, Neymar peut retourner tweeter entre deux boites de nuit.
La star médiatique pour Footix n’a qu’un but: disputer la Copa America avec le Brésil.
Félicitations aux Rennais et à Ben Arfa qui peut savourer sa revanche: battre Paris qui l’a humilié sur la place publique pendant plus d’une saison.

20 h Foot, CNews. Vendredi 26 avril 2019: Finale Coupe de France, PSG, Neymar…

28.04.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Sans jouer, Neymar star inventée par les réseaux sociaux se prend trois matchs de suspension en C1

27.04.19 | par morlino | Catégories: PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Samedi 27 avril 2019
Finale de la Coupe de France
Rennes-PSG, 21 h

Après l’élimination du PSG par MU (1-3) au Parc des Princes en 8e retour de C1 2019, Neymar a insulté les instances du football européen:"Qu’ils aillent se faire foutre…” Résultat: 3 matchs de suspension en C1 2020.
Soit Neymar ne joue pas parce qu’il est blessé.
En en plus sans jouer, il se fait suspendre !
Donc cela confirme que c’est une créature des réseaux sociaux.
Il est plus présent sur la toile que sur les terrains.
Paris pour lui c’est 100 000 euros par jour, tant que ça dure.
Le PSG lui sert de camp d’entraînement pour la sélection.
Il va se servir de la finale de la Coupe de France pour faire trois roulettes et des dribbles pour les Footix et ensuite direction Copa America, l’équivalent sud-américain de l’Euro.
Paris devrait battre facilement Rennes.
Rennes a 1 % de chance de gagner. Comment ?
Ne pas avoir peur de l’armada parisienne.
Jouer son jeu de manière 100 % collective.
Avec Grenier et Ben Arfa hyper inspirés. Avec Bourigeaud, Sarr et Niang au top. Dans ce cas, Rennes a du répondant.

Le virtuose Bernardo Silva dans les meilleurs joueurs de la Premier League

26.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Premier League : la liste des nommés pour le titre de joueur de l’année 2019

L’association des footballeurs professionnels (PFA) a dévoilé la liste des six nommés pour le titre de joueur de l’année en Angleterre.

Comme Manchester City et Liverpool son en tête de Premier League, leurs joueurs sont majoritaires représentés au titre de joueur de l’année PFA.

Sergio Agüero, Bernardo Silva, Raheem Sterling (Manchester City)
Virgil van Dijk, Sadio Mané, Trent-Alexander Arnold (Liverpool)

Autres nommés:
Eden Hazard (Chelsea) composent la liste.
David Brooks (Bournemouth)
Declan Rice (West Ham) et Marcus Rashford (Manchester United)

L’absence de Lloris est criante. Il porte Tottenham sur ses épaules. L’a hissé en 1/2 finale de C1 et l’a requalifié pour la C1 2020. Quel manque de respect pour le capitaine des Bleus champion du monde en titre. Lloris n’est né à Rio ou à Buenos-Aires, est-ce un handicap ? Il n’a pas de tatouages, est-ce un tort ?
Classement
1 Manchester City 89 pts 35 matchs 29 2 4 89 22 67
2 Liverpool 88 35 27 7 1 79 20 59
3 Tottenham 70 35 23 1 11 65 35 30
4 Chelsea 67 35 20 7 8 59 38 21
5 Arsenal 66 35 20 6 9 69 46 23
6 Manchester United 64 35 19 7 9 63 50 13

Il reste trois journées.
Man City a son destin entre ses mains.
La prochaine est très importante avec Man United-Chelsea, Leicester-Arsenal, Burnley-Man City et Liverpool-Huddersfield.
Man U n’a plus son destin dans ses mains. La victoire à la maison contre Chelsea est obligatoire. En plus Arsenal risque encore de perdre à l’extérieur.
Pour les médias Mané (Liverpool) est le favori.
A mes yeux, Bernardo Silva mérite le titre de meilleur joueur. (Man City)
L’ex brillantissime ex monégasque n’est pas tendance. Jamais d’articles sur lui. Il est comme Paul Scholes: l’anti-vedette par excellence. Il est pourtant bien plus rayonnant que Neymar, la vache à lait de son père. Guardiola, l’entraîneur de City, n’est pas fou: Bernardo Silva sait tout faire. Equipier modèle. Hyper intelligent. Un virtuose. Guardiola a tout simplement pris conscience que Bernardo Silva, le Portugais, est du calibre des Espagnols, Iniesta et Xavi, ses anciens métronomes du Barça.
On se dirige vers Man City champion, et … Mané (Liverpool) meilleur joueur !

Monsieur Jean-Pierre Marielle (1932-2019)

25.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

“J’ai tourné avec de grands metteurs en scène mais c’est avec les mauvais que je me suis le plus éclaté” (Jean-Pierre Marielle)

Il méprisait le parisianisme. A juste titre. Il n’était pas du genre à ramper.

Man United humilié dans son stade par City qui heureusement reprend la 1ere place à Liverpool

25.04.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS

Un match raté de Scholes c’était plus performant que tous les Red Devils de Solskjaer qui font honte au club.

Mercredi 24 avril 2019
35e journée de Premier League
Manchester United 0-2 Manchester City
Buts pour les Citizens: Bernardo Silva (54e), Sane (66e)

Pas besoin de parler de United. Il n’y rien à en tirer.
La bonne nouvelle c’est que la défaite de MU sert les Citizens. Et embête Liverpool !

Man United: De Gea, Young ©, Darmian (Alexis), Smalling, Lindelof, Shaw; Pogba, Fred, A. Pereira (Lukaku 72e); Lingard (Martial 83e), Rashford.
Sur le banc: Romero, Dalot Mata, Matic

Man City: Ederson; Walker, Kompany, Laporte, Zinchenko; Gundogan (Danilo 89e), Fernandinho (Sane 51e), David Silva; Bernardo Silva, Sterling, Aguero (Jesus 89e).
Sur le banc: Muric, Mahrez, Otamendi, Foden.

Classement
1 Manchester City 89 35/ 29 4 2/ 89 22 + 67
2 Liverpool 88 35/ 27 1 7/ 79 20 + 59
3 Tottenham 70 35/ 23 11 1/ 65 35 + 30
4 Chelsea 67 35/ 20 8 7/ 59 38 + 21
………………………………………………………………………………………………….
5 Arsenal 66 35/ 20 9 6 /69 46 + 23
………………………………………………………………………………………………….
6 Manchester United 64 35/ 19 9 7/ 63 50 + 13

Dick Rivers (1945-2019) enterre mes 9 ans

24.04.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, HENDRIXEMENT

Très belle chanson. Grande interprétation.

L’étau se resserre. C’est au tour de Dick Rivers.
Au début des années 1960, il a été l’un des héros de la jeunesse.
Ceux qui avait 16-17 ans voulaient tous devenir musiciens.
Mes voisins avaient acheté des guitares électriques. Beaucoup d’appelés, peu d’élus.
Dick Rivers était un pionnier du Rock en France avec Johnny Hallyday et Eddy Mitchell
Dick Rivers avec les Chats Sauvages et Eddy Mitchell avec les Chaussettes Noires.
Ils imitaient tous les Américains.
Avec le temps on a su qu’avant Elvis Presley il y avait Gene Vincent et Eddie Cochran. Elvis le produit. Les deux autres, les purs et durs.
En France, Johnny Hallyday, le produit. Mitchell, l’intellectuel. Rivers, accroché à ses rêves comme un noyé à sa bouée.
Tous les trois avaient pris des pseudonymes pour faire plus rock USA:
Dick Rivers (Hervé Forneri), Johnny Hallyday (Jean-Philippe Smet), Eddy Mitchell (Claude Lemoine).
Dick Rivers était Niçois. Fils de commerçants connus et respectés.
Il a fait sa route et certains ne le considéraient pas de valeur égale à ses deux comparses du début.
Je n’ai pas aimé du tout l’exclusion dont il était frappé.
Pourquoi ne pas l’avoir pris dans Les Vieilles Canailles. IL y avait sa place de plein droit.
Il devrait être plus solitaire, ne pas donner la papatte.
Je n’ai pas aimé qu’un présentateur télé raconte publiquement que Dick Rivers lui demandait d’être son invité alors qu’il ne l’invitera jamais, dit le membre du PAF accroché à son statut comme Cicéron à son urinal. Nouvel ostracisme ! Tant de nullités absolues défilent dans l’émission ciblée.
Dick Rivers n’avait pas la carte. Tout comme Vince Taylor, magnifique chanteur détruit pas le show biz.
On ne doit pas rire de ce chanteur qui a tracé sa voie, et sa voix.
Il avait une très belle voix.
Une présence. Lui n’a pas varié, il n’est pas devenu hippie ou je ne sais quel courant à la mode.
Il n’a jamais changé de style. Santiags du début à la fin, même s’il ne portait pas ce modèle.
Une sorte de Lucky Lucke de la scène française.
Ce n’était pas Nougaro ou Trenet mais il avait un timbre reconnaissable entre tous.
Il parlait le Nissart comme feu l’ami Francis Lai et José Salcy, un autre superbe chanteur niçois injustement oublié.
Dick Rivers a fait rêver les jeunes des années 1960.
Tout le monde ne peut pas dire autant.

Le derby de Manchester: tout sauf Liverpool champion !

24.04.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Le jour où les Citizens ont gagné le titre au nez et à la barbe de MU, la Maison Rouge a baissé pavillon. Depuis c’est la traversée du désert.

Mercredi 24 avril 2019
35e journée de Premier League
Manchester United-Manchester City, 21 h

Il y a quelques années c’était le grand rendez-vous. Encore plus lointain, ce n’était pas grand chose car City était trop faible.
A présent, City est très loin devant United.
Pour les fans de MU c’est très simple: veut-on voir Liverpool renouer après le titre national après 30 ans sans rien ? La réponse est non. Donc City doit gagner.
United doit-il vaincre pour espérer aller en Europe en 2019-2020 ? Pour y faire quoi !
Mieux vaut construire sur 5 ans mais du solide.
Ce groupe de faux Red Devils a fait illusion à Paris. Le hold-up parfait.
Guardiola doit gagner à Old Trafford.
Tout sauf Liverpool champion !

Manchester United: les zéros sont fatigués

23.04.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL

L’actuel MU n’a aucun vrai Red Devil. Pas un seul joueur n’a la grinta de Scholes, Rooney, Carrick, Phil Neville, Rio Ferdinand ou Vidic. Pas un seul.

Dimanche 21 avril 2019
35e journée de Premier League
Everton 4-0 Manchester United
Buts pour Everton: Richarlison (13e), Sigurdsson (28e), Digne (56e), Walcott (64e)

MU a perdu un match très important. Certes à l’extérieur.
Cependant l’équipe a démontré qu’elle n’avait rien dans le ventre.
Tomber si bas devant une équipe du ventre mou.
Everton-MU c’était plus important que PSG-MU en C1, qui n’a été qu’une illusion. Paris était vraiment mal préparé pour perdre devant un MU Bis voire Ter.
Il est possible désormais que MU ne soit pas en Europe 2020 quand on voit son classement.
Tout est très serré de la 3e à la 6e, la pire des places.
MU va recevoir City, mercredi 24 avril 2019.
MU devrait perdre car City va jouer le titre.
Ce groupe de MU est l’un des pires de son Histoire. Même Anderson était meilleur que les joueurs actuels. Au moins de temps en temps il jouait bien. Un match sur 10 !
Solskjaer a tiré le maximum d’un groupe hyper faible.

Classement
1 Liverpool 88 pts 35 m/ 27 1 7/ 79 20 + 59
2 Manchester City 86 34/ 28 4 2/ 87 22 + 65
3 Tottenham 67 34/ 22 11 1/ 64 35 + 29
4 Arsenal 66 34/ 20 8 6/ 68 43 + 25
**************************************
5 Chelsea 66 34/ 20 8 6/ 57 36 + 21
**************************************
6 Manchester United 64 34/ 19 8 7/ 63 48 + 15

Everton: Pickford; Coleman ©, Keane, Zouma, Digne (Jagielka 85e); Schneiderlin, Gueye (McCarthy 76e); Richarlison (Walcott 51e), Sigurdsson, Bernard; Calvert-Lewin.
Sur le banc: Stekelenburg, Tosun, Davies, Lookman.

Man United:
De Gea ©: à conserver. N’a aucun défenseur devant lui
Lindelof: à conserver comme remplaçant
Smalling: à transférer. Un des pires joueurs de MU depuis 100 ans
Jones: aucun sens du jeu. A transférer puis Young (46e): Trop usé. A transférer
Dalot: à transférer
Matic: à transférer
Fred: à transférer, puis McTominay (46e): à conserver
Pogba: Joue avec un miroir. A transférer
Rashford: à conserver comme remplaçant, puis Pereira (77e): à transférer
Lukaku: à transférer
Martial: à conserver comme remplaçant du remplaçant

Sur le banc:
Romero: à transférer
Lingard: à conserver comme remplaçant
Mata: à conserver
Alexis: à transférer.
Manager: O.G. Solskjaer, à conserver.

Livres : bons d’entrée (Bienne, Hanson, Roubaud, Baldwin, Henriette Valet, De Jarcy, Levet, Balasko, Wolfe et Quella-Villéger) et aussi les bons de sortie !

22.04.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Les bons d’entrée :

-La malchimie, Gisèle Bienne. Actes Sud, 259 p., 22 €. Déchirant plaidoyer d’une sœur pour un frère ouvrier agricole malade à force d’avoir utilisé des produits toxiques.

-Abeilles. La dernière danse ?, Thor Hanson. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Cécile Leclère. Buchet-Chastel, 294 p., 21 €. Il y a urgence à sauver les abeilles qui ont un rôle capital. Sans elles on risque une catastrophe planétaire. Touche pas à nos abeilles !

-Un homme nu dans une malle, Louis Roubaud. L’Eveilleur, 200 p., 16 €. Très bon polar par un ancien grand reporter dans la lignée d’Albert Londres et Joseph Kessel. Un crime des quatre jeudis ? Pas évident à résoudre ni même à expliquer.

-Un autre pays, James Baldwin. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Jean Autret. Folio/ Galllimard, 578 p., 9 €. Porte-parole des Noirs face au racisme à haute dose, le narrateur se fait défenseur de toutes les minorités bafouées ouvertement dans les années 1950. Le mode d’emploi pour affronter l’intolérance.

-Madame 60 bis, Henriette Valet. L’Arbre vengeur, 232 p., 16 €. Un pamphlet sous forme de roman qui fustige tous ceux qui mettent des bâtons dans les roues des laissées-pour-compte qui se battent contre des moulins à vent.

-Les abandonnées. Histoire des cités de banlieues, Xavier De Jarcy. Albin Michel, 460 p., 22 €. Les grands ensembles devaient anéantir les taudis. Echec cuisant. En fait, une population aux multiples origines a été placée derrière le périphérique comme on cache la poussière sous le tapis.

-Cartes postales, Henry Jean-Marie Levet. Préface de Michel Bulteau. La petite vermillon / La Table Ronde, 105 p., 6, 10 €. Le poète J.-M. Levet (1874-1906) est un météore qui éclaire l’âme. Valery Larbaud et Léon-Paul Fargue étaient ses lecteurs et aussi éditeurs.

-Jamaiplu, Josiane Balasko. Pygmalion, 260 p., 18 €. La comédienne est l’une des plus grandes de sa génération. Stylo en main, elle s’amuse à faire grincer les mots entre eux.

-Le Bûcher des vanités. Un homme, un vrai, Tom Wolfe. Sous la direction de Nicolas Idier. Bouquins/ Robert Laffont, 1215 p., 32 €. Ouvrage culte sur le déclin d’un arriviste avec une cervelle de moineau, spécimen (très 1980) pas en voie de disparition.

-France Bloch-Sérazin, une femme en résistance (1913-1943), Alain Quella-Villéger. Préface de Marie-José Chambart de Lauwe. Des Femmes/ Antoinette Fouque, 296 p., 18 €. La chimiste communiste arrêtée par la milice vichyste a été guillotinée par les nazis.

Les bons de sortie :

-Cinquante nuances de bleu, Camille Lacourt. Michel Lafon, 19, 95€. Bouquin écrit par Jean-François Kervéan sur l’ex d’une people. Pensum alimentaire.

-De la race des seigneurs, Alain-Fabien Delon. Stock, 252 p., 17, 50 €. Pourquoi dès que l’on a un semblant de notoriété faut-il mettre son nom sur la couverture d’un bouquin ? Pour passer à la téloche.

-Le dictionnaire de ma vie, Gérard Darmon. Kéro, 270 p. , 17 €. Encore un bouquin pour lecteurs de Voici.

- Une & Indivisible, Marlène Schiappa L’Aube, 192 p., 15 €. «Tout ce qui vise à diviser la République, vise à la détruire.» Tissu de lapalissades.

-Réflexions II-VI. Cahiers noirs (1931-1938). Martin Heidegger. Traduit de l’allemand par François Fédier. Gallimard, 544 p., 45 €. Aucun intérêt de savoir ce qui se tramait dans le ciboulot d’un nazi.

-Théorème vivant, Cédric Villani. Grasset, 288 p. , 19 €. La logorrhée du matheux est aussi ringarde que ses fringues

De rock et de metal. 30 mai 1980 : Trust dynamité le hard français. Pascal Paillardet. (Le Castor Astral)

21.04.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Passionnant de bout en bout, qu’on aime ou pas le hard rock, le heavy metal. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il vaut mieux de perdre dans sa passion que perdre sa passion comme les trois-quarts de l’humanité qui sont des morts-vivants égarés dans leurs souvenirs avant de perdre la mémoire. Pascal Paillardet, brillant journaliste à La Vie- qui porte si bien son nom (La vie c’est mieux que la mort, contrairement à ce que prétendent des décérébrés)- oui Pascal Paillardet vibre pour sa passion de jeunesse qui reste intacte, pas qu’au fond de lui, à fleur de peau aussi, qui n’est pas de chagrin. Plus on avance dans le livre, plus l’intensité de sa flamme demeure, se ranime et même se renouvelle.
Paillardet est aussi discret, plein de tact, dans la vie (décidément !) que sabre au clair, plume à la main, ou clavier sous les doigts qui courent comme sur un piano. Enfant, adolescent, Serge Lama, Rika Zaraï, Michel Sardou et Rose Laurens lui «limaient les oreilles», lui «faisaient saigner les tympans jusqu’à l’hémorragie». Il faut dire qu’entendre toute la journée pendant des mois «Je suis Maaalaaadeeeee» sur une musique d’Alice Dona cela ne casse pas que les oreilles ! Tout ce tintamarre c’était de la musique subie.«Smoke on the water» de Deep Purple c’était beaucoup mieux, et c’est toujours beaucoup mieux. Quand Pascal Paillardet s’attaque à la musique, comme pratiquant d’un instrument, il renonce et se rend compte qu’il n’est bon qu’à «l’écoute». Belle lucidité. Dommage que beaucoup de musiciens professionnels ne l’imitent pas. On en voit deux dits classiques qui occupent l’écran simplement parce que l’un deux a été pipolisé par son mariage avec une jacteuse du PAF. Si être arrivé c’est ça mieux vaut ne jamais partir :!
Pendant 160 pages, Pascal Paillardet nous raconte sa passion et bien sûr du coup toute l’aventure du hard rock avec pour ligne rouge dans le récit le temps fort du groupe Trust et ses leaders Bernie Bonvoisin et Norbert Krief. En 1980, la France apprend à les connaître avec l’album Répression. Qui n’a pas entendu Antisocial est sourd ou amnésique. Ce n’est pas un chant c’est un cri, de la rage à l’état brut. En français et non pas en anglais. Voilà la nouveauté. Rien à voir avec le rock commercial de Jean-Philippe Smet, copie d’Elvis Presley. Depuis 1980, le groupe s’est défait puis recomposé. Cela n’a rien enlevé à sa force verbale et musicale. A côté de Trust, les deux groupes Téléphone et Indochine semblent représenter le minitel face à internet. Trust chante pour dire quelque chose. La poésie- le contraire de la guerre physique- peut être violente. Ce n’est pas qu’une coulée de miel pour oisifs. Trust fait travailler les neurones. Il réveille les consciences. N’endort pas. Le livre de Paillardet aussi.

-De rock et de metal. 30 mai 1980 : Trust dynamité le hard français. Pascal Paillardet. Le Castor Astral, 161 p., 15, 90 €

King Cantona sur Clique Tv et dans la Dream Team de MU de Sir Ferguson

19.04.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, CANTONALAND

Tout pareil sauf Van Nistelroy. Je préfère Rooney.

PS: L’émission consacrée au King, présentée par Karim Bennani:
http://www.clique.tv/chaine-cantona-pokora-kaaris-courts-metrages/

1/2 finale de C1: Spurs-Ajax et Barça-Reds

17.04.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, LONDON CITY

Quand ce n’est pas C. Ronaldo qui brille c’est Messi. Des joueurs-communicants.

Mercredi 17 Avril 2019
1/4 finale retour de C1 2019
Porto (POR)1-4 Liverpool (ANG)
Manchester City (ANG) 4-3 Tottenham Hotspur (ANG)

On connait les 1/2 finale. Très belles affiches. Les Spurs sont qualifiés à la faveur de leur match aller favorable.
Cette compétition est exténuante. Et Paris qui croit que cela se règle à coup de chèques.
Heureusement c’est le football qui gagne.
Exit le Real, Paris et la Juve.
Man City est passé tout près de la qualification. Sans la VAR c’était bon. Désormais ce n’est plus la même chose. L’injustice a laissé la place à la vérité, mais pas toujours. Les Londoniens n’ont rien volé.
Bref la finale devrait être Ajax-Barcelone.
Messi vainqueur ? Fort probable.
Mention spéciale à Hugo Lloris. Tottenham lui doit beaucoup.
Formé à l’OGCNice, il mérite ce qui lui arrive. Mille fois.
Man City sort par la grande porte. Cela ne console pas.
Outsider number one ? Ajax.

1/2 FINALE Champions League

1. Tottenham Hotspur - Ajax
2. Barcelone - Liverpool

Le vainqueur de Tottenham Hotspur - Ajax sera l’équipe qui recevra le jour de la finale à Madrid

Le Clézio, l’homme du secret, par Aliette Armel (Le Passeur)

17.04.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

Très difficile pour un écrivain de ne pas écrire toujours le même livre. Aussi, je reste très attaché au Le Clézio du début. Ceui qui écrivait : “Si vous êtes quelqu’un de grand, je vous plains car vous avez tous les jours la même taille". Sublime aphorisme sur les gens de pouvoir. Je l’ai depuis perdu de vue. Je reste très lié à lui, par son œuvre disons de jeunesse, par son attitude face aux médias, par le fait qu’il soit Niçois comme moi. Le côté sauvage, insaisissable, taquin, est typiquement Niçois. Le CLézio, Modiano, Handke sont les plus authentiques aînés désormais. Il est totalement injuste que Peter Handke ne soit pas Nobel, à son tour. Le Clézio raconte que l’homme est détruit par les régents de l’économie. Modiano raconte que les fantômes nous commandent. Handke raconte les difficulté de communication entre les êtres.

Tristan Tzara a dit qu’il n’y avait que deux façons d’écrire : le pamphlet ou le poème. Foin de l’eau tiédasse ! Il avait raison. On peut cependant rajouter l’exercice d’admiration. Tel est le cas de cet hymne à Le Clézio par son admiratrice en chef, plus proche d’une groupie de Claude François que d’une fervente de Jacques Brel. Cependant, elle confie qu’elle aimerait demander au grantécrivain ce qu’il pense du contraste entre le luxe de l’avion qui le pilote vers le prix Nobel et sa simplicité vestimentaire ? On est plus dans un long article genre ELLE que dans Les Cahiers de L’Herne.
Dans ce volume à la gloire de Le Clézio, on parle beaucoup de la présence de sa femme qui est présentée comme une attachée de presse ultra privée, et du prestige de l’écrivain qui a sur les gens, disons un impact très Robert Redford. Dans le livre, pas de grande présence de Nice, sa ville natale, pourtant elle apparaît souvent dans son oeuvre, surtout le secteur de Coco Beach, après la Réserve, où j’ai passé les quinze premières de ma vie. Le soleil si présent chez Le Clezio est d’abord Niçois avant d’être Mexicain. C’est moins exotique de parler de pan-bagnat que des Tarahumaras si chers à Antonin Artaud.
La biographe nous explique page 128 que le grantécrivain ne supporte pas de voir bafouer les règles éthiques de sa vision de la littérature. Cependant elle fait l’impasse dans le récit (pas dans les repères biographiques) sur la remise du prix Paul Morand décerné à Le Clézio en 1980. Le lauréat est venu chercher sa récompense, sans plus de cérémonie. Il est vrai que pour 300 000 F (45 000 € aujourd’hui) on peut fermer les yeux sur l’antisémitisme et l’homophobie de Morand, par ailleurs, excellent styliste, à l’inverse de Le Clézio, homme de fond et pas du tout de la forme. Il faut s’appeler Cioran pour refuser le prix Morand 1988. Les détracteurs de Cioran rappellent que l’ex facho a reçu néanmoins le prix Rivarol… Chacun voit midi à sa Rolex.
Tout le monde a sa vision de tel et tel écrivain. Concernant, Le Clézio, je l’ai rencontré trois fois. La première : place Garibaldi, dans les années 1970, il a fait semblant de ne parler que l’anglais pour éviter de répondre à ma fougue de lycéen de Masséna (comme Apollinaire et Gary!); la deuxième, place de l’Opéra, à Paris, où il a accepté que je le prenne de dos en photo que j’ai publiée ensuite dans Libération- le vraiment intéressant Libé pas celui d’aujourd’hui- ce jour-là JMGLC m’a dit qu’il me plaignait,- d’un Niçois à un autre Niçois- de toujours rester à Paris ; et la troisième fois, à la BN où il consultait des livres (je ne suis pas arrivé à voir de quoi il s’agissait tant ils étaient de petits formats), sous la belle coupole du site Richelieu. Je l’ai suivi à l’extérieur pour lui rappeler nos deux précédentes rencontres… Il m’a dit qu’il se souvenait de la seconde, pas de la première. J’étais allé aussi voir sa mère, place de l’Ile de Beauté, face au Port de Nice, qui me confia dans un très bon accueil: “Mon fils écrit toujours, il n’aime pas être dérangé"… Voilà qui est parfait. J’ai eu le même professeur de philo que JMGLC: M. Welfel qui nous disait que Le Clézio connaissait tous les noms des magasins de l’avenue de la Victoire à Nice. Il soulignait son don d’observation, et aussi que Le Clézio était quelqu’un de vraiment intéressant par rapport à la masse d’élèves qu’il avait eue. Ce professeur était magnifique.
Tout ça pour vous dire que le Le Clézio m’a aidé par le biais de tous ses premiers livres où il combat les travers du monde qui ne pense qu’au profit, niant la spiritualité. J’ai beaucoup de ses ouvrages parus dans la grande collection Le Chemin (dirigée par Georges Lambrichs): Le Procès-verbal (son chef d’œuvre avec le mythique personnage dirigé par ses sens), La Fièvre, L’extase matérielle, Le Livre des fuites, Les Géants et La Ronde et autres récits. J’ai aussi Le Déluge, édition numérotée achetée chez M. Matarasso.
Depuis vingt ans, j’ai quitté les rives de son œuvre qui ne me nourrit plus assez. Bien sûr, je le félicite de ne pas participer aux Grosses Têtes, émission débile (plus c’est vulgaire, plus ça marche). On voit bien qu’il écrit parce qu’il ne peut s’en empêcher et c’est l’essentiel. Quand on voit la médiocrité des écrivains que l’on vante à gauche et à droite, Le Clézio est bel et bien grantécrivain. Son attitude n’est pas celle d’un bonimenteur qui passe dans des émissions TV où il faut faire le trottoir. Aliette Armel encourage à le lire, et elle a raison. Le Clézio n’est pas un écrivain de divertissement comme tous ces bouquins qui se vendent comme des petits pains et qui sont d’une nullité absolue. JMGLC a quelque chose à nous dire et cela fait des décennies qu’il s’y consacre. Il est l’un des fleurons de la littérature contemporaine. Un livre raté de Le Clézio c’est toujours mieux qu’un livre réussi signé par les marchands de salades avariées. J’entends par livre raté, un livre fermé c’est à dire un texte où l’écrivain est trop tourné sur lui-même alors que les livres réussis par les têtes de gondole sont tous ratés car ils n’ont aucun enjeu, aucune mise en danger. Chez JMGLC, il y a toujours la tension d’un écrivain sur la corde raide de la création.

-Le Clézio, l’homme du secret, Aliette Armel. Le Passeur, 154 p., 16,90 €

Avec Messi et l'Ajax, le football de Me Cruyff a gagné

17.04.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR, CRUYFFEMENT

Cruyff est l’un des plus grands artistes du XXe siècle.

Mardi 17 avril 2019
1/4 retour finale C1 2019
Barcelone 3-0 Manchester United
Buts pour le Barça: Messi (16e, 20e), Coutinho (61e)

Juventus Turin 1-2 Ajax Amsterdam
But pour la Juve: Ronalco (28e)
Buts pour les héritiers de Cruyff: van de Beek (34e), de Ligt (67e)r

Le vainqueur c’est Cruyff !
Avec Rinus Michels, son père spirituel, ils ont inspiré l’Ajax et le Barça. Le Football total: on attaque et on défend tous ensemble. La mort de l’égoïsme.
Et l’Ajax et le Barça sont en 1/2 finale.
Merveilleux football basé sur le collectif, l’Ajax a gagné à Turin. Rien de plus mérité.
La Juve usée n’avait pas d’attaquant à part CR7.
Manchester United a été en-dessous de tout. Jones et Smalling sont les pires arrières de l’Histoire de MU. Deux cadeaux empoisonnés de Sir Ferguson. On devrait faire une pétition pour qu’ils partent voir ailleurs. Le PSG peut avoir honte de s’être fait sortir par cette équipe ultra faible. Grand club, minuscule équipe (je parle de MU)
On devrait voir en finale Ajax contre Barça, soit Cruyff contre Cruyff. Si c’est City-Barça ça marche aussi car Cruyff est le seul modèle de Guardiola, l’entraîneur des Citizens.

17 Avril
1/4 finale retour de C1 2019
Porto (POR)-Liverpool (ANG)
Manchester City (ANG)-Tottenham Hotspur (ANG)

1/2 FINALE Champions League

1. Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax
2. Barcelone - Liverpool ou Porto

Le vainqueur de Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax) sera l’équipe qui recevra le jour de la finale à Madrid

Le 126e but de C. Ronaldo en Champions League

16.04.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Barcelone devrait et doit balayer ce Man United indigne de l’Histoire du club. Ole G.Solskjaer fait ce qu’il peut avec un effectif à renouveler de fond en comble. La Juve va devoir se concentrer pendant tout le monde car cet Ajax-là est très bon.

Mardi 16 avril 2019
1/4 finale retour de C1 2019
Juventus Turin-Ajax Amsterdam, 21 h, RMC Sport 2 tv
Barcelone-Manchester United 21 h,RMC Sport 1 tv

Dans les 10 meilleurs joueurs de toute l’Histoire du football, C. Ronaldo à marquer son 126e but en C1, en 1/4 de finale aller à Amsterdam contre l’AJAX lors d’un grand 1-1 qui place très bien la Juventus Turin pour accéder en 1/2 finale.
Tous les passionnés veulent voir en finale: Juve-Barça.
La Juve est allée 9 fois en finale et n’a gagné que deux trophées. Et le PSG qui dit vouloir remporter une C1. Qu’il aille d’abord en finale !

Classement des meilleurs buteur de la C1 depuis 1956:

1.Cristiano Ronaldo, Portugal (depuis 2002)
Sporting Portugal (0), Manchester United (16), Real Madrid (105), Juventus (5)
1 but en préliminaire/ 61 en phase de poule/ 64 en phase finale : 165 matchs, 126 buts

2. Lionel Messi, Argentine (depuis 2004)
FC Barcelone (108)
0 en préliminaire/ 66 en poule/ 42 en phase finale/ 132 matchs, 108 buts

King Lewis Hamilton, l'anti Neymar

14.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Dans l’ITV il y a plusieurs passages sur l’art du pilotage. L. Hamilton explique très bien sa capacité d’analyse en course, ainsi de suite. C’est le plus grand pilote depuis le regretté Senna. Il lui ressemble beaucoup dans sa façon d’aborder les courses, et même dans le comportement. Calme dehors, le feu dedans. Je pense être le premier en France à avoir pronostiqué son avenir radieux des son premier GP, dans un édito du Figaro. Il dit qu’on ne peut pas ressentir ce qu’un pilote ressent, quand on est dans un canapé chez soi. Là, il se trompe car il est totalement perceptible pour ceux qui connaissent le pilotage. C’est un vrai grand champion et pas une construction médiatique comme Neymar.

En début de saison, la presse française a mis le paquet sur le Monégasque Leclerc comme si Hamilton n’existait plus. Quel manque de respect. C’est dire que Mbappé est le plus grand footballeur sans citer Messi et C. Ronaldo. Le meilleur pilote c’est Hamilton. Leclerc est loin derrière.

Dimanche 14 avril 2019
Grand Prix F1 de CHINE

1 L. HAMILTON/ Mercedes 1h32′06′’350, Moy. : 198.9 km/h
2 V. BOTTAS: Mercedes à 6′’552
3 S. VETTEL/ Ferrari à 13′’744
4 M. VERSTAPPEN: Red Bull Racing à 27′’627
5 C. LECLERC/ Ferrari à 31′’276

Classement du championnat du monde des pilotes (le 15 avril 2019)
1 L. Hamilton 68 points
2 V. Bottas 62 pts
3 M. Verstappen 39 pts
4 S. Vettel 37 pts
5 C. Leclerc 36 pts

Palmarès de King Hamilton en F1
5 titres de champion du monde
232 départs en Grands Prix
3 086 points marqués
75 victoires
84 pole positions
41 meilleurs tours en course
137 podiums
14 hat tricks
4 041 tours en tête
20 559 km en tête
13 125 tours parcourus
66 164 km parcourus
26 abandons

Classements des meilleurs pilotes de l’Histoire
1 Michael Schumacher/ Allemagne (1991-2006 ; 2010-2012) : 91 victoires en 307 GP
2 Lewis Hamilton/ Royaume-Uni (2007) : 75 victoires en 231 GP
3 Sebastian Vettel/ Allemagne (2007) : 52 victoires en 221 GP
4 Alain Prost/ France (1980-1991 ; 1993) : 51 victoires en 199 GP
5 Ayrton Senna/ Brésil (1984-1994) : 41 victoires en 161 GP

20 h Foot, CNews. Vendredi 12 avril 2019: Lyon, OM et Neymar

12.04.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

1/4 C1 2019. Une passe de Messi, un but de CR7, et puis rien.

En 2019, le jeu est mort à Man United. L’équipe est sans âme, sans leader, 80 % des joueurs sont incapables d’honorer ce sublime maillot. Une équipe de surcotés. Messi seul peut battre MU. Man United le club de Best, de Cantona est tombé bien bas. Triste à voir.

1/4 finale aller Champions League 2019 (en gras les favoris)

9 Avril
Liverpool (ANG) 2-0 Porto (POR)
Tottenham Hotspur (ANG) 1-0 Manchester City (ANG)

10 Avril
Ajax Amsterdam(Pays Bas) 1-1 Juventus (ITA)
Manchester United (ANG) 0-1 Barcelone (ESP)

Les Reds ont gagné un match minable. Guardiola a expédié le match aller en attendant le retour où il est sûr de qualifier City, à 99 % tant Tottenham est faible, et encore plus faible sans Kane, blessé. Son agresseur aurait dû prendre un carton rouge.
C. Ronaldo a marqué une sublime tête plongeante pour le Juve qui se qualifiera à Turin. Ajax trop jeune.
Messi a fait une passe digne de Cruyff sur le but contre son camp de MU. Smalling a blessé Messi, le frappant sur le nez malencontreusement. Smalling a un football indigne de MU. Un Rio Ferdinand discount. Sir Ferguson était dans un mauvais jour quand il l’a fait signer à MU. C’est le pire arrière central de l’Histoire de MU depuis 100 ans. MU doit renouveler son effectif à 80 %. Le départ de Mourinho cela ne suffit pas à guérir le club dont l’équipe n’a rien à faire en 1/4 de la C1. Paris était vraiment nul pour avoir perdu contre ce MU. Au fait, il est où Neymar ? Resté au carnaval de Rio. A sa vraie place.

1/4 Retour

16 Avril
Ajax Amsterdam(Pays Bas) - Juventus (ITA)
Barcelone (ESP) - Manchester United (ANG)

17 Avril
Liverpool (ANG) - Porto (POR)
Tottenham Hotspur (ANG) - Manchester City (ANG)

1/2 FINALE Champions League

1. Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax ou Juventus
2. Barcelone ou Manchester United - Liverpool ou Porto

Le vainqueur de Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax ou Juventus) sera l’équipe qui recevra le jour de la finale à Madrid

La mascarade de Pelé-Mbappé. Selfie commercial

09.04.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

La réunion Pelé-Mbappé était une kermesse du sponsoring qui se termina mal pour Pelé. Le Roi Pelé a été conduit ensuite à l’hôpital où il est resté plusieurs jours.
Neymar est venu lui rendre visite. Sans photographe ? Cela reste à voir.
Le Brésilien de Paris (ou plutôt son père qui vit pas fils interposé) veut montrer qu’il n’est pas rancunier, vis-à-vis de son compatriote qui a préféré s’afficher avec un Français, argent oblige.
Pelé est allé jusqu’à vendre du Viagra, c’est dire la décadence de l’icône tombée dans la prostitution visuelle.
C’est mieux que de toucher de l’argent sale, suivez mon regard…
Tout ce commerce autour de l’imagerie est écœurant. Pauvres enfants dont on tue les rêves.
Pour ses débuts, Mbappé touche plus d’argent que Pelé en fin de carrière. C’est l’époque qui veut ça.
Pelé a rendu le football mondialement célèbre. L’équivalent de Louis Armstrong pour le jazz.
Mbappé a la chance de jouer sous le règne de l’apogée du football mis en place grâce à Pelé, Puskas, Di Stefano, Kopa, Cruyff, Maradona, Platini… Et aujourd’hui Messi et C. Ronaldo.
Pour Mbappé j’attends dix ans pour me prononcer.
Pour l’instant, il est explosif, rapide, lit vite le jeu. Ce n’est pas suffisant. Garrincha dont plus personne ne parle avait dix Mbappé dans les deux pieds.
Seule la constance fera de Mbappé un grand joueur. Ce n’est pas la Coupe du Monde 2018 qui m’impressionne. Sivori ne l’a pas gagné. Qui se souvient de cet immense footballeur qui croupit au purgatoire ?
La rencontre Pelé-Mbappé = rien du tout. Un instant qui n’a jamais existé. De la fausse spontanéité. Un selfie organisé.

La course à l'Europe fait rage entre MU et Arsenal

08.04.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR

L’inoubliable Man United 8-2 Arsenal, de 2011-2012. Arsène Wenger à l’Olympia en a-t-il parlé pour nous expliquer sa science du football qui lui a permis de ne jamais gagner la C1 ? Dire que Wenger est un grand entraîneur c’est comme si vous parlez de Guy des Cars sans citer Georges Perros.

Dimanche 7 avril 2019
33e journée de Premier League
Everton 1-0 Arsenal
But pour Everton: Phil Jagielka (10e)

A six journées de la fin du championnat anglais rien n’est encore décidé en haut du classement: Liverpool est premier avec 82 pts, 33 matchs + 55, et Man City est 2e avec 80 pts 32 matchs + 62. Man City a son destin entre les mains et Guardiola devrait arracher le sacre. Liverpool court après son passé depuis 30 ans !

Ensuite le classement est le suivant:
3 Chelsea 66 pts 33 matchs + 23
4 Tottenham 64 pts 32 matchs +26
5 Arsenal 63 pts 32 matchs + 26
…………………………………………………………………………………………………

6 Man United 61 pts 32 matchs + 18

Les deux prochains matchs Chelsea-West Ham (8-4-2019) et Tottenham-Brighton (23-4-2019) devraient donner la victoire aux deux équipes londonienne.
Il semble que Tottenham et Chelsea soit bien placés pour aller en C1 2020 sauf gros contretemps.
Donc la 5e place pour l’Europa League va se jouer entre Arsenal qui a perdu contre Everton et Man U.
A cause de Mourinho, MU a été longtemps à la ramasse.
Solskjaer a relance MU mais la dernière ligne droite va être très difficile.
MU peut-il encore finir 3 ou 4e ? Cela semble presque impensable
5e ? Même là ce n’est plus évident.
Dans quel état va être MU avec son double choc contre Barcelone en 1/4 de C1 2019.

Dernière minute: Griezmann s’est fait siffler pendant tout le match au sommet Barcelone 2-0 Atletico Madrid. Les Socios du Barça n’en veulent pas et l’on sait que le club leur appartient. Le Français (33 M€ par an) est incapable de faire gagner la C1 à son club. Lui veut aller dans un club qui lui ferait gagner la C1. Hélas ! on ne peut pas courir plusieurs lièvres à la fois: se faire augmenter ici et puis dire je veux aller là-bas. Par ailleurs, on a vu Thauvin massacrer sa propre équipe (OM) - incroyable puisqu’il se traîne depuis des mois; on a vu Choupo-Moting confirmer au PSG que son football est plus médiocre que celui de Mitroglou, ex OM; on a vu les supporters de Lyon écrire “allez vous faire niquer", amabilité destinée aux joueurs de l’OL (je n’ai pas entendu la ministre des Sports de plaindre, cette fois, ni critiquer le “allez vous faire foutre” de Neymar en direction des préposés à la vidéo de PSG-MU)…

Le but Benarfanien de Ben Arfa contre Angers

07.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Samedi 6 mars 2019
31e journée de L1
Angers 3-3 Rennes
Buts pour Angers: Reine-Adelaïde (47e),Bahoken (52e), Reine-Adelaïde (90e + 3)
Buts pour Rennes: Ben Arfa (35e, 75e pen.), Niang (59e)

Hélas ! Rennes n’a pas gagné à l’extérieur. Du coup le but de Ben Arfa de la 35e minute perd de sa valeur collectif. Dommage !
Son ouverture du score est de toute beauté.
A la 35e minute, il a fait plusieurs arabesques pour se dépêtrer du marquage des mauvaises intentions des angevins vis-vis de lui, ensuite il accéléra et dribbla tout ce qui se trouvait sur son passage, fit la passe en espérant le une-deux. But ! Ben Arfa a transformé Rennes en une équipe de plots de chantier.
Fabuleux ! Des imbéciles disent toujours: “Ben Arfa garde trop le ballon". Les mêmes sont à genoux devant Neymar et Mabappé.
Hatem Ben Arfa est le meilleur joueur français en activité. Un joueur de classe. Pas un besogneux.
Benzema peu compter sur le Real Madrid.
Ben Arfa ne s’appuie sur rien. Il s’adapte à ses coéquipiers, à Nice ou à Rennes.
Ben Arfa sert le football alors que Mbappé se sert du football (voir la mascarade avec Pelé) tout comme Griezmann (voir comment il a fait augmenter son salaire à l’Atletico Madrid, menaçant d’aller à Man United).
Si Messi marque un but comme Ben Arfa contre Angers, il fait le tour du monde entier.
Le 27 avril 2019 a lieu la finale de la Coupe de France, Rennes-PSG.
J’espère voir Ben Arfa mettre sous l’éteignoir les communicants (Mbappé et Neymar).
Wenger à l’Olympia, c’est ne que de la com. Le grand entraîneur, le seul, l’unique en France s’appelle Monsieur Claude Onesta, l’ex lumière du handball tricolore. Un homme du niveau de Sir Ferguson. Guardiola a mis dehors de la Premier League, et Wenger et Mourinho, désormais deux coachs perdus sans collier. Ils feraient quoi à Dijon et à Nice ? S’ils aiment tant le football, ils n’ont qu’à entraîner une équipe de CFA. Et gratuitement en plus.
Ben Arfa fait briller Rennes, comme il a fait briller Nice.
Ben Arfa respire le football. On a encore de belles années à le voir.
Pendant ce temps, l’équipe de France ignore Ben Arfa, lui préférant des médiocres.
Les médias en ont fait des tonnes sur le but de Pavard en Coupe du Monde.
Les buts ont besoin d’un grand écrin pour être retenus.
Ben Arfa est capable d’inscrire des buts d’anthologie chez les Bleus.
Pour ça, il faut le sélectionner au lieu de toujours l’exclure.
Quand Mbappé rate un penalty, les médias le réconfortent.
Quand Ben Arfa rate une passe, les médias le massacrent.

Zidane: Hazard au Real ? Oui. Neymar ? Surtout pas !

07.04.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY

Les médias français ont essayé de nous vendre Neymar au Real Madrid mais c’était pour vendre des feuilles de choux.
L’idée n’a jamais effleuré le Real. Impossible de faire venir un éclopé dont le Barça s’est débarrassé fissa !
Neymar est un joueur YouTube. A Copacabana vous en avez dix au mètre carré des joueurs comme lui.
Neymar est un joueur de ballon, ce n’est pas un footballeur. Il déteste l’opposition. La piste de cirque lui conviendrait mieux.
En revanche, Eden Hazard a de la classe à revendre. Bien plus complet que Neymar.
Eden Hazard respire le football. Un mélange de Kopa et Messi.
Il est tout proche de devenir encore plus fort.
Le Real a besoin d’un architecte comme Hazard.
Il est bien logique que le stratège Zidane soit sensible au stratège Hazard.
Eden Hazard a souvent dit qu’il aimerait jouer au Real.
Il n’a jamais fait croire qu’il allait y signer dans les prochains jours comme l’a dit Antoine Griezmann à propos de Man United. Un jour, on annonce Griezmann à MU. Le jour suivant, à Barcelone. Aucun des deux n’en veut.
Qui vivra verra au sujet d’Eden Hazard. A mes yeux, il y a sa place. Et à la baguette en plus.

Le leader Lucien Favre contre le Bayern Munich ressort étrillé du match

06.04.19 | par morlino | Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR

Samedi 6 avril 2019
BeIN Sports 2, 18 h 30
28e journée de Bundesliga
Bayern Munich 5-0 Borussia Dortmund

APRES LE MATCH
La très lourde défaite de Dortmund permet au Bayern de repasser en tête avec un point d’avance sur leur victime du jour.
La victoire des Bavarois a été un math à sens unique tant les visiteurs n’étaient que des touristes.
Le Bayern a signifié à Lucien Favre: retourne à l’école, on ne s’attaque pas à une institution.

AVANT LE MATCH
L’ex grand entraîneur de l’OGCNice croise le fer avec les Bavarois.
Au coup d’envoi, Dortmund est leader avec 2 points d’envoi sur le Bayern Munich.
Le match s’annonce passionnant mais le Bayern a l’avantage du terrain.
Une certitude: Dortmund est déjà qualifié pour la C1 2020.
Le Bayern aussi.
Je regrette le temps où seul le premier allait en C1.
L’enjeu était mille fois plus intense.
Là, ils se disputent la première place, rien de plus.
N’empêche, il faut voir le match car Lucien Favre est l’un des cinq meilleurs entraîneurs en activité.
C’est la grande classe. Rien à voir avec la vulgarité de certains de ses confrères.
Il ne parle que du terrain, et ne fait jamais le trottoir de la notoriété.

David Bowie, A life, par Dylan Jones (Ring)

05.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Avaler plus de 700 pages cela peut paraître une perte de temps considérable. Mieux vaut lire Georges Perros ou Marcel Aymé, oui mais lorsqu’on a lu Perros et Aymé justement on peut lire ce livre sur David Bowie parce que ce musicien nous a accompagnés pendant toute notre jeunesse. La musique a été importante dans les années d’après-guerre: jazz, rock puis pop. Dans la séquence pop-rock David a une place de roi, avec Dylan, Lennon, les Doors, Zappa… Ce n’est pas rien.
Tout le livre s’articule sur les interviews de gens qui l’ont connu et sur des interviews de Bowie himself. L’auteur représente disons le public. Ou mieux, le lien entre nous et Bowie.
Dans un premier mouvement, Bowie a tout fait pour qu’on le remarque. C’est la course à la provocation, la période pot de fleur sur la tête. Il faut vite préciser qu’il y avait aussi sa voix, surtout sa voix. Un chanteur c’est d’abord une voix, et la sienne est envoutante, fascinante. Un moindre son on la reconnait comme la guitare de J. Hendrix ou la trompette de M. Davis. Beaucoup de produits commerciaux ont fait le pitre mais on ne sait plus par quelle trappe de l’oubli ils sont passés. Faire le gugusse cela ne suffit pas. Il faut la grâce, le fluide. Plus il se grimait, plus le vrai Bowie apparaissait.
Sa bouche était carnassière. Sa mâchoire supérieure broyait les mots qu’il nous balançait au visage. Une gueule de loup réincarné en homme debout.
Il aimait jouer sur la bisexualité, sur le côte androgyne. Rien à voir avec un mixte de Patrick Juvet et Amanda Lear. David Bowie semblait être le fils d’Elton John et de Freddie Mercury. Dans les années 1970, il a joué à fond cette carte. Quand il est devenu célèbre dans le monde entier, il a délaissé sa panoplie pour se présenter en costard. Grande classe. La distinction à l’état pur.
Il y a aussi son regard. Ses yeux vairons: un bleu, l’autre marron. De naissance ou résultat d’une bagarre ? Cela appartient à la légende. Des lentilles ? Non.
Bien sûr, il y a la période came, la coke consommée à haute dose.
Son cancer n’est pas le fait du hasard: il a tiré sur la corde, encore et encore.
Le quotidien d’une rockstar c’est de la folie: il faut être un Stones, un Dylan, un Beatles rescapé, un Rod Stewart, un Pink Floyd fondu dans la masse, un membre malin de Genesis, une Baez pour s’en sortir. La différence entre Madonna - qui n’est pas à ce niveau- et M. Monroe est flagrante: la chanteuse a une vie derrière sa marionnette. Pas facile à trouver l’équilibre. Attention, je parle de star planétaire, pas de Jean d’Ormesson, connu entre le quai Conti et France 2.
Les chanteurs ont besoin d’une médiatisation omniprésente pour durer. Voire Johnny H. en France. C’est exténuant. Cette course a pour moteur des failles. Bowie était hantée par la folie qui avait touché des proches. Cela appartient aussi de la légende. Où est le vrai ? Le faux ? Il n’était pas plus touché par la folie que nous.
Du talent, il en avait à revendre. Ziggy Stardust est un album mythique, pochette de l’album y compris.
Bowie avait une allure princière. Même déguisé, hyper maquillé, il avait la noblesse que les princes et rois de naissance n’ont pas.
Je n’ai pas attendu sa mort pour le considérer comme un très grand artiste. Dans la musique contemporaine, il est une sorte de Warhol.
Dylan, Hendrix, Lennon-McCartney, Jim Morrison… tous sont des amis et le resteront toujours.
L’art tend des passerelles. Il faut savoir les prendre. Sans passerelles on n’avance pas.

-David Bowie, A life, par Dylan Jones. Ring, 740 p., 23, 50 €

Lucas Modric doit-il rendre son Ballon d'Or ?

04.04.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

Quand lui on demande de citer les meilleurs joueurs du monde actuel, le féérique Messi répond:
-"Kylian Mbappé, Luis Suarez, Neymar et d’Eden Hazard. Je place Cristiano en dehors de ce groupe pour le mettre avec moi".
L’Argentin ne cite même pas Modric.
Messi et CR7 ne sont pas allés à la remise du Ballon d’Or 2019.
Ils ont bien fait: à quoi cela rime-t-il de donner le trophée à un perdant en finale de la Coupe du monde 2018 ?
Si Modric a gagné des C1 c’est grâce à Ronaldo. Sans l’as portugais il n’est bon à rien.
Messi met CR7 à son niveau. Bravo ! Ils sont hors normes.
Mbappé ? Il mérite d’être dans le top 6.
Suarez est son partenaire.
Neymar, son ex partenaire. Le Brésilien est trop souvent blessé.
Hazard ? Là, c’est une belle reconnaissance, bien sûr ultra méritée.
Il y aussi De Bruyne, Bernardo Silva, de Jong…
Le nom de Modric dans la liste des Ballons d’or choque autant que l’absence de Xavi et d’Iniesta.

Lucas Modirc doit-il rendre son Ballon d'Or ?

04.04.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

Quand lui on demande de citer les meilleurs joueurs du monde actuel, le féérique Messi répond:
-"Kylian Mbappé, Luis Suarez, Neymar et d’Eden Hazard. Je place Cristiano en dehors de ce groupe pour le mettre avec moi".
L’Argentin ne cite même pas Modric.
Messi et CR7 ne sont pas allés à la remise du Ballon d’Or 2019.
Ils ont bien fait: à quoi cela rime-t-il de donner le trophée à un perdant en finale de la Coupe du monde 2018 ?
Si Modric a gagné des C1 c’est grâce à Ronaldo. Sans l’as portugais il n’est bon à rien.
Messi met CR7 à son niveau. Bravo ! Ils sont hors normes.
Mbappé ? Il mérite d’être dans le top 6.
Suarez est son partenaire.
Neymar, son ex partenaire. Le Brésilien est trop souvent blessé.
Hazard ? Là, c’est une belle reconnaissance, bien sûr ultra méritée.
Il y aussi De Bruyne, Bernardo Silva, de Jong…
Le nom de Modric dans la liste des Ballons d’or choque autant que l’absence de Xavi et d’Iniesta.

A peine arrivé à Rennes, Ben Arfa hisse les Bretons en finale de la Coupe de France en battant Lyon, son club formateur ! !

02.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

1/2 finale de la Coupe de France
Mardi 2 avril 2019
Lyon 2-3 Rennes

Hatem Ben Arfa n’a pas marqué mais il a fait son match, toujours dans le bon tempo, semant la panique dans les rangs de Lyon dès qu’il avait le ballon.
La victoire de Rennes à Lyon a délié les langues lyonnaises.
Le pt de l’OL a annoncé que suite à ce match, l’entraîneur Genesio n’était plus reconduit pour deux ans.
Il est possible que si l’OL parvient à se hisser à la deuxième place de la L1 pour aller en C1 2020, sa tête soit sauvée.
La victoire rennaise en terre lyonnaise ne souffre d’aucune contestation.
Lyon n’avait pas envie de gagner. Ils ont joué avec le frein à main.
Très belle victoire des Bretons. Ils vivent une grande saison.
En finale, ils rencontreront Paris ou … Nantes !
A l’heure, il faut savourer la qualification. Bien la savourer.
Gagner sa place en finale sur le terrain de l’OL c’est une grande performance.
Ben Arfa a évincé le club qui l’a lancé en L1. Son ultime club formateur.
Il n’a pas exprimé de triomphalisme. La classe jusqu’au bout.

PS: lors de la conférence de presse, on a vu qu’à Lyon le linge sale se lavait en public. Flingage en direct de l’entraîneur Lyonnais non reconduit deux ans parce que l’OL ne va pas en finale. Le bouc-émissaire était désigné à la vindicte populaire.

Grand Prix 2019 Bahrain: la tortue Hamilton bat le lièvre Leclerc

02.04.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Les médias français étaient 100 % pour la victoire de Charles Leclerc. Et quand il a cassé son moteur, ils ont dit: le pauvre…
Tout ça est ridicule.
Mener toute la course pour perdre, ce n’est pas formidable.
Lewis Hamilton n’a pas volé sa victoire.
Les médias voulaient voir gagner le Monégasque.
La maladie française: détester les champions qui gagnent surtout s’ils sont étrangers.
Leclerc a la vie devant lui. Hamilton est au sommet de son art.
Et surtout bravo à Hamilton et à Mercedes.
La France de Poulidor, elle, est encore bien vivace.

NOTA BENE: il ne faut pas confondre Hamilton et Neymar. L’Anglais est un vrai champion, comme Federer. Le Brésilien, lui, est un joueur YouTube. Hamilton sert la F1. Neymar se sert du football. Ce n’est qu’une construction médiatique, depuis dix ans. Neymar veut toujours être en photo avec le multiple champion du monde. On dirait Line Renaud qui pose avec Elvis Presley.

Man United: de l'enfer sous Mourinho au paradis retrouvé avec Solskjaer

31.03.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Samedi 30 mars 2019
31e journée de Premier League
Manchester United 2-1 Watford
Buts pour MU:Rashford (28e), Martial (72e)
But pour les visiteurs: Doucoure (89e)

Manchester United: De Gea; Young ©, Jones, Smalling, Shaw; Herrera (Andreas 62e), Matic, Pogba; Mata (Lingard 62e), Rashford, Martial (Rojo 76e).
Sur le banc: Romero, Dalot, Fred, Lukaku.

Watford: Foster, Janmaat (Femenia 55e), Britos, Kabasele, Masina, Capoue, Hughes (Success 82e), Doucoure, Pereyra, Deulofeu (Gray 73e), Deeney.

Classement provisoire de la 31e journée

1 Man City 77 31 25 4 2 81 21 60
2 Liverpool 76 31 23 1 7 70 18 52
3 Tottenham 61 30 20 9 1 57 32 25
4 Manchester United 61 pts 31 m/ 18 6 7/ 60 41 + 19
5 Arsenal 60 30 18 6 6 63 39 24
6 Chelsea 57 30 17 7 6 50 33 17 57

Le redressement spectaculaire de MU se poursuit. Le parcours de MU depuis l’arrivée de Solskjaer est celui d’un champion d’Angleterre. Hélas! J. Mourinho a tant fait perdre MU au début de saison que l’exercice 2018-2019 est plombé. Cependant le nouvel entraîneur a remis le club dans la bonne dynamique en championnat et en C1.
Marcel Proust a dit qu’il n’y a de paradis que les paradis perdus. Oui, mais il a oublié le paradis retrouvé !
MU rejoue vite et bien. De surcroit, Solskjaer s’est très bien managé le groupe. Tout le monde est concerné, y compris ceux qu’il ne faut surtout traiter comme des remplaçants.

20 h Foot, CNews. Vendredi 29 mars 2019

30.03.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

The right man in the right place: O.G. Solskjaer manager de MU jusqu'en 2022

29.03.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Enfin, c’est fait !
MU a prolongé le manager norvégien jusqu’en 2022. Pas une parole en l’air.
Très bonne décision. Sage décision.
OGS est un de enfant de MU.
Sir Ferguson a enfin compris et il l’a dit à la direction:
Stop ! Assez c’est assez !
J. Mourinho avait largement dépassé les limites avec sa politique du coup de bâton.
Le club à fait le ménage: la suffisance du Portugais était insupportable.
OGS a rétabli la joie, le bonheur d’être ensemble.
Il a renoué le fil avec l’Histoire.

Jean Yanne et le manifestant professionnel (D. Prévost)

28.03.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Duo de 1970, dans l’émission La Joie de Vivre, présenté par H. Spade, avec Jacqueline Joubert présente sur le plateau.
Jean Yanne savait tout faire: animateur radio, humoriste solo, comique avec Jacques Martin, cinéaste, comédien… Daniel Prévost n’est pas moins doué. Il est aussi écrivain.
Ce sketch leur a été inspiré par 1968.
En 2019, il est toujours d’actualité. Daniel Prévost est là pour le constater.

King Ronaldo en soins pour être prêt contre l'Ajax

26.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, CRUYFFEMENT

Que ses détracteurs ne se réjouissent pas trop tôt: Cristiano Ronaldo sorti sur blessure lors du match contre la Serbie (1-1), lors des qualifications à l’Euro 2020, fait tout pour être d’attaque en 1/4 de finale de C1 le 10 avril 2019 contre l’Ajax au Pays-Bas. En cas de forfait, il lui resterait la possibilité de jouer le match retour à Turin, six jours plus tard.
La Juventus Turin a publié un communiqué sur la blessure du mythique attaquant:
-"Cristiano Ronaldo a été soumis au Portugal à des examens montrant une blessure mineure apparente au muscle fléchisseur de la cuisse droite. L’évolution de la blessure sera surveillée et fera l’objet de nouveaux examens pour définir la reprise de l’activité sportive".
Il n’y a pas de raison de mettre en doute la parole de la Juve.
Pas question de tomber dans le cliché info ou intox.
Ronaldo est rarement blessé. Il a stoppé sa course, pour éviter d’aggraver le mal.
Il se connait par cœur.
La blessure résulte du poids des ans.
Il est loin d’être cuit.

La décadence du Brésil: de Socrates à Neymar

25.03.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !

Dans les années 1970-1980, les amateurs de football, ont appris à connaître et à aimer Socrates.
Le virtuose était un viscéral démocrate.
Sous la dictature brésilienne, il jouait avec un maillot floqué DEMOCRATIE.
Il avait instauré dans son club les usages de la démocratie, avec le vote.
Il a participé à éliminer les fachos du pouvoir.
En 2019, retour de bâtons. Le Brésil est redevenu d’extrême-droite avec un extrémiste au pouvoir.
Les footballeurs Brésiliens, je parle des milliardaires, ne s’en offusquent pas. Certains le soutiennent. Les autres se taisent, ce qui est pire !
Si Socrates était vivant, il monterait au créneau.
Neymar, lui, ne bronche pas. Il a le comportement d’un joueur, d’une homme virtuel.
Ce joueur est plus connu par YouTube, les réseaux sociaux que par le terrain.
Il est très loin de C. Ronaldo et Messi.
Neymar depuis qu’il à signé à Paris est toujours absent dès l’automne.
Ce n’est pas grave pour l’économie: la vente des maillots à son nom marche bien.
Les jeunes se moquent qu’ils jouent ou pas.
Neymar n’est plus qu’une icône. Il réinvente le poster.
Il n’a fait que deux “gros” matchs: un avec le Brésil (J.O), l’autre contre Paris.
C’est Messi qui faisait gagner le Barça.
Neymar n’est pas un leader qui entraîne un groupe derrière lui.
Les années passent et il reste un grand produit marketing.
Qu’il joue ou pas ce n’est plus important. Les ventes continuent pendant les travaux (blessures).
On est passé dans un football showbiz.
Neymar et Mbappé ? Leur père respectif supervise tout.
Rabiot ? Sa mère agit en coulisses.
Griezman ? Sa sœur fait la com.
Heureusement que le jeu n’est pas abîmé, ouf !

Michels, Sir Ferguson et Sacchi, le trio de tête des 50 meilleurs entraîneurs classés par France Football au moment de la parution de la Pyramide inversée de Jonathan Wilson (Hachette)

Vous avez deux achats à faire.
France Football et La Pyramide inversée.
L’hebdomadaire a établi son classement des meilleurs entraîneurs que l’on retrouve dans La Pyramide inversée.

Voici le classement des 10 premiers d’après FF:

1 Rinus Michels, Ajax, Barcelone et Pays-Bas
2 Sir Alex Ferguson, Aberdeen et Manchester United
3 Arrigo Sacchi, AC Milan
4 Johan Cruyff, Ajax et Barcelone
5 Pep Guardiola, Barcelone, Bayern Munich, Man City
6 Valeri Lobanovski, Kiev
7 Helenio Herrera, Inter Milan
8 Carlo Ancelotti, AC Milan, Paris, Real Madrid, Naples
9 Ernst Happel, Feyenoord, Hambourg
10 Bill Shankly, Liverpool

Les deux premiers sont indiscutables. Rinus Michels a instauré le Football Total. Sir Ferguson est le plus titré. Pour la 3e place, cela se bouscule au portillon. On y trouve Sacchi. On pourrait en mettre d’autres. On note la forte présence du Barça (1er, 4 et 5) et de l’Ajax (1er et 4).
Dans les 10 premiers, aucune présence n’est surcotée. Rien que des cadors. Ils méritent tous d’y être.
Plus loin on retrouve des noms hélas ! oubliés: Nereo Rocco (AC Milan)et Bela Guttman (Benfica, deux maîtres du football. Aujourd’hui, ils seraient sur les tablettes des plus grands clubs comme ils l’ont été de leur vivant. Rocco jouait le catenaccio sans négliger l’offensif. Guttman fit triompher un Benfica dont la devise était qu’importe d’encaisser des buts si on en marque plus que les adversaires.
Dans le classement, on tombe sur des noms qui ne diront rien à beaucoup de monde: Viktor Maslov (23, Kiev) et Vic Buckingham (36, Ajax).
Et bien sûr, des noms inoubliables: Giovanni Trapattoni (12, AC Milan, Inter Milan, Juventus Turin), Brian Clough (15, Nottingham Forest), Herbert Chapman (24, Arsenal), Bob Paisley (26, Liverpool), Jock Stein (Celtic Glasgow).
Parmi les entraîneurs en activité: Mourinho (13), Klopp (27), Simeone (31), Conte (49)…
Côté français: outre Herrera, il y a Zinedine Zidane (22, Real Madrid), Albert Batteux (28, Reims, équipe de France), Arsène Wenger (32, Arsenal) et Jean-Claude Suaudeau (50, Nantes).
Le rédacteur en chef, Rémy Lacombe, souligne l’exploit de Zidane d’être aussi bien placé en si temps de temps. Lui, comme nous, on attend avec impatience la séquence “Zidane, le retour", surtout qu’il n’a plus C. Ronaldo. En France, j’entends dire de MBappé: “le génie français"… Si le gamin de 20 ans est un génie, CR7 est alors le Dieu des Dieux. Zidane sans CR7 c’est Marcel Proust sans stylo.
Wenger ? Il est bien placé pour un entraîneur sans C1. Nous ne sommes plus en 1950-1960. Un grand entraîneur de nos jours doit avoir au moins une C1.
Suaudeau ? J’aurais mis plutôt José Arribas, un autre entraîneur de Nantes, celui qui a donné l’identité au club. Deux grands noms de Saint Etienne n’ont pas été retenus: Herbin et Snella. Lucien Leduc, grand nom de Monaco, aurait pu être lui aussi être sélectionné.
Des absences sautent aux yeux: Luis Fernandez (il a pourtant donné un C2 au PSG) et Guy Roux (Auxerre), la référence des références françaises.
Tous les autres entraîneurs français sont portés disparus. A l’image de nos clubs en Europe.
A la fin des commentaires sur le classement des entraîneurs, FF citent aussi les grands sélectionneurs, sans jamais nommer Hidalgo, H. Michel, Jacquet et Deschamps. Trois vainqueurs !
Gérard Houllier livre ses confidences. Il n’a pas été fichu de remporter une Premier League. Pas plus que S. Gerrard. En Angleterre, si vous n’avez pas gagné le championnat, vous devez vous taire. A retenir sa phrase: “Au haut niveau, tu perds deux fois, tu fais nul et c’est la crise…” C’est pour cela que Wenger s’est enterré à Arsenal, club si loin de MU, du Real Madrid ou du Barça. Houllier nous dit que Ferguson prenait les “joueurs au bon moment". En fait, il faisait appel à de grands joueurs pas encore révélés mondialement. Aussi bien Cantona que Carrick. Ah ! ce n’est pas lui qui ferait signer Neymar ou Mbappé. Sir Ferguson a fait éclore C. Ronaldo. Voilà la différence entre un grand entraîneur et Mourinho qui n’a jamais formé personne.
Pour aller plus loin dans l’étude des grands entraîneurs, il faut vous procurer de toute urgence La Pyramide inversée, livre indispensable destiné à tous les vrais passionnés de football. Il y a tout, rien ne manque. A lire, à compulser, à conserver. Ici le football est traité comme la littérature, la peinture, la musique ou le cinéma. Un art. Un moyen d’expression. Avec ses maîtres et ces disciples. Qui a fait quoi ? Qui fait quoi ? Magnifique ouvrage.

-France Football, n°3800, mardi 19 mars 2019. 68 p., 3, 50 €_
-La Pyramide inversée, Jonathan Wilson. Hachette/ Sport, 742 p., 25 €

A lire: Entre ici Jean Moulin, Aude Terray (Grasset)

Le discours de Malraux sur Jean Moulin est un chef d’œuvre. Il n’y a en qu’un ou deux par siècle de ce niveau. Le fond et la forme. Malraux se met au niveau de Moulin. Bien sûr Malraux était écrivain. La différence est là. Depuis nous n’écoutons plus que du verbiage de communicants. Malraux habitait le langage, comme tous les vrais écrivains. Il a prononcé le discours devant Pompidou et le général de Gaulle, deux littéraires. Aujourd’hui, c’est le président qui prononcerait le discours. De Gaulle, lui, a donné la parole à son ami écrivain. Leurs successeurs ne boxent pas dans la même catégorie. Depuis eux trois, seul François Mitterrand aimait la littérature. Les autres disent l’aimer ou alors ils ne savent ni lire ni écrire.

Bon libre, vrai livre. Belle enquête. Il fallait la faire. On l’attendait, la voilà: une plongée dans l’élaboration du mythique discours de Malraux sur Jean Moulin. Temps béni où les ministres écrivaient eux-mêmes leurs interventions parlées. Il est vrai que Malraux était un écrivain. On a beau lui trouver plein de défauts, il avait plus de qualités que les actuels imposteurs qui sont en surnombre chez les gendelettres. Ne parlons pas des politiciens dont la marque de fabrique est le mensonge. Pas tous pourris mais pas loin de l’être tous.
Aude Terray nous raconte l’avant-discours, le discours et l’après-discours. Passionnant de bout en bout. On y est. On est au cœur de la chaudière Malraux. Chaudière parce qu’il fume comme un pompier et que dans son crâne ça surchauffe comme le moteur d’un vieux rafiot qui a fait 20 fois le tour du monde.
La poignée de lecteurs qui aiment l’Histoire doivent se procurer l’ouvrage. On apprend mille détails, les uns plus intéressants que les autres. Aude Terray est une commissaire Maigret de l’Histoire politique et de l’Histoire littéraire. Elle ne laisse rien de côté. Elle a osé demandé à Daniel Cordier, le secrétaire du plus grand résistant, si Jean Moulin était ou pas homosexuel. Une rumeur traîne à ce sujet. Des apôtres du prosélytisme seraient prêts à dire que la porte de l’Arc de Triomphe est lesbienne. Dans le cas de Moulin, il y a une volonté de le salir. Comme si être homo nous rendait infréquentable ! Donc, Jean Moulin aimait les femmes. Pour les hommes, il se contentait d’être un prince de l’amitié. S’il avait était homo ou bi cela n’aurait rien ajouté ou enlever à son prestige. Puisque Cordier dit que Moulin aimait les femmes et rien que les femmes, cela clôt la polémique.
Aude Terray confirme aussi que Jean Moulin n’était pas un agent de Moscou qui œuvrait en sous-main pour servir la faucille et le marteau. Tout le livre passe au peigne fin 1964 année du discours qui a eu lieu en fin d’année dans le froid glacial, place du Panthéon. Celle qui écrit la genèse du discours de l’hommage nationale à Jean Moulin agit comme une biographe de l’évènement. Elle est sans concession pour les protagonistes, n’épargnant pas Malraux qui ne cite pas ses deux frères. Deux héros de la Résistance, plus que lui. De fait, Malraux se planqua pendant la guerre avec Emmanuel Berl, traqué par les nazis mais protégé par Vichy au nom d’une amitié très lointaine avec Pierre Laval, au temps où le Vichyste était de gauche. Daniel Cordier précise que Moulin n’a pas combattu pour De Gaulle mais pour la France. Nuance de taille ! Grâce au travail d’Aude Terry, vous apprendrez beaucoup sur notre préhistoire immédiate. Voici une livre d’Histoire avec toutes les finesses d’un très bon roman.

-Entre ici Jean Moulin, Aude Terray. Grasset, 196 p., 17 €

Livres : bons d’entrée (Boudon, N. & C. Zaremba, G.Schlesser, Desbiolles, Vile & Itagaki, Freudiger, Silveira, Wideman, Noguez, Jonquères) et aussi les bons de sortie !

20.03.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, LA REVUE DE STRESS

Les bons d’entrée :

-Le plancher de Joachim, Jacques-Olivier Boudon. Belin, 264 p., 24 €. Fascinante découverte d’un menuisier de la fin du 19e siècle qui a écrit sur des bouts de bois cachés sous le plancher.

-Diavolina, György Sipro. Traduit du hongrois par Natalia et Charles Zaremba. Actes Sud, 231 p., 21 ,50 €. Exploration de la vie de Gorki dans l’état soviétique qui avait le mensonge pour devise.

-Paris. Dans les pas de Patrick Modiano, Gilles Schlesser. Parigramme, 160 p., 18, 90 €. Un album sur les pérégrinations du romancier. Piéton de Paris, pas touriste. Ni guide.

-Machin, Maryline Desbiolles. Flammarion, 140 p., 15 €. Coup de projecteur sur la famille Machin. Le père cinéaste(Alfred) a fait tourner le fils (Claude) mais pas en bourrique.

-Haïkus de Sibérie, Jurga Vile (Scénario), Lina Itagaki (Dessin), Sarbacane, 240 p., 22 €. La vie - ou plutôt la mort- dans un Goulag par un petit garçon tendance Roberto Benigni.

-Liquéfaction, Alain Freudiger, Hélice Hélas Editeur, 264 p., 20 €. Fable sur l’Histoire de l’Humanité. Mieux qu’un pamphlet.

-De mères en filles, Maria José Silveira. Traduit du portugaisoar Diniz Galhos. Denoël, 476 p., 23,90 €. L’Histoire du Brésil, depuis 1500, à travers une série d’héroïnes charismatiques.

-Ecrire pour sauver une vie, John Edgar Wideman. Traduit de l’anglais (USA) par Catherine Richard-Mas. Folio/Gallimard, 288 p., 7,40 €. Contre le racisme. Gros plan sur l’injustice.

-Encore une citation, monsieur le bourreau, Dominique Noguez. Albin Michel, 220 p., 18 €. S’instruire de manière ludique c’est possible. Noguez est un as du partage culturel.

-Robert B., sept nuances de gris, François Jonquères. Pierre Guillaume de Roux, 208 p., 19, 90 €. Peut-on écrire sans haine sur Brasillach fusillé pour ses écrits ? Oui, la preuve.

Les bons de sortie :

-Le président des ultra-riches. Chronique du mépris de classe dans la politique d’Emmanuel Macron. Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Zones, 176 p., 14 €. Bouquin qui surfe sur l’actualité. Chaque président élu est un moteur de vente.

-Quand maman plantait des brosses à dent, Christelle Bardet. Plon, 270 p., 18 ,90 €. Un témoignage ne rend pas écrivain.

-Méditer, à cœur ouvert, avec un CD de méditations guidées par l’auteur, Frédéric Lenoir. Editions du Nil, 176 p., 19 €. La pensée standardisée à l’échelle industrielle.

-La France en chansons, Mireille Dumas et Patrice Gascoin. Cherche Midi, 184 p., 20 €. Un côté La Chance aux Chansons mais hélas ! l’homonyme du grand écrivain n’a pas la plume de Pascal Sevran.

-Nouvelles morales provisoires, Raphaël Enthoven. L’Observatoire, 480 p., 21 €. «Parler sans maquillage, à l’œil d’une caméra, c’est se maquiller en celle qui ne se maquille pas». Le décodeur n’est pas livré avec ce recueil de critiques qu’on a pu entendre sur une station FM en plein déclin. Et pour cause.

Tout Maigret, tome 1, Georges Simenon. (Omnibus)

18.03.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Maigret a été interprété par Jean Gabin, Harry Baur, Charles Laughton, Albert Préjean, Michel Simon, Jean Richard, Bruno Cremer, Gino Cervi, Rowan Atkinson… Jusqu’au 4 avril 2019, 10 tomes de Tout Maigret sont mis en vente. Evénement majeur de l’année.

Le 30e anniversaire de la mort de Georges Simenon ne passe pas inaperçu. Tant mieux !
Quand on voit que tous les jours on nous fait croire qu’un nouvel auteur de polars est né… Il y a lui, et les autres.
Rien à voir avec les “auteurs pesants” pour reprendre le mot d’André Gide.
Ah ! ce n’est pas lui qui allait nous dire ce qu’il fallait faire pour sauver le prix de la baguette. La seule ingérence qu’il se permettait c’est celle de trier les mots dans son vocabulaire.
Georges Simenon suivait une discipline de fer.
Très peu de jours pour écrire puis encore moins pour corriger.
Il perdait du poids au cours de chaque manuscrit.
L’écrivain était mythique de son vivant.
Il a écrit 19 Maigret entre 1931-1934.
Rien de bâclé.
Outrancier en tout. Comme Balzac. (Et plus particulièrement auprès de ses conquêtes féminines, ce qui ne fut pas simple à vivre pour son entourage.)
Une façon de réinventer les mots les plus simples. Il écrit table, on croit qu’il a inventé le mot car la table il sait la mettre en scène.
Ecrivain, pas simple auteur.
Il ne va pas à la ligne.
Tous ses débuts de livres sont des ouvertures musicales, visuels.
Simenon était un coureur de jupons. Il n’était fidèle qu’avec Maigret, toujours amoureux de sa femme.

1937, Monsieur La Souris.
1939, il boucle L’Outlaw.
1941, Voyageur de la Toussaint.
1946, il crée Maigret à New-York
1947, Le Destin des Malou
1958, Passage de la ligne.
1962, Maigret et le client du samedi.
1966, Maigret et l’affaire Nahour
1971, Maigret et l’homme tout seul
1972, Maigret et monsieur Charles

Février est un mois important dans la vie de Georges Simenon. Le 13 février 1903, nait le premier fils de Désiré et Henriette Simenon. Pour éviter le 13, la jeune maman fait inscrire sur l’acte de naissance la date du “12 février 1903, à onze heures et demie du soir “. Superstition oblige.
Le 20 février 1931 a eu lieu le “bal anthropométrique", soit le lancement des premiers Maigret chez Fayard, éditeur de Simenon de 1931 à 1934.
Animé par une volonté de fer, il écrit et écrit encore.
Pas question pour lui de jouer à l’intellectuel.
Il se comporte en artisan. Jamais un seul commentaire.
Ses livres sont tous teintés d’une ambiance dont il a le secret. Une magie du détail qui fait mouche à chaque fois. Un climat. Une atmosphère.
Il a l’art du scénario, du tempo.
Quand on lecteur lui signalait une coquille, il le renvoyait chez Fayard. “Je suis écrivain, pas éditeur".
Recevoir un prix ? Il n’en voulait pas: “Je ne suis pas une vache de concours agricole!”
Lire Simenon est un bonheur supplémentaire.
Le vrai Tintin c’est sans doute Simenon.

-Tout Maigret, tome 1, Georges Simenon. Préface Pierre Assouline. Omnibus, 1100 p., 28 €.
-Maigret, traversée de Paris, Michel Carly. Omnibus, 19 €. Album-photos sur le Paris du romancier.

La Juventus sans C. Ronaldo perd son invincibilité à Genoa

17.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Dimanche 17 mars 2019
Genoa 2-0 Juventus Turin
Buts pour Genoa: Stefano Sturaro (72e), Goran Pandev (81e)

Un Ronaldo leur manque est tout est dépeuplé.
Sans CR7, la Juve a perdu son invincibilité en Serie A qu’elle conservait depuis août 2019.
Désormais, il n’y a plus de grands clubs invaincus en championnats européens.
Ce n’est pas grave car la Juve, leader, a encore 15 points d’avance sur Naples, son dauphin et qui le restera.
La Juve est tombée contre le 12e du scudetto.
CR7 a été laissé au repos, mais aussi Chiellini et Matuidi, les ogres de la défense turinoise.
Défaite anecdotique qui souligne quand même la dépendance Ronaldo de la Juve.
Il est rare de voir CR7 en repos forcé.
C’est avec Zidane qu’il a appris à lever le pied.
Le championnat est déjà joué:

Classement
1er Juventus 75 points 28 matchs + 40
2e Naples 60 pts 28 matchs + 29

Journal secret (1941-1944), Curzio Malaparte (Quai Voltaire)

17.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

J’étais enthousiaste à l’idée de découvrir ce journal inédit de Curzio Malaparte (1898-1957) d’autant plus qu’il concerne les années de guerre. «Secret», en plus. Une fois lu, il n’a pas la dimension poignante du Récit secret de Drieu La Rochelle. A l’opposé du collaborateur de la NRF, à tous les sens du terme, Malaparte est un écrivain beaucoup plus fréquentable. Le capitaine incorporé à l’armée italienne fut un reporter et photographe de guerre qui a enrichi considérablement les pages du «Corriere della Sera». La lecture de son Journal secret m’a déçu parce que je lui préfère de beaucoup Journal d’un étranger à Paris (La petite vermillon, n°396) publié en 1967, dix ans après la mort de Malaparte. Autant son journal d’après-guerre dans la capitale française est captivant, autant celui en pleine guerre est décevant, bien que l’on ne perde jamais son temps en compagnie de Malaparte.
Il n’est pas urgent da savoir que l’écrivain se soit lever à 10 h le 15 août 1942 ou qu’il soit allé à midi à la banque, la veille. Finalement le plus émouvant sont les passages consacrées à la mort de ses deux chiens : Febo, le 16 janvier 194 - à peine évoquée- et Vieni, le 8 octobre 1944.
Tout le reste du livre est consacré à ses allées et venues, surtout en Scandinavie, disons des cartes postales pour afficionados. Je dois dire qu’à mes yeux, un journal doit avoir une rage d’expression de la dimension de Jules Renard ou de Paul Léautaud, sinon à quoi bon tenir le registre de ses commissions.
Cependant tout ce qui concerne Curzio Malaparte m’intéresse. L’auteur de Kaputt, au physique d’acteur genre Tyrone Power, a construit l’une des plus belles résidences du monde. A Capri, sa villa «Come Mi», sur la roche au-dessus de la Méditerranée, est d’une beauté à couper le souffle. Pas étonnant que Jean-Luc Godard l’ait choisie pour y tourner Le mépris, d’après le livre d’Alberto Moravia. Come Mi = Comme Moi. Le solarium, les marches qui donnent sur la mer, tout est fascinant. Une authentique œuvre d’art. Raymond Guérin l’a parfaitement racontée dans Du côté de chez Malaparte (Finitude, 2009), magnifique comme toute l’œuvre du grand supporter des Girondins qui a demandé le résultat de son équipe fétiche, avant de mourir.

-Journal secret (1941-1944), Curzio Malaparte. Edition et traduction de l’italien par Stéphanie Laporte. Quai Voltaire, 325 p., 23, 70 €

20 h Foot, CNews (15/3/2019): les clubs français tous éliminés des Coupes d'Europe, la vidéo pour ou contre, Rabiot...

Présenté par Julien Pasquet avec Eliot Deval

Good Trip: My generation, Roger Daltrey (Kero)

16.03.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT

Roger Daltrey a 74 ans… Notre jeunesse en prend un sacré coup !
Comme le temps passe. Ses mémoires sont magnifiques, brutes et brutales. Il est sans concession sur lui-même et ses copains, plus ou moins proches. Il y a beaucoup d’alcool et de came mais comme il a l’instinct de conservation, il n’est jamais tombé dans les néfastes excès comme tant de musiciens de son époque qui est aussi la mienne, la nôtre, la vôtre.
On revit l’aventure du début jusqu’au succès planétaire.
Au cours de la période solo, il a fallu s’accrocher. Pourquoi son groupe s’appelle-t-il les Who ? Rien ne lui échappe, il parle cash. C’est l’un des meilleurs livres signés par un musicien. J’espère qu’il a été écrit par Daltrey himself et qu’aucun écrivain fantôme n’est passé par là.
Il aime aussi le football, grand fan des QPR. Daltrey dit qu’il pense à toute la salle quand il chante et joue de la guitare. Pas question de ne viser que les premiers rangs. Il fait le parallèle avec le football, certain que les joueurs qui veulent épater la galerie ratent tout à l’inverse de ceux qui se laissent emporter par le mouvement.
Tout l’ouvrage se lit sans forcer, on avance dans le récit avec toujours plus d’envie de rester avec Daltrey qui nous avait tant plu dans Tommy le film de Ken Russell. On replonge les décades 1960-1970 - en nous elles sont toujours vivaces- avec un plaisir renouvelé au fil des pages, on a envie de dire au film des pages.
On voudrait revenir en 1960, tout rembobiner, parce que c’était plus beau qu’en 2018. Il y a 50 ans, on était dans Peace and Love. Et non pas dans Guerre et Haine. On avait des guitares, pas des mitraillettes. Je laisse de côté le Vietnam of course. Je vous laisse le rapp et je garde le Rock, la Pop, le Jazz …
Le livre contient la présence du batteur Keith Moon (1946-1978) et celle du bassiste John Entwistle (1944-2002), deux visiteurs trop assidus des paradis artificiels. Daltray est toujours parmi nous. Cela nous console de la disparition d’Hendrix et cie.

-My generation, Roger Daltrey. Traduit de l’anglais par Bernard Cohen. Kéro, 430 p. , 21, 50 €

1/4 finale C1 2019 Ajax-Juve et Man U-Barça

Cristiano Ronaldo enchante Turin après avoir enchanté le Portugal, Manchester (United pas City) et Madrid (le Real pas l’Atletico). Il veut offrir la C1 2019 à la Juve.

Tirages au sort

1/4 finale Champions League 2019

9 & 17 Avril
Liverpool (ANG) - Porto (POR)
Tottenham Hotspur (ANG) - Manchester City (ANG)

10 & 16 Avril
Ajax Amsterdam(Pays Bas) - Juventus (ITA)
Barcelone (ESP) - Manchester United (ANG)*

*Il faut transformer le match en MU-Barça (aller) et Barça-MU (retour) car selon l’UEFA une même ville ne peut pas accueillir deux matchs de C1 en même temps. Pourtant les matchs ont lieu un jour après l’autre. En championnat anglais plein de matchs se déroulent en même temps à Londres. Cette manipulation désavantage MU.

1/2 FINALE Champions League

1. Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax ou Juventus
2. Barcelone ou Manchester United - Liverpool ou Porto

Le vainqueur de Tottenham Hotspur ou Manchester City - Ajax ou Juventus) sera l’équipe qui recevra le jour de la finale à Madrid.

UEFA 3-0 Rennes.

14.03.19 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR

Les instances européennes ont utilisé tous les subterfuges possibles et imaginables pour avantager l’équipe londonienne. C’était couru d’avance. Arsenal devait passer, donc Arsenal est passé. Quand on maltraite Paris, des voix s’élèvent. Quand on malmène Rennes, personne ne la ramène. Deux poids, deux mesures.

Jeudi 14 mars 2019
8e retour d’Europa League
Arsenal 3-0 Rennes
Buts pour l’UEFA: Pierre-Emerick Aubameyang (5e, 72e), Ainsley Maitland-Niles (15e)

L’après-match
Rennes a complétement raté son entame de match, ne sachant pas contenir les assauts des Gunners. Cet orage était attendu. Rennes n’avait pas les parapluies et encore moins le paratonnerre.
Donc, le match a commencé à 2-0.
Il y avait la place de marquer pour Rennes mais les visiteurs n’ont pas su régner dans leur faible temps fort, si j’ose dire.
A la vérité, l’UEFA voulait que le club d’Arsenal soit qualifié en 1/4 de finale.
L’UEFA a d’abord inversé l’ordre des matchs car le tirage au sort avait désigné pour match aller Arsenal-Rennes.
Ensuite l’UEFA a retiré un match de suspension à Lacazette pour qu’il soit en mesure de jouer contre Rennes.
Et que dire des 2e et 3e buts d’Arsenal, sur deux positions de hors-jeu. Surtout le 2e.
Dans ces conditions le faux Goliath a battu le vrai David.
Ben Arfa a fait en fin de match des incursions à dimension collective mais les arbitres ont toujours sifflé hors-jeu, ce qu’ils se sont bien gardés de faire quand il s’agissait d’Arsenal.
Rennes doit se reconcentrer sur d’autres objectifs: notamment la Coupe de France. Ne pas faire à Lyon comme à Londres.

L’avant-match
Après les lamentables éliminations de Paris et de Lyon, il ne reste plus que Rennes dans les compétitions européennes.
Certes, Rennes ne joue que dans la consolante mais c’est fantastique pour le club pas habitué à évoluer à ce niveau.
Ben Arfa a remis Rennes dans la lumière comme il l’avait déjà fait avec Nice.
Ben Arfa, j’insiste encore, a un football 100 fois supérieur à celui de Mbappé.
Ben Arfa, rapide, adroit, sait dribbler en mouvement avec son regard périphérique.
Si vous retirer la puissance et la vélocité à Mbappé, son jeu est vide.
Donc, Rennes a la carte de l’honneur de la France a sauvé. Cela fait une responsabilité de plus.
Ben Arfa et ses partenaires doivent assumer cela et ne pas fuir leur responsabilité comme l’ont fait Mbappé et Fekir, des ombres sur le terrain. On attendait des leaders, on a vu des fantômes.
On attendait Ronaldo on a vu Ronaldo.
Les joueurs surcotés ont disparu: Mbappé, Fekir, Griezmann et surtout Modric, le Ballon dort 2018 !
Messi et Ronaldo, eux, sont en 1/4.
Le football a gagné !
Et Ben Arfa doit continuer à le faire gagner.
Qui est la star de Lyon ? Son président, J-M Aulas.
Qui est la star de Man United ? Man United !
Ben Arfa doit prouver que Rennes est la star de Rennes.

Sur les 8 qualifiés pour les 1/4 de la C1 2019, il y a 4 clubs anglais !

CR7 a répondu sur le terrain à ses détracteurs qui jalousent son talent

Derniers matchs des 8e retour de C1 2019
Barcelone 5-1 Lyon
Bayern Munich 1-3 Liverpool

Les qualifiés pour les 1/4 de finale de la C1 2019
(Le tirage au sort a lieu le 15 mars à 12 h)

4 clubs de Premier League
Manchester City
Manchester United
Liverpool
Tottenham

Barcelone, Espagne
Juventus Turin, Italie
Ajax Amsterdam, Pays-Bas
Porto, Portugal

Remarques:
Les faux champions sont éliminés: Griezmann, Mbappé, Neymar, Fekir, la liste est longue. Griezmann avait dit qu’il mangeait à la même table que Ronaldo et Messi. En effet, dans ses rêves.
Les vrais champions sont présents: C. Ronaldo et Messi.
La bonne surprise: Hugo Lloris est présent avec Tottenham, l’invité surprise. Formidable pour le Niçois qui tient bien la barraque. D’où l’importance d’un grand gardien.
Les équipes en bois ont disparu: Paris, Bayern Munich, Lyon, Real Madrid…
La Ligue des champions est sans pitié.
Le football a gagné sur tous les terrains.
Il n’y a aucune injustice.
N’écoutez pas les pleurnichards qui palabrent des heures sur la vidéo.
La réalité est évidente: les clubs qui ont actuellement une équipe pleine d’esbroufe ont été écartés. Saluons les Anglais: 4 clubs sur les 8 qualifiés !

Les Favoris
Juventus Turin
Barcelone
Man City

Les outsiders
Ajax
Liverpool

Peut créer la surprise
Manchester United

Candidats improbables pour la finale
Porto, Tottenham

Le récital de Me Ronaldo: un triplé pour qualifier la Juve en 1/4

13.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Mardi 12 mars 2019
8e retour de C1 2019
Juventus Turin 3-0 Atletico Madrid
Buts pour la Juve: Cristiano Ronaldo (27e, 49e, 86e p.)

Mbappé et Neymar font rêver le peuple.
C. Ronaldo, lui, peuple les rêves.
Depuis 2013, il est au sommet du football mondial.
Seize ans plus tard, il est toujours au sommet.
Lui et Messi sont des as.
Les autres, tous les autres, sont derrière eux, à la traîne, pour ne pas dire à la ramasse. Mbappé dit qu’il n’a pas peur puis il disparait de la compétition.
Neymar, lui, est toujours entre deux béquilles.
Griezmann ? Renvoyé chez lui.
Quand démarre vraiment la C1, à partir des 8es, les fausses gloires disparaissent.
Lemar il a fait quoi contre la Juve ? Illusion.
C. Ronaldo a mis deux coups de tête qui ont fait deux buts !
Il met la tête là où personne n’ose mettre un pied.
Après, il a donné le coup de grâce sur penalty.
En face, il y avait une équipe de bouchers. Exit !
La Juve a été ultra collective. Ses joueurs ont mis plein d’intensité.
Match parfait. Une Juve offensive, et solide en défense avec un grandiose capitaine: je n’échange pas Neymar contre Chiellini. Partir à la guerre avec le Brésilien, c’est la mort assurée. L’Italien lui vous protégera jusqu’à la Paix.
L’Atletico ? Du non jeu comme d’habitude.
Plus la pression est grande plus Ronaldo est heureux.
La pression, il la boit ou il la met dans les pneus.

C. Ronaldo doit battre l'Atletico Madrid

12.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Mardi 12 mars 2019
8e retour de C1 2019
Juventus Turin-Atletico Madrid, 21 h, RMC Sport 1
(Match aller: 2-0 pour les Espagnols)

Entre doit et va battre il y a une différence.
Absent des terrains ce week-end, C. Ronaldo veut faire passer la Juve en 1/4 de C1, d’autant plus que le Real Madrid s’est fait jeter par l’Ajax.
Il a un statut à honorer. Celui de winner.
En face, Griezmann et ses amis. Pas un cadeau.
La Juve est maudite en C1: deux victoires en 9 finales disputées !
CR7 va-t-il mettre un terme au signe indien ?
Réponse dans quelques heures.
CR7 doit toujours démontrer qu’il est décisif.
La pression c’est son essence.
Il n’a pas peur, lui, alors que Mbappé a enfumé tout le monde en disant qu’il n’avait pas peur avant de disparaître des radars lors de PSG-MU (1-3).

Zidane revient à la Maison Blanche

12.03.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

The King of Real is back !
Zinedine Zidane est de nouveau aux commandes sportives du Real Madrid.
Rien de plus logique. Le Marseillais y habite la ville avec sa famille. Il est Madrilène de cœur et d’esprit. Ce n’est pas demain qu’il signe à l’OM.
Le Real c’est le club de sa vie.
Il y a joué pour y régner, puis il a fait son apprentissage d’entraîneur avant de tout rafler avec l’équipe fanion.
Il est iconique au même titre que Di Stefano, Gento, Kopa, Puskas et Raul.
Il ne pouvait pas aller en équipe de France car elle est verrouillée par les mains de D. Deschamps, champion du Monde.
Il restait la Juventus Turin. Il fallait attendre le verdict du 8e retour de C1.
Entretemps, le Real s’est fait sortir de la C1 2019 en 8e par l’Ajax Amsterdam, et se traîne en Liga. Trop c’est trop.
Zidane s’est bien reposé. Il revient dans de bonnes conditions puisqu’il va pouvoir s’offrir tous les joueurs qu’il veut, lui qui n’avait pas dépensé un euro avant son départ du poste qu’il reprend.
Le Gallois Bale va partir. Ce n’est pas un grand joueur. Il court vite et puis rien. Comme Mabappé. Des sprinters du football. Absolument pas des virtuoses.
Eden Hazard, lui, a le profil pour le Real. Le Sénégalais Sarr est aussi un très bon joueur, bien plus fort que Mbappé.
Neymar au Real ? Quelle catastrophe en vue pour le Real ! Je n’y crois pas. Ce que je vois, Zidane le voit aussi. Neymar est un joueur YouTube. Rien de plus. Bon contre Dijon. Absent contre MU.
Mbappé au Real ? Je n’y crois pas non plus. Mbappé a plus besoin du Real que le contraire. Mbappé n’a pas les épaules assez larges pour porter un club. Neymar non plus. Neymar a gagné avec le Barça mais le patron c’était Messi.
Zidane revient sur le terrain et c’est formidable.
On voit que désormais Mourinho ou Wenger n’ont plus la cote.
Avec la nomination de Zidane, le Pt du Real a tué la crise dans l’œuf.
Désormais, tout est positif. Le négatif a été chassé.
L’économie peut reprendre le leadership. Et Zidane va devoir assurer et assumer l’aspect sportif, soit la locomotive du club mythique.
Etre entraîneur du Real Madrid c’est aussi important qu’être premier ministre de l’Espagne.

Contre la vidéo, Platini était pour quand il était sélectionneur

12.03.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, FOOT FRANCHOUILLARD, LA REVUE DE STRESS

Quand il était sélectionneur de l’équipe de France (1988-1992), Michel Platini était pour la vidéo.
Depuis qu’il a quitté le terrain, il est farouchement opposé à la vidéo.
Retiré de la vie des clubs ou de la sélection, il a un avis contraire.
En prenant part au profit PSG, il nous rappelle que son fils a roulé pour le Qatar.
La vérité c’est qu’il y avait penalty, même si le ballon allait dans les airs.
Les Footix pour Paris vont jusqu’à dire que Paris a donné le match à MU. Quel mépris pour le grand club des Red Devils !
On n’achète pas l’Histoire à coup de millions d’Euros.

La position de Michel Platini après la qualification en 1/4 de C1 2019 de Man United contre le PSG:
«Au cours de mes années passées à l’International Board, j’ai toujours essayé de défendre le jeu et de protéger les joueurs. Ce qui s’est passé mercredi a simplement confirmé mes dires. En l’occurrence, le joueur parisien [Kimpembe] se retourne et le ballon vient lui taper le bras. C’est involontaire. L’arbitre a fait ce qu’il fallait faire en sifflant corner, et puis des gens lui ont dit qu’il devait regarder de plus près. Or, décréter que tout contact de la main [dans la surface] doit être sanctionné d’un pénalty, c’est aller contre l’esprit du football, contre le jeu. Cela risque de conduire à des situations où, plutôt que d’ajuster leur centre ou leur tir, les joueurs vont d’abord viser la main du défenseur.»

Scandales de la vérité. Essais, pamphlets, articles et témoignages, Georges Bernanos. (Bouquins/Robert Laffont)

11.03.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Il y a peu, le gardien du temple de Céline (l’avocat François Gibault) m’a envoyé une saillie sur Bernanos qui est l’un des mes écrivains fétiches : «Quoi penser d’un homme qui a écrit : Hitler a déshonoré l’antisémitisme…» Cette phrase a fait tilt d’autant qu’elle fut rappelé par le défenseur de l’un des chantres de l’antisémitisme. J’ai demandé à Berl et Soupaut si Bernanos était antisémite. Ils m’ont répondu que ceux qui disent cela veulent nuire au pamphlétaire. Concernant François Gibault, il a voulu me dire que Bernanos n’était pas moins antisémite que Céline. Tel n’est pas le cas parce que Bernanos pouvait changer d’avis selon son cheminement intellectuel. Au fil des ans, il a quitté certaines opinions acquises dans sa formation. Antisémite, il ne l’était plus du tout.
Revenu chez moi, je me suis engouffré dans les livres et articles de Bernanos pour retrouver la phrase. Bingo ! Page 938 du gros volume Bernanos, dans la collection Bouquins, je tombe sur la phrase que je recherchais. Bernanos l’a écrite au Brésil le 24 mai 1944, dans «O journal». L’article est titré : «O esperito judaïco». En français, cela donne «Encore la question juive». Le titre brésilien est mieux car celui en français contient «question» au lieu en fait problème.
Voici le passage : «Il y a une question juive. Ce n’est pas moi qui le dis, les faits le prouvent. Qu’après deux millénaires le sentiment raciste et national juif soit si évident pour tout le monde que personne n’ait paru trouver extraordinaire qu’en 1918 les Alliés aient songé à leur restituer une patrie, cela ne démontre-t-il pas assez que la prise de Jérusalem par Titus et la dispersion des vaincus n’a pas résolu le problème ? Ceux qui parlent ainsi se font traiter d’antisémites. Ce mot me fait de plus en plus horreur, Hitler l’a déshonoré à jamais.» On voit bien que Bernanos condamne l’antisémitisme, qu’il y est même farouchement hostile. Quand on sort la phrase de son contexte, on peut penser que Bernanos était désolé que l’antisémite soit gâché par Hitler ! Il n’en est rien.
L’article de Bernanos a été republié dans Le chemin de la Croix-des-âmes. Le volume Bouquins reprend aussi Lettres aux Anglais (1942), Les Grands Cimetières sous la lune(1938), et Scandale de la vérité (1939), entre autres merveilles. Il y a aussi La France contre les robots (1947) où l’on peut lire : «Obéissance et irresponsabilité, voici les deux mots magiques qui ouvriront demain le Paradis de la Civilisation des Machines». Nous y sommes avec la crétinerie du net.
«La Civilisation des machines est un péril grave pour l’homme» souligne Bernanos qui insiste : «Un monde gagné pour la Technique est perdu pour la liberté». Le chrétien Bernanos, d’abord sympathisant avec les franquistes, a dénoncé les crimes commis par les hommes de Franco sans que cela ne dérange les religieux espagnol. Les Grands Cimetières sous la lune est un salutaire pamphlet anti-franquiste. L’honneur des lettres françaises. Pour se démarquer de ses confrères champions de la reptation, à droite comme à gauche, il a précisé : «Je ne suis pas écrivain». Il l’était pourtant jusqu’au bout des doigts.

-Scandales de la vérité. Essais, pamphlets, articles et témoignages, Georges Bernanos. Edition établie et présentée par Romain Debluë. Bouquins/Robert Laffont, 1330 p., 32 €

Au cours de l'acte 1, Rennes corrige l'Arsenal d'Emery

07.03.19 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR

Les Gunners ont encore prouvé qu’ils avaient un mental de pacotille. Avec Emery comme avec Wenger, rien n’a changé. N’est pas Man United qui veut ! Rennes devra néanmoins faire attention car les Gunners ne jouent qu’à domicile, à l’image d’Emery qui lors de sa dernière année en Liga n’a pas gagné un seul match à l’extérieur ! Rennes devra laisser passer l’orage londonien du début de match et planter ici et là quelques banderilles avant de tenir la barraque en fin de rencontre. Est-ce possible ? Qui vivre verra.

Jeudi 7 mars 2018
8e aller Europa League
Rennes 3-1 Arsenal
Buts pour Rennes: Benjamin Bourigeaud (42e),Nacho Monreal (65e csc), Ismaïla Sarr (88e)
Buts pour les visiteurs: Alex Iwobi (3e)

Arsenal n’est pas Man United et ne le sera jamais !
Les Gunners ont eu beau ouvrir vite le score à Rennes, comme les Red Devils à Paris, mais Arsenal est reparti avec un 3-1 quand United a repris l’avion avec un 1-3. Chercher l’erreur. Facile à trouver, Emery est un entraîneur qui communique l’angoisse et la peur. Julien Stephan et Ole Gunnar Solskjaer (Man United) sont à l’opposé, ils savent rassurer et transcender. Emery a trois Europa League dans sa besace ? Tout ça c’est du passé trépassé. On a vu à Paris qu’il a communiqué le stress au groupe de parisiens, toujours malade du passage de l’Espagnol dans la capitale. Il faudrait purifier le vestiaire des mauvaises ondes.
A Rennes, Hatem Ben Arfa a rayonné. Electrisé le jeu. On a vu plein d’assauts de Ben Arfa. Les voyants aveugles disent qu’il garde trop le ballon, il faut les excuser, ils n’y connaissent rien. Ils préfèrent Neymar… dans les tribunes ! Ou Mbapppé qui a fanfaronné à Old Trafford: “Il ne faut pas avoir peur, on n’a pas peur, on est bon".
Ah! “bon” pour rentrer à la maison, le soir des 8es aller de C1.
Rennes a très bien joué le coup, semant la panique dans les rangs d’Arsenal.
Emery a fait des changements incompréhensibles. Il communique tant de nervosité à son groupe qu’un Gunner a été expulsé.
Le 3e but rennais est un chef d’œuvre, avec une sublime tête plongeante de Sarr. Le coup franc en deux temps de Bourigeaud est aussi magnifique.
Les Rennais doivent aller tête haute à Londres.
Arsenal n’est pas un grand club. C’est un club sans C1. Donc rien du tout au sein des cadors d’Europe. Il ne faut pas laisser rêver Arsenal et aller serein et très concentré dans son stade maudit où le club londonien n’a jamais rien gagné comme titre.
L’acte 1 place Rennes en position de favori. Pas question de prendre un 2-0 à Londres.
Ben Arfa doit sortir vainqueur de son duel avec Emery.
Ben Arfa n’est pas Messi, c’est vrai. Il fait mieux: Ben Arfa est Ben Arfa.
Son football est dix fois supérieur à celui de Mbappé qui joue tête baissée pour aller heurter le ligne de corner. Ben Arfa est un artiste. Mbappé, une vedette.

PS: le 10 mars 2019, en Premier League, Arsenal a battu Man United (2-0) sans gloire. Man U a tiré une fois sur la transversale et une autre fois sur le montant. Si en début de match, Lukaku avait mieux visé, le score de 0-1 aurait pu changer la physionomie de la rencontre. Avec des si… Lukaku ne peut pas réaliser un doublé lors de chaque match. Arsenal a “tué” le débat sur penalty. Un match pour rien ou pas grand chose, côté MU. Arsenal occupe la 4e place et MU n’est qu’à deux points des Gunners. MU a refait son retard, par rapport à l’époque Mourinho qui avait envoyé MU dans le ventre mou. La lutte pour la 4e est passionnante. Autant que pour celle de la première place car Man City et Liverpool n’ont qu’un point de différence.

Les jeunes de Man United vire les mercenaires du PSG de la Ligue des Champions 2019 !

07.03.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

La famille de Man United s’était déplacée en masse: Sir Ferguson, King Cantona, Patrice Evra, Paul Pogba, tous étaient au Parc des Princes pour voir l’impossible dream. Et c’est arrivé: les jeunes de MU ont giclé les nantis du PSG de la C1 ! L’esprit de MU était là, ce mélange de courage et de fierté. La grinta séculaire. Celle de nos morts de 1958. Toute la magie de MU était au rendez-vous avec le merveilleux Ole Gunnar Solskjaer qui avait offert la C1 1999 à MU. Merci à tous ! Soirée mémorable. Après l’Ajax, voici MU en 1/4 de finale. Les grands sont là. Demain je veux voir Ben Arfa briser Arsenal, en Europa League. La fête sera complète !

Mercredi 6 mars 2019
8e retour de C1 (Aller: 0-2)
PSG 1-3 Manchester United
But pour Paris: Juan Bernat (12e)
Buts pour MU: Romelu Lukaku (2e , 30e), Marcus Rashford (90e + 4 pen.)

PSG:
Buffon: désormais roi de la bourde
Kehrer: pas au niveau, puis Paredes(70e): insignifiant
Thiago Silva ©: les pleurs sont de retour
Kimpembe: ne sait pas gérer la pression
Bernat: lui ou un autre c’est la même chose
Marquinhos: un leader de plage
Verratti: un football qui tourne en rond
Draxler: en méforme, puis Meunier (70e) sans rythme
Alves: le poids des ans, puis Cavani (90e) une entrée pour rien
Di María: un jeu d’esbroufe
Mbappe: lit trop la presse

Sur le banc: Areola, Cavani, Choupo-Moting, Kurzawa, Dagba.
Manager: Tuchel alourdi par Neymar, le porte-poisse

Manchester United:
De Gea: bien dans le match
Bailly non noté, puis Dalot (35e): bon apport dans le jeu d’essuie-glace
Smalling: enfin à la hauteur
Lindelof: un des rares titulaires indiscutables
Shaw: bien teigneux comme un vrai Diable Rouge
Young ©: a donné l’exemple jusqu’au bout de ses forces, puis Greenwood (86e) McTominay: made in Man United, courage et fierté
Fred: un travail de fourmi
A.Pereira, solidaire, puis Chong (80e): belle activité
Rashford: a bien assuré
Lukaku: Monsieur Two Goals a encore frappé

Sur le banc: Romero, Rojo, Garner, Gomes
Manager: Solskjaer, MU a enfin son coach maison dans la lignée sir Busby et sir Ferguson

Le poids de l’Histoire a balayé le PSG.
Le PSG équipe surfaite à coup de millions d’euros a été balayée par MU comme les fois précédentes par Barcelone et le Real Madrid.
Paris veut jouer dans la cours des grands mais ce n’est pas un grand.
Le club a misé sur Neymar: fiasco total ! Le joueur toujours mal en point est en plus un chat noir. Dès qu’il rôde dans les tribunes, le PSG perd.
Le PSG avait dans son onze deux vieillards: Buffon et Alves. Il est grand temps qu’ils prennent leur retraite.
Di Maria ? Il cru pouvoir éliminer tout seul MU club contre lequel il nourrit de la rancœur car il n’a pas su s’imposer en Premier League.
Mbappé ? Le chouchou des médias n’a plus besoin de bien jouer. Les plumitifs sont à ses genoux. Le matin du match, il faisait la une du Parisien qui le mettait plus haut que la lune, le soleil et les étoiles.
Le PSG a confondu Man United avec Dijon.
MU n’avait rien à perdre. Les jeunes Red Devils ont joué crânement leur chance avec succès.
Ils ont joué en contre. La tactique de Solskjaer a été payante. A 10 minutes de la fin, les Red Devils ont évolué plus haut pour faire plier le PSG. Bingo ! A ce moment-là on a vu les lignes de MU monter d’un cran pour mordre le PSG. Admirable tactique. Super bien réalisée.
Mbappé a dit qu’il ne fallait pas avoir peur… On a vu le résultat. Les Parisiens étaient tétanisés par l’enjeu.
MU a joué sans trembler, sûr que la qualification était possible. Bien vu !
Les Red Devils plongent le PSG dans la crise.
Evincés de la C1 2019, les Parisiens vont errer sur les terrains de France.
Ils sont la risée de l’Europe. Tant de millions dépensés pour ça ?
Les jeunes de MU ont démontré de l’enthousiasme, de la solidarité.
Ils n’ont pas volé leur qualification.
Pour finir et ce n’est pas la moindre des remarques: Thomas Tuchel avait un anorak sans l’écusson du PSG. Impensable de voir ça à Man United !
Fait frappant: à 1-2 aucun parisien ne parlait à l’un ses équipiers. Que des solitaires, des individualités, chacun pour soi, chacun pour sa peau, pas de collectif. Paris se contente toujours de ne jouer qu’un match sur deux au lieu de disputer le match aller et le match retour avec la même application.

Les héritiers de Cruyff pulvérisent le Real chez lui !

05.03.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR, CRUYFFEMENT

Depuis les années 1970, les Pays-Bas sont une nation reine du football mondial.

Mardi 5 mars 2019
8e retour de C1. Aller (1-2)
Real Madrid 1-4 Ajax Amsterdam
But pour le Real: Marco Asensio (70e)
Buts pour l’Ajax: Hakim Ziyech (7e), David Neres (18e), Dušan Tadić (62e), Lasse Schöne (72e)

C’est fait ! Le Real est en fin de cycle. Le départ de C. Ronaldo a transformé le Real en vaisseau fantôme.
Ronaldo réclamait plus d’argent car il faisait gagner le club. Il avait 100 % raison !
Le Barça, lui, conserve Messi coûte que coûte.
Le Real a tout perdu. Triple tenant du titre, il sort en 8e par la petite porte, écrasé par une bande de jeunes hyper talentueux, publicité vivante de l’école Cruyff, conduite par Rinus Michels, soit le football total.
Au Real, Benzema avec le brassard n’est pas un leader.
Varane, archi nul sans Ramos.
Tout le Real doit faire table rase, dégager Bale et Modric, au bout du rouleau. Modric est écrasé par le Ballon d’or qu’il ne méritait pas.
L’Ajax est en 1/4 de finale. Le football a gagné !

[Post dédié à J. Neekens]

Le pitoyable Real sans Ronaldo joue à quitte ou double

05.03.19 | par morlino | Catégories: LA MAISON BLANCHE, ANTI-FOOTBALL

Mardi 5 mars 2019
8e retour de C1
Real Madrid - Ajax Amsterdam, RMC Sports 1, 21 h

En septembre 2018, un Footix à la solde du Real Madrid a clamé sur les ondes:
-"La page Ronaldo est tournée!”
On voit le résultat…
Le Real vient de perdre deux fois contre Barcelone à Madrid.
Sans Ronaldo, le Real est hors course en Liga, 3e à 12 points de Barcelone (1er) et à 5 points de l’Atletico Madrid (2e).
Déjà éliminé en Coupe du Roi, par Barcelone, le Real n’a plus que la C1 pour briller.
Au match aller le Real a gagné 1-2 contre le cours du jeu.
Le Real reçoit l’Ajax sans aucune garantie.
Les Madrilènes ont raté l’après Ronaldo.
Zidane n’est pas fou: il a quitté le Real !
CR7 marquait 50 buts par an !
Personne ne l’a remplacé.
Modric n’a que le titre de Ballon d’or. Ce n’est pas un leader. Il est incapable d’être le N°1. Il ne supporte pas la pression. Modric est un Ballon d’or déjà plein de toile d’araignée. Il honore mal son rang car il a un trophée bien trop lourd à porter.
N’est pas Ronaldo qui veut.
Les médias français ont dans le collimateur CR7. Comme cela fait trois matchs qu’il ne marque plus, il serait fini.
La vérité ?
CR7 est leader du Calcio avec la Juventus Turin, et meilleur buteur du Calcio.
Le Real va-t-il se réveiller en C1 ?
L’Ajax n’a rien à perdre et tout à gagner.

[Post défié à King Cruyff]

Grandes émotions: le 1er match en L1 des frères Nabil et Yassin Fekir

04.03.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Le football c’est ça.
De l’émotion à revendre.
Il arrive que des frères jouent ensemble.
C’est toujours beau de les voir évoluer dans la même équipe.
On a vu les Charlton, les Revelli… voici les Fekir.
Le 4 mars 2019 restera le jour de leur 1er match ensemble en L1 sous le maillot de Lyon.
Quand l’OL menait 5-1 contre Dijon, Bruno Genesio a fait entrer Yassin, 21 ans, pour qu’il joue la fin du match avec son frère Nabil, 25 ans, le capitaine de l’OL.
Superbe ! On imagine la joie de leurs parents.
Grands moments qu’ils ont partagés devant la presse, donc nous.
Chacun à sa place. Le plus jeune. L’aîné. Le respect. Admiration mutuelle.
Quelle ressemblance ! Magnifique.
Au lieu de toujours parler des catastrophes, les médias feraient bien aussi de célébrer ce qui réjouit.
Merci à la famille Fekir, merci à Lyon de former tant de joueurs.
La formation française est exceptionnelle. Il suffit de voir les pointures françaises que les clubs étrangers s’arrachent.
La complicité des frères Fekir est toute en retenue, en finesse.
Ce n’est pas tous les jours que deux frères jouent ensemble en L1.
Le football c’est ça et non pas le déballage des salaires par des “spécialistes” qui parlent de “référent bondissant” là où je ne vois qu’un ballon rond.

Sans C. Ronaldo, le Real Madrid est ridiculisé par le Barça de Messi

03.03.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

Pour voir bien jouer le Real, il faut regarder YouTube !

Mercredi 27 février 2019
1/2 finale retour de la Coupe du Roi
Real Madrid 0-3 Barcelone
Buts pour le Barça: Suarez (50e et 73e pen.) et Varane (69e csc)

Samedi 2 mars
26e journée de Liga
Real Madrid 0-1 Barcelone
But pour le Barça: Rakitic (26e)

En août, un voyant-aveugle a hurlé sur tous les toits: “La page Ronaldo est déjà tournée".
Grotesque ! Ensuite, on a eu droit: “Zidane manque cruellement au Real". Comme si c’est lui qui jouait ! Doublement grotesque.
Sans Ronaldo, le Real est une équipe à 12 points de Barcelone, larguée en championnat.
La Maison Blanche vient d’être ridiculisé deux fois dans son stade. Suprême honte !
Les Madrilènes ne sont plus bons à rien.
Ramos n’est plus que méchant.
Modric ? Le Ballon d’or dort vraiment. Sans Ronaldo qui occupait les adversaires, il ne peut plus s’exprimer.
Varane, lui, est fidèle à lui-même: il collectionne les toiles. Protégé par les médias, il a toujours l’excuse d’une blessure ou de la faute à pas de chance.
Et maintenant, les médias parlent du retour de Mourinho au sein du Real. Ils n’ont trouvé que ça ?
Le Real fait pitié en 2019.
Le Barça, lui, garde Messi.
Les Footix disent que CR7 voulait partir… mais il fallait le garder.
Ils sont où les jaloux qui disent que CR7 veut toujours être augmenté ?
Sans CR7, le Real est un club d’une terrible banalité.
CR7 a raison: c’est lui qui faisait gagner le Real. Il faisait gagner des titres et de l’argent.
Modric est un leader de pacotille.
Le Real n’a plus que la C1 pour sauver sa saison.
Le compte à rebours a commencé.

PS: après sa victoire 1-0 contre Strasbourg, Nice est 7e de L1. Les Aiglons ont l’avant-dernière attaque (20 buts). Incroyable ! Ils tiennent grâce à la défense: la 4emme meilleure de L1.

20 h Foot, CNews. Vendredi 1er mars 2019: OM-St Etienne, PSG-Man U, les coachs français rien qu'en France...

02.03.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, LA REVUE DE STRESS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

20 h Foot. CNews, chaque vendredi. Présenté par Julien Pasquet, avec Félix Rouah.

Alberto Giacometti. Ascèse et passion, d'Anca Visdei (Odile Jacob)

27.02.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER

Artiste elle-même, Anca Visdei a écrit une biographie d’Alberto Giacometti, sans aucune concession. Elle n’épargne rien de la vie d’un des plus grands sculpteurs de l’Histoire. Giacometti a apporté à son art autant que Rodin ou Brancusi. Les œuvres des grands sculpteurs sont immédiatement détectables. On les reconnaît même de loin. Fils et neveu de peintre, Alberto a dépassé ses aînés haut la main. Très proche de sa mère, le fils ne s’est jamais s’émancipé de la présence maternelle. Il dira même à sa femme, Annette, qu’il l’a épousée parce qu’elle se prénommait comme… sa maman (Annetta) ! On a connu plus grande délicatesse.
Sa vie privée n’est pas passionnante : grand consommateur de prostituées. Giacometti allait aux putes comme au dit, comme d’autres vont faire du billard ou joue à la belotte, voire joue au casino. Travailleur acharné, ne comptant pas ses heures à créer jusqu’au bout de lui-même, Giacometti avait besoin de décompresser le soir avec de l’alcool et des ébats tarifiés. Insomniaque, il écumait les bistrots de minuit à six heures du matin. Pourquoi pas ? Chacun ses plaisirs. Cependant, il n’a pas su rendre heureux sa femme. Son comportement était celui d’un célibataire endurci. Vivre seul eut mieux convenu. Il voulait le beurre et l’argent du beurre. J’aime quand l’artiste et l’homme sont sur la même longueur d’onde. Ils ne sont pas nombreux dans ce cas. Hyper doué pour le dessin, le petit Alberto se compare à Dürer. A 10 ans, il faut le faire. Et c’est si mieux que de vouloir être acteur de cinéma. Se comparer à Dürer c’est dire le niveau de Giacometti. Ce qui est admirable chez lui c’est sa simplicité. Il ne s’est jamais présenté comme une sommité. Il détestait le confort bourgeois dont il aurait pu bénéficier parce qu’il gagnait très bien sa vie. Rien à voir avec un artiste maudit. Son dégoût de l’opulence faisait qu’il vivait avec le minimum de confort. Son atelier n’avait rien à voir avec les immenses pièces des villas cossues de Picasso. Alberto Giacometti créait dans un dénuement volontaire, histoire de rester en prise directe avec la première nécessité de sa vie d’artiste : voir les gens pour ceux qu’ils sont. Quand il faisait poser ses proches, il ne les voyait plus que sous l’aspect d’un homme ou d’une femme. Et pas comme son frère, par exemple.
Sa peinture, ses sculpteurs ressemblent aux livres de Samuel Beckett. Rien de superflu. Ne figure que ce qui est sérieux. Une phrase de l’Irlandais est la définition des œuvres de Giacometti : «Etre artiste, c’est échouer comme nul autre n’ose échouer». Tout est dit. IL était l’un des maîtres de Bacon. Giacometti, Beckett, Bacon. Chez eux, pas d’esbroufe. Ils comptent en secondes, pas en années !
Le livre est irracontable tant il comprend toutes les lignes de force et de faiblesse d’Alberto Giacometti, le plus Italiens des Suisses. Son voix, son accent sont inoubliables. Une voix à la fois ensoleillée et d’outre-tombe : il fumait 80 cigarettes par jour ! On le retrouve tel qu’il était dans le documentaire du grand Jean-Marie Drot. La télévision ce n’est pas que l’abêtissement général pour faire du fric en se vautrant dans la médiocrité. Giacometti élève notre âme, lui. Il voyageait dans son imaginaire, se dispensant d’aller vérifier les cartes postales ici ou là. Seul, il était. Seul, il restait. Henri Cartier-Bresson n’a pas montré autre chose quand il a immortalisé son ami sous la pluie, rue d’Alesia. Dupe de rien, Giacometti a synthétisé Paris vue de loin. Juste un trait, une vaguelette dans l’espace. Voilà pourquoi il était si peu mondain. L’Homme qui marche. Arrêt sur image.

-Alberto Giacometti. Ascèse et passion. Anca Visdei. Odile Jacob, 300 p., 23, 90 €
A dénicher chez les bouquinistes : Alberto Giacometti par Henri Cartier-Bresson. Recueil de photographies. Franco Sciardelli (Milan). Novembre 1991.

PS : le livre comporte deux erreurs à corriger. L’expression «l’agité du bocal» pour définir Sartre est de Céline et pas de Boris Vian (p.262) Et comme la maman de Giacometti est morte le 25 janvier 1965, un an avant la disparition de son fils (11 janvier 1966), on ne peut pas écrire qu’il est parti «deux ans moins deux semaines après sa mère bien-aimée» (p. 278). Je précise cela pour aider le livre et non pas lui nuire.

Le 25e trophée de Guardiola: Manchester City gagne la Coupe de la Ligue 2019

26.02.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Après avoir été un remarquable joueur, couvert de lauriers au Barça, Guardiola poursuit sur sa lancée, mettant K.O. indirectement Wenger (Arsenal) et Mourinho (Man City) qui ont disparu de la circulation. Et qui cherchent à se recaser par médias interposés. Des médias qu’ils contestent si souvent. A peine arrivé en Premier League, Guardiola s’est imposé avec brio. Il est à l’opposé des médiatiques Wenger et Mourinho. Guardiola donne la priorité au terrain: il n’a pas construit de personnage médiatique. Guardiola domine la planète du football, de la tête et des épaules.

Dimanche 24 février 2019
Mannchester City 0-0 Chelsea
Les Citizens ont gagné aux tirs aux buts 4-3.
Finale de la Coupe de la Ligue anglaise

Palmarès de Guardiola, entraîneur (48 ans):

Barcelone (14 titres en quatre ans) :
2 Coupes du monde des clubs 2009, 2011
2 Ligues des Champions 2009, 2011
2 Supercoupes d’Europe 2009 et 2011
3 Championnats d’Espagne 2009, 2010, 2011
2 Coupes du Roi 2009 et 2012
3 Supercoupes d’Espagne 2009, 2010, 2011

Bayern Munich (7 titres en trois ans) :
Coupe du monde des clubs 2013
Supercoupe d’Europe 2013
3 Championnats d’Allemagne 2014, 2015 et 2016
2 Coupes d’Allemagne 2014 et 2016

Manchester City (4 titres) :
Championnat d’Angleterre 2018
2 Coupe de la Ligues anglaise 2018 et 2019
Community Shield 2018

DERNIERE MINUTE: Alors que la poule aux d’or, Neymar, est blessée, son clan fait tourner la machine à cash. Le Groupe Altice a communiqué sur son nouveau partenariat avec le brésilien, qui passe plus de temps à faire de la com. qu’à jouer sur le terrain. Qu’importe ! Pour les Pékins c’est une icône. Le Brésilien va représenter SFR avec ou sans friture sur la ligne ? Il devient l’emblème de RMC Sport. Les journalistes de ce groupe vont-ils pouvoir être libres vis à vis de leur homme-sandwich ? En fait, on n’a rien à entendre d’un café du commerce qui dit avec insistance qu’Albert Emon est l’un des plus grands joueurs de l’OGCN alors qu’il n’y a pas joué une seule seconde.

Qui veut de Wenger et de Mourinho ?

26.02.19 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE

Mourinho a détruit son image médiatique quand il a mis le doigt dans l’œil du regretté Tito Vilanova. Geste indigne d’un éducateur à un autre éducateur.

On a beau dire et raconter n’importe quoi, la vérité du terrain est la seule qui compte: Guardiola (Man City) a éjecté de la Premier League José Mourinho (Man United) et A. Wenger (Arsenal). Pourquoi personne ne le dit ? Peur de ne plus pouvoir faire d’interviews des deux nouveaux spécialistes des échecs ?
C’est assez tragique de voir les dits grands entraîneurs rechercher un emploi. On voit J. Mourinho jusqu’à parler de la L1 ! C’est dire la déchéance professionnelle. Quand il était dans le calcio, qui aurait pu parier un euro sur sa venue en France ? A présent, les médias font miroiter pourquoi pas l’ex «Special One» en France ? On a bien Neymar, enfin quand il est en état de jouer. Depuis que le Portugais n’est plus à Manchester United, le club s’est remis sur le droit chemin. Pas complétement mais il y a un mieux. Il faut du temps pour demourinhorisé Old Traffrod. Mourinho en L1 ? Je n’y crois pas. Cependant au sien du monde marketing, il a encore beaucoup de poids. La compétence ne compte plus, ou presque. Sa notoriété reste une valeur marchande. Il parle plusieurs langues, il est à l’aise devant les micros. Certes pas tout le temps : on l’a entendu nous expliquer, après une cuisante défaite de MU, que ce n’était pas le première échec grave, patati patata. Mourinho a oublié que MU a une culture interne propre. Il est passé complétement à côté, se rendant mal habillé à un hommage à Sir Matt Busby. C’est comme aller en slip à un rendez-vous avec Dieu ! Mourinho est actuellement dépassé par Tuchel et Favre qui ne font pas de cirque, d’esbroufe.
Et Arsène Wenger ? Malgré un grand forcing de plusieurs de ses thuriféraires (1) qui ont fait du lobbying ou du moins du forcing pour l’imposer au PSG, à grands coups d’articles qui annonçaient le renvoi d’Antero Henrique, l’ex coach des Gunners n’intégrera pas le staff parisien, en tout cas par pour l’instant. «J’entends sans arrêt les médias dire qu’Arsène Wenger va prendre le poste de directeur sportif. C’est trop ! Laisser-nous travailler. Antero fait du bon travail. Il va continuer avec nous. Il reste là.» a confié le président du PSG, Nasser Al-KhelaÎfi. Et d’enfoncer le clou : «Il n’y a pas de projet Wenger au PSG ». L’info n’a pas bien sûr été reprise par ses aficionados.
Wenger a été prié de quitter Arsenal. On sait bien qu’il était incapable de plier les voiles, après avoir pris le club dans le ruisseau pour le remettre dans l’actualité. Economiquement, Wenger a fait du très bon travail à Londres. Il n’y aucun doute là-dessus. Le club fait des bénéfices, c’est dire. Le gestionnaire est impeccable. C’est au plan sportif que cela ne va pas depuis qu’il a perdu la finale de C1 2006 au SDF. Il traîne cette défaite comme un boulet. Avec une C1 à son actif, il serait dans la cours des Ancelotti et Guardiolia. Il en est loin. L’Europe lui a tourné trois fois le dos. Dans le monde marketing, il n’est pas grillé. Il pourra continuer à ne rien dire dans les médias. Parole blanche, aussi bien sur Bein Sports que jadis sur TF1 où ses commentaires m’endormaient. Il ferait un très bon ambassadeur d’Arsenal. Si c’est son club, pourquoi ne pas y retourner ? Emery a pris sa suite sans qu’on ne remarque l’absence du Français. Le club n’est toujours pas en état de gagner le championnat anglais. La C1 pour Wenger ? Encore de la science-fiction. Leicester qui vient de limoger Claude Puel après la raclée 1-4 subie à domicile contre Crystal Palace peut-il être intéressé par Wenger ? Sans doute non, cela serait de passer du PSG à Valenciennes.
Thierry Henry a bien appris de son ancien coach. Après sa déroute à l’ASM, on ne l’entend plus. Silence radio. Quand on perd, il faut se faire rare. Quand on gagne, il faut se répandre dans les médias. Des médias qui considèrent génie un ancien marchand de chiffons qui vient de mourir. Alors comment considérer Louis Pasteur ?

DERNIERE MINUTE: (1) La preuve en est la une du seul quotidien français omnisport qui 26 février fait sa une - en tout 5 pages !- sur le sujet du directeur sportif du PSG à débarquer. C’est prendre des désirs pour la réalité. Histoire de déstabiliser celui qui est en place au profit de qui vous savez. Cinq pages de lobbying où l’on peut lire: “Le nom d’Arsène Wenger, un intime de l’émir, s’inviterait sûrement de nouveau dans les discussions". Si le pt du PSG suit le forcing de la presse, histoire de se la mettre dans la poche, il nommerait celui qui est la coqueluche des ex gamins nourris au Téléfoot de jadis très fan d’Arsenal puisque son coach était sous contrat avec TF1.

De l'eau pour les moulins des Gilets jaunes: "Je n'aime pas les riches" disait-il avant de finir à côté du Pt du PSG

25.02.19 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS, LA REVUE DE STRESS

L’ex locataire de l’Elysée avait déclaré en 2012:
-"Je n’aime pas les riches".
C’était une façon grossière d’appâter certains électeurs. Auparavant, celui qui disait rouler à gauche s’était fait passer pour quelqu’un de droite quand il avait fait un tour de passe téléphonique sur Canal Plus au bénéfice d’André Bercoff.
Dire: “Je n’aime pas les pauvres” et finir dans une tribune à la gauche - amusant !- du président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi qui lui-même à sur sa droite, Nicolas Sarkozy. Tribune d’honneur ou déshonneur ?
On peut mesurer la puissance du Qatar qui réussit à amadouer deux anciens présidents de la République française.
Nicolas Sarkozy est un fan du PSG. Il vient de le prouver car le groupe Accor devrait verser plus de 50 M€ par an pour faire figurer ALL (Accor Live Limitless), sur le maillot du club dès la saison 2019-2020. Le contrat court sur 3 ans. Nicolas Sarkozy siège désormais au conseil d’administration du nouveau plus important sponsor du PSG. Ce magot permet au club du Qatar de régler son problème avec le fair-play financier jadis mis en place par Michel Platini, ex pt de l’UEFA, qui impose aux clubs de ne pas dépenser plus qu’il ne gagne.
Pour le reste, que peut-on penser de quelqu’un qui a dit ce qu’il a dit avant de s’afficher de la sorte dans un contexte opposé à son discours ?
Dans une vidéo, le désœuvré se propose de parler de l’Europe à qui veut l’entendre:
https://www.lindependant.fr/2019/02/24/exclusif-le-message-sur-leurope-adresse-par-francois-hollande-a-la-jeunesse-de-france,8034655.php
D’où l’expression, ne plus savoir quoi faire de ses dix doigts.

Liverpool repart d'Old Trafford avec le nul

24.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS

Dimanche 24 février 2019
27e journée de Premier League
Manchester United 0-0 Liverpool

Le choc entre les deux ennemis est capital.

Classement avant match
1er Man City 65 points 27 matchs
2 Liverpool 65 pts 26 m
3 Tottenham 60 pts 27 m
4 Man United 51 pts 26 m
5 Arsenal 50 pts 26 ma
6 Chelsea 50 pts 26 m

MU a déjà dépassé Arsenal et Chelsea. Et veut les tenir à distance.
Liverpool doit gagner pour reprendre la tête.
MU va tout mettre en œuvre pour offrir le titre à City.
Entre deux maux vaut mieux choisir le moindre.
Depuis 30 ans, MU empêche Liverpool d’être champion. Merci Sir Ferguson ! Merci Cantona !

Classement après match
1er Liverpool 66 pts 27 m
2 Man City 65 points 27 matchs
3 Tottenham 60 pts 27 m
4 Arsenal 53 pts 27 ma
5 Man United 52 pts 27 m
6 Chelsea 50 pts 26 m

Plein de blessés, MU limite les dégâts. Arsenal a un point d’avance sur MU. Et Liverpool ? Idem: juste un point de plus que City. Rien n’est joué. A suivre. Le voyage de MU à Paris pour le 8e retour de C1 est une mission impossible. Blessés, suspendu (Pogba), rien ne va plus.

Scandale: Arsenal recevra au retour alors que le sort avait désigné Rennes !

22.02.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR

Rennes a éliminé un club de Liga. Il faut donc punir Rennes ! Ils font à Rennes ce qu’ils n’auraient pas fait au PSG, à Marseille et à Lyon. Et encore moins au Real Madrid et à Barcelone.

Ligue Europa
8e finale, aller
Jeudi 7 mars 2019
Arsenal - Rennes

8e finale retour
14 mars
Rennes - Arsenal

Noël en mars !
J’en rêvais. C’est arrivé !
Nous allons assister au choc Arsenal-Rennes avec le match retour en France.
Unai Emery va retrouver le virtuose français sur son chemin. Au PSG, il a passé ses nerfs sur le stratège. N’a rien fait pour le sortir du placard.
Vengeance ? Haine Findus ? Disons signe du destin.
Il ne faut pas se faire une montagne d’Arsenal. Club surcoté.
Rennes n’a pas de C1 ? Arsenal non plus ! Arsenal est un club qui ne joue pas dans la cours de des grands. Ce n’est pas le Real, pas le Barça, même pas Chelsea. Le grand coach des Gunners c’est Herbert Chapman.
Ben Arfa va devoir jouer sans chercher à nuire à son ex entraîneur. Cela pourrait bloquer son influx nerveux. Il doit affronter Emery comme si c’était n’importe qui.
Le Français devra se servir de ses seules armes de pacifiste: son talent, son mental.
Rennes en quart. C’est possible. Il faut rendre réel ce possible.
Jouer un vrai match. Ne faire aucun complexe.
Vivre au mieux cette affiche qui tombe bien.

DERNIERE MINUTE:
Pour des raison de sécurité, l’UEFA a changé l’ordre des matchs parce que Chelsea accueille le Dynamo Kiev le jour où était prévu Arsenal-Rennes. Il serait impossible que la police anglaise assure la protection des deux rencontres en même temps.
Rennes est donc prié de jouer à domicile le 7 mars, puis à l’extérieur la semaine suivante. Pourquoi ne pas maintenir Arsenal-Rennes et demander à Chelsea d’intervertir ses matchs ?
C’est une honte, un scandale ! L’éthique est bafouée.
Arsenal a peur d’être éliminé. Le club est favorisé.
Londres n’est pas un bled perdu dans la jungle.
Le motif c’est n’importe quoi !

Au mépris du tirage au sort, voilà ce qui a été décidé en petit comité. Rennes est le dindon de la farce:

Ligue Europa
8e finale, aller
Jeudi 7 mars 2019
Rennes - Arsenal

8e finale retour
14 mars
Arsenal - Rennes

Précisions: Le règlement de l’UEFA stipule que deux grands matchs ne peuvent pas se dérouler au même moment dans une même ville. Foutaise ! Londres a un très grand nombre de clubs, y compris en Premier League. Le règlement se base sur l’indice UEFA. Par ordre Arsenal, Chelsea… Donc les Gunners sont prioritaires pour le changement. Que de magouilles pour avantager le plus puissant. C’est à parier que les Anglais ne savent pas situer Rennes sur la carte de France. Les “supporters” de Kiev font peur aux Anglais. Rennes doit se concentrer et profiter au maximum d’ouvrir le bal ! Les Gunners ne sont pas des foudres de guerre. Ils perdent toujours le combat de l’intensité, de la grinta.

Hatem Ben Caviar, un slalom et puis Rennes est qualifié !

22.02.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, CRUYFFEMENT

Mercredi 21 février 2019
16e finale Europa League
Betis Séville 1-3 Rennes
Buts pour Rennes: Bensebaïni (22e, Hunou (30e), Niang (90e +4)
Buts pour Séville: Lo Celso (41e)

Mal en point suite son nul à domicile à l’aller (3-3), Rennes s’est imposé à Séville face au Betis (1-3) pour empocher sa place en huitièmes de finale européens, du jamais vu dans son histoire.
-"On ira à Séville pour jouer notre football, tant pis si on prend un 5-0 !” avait dit Ben Arfa après le 3-3 à Rennes. Les footix - ils se reconnaîtront- lui sont tombés dessus pour déverser leur incompétence notoire, un vice impuni.
Ben Arfa a été la clef de voute du succès en Espagne.
Il a été calme, a bien distribué le jeu: décalage sur le 2e but et traversée du terrain sur le 3e but pour une offrande à Niang. Ben Arfa pourrait s’appeler Hatem Ben Caviar.
Sa percée en fin de match est signée: on le voit partir et on sait qu’il va aller au bout. Il efface tous les adversaires comme s’il était une gomme humaine.
Ben Arfa est l’un des meilleurs footballeurs en activité. Je parle au niveau mondial.
Il n’a pas droit au même traitement que Griezmann ou Mbappé.
Les chouchous des médias peuvent dire et faire n’importe quoi, ils sont intouchables.
Ben Arfa, lui, est interdit d’équipe de France.
Malgré cette injustice, il ne se plaint jamais.
A la fin du match, il a déclaré être content pour le club.
Pas un mot sur son récital. La grande classe jusqu’au bout.
Sa juvénilité va lui permettre de nous régaler encore plusieurs années.
On parle plus des béquilles de Neymar que des jambes magiques de Ben Arfa.
Le pied n’est qu’un instrument, l’artiste c’est le cerveau.
Ben Arfa est un très grand artiste.
A Rennes, comme à Nice, il est dans le rôle du grand-frère. Un rôle qu’il assume très bien.
A Paris, il a été brimé par des gens à genoux devant Neymar qui joue 5 mois par an.

PS: en son honneur, je crée une nouvelle catégorie: CRUYFFEMENT. L’intégreront les virtuoses aux gestes techniques lumineux.

Avec un Griezmann hyper actif, l'Atletico Madrid gagne la première manche 2-0 devant la Juve qui a vu Ronaldo matraqué de partout.

Mercredi 20 février 2019
8es aller de C1 2019
Schalke 04 2-3 Manchester City
Buts pour Schalke 04:Nabil Bentaleb (38e p., 45e p.)
Buts pour les Citizens:Sergio Agüero (18e), Leroy Sané (85e), Raheem Sterling (90e)

Atletico Madrid 2-0 Juventus Turin
Buts pour l’Atletico: José María Giménez (78e), Diego Godín (83e)

Après les matchs:
Dans un stade en osmose totale avec ses joueurs, du début à la fin du match, l’Atletico a mis une intensité insoutenable durant toute la rencontre.
Alignement des planètes: joueur, entraîneur et public, tous à l’unisson. Le chauvinisme à ce point c’est du grand art populaire. Ils aiment ce qu’ils aiment, et ceux qu’ils aiment.
Ce fut un très grand match. L’Atletico a laissé le ballon à la Juve afin de jouer en contre.
On connait ce football prôné par leur entraîneur Diego Simeone. Un immense coach.
Le milieu de terrain de l’Atletico a dicté sa loi.
En face, Ronaldo a fait ce qu’il a pu. Il a été matraqué. Si Neymar reçoit un tel traitement, il est conduit aux urgences dès la 20e minute du match.
La rage, l’intensité de l’Atletico cela fait du bien de voir ça.
Leur football est vraiment un don de soi à 200 %.
Antoine Griezmann a été exceptionnel. Bon partout. Devant, derrière, au milieu. Physique, technique, mental. Il a haussé son niveau et c’est formidable. Et toujours ce sourire épatant. Il incarne la joie de vivre. Il a enfin compris que le terrain c’était mieux que le net.
Attention, au match retour. La Juve n’a pas son dernier mot. Loin de là.

PS: en Allemagne, les Citizens ont fait le travail.

Les autres 8es aller de la C1 2019 déjà joués (en gras les favoris)

Manchester United 0-2 Paris
La Roma 2-1 Porto
Tottenham 3-0 Dortmund
Ajax Amsterdam 1-2 Real Madrid
Lyon 0-0 Barcelone
Liverpool 0-0 Bayern Munich

Avant les matchs:
Les deux scores vierges Lyon-Barça et Reds-Bavarois avantagent les Catalans et le Bayern. Les matchs aller à Lyon et dans la cité des Beatles furent décevants. On n’a rien vu. Personne ne se souviendra de ces matchs. Barcelone et le Bayern s’en moquent car ils sont sûrs de se qualifier au retour. Deux matchs sont encore un peu indécis: la venue d’United, même sans Pogba, peut déranger les certitudes parisiennes. On se sait jamais, même si c’est très mal barré.
Pour du jeu, il faut attendre CR7 à la Juve, et City en Allemagne.

Le totalitarisme infecte la France de 2019

19.02.19 | par morlino | Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS

Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver, disait le nazi.
Attention au présent de l’indicatif.

Le degré zéro des aphorismes

18.02.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Georges Perros nous a donné des aphorismes avec un soin infini. Kraus lui a insisté dans ce domaine qu’il ne maîtrisait pas du tout. Un aphorisme doit parler à tous dans une pensée profonde ramassée en quelques mots. Rien à voir avec une logorrhée sans intérêt.

N’est pas Chamfort ou Cioran qui veut. Ce recueil d’aphorismes de Karl Kraus (1874-1936) mérite le trophée du pire livre de l’année. Pas besoin d’attendre les autres, même ceux qui font craindre une prochaine calamité. Autant un ouvrage peut déclencher un enthousiasme, autant d’autres font naître une colère. J’attendais beaucoup de ce livre et une fois dans les mains, il ne pèse pas plus lourd que les torchons des vedettes éphémères écrits par un écrivain-fantôme (ex nègre)qui a besoin de becter. Mieux encore lire les mémoires de telle ou telle cruche de téléréalité, comme ils disent.
La littérature doit être un lieu qui transcende la vie : pas la peine de publier des écrits prétentieux qui sont d’une insondable médiocrité.
Voici un extrait des inepties alignées sans retenue : «La littérature d’aujourd’hui est faite de recettes concoctées par des malades». Kraus parle-t-il de lui ?
«Il y a des hommes que n’importe quelle femme serait en mesure de tromper.» Il y a encore plus misogyne : «Il y a des femmes qui ne sont pas belles, mais qui le paraissent».
Chaque page contient des élucubrations bonnes pour la corbeille à papier. Ici : «Nous devons d’abord devenir ce que ne sommes pas». Là : «La nuit, toutes le vaches sont noires, y compris les blondes». Plus loin : «Le médicament prescrit par le médecin : par ici la monnaie, et bon vent !». Ailleurs : «J’ajuste mon arc en fonction de mon adversaire».
Si on insiste pour lui laisser une petite chance, on a droit à : «Pour certains, c’est un supplice d’avoir raté une bonne affaire».
Il y a encore plus insignifiant : «La véritable cruauté n’a pas de limites».
Le pompon c’est sans doute : «Parler de la vie de famille est une intrusion dans la vie privée».
Palme de la goujaterie ? «Chez les femmes, rien n’est impénétrable sauf sa superficialité.»
Pour avoir une idée du bâclage, il suffit de lire : «L’art sert à ouvrir les yeux » (page 43) et «L’art sert à nous ouvrir les yeux ». (page 63)
Un fait certain : avec les siens, Karl Kraus ne voyait que son nombril.

-Il ne suffit pas de lire, Karl Kraus. Traduit et préfacé par Alfred Eibel. Klincksieck, 77 p., 17 €.

Invaincu, C.Ronaldo est meilleur buteur du calcio:19 buts

17.02.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Vendredi 15 février 2019
24e journée de la Serie A
Juventus 3-0 Frosinone
Buts pour la Juve: Dybala (6e), Bonucci (17e), C. Ronaldo (63e)

C. Ronaldo est toujours au sommet du football, depuis 2008 !
Le Portugais fraîchement arrivé du Real Madrid est meilleur buteur du championnat italien. Avec 19 buts au compteur en championnat.
Temps d’acclimatation ? Zéro seconde.
Le joueur parle toutes les langues du football: portugais, anglais, espagnol et italien.
Compétiteur hors normes, le professionnel n’est jamais rassasié par aucune victoire.
Il se remet en cause à chaque match.
Le caméléon se fond dans n’importe quel collectif.
Des médisants cherchent à l’opposer à Messi comme jadis on mettait en rivalité les Beatles et les Stones. Grosses ficelles de la presse.
C. Ronaldo est sali dans le PAF qui est à genoux devant Depardieu, Besson ou Polanski. Et j’en passe, des pires.
L’artiste est en passe de remporter une nouvelle C1 avec la Juve !
Mercredi 20 février l’affiche Atletico Madridd-Juventus vaut le déplacement, même s’il ne s’agit que de quitter sa cuisine pour le salon.
Griezmann contre C.Ronaldo et Dybala. Quoi de plus beau pour un mardi ?

20 h Foot, CNews. Vendredi 15 février 2019

16.02.19 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Sur Rennes, Neymar, PSG, Tuchel, Monaco, Benzema…

Adieu au mythique Gordon Banks (1937-2019)

16.02.19 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

On l’appelait la “Banque d’Angleterre” tellement il était une assurance tous risques dans la cage anglaise.
Vainqueur de la Coupe du monde 1966, le gardien anglais a marqué l’histoire.
A l’époque sans internet, il a fait le buzz avec un arrêt extraordinaire sur une tentative de Pelé qui semblait imparable. Cet arrêt a fait le tour du monde. Plus fort qu’un but.
L’international aux 73 sélections, entre 1963 et 1972), n’a jamais joué dans un grand club.
1959-1967: Leicester City, 356 matchs
1967-1972: Stoke City, 250 matchs
Voilà pour l’essentiel de sa carrière. Il n’a jamais été champion d’Angleterre.
Il a été aussi quart de finaliste des Coupes du monde 1962 et 1970.
Aujourd’hui, il jouerait à Liverpool ou Man United.
La maladie l’a souvent frappé. Une vie avec beaucoup de souffrance.
Sans avoir joué au Real Madrid ou à Barcelone, Banks appartient à la galaxie des gardiens historiques. Il avait une présence sensationnelle. Il rassurait ses partenaires et angoissait les adversaires. Uniquement par son talent, et absolument pas par un comportement agressif comme celui de Schumacher, Harald et non pas le pilote de F1 qu’on aimerait voir d’aplomb.
Même si je fais d’atroces impasses sur des disparitions, mon blog est aussi une nécropole. Hélas !
Si l’on pouvait se réjouir de l’éclosion d’un grand artiste dès le jour de sa naissance, mon blog serait une maternité.

[Post dédié à Michel Bernard, ancien rival de Michel Jazy]

Un séduisant Paris fait gagner le football devant un MU à la dérive

13.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Le nouvel entraîneur de MU a perdu son premier match comme coach de MU face à Paris. Il garde espoir pour le match retour. Ce sera mission impossible. OGS retiendra qu’il a disputé et perdu son premier match en C1, cette fois sur le banc des entraîneurs. La douleur est d’autant plus grande qu’elle s’est déroulée à Old Trafford. Le poids de l’Histoire a écrasé ses joueurs au lieu de les transcender. Tuchel a mieux préparé ses joueurs. Il faut lui tirer un grand coup de chapeau. Paris a vraiment tiré le gros lot. L’Emir du Qatar a fait un choix qui prouve sa compétence. RESPECT.

Mardi 12 février 2019
8e aller de C1
Manchester United 0-2 Paris
Buts pour Paris: Kimpembe (53e), Mbappe (60e).

Man United: De Gea; Young ©, Bailly, Lindelof, Shaw; Matic, Herrera; Lingard (Alexis 45e), Pogba (expulsé en fin de match), Martial (Mata 46e); Rashford (Lukaku 84e).
Sur la banc: Romero, Dalot, Jones, Fred.
Manager: Solskjaer

PSG: Buffon, Kehrer, Silva, Kimpembe, Bernat, Marquinhos, Verratti (Paredes 75e), Alves, Draxler, Di Maria (Dagba 81e), Mbappe.
Sur le banc: Areola, Choupo-Moting, Kurzawa, Nkunku, Diaby.
Manager: Tuchel

Solskjaer a réenclenché le rêve mais Tuchel a fait redescendre sur terre le peuple rouge.
C’est le football qui a gagné, et c’est tant mieux.
Paris a laissé passer l’orage (in)offensif de MU au début du match avant d’augmenter le jeu à tous les niveaux: hargne, intensité, talent, volonté, intelligence tout ça était visible du côté parisien.
En face, on a vu un MU maladroit, frileux, sans imagination, et surtout avec une attaque transparente. MU aurait pu jouer 4 heures, il n’aurait pas marqué un seul but. Un tir cadré en 95 minutes. Quelle honte !
D’emblée Martial n’était pas dans le coup. On se demandait ce qu’il faisait dans le onze de départ.
L’absence de Neymar et de Cavani a transcendé le PSG. Un peu comme quand on joue a 10 contre onze. Le PSG avec Neymar et Cavani aurait-il été autant solidaire ? Les absents ont toujours tort. La victoire 0-2 c’est grâce au travail de Tuchel qui est un grand entraîneur à l’inverse de l’ex coach (aujourd’hui à Arsenal) qui ne diffusait que de la peur, du stress, de la frustration. L’Allemand diffuse lui de la confiance, de la compétence, de la force. Cela change tout.
Le PSG a donné une belle démonstration de maîtrise à l’extérieur.
MU ? Pour le voir bien jouer, il faut regarder YouTube !
On a vu toutes les faiblesses de MU. Il faut sortir le chéquier.
Il faut un cador à chaque ligne.
Paris a un pied en 1/4 de finale. Nous ne sommes pas dans la configuration Emery.
Tout le PSG est à féliciter: mention spéciale à Kimpembé, Marquinhos, Alves et Draxler. Mbappé a bien tenu son rang. Discret avant de trouver la faille.
J’aurais pu être à la place de Buffon tant le gardien italien n’a eu quasi aucun arrêt à faire, sauf au début du match
En face, De Gea a évité un humiliant 0-4.
Le match retour ? Il permettra aux Mancuniens de visiter Paris.
Quand il y a eu les attentats, on a entendu la Marseillaise dans les stades, même en Angleterre. A présent, Paris, souillé depuis des semaines et des semaines chaque week-end, redore son blason, par le biais du sport. Merci le football !

PS: MU a été aussi piégé par l’arbitre UEFA. En Premier League on laisse plus jouer les équipes dures sur l’homme. En C1, non. Paris a joué un match de C1 tandis que MU s’est cru en Premier League !

Nice bat Lyon 1-0. Courte victoire, grand succès

11.02.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Dimanche 10 février 2019
24e journée de L1
OGCNICE 1-0 Lyon
But pour les Aiglons : Walter (68e s.p)

OGC Nice : Benitez - Burner, Hérelle, Dante ©, Sarr - Cyprien, Tameze, Walter - Myziane (Pélican, 65e), Ganago (Jallet, 73e), Saint-Maximin (Wade, 83e).
Manager: Vieira

Olympique Lyonnais : Lopes - Dubois (Tete, 86e), Marcelo, Denayer, Mendy - Ndombele, Aouar (Cornet, 86e) - Traoré (Terrier, 80e), Fékir ©, Depay - Dembélé.
Manager: Génésio

Classement
1 Paris 59 pts 22 m/ 19 2 1/ 68 13 + 55
2 Lille 49 24/ 15 4 5/ 42 22 + 20
3 Lyon 43 24/ 12 7 5/ 38 27 + 11
4 Montpellier 37 23/ 9 10 4/ 31 19 + 12
5 OM 37 24/ 11 4 9/ 38 34 + 4
6 Saint-Etienne 37 23/ 10 7 6/ 33 29 + 4
7 OGC Nice 37 24/ 10 7 7/ 19 23 - 4

Lyon a beaucoup attaqué mais Nice, l’une des meilleurs défense de France a bien résisté avec son gardien de but premier plan, Benitez.
Les trois points de Nice ne sont pas volés.
Les Lyonnais avaient-ils la tête ailleurs puisqu’ils vont affronter Barcelone en 8e C1 ?
Possible qu’ils n’aient pas tout donné.
Le match d’avant la C1 est toujours très délicat à négocier.
Nice en a profité. Vieira partage son expérience aux jeunes Aiglons.
Nice joue comme jouait Vieira: gros mental, physique excellent et constance régulière. Dans un match, Vieira ne traversait jamais de moments creux. Toujours concentré.

[Post dédié à MM. Rivère & Fournier qui ont laissé Nice plus grand qu’à leurs arrivées]

Livres : bons d’entrée (Rambaud, Kirby, Menant, Foucquet, Wallendorf, Cerquiglini, «Sido», Flynn, Cioran et Proust) et aussi les bons de sortie !

07.02.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES

Les bons d’entrée :

-Emmanuel le Magnifique, Patrick Rambaud Grasset, 260 p., 16,50 €. Portrait au vitriol par un Daumier qui croque par écrit.

-Le Ha-Ha, David Kirby. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christian Garcin. Actes Sud, 100 p., 15 €. Parabole de la tranchée qui divise le sol sans nuire au paysage. Le poète d’ouverture abolit les clôtures.

-L’homme qui croyait en sa chance, Marc Menant. Ramsay, 237 p., 19 €. Une ode à Jean Mermoz dans un style aérien.

-Lettres de Chine à sa famille (1698-1721), Jean-François Foucquet. Mercure de France, 215 p., 11 € 80. Un envoyé spécial haut de gamme dans la Chine du XVIIIe siècle.

-L’Appel, Fanny Wallendorf. Finitude, 346 p., 22 €. Une biographie romancée du champion Dick Fosbury. Un livre qui prend de la hauteur.

-Les mots disparus de Pierre Larousse, introduction de Bernard Cerquiglini. Présentation de P. Larousse par Jean Pruvost. Larousse, 192 p., 14, 95 €. Toujours instructif et plein d’esprit. Le vocabulaire s’appauvrit plus qu’il ne s’enrichit.

-Lettres à Colette 1903-1912, Sido. Présenté par Gérard Bonal. Libretto, 575 p., 12, 80 €. La correspondance d’une mère à sa fille, THE écrivain - surtout pas écrivaine- par excellence.

-Moi et Castro. Suivi de Ce qui m’est réellement arrivé en Espagne, Errol Flynn. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) et préface de Thierry Beauchamp. Editions du Sonneur, 103 p., 7,50 €. OVNI littéraire signé par un «œil hollywoodien» qui parle d’une femme comme un maquignon.

-Pensées étranglées. Précédé du Mauvais démiurge. Cioran, Folio/ Sagesses, 87 p., 3, 50 €. Un écrivain qui donne des aphorismes comme les abeilles, du miel.

-Journées de lectures, Marcel Proust. Folio, 81 p., 2 €. Le romancier confie n’avoir jamais été déçu par un livre qu’il aime.

Les bons de sortie :

-Paul, Bruno Le Maire. Gallimard, 160 p., 15 €. Style d’une platitude abyssale. Gide a prévenu : pas de bonne littérature avec des bons sentiments.

-Visages cachés, Salvador Dali. Postface Haakon Chevalier. Libretto, 480 p., 11,30 €. N’a jamais été considéré comme un des leurs par les Surréalistes Ernst, Masson et Tanguy.

-Vivant, Aymeric Caron. Flammarion, 272 p. , 19, 90 € . «Chaque heure qui passe prolonge mon existence et la raccourcit en même temps». Tout est à l’aune de cette sornette.

-Que faire des cons ? Pour ne pas en rester un soi-même, Maxime Rovere. Flammarion, 204 p., 12 €. Ecrire sur un tel sujet sans un gramme d’humour, faut le faire !

-A nous la liberté !, Christophe André, Matthieu Ricard, Alexandre Jollien. L’Iconoclaste/ Allary Editions, 592 p., 22, 90 €. Habituel enfilage de perles.

-Vital ! Dr Frédéric Saldmann. Albin Michel, 290 p., 19,90 €. Baratin récurrent pour ceux qui fument en rêvant d’arrêter.

-Il faut du temps pour rester jeune, Michel Drucker. Robert Laffont, 286 p., 21, 50 €. Radotage par un baron du PAF qui bénéficie de la plume du méconnu Jean-François Kervéan.

- PS: L’Heure des Pros II, présentation Julien Pasquet. Vendredi 8 février 2019, CNews. : https://www.dailymotion.com/video/x72322w#tab_embed

Comme prévu, Manchester City est leader de Premier League !

06.02.19 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR

Guardiola est le patron de la Premier League. C’est le digne successeur de Sir Ferguson. Arsène Wenger et J. Mourinho ont été éliminés par leur incompétence respective parce qu’ils se perdent dans la communication alors que Guardiola ne fait parler que le terrain !

Mercredi 6 février 2019
Match avancé de la 27e journée
Everton 0-2 Manchester City
Buts pour les Citizens: Aymeric Laporte (45e + 2), Gabriel Jesus (90e + 7)

Classement:
1er Man City 62 pts 26 m + 48
2 Liverpool 62 pts 25 matchs + 41
3 Tottenham 57 pts 25 m + 27
4 Chelsea 50 pts 25 m + 22
5 Man United 48 pts 25 m + 14
5 Arsenal 47 pts 25 + 15

Man City est leader ! Sa victoire à Everton permet au club entraîné par Guardiola de dépasser les Reds de Liverpol, au goal average.
Les Citizens ont bien géré la partie, jouant propre, sérieusement.
Une construction de LEGO, de MECANO.
Coaching 100 % gagnant: Jesus et De Bruyne sont entrés en jeu dans les dernières minutes. Passe décisive du Belge. But du Brésilien.
Liverpool a une fois de plus laissé des points bêtement. Les Reds ne savent pas être leaders. Ils ont peur de perdre, et donc… de gagner !
Les joueurs de Liverpool perdront le championnat à Old Trafford, à la fin du mois de février.
Man United va se faire une joie de battre Liverpool.
Tout ! sauf Liverpool 1er de la Premier League en fin de saison. C’est ainsi que parlent les fans de Man United.

PS: résultat de Barcelone-Real Madrid, en 1/2 finale Coupe du Roi, match aller(1-1) But pour le Real (Vasquez, 6e). But pour le Barça (Malcom, 57e)

Everton va perdre contre Man City pour nuire à Liverpool

06.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Mercredi 6 février 2019
Match avancé de la 27e journée
Everton-Manchester City, 20 h 45, RMC Sport 1

Classement après la 25e journée:
1er Liverpool 62 pts 25 matchs + 41
2 Man City 59 pts 25 m + 46
3 Tottenham 57 pts 25 m + 27
4 Chelsea 50 pts 25 m + 22
5 Man United 48 pts 25 m + 14
5 Arsenal 47 pts 25 + 15

Les bizarreries du calendrier anglais donnent l’occasion de voir un match de la 27e journée avancée alors que la 26e est prévue le week-end du février 2019.
Et ce n’est pas n’importe quelle rencontre puisque Man City en déplacement à Everton (9e) à la possibilité de devenir leader à la place de Liverpool. Everton est dans le ventre mou, donc n’a plus rien à craindre pour son avenir en Premier League.
Everton déteste son voisin Liverpool. Les deux stades sont d’une proximité incroyable qui augmente leur détestation partagée. Une défaite d’Everton ferait donc plaisir à tous ses fans! A commencer par notre historique Wayne Rooney que Mourinho a bazardé comme un vieux Kleenex ! Je donne tous les matchs dirigés par Mourinho contre une seule minute de jeu de Rooney.
A noter: dimanche 24 février 2019, à 15 h, il y aura Man United-Liverpool. Les Red Devils vont offrir le titre à Man City !

PS: ce 6 février se déroule aussi en Coupe du Roi espagnol un nouveau Clasico, Barcelone-Real Madrid, 21 h sur beIN SPORTS 1

6 février 1958-6 février 2019. Nos inoubliables Red Devils

06.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Lors de la catastrophe aérienne de Munich, le 6 février 1958, vingt-trois personnes ont perdu la vie, dont huit Busby Babes.
Foulkes a réussi à s’extirper de l’avion disloqué, au sol.
Avant la perte de ses amis, il était un winner acharné.
Après la mort de ses amis, il se contenta de jouer de manière à la fois consciencieuse et silencieuse.

Les 8 Red Devils morts lors du crash:
Geoff Bent
Roger Byrne ©
Eddie Colman
Duncan Edwards (le stratège immense jeune star est mort à l’hôpital le 21 février 1958)
Mark Jones
David Pegg
Tommy Taylor
Liam Whelan

Membres du staff morts dans l’avion:
Walter Crickmer, secrétaire
Bert Whalley, entraîneur
Tom Curry, entraîneur

Les joueurs survivants:
Johnny Berry
Jackie Blanchflower (1933-1998)
Dennis Viollet (1933-1999)
Ray Wood (1931-2002)
Bobby Charlton (1937)
Bill Foulkes (1932-2013)
Harry Gregg (1932)
Kenny Morgans (1939-2012)
Albert Scanlon (1935-2009)

Le manager Matt Busby (1909-1994), très grièvement atteint, a survécu à ses blessures avant de décider de rester à son poste pour honorer la mémoire de ses jeunes joueurs disparus.
“Je ne veux pas qu’ils soient morts pour rien", a-t-il dit après l’accident.
“Ils ne sont pas morts pour rien", a-t-il dit après la victoire en C1.
Avec le trophée de 1968 tout près de lui, il eut ce mot historique: “Ce n’est qu’un début…”
Parmi tous les clubs européens, le Real Madrid a été le seul à se manifester pour aider MU. Les Madrilènes proposèrent de leur prêter Alfredo Di Stefano pour qu’il encadre les jeunes Red Devils.
Les Mancuniens refusèrent mais ils n’ont pas oublié le beau geste du Real qui organisa des matchs pour offrir les recettes aux familles des victimes.

[Post dédié à Emiliano Sala]

Tétanisé par l'enjeu, Liverpool n'a plus que 3 points d'avance sur Man City !

05.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE

Liverpool présente tous les symptômes d’un groupe qui est en train de dire adieu au titre.

Lundi 4 janvier 2019
25e journée de Premier League
West Ham 1-1 Liverpool
But pour West Ham: Antonio (28e)
But pour Liverpool: Mané (22e)

Très bon week-end pour les deux Manchester(s) qui ont gagné: United a absorbé Arsenal avant d’avaler Chelsea, d’ici peu. Et City revient au galop sur Liverpool.
City n’a fait qu’une bouchée des Gunners, laminés par Aguero auteur d’un doublé. L’entraîneur des Gunners, Emery, la doublure de Wenger, a confié être obligé de composer avec l’équipe de son prédécesseur. Quel culot ! Arsenal a massacré Ozil comme il a massacré Arshavin.
Liverpool n’a pas su tenir City à distance. Les Reds sont incapables d’assumer le rôle de leader. Ils ont peur de ne pas arriver à être champions. Ils attendent le titre depuis trois décennies. Sir Ferguson les a faits tomber de leur perchoir et ils n’arrivent plus à y remonter ! (1)
Man City va sûrement être champion. Et MU disputera la C1 2020.
Liverpool n’a pas de winners du calibre de Souness ou Dalglish.
Les Reds n’ont plus que 3 points d’avance sur City.
Kloop a Guardiola à ses trousses.

Quand Mourinho était à Man United, je vivais ce moment de l’Histoire comme si un coucou n’était pas à sa place à Old Trafford. Je me sentais dans la peau d’un cocu !
A présent, je revis. Le rêve est réenclenché. Merci au nouveau staff. Merci à sir Alex. Monsieur Ferguson est le Molière de MU. Il doit aller au bout du bout.

Classement après la 25e journée:
1er Liverpool 62 pts 25 matchs + 41
2 Man City 59 pts 25 m + 46
3 Tottenham 57 pts 25 m + 27
4 Chelsea 50 pts 25 m + 22
5 Man United 48 pts 25 m + 14
5 Arsenal 47 pts 25 + 15

(1) Quand il est arrivé à MU, en 1986, alors que Liverpool dominé le football anglais, Alex Ferguson a déclaré: “Je suis venu ici pour faire tomber ce perroquet de son putain de perchoir! “ Et il y est parvenu dès 1993 grâce au King Cantona.

Paris, "orphelin" de Neymar, perd à Lyon devant Solskjaer

04.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Neymar est annoncé absent pour jouer à Old Trafford, mais sait-on jamais s’il ne resta pas présent. On sait déjà qu’il ne va pas être opéré, donc… Toujours est-il que l’Histoire de MU devrait balayer les ambitions du Qatar. On n’achète pas les trophées.

Dimanche 3 février 2019
25e journée de Premier League
Leicester 0-1 Manchester United
But de MU: Scorer: Rashford (9e)

Leicester: Schmeichel; Pereira, Maguire, Evans, Chilwell; Ndidi, Mendy (Iheanacho 84e), Maddison (Ghezzal 62e); Gray (Okazaki 74e), Barnes, Vardy
Manager: Puel

Manchester United: De Gea; Young ©, Lindelof, Bailly, Shaw; Matic, Pogba, Herrera; Lingard (Jones 90e), Alexis (Martial 67e), Rashford (Lukaku 77e).
Sur le banc: Romero, Mata, Fred, Dalot.
Manager: Solskjaer

Classement provisoire de la 25e journée:
1er Liverpool 61 pts 24 matchs + 41
2 Man City 59 pts 25 m + 46
3 Tottenham 57 pts 25 m + 27
4 Chelsea 50 pts 25 m + 22
5 Man United 48 pts 25 m + 14
5 Arsenal 47 pts 25 + 15

Comme prévu, Arsenal a pris une tôle contre Man City (3-1) avec un triplé de Sergio Agüero (1e, 44e, 61e). Emery ou Wenger aucun changement. Arsenal est un club qui disparait dès que la pression monte. Tant que c’est de la représentation tout va bien. Dès qu’il faut répondre sur le terrain ? Faillite mentale assurée. C’est très bien pour MU qui dépasse enfin Arsenal. Chelsea est désormais dans la ligne de mire.
Le 4 février, Liverpool se déplace à West Ham. On va voir ce qu’ils ont dans le ventre.

En France, Paris a perdu à Lyon, 2-1. Sans Neymar, Paris n’a plus de créativité surprenante et Mbappé mange souvent la feuille de match. Le milieu de terrain de Paris est une Bérézina: il n’y a plus rien de costaud. MBappé est un intouchable. Plus il joue de manière brouillonne, moins les médias le critiquent. On n’abîme pas une icône qui doit doper l’audimat. Sous médiatisé, Moussa Dembélé a été bien meilleur que MBappé. Le Lyonnais, auteur d’une tête brillantissime, et à l’origine du penalty 100 % justifié pour une grossière poussette de T. Silva, devrait bientôt jouer à la pointe de l’équipe de France à la place de Giroud. Mbappé semble parfois déjà un vieux joueur, tant il semble usé mentalement.
Ole Gunnar Solskjaer a fait le voyage à Lyon pour voir le PSG à l’extérieur. L’entraîneur de MU respecte vraiment le PSG. Il aurait pu regarder le match à la télé, bien au chaud. C’est un signe très fort, d’un coach qui veut voir de prés ce qu’il va affronter. Je l’imagine dire à ses joueurs: “Eh! les gars. Paris n’a pas de latéraux qui savent monter et centrer. Leur capitaine est toujours dans une grande fébrilité. Mbappé court vite mais dans le vide. Paris joue sans 6, 8 et 10 de métier. Et Cavani n’a aucun ballon propre à négocier…” Donc, tous à l’abordage ! MU joue en contre attaque avec un jeu basé sur la vitesse. Le départ de Fellaini, en pleine saison, est un signe fort. Cela signifie que les joueurs qui ont un football très médiocre n’ont plus leur place dans l’effectif de MU.

Les prochains match de Man United, avant MU-PSG, en 8e aller de C1, le 12-2-2019:
9 février: Fulham-Man U

Les prochains matchs de Paris, avant MU-PSG, en 8e aller de C1, le 12-2-2019:
6 février: Villefranche (N)-PSG (8e de Coupe de France). Attention aux blessures !
9 février: PSG-Bordeaux

A l’heure actuelle, MU est favori au match aller. Paris va devoir contrer la furia d’une équipe qui a retrouvé ses valeurs: fierté, volonté et envie d’aller de l’avant.

Vintage Rugby Club (Morlino/ Maso) lu par Christian Laborde

03.02.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR

André Boniface ou l’âme du rugby français que les dirigeants actuels sont incapables de transmettre aux joueurs français du 21e siècle.

Le poète Christian Laborde - l’unique fils spirituel de Claude Nougaro- a écrit dans sa chronique Percolateur, samedi 2 février 2019 (La Nouvelle République des Pyrénées) sur mon nouveau livre- et non pas dernier. Sa prose sent bon le choco-BM ! En rugby, nous sommes tous les deux aussi Maso l’un que l’autre. Le poète est l’un de mes amis de chevet. Son sens de l’amitié me convient à merveille. Nous habitons le même Royaume. Christian Laborde n’a jamais vendu son âme pour monter à Paris. Il vit dans son berceau des Pyrénées, n’appartenant pas à ces gens qui disent “comme se doit être merveilleux de vivre ici", avant de tourner les talons pour retourner dans leur enfer terrestre:

-"Bernard Morlino a une mémoire d’éléphant et autant de talent. De livre en livre, - Avez-vous lu «Manchester memories», avez-vous lu «Champion de sa rue» ? - , Bernard Morlino se souvient des champions, des héros qu’il a admirés, applaudis dans l’enceinte du stade de Nice ou sur le bord d’une route qu’empruntera toujours le peloton du Tour de France. Morlino se souvient et, à chaque page, retrouve l’enfant qu’il a été. Et cet enfant retrouvé le protège d’une époque où l’esprit de sérieux et la dérision disputent la vedette aux soupirs blasés. Dans «Vintage rugby Club», qui vient de paraître aux Editions Tana où il a ses habitudes, Bernard Morlino fait resurgir, dans une débauche de couleurs, de vignettes, de portraits savoureux et, sous l’œil de Roger Nimier ou de Julien Gracq, les gueules, tantôt en noir et blanc, tantôt en quadrichromie, d’Alfred Roques, de Jean Dauger, de Jean Prat, de Walter Spanghero and C°. Des gueules qui parlent. «Dans le rugby, il y a les déménageurs de piano, et ceux qui en jouent» rappelle ainsi Pierre Danos. Morlino nous apprend que François Mauriac surnommait Roger Couderc «le Marius du rugby». Pagnol était au micro et, sur le terrain, la poésie s’en donnait à cœur joie ! Jo Maso jouait col relevé. Comme Cantona. Les mots de Morlino sont beaux, son livre est beau. Faites comme moi : tournez, lisez ces belles pages en croquant du chocolat !”

-Vintage Rugby Club, Bernard Morlino. Préface de Jo Maso. Tana, 180 p., 24, 95 €

Le site de Christian Laborde: http://www.christianlaborde.com/

Sans grand goal, la Juve reste invaincu en Serie A et CR7 devient meilleur buteur (17 buts)

02.02.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Samedi 2 février 2019
Juventus 3-3 Parme
Buts pour la Juve: Cristiano Ronaldo (36e, 66e), Daniele Rugani (62e)
Buts pour les visiteurs: Antonino Barillà (64e), Gervinho (74e, 90e +3)

La Juve reste leader, invaincu en Serie A, loin devant ses pourchasseurs.
Auteur d’un doublé, Cristiano Ronaldo avec 17 buts redevient le meilleur buteur d’Italie.
Parfaitement adapté au calcio, le très grand champion est apprécié par tous ses coéquipiers qui espèrent grâce à sa présence faire de belles performances en C1 dont les 8es arrivent à pas de géant.
Pendant que CR7 passent, ses détracteurs aboient. Plus ils le critiquent, le salissent meilleur il est.
Le grand problème de la Juve reste le poste de gardien de but.
Deux passoires: quand ce n’est pas Szczęsny, le médiocre ex gardien d’Arsenal, c’est Perin, son double dans la médiocrité.

Tétanisé par l'enjeu, Liverpool est incapable d'augmenter son avance au classement

01.02.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, LONDON CITY

Malgré mon attachement à vie aux Beatles, je ne suis pas un fan des Reds.

Mercredi 30 janvier 2019
24e journée de Premier League
Liverpool 1-1 Leicester
But pour les Reds: Mané (1er)
But pour l’équipe de Claude Puel: Maguire (45e+ 2)

Fabuleux championnat anglais.
Les non connaisseurs croyaient que Liverpool allait plier le match à la maison contre le 10e du classement afin de mettre 7 points dans la vue de Man City battu 2-1 à Newcastle.
Je me suis bien gardé de traiter de Liverpool-Leicester avant l’heure: je connais et aime trop la Premier League pour en mal parler.
La défaite de City a en fait paralysé Liverpool incapable de gagner à domicile. Leicester a très bien joué le coup. Il faut dire que Maguire aurait dû être expulsé. Quant à Ricardo, l’ex Aiglon, il aurait dû être sanctionné d’un penalty en faveur des Reds. Comme quoi la vidéo aurait pu changer le cours du match.
Les Citizens restent donc à l’affût, à cinq points de Liverpool qui ne sait plus jouer le titre depuis que Sir Ferguson a régné en maitre dans le championnat.
Les Reds n’ont plus été sacrés depuis 29 ans !
A son arrivée à MU en 1986, le génial écossais avait dit:
-"Je vais faire tomber ce perroquet de son putain de perchoir !”
Perroquet car Liverpool avait l’habitude de remporter le titre national
Depuis que King Cantona a fait gagner le titre 1993 à MU, qui attendait un nouveau sacre depuis 1967, le balancier n’est plus aller du côté d’Anfield.
Le club le plus titré c’est maintenant Man United.
Hélas! depuis 2013, MU ne gagne plus car Sir Ferguson est parti.
Maintenant qu’il est revenu avec la présence de Solskjaer l’espoir revient à MU, et Liverpool cauchemarde.
Je vois City remporter le titre 2019 avec pour dauphin Liverpool.
Man United finira 3e ou 4e ce qui sera très bien vu le départ plombé par Mourinho.
MU n’est plus qu’à deux points d’Arsenal et de Chelsea qui a perdu 4-0 à Bournemouth, modeste 12e.
Plus MU revient, plus les autres ont peur.

Classement de la Premier League
1 Liverpool 61 pts 24 m/ 19 4 1/ 55 14 + 41
2 Man City 56 24/ 18 2 4/ 63 19 + 44
3 Tottenham 54 24/ 18 0 6/ 50 24 + 26
4 Arsenal 47 24/ 14 5 5/ 50 33 + 17
5 Chelsea 47 24/ 14 5 5/ 40 23 + 17
6 Manchester United 45 24/ 13 6 5/ 48 35 + 13

La Goûteuse d'Hitler, Rosella Postorino (Albin Michel)

01.02.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRANDE DAME

La romancière est aussi douée à l’écrit comme à l’oral. Rarissime. Elle traduit en italien Marguerite Duras que d’innombrables auteurs français copient sans l’égaler. Comme l’a si bien dit Robert Sabatier: “Le Goncourt a eu Duras!” Je ne suis pas lecteur de Duras mais je reconnais son style. Elle a un son à elle et c’est très bien.

Ce livre devait être écrit. Le voici.
La Goûteuse d’Hitler est un gros plan sur l’une des goûteuses d’Hitler qui devait tester tous les plats du chef nazi pour éviter qu’on ne l’empoisonnât.
Comble d’atrocité pour le chef des camps de la mort, Hitler ne mangeait jamais de viande parce qu’il disait avoir trop souffert lors du “spectacle” d’un abattoir. Hallucinant !
Prix Campiello, le livre de Rosella Postorino est inspiré du témoignage de Margot Wölk qui n’était pas nazie alors qu’elle devait tout faire pour que Hitler ne meurt pas empoisonné. La romancière voulait rencontrer la rescapée mais celle-ci décéda quelques jours auparavant.
Toutes les goûteuses ont été exécutées par les Russes. Toutes, sauf une, la rescapée.
La romancière est appelée à une grande renommée. Méritée. Enfin, on nous montre en France une italienne qui ne soit pas réduite au rang de cruche cinématographique comme ces actrices qui se disent féministes alors qu’elles ne vivent que dans le commerce de leur corps.

-La Goûteuse d’Hitler, Rosella Postorino. Traduit de l’italien par Dominique Vittoz. Albin Michel,400 p., 22 €

Henry peut insulter Lala mais Laurey ne peut pas chambrer Neymar

30.01.19 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL

Faute avouée est à moitié pardonnée

Je n’avais pas signalé l’insulte de Thierry Henry en direction de Kenny Lala à la 43e minute de Monaco 1-5 Strasbourg le 19 janvier 2019 lors de la 21e journée de L1. Comme ce fut en fait son ultime match en L1 à la tête de Monaco, je suis passé à autre chose mais voilà que le Comité National de l’éthique [voir DERNIERES MINUTES EN BAS DU POST]s’apprête à rappeler à l’ordre Thierry Laurey, l’entraîneur de Strasbourg qui a déclaré a propos de Neymar après la défaite de son club devant le PSG (2-0), le 23 janvier:
“Il y a des moments où quand tu dépasses les bornes, il faut assumer. Je comprends que mes joueurs en aient marre quand on les nargue. Il a le droit aussi de se faire attraper.”
Si le manager strasbourgeois a reconnu les gestes du “génie” brésilien, il a précisé que le football ce n’était pas de la danse classique. Quand ces déclarations sont émises, personne ne sait si Neymar est gravement blessé ou pas.
Neymar aime faire des feintes. C’est très bien. Cependant, il prend beaucoup de risques et donc des coups en retour. Il est évident qu’il ne sait pas les éviter. Un joueur comme CR7 a simplifié son jeu pour moins risquer la blessure. Neymar lui joue comme à la plage. Cela revient à se mettre en danger face aux défenseurs adverses.
Neymar n’est pas un athlète, il a les chevilles très fragiles. Il est né comme ça.
Toujours est-il que le CNE épingle Laurey pour un chambrage en conférence de presse, lors de la Coupe de France. Et d’un autre côté le CNE ne dit rien sur Henry qui a dit en direction de Lala: “Putain de sa grand-mère” car il estimait que le défenseur strasbourgeois cherchait à gagner du temps à la 43e mn quand le score en était encore à 1-2, ce qui laissait de l’espoir à l’ASM.
On peut donc insulter avec une langue verte mais on ne peut pas “tacler” virtuellement. Deux poids deux mesures.
Résultats des courses: Neymar est de nouveau blessé. Le PSG use le Brésilien en L1 alors qu’il a été recruté pour la C1. L’an dernier, sa saison se termina en février. Cette année, en janvier. Le joueur est payé 30 M€ par an, suite à son transfert de Barcelone contre 222 M€. Fiasco total surtout si MU sort le PSG en 8e de C1.
A noter aussi, la défense mal placée de Gérard Houllier qui juge “très violente” l’éviction de Henry pour le remplacer par Jardim, l’ex ancien coach de Monaco qui a récupéré sa place.
Depuis son mise à l’écart, Henry fait silence radio. C’est la tradition dans ces moments où l’on dit que c’est mieux pour le club de se faire discret. En coulisses, on traite les questions d’argent avec les astronomiques indemnités.
Les insultes envers Lala ont mis en lumière le défenseur. Il a eu une page entière dans le quotidien sportif qu’il n’aurait jamais eue sans l’esclandre. Ainsi va la vie du PAF. Finalement, le “tacle” verbal de Laurey est considéré comme une faute parce que Neymar n’a pas fini le match.
Et qu’il n’est pas prêt d’en rejouer un.
Neymar a une très mauvaise assise au sol, il est tout le temps en train de sautiller. C’est très mauvais pour les chevilles. Ce manque de stabilité au sol est néfaste. Le Brésilien n’aime pas l’impact physique. Il voudrait un football exhibition sans duels. Un football de chambre. Tous les grands joueurs sont surveillés et donc chargés. Il faut savoir esquiver les agressions, exactement comme un boxeur. Neymar est très technique mais question force physique, elle est inexistante.

Dernière minute: officiellement, le CNE a distribué un rappel à l’ordre à Thierry Laurey. De son côté la FFF a décidé de convoquer l’entraîneur strasbourgeois devant sa commission de discipline. Les instances n’ont pas bougé le petit doigt pour convoquer Henry. Thierry Laurey, l’anti star par excellence, est 5e du championnat. Dans toute sa carrière, il n’a pas autant d’articles que Henry lors de sa nomination sur le banc de l’ASM.

Le Ha-Ha, David Kirby (Actes Sud),

28.01.19 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Le Ha-Ha. Vous connaissez ? Il s’agit d’une tranchée qui divise les parcelles de terrain sans obstruer le paysage par une clôture. De loin, on peut donc profiter d’un paysage sans être heurté par une barrière disgracieuse. Ces tranchées sont des postes d’observation qui se transforment en piège si l’on ne fait pas attention. Cette allégorie illustre bien la poésie de David Kirby qui voit l’invisible. Le minimum syndical pour un artiste, sinon à quoi bon prendre la parole. La jactance il n’y a plus que ça. Tout le monde donne son avis sur tout le monde. Internet a aussi libéré la connerie. Les réseaux sociaux dans leur pire expression est une boîte à ordures, au propre et au figuré, au sale plus surement. C’est l’ère de Mme Michu. La fameuse ménagère de 50 ans ne veut pas se contenter de son rôle d’indicatrice pour régents de la communication.
Loin du magma du PAF, David Kirby se balade et note ce qui retient son attention au gré de ses humeurs. Grâce à lui, on apprend l’existence de Marie-Jean Hérault de Séchelles, né à Paris le 15 novembre 1759 et guillotiné sur place le 5 avril 1794. L’homme politique français, député de Seine-et-Oise à la Convention nationale, a notamment dit : «Dire à beaucoup de gens que l’on a de la réputation ; ils le répéteront, et ces répétitions feront réputation». Les écrivains sont des transmetteurs de bonnes paroles contre les grands maux. Cette sentence de Séchelles me renvoie à Emmanuel Berl qui disait qu’il suffit de répéter sans cesse que l’on est un grand écrivain pour que les autres le croient. Ses amis Jean Cocteau et André Malraux avaient passé leur vie à agir de la sorte. Il fermait les yeux sur la stratégie de la marionnette car tous les deux savaient que c’était en fait Berl le véritable écrivain.
Dans ce recueil de poèmes en prose, j’ai vu aussi en surimpression Philippe Soupault quand je suis tombé sur ce vers : «Les amis, la poésie est une puissante saloperie (…) : elle peut vous guérir ou vous tuer ». Tuer ? Si l’on est repéré par des fachos. J’opte plutôt pour la guérison. Soupault considéré la poésie comme «l’acide le plus violent qu’il connaisse». Quand les Vichystes l’ont mis en prison, il a déclaré : «Enfermé, je suis resté libre grâce à la poésie ».
David Kirby lui non plus n’est pas enfermé dans le conformisme. Il avance, regarde et ne montre jamais. Le compagnon idéal pour ne pas faire du tourisme. Mieux vaut voyager. Pour lui, le trajet compte autant que la destination, et même plus. Il ne faut pas perdre une miette. Dans un pain, les petits éclats de la croute ont plus de goût que la mie.
Dans la mie, on entend l’ami, et cela tombe bien.

-Le Ha-Ha, David Kirby. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Christian Garcin. Actes Sud, 100 p., 15 €.
Site officiel du poète: http://www.davidkirby.com/

Auteur du but décisif à Rome, C. Ronaldo au sommet de l'Italie

28.01.19 | par morlino | Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR

Dimanche 27 janvier 2019
21e journée de Serie A
Lazio Rome 1-2 Juventus Turin
But pour la Lazio: Emre Can (59e csc.)
Buts pour la Juve: João Cancelo (74e), Cristiano Ronaldo (88 p.)

Classement de la Serie A
1er Juventus Turin 59 points 21 m/ 19 2 0/ 43 12 + 31
2 Naples 48 21/ 15 3 3/ 19 18 + 21

Auteur de son 15e but en Serie A, C. Ronaldo poursuit sa conquête de l’Italie, avec vue sur la C1 2019.
Pendant ce temps, les médias - sauf en Italie- ne cessent pas de le massacrer: quand ce n’est pas pour les impôts escamotés par son agent, c’est pour son accusation de viol alors qu’en France, on ne pipe pas un mot sur un acteur et un cinéaste mondialement connus accusés de la même façon. Et que dire du trompettiste condamné que l’on présente toujours comme un as de la musique.
Deux poids deux mesures.
Ils l’ont même accusé d’avoir fait un selfie dans son avion privée dans le but de se moquer de la disparition tragique de Sala. Quelle honte ! Calomnie ! Une de plus. Et Gary Lineker était en première ligne des accusateurs publics. Lineker ? Son football n’a pas laissé plus de trace dans le football que le jet d’urine d’un chien sur une balustrade de l’ancien Wembley.
C. Ronaldo, mental d’acier, répond présent sur le terrain. L’As des As.
Travailleur acharné, athlète complet, il n’est jamais blessé. Pendant ce temps, Neymar est encore à l’infirmerie.
C. Ronaldo avait dit au Brésilien: “Si tu vas à Paris, tu ne gagneras plus jamais un grand trophée européen". Bien vu.
CR7 a réussi au Portugal, en Angleterre et en Italie.
Rien à voir avec Messi qui biberonne toujours au Barça.
Neymar, lui, est plus doué qu’intelligent. Son hygiène de vie l’empêche d’être constant.
C. Ronaldo né en 1985 se consacre 100 % au football.
Le Portugais est motivé comme un débutant.

PS: le 30 janvier 2019, la Juve avec CR7 a été éliminé de la Coupe d’Italie en quart de finale à Bergame, 3-0. Le gardien polonais de Juve, ex goal d’Arsenal, a prouvé une fois de plus sa médiocrité. Szczęsny dans la cage, c’est assurément un match portes ouvertes pour la Juve. Le maillon faible saute aux yeux. Difficile de remporter la C1 avec une passoire au poste de gardien. Vendre Buffon pour prendre Szczęsny cela reste une énigme.

Le "débutant" Patrick Vieira a installé Nice dans le Top 10 de la L1

27.01.19 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

Samedi 26 janvier 2019
22e journée de L1
OGCNice 2-0 Nîmes
Buts pour les Aiglons: Atal (41e), Saint-Maximin (54e)

OGC Nice : Benitez - Atal, Hérelle, Dante ©, Sarr - Danilo, Tameze, Cyprien (Walter 62e) - Sylvestre (Myziane 71e), Ganago (Lees-Melou 81e), Saint-Maximin.

Nîmes Olympique : Bernardoni - Alakouch, Briançon ©, Landre, Paquiez - Bobichon, Savanier, Valls (Ferri 61e) - Bouanga (Thioub 75e), Bozok (Ripart 61e), Alioui.

Classement à la 22e journée
1 Paris 56 20/ 18 2 0/ 66 11 + 55
2 Lille 43 22/ 13 4 5/ 36 22 + 14
3 Lyon 40 22/ 11 7 4/ 36 25 + 11
4 Saint-Etienne 36 21/ 10 6 5/ 32 25 + 7
5 RC Strasbourg 35 22/ 9 8 5/ 38 25 + 13
6 Montpellier 35 21/ 9 8 4/ 28 16 + 12
7 OGC Nice 34 pts 22 m/ 9 7 6/ 18 19 -1

Pire attaque de L1 (18 buts) avec Reims (9e) et Amiens (18e), Nice a la 3e défense de France (19 buts) derrière Paris (10 buts) et Montpellier (16 buts).
Patrick Vieira fait du très bon travail avec un groupe de jeunes, plus l’expérimenté Dante qui a déjà laissé son nom dans l’Histoire du club comme l’un de ses plus grands défenseurs d’après-guerre.
Le Gym possède aussi un gardien de très grande envergure: Benitez.
Et les Aiglons ont recruté un jeune défenseur que beaucoup de clubs veulent déjà recruter: Atal. Quelle vitesse ! Quel aplomb !
Le duo Fournier-Rivère a beaucoup fait pour Nice: nouveau stade, centre de formation et recrutement réussi à 90 %.
Ils sont annoncés partant au profit d’un trentenaire.
L’avenir peut faire peur: Nice va-t-il pouvoir faire mieux qu’avec Puel, Favre et Vieira ou au moins aussi bien ?
Regardez la galère où s’est mis Monaco.
Nice fait une très belle saison.
Les prochaines journées s’annoncent grandioses: Lille-Nice, puis Nice-Lyon. Rien que ça !
Ensuite, Nice sortira deux fois de suite: à Angers et à Amiens.
Les Aiglons ont juste le temps de savourer avant de repartir de l’avant.
Patrick Vieira est un manager à 100 %. A l’inverse de Th. Henry qui a réagi à Monaco comme s’il était encore joueur.
Vieira est reparti de zéro, en ayant fait ses classes à City et aux Etats-Unis.
Chapeau !

Ole Gunnar Solskjaer fait renaître Man United

26.01.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, PARIS SERA TOUJOURS PARIS

Le beau sourire de Solskjaer. Même à 90 ans, il aura l’enfance sur le visage. Un Doinel du football.

Mardi 12 février 2019
Manchester United-PSG

Les prochains match de Man United
29 janvier 2019: Man U-Burnley, Premier League
3 février: Leicester-Man U
9 février: Fulham-Man U

Les prochains matchs de Paris
26 janvier: PSG-Rennes, Ligue 1
3 février: Lyon-PSG, Ligue 1
9 février: PSG-Bordeaux

“L’assassin à la figure d’ange” a renvoyé Arsenal et Emery à leurs études:1-3, circulez, il n’y a plus rien à voir. Il fallait être à l’Emirates Stadium.
Mentalement, les Red Devils ont mangé les Gunners, toujours autant timorés. On les connait les Gunners, avec ou sans Wenger, ils n’ont pas grand chose dans le carafon. C’est à croire que leur vestiaire est plein de mauvaises ondes. Ils sont incapables de se transcender.
Depuis le départ de Mourinho, Man United a retrouvé des couleurs, les siennes: courage, volonté et fierté. Le maillot a repris son vrai poids: celui du prestige des anciens.
Avec Mourinho, il pesait des tonnes.
Sans lui, il a la grâce d’une plume au vent.
Les joueurs ont enfin compris derechef qu’il faut être heureux de jouer pour MU, plus heureux que les joueurs d’en face.
Contre Paris, voilà ce qui va faire la différence.
D’un côté, une immense institution.
De l’autre, une fabrication à coup de millions d’euros.

A cause de l’accident industriel Mourinho, Man United a rétrogradé au classement des clubs les plus riches dont il occupait la première place en 2017. Désormais, le Real Madrid grâce à Cristiano Ronaldo. (Il suffit de voir la débandade du Real depuis qu’il est parti pour être persuadé que sa présence était déterminante, comme elle est depuis à la Juventus Turin).

Classement de 2018:
1er Real Madrid: 750,9 M€
2 FC Barcelone: 690,4 M€
3 Man United: 666 M€
4 Bayern Munich, 629,2 M€
5 Man City, 568,4 M€
6 PSG, 541,7 M€
7 Liverpool, 512,7 M€

Arsenal 1-3 MU. Les Red Devils chassent Arsenal de la FA Cup par la petite porte

25.01.19 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, GRAND MONSIEUR

Vendredi 25 février 2019
16e de finale FA CUP
Arsenal 1-3 Manchester United
But pour Arsenal: Pierre-Emerick Aubameyang (43e)
Buts pour les Red Devils: Alexis Sánchez (31e,) Jesse Lingard (33e), Anthony Martial (82e)

Arsenal: Cech; Maitland-Niles, Sokratis (Mustafi 21e), Koscielny © (Ozil 64e), Kolasinac; Torreira, Xhaka, Ramsey; Iwobi (Guendouzi 74e), Lacazette, Aubameyang.
Freineur: Emery

Man United: Romero; Young ©, Lindelof, Bailly, Shaw; Herrera, Matic, Pogba; Lingard (Jones 87e), Lukaku (Martial 71ee), Alexis Sanchez (Rashford 71e).
Sur le banc: Grant, Dalot, Fred, Mata.
Entraîneur: Solskjaer

Après le match:
Emery ou Wenger c’est la même chose. Les Gunners sont toujours dépourvus de mental, de collectif. On s’ennuie à les voir jouer parce qu’ils s’ennuient quand ils jouent.
A MU, c’est l’inverse. Mourinho parti, tout MU revit.
A preuve, les Red Devils sont invaincus depuis 8 matchs.
L’équipe de la Maison Rouge a retrouvé de la confiance, grinta, don de soi.
Les talents répondent présent !
MU joue en contre. Elle laisse venir les adversaires, pour mieux les contrer.
Paris peut trembler car MU est devenu performant.

Avant le match:
Comme au bon vieux temps, on se retrouve.
Il y a de l’orage dans l’air.
Arsenal/ Emery a besoin de prouver qu’ils font une belle saison car le club n’est pas en C1.
Man United/ Solskjaer a besoin de prouver au monde que MU est de retour avant le 8e de C1 contre Paris.
Le combat promet.
Tiendra-t-il ses promesses ?
Sans Mourinho, MU est libéré d’un poids néfaste.
L’enthousiasme est revenu. MU n’a plus peur.
Arsenal n’est pas un grand club. Un grand club a dans sa vitrine au moins une C1.
Depuis 1956, Arsenal n’a pas su en conquérir une seule.
Un bon club ce n’est pas un grand club.
MU est un grand club. Ne lui manque plus que de redevenir un bon club !

[Post dédié à Keane et à Vieira, le coach de Nice]

Lucas Pouille nous offre la finale rêvée Djokovic-Nadal à l'Open d'Australie 2019

25.01.19 | par morlino | Catégories: BALLES NEUVES, GRAND MONSIEUR

Djokovic a déjà 6 fois en finale de l’Open d’Australie. Nadal, une fois.

Vendredi 25 janvier 2019
1/2 finale de l’Open d’Australie
Novak Djokovic: 6| 6| 6
Lucas Pouille : 0| 2| 2

Laminé ! Inexistant !
Dès qu’il est entré sur le cours, le Français avait la mine du perdant.
Quand il est sorti du tunnel, il s’est retourné pour voir si le Serbe le suivait bien.
Ce fut la seule fois où Lucas Pouille fut le premier.
Battu à tous les niveaux, le Français n’a même pas fait illusion.
En 1/2 finale c’était la fin du voyage. On l’avait senti très vite, à part les deux ou trois premières minutes du match.
La différence entre Djokovic et Pouille est énorme. Cela revient à voir Barcelone-Lille.
Les deux tennismen ne boxent pas dans la même catégorie. Le Serbe est un virtuose.
Les tennismen français réussissent un grand match avant la finale puis ils s’écroulent.
Cela fait des décennies que ça dure.
C’est incroyable de voir qu’un classé 30e mondial ne semble plus savoir jouer devant le n° 1.
On aurait un enfant face à un adulte.
Tout simplement un champion mondial face à une vedette française.
La veille du match, le seul quotidien sportif français a mis en une Pouille: “L’Etoffe d’un champion".
Le lendemain, on pourrait titrer: Un champion qui manque d’étoffe.
Ce qui est fantastique, c’est que Djokovic va rencontrer en finale Nadal, dimanche 27 janvier 2019, à 9 h 30.
On voulait la voir, on va la voir.
Nadal-Pouille c’était couru d’avance.
Pour voir un Français vainqueur en Australie, il faut remonter à Jean Borotra. En 1928 !
Depuis plus aucun français n’est parvenu à l’imiter.
Aucun Français ne me donne envie de les encourager.
La vieille rengaine: l’important c’est de participer. Très peu pour moi. Je suis Anquetil