Archives pour: Septembre 2020, 24

24.09.20

Permalink 22:46:32, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Romans et récits de Joseph Kessel dans La Pléiade

Titré “En avant le Moujik !”, à propos des romans et récits de Joseph Kessel enfin dans la Pléiade, voici le début de mon hommage à Joseph Kessel dans Service Littéraire, N° 140, septembre 2020. Ce mensuel totalement indépendant, sans groupe tentaculaire derrière, existe grâce à François Cérésa. Il faut s’y abonner si vous le pouvez et surtout le voulez car c’est le dernier des Mohicans. 30 € par an. A votre bon coeur messieurs, dames ! Si vous aimez les humeurs, vous serez servis.

A l’inverse des vedettes du Paf qui se mettent en scène dans des reportages qui virent aux clips promotionnels, Joseph Kessel (1898-1979) était un véritable reporter, avec son regard au service des lecteurs. Pour lui, les mots n’avaient rien à envier aux images. Bien avant Alexandre Astruc, qui inventa l’expression «caméra-stylo» (1948), Joseph Kessel, lui, fait usage d’une plume-caméra, à la manière d’Albert Londres et d’Arthur London. Davantage peintre que photographe. Il dit ce qu’il a vu avec sa sensibilité. Il rapporte des scènes, des paysages et des destins. Reproche-t-on à Cézanne d’avoir manqué d’originalité parce qu’il a peint des pommes ? A force d’entendre les greffiers des lettres vanter des textes abscons, les lecteurs raffolent d’âneries. Il a suffi de lire les confessions nombrilistes des têtes de gondoles 2020 au début du confinement C 19 pour mesurer le niveau de ceux qui se disputent la palme de la déficience littéraire. Le degré zéro n’est plus qu’un souvenir !
Des universitaires de la glosecratie se sont permis de clamer partout que Kessel était au mieux un écrivant parce qu’il avait été trop présent dans la presse. Les mêmes qui reprochent au romancier de s’inspirer de ses reportages encensent Emile Zola qui enquêta sur les mineurs avant d’écrire Germinal (1885). Journaliste n’est pas une maladie honteuse quand on sait que dans leur jeunesse Louis Aragon et André Breton étaient grassement payés pour fournir en manuscrits le couturier et collectionneur Jacques Doucet. Paul Morand a dit que les écrivains n’avaient que deux façons de survivre: «la presse ou le macrotage»…

-Romans et récits, (tome 1) 1892 p., 68 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 73 € ; (tome 2), 1794 p., 67 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 72 €. Joseph Kessel. Sous la direction de Serge Linkès, La Pléiade, Gallimard.
-Album de la Pléiade n°59 : Kessel, par Gilles Heuré, 256 p., 217 illustrations. Offert pour l’achat de trois volumes de la collection.
-Hollywood, ville mirage, Joseph Kessel. Les éditions du Sonneur, 122 p., 15, 50 €

Site du journal: https://www.servicelitteraire.fr/
Abonnement: https://www.servicelitteraire.fr/produit/abonnement-1-an-11-numeros/

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software