Archives pour: Mars 2020, 04

04.03.20

Permalink 17:32:37, Catégories: LITS ET RATURES  

Belle découverte: "Petit Mec", de Pierre Blanc-Sahnoun

Charles Denner dans L’homme qui aimait les femmes, de François Truffaut. Ce film de 1977, le cinéaste ne pourrait sans doute plus le tourner dans s’attirer les foudres.

Pourquoi se livre est-il placardisé dès sa publication ?
Les greffiers du Landerneau littéraire n’ouvrent jamais un livre estampillé L’Harmattan. Ils ont trop à faire avec la bassesse humaine présente dans ceux de Matzneff. La couverture Gallimard ne garantit plus rien. Nous ne sommes plus au temps des grands éditeurs de (Paulhan, Arland,Lambrichs…)
Ce livre a-t-il été refusé par les dits “grands éditeurs” ?
Qu’importe le flacon pourvu qu’on est l’ivresse !
Vu le ton de l’auteur, on le voit mal attendre le verdict d’un comité de lecteurs. Il a beaucoup de talent pour se laisser juger par les “professionnels de la professions” (selon le mot de Jean-Luc Godard) qui en ont moins que lui. J’imagine plutôt que Pierre Blanc-Sahnoun a surtout voulu voir son livre édité, un plaisir personnel, histoire de faire le point sur son parcours amoureux, affectif et plus si affinités. Il s’est fait plaisir, et du coup nous fait plaisir car il est authentique. On demande à un livre de ce genre de percevoir l’âme de celui qui l’a écrit. Ici, on n’est pas déçu. L’auteur se met à nu. En première ligne, ses sentiments aux différents moments au temps de l’enfance, adolescence. L’époque phare de notre existence.
Vous pouvez vous procurer ce livre sans la moindre hésitation.
Vous y trouverez le parcours initiatique d’une jeune homme des années 1970.
Ce pourrait être banal. Ce ne l’est pas parce que l’auteur a du style, une grande force de caractère, oui un caractère bien trempé.
Bien sûr, il y a une bonne dose d’humour et même de la méchanceté, cette méchanceté qui sert de bouclier. Oui, une méchanceté que l’on garde pour soi. On l’a pense mais on ne l’exprime pas en face de la personne concernée sinon elle ne s’en remettrait jamais. Genre : “Vingt ans plus tard, ils ont eux-mêmes des gosses qui redoublent et c’est bien fait pour leurs gueules".
L’ouvrage est une grande fresque de boums, de premières fois ratées, de mobylettes, de Solex, de slows, d’acné, d’appareils dentaires, de cigarettes mentholées, toute une jeune flamboyante d’avant le Sida. Un parfum d’A nous les petites anglaises mais sans les niaiseries, avec un zeste de Quatorze ans, les gauloises d’Eric Charden, en fond sonore.
L’auteur est aussi intelligent que sensible. Il a une lucidité qui est une sorte d’inspecteur Maigret de ses faits et gestes.
Il ne rate pas les autres mais ne se manque pas lui non plus !
Ses yeux sont des rayons X. A peine vous passer la porte, il sait a déjà votre pedigree dans la tête, le cœur ou le slip !
Partez à la chasse de se livre et ramenez-le comme un trophée.
Un des plus beaux livres de 2020.
Pas une once de misogynie. Que de l’amour. De l’umour comme disait Jacques Rigaut.

-Petit Mec, de Pierre Blanc-Sahnoun. L’Harmattan, 157 p., 17 €

Mars 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software