En direct avec Raymond Poulidor, le 20 mars 2010

20.11.19

Permalink 18:29:26, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

En direct avec Raymond Poulidor, le 20 mars 2010

Je remets en début de blog ma rencontre avec Raymond Poulidor, sans changer un mot. Je ne lui ai pas dit que j’étais journaliste car cela fausse tout et nous tombons dans la communication.

Quand on fait ses courses au supermarché, on peut tomber sur une légende vivante.
Je peux en témoigner ce 20 mars [2010].
Dans le coin des livres de la grande surface, j’ai reconnu d’emblée Raymond Poulidor qui signait des livres.
Encore un cadeau de l’existence.
En guise de victuailles spirituelles, je tombe sur un pan de ma mythologie intime.
Christian Laborde va être content!
Entre deux paquets de Bonux, j’ai vu l’Alpe d’Huez!
Poulidor a de beaux cheveux blancs comme la neige sur la montagne.
Le voir c’est me confronter à mon père à la sortie du tombeau.
J’ai entendu qu’une première série de gens passe pour aller le voir et parler un peu avec lui:
Moi: -Bonjour !
Lui: -Bonjour…
-Ce n’est pas tous les jours que je croise un monument de la mémoire collective, au même titre que le général De Gaulle, Anquetil, Brigitte Bardot, Belmondo, Delon, Kopa, Platini et Zidane… (J’aurais pu rajouter Jazy, Mimoun, Bobet, Gabin, Brassens…)
-Zidane… Vous croyez?
-Pas vous ?
-Son coup de tête… Terminer comme ça, ce n’est pas beau.
-Ses deux têtes contre le Brésil resteront. Ce n’est pas demain que la France sera encore championne du monde…
-… (Il n’est pas convaincu que Zidane restera présent dans l’esprit des Français.)
-Et la vie privée d’Anquetil mise sur la place publique vous croyez que cela fasse du bien à sa notoriété…
A ce moment-là, il me regarde en me donnant raison mais sans condamner son ami.
-Et Lance Armstrong, quand pensez-vous?
-Je l’adore! C’est un crack!
-Moi, aussi je le tiens pour un des plus grands champions de tous les temps, comme Pelé.
-C’est la presse qui ne le lâche pas. Lui, il la méprise au plus haut point… On n’a pas le droit de le salir avec tout ce qu’il a vécu. Il a été champion du monde si jeune et à presque quarante ans, il est encore sur le Tour de France!
-Vous le voyez gagner cet été ?
-Impossible! Contador est trop fort en montagne mais attention Armstrong s’est entouré des meilleurs. Tout est possible. Que va-t-il se passer dans l’équipe de Contador ? Il peut aussi connaître d’autres problèmes de rivalité alors que Lance, non…
Pendant qu’il m’a parlé vélo, il était animé de sa passion intacte. Il parlait vite, très vite.
-Vous aimez le football ?
-Oui, beaucoup. Vous avez vu les derniers buts de Messi. On dirait un enfant. Il rappelle Kopa dans sa conduite de balle. Vous avez observé cette façon de dribbler dans la surface. C’est stupéfiant! Il me régale. Il y a aussi Cristiano Ronaldo. C’est autre chose. Il est moins innocent mais c’est beau quand même. Barcelone fait penser à la Hongrie de Puskas. Les Allemands en 1954 ont gagné la Coupe du monde- devant la Hongrie- parce qu’ils étaient dopés…
Cela fait du bien d’entendre un cycliste- et quel cycliste !- parler de dopage à propos du foot…
-Souvent j’ai des doutes sur le football mais la victoire de Lyon qui a sorti le Real Madrid dans son stade de San Bernabeu est une très grande nouvelle: cela veut dire que le football n’est pas truqué…
-Vous avez raison ! Ah, oui, c’est bien de dire ça. Je n’y avais pas pensé… Bravo ! (Je ne suis pas peu fier d’avoir des compliments de Poulidor)
-Je ne vais pas vous déranger plus longtemps car sinon les gens ne vont plus oser venir faire signer des livres…
-On a bien vendu, cela peut s’arrêter là. Il est 17 h d’ailleurs. Il y a peu j’ai fait une séance dans le fief de Jacques Anquetil et cela a très bien marché aussi. (Je sens qu’il est content, comme s’il avait battu Jacques… chez lui)
-Bon, je vous dis aurevoir. J’ai été content de rester un peu avec moi. Vous savez quand on vous appelle: “L’éternel second". Je ne le crois pas une seconde. Vous êtes un très grand champion et vous avez gagner d’innombrables grandes courses. C’est encore un truc de journalistes…
-C’est tant mieux! Grâce à ça, on parle encore de moi aujourd’hui. Et je suis encore là, à signer des livres… (Quelle lucidité! Quelle classe! Il ne tient même pas compte de son talent.)
-Est-ce que vous roulez encore un peu?
-Non, fini… C’est trop dur, vous savez…
Aurevoir et merci à vous.
Je suis parti, laissant derrière moi le mythique cycliste qui a bercé tous les étés de ma jeunesse.
J’ai été frappé par la force que dégagent ses mains, très puissantes et bronzées.
Longue vie à Raymond Poulidor.
Ah! j’oubliais… J’ai noté que cet homme extraordinaire avait mis une barre pour chaque livre vendu. Et qu’il encerclait ensuite les dizaines. Il y avait donc quelques cercles sur sa feuille volante. Cela raconte bien que pour Poulidor l’argent a un prix. Celui de la sueur de son front. On ne se refait pas. J’ai été frappé par sa simplicité. Respect total. Voilà un homme populaire dans le plus beau sens du terme. Je suis bien placé pour savoir que ce n’est pas le cas de certaines catins médiatiques…

-Le Poulidor, de Raymond Poulidor et Jean-Paul Brouchon, Editions Jacob-Duvernet, 143 p., 24, 95 € C’est un album avec plein de témoignages et des commentaires de “Poupou".

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Février 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software