Archives pour: Juillet 2018

La com. de Neymar tente de justifier tout son cinéma, en Russie

31.07.18 | par morlino | Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !

Risée de la planète, y compris au Brésil, pendant la Coupe du monde à cause de tout son cirque dès qu’on le touche, Neymar tente de justifier ses roulades qui le ridiculisent sur 95 % des réseaux sociaux. Bien sûr, ce n’est pas le joueur qui est en transit au PSG qui a rédigé le moindre mot. Il a une cellule de com. qui pense et agit à sa place.
Neymar blablate dans une vidéo réalisée par… Gillette car il faut toucher de l’argent de partout. Bientôt, il sera filmé quand il ira aux WC et c’est une marque de PQ qui raquera à chaque étron qui tombe. On notait bien les allées et venues aux toilettes de Louis XV. On a le roi que l’on mérite.
Dans le blabla, le Brésilien reconnaît qu’il exagère quand il se roule parterre. C’est tellement évident qu’il ne peut que le reconnaitre, a jugé son staff médiatique. Cependant, ils ne peuvent pas s’empêcher de dire. «La vérité est que je souffre sur le terrain». Il faudrait lui donner la vidéo de la chute du Belge Philippe Gilbert tombé dans la descente du col du Portet-d’Aspect. Le coureur du Tour de France s’est fracturé la rotule gauche. Son genou a presque triplé de volume. Sans se plaindre, le champion est remonté sur son vélo et a roulé 60 kilomètres ! Gilbert a fait un tout droit dans un virage puis est tombé dans un ravin… Une chute de 5 m dans la rocaille. Il a atterri dans les pierres, sur le dos. Voilà de la vraie souffrance, si loin du cinéma.
La chute de la déclaration de Neymar dépasse l’endentement : «Quand je pars sans donner d’interviews, ce n’est pas parce que je veux juste les lauriers de la victoire. C’est parce que je n’ai pas encore appris à vous décevoir. Quand je suis impoli, ce n’est pas parce que je suis un enfant gâté. C’est parce que je n’ai pas appris comment être frustré». Houlala, on dirait du Roland Barthes !
Et de poursuivre : «En moi il y a encore un garçon. Parfois il enchante le monde, parfois il agace tout le monde. Je me bats pour garder ce garçon en vie à l’intérieur de moi, mais pas sur le terrain. Vous pouvez penser que je tombe trop, mais la vérité est que je ne suis pas tombé, je me suis effondré [lors de l’élimination du Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde]. Cela fait plus mal que n’importe quel pas sur une cheville opérée». Ils évoquent l’enfance mais les simagrées de Neymar c’est le contraire de l’enfance, de la fraîcheur. Il ne s’agit que de calculs, de plan média. Ce qui l’énerve c’est qu’il voulait gagner la Coupe du Monde 2018 afin d’avoir le Ballon d’or 2018. Comme l’héroïne du conte de notre jeunesse, il a cassé son pot de lait: adieu veaux, vaches ! Adieu Ballon d’Or, World Cup ! Son rêve a été réalisé –pour l’instant à moitié, par son partenaire du PSG : “Kiki” Mbappé.
Et pour finir : «Seuls ceux qui tombent peuvent se relever. Vous pouvez continuer à me lancer des pierres. Ou lâcher ces pierres et m’aider à rester debout. Quand je suis debout, tout le Brésil est debout avec moi».
Il se compare au Brésil, rien que ça. N’est pas Pelé qui veut.

Arsenal/ Emery pulvérise le PSG/Touchel dans un match bidon de chez bidon où Paris a encaissé 4 buts en 13 minutes

28.07.18 | par morlino | Catégories: ARSENAL N'EST PAS EN FRANCE, LA REVUE DE STRESS

Comme on se retrouve. Unai Emery qui a atterri à Arsenal a croisé le fer avec son ancien club le PSG désormais entraîné par Touchel. Bien sûr Neymar n’était pas là, comme ses partenaires qui sont allés loin à la Coupe du Monde en Russie. Neymar a mieux à faire: il joue des matchs de football à cinq. A la fin du tournoi de Singapour, il devrait venir pour faire des selfies.

International Champions Cup
Samedi 28 juillet 2018
Arsenal 5-1 Paris Saint Germain
Buts pour Arsenal: Ozil (13e), Lacazette (67e, 70e), Holding (87e), Nketiah (90e)
Buts pour le PSG: Nkunku (59e pen)

Après le match:
Ce genre de tournoi pour faire du fric, pour appâter un public avide de selfies, est lamentable et ne sert à rien sportivement. Les équipes sont des équipes en bois et les titulaires ont tout à perdre.
Paris a pris 4 buts en 13 minutes, une honte pour son image, en plus devant son ancien coach qui doit être en lévitation. En plus, la veille, Emery a dit qu’il n’avait que des amis au PSG. Bien joué ! Cela dit, il est surtout très fort pour en mettre 5 dans des matchs qui comptent pour du beurre.
Pauvre Buffon ! Le quarantenaire de la Juve qui est venu à Paris pour gagner enfin la C1 a plus senti l’odeur du jubilé que de la Champions League. Il a encaissé un wagon de buts avant de laisser la place à Cibois qui a bu le calice jusqu’à la lie.
Et Rabiot, capitaine d’une équipe de puceaux de la gloire… Il est où celui qui ne veut pas être un suppléant des Bleus ? Dans L’Equipe, un superbe dessin de Faro l’a montré devant un fan asiatique qui le prend pour Pavard !
J’ai hâte que la L1 reprenne. PSG-Arsenal, oui un atroce match même si on est fans des Gunners car il s’agit d’un match en trompe l’oeil.
Touchel commence au PSG par trois défaites consécutives puisqu’il a déjà perdu entre autres contre le Bayern Munich.
Toute la préparation du PSG est massacrée avec l’absence des mondialistes. Ils auront en plus un programme de retour spécifique. Les jeunes du PSG se plaignent de ne pas avoir de temps de jeu est quand on leur en donne, ils ne prouvent rien.
Touchel va découvrir la L1 dans de mauvaises conditions.
En plus, il va devoir gérer Neymar la vedette des réseaux sociaux qui va cohabiter avec Mbappé champion du monde 2018 à 19 ans.
Neymar n’aura pas le Ballon d’or 2018 alors qu’il est venu à Paris pour ça.
Vivement le début du championnat. On va se régaler !

Avant le match:
Guedes et Coman refusent d’aller jouer à Arsenal entraîné par Unai Emery devenu mondialement célèbre après la raclée à Barcelone alors que le match aller fut une promenade de santé. Depuis la création de la C1 au début des années 1950, pareille débâcle c’était du jamais vu. Laurent Blanc a dû bien rigoler. Lui au moins, il arrivait aux portes de la 1/2 finale et ne se faisait pas jeter en 1/8.
Guedes veut rester en Espagne (Valence) et a fait comprendre au PSG auquel il appartient toujours qu’il n’est pas un paquet de barbaque.
Coman lui reste en Bundesliga (Bayern Munich) et ne veut pas en partir pour rejoindre un entraîneur qui priait quand Barcelone menait 5-1 contre lui.
Arsène Wenger a joué fin en défendant Emery, disant que l’ex entraîneur du Paris-Qatar Saint Germain avait été dézingué par la presse. Non ! C’est le terrain qui l’a pulvérisé. Le PSG d’Emery avec Neymar, Cavani et Mbappé n’a pas été capable de remporter la C1. C’est comme si on vous donne la F1 de Lewis Hamilton et qu’au volant du bolide vous êtes incapable de gravir la butte Montmartre au milieu d’une armada de Solex.
Wenger a été prié de quitter Arsenal mais comme par hasard celui qui l’a défendu le remplace. Bien joué ! Arsène Wenger peut dormir tranquille. Arsenal avec Emery n’est pas favori de la C1 2019, ni de la C1 2020 ni de toutes celles qui suivront.
Il est où le jeu vertical d’Emery ? Et dire qu’il avait Mbappé sous la main. Deschamps, en Russie, lui a su utiliser la verticalité en 7 matchs !
Arsenal vient d’essuyer un double échec de recrutement. Pour avoir suivi de très près le passage d’Unai Emery à Paris, les refus se comprennent. Les joueurs se parlent entre eux. On fait du football pour fêter la vie et non pas pour vivre dans le stress 24 h sur 24. Le football c’est la créativité pas l’ennui mortel.

L’organisation du Tour de France 2018 vire au fiasco alors que des héros comme Philippe Gilbert donne leur sang pour la grandeur de cette épreuve phare

27.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT, LA REVUE DE STRESS

Le Belge Philippe Gilbert qui est tombé dans la descente du col du Portet-d’Aspect s’est fracturé la rotule gauche, mardi 24 juillet 2018. Il est remonté seul du ravin, puis il est reparti sur le même vélo. Quel courage ! Exploit hélas ! banalisé. Les footballeurs, tennismen et autres douillets de devraient avoir honte par rapport aux cyclistes. L’accident de Gilbert renvoie à ceux du passé. Mortels.

Le Tour de France est un spectacle gratuit qui ne se dispute pas dans un stade sous contrôle, vous connaissez le blabla. On a même eu droit au : «Faut pas ajouter du danger au danger», et puis la direction tourna les talons et salua la compagnie ! Débrouillez-vous avec ça ! Il ne faut pas plus en dire. Cela sous-entend que les coureurs- je n’aime pas le mot coursiers- sont habitués à souffrir, à tomber. Je ne suis pas d’accord avec la banalisation du danger. Depuis la mort de Senna, la F1 a tout fait pour réduire le nombre d’accident mortel en course, avec succès. Le vélo est à la traîne. On court sur le Tour de France en 2018 comme si nous étions en 1930. Le progrès est technique et le macadam s’il est bien entretenu ne reste pas moins la pire piste d’atterrissage. Rien à voir avec les chutes de judokas ou celles des sauteurs en hauteur ou à la perche qui se réceptionnent sans risquer leur peau. Le cyclisme est le sport le plus dangereux du monde, avec la boxe et de l’alpinisme. Et la tauromachie.
Même si le grand Coppi recevait des canettes de bière dans les rayons de ses roues – mon père en a été témoin- et qu’on a vu autrefois des jets de clous, au temps des équipes nationales. Même si Chris Froome avait déjà reçu des jets d’urine, ce que l’on a vu cette année est inacceptable. Lors du Tour 2018 on vient de voir l’Anglais frappé à l’épaule pour un adulte sans cervelle présent dans la montée de l’Alpe d’Huez. Quand les coureurs gravissent un col, ils sont à la portée du moindre abruti. Dans cette même 12e étape, Vincenzo Nibali a chuté à cause d’un décérébré qui débordait trop sur la route. Alors qu’il souffrait d’une fracture de vertèbre, l’Italien a passé la ligne d’arrivée pour finir 7e de l’étape, avec à peine 13 ’’ de retard sur le vainqueur Geraint Thomas. Le matin du lamentable laxisme de l’organisation, Nibali a dû abandonner le Tour de France alors qu’il était 4e au classement général à 2’ 37’’ du leader Thomas.
Il est temps que la direction organise mieux la Grande Bouche pour sécuriser les champions du premier au classement à la lanterne rouge, car tous absolument sont des cracks. Des barrières tout le long des derniers kilomètres ? Impossible. Des agents de sécurité de partout, impossible. Je verrai plutôt des motards qui ouvrent la route en frôlant les viandes avinées car s’il faut choisir je préfère que l’on blesse un Duchsmol sans respect qu’un crack en plein effort. Un peu de respect ! Tout ça pour se montrer à la télé.
Sans pouvoir dresser la liste de toutes les chutes, en voici quelques-unes survenues lors du Tour de France 2018. Léon Luis Sanchez est tombé dans la deuxième étape : coude fracturé, 12 agrafes. Peter Sagan, quant à lui, est tombé à plus de 70 km/h. Avec plein de contusions, il est reparti, souffrant d’aucune fracture. Le Belge Philippe Gilbert qui est tombé dans la descente du col du Portet-d’Aspect s’est fracturé la rotule gauche. Son genou a presque triplé de volume. Avant de savoir ce qu’il avait, le champion est remonté sur son vélo et a roulé 60 kilomètres ! Gilbert a fait un tout droit dans un virage puis est tombé dans un ravin… Une chute de 5 m dans la rocaille. Il a atterri dans les pierres, sur le dos. Le champion croyait être brisé de partout et puis il est remonté pour faire signe à la caméra que tout allait bien. Geste destiné à sa famille. Ensuite, il se mit à pleurer, réalisant le miracle. Et puis, il est reparti sur sa monture. Quel chevalier sans armure ! On lui a attribué le prix de la combativité. On devrait lui donner la légion d’honneur. Le lendemain, il a dit : «Mon Tour est fini… » Triste en a mourir. Je n’échange pas le courage de Gilbert contre un dribble de Neymar. C’est le Belge qui devrait être couvert de millions de dollars.
Il faut aussi savoir que Chris Froome a été agressé par un gendarme qui s’est pris pour le tonton Macoute du Président Macron- qui s’avère être un dissimulateur encore plus performant que Sarkozy et Hollande réunis. De fait, Froome a été stoppé manu militari parce qu’il redescendait le col du Portet après avoir franchi la ligne d’arrivée. Une habitude courante. Le champion allait retrouver le bus de la Sky, six kilomètres plus bas. Froome a été plaqué au sol comme s’il était un fuyard en cavale. La star anglaise a eu le tort de se vêtir d’un K-way tout noir sans aucune inscription. Ni Froome, ni Sky. Rien de rien. Il a voulu se protéger des idiots qui risquaient de lui jeter des pierres, mais à la place il a été alpagué par un gendarme qui a fini par reconnaitre sa bévue. Triste spectacle ! C’est comme si l’on prenait pas le col Antoine Griezmann à la fin de la Coupe du Monde 2018.
L’organisation du Tour de France est à revoir de A à Z. Il est logique que L’Equipe n’aborde pas ce sujet car elle est partie prenante de la course mythique. Pauvres coureurs à la merci des irresponsables. J’utilise pauvres à bon escient. Savez-vous combien empoche chaque jour le porteur du maillot à pois, meilleur grimpeur de l’épreuve ? 300 euros… Des tarifs honteux. De quoi aller aux Prud’hommes !

PS: carton rouge à tous les commentateurs sportifs qui se délectent dès que Froome est en difficulté sur le Tour. Lamentable.

Ceci n’est pas une critique (E. Klein, Roubaud, Brahy-Roulot, de Robert, Keegan, Kalniete, Berly, V-M Marchand, de Diesbach et J.Mendelson).

26.07.18 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME

A la manière de René Magritte.

On ne peut doit pas s’en dispenser:

-Châteaubriand, Ghislain de Diesbach. Perrin, 665 p., 27 €. L’auteur des Mémoires d’Outre-tombe passé au peigne fin d’un biographe lisible, ce qui n’est pas courant. Châteaubrillant !

-Le pays où habitait Albert Einstein, Etienne Klein. Babel, 250 p., 7, 80 €. Le narrateur nous entraîne sur les pas du savant iconique qui adorait faire du vélo, question d’équilibre.

-Prostitution, troublante énigme, Louis Roubaud. Préface François Forestier. L’Eveilleur, 110 p., 9, 50 €. Plongée dans le commerce du corps, par un journaliste aussi excellent qu’oublié.

-Irons, Luc Brahy et Tristan Roulot. Le Lombard, 56 p., 19, 90 €. Une BD en acier trempé. Violent comme les mises en scène au couperet de Patrice Chéreau.

-Comment débuta Marcel Proust, Louis de Robert. Préface de Jérôme Bastianelli. L’Eveilleur, 137 p., 9,50 €. Comme personne ne voulait Du côté de chez Swann, Proust publie à compte d’auteur chez Grasset, fin 1913. Star à la NRF, Gide refusa Proust qui le hanta toute sa vie.

-Winston Churchill, une vie. John Keegan. Traduit de l’anglais par Christophe Jacques. Les Belles Lettres, 223 p., 17 ,50 €. Quand on pense à Hitler, on est consterné. Quand on pense à Churchill, on est heureux de savoir qu’il a existé.

-En escarpins dans les neiges de Sibérie, Sandra Kalniete. Traduit du Letton par Velta Skujina. Editions des Syrtes, 357 p., 10 €. Née dans un goulag, en Sibérie, l’auteur passe de l’horreur au bonheur de découvrir l’indépendance en 1991.

-Les femmes de Louis XV, Cécile Berly. Perrin, 232 p., 18 €. Ce frappadingue pratiquait l’inceste, parmi tous ses abus de pouvoir. Gros plan sur la misère sexuelle d’un roi.

-Le premier arbre, et autres récits qui cachent la forêt, Valère-Marie Marchand. Editions du Cerf, 225 p., 20 €. Un brillantissime exercice de style. L’humilité d’une autodidacte.

-Sainte-Hélène, 2015, Jean Mendelson. Préface Jean-Noël Jeanneney. Portaparole, 228 p., 18 €. L’empereur un tyran belligérant ? Il s’il avait surtout défendu la France…

On peut s’en dispenser :

Pendant les vacances, je suis gentil ! Je ferme les yeux sur les faux livres.

Des livres sur le Tour de France

24.07.18 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT, CERDANEMENT

Des ignorants frappent ou insultent C. Froome sur le Tour de France 2018 au lieu de célébrer ce chevalier sans armure comme Coppi ou Louis Nucéra, mort sur son vélo.

-Coppi par Coppi. Faustino Coppi. Avec Salvatore Lombardo. Mareuil éditions, 200 p., 16 €. Le fils d’un amour interdit, à l’époque où le divorce était proscrit, célèbre son père christique.

-Le Tour de France, un beau roman, une belle histoire. Jean-Paul Ollivier, Robert Laffont, 320 p., 20 €. Cet humble conteur a servi magistralement le service public quand d’autres s’y sont vautrés au prix de mille reptations.

-Raymond. Poulidor, Jean-François Legrand et Christophe Girard. Mareuil éditions, 144 p., 19, 90 €. Une BD sur Poupou, immortel parce qu’il n’a jamais porté le maillot jaune

-Roger Pingeon, entre grâces et tourments. Jean-Pierre Supié. Mareuil éditions, 207 p., 18 €. La postérité est injuste avec Pinpin, un chevalier du Moyen Age égaré au XXe siècle.

-Une histoire populaire du sport aux Etats-Unis, traduit de l’anglais par Ariane Des Rochers et Alex Gauthier. Dave Zirin. Lux éditions, 400 p., 22 €. De Jesse Owens aux frangines Williams, en passant par M. Ali, voici le sport avec un grand S.

-Bicyclettres. Jean-Acier Danès. Seuil, 214 p., 17 €. Un hymne à la littérature du voyage par un héritier de Louis Nucéra.

-Mémoires du Tour de France. Daniel Pautrat. Préface Raymond Poulidor. Mareuil éditions, 271 p., 18,50 €. Moins populaire que certains histrions de l’idiot-visuel, l’homme aux 50 Grandes Boucles vaut le détour. C’est du solide. Pas du chiqué.

ET AUSSI:

-Une autre ville que la mienne. Dominick Dunne. Séguier éditions, 480 p., 22 €. Ce livre sur O.J Simpson est une nouvelle vision du fait divers devenu polar planétaire.

-Gueule de fer, Pierre Hanot. La Manufacture de Livres. Héros du ring, héros de la Grande Guerre. Somptueux !

[Post dédié à Lance Armstrong, champion massacré]

King Lewis Hamilton est un Neymar qui gagne vraiment

23.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, BEHRA, FANGIO, SENNA & NORTON

Epoustouflant ! Fabuleux ! Historique ! On ne sait plus quoi utiliser pour saluer l’immense talent du pilote de F1. Lewis Hamilton est un vrai champion et non pas une vedette pour papier glacé comme toutes ces Kournikova qu’on nous vend après une petite victoire. On veut qu’il gagne et il gagne ! Neymar qui va souvent le voir devrait s’inspirer de lui. Hamilton fait tout ce que fait Neymar, à la différence qu’il assure au volant quand le Brésilien se contente d’être une icône. Alors qu’il venait de prolonger son contrat jusqu’en 2020 avec Mercedes, contre 45 M€ annuels soit près 4 M€ par mois sans le sponsoring, l’immense champion anglais a raté sa séance d’essais samedi 26 juillet 2018 sur le circuit d’Hockenheim au point de partir 14e sur le grille de départ, lui l’as de la pole ! Une fuite de l’hydraulique a causé une panne dans la direction de son bolide qui l’a contraint à aller dans la terre à très grande vitesse.
Quinze jours auparavant, l’Allemand Sebastien Vettel sur Ferrari avait battu Hamilton sur les terres de l’Anglais, à Silverstone. Un vrai camouflet ! Au départ du Grand Prix d’Allemagne, les positions au classement du championnat des pilotes de F1 était le suivant: 1er Vettel (Allemagne, Ferrari) 171 points. 2e Hamilton (Angleterre, Mercedes) 163 points. A la fin de la course qui se disputait à cinquante kilomètres du lieu de naissance de Vettel, le championnat avait changé de leader : 1er Hamilton, 188 points. 2e Vettel, 171 points ! Pourquoi ? Tout simplement parce que Hamilton a doublé tout le monde pour remporter le Grand Prix d’Allemagne ! Leader de la course, Vettel a abandonné au 51e tour, stressé par la situation. Hamilton le menaçait, sans parler du fait que Vettel n’a jamais gagné chez lui, à Hockenheim. Hamilton a pris la tête de la course au 53e tour pour franchir le drapeau à damier 14 tours plus tard.
Le pilote de la voiture 44 a gagné dimanche 22 juillet 2018 son 66e Grand Prix ! Je me souviens de lui avoir prédit un immense à venir en titrant dans Le Figaro : «Les roues artistiques d’Hamilton». (C’est rare qu’un rédacteur en chef conserve un titre). Il n’était pas encore champion du monde. J’avais fait le jeu de mot avec le photographe de sinistre mémoire. Depuis la mort de Senna, aucun pilote ne m’avait plus intéressé. Hamilton, j’ai vu tout de suite que je saisissais sa personnalité. Il partage avec les fans, lui. Il est de la trempe de Jim Clark et de Graham Hill – deux pilotes tant aimés. C’est l’anti Neymar. Tous les grands champions tissent un lien avec chaque fan qui sait vibrer, voir. Sur le podium en Allemagne, il s’est mis à pleuvoir, un orage comme pour les Français quand ils ont reçu la Coupe du Monde 2018 de football, à Moscou. Hamilton y a vu un signe. «Une tempête biblique» a-t-il dit. Oui, le champion fait des miracles.

Ceux de 1998 doivent rabattre leur caquet face aux Champions du monde 2018

21.07.18 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Les anciens champions du monde 1998 ont du mal à laisser la place. Bien sûr, je mets à part Zidane, Blanc et Deschamps, tous trois entraîneurs. Eux ont risqué et risquent encore leur renommée sur le banc des entraîneurs ou sélectionneurs. Bravo ! Aimé Jacquet en 1998 avait demandé qu’il fallait que certains champions du monde rendent au football ce que celui-ci leur avait donné.
Presque tous les anciens de 1998 jactent dans les médias après les avoir vomis quand ils étaient sur le terrain. Claude Onesta a dit : «Chez nous, au handball, aucun ancien international ne critique les nouveaux. Si cela arrivait, il se ferait découper !» Des joueurs d’une médiocrité sans nom, champion du monde 1998, comme moi je suis archevêque, nous donnent des leçons alors qu’ils ne mettaient pas un pied devant l’autre.
Noël Le Graet (président de la FFF) a déclaré : «Certains [de 1998] ont été reclassés parce qu’ils ne savent pas faire autre chose (…) Il faudrait aussi peut-être changer les hommes. Dans le foot, quand on ne gagne pas on les change [sauf Deschamps après le défaite en finale de l’Euro 2016…]. Je préférais qu’un patron de chaîne change certains hommes en se disant : «Mon équipe n’est pas bonne». Sinon c’est qu’il est faible». (L’Equipe, 20 juillet 2018). Même son de cloche chez Deschamps : «J’ai reçu beaucoup de messages avec des rétropédalages. Dugarry ose dire que je prends la France en otage. Cela dépasse l’entendement. Avec Dugarry ce ne serait même pas bonjour, bonsoir». (Le Parisien, 20 juillet 2018). Et encore pour préciser : «Comment voulez-vous donner de la confiance aux joueurs si le responsables montre ses doutes ? (…) Dans un match rien n’est figé au plan du schéma tactique (…) Quand le tir de Gignac frappe sur le poteau en finale de l’Euro 2016, j’ai de la chance ? » (L’Equipe, 21 juillet 2018)
Les détracteurs de Deschamps lui reprochaient de jouer la défense mais les Bleus ont marqué 14 buts en 7 matchs. Il temps que les vieilles gloires baissent le ton. On les a assez vus et attendus. L’important ce n’est plus ce qui se dit mais qui le dit. Ils ont assez profité du système. Il devrait laisser la place aux champions du monde 2018. Cela ne se fera pas tout de suite car les nouveaux héros sont tous encore en pleine activité dans des clubs prestigieux.
Depuis que Lloris a brandi la Coupe du Monde 2018 plusieurs joueurs de 1998 viennent encore mendier un peu gloire du titre mondial 2018. On les voit dans la presse, avec les griffes du temps sur leur visage. Cela en devient tragique.
Cela fait 20 ans que des joueurs non décisifs sont en première ligne pour se faire mousser sur le dos de Desailly, Thuram, Zidane, Blanc Barthez. Djorkaeff et Petit, passe encore, mais les autres.
Deschamps en une cinquantaine de jours a transmis un esprit collectif commando où chaque joueur a laissé sa carte individuelle dans les vestiaires.
Pendant toute la saison, j’ai demandé que Pogba se prenne pour Pogba et que Griezmann oublie twitter et cie. Ce fut fait. Ensuite, j’ai souhaité voir des guerriers, des soldats, des chiens enragés. Je n’ai vu que ça. Quand on voulait retirer Giroud et Matuidi j’ai réclamé qu’ils soient titulaires d’office. J’ai aussi dit que l’essence pour les Français était la défaite lors de la finale de l’Euro 2016 au SDF, une honte absolue. Et que Deschamps avait en plus la défaite avec Monaco en C1 contre le Porto de Mourinho. J’avais juste de A à Z, mais pas question d’être un fan les yeux fermés. J’ai vu et dit. Il faut parler ou écrire mais il faut dire sinon cela ne sert à rien. Vous pouvez chercher, je n’ai jamais dézingué Deschamps même si je ne suis pas du tout d’accord avec ce qu’il a fait à Ben Arfa, lui accordant 45 mn en Angleterre après les attentats en France. C’est ce jour-là que la mise en quarantaine de Ben Arfa a commencé car ensuite Unai Emery lui a fait comprendre qu’on ne pouvait pas jouer au PSG si l’on n’était pas ou plus international.
Deschamps est l’héritier de Jacquet, son fils spirituel. Deschamps jouait pour détruire le jeu des adversaires. Le sélectionneur fait la même chose mais il a la compétence de choisir des footballeurs de très bon niveau. Il ne sélectionne pas des brutes épaisses. Le football des Bleus en Russie a eu de très belles séquences défensives et offensives. Les Bleus ont renvoyé à la maison Messi, Suarez, Hazard et Modric. On dit bravo. Moi, l’éternel blessé de Séville (1982) je sais apprécie les Bleus de Deschamps. Quand j’étais enfant, adolescent, les Français ne savaient même pas se qualifier pour une phase finale. Depuis, ils ont gagné en 1998 et 2018, plus une finale perdue en 2006 aux tirs au but. Quel changement ! La France refait son retard. Je souhaite à présent qu’elle le fasse aussi en C1.
A la fin de la saison internationale 2017, Didier Deschamps avait demandé aux joueurs de conserver allumée «une petite lumière» dans le coin de leur cerveau. Il parlait de la Coupe du Monde à venir. Il avait très bien parlé. Cela avait fait tilt dans mon esprit. Le bon mot au bon moment. Le mot qui reste. L’image juste. C’est ça un entraîneur. Dans le film sur l’aventure en Russie, il demande aux joueurs de vraiment jouer au ping-pong au lieu de déconner en tournant au tour. Il avait peur de la blessure survenue hors du terrain. Le regard d’un père.
Au terme de la finale, j’ai appris que Mbappé avait joué diminué les deux derniers matchs – 1/2 et finale- parce qu’il se bloqua trois vertèbres à son réveil, suite à un faux mouvement. L’ostéopathe des Bleus fit ce qu’il fallait tandis que le staff médical prit «toutes les dispositions possibles pour atténuer la douleur» (L’Equipe, 21 juillet 2018) On n’en saura pas davantage mais cela interroge pendant que la France débile insulte et frappe le grand champion Chris Froome sur le Tour de France. Faut pas entrer dans la cuisine des restaurants, surtout pas celle des bons.
Quant à ceux qui reprochent à l’équipe de France d’être une «équipe africaine», il s’agit de racistes qui ne savent pas que le football français à un siècle d’avance sur la société civile, en tant qu’artisan principal d’intégration. Les ignorants jacassent de partout Lorsque les Bleus gagnent mais ne pipent plus un mot dès qu’ils perdent comme en 2002. Ces gens-là ne regardent jamais un match de L2. Ils ne s’intéressent qu’au football tous les quatre ans et encore faut-il que la France joue les premiers rôles.

Que reste-t-il de la Coupe du Monde 2018 ?

20.07.18 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Les derniers lampions ont été éteints.
Tout est fini. La suite dans quatre ans. Au Qatar, en hiver.
Que reste-il des matchs en Russie ?
La libellule sur la bouche de Lloris.
La fougue des japonais et des Coréens du Sud.
Le talent mal récompensé des Nigériens.
L’absence de grinta des Argentins.
La tristesse de Messi.
Le beau Portugal-Espagne.
La hargne des Russes.
Les dribbles d’Eden Hazard.
Les extérieurs du pied de Modric.
Les simagrées de Neymar.
Les adieux d’Iniesta.
L’abdication de C. Ronaldo.
L’explosivité de Mbappé.
Les arrêts à l’horizontal de Lloris.
Les appels à l’union de Pogba.
La volonté de Lucas Hernandez.
Le ballon qui tourne sur lui-même lors du tir vainqueur de Pavard.
La fausse force du Brésil.
La faiblesse du surcoté Jésus.
Les insultes de Neymar envers T. Silva parce qu’il a rendu un ballon aux adversaires.
Les beaux arrêts de plusieurs gardiens (Belgique, Mexique…)
Les larmes de l’entraineur croate qualifié pour la finale.
La joie de Deschamps à la fin de la finale.
La bonne humeur communicative des Français.
L’agression du staff allemand contre l’entraîneur suédois.
La lucidité de Griezmann à partir des 8es.
Le regard de Matuidi après avoir reçu une grosse charge.
Le rayonnement de Varane.
Le travail de fourmi et d’abeille de Kanté.
L’absence bénéfique de S. Blatter.
La joie contenue de Poutine satisfait de l’organisation russe.
L’exubérance de Macron qui s’identifiait aux Bleus.
La présence tonitruante de Maradona, le seul héros qui se comporte en supporter.
Le savoir vivre des Japonais qui ont rendu un vestiaire totalement propre.
Les regards apeurés des Anglais qui n’en revenaient pas d’aller aussi loin dans le tournoi.
Le manque d’efficacité de Chicharito.
L’absence de l’Italie et des Pays-Bas.
La tristesse des jeunes filles russes au départ des Français.
Quelques buts ici et là.
L’orage qui éclate quand la France reçoit le trophée.

L'apport de la musique chez les Bleus champions du monde 2018

19.07.18 | par morlino | Catégories: HENDRIXEMENT

L’apport de la musique dans le groupe de joueurs de l’équipe de France est frappant.
Il y a un côté festif dans les vestiaires, les déplacements.
Bien sûr la victoire rend tout beau.
En cas de défaite, il est évident que la musique aurait été moins présente.
Cependant la musique a son importance dans le tourbillon bleu.
Des mauvaises langues diront que le jeu des Français swingue moins que leur corps en dehors du terrain. Cela reste à prouver. Les Français ont eu de très belles séquences offensives même si elles se comptent sur le bout des doigts.
Les joueurs français m’ont rappelé la joie de vivre de l’orchestre de Ray Ventura au temps de Qu’est-ce qu’on attend pour faire la fête ?
On dirait des musiciens de Duke Ellington.
Des sourires de partout.
Les joueurs ont eu du mal à se quitter. Sortir d’une telle aventure c’est comme une troupe de théâtre, de cinéma, de musiciens qui se séparent.
Dans le clan français, il y avait une très bonne vibration.
Deschamps a bien conçu son groupe qu’il a eu sous la main pendant 55 jours, ce qui a permis une belle osmose dans un contexte favorable, celui des victoires qui s’additionnent mais elles ne sont pas venus par hasard.
Il ne manquait personne dans ce groupe. Ceux qui n’étaient pas là se sont exclus d’eux-mêmes, en dehors des blessés et de l’incompris Hatem Ben Arfa, le mal-aimé du football français.
Pogba et Griezmann se sont mis au diapason de Kanté et non pas le contraire.
D’une manière générale, Mbappé n’a pas fait son Neymar.
Matuidi a confié que le groupe était né contre le Pérou car le match se déroula devant un public totalement acquis au Pérou.
Le groupe actuel renouvelle les images de joie.
Les Champs-Elysées ont accueilli du bonheur. Cela fait du bien après la descente du cercueil de Jean-Philippe Smet.
Le football c’est de l’actualité heureuse. Il s’oppose aux attentats.
Ceux qui disent que cette équipe de France est en fait une équipe africaine sont des ignorants bêtes et méchants.
Les internationaux français de 2018 sont les fils spirituels de Raoul Diagne et Ben Barek.
Depuis les années trente, le football français est riche d’innombrables apports aussi bien d’Europe que d’Afrique et des DOM-TOM.
Les joueurs de 2018 ne cessent pas de répéter qu’ils sont fiers d’être français alors qu’en 1998-2000 d’aucuns brandissaient d’abord leurs origines familiales.
Souhaitons que les nouveaux champions du monde engrangent d’autres titres pour rester au premier plan médiatique.
Il est temps que ceux qui vivent depuis 20 ans sur le succès de 1998 la mettent un peu en veilleuse.
Attention au retour sur terre: les Allemands attendent les Français pour montrer le 6 septembre 2018 qu’ils restent supérieurs aux nouveaux champions du monde.

Allemagne-France, 6-9-2018. Première sortie des nouveaux champions du Monde

18.07.18 | par morlino | Catégories: LA REVUE DE STRESS

Ligue des Nations
6 septembre 2018 à Munich
Allemagne-France

Comme le temps passe vite ! Il faut sans cesse se remettre au travail et ne jamais s’endormir sur ses lauriers.
La défaite à l’Euro 2016 a été le moteur de la victoire de la France en Coupe du Monde 2018. J’ai hâte de voir comment la victoire va être digérée par les Bleus auréolés du titre mondial.
Dès le 6 septembre 2018, la France va honorer son titre de champion du Monde 2018 contre les anciens champions du monde 2014 ou plutôt contre certains de leurs successeurs qui jouent actuellement pour l’Allemagne.
Il va y avoir des étincelles.
Les Allemands vont vouloir prouver que leur élimination prématurée de la Coupe du Monde 2018 ne fut qu’un accident industriel. Une Katastrof (!) survenue en phase de poule après avoir perdu contre le Mexique (0-1) et la Corée du Sud (0-2) au point de finir à la dernière place du groupe F avec pour seule satisfaction une victoire contre la Suède (2-1).
Le 6 septembre verra le premier match de la France dans la Ligue des Nations, nouvelle compétition organisée par l’UEFA qui met un terme aux inintéressants matchs amicaux. Trois jours après ce match inaugural, les Bleus recevront les Pays-Bas, dernière équipe du groupe A de la Ligue des Nations, le 9 septembre, avant la phase retour en octobre et novembre.
En plein doute, l’Allemagne, est candidate à l’organisation de l’Euro 2024, tout comme la Turquie. Depuis douze ans, aucune grande compétition n’a eu lieu outre-Rhin.
Allemagne-France du 6 septembre 2018 est une rencontre à haute intensité.
Une défaite française ferait redescendre sur terre les joueurs français si heureux depuis le 15 juillet, 19 h.
Une victoire française en Allemagne maintiendrait en crise les Allemands qui n’ont qu’une hâte: prouver qu’ils sont de retour au premier plan.
Il ne faut pas être dupe. Les Français de Deschamps ne sont pas les meilleurs joueurs du monde, à la vérité, ils n’ont gagné qu’un tournoi de 7 matchs. Après on peut vite dégringoler si on se croient trop beaux.
Le football incarne le mouvement de la vie.
Ce sport si décrié fait du bien aux gens. On vient de le voir en France.
Le football français console des attentats.
La dernière fois que les Français se sont déplacés en masse ce fut pour saluer le cercueil de Jean-Philippe Smet.
Vive le ballon rond qui ne cessera, lui, jamais de tourner.

PS: pendant un mois, la Russie a organisé la Coupe du Monde sans incident notoire. La France, elle, sur son sol, a vu des casseurs s’inviter lors de la célébration du titre mondial 2018. Laxisme habituel.

Le trombinoscope des champions du monde 2018

17.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

En 55 jours, Didier Deschamps a trouvé ses onze titulaires. Des joueurs qui ne connaissent pas la peur. Depuis des mois, j’attendais que Pogba et Griezmann se concentrent plus sur le jeu que sur twitter. Et je voulais voir des guerriers constants. J’en rêvais, ils l’ont fait. Les joueurs qui font rêver le peuple ne m’intéressent pas. Les grands joueurs, eux, peuplent les rêves. Les joueurs de Deschamps ont peuplé les miens. Merci. Je n’ai pas vu Kopa, Platini et Cantona devenir champions du Monde. Ni Cruyff. Cela m’a fait mal. Zidane et Maradona l’ont été. Ouf ! J’espère revoir des Français dont Mbappé gagner encore une ou deux Coupes du Monde. Deschamps est un joueur-entraîneur cent fois plus intelligent que doué. Adolescent, il a compris qu’il n’avait pas les moyens pour être un grand attaquant. Il a donc choisi d’être un grand destructeur de jeu adverse. Bravo ! Une grande défense c’est aussi beau qu’une grande attaque.

Lloris : le frère aîné au double visage, langue IKEA en conférence, et cash en privé.

Pavard: le grand Duduche qui fait polytechnique en sautant quatre classes.

Varane: le petit frère de Ramos vient de gagner ses galons de colonel en 7 matchs.

Umtiti: un arbre à la Desailly.

Hernandez: pit-bull assoiffé de tibias.

Matuidi: le videur de salle.

Kanté: l’essuie-glace.

Pogba: la girafe aux pieds supersoniques.

Griezmann: Peter Pan sur une étoile filante.

Giroud: un sac de sable pour la boxe.

Mbappé: une flèche empoisonnée.

Sélectionneur. Deschamps: papa-coq

A la fin, c'est la France qui a gagné !

16.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

La joie des Français dans le vestiaire des vainqueurs

Dimanche juillet 2018
Finale de la Coupe du Monde
France 4-2 Croatie
Buts pour la France: Mario Mandžukić (18e csc), Antoine Griezmann (38e p.) Paul Pogba (59e), Kylian Mbappé (65e)
Buts pour la Croatie: Ivan Perišić (28e), Mario Mandžukić (69e)

La France de 2018 a fait aussi bien que celle de 1998. Bravo! Il fallait le faire loin de son pays.
Toute l’équipe de France est à féliciter.
Au début du match, la Croatie a impressionné mais elle s’est vite éteinte.
Le groupe Deschamps a laissé la possession de balle aux adversaires qui s’emmêlaient les pinceaux sans être vraiment dangereux.
Les Bleus ont ouvert le score avant d’être rejoint puis de bénéficier d’un pénalty grâce à l’intervention de la vidéo. Ce fut le tournant du match. La vidéo a changé la donne. Sans elle, les Français risquaient gros à 1-1. Le score, basculant vers le 2-1 en leur faveur, a changé le rapport de forces qui n’a plus bougé.
Les Français de Deschamps ont-ils un beau jeu ? Non mais la France de Platini-Hidalgo qui jouaient très bien en 1982-1986 n’a jamais dépassé les 1/2 finales.
Les Français de 1998 ne jouaient pas spécialement bien et pourtant ils ont gagné.
Deschamps est le fils spirituel de Jacquet. D’abord, une grande défense. Ensuite, on joue en contre comme l’Italie des grandes années.
En 55 jours, Deschamps a enfin composé un onze avec des titulaires assurés. Peu à peu, la sélection est devenu une équipe.
Les Nations qui avaient un leader ont été éliminées; Argentine (Messi), Brésil (Neymar), Portugal (Ronaldo), Belgique (Hazard) et Croatie (Modric).
Deschamps a fait comprendre à Pogba qu’il devait se fondre dans le collectif.
L’emblème de ces Tricolores s’appelle Kanté.
Imaginez une Ferrari sous la pluie. Si elle n’a pas d’essuie-glace vous devez la rentrer au garage.
Kanté représente l’essuie-glace qui permet d’y voir clair.
Il a été au four et au moulin pendant 7 matchs. Lors de la finale, il était sans essence, exténué. Cela n’a pas eu de fâcheuses conséquences.
Quand il était jeune, Deschamps a vu qu’il était limité dans la construction, dans la créativité au service de son équipe. Il a donc choisi de se consacrer à la destruction du jeu adverse. Son équipe de France est à son image.
L’échec en finale de l’Euro 2016 à St Denis a été le moteur de la victoire finale en Coupe du Monde 2018 à Moscou.
Les jeunes Pavard et Hernandez sont champions du monde alors qu’ils n’ont que 12 sélections. Exploit rarissime.
Avec deux étoiles, le football français confirme sa place parmi les plus grandes nations.
Les Bleus de Deschamps forment un boa qui étouffe ses agresseurs.
Sur le front de l’attaque, ils ont Mbappé qui est performant dès qu’il touche le ballon.
En septembre 2018, nous retrouverons les champions du monde dans la Ligue des Nations avec un premier match en Allemagne qui va vouloir vaincre pour démontrer qu’elles est la plus forte.
On va assister au combat entre les nouveaux et les anciens vainqueurs du tournoi mondial majeur.

France-Croatie, finale de la Coupe du Monde qui ira à l'équipe haïssant le plus la défaite

12.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Après Messi et Hazard, voici Modric qui se met sur la route de la France. Ce virtuose est à la fois Kanté et Griezmann, il sait récupérer et lancer ses partenaires. Ce Peter Pan est un architecte qui trace des lignes directrices. Il peut vous filer entre les doigts comme une anguille. Totalement sous-médiatisé, Modric restera dans l’Histoire comme un grand n°10 à l’ancienne. Il a des yeux derrière la tête et peut très bien marquer un but décisif en fin de match quand on s’y attend le moins. Il a une capacité hors du commun à jaillir d’un marquage serré. Une rare explosivité. A surveiller de près. Déjà vainqueur de la Ligue des Champions 2018 avec le Real Madrid, il désire gagner la Coupe du Monde 2018 autant que les Tricolores. En fin de match, les Croates sont toujours d’attaque. On les croit à bout mais ils ont encore du souffle, du répondant. Une force intérieure émane d’eux.

Finale de la Coupe du Monde 2018
Dimanche 15 juillet, 17 h, à Moscou
France-Croatie

Vingt ans après l’affiche est la même mais cette fois elle se déroule en finale et non plus en 1/2 finale.
Rien n’est joué avant le coup d’envoi. Les Français défilent déjà dans la rue mais cela revient à crier victoire à Roland Garros le soir de la 1/2 finale alors qu’il reste la finale à jouer.
A quelques heures de la finale de 2018 on ressort celles de 1998 qui font écran à l’actualité. Heureusement que les joueurs sont loin de tout ce vacarme. Le tennis est toujours entrain de parler de la victoire de Noah en 1983 aux Internationaux de France. On attend toujours son successeur.
Le plus dur est à venir. Des joueurs que l’on croit HS peuvent se transcender quand des valeurs sûres peuvent rater l’ultime rencontre.
Les Croates sont des durs à cuire: ils accèdent en finale après deux séances victorieuses de tirs au but, contre le Danemark (8e) et la Russie (1/4), plus une délivrance au terme des prolongations contre l’Angleterre (1/2). Un vrai parcours du combattant. En tout, ils ont donc disputé un match en plus car 3 fois 30 minutes = 1 h 30, le temps d’une rencontre.
De surcroît, ils ont un jour de moins pour récupérer avant la finale, puisque la France a joué sa 1/2 finale (France-Belgique, 1-0) la veille de Croatie-Angleterre (2-1).
Les Croates ont deux artistes dans l’équipe: Modric (Real Madrid) et Rakitic (Barcelone) plus un attaquant de premier rang: Mandzukic (Juventus Turin).
Les autres joueurs sont tous des batailleurs dotés d’une belle technique et d’un mental d’acier.
Ils savent être très durs sur l’homme. Dans les duels, ils font très mal, souvent ils dépassent la limite du jaune sans se faire avertir. Ils masquent parfaitement les coups. C’est toute une école. Ils ne craignent donc personne.
Sont-ils cuits après leur débauche d’énergie ? Non, l’enjeu de la finale va les transcender. Ils en ont gardé sous le capot. Enfants, ils ont connu la guerre.
Ils veulent le trophée comme la Belgique le voulait aussi. La France a su calmer les ardeurs des Argentins, des Uruguayens et des Belges, parviendra-t-elle une nouvelle fois à vaincre un adversaire aussi coriace qu’elle ?
C’est possible, si les Français affichent toujours autant de cohésion. Les Bleus actuels sont hermétiques à la pression. Font-ils semblant ou sont-ils réellement imperméables au stress ? Toujours est-il qu’il gère bien toutes les éventualités, menés ou menant au score.
La phrase-clef: “Nous sommes des chiens", prononcée par le jeune Lucas Hernandez. Il a tout dit, étant à l’école Diego Simeone, la même que celle de Deschamps.
Didier Deschamps ou Jérôme Deschamps = La famille Deschiens !
En 8e, 1/4 et 1/2, les Tricolores actuels ont faire preuve d’une absence totale de panique, ce maudit paramètre qui vient tout détruire, permettant aux adversaires de s’imposer.
La gifle de l’humiliation au SDF, en finale de l’Euro 2016, est dans tous les esprits. Aucun tricolore ne veut la revivre. Surtout ceux qui l’ont reçue !
En 1991, Roger Boli a pleuré quand il a perdu la finale de la C1 avec Marseille. Deux ans plus tard, il a remporté la C1, hurlant: “Cette fois, je ne pleure pas !”
Les joueurs de Deschamps sont tous dans l’état d’esprit de Boli.
La France doit jouer la Croatie comme si ce n’était qu’un ensemble de joueurs qui incarne la défaite.
L’échec de 2016 doit être le berceau de la victoire de 2018.
La finale transforme l’actualité en Histoire.
Que serait Pelé, sans 1958 ? Maradona, sans 1986 ? Zidane, sans 1998 ?
Pour la France (et la Croatie) remporter le trophée majeur loin de son pays serait un immense exploit.
Les Français qui sont descendus dans la rue en masse auraient été mieux inspirés d’attendre le coup de sifflet final de France-Croatie.
Le fait de penser que le sponsor de l’équipe de France a sans doute déjà fabriqué des maillots avec deux étoiles ne me fait pas plaisir.
Il ne faut pas céder un millimètre aux mauvaises vibrations.
Eviter au maximum les impondérables.
Ceux qui vivront mieux le présent soulèveront la Coupe du Monde 2018.
Le match se gagne aussi avant d’être joué.

Destination Moscou (3), CNews, samedi 14 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-14/destination-moscou-3-du-14072018-788711

Destination Moscou (4), CNews, samedi 14 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-15/destination-moscou-4-du-14072018-788725

Les "chiens" français en finale de la Coupe du Monde 2018

11.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Contre la Belgique, tous les français ont assuré, avec mention spéciale à Lloris, Varane et Kanté. Kanté est excellent depuis la première seconde du tournoi. Sans lui, la France serait déjà à la maison.

Mardi 10 juillet 2018
1/2 finale de Coupe du Monde
France 1-0 Belgique
But pour la France: Umtiti (51e) sur une tête suite à un corner tiré par Griezmann

Ils sont où ceux qui voulaient Karim Benzema ?
La polémique est éteinte.
Les absents ont toujours tort.
Lucas Hernandez nous a dit qu’ils étaient tous des chiens.
Voilà une annonce que j’aime.
Les chiens étaient de sortie contre la Belgique comme devant l’Argentine et l’Uruguay.
Le football c’est la guerre, sinon on perd.
J’aurais tant aimé que la génération de Platini montre plus les crocs. Et que dire de la bande à Cruyff. Ceux qui jouent très bien perdent souvent.
La sélection de Deschamps est dans un autre registre. Elle joue comme l’Italie grand cru. Les adversaires se cassent les dents et ensuite, ils reçoivent le coup de grâce sur… coup de pied arrêté. Les joueurs de Deschamps sont des picadors, des toreros.
Ce qui est le plus beau c’est qu’ils n’ont jamais peur.
Cruyff, c’est magnifique, mais Vogts qui le colle à la culotte c’est aussi grandiose.
Les joueurs de Deschamps joue comme lui, quand il était joueur. La “Dèche” était là pour détruire, pour asticoter les chevilles, pour faire péter les plombs, pour enrayer le fusil d’en face.
Ceux qui font la fine bouche devant le succès de Deschamps croient que le football se joue avec la fleur au fusil. La Coupe du Monde est un tournoi de sept matchs. Rien à voir avec un championnat. On dépend du tirage. Il faut profiter que les grosses équipes soient éliminées par d’autres, cela offre des opportunités réjouissantes. Il y a des plats qui ne passent qu’une fois. Faut se jeter dessus et les dévorer. Il n’y a pas que l’or qui brille. Une belle défense cela vaut une belle attaque.
Le groupe bleu de 2018 n’est plus celui qui a perdu l’Euro 2016. Il sait gérer ses émotions et rester attentif 97 minutes.
Ceux qui ont participé à la défaite au SDF en finale de l’Euro ne veulent plus connaître une fin atroce.
Aussi, ils se nourrissent de la défaite en France pour l’éviter en Russie.
On a vu un Lloris exceptionnel. Aussi génial sur sa ligne qu’insipide en conférence de presse.
Pour gagner en finale, il faudra voir encore une fois des français se battre comme des chiens, des morts de faim.
Se dirige-t-on vers France-Angleterre ou France-Croatie ?
Etrange face à face anglo-français soit Harry Kane (attaquant)-Hugo Lloris (goal), les deux étoiles de Tottenham.
Les Anglais sont solides comme les Français.
Les Croates ont un Mozart : Lucas Modric. Le Eden Hazard croate.
Les vainqueurs de la finale seront les plus frais physiquement, durs sur l’homme. La France a un jour de récupération supplémentaire. Cela va compter énormément.

King RONALDO arrive à la Juventus Turin

11.07.18 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE

Enorme !
Après avoir réussi à Manchester United puis au Real Madrid et sous le maillot du Portugal, C. Ronaldo, 32 ans, a signé à la Juve pour 4 ans. Salaire annuel: 30 M€.
Il aurait pu signer en Chine ou au PSG pour beaucoup plus mais Ronaldo ce n’est pas Neymar.
Faut pas confondre artiste et vedette. CR7 est dans les dix meilleurs joueurs de tous les temps. Je ne classe pas Neymar dans les 100 plus grands brésiliens de l’Histoire.
CR7 est au sommet depuis 2003.
D’ici peu, Neymar ne sera plus qu’une image fanée dans les albums Panini oubliés dans les caves.
Des mauvaises langues disent que le Real est plus important que CR7.
Pfffff… Quel manque de respect ! Le Real est en crise: il vient de perdre son entraîneur (Zidane) et son leader (Ronaldo).
Ronaldo a plus servi le Real que le contraire.
Merci au boss !
La Serie A peut se réjouir de la présence de CR7 pendant que Buffon, lui, arrive à Paris avec l’espoir de remporter enfin une C1.

Les Français sont favoris mais les Belges ont besoin d'un titre

10.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

1/2 Coupe du Monde 2018
France-Belgique

Si la France fait un complexe de supériorité, elle sera battue.
Si la Belgique fait un complexe d’infériorité, elle sera battue.
La France par le passé a calé après avoir sorti le Brésil (World Cup 1/4 1986) et l’Allemagne (Euro 1/2 2016). Le Brésil doit éviter ça après avoir renvoyé le Brésil à la maison, dès les 1/4 de finale.
A part la médaille d’or aux JO 1920, les Belges n’ont aucun titre en football alors qu’ils ont donné de très grands joueurs: Paul van Himst, Eric Gerets, Franky Vercauterem, Enzo Scifo, Marc Wilmots et Daniel va, Buyten. Tous ces noms sont l’équivalent de Kopa, Trésor, Platini ou Zidane.
La Belgique a besoin de gagner.
La France a déjà gagné la Coupe du Monde 1998 et deux Euros, 1984 et 2000.
La Belgique a donc plus faim.
Côté français, ce n’est qu’un groupe de joueurs qui a besoin de gagner afin de prouver qu’ils ne sont pas que des produits marketing.
Le groupe de Deschamps est composé par des joueurs qui ont perdu la finale de l’Euro 2016 en France. De là, ils tirent leur force actuelle.
Important: Deschamps a gagné les plus grands titres mondiaux. Thierry Henry, côté belge au rayon attaquants, aussi.
La polémique autour de la présence de “Titi” dans le camp d’en face fait sourire quand on songe que les médias n’ont rien dit quand Zidane (Real Madrid) a évincé le PSG de la C1 2018).
Les Français vont-ils reproduire le mariage collectif physique + mental comme ils l’ont affiché contre l’Argentine et l’Uruguay ?
Les Belges vont-ils renouveler la même performance qui leur a permis d’éliminer le Brésil, super favori ?
Ce match est un match entre frères.
La compétition mondiale a été cruelle avec l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal, le Brésil, l’Argentine, les Africains et les Asiatiques.
L’Italie et les Pays-Bas n’ont même pas pu y participer.
La France, la Belgique, l’Angleterre et la Croatie ont une chance historique de ne pas devoir affronter des Nations majeures.
Si le football l’emporte on devrait voir en finale Belgique-Croatie.
Si l’Histoire l’emporte on devrait voir France-Angleterre.
Il y a plus de grands talents dans les équipes de Belgique et de Croatie.
La France et l’Angleterre sont surtout des collectifs.
L’Angleterre championne du monde ? Elle serait sans des as du niveau de Rooney ou Scholes.
La France a de bons joueurs mais aucun du niveau des Belges Hazard et De Bruyne.
Les deux meilleurs français sont défenseurs: le gardien Lloris et Kanté.
Les Croates comme les Belges ont leur plus grande génération.
Lucas Modric et Raphaël Varane peuvent gagné le Ballon d’Or 2018 en cas de victoire finale car ils ont déjà remporté la C1 2018 au Real Madrid. Kovacic aussi mais il est moins rayonnant qu’eux.

Passation de pouvoir: Messi, C. Ronaldo et Neymar s'effacent au profit de Hazard, Modric et Mbappé

09.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !

1/2 de Coupe du Monde, 20 h
Belgique-France (10-7-2018)
Angleterre-Croatie (11-7-2018)

Messi n’a pas d’impact dès qu’il quitte Barcelone. Loin de sa nurserie, il est perdu. C’est le chat noir de l’Argentine.
C.Ronaldo a réussi à remporter l’Euro 2016 avec le Portugal. Son désir de trophée avec la sélection national a été assouvi. La Coupe du Monde c’était un plus, la cerise sur le gâteau. Ses détracteurs se réjouissent de ne pas lui donner le Ballon d’Or 2018 alors qu’il le mérite tant avec sa C1 2018 et ses innombrables buts.
Neymar est venu au PSG pour être le roi parce qu’au Barça, il était dans l’ombre de Messi. Mauvaise pioche ! Il se morfond à Bougival et n’aura pas le Ballon d’Or 2018 dont il rêvait. Il voulait gagner la Coupe du Monde. Il n’a gagné que la L1 et autres bricoles (pour lui, pas pour nous). Echec total dans son plan de carrière.
Le terrain a parlé. Messi, Ronaldo et Neymar ne jouent pas dans les quatre meilleurs équipes du monde actuel: France, Belgique, Croatie et Angleterre.
Les numéros de la Coupe du Monde sont pas mal de gardiens, Kanté et les as Belges, Français, Anglais et Croate.
Modric et Hazard sont connus pour leur football, pas pour la bimbeloterie des réseaux sociaux et des pubs.
Si Modric et Hazard se hissent en finale on dira comme les Anglais: “Le football revient à la maison".
D’évidence c’est dores et déjà la victoire de la Premier League. De nombreux joueurs des 1/2 évoluent en Angleterre.
Modric et Varane ont gagné la C1 2018. Si l’un d’eux remporte la Coupe du Monde 2018, il sera bien placé pour le Ballon d’Or 2018. Paradoxalement eux évoluent en Liga.

Destination Moscou (3), CNews. Dimanche 8 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-08/destination-moscou-3-du-08072018-787976

Destination Moscou (4), CNews. Dimanche 8 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-09/destination-moscou-4-du-08072018-787991

France-Belgique en 1/2 finale. Le Brésil renvoyé à la maison !

07.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !

La justice du terrain est passée: Hazard reste, Neymar s’en va. Hazard incarne le talent. Meymar lui est un simple produit marketing qui se roule au sol comme les gamins capricieux. Le Belge reste dans le tournoi tandis que le Brésilien est renvoyé à Rio et non pas à Bougival qu’il déteste.

Vendredi 6 juillet 2018
1/4 de Coupe du Monde
France 2-0 Uruguay
Buts pour la France: Varane (40e), Griezmann (61e)

Belgique 2-1 Brésil
Buts pour la Belgique:Fernandinho (13e csc), Kevin De Bruyne (31e)
But pour le Brésil: Renato Augusto (76e)

Le verdict est tombé et il fait mal à l’Amsud !
Aucun pays sud-américain n’est en 1/2.
Le Brésil a été éliminé par les Belges.
Dans l’Histoire, seul les Auriverde se sont imposés en Europe dans l’édition de 1958 qui a vu les Brésiliens gagner leur premier titre mondial en Suède. A part eux aucun pays d’Amsud n’a gagné le titre suprême sur le sol européen.
60 ans après, les lointains successeurs de Pelé et Garrincha - deux as authentiques- sont tombés en 1/4 face à de somptueux belges. Très mauvaise nouvelle pour les Français. Autant je les voyais sortir les Brésiliens autant je les vois perdre contre la Belgique qui a sa meilleure équipe de tous les temps. Je suis heureux de voir Neymar évincé du tournoi. Ce joueur YouTube, imbibé de réseaux sociaux est écœurant. Il est à Pelé, Zico et Socrates ce que la littérature de Marc Lévy est à celle de Gustave Flaubert.
Heureusement que sont encore présents Eden Hazard, le virtuose belge, et l’étincelant Lucas Modric, l’animateur du jeu croate. Les artistes sont là alors que le pipole des terrains est déjà dans l’avion pour le Brésil. La place de Neymar est dans un cirque. Il fait du mal au football. Je plains les gamins qui s’identifient à ce pitoyable ectoplasme publicitaire. Le PSG lui fait beaucoup de mal en l’idolâtrant. Ce Brésil était une illusion. Le maillot jaune est trop lourd. Tant d’étoiles sur la poitrine des starlettes.
Griezmann s’en tire mieux. Des imbéciles vont diront qu’il a mal joué contre l’Uruguay. Mensonge ! Il a commandé ses partenaires de la voix et du geste pendant tout le match. Depuis Platini je n’avais pas vu ça. Griezmann n’est pas Zidane ou Platini. Griezmann est un footballeur qui se sacrifie au profit du collectif. Cependant contre l’Uruguay, il a délivré une passe décisive et marqué un but. Parfait !
Autres satisfactions:
Kanté, le poumon, le premier organisateur dès le rideau défensif, l’âme de l’équipe. Travailleur, harceleur, généreux, solidaire, essuie-glace indispensable.
Lloris ? Le Nissart nous a fait une Gordon Banks. En 1970, au Mexique, après un tir de Pelé stoppé par le goal anglais, le héros brésilien avait dit: “J’ai marqué un but mais Banks l’a arrêté !” Lloris a réalisé le même exploit.
Giroud pèse sur la défense adverse et stresse ceux qui le marquent à la culotte.
Les deux jeunes latéraux, Pavard et Hernandez, jouent comme s’ils avaient trente ans.
MBappé est toujours un ingénieur de la lumière
Varane poursuit dans son excellente vibration du Real Madrid.
Pogba très bon dans le rôle de déménageur.
J’aurais préféré en 1/2 Brésil-France plutôt que Belgique-France. Les Français vont avoir une chute dans leur mental exactement comme le Brésil qui était certain de sortir la Belgique.
Les Français devront considérer les Belges comme des joueurs plus forts qu’eux sinon ils perdront.
Le point positif c’est le retour de Matuidi. Tolisso n’a pas le niveau international.
Savourons la qualification contre l’Uruguay. C’est déjà très bien.
France-Belgique, la finale avant l’heure. Le gagnant sera à 90 % le vainqueur final.

La France doit disputer 3 finales à la suite

05.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

La fièvre bleue est de retour. France is back !

Jeudi 6 juillet 2018
1/2 finales de Coupe du Monde
France-Uruguay, 6 juillet 16 h
Brésil-Belgique, 20 h

L’Europe s’essouffle au propre comme au figuré.
L’Asie a été très proche d’accéder aux 8es.
La France est une rescapée: l’Allemagne, l’Espagne, le Portugal et l’Italie ne sont pas là. Les Pays-Bas non plus. L’Angleterre oui mais c’est la belle solitaire, l’insulaire qui n’en fait qu’à sa tête. La moins belle génération va plus loin que celle de Rooney-Beckham-Scholes-Gerrard.
Les joueurs français n’ont plus que trois finales à disputer.
Toutes les autres équipes sont dans ce cas.
Restons sur la France. On pourrait voir en 1/2: France-Brésil puis en finale
France-Russie ou Suède ? Les groupes qui restent en course ne sont pas des sélections mais des équipes bien organisées.
La France ne doit pas faire grand cas de l’Uruguay.
Les Tricolores n’ont qu’à rentrer sur la pelouse plus motivés que les adversaires et ils gagneront.
Deschamps n’a jamais été un grand créateur c’est un destructeur de jeu.
Face à l’Argentine, on a vu qu’il avait bien préparé mentalement ses joueurs
Il faut marcher sur les Uruguayens comme ses joueurs l’ont déjà fait lors de France-Argentine (4-3).
Les 1/4 vont encore voir l’intensité monter. Les duels vont être très durs. Il va falloir encaisser les coups sans trop de dégâts.
Les enfants doivent rester aux vestiaires.
Il est très difficile de remporter des trophées majeurs.
Cruyff et Platini ne sont pas arrivés à remporter la Coupe du Monde.
Depuis l’Euro 2000 remporté par la France, il y a déjà eu 9 compétitions majeures. La France n’a pas fait mieux que finaliste: Coupe du Monde 2006 et Euro 2016.
Arriver en finale ce n’est pas remporter le titre. Il faut la gagner !
Cohésion, engagement sont des deux maîtres mots qui font la différence.
La France de 2018 ne doit plus laisser la place aux images fantomatiques de 1998.
Il est temps d’écrire de nouvelles pages.
Elles sont là qui attendent d’être imprimées. Pas de gribouillis svp !
Rendez une belle copie, messieurs les Tricolores.
Ceux qui vivront mieux le présent sortiront vainqueurs des trois matchs à disputer par Nation.
Le football est plus violent que le rugby. Les coups sont moins visibles.
Les peureux doivent rester aux vestiaires.
Ce n’est plus du football. Nous sommes dans l’Histoire, celle démarrée en 1930.
Respect au pays natal de Lautréamont mais il faut le renvoyer à la casa !

Destination Moscou (3), CNews, jeudi 5 juillet 2018, présenté par Pascal Praud:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-05/destination-moscou-3-du-05072018-787682

Destination Moscou (4), CNews, jeudi 5 juillet, présenté par Julien Pasquet
:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-06/destination-moscou-4-du-05072018-787697

Tir groupé de l'Europe contre le Brésil et l'Uruguay

03.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !, LONDON CITY

Le récital de Zidane contre le Brésil en 2006. La France est la bête noire du Brésil qui est le seul pays sud-américain vainqueur final en Europe (1958). Est-il capable de vaincre à nouveau sur le sol européen, 60 ans plus tard ?

Tableau des quarts de finale:

France-Uruguay, 6 juillet 16 h
Brésil-Belgique, 20 h

Suède-Angleterre, 7 juillet 16 h
Russie-Croatie, 20 h

PS: 1/8e Belgique 3-2 Japon. Menés 0-2, les Belges ont renversé la situation pour gagner en fin de temps réglementaire. Chapeau !
Les Anglais ont battu les Colombiens aux tirs au but.
Les Suédois ont éliminé les Suisses 1-0.

On pourrait voir en 1/2:
France-Brésil
Suède-Russie

Finale France-Russie ?

J’ai toujours pris au sérieux les Russes, car ils organisent la compétition, et les Suédois car ils ont empêché l’Italie de venir en Russie.

Un grand show de Neymar qualifie le Brésil pour le 1/4 contre le Belgique

02.07.18 | par morlino | Catégories: GOOOOL DO BRASIL !

Lundi 2 juin 2018
8e de Coupe du Monde
Brésil 2-0 Mexique
Buts: Neymar (51e), Firmino (88e)

Le Brésil a gagné grâce à Neymar.
A 80 %, on a vu le vrai Neymar et non pas le pleurnichard du PSG.
Il conserve néanmoins encore quelques roulades roublardes pour énerver l’adversaire au grand dam du sélectionneur mexicain qui l’a accusé d’être un tricheur qui donne le mauvais exemple aux jeunes.
Avec la Seleção, Neymar joue cependant sans perdre du temps dans des figures inutiles qui permettent le remplacement des adversaires.
Sous le maillot des Auriverde, il fait valoir toute son intelligence de jeu.
Sur le premier but, il a effectué un décalage dans la surface mexicaine, avec une judicieuse talonnade, et il s’est vite placé pour la conclusion. Magnifique ! Un vrai ballet tout en jaune.
Le second but ? Il a enclenché une superbe accélération pour filer vers le but adverse et marquer.
Au PSG, il devrait jouer comme ça !
Ce match très Amsud a été un sommet d’engagement.
On a vu duel sur duel.
Le Mexique a été incapable de marquer dans ses temps forts.
La remarque principale de cette Coupe du Monde ?
Les Nations qui restent jouent en équipe et non pas en sélection composée de joueurs qui ne pensent qu’à eux.

Une magnifique France renvoie Messi à la maison. C.Ronaldo, lui aussi, est en vacances.

01.07.18 | par morlino | Catégories: SPECIAL MARADONA, GRAND MONSIEUR

La France a proposé des courses, de l’impact, des appels. Un match historique en 8e qu’il va falloir confirmer. Après le torrent de doutes chez les fans nous voyons la liesse populaire arriver. La fièvre bleue est de retour. Rester lucide devant les louanges comme face aux critiques. Il faut aller au bout du rêve.

Samedi 30 juin 2018
8e de finale Coupe du Monde
France 4-3 Argentine
Buts pour la France: Antoine Griezmann (13 pen.), Benjamin Pavard (57e), Kylian Mbappé (64e, 68e)
Buts pour l’Argentine: Ángel Di María (41e), Gabriel Iván Mercado (48e), Sergio Agüero (90e +3)

Uruguay 2-1 Portugal
Buts pour l’Uruguay: Cavani (7e, 62e)
But pour le Portugal: Pepe (55e)

1/4 de finale: France-Uruguay (6-7-2018,16 h). Sans Matuidi, suspendu. Et peut-être sans le merveilleux Cavani, blessé.

Grande nouvelle. La France n’a pas été écrasée par le poids de l’événement.
Enfin de nouvelles émotions ! Enfin des images de 2018 et non plus de 1998 !
Je redoutais la grinta argentine. On n’a vu que la rage de vaincre française.
Les Français ont magistralement éliminé les Argentins qui ont pourtant mené 2-1.
Les joueurs de Deschamps se sont sublimés. On a vu des joueurs transcendés par l’événement.
On en rêvait, ils l’ont fait !
Le premier but est venu grâce à une foudroyante action de Mbappé qui a traversé tout le train avec la force d’un TVG. Ne sachant pas comment l’arrêter, les Argentins l’ont descendu dans leur surface de réparation. Penalty indiscutable transformé par Griezmann.
Le succès français est collectif. Toutes les individualités étaient tournées vers le même objectif: l’accession aux 8es. Messi ou pas Messi. Les Français ont joué sans calcul- contrairement au premier tour.
Je ne commente que ce je vois, comme saint Thomas. Mon verbe est l’imparfait du subjectif.
Je n’avais encore jamais vu le groupe de Deschamps autant soudé.
Les Français ont affiché tous en même temps physique, mental et technique.
Les Bleus ont démontré qu’ils avaient du caractère. L’esprit des Mousquetaires était bel et bien présent. Désormais, les adversaires vont avoir énormément peur de la France qui en a sous le capot. Il faut féliciter tout le staff d’avoir su requinquer les joueurs après une saison harassante en club. On n’en dira pas autant des encadrements allemands, portugais et argentins…
Les impact-players français ont tous montré le bout de leur nez, Pogba en tête. Dommage que Matuidi soit suspendu pour le quart de finale. Tolisso devrait le remplacer. Il est plus offensif et donc moins défensif. Le mur humain Pogba-Kanté-Matuidi est envié par toute les sélections. Je suis plutôt pour aligner Pogba-Kanté-Nzonzi. Ce dernier était plus solide sur ses jambes que Tolisso.
Mbappé a été tranchant, décisif dans son explosivité. Il m’a rappelé le Jaïrzinho de 1970. Depuis Pelé en 1958 aucun jeune n’avait marqué un doublé en phase finale.
Enfant, il a posé avec C. Ronaldo. Aujourd’hui, c’est CR7 qui va vouloir poser avec lui.
A la fin du match, Mbappé a expliqué: “Si j’ai choisi de ne plus parler à la presse ce n’est pas parce que j’étais fâché mais je ne voulais pas que l’on pense que je ne mette dans la peau du porte-parole des Bleus". Devant micro ouvert, le facétieux Griezmann a hurlé: “Vive la France ! Vive la République !” Là, je dis MAGNIFIQUE !
Dans l’équipe de France, chacun peut briller à son tour. Il n’est pas impossible que Griezmann brille dans les jours à venir. Un France-Brésil se pointe à l’horizon de la 1/2 finale.
La détermination française a mis Messi sous l’éteignoir. Les Argentins ont été dominés dans tous les secteurs. Leur entraîneur a eu la stupidité d’avoir des remplaçants inutilisés meilleurs que les titulaires.
La défaite française lors de la finale de l’Euro 2016 au SDF est pour beaucoup dans la force de cette équipe qui a soif de revanche. De marquer son époque. C’est possible qu’elle y parvienne. Une France aussi conquérante peut ouvrir toutes les portes.
Les Français se sont exprimés par le biais d’une très belle attitude collective.
La Coupe du Monde ce n’est plus du football mais de l’Histoire.
Tous les grands matchs d’anthologie se déroulent en Coupe du Monde.
Les Tricolores sont en train d’écrire de belles pages. On a perçu leur force.
Il va falloir ne pas céder à l’euphorie.
On peut déjà féliciter Didier Deschamps d’avoir lancé dans le grand bain les jeunes Hernandez et Pavard à la place des titulaires au poste des latéraux. Fallait oser. D’un double handicap- deux joueurs plus ou moins blessés- il a tiré une double solution. Voilà ce qui s’appelle être sélectionneur.
En cas de défaite, Deschamps aurait été cruellement critiqué. La victoire contre l’Argentine le relance sportivement et donc médiatiquement. En 1998, Aimé Jacquet avait prévu de quitter la France en cas de catastrophe sportive.
Les Tricolores veulent marquer leur temps au fer rouge. Au fer bleu, blanc, rouge.

Destination Moscou. CNews 30-6-2018. Présentée par Julien Pasquet: France-Argentine, les Bleus, Deschamps, Messi, Mbappé, Pavard

http://www.cnews.fr/emission/2018-06-30/destination-moscou-4-du-30062018-787086

La joie des Tricolores après leur qualification pour les 1/4 de finale

01.07.18 | par morlino | Catégories: GRAND MONSIEUR

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Juillet 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

powered by b2evolution free blog software