Archives pour: Mai 2020, 18

18.05.20

Le soir où Michel Piccoli (1925-2020) m'a raccompagné

La date ?
1984.
A Nanterre, il répétait avec Luc Bondy
Bulle Ogier, que je connaissais grâce à Claude Régy, m’a présenté à Michel Piccoli.
Pendant 1 heure, j’ai fait des photos de lui avec une bouteille de bière : Mort Subite.
Il ne connaissait pas cette marque. Il a aimé que je pense à ça.
Je lui ai dit qu’il faudrait faire un essai sur l’usage de la cigarette dans ses rôles. Il a rigolé !
En plus, je lui ai parlé de son père, violoniste Henri Piccoli qui joue dans Playtime de Jacques Tati. Il a été estomaqué que j’ai deviné que c’était son père.
Vers minuit, je l’ai laissé.
Je suis sorti du théâtre pour aller prendre la navette en vue de prendre le RER.
Il me voit, baisse la glace et me ramène à Paris.
Etre conduit par Michel Piccoli sans avoir d’accident comme dans Les choses de la vie, film de Claude Sautet d’après le livre de Paul Guimard.
Dans la voiture, on reparle.
Il me dit: “Les journalistes ne savent que je suis un acteur de théâtre. Le cinéma ce n’est pas mon métier. Le théâtre que j’ai eu tort d’abandonner, c’est comme un retour à la terre. Je suis un paysan".
Terre ? Cela tombait bien, il était en train de répéter 1984 : Terre étrangère d’Arthur Schnitzler, mise en scène Luc Bondy, à Nanterre où Patrice Chereau dirigeait les Amandiers.
Cette terre, c’est l’âme, la sienne et celles des autres.
A la défense, on voit Chéreau à un feu rouge.
Je baisse la glace pour qu’ils puissent parler par mon côté.
Après, il me dit: “Tant d’intelligence… Et maintenant, où va-t-il finir la nuit ? Cela me dépasse…”
Je lui réponds:
-"C’est notre Pasolini".
Lui: “Oui, vous avez raison".
Pour le reste c’est diffus. Je lui ai dit que l’usage de la cigarette dans les films de Sautet mérite une thèse. Cela l’a fait rire.
Je lui ai parlé de La Grande Bouffe. Film historique. Une siècle d’avance.
Sa voix… Il avait une voix encore plus forte que sa présence muette.
Un acteur-né. Pas quelqu’un qui faisait l’acteur.
Le Mépris. Sa façon de bouger.
Dans la jeune génération, Bertrand Bonvoisin était de son niveau, hélas ! il est mort trop jeune.
Michel Piccoli, un acteur ultra cérébral qui faisait du cinéma populaire.
Il jouait comme Alain Cuny mais il était perceptible comme Yves Montand.
Une très grande exigence.
Son Don Juan, version TV par Marcel Bluwal a marqué l’histoire de la TV française.
Tous les deux sont de 1925. Des gens de gauche avec un grand G.
Il n’a jamais reçu un César. Cela en dit long. Pas le roi de la reptation.
Me revient aussi sa colère contre le Bêbête show qu’il ne supportait pas.
L’annonce de mort (12 mai) avec six jours de retard…
Histoire de mourir tranquille. Lui disait: “Je n’irai ni en enfer ni au paradis".

Mai 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software