Archives pour: Novembre 2012, 28

Mort de Roger Loeuillet, président de l'OCGNice (1969-1981) de Jean Snella, Baratelli, Dick van Dijk, Guillou, Huck, Molitor, Bjekovic...

28.11.12 | par morlino | Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR

En intégralité la finale de la Coup de France 1978, Nice 0-1 Nancy. Au début de la vidéo, on voit M. Roger Loeuillet au moment de la présentation des équipes au président de la VGE. Super favori, “les millardaires de la Côté” [comme les médias disaient…] ont abdiqué contre Michel Platini. Avant la présence de son joueur mythique, Nancy n’avait jamais gagné un seul grand trophée. J’étais présent au Parc des Princes. Au coup de sifflet final, j’ai quitté le stade pour ne pas voir la cérémonie protocolaire.

L’ancien président de l’OGCNice (1969-1981), Roger Loeuillet est mort à l’âge de 84 ans. Pour saluer sa mémoire, le Ray lui rendra hommage, samedi 1er décembre 2012, à 20 h, avant le coup d’envoi de Nice-PSG. Ce président a tout fait pour doter Nice d’une très grande équipe à un époque où le club allait très mal. Extrêmement courtois et très élégant, il a savait défendre les Aiglons quand il le fallait. Sa direction aurait mérité d’avoir un palmarès tant à jouer les premiers rôles à un moment donné.
Après la descente en Division 2, en 1968-1969, Roger Loeuillet devient président de l’OGCNice dans un temps où les mairies étaient très importantes dans la vie des clubs. Par le biais de Jacques Médecin, la municipalité niçoise augmenta sa subvention, Pancho Gonzalez céda sa place sur le banc à Léon Rossi, Charly Loubet quitta le Gym pour Marseille et plusieurs nouveaux Aiglons arrivèrent: Quittet, Bora Milutinovc, Deloffre, Barret et “Dédé” Chorda. Sans oublier Arghirudis dont la force de frappe participa grandement à faire remonter le Gym en D1 dès son arrivée en 1969-1970.
En fin de saison 1970-1971, un désaccord entre M. Loeuillet et Me Charles, autre grande figure présidentielle du Gym, provoque un schisme et donne les pleins pouvoirs directoriaux à Roger Loeuillet. En 1971-1972, le président du Gym enregistra le retour de Loubet, l’un des plus grands ailiers du football français, toutes époques confondues, et s’en prit à la FFF qui sélectionnait trop d’Aiglons, provoquant ainsi des mauvais résultats du club. Cette saison-là, Roger Loeuillet réussit à faire signer au Gym, Jean Snella, l’illustrissime entraîneur qui fit gagner ses premiers titre à Saint-Etienne avec Rachid Mekhloufi, magistral footballeur, aussi doué qu’intelligent, et qui plus est avait un remarquable comportement, hors et sur le terrain, authentique gentleman dont le talent m’a marqué à vie. Avec Kopa, Piantoni et Ujlaki, Mekhloufi fut un géant de son époque.
Avec l’arrivée de Snella, à la place de Léon Rossi, figure niçoise historique qui resta dans le staff, Nice va se doter d’un effectif d’exception, grâce à la présidence de Roger Loeuillet sous l’ère de Jacques Medécin qui j’insiste- savait l’importance du football au niveau de l’impact médiatique.

Voici le grands noms des Aiglons, sous la présidence de Roger Loeuillet:
Entraîneurs: Rossi, Jean Snella (1972-1974), Markovic, Ferry Batteux…
Gardiens: Marchetti, Baratelli, Peyron, Rey
Défenseurs: Cauvin, Serrus, Camérini, Chorda, Ascery, Isnard, Quittet, Zambelli, Katalinski,, Curbelo
Milieux: Goyvaerts, Eriksson, Milutinovic, Huck, Jouve, Adams, Bocchi, Guillou, Bousdira, Noguès
Attaquants: Arghirudis, Couecou, Fioroni, Kaltenbrunner, Metzler (hélas blessé par Baeza,O.L.), Loubet, Revelli, Dick van Dijk, Sanchez, Castellani, Molitor, Bjkovic

Lors de la saison 1981-1982, Mario Innocentini devint président du Gym à la place de Roger Loeuillet qui fut nommé président d’honneur. Sous la présidence Loeuillet, Nice a renoué avec son lustre des années 1950 sans pouvoir cependant se confectionner un palmarès. Une fois que l’on sera tous morts, personne ne se souviendra vraiment de ce temps-là parce qu’aucune date des années 1970 ne figure au palmarès de l’OGCNice, hormis le titre de champion de France D2 1970.
En 1978, Nice aurait dû remporter la Coupe de France mais un certain Michel Platini s’est mis sur la route des Aiglons pour inscrire l’unique but de la finale Nice 0-1 Nancy. Les Aiglons furent victimes d’un excès de confiance vu qu’ils avaient élimé Nantes et Monaco. Dans la tête des Niços, les Nancéens n’étaient qu’une formalité. Léon Rossi m’a expliqué “qu’il aurait fallu se mettre au vert au lieu de voir les joueurs assaillis par les demandes de places gratuites". Ccnfidence faite dans le bar de mon père, au Col de Villefranche. Sur le papier, Nice avait une équipe fantastique. “Bjekovic ?” Ecoutez le commentaire que m’en a fait Dominique Rocheteau: “C’est le meilleur avant-centre que j’ai rencontré dans toute ma carrière".
Avec Roger Loeuillet et Jean Snella, Nice a failli être champion de France 1975-1976. Cette saison-là, les Aiglons ont fini 2e, tout près du titre national.

Le parcours de Nice sous la présidence de Roger Loeuillet:
1969-1970: champion de France Division 2
1970-1971: 14e de D1
1971-1972: 8e de D1
1972-1973: 2e de D1 à cinq points de Nantes
1973-1974: 5e de D1
1974-1975: 14e de D1
1975-1976: 2e de D1 à 3 points de Saint-Etienne
1976-1977: 7e de D1
1977-1978: 8e de D1
1978-1979: 15e de D1
1979-1980: 15e de D1
1980-1981: 15e de D1

En 1972-1973, le Nice de Snella fait un parcours épatant mais pêche dans quelques matchs-clès. Les Aiglons terminèrent vice-champion de France, dauphin des Canaris, avec la meilleure attaque du championnat (70 buts). Le Ray était plein pour voir marquer Hervé Revelli (22 buts) et Dick van Dijk (20 buts) le champion d’Europe arrivait en droite ligne de l’Ajax d’Amsterdam. Merci à Monsieur Loeuillet d’avoir fait rêver tous les spectateurs du Ray. Hélas! trois fois hélas! il n’a jamais été récompensé de ses efforts pourtant avec Snella sur le banc, on ne pouvait espèrer mieux. Il fallait une part de réussite qui a toujours échappé à Nice. Et que dire de la saison 1975-1976… qui a vu le Gym finir deuxième à 3 points des Verts: 54 points contre 57 ! Le Nice-ASSE(1-1) fut scandaleusement arbitré en faveur des Verts qui ont commis deux penalty(s) non sifflés: attentat sur Katalinski en pleine surface verte et dégagement du poing d’un Stéphanois toujours dans la surface. Cette saison-là fit très mal au groupe de Markovic, comme si en plus du sort contre nous, il fallait aussi être victime de l’injustice. Jamais Nice ne s’en remit jamais même avec un superbe Nenad Bjokovic qui planta 29 buts en 1977-1978. Soit autant que D. Onnis (Monaco), tous deux 2e derrière Carlos Bianchi (37 buts, PSG)
Depuis la période Loeuillet Nice n’a plus occupé le haut du tableau, sauf en 2001-2002, sous l’ère de la présidence Maurice Cohen avec Gernot Rohr sur le banc des coachs.

[Post dédié à tous les présidents de l’OGCNice depuis plus de 100 ans]

PS: 28-11-2012, Montpellier - Nice, 1/4 de finale, Coupe de la Ligue (17h)

Les mots croisés, de Georges Perec (Folio/ Gallimard)

28.11.12 | par morlino | Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, LE CINEAC, AVENUE DE LA VICTOIRE

«Des westerns avec, évidemment, beaucoup de sauce tomate » ? Bien sûr, « spaghetti ». Voilà le genre de définitions que l’on trouve dans les grilles de mots croisés du cruciverbiste Georges Perec par ailleurs membre éminent de l’OULIPO ce mouvement littéraire qui s’impose des contraires pour corser les difficultés. Avec une obligation par exemple de ne pas utiliser le «e» dans son libre La disparition.
Perec aimait les mots à la folie, tout comme les puzzles. Deux activités qui font travailler les méninges. Les grilles de l’auteur de La vie mode d’emploi étaient publiées pour la plupart dans “Le Point” et “Politique Hebdo". En début de volume, Perec a publié une mise au point pour expliquer « l’art et la manière de croiser les mots ». C’est un duo incessant entre la construction de la grille et la recherche des définitions. Les grilles de Georges Perec ne sont pas réservées à une élite.
-«En quelle année Jacques Schiffrin a-t-il lancé la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade, 1919, 1931, 1952 ? 1931
-«De quelle région natale est issu Paul Claudel ?»
Picardie
-«Quel «métier» faisait Paul Morand ?»
Diplomate
De son coté, Julie Pujos a confectionné un superbe livre avec des questions qui sont passionnantes pour tous les amoureux de la littérature. Les lecteurs peuvent aiguiser leur connaissance et aussi leur mémoire. Voilà un beau cadeau de 2 €. Quand on songe qu’un paquet de cigarette vaut 6 €…

-Les mots croisés
De Georges Perec
Folio/ Gallimard, 150 p., 6,95 €

-Jouons avec les mots
Jeux littéraires
De Julie Pujos
Folio, 140 p., 2 €

Peter Schmeichel: "Eric Cantona a changé le football de Man United"

28.11.12 | par morlino | Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR

Peter Schmeichel a été un grand gardien de Man U mais il est très étrange que le Red Devil historique ait fini sa carrière à Man City. Gary Neville le lui a fait comprendre… (Cette vidéo a été vu par plus de 4 millions d’internautes.)

28 novembre 2012, 21 h
Premier League
Man United-West Ham

Le légendaire gardien danois était dans la cage de Man United quand MU a réalisé les doublés de 1994 et 1996 avec Eric Cantona comme inspirateur numéro 1. Pour fêter le 20e anniversaire de la signature de King Cantona à Manchester United, le Danois a tenu a exprimé son admiration pour dire tout le bien qu’il pense de son ex coéquipier, authentique catalyseur du club pour le remettre dans l’élite mondiale:
«Je me souviens parfaitement de l’arrivée de Cantona qui débarqué à Man U, auréolé de son titre de champion d’Angleterre 1992 avec Leeds. Son transfert a tout changé à Man U car nous avions enfin un vainqueur du championnat anglais parmi nous: il suffisait de le regarder vivre. [Il dégageait tant de force et de fierté, tant de technique et de volonté, tant de classe et de réussite.]Sir Ferguson s’entendait très bien avec lui et nous tous aussi. Cantona aurait pu signer ailleurs mais il avait choisi Man United. Nous savions qu’il s’agissait d’un choix et nous ne voulions pas qu’il le regrette. A MU, Eric vraiment changé toute la façon de pratiquer le football. Il a inculqué la mentalité du gagneur, mis tout en place pour la gagne, de la préparation mentale à la préparation physique pendant toute la semaine jusqu’au match. Tous les joueurs ont en bénéficié, ceux de son époque, ceux qui ont suivi comme ceux d’aujourd’hui et de demain. Vous pouvez demander à David Beckham, Gary Neville et Paul Scholes, tous vous diront la même chose. Sir Alex Ferguson était ravi de voir qu’un joueur montrait aux autres tout ce qu’il n’avait plus besoin de dire. Avec Cantona, Sir Alex avait son meilleur relais possible. Sir Ferguson a vu tout de suite les bénéfices qu’il allait tirer de ce transfert. Personne d’autre ne s’en est rendu compte. [Si, moi !]. Trevor Francis a eu l’occasion de pouvoir compter sur l’immense talent de Cantona à Sheffield, mais il n’a rien compris à la gestion du virtuose. Ensuite, Howard Wilkinson a laissé filer Cantona à Man U, heureux de le vendre parce qu’il le voyait comme un joueur difficile à manœuvrer. Il n’y a donc que Sir Alex qui ait vraiment su mettre en valeur les qualités fantastiques de Cantona, grâce à sa science du coaching. Ce fut peut-être un défi, mais il a pris à cœur ce défi et le passage de Cantona à Man U est devenu de l’Histoire.”

[Post dédié à Richard Kurt de lion]

Titre du Blog All

Ceci est la description longue pour le blog nommé 'Blog All'.

Ce blog (blog n°1) est en fait un blog très spécial! Il aggrège automatiquement tous les articles de tous les autres blogs. Ceci vous permet de suivre facilement tout ce qui est posté sur ce système. Vous pouvez cacher ce blog au public en décochant 'Inclure dans la liste des blogs publics' dans l'administration des blogs.

Novembre 2012
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

powered by b2evolution free blog software