Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel, Olivier Weber (Plon)

12.08.19

Permalink 06:02:10, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel, Olivier Weber (Plon)

La voix de Kessel, son style dans sa veine journalistique.

Un bon gros pavé.
L’un des plus épais volumes de la collection.
Disons 300 entrées à première vue.
C’est trop.
Disons, un livre pour un étudiant qui voudrait en savoir plus, ignorant tout de Jef. Un livre grand public, sauf que le grand public préfère les émissions débiles de la télé et donc n’ouvrira jamais ce livre.
Loin de l’élitisme, Kessel impose la simplicité, la ligne directe.
Pour ceux qui le connaissent déjà, ils retrouveront l’essentiel et le superflu.
Kessel (1898-1979) était un homme sur lequel on pouvait compter, pas un lâche comme les Lettres françaises en regorge surtout sous l’Occupation nazie. Ce n’est pas lui qui aurait vendu son âme pour avoir un poste sous Vichy quand régnaient les pires patriotes.
Aviateur pendant la Première Guerre mondiale, Résistant pendant la Seconde, il rejoint le général de Gaulle qui lui demande d’écrire un hymne et cela donnera Le chant des Partisans écrit avec son neveu Maurice Druon.
Grand reporter, parcourant le monde pour dire ce qu’il a vu, il est une icône du journalisme d’avant la télévision. Il a trempé sa plume dans la plaie, selon le souhait d’Albert Londres. Il regarde et ne montre jamais.
L’écrivain ? Une suite de grands livres:
L’Equipage (1923), Belle de Jour (1928), les Cœurs purs (1934), L’Armée des ombres (1943), Le Lion (1958), Les Cavaliers (1967), entre autres. Qui peut aligner autant de grands livres ?
Il a aussi œuvré pour le cinéma, toujours avec talent.
Kessel reste un phare aux milieux des minables de sa génération.
Il est devenu académicien, en 1962, par esprit de vengeance: sous Pétain, ce n’était qu’un mauvais français parce qu’il était Juif; sous de Gaulle, la France lui ouvre grand les bras.
Le Russe né en Argentine avait le culte de l’amitié que l’on peut retrouver dans son livre sur Mermoz (1939).
Trop porté sur la boisson - sa femme aussi- il a donné son témoignage dans Les alcooliques anonymes 1960.
Louis Nucéra le considérait comme son père spirituel.
La mort de Kessel fut l’un des clous du cercueil de Louis Nucéra, “un cœur pur” comme l’appelait Jef.

-Dictionnaire amoureux de Joseph Kessel, Olivier Weber. Plon, 1075 p., 28 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Août 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software