Archives pour: Mars 2014, 24

Arthur Cravan est vivant. (La Règle du jeu, de BHL)

24.03.14 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, CERDANEMENT

Poète, anarchiste et boxeur, Arthur Cravan (1887-1918)est l’un des plus réfractaires de l’Histoire. Réfractaire à la connerie humaine.
On a perdu sa trace alors qu’il était en bateau. L’océan pacifique est sa sépulture. A-t-il été dévoré par des requins ? Il reste le fondateur de la revue Maintenant qu’il vendait comme des fruits sur une charrette des quatre saisons, lui l’unique boxeur des Lettres ! Il pratiqua le noble Art dès 1910.
Grand, taillé dans le roc, Cravan adore le sport. Il démontre par cette passion qu’il est bel et bien un pionnier dans plusieurs domaines. Cravan devient vite professionnel dans la catégorie mi-lourd. Neveu d’Oscar Wilde, il passe pour être une attraction dans le monde des Lettres. Sa carte de visite précise aussi qu’il est le petit-fils du chancelier de la Reine d’Angleterre. Il avait le coup de poing facile, aussi bien sur le ring que dans la vie de tous les jours.
Il avait le regard d’une franchise absolue.
Le 23 avril 1916, il affronte Jack Johnson qui a perdu son titre de champion du monde un an auparavant. “Il a poussé le canular très loin” m’a dit Philippe Soupault avec lequel j’ai parlé tant de fois de Cravan. L’écrivain-boxeur n’était pas en mesure d’affronter un colosse de la boxe qui d’un coup de poing aura pu le tuer. Faut le faire !
Cravan était génial, de la trempe de Rimbaud et de Lautréamont. La Règle du jeu qui lui est consacrée est tout simplement magnifique. Il y a un cahier photos et beaucoup de fac-similés. Les participants sont tous des grands lecteurs de Cravan : Bertrand Lacarelle, Marcel Fleiss, Enrique Vila-Matas, Marcelyn Pleynet, Eduardo Arroyo, Philippe Sollers et André Gide. Pour faire connaissance, il n’y a pas mieux que cette édition de La Règle du jeu, riche de plusieurs pages sur sa merveilleuse et tragique biographie.
Cravan est mon ami, d’outre-tombe. Pas touche à Cravan ! Cette édition date d’octobre 2013. Je n’en parle que maintenant (!), quelle importance : Cravan est intemporel. Je vous conseille de la trouver fissa. Il y a des parutions qui se méritent. Il faut aller la débusquer. Cette revue à la qualité d’un livre.
Grand merci à Bernard-Henri Lévy si souvent décrié. Quand il contribue à une meilleure connaissance de Cravan, BHL fait œuvre de grand passeur. Le directeur de la Règle du jeu rend hommage au directeur de Maintenant. Bravo ! Ce numéro 53 est à consulter le plus souvent possible.

-Arthur Cravan est vivant. “La Règle du jeu". N°53. 20 €
A consulter le site de la revue: http://laregledujeu.org/

La parole libre du grand Samuel Eto'o

24.03.14 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY

Actuellement en passe de remporter la Premier League 2014 avec Chelsea, l’attaquant Samuel Eto’o était l’invité d’Alexandre Ruiz qui sait très bien laisser parler ses invités sur BeIn Sport, à l’inverse de tant de speakers.

Anti langue de bois, Samuel Eto’o est un attaquant de premier ordre.
Le joueur explique très bien la vie d’un grand joueur, les rapports avec la presse, la bonne entente ou pas dans un vestiaire. Il dit de grandes vérités. C’est un joueur a fort impact dans un groupe.
Eto’o dit qu’au Barça on le surnommait “Négro” (sic). Au lieu de se plaindre, il affirme sa personnalité. Voilà comme doit se comporter un champion. Outre son intelligence, sur et hors du terrain, Eto’o a de l’humour !
Il insiste sur l’entraînement, et nous confie qu’il ne boit pas.
Le buteur est l’un des 100 meilleurs footballeurs de tous les temps, classement d’où j’exclus Ribéry totalement surcoté.
Eto’o joue bien mais il parle aussi très bien.
La preuve dans cette interview où il démontre des qualités énormes d’orateur : le joueur parle plusieurs langues, en plus de toutes ses qualités.
On perçoit aussi l’ego des champions. D’où la difficulté pour les coachs.
Certains joueurs sont hautains alors qu’ils sont médiocres.
Eto’o peut se permettre de juger X ou Y car on connaît sa valeur. On l’a vu à l’œuvre, et on le voit encore à l’œuvre.
Mieux qu’un acteur, mieux qu’un écrivain, Eto’o crève l’écran.
Je n’ai jamais oublié l’explication de son nom: “Pourquoi je m’appelle Eto’o ? C’est très simple… Vous voyez les “o’o” à la fin… C’est comme moi sur le terrain: quand on croit que mon nom est fini, il continue, et quand on croit que mon action est terminée je l’a conclue souvent par un but!” Génial !
J’aime mieux entendre Samuel Eto’o que tous ses politiciens, écrivains, chanteurs ou acteurs qui nous endorment avec leur baratin qui relève de la simple communication.
En France, un acteur quelconque s’est permis de dézinguer Alain Delon lors de la cérémonie des Césars, cet hiver 2014. A mourir de rire. L’impact d’un coup de revolver à bouchon.
Mieux vaut écouter Eto’o qui n’a rien perdu de son enfance malgré les responsabilités.
Quand il est arrivé en France, clandestinement, il a voulu se faire engager par le PSG. Au camp d’entraînement des parisiens, on l’a envoyé sur les roses car il était un sans-papier. Grotesque ! Celui qui a fait ça, s’occupe-t-il encore de football ? Il a ensuite mis le cap sur l’Espagne où il a été mieux reçu. L’Espagne est une terre de football, pas la France. Retirez l’argent du Qatar et l’argent russe que reste-t-il en L1 ?

Samuel Eto’o
né le 10 mars 1981 à Nkon (Cameroun)

Parcours:

1997-2000 Real Madrid
1997-1998 Leganés
2000-2004 Majorque
2004-2009 Barcelone
2009-2011 Inter Milan
2011-2013 Anji Makhatchkala
2013 Chelsea FC
Equipe nationale avec le Cameroun depuis 1997: 112 sélections (55 buts)

Palmarès:

Majorque
Coupe d’Espagne 2003

Barcelone
2 Ligue des champions 2006 et 2009
3 Championnats d’Espagne 2005, 2006 et 2009
Coupe d’Espagne 2009
2 Supercoupes d’Espagne 2005 et 2006

Inter Milan
Ligue des champions 2010
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2010
Champion d’Italie 2010
2 Coupes d’Italie 2010 et 2011
Supercoupe d’Italie 2010

Equipe nationale du Cameroun
Champion olympique 2000
2 Coupes d’Afrique des Nations 2000 et 2002

Avec le duo magique Iniesta- Messi, Bacelone renaît de ses cendres devant le Real Madrid (3-4) lors d'un fantastique scénario

24.03.14 | par morlino | Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR

La nouvelle version du Clasico a tenu toutes ses promesses. En France, il y avait le premier tour des municipales: 21 millions de Français n’ont pas voté. Incroyable !

Dimanche 23 mars 2014
29e Journée de la Liga
Real Madrid 3-4 FC Barcelone
Buts pour le Real: Benzema (20e, 24e), Cristiano Ronaldo (55e pen.)
Buts pour le Barça: Iniesta (7e), Messi (42e, 65e pen., 84e pen.)

real Madrid:
Diego Lopez - Carvajal, Pepe, Ramos, Marcelo - X.Alonso, Modric puis (90e) Morata , Di Maria puis (85e) Isco - Bale, Benzema puis (66e) Varane, Ronaldo
Entraîneur: Carlo Ancelotti

Barcelone:
Valdés - Alves, Pique, Mascherano, Alba - Xavi, Busquets, Fabregas puis (78e) Sanchez - Neymar puis (69e) Pedro, Messi, Iniesta
Entraîneur: Gerardo Martino

Et dire que des comiques osent appeler Clasico les PSG-OM! C’est comparer une Rolls Royce avec une Clio.
La Liga n’a rien à envier à la Premier League.
Mieux vaux un Real Madrid 3-4 Barcelone qu’un Chelsea 6-0 Arsenal. C’est plus intéressant de voir un vrai match qu’une opposition entre une équipe anglaise qui en surclasse une autre dans tous les domaines.
Le clasico du 23 mars 2014 a été la plus grande publicité pour le football. Là plus question de parler de salaires ou de sponsors. Le football était au rendez-vous.
On a vu un football offensif de toute beauté dans un assez bon esprit, sans trop de conflits. Aussi beau que France-Brésil 1986 (1-1) mais avec davantage de buts: 7 au lieu de 2. Oui, 7 buts !

Voyons l’évolution du score:
Real Madrid 0-1 Barcelone (Iniesta)
Real Madrid 1-1 Barcelone (Benzema)
Real Madrid 2-1 Barcelone (Benzema)
Real Madrid 2-2 Barcelone (Messi)
Real Madrid 3-2 Barcelone (C.Ronaldo pen.)
Real Madrid 3-3 Barcelone (Messi pen.)
Real Madrid 3-4 Barcelone (Messi pen.)

Passeur décisif sur l’ouverture du score, Messi a réalisé ensuite un triplé !
Lorsque le score était 2-1 pour le Real, Karim Benzema a failli également réaliser un triplé… en 6 minutes ! En effet, à la 26e minute, Benzema avait le 3-1 au bout du pied mais Piqué sauva sur sa ligne ! Au début du match, Benzema était intenable. Il semblait pouvoir marquer dès qu’il avait le ballon. Son premier but a été marqué d’une tête en force, et son second est intervenu suite à un superbe enchaînement: contrôle de la cuise avec volée placée en force. Du grand art, hélas! après son K.O. raté, il a disparu de la circulation. Suite à l’expulsion de Sergio Ramos, Benzema pour raison tactique a laissé sa place à Varane. Lors de ce match, c’est CR7 que j’aurais sorti. Le Ballon d’Or en titre a passé son temps au sol, à se plaindre. Attitudes lamentables. Qu’il ne s’étonne pas d’avoir des détracteurs. Il m’a déçu. Indigne de son rang. Il a perdu beaucoup de points pour le futur trophée qu’il aime tellement. On aurait dit que le gamin d’Old Trafford était de retour. Il s’est montré sous son plus mauvais jours lors devant des millions de téléspectateurs. On ne le voit pas tous les dimanches. Il va avoir du mal à effacer ce non-match et ce n’est pas ses pleurnicheries sur l’arbitrage qui va faire passer la pilule. CR7 a donné de l’eau au moulin de ses détracteurs. Quant à Gareth Bale… Il a joué ? Une ombre, un fantôme. Joueur complétement surcoté. Un people pour le Sun.
Au Real, on a beaucoup vu au début Benzema qui est passé tout prêt d’un match historique pour lui. En définitive, son doublé n’a servi à rien. Di Maria a été le meilleur Madrilène. Le goal de légende Casillas était sur le banc. Son remplaçant est bon mais on ne laisse pas Yachine sur le banc. Dans un match de ce calibre les grands transcendent le groupe. Lopez n’a pas le charisme de Casillas, un des plus grands goals de l’Histoire. Avec la Roja, Casillas a souvent sauvé la Maison. Je ne vois pas pourquoi, on le sanctionne de la sorte surtout depuis le départ de Mourinho qui s’est servi du grand goal pour affirmer son autorité.
Côté Barcelone, le collectif est de retour, le collectif exceptionnel. Le trio Xavi-Iniesta-Messi est toujours là. Messi et Iniesta ont été grandioses. On sent leur amitié, leur complicité. Neymar est d’un grand apport y compris dans la partie vice du jeu: il a fait l‘Actors Studio, ma parole!
Messi a repris le pouvoir sur C. Ronaldo. Le premier penalty de Messi a été marqué d’un tir somptueux dans le petit filet. Imparable !
Le Barça a psychologiquement écrasé les Madrilènes sur leur terrain. Une gifle qui va laisser des traces.
Messi va nous faire une grande Coupe du Monde. D’ici là, il peut gagner la Liga et la C1.
Que des bonnes nouvelles pour le football.

Classement:
1 Real Madrid 70 pts 29 matchs / 22 4 3/ + 50
2 Atletico Madrid 70 pts 29/ 22 4 3/ + 45
3 FC Barcelone 69 pts 29/ 22 3 4/ + 60

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Mars 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

powered by b2evolution free blog software