Archives pour: Mars 2014, 05

"Rimbaud.Celui-là qui créera Dieu", de Stéphane Barsacq (Points/Seuil)

05.03.14 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR

Stéphane Barsacq a écrit un essai sur Rimbaud avec une humilité que l’on rencontre rarement. Il y a quelques temps on a proposé à un ponte de l’édition parisienne d’assister à une inauguration d’une bibliothèque Rimbaud. La réponse fut : « Combien ? ». Oui, combien et pas merci. Le profiteur n’a pas reçu de chèque, ni d’invitation. On s’est passé de lui. Tout ça pour vous dire qu’avec Stéphane Barsacq on est loin de ce système qui consiste à tirer profit d’une notoriété médiatique. Ici pas de glose vaseuse. On retrouve celui qui traversait l’horizon de la poésie comme une balle, selon l’observation de René Char.
L’essayiste s’excuse de s’attaquer à un monument des lettres. Son livre a la fraîcheur de la sincérité. Dans leur collection “Sagesses", les éditions “Points” publient donc “Rimbaud. Celui-là qui créera Dieu", un inédit de Stéphane Barsacq, soit Rimbaud et Dieu a peine séparés par quatre mots. Titre en effet de miroir. Comment un créateur (Rimbaud) a-t-il tout quitté pour finir par souhaiter bénéficier de la protection du créateur des créateurs (Dieu) ? Le poète débarqua à Marseille le 20 mai 1891 pour y mourir le 10 novembre suivant. Entre-temps sa sœur, Isabelle, avait écrit à leur mère : « Ce n’est plus un pauvre malheureux réprouvé qui va mourir près de moi : c’est juste un saint, un martyr, un élu ! » La sœur annonce que son frère « appelle Christ en croix, et il prie. Oui, il prie, lui ! » Cette lettre du 28 octobre 1891, je l’ai relue plusieurs fois de suite. Pourquoi aurait-elle inventé tant de cris du cœur ? C’est trop beau pour ne pas être vrai ou alors elle était autant écrivain que le gars de “Charlestown".
Stéphane Barsacq précise que si l’on connaît ce témoignage, on n’en possède pas la date exacte. D’aucuns l’estime suspect pour ne pas dire farfelu. L’auteur d’Une saison en enfer fut amputé de la jambe droite. Il souffrait sur son lit comme un crucifié sur sa croix. La comparaison est facile à faire mais cruelle à vivre. Rimbaud dit qu’il n’était plus qu’un “tronçon immobile". Dans la souffrance, il serait devenu un farouche croyant. Pas question de mettre sa soudaine foi sur le compte du délire de l’un des plus grands poètes de l’Histoire. Pas question de l’attribuer aux seules vues de l’esprit de la sœur grenouille de bénitiers. Au seuil de la mort, le plus coriace des athées peut soudainement se mettre à prier de manière sincère, tétanisé par la peur du trépas qui resserre son étau. Rimbaud a-t-il eu une ultime poussée mystique que sa sœur a appelé Dieu ? Dans la même situation de l’agonie, Voltaire, lui, s’écria quand on lui parla de Jésus-Christ: “Au nom de Dieu, ne me parlez pas de cet homme-là!". Et puisque Philippe Soupault apparaît dans le livre de Stéphane Barsacq, je ne peux m’empêcher de penser au cofondateur du Surréalisme qui, “diminué” par la disparition de l’une de ses filles, choisit d’affronter la mort en face. Il a attendu qu’elle vienne le chercher rue Chanez, chez lui. Je suis persuadé que Philippe Soupault a été fidèle à ses souhaits de jeunesse: “Ni fleurs, ni couronnes, ni croix, ni statue. Je ne crois ni en Dieu ni à la gloire". Etant lié à Soupault, j’ai vu de près la poésie. Soupault n’aimait pas les poètes des livres, il voulait que la poésie soit vécue au quotidien. Ecrire c’était secondaire. Dans la rue, il parlait aux gens qui le prenait pour un fou. Admirable Soupault. Poète du matin au soir. Je ne crois pas facilement en Dieu. Je crois en Soupault à chaque instant.
Rimbaud a tout connu, tout éprouvé dans sa courte vie (1854-1891). Il a ressenti des émotions qu’il n’a vécues que par l’esprit. A 20 ans, il avait déjà tout dit. Quand on a écrit Le Bateau ivre on peut aspirer à vivre l’éternité au Paradis. Il occupe celui des lettres. C’est le plus important. On dit même de lui qu’il est un Dieu de la littérature. Si l’expression existe pour les sportifs –Dieux du stade- il est temps de l’accorder aux poètes. Ainsi soit-il.

-Rimbaud.Celui-là qui créera Dieu. Stéphane Barsacq. Points/Seuil, 135 p., 6,50 €

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Mars 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

powered by b2evolution free blog software