David Bowie, A life, par Dylan Jones (Ring)

05.04.19

Permalink 05:26:17, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

David Bowie, A life, par Dylan Jones (Ring)

Avaler plus de 700 pages cela peut paraître une perte de temps considérable. Mieux vaut lire Georges Perros ou Marcel Aymé, oui mais lorsqu’on a lu Perros et Aymé justement on peut lire ce livre sur David Bowie parce que ce musicien nous a accompagnés pendant toute notre jeunesse. La musique a été importante dans les années d’après-guerre: jazz, rock puis pop. Dans la séquence pop-rock David a une place de roi, avec Dylan, Lennon, les Doors, Zappa… Ce n’est pas rien.
Tout le livre s’articule sur les interviews de gens qui l’ont connu et sur des interviews de Bowie himself. L’auteur représente disons le public. Ou mieux, le lien entre nous et Bowie.
Dans un premier mouvement, Bowie a tout fait pour qu’on le remarque. C’est la course à la provocation, la période pot de fleur sur la tête. Il faut vite préciser qu’il y avait aussi sa voix, surtout sa voix. Un chanteur c’est d’abord une voix, et la sienne est envoutante, fascinante. Un moindre son on la reconnait comme la guitare de J. Hendrix ou la trompette de M. Davis. Beaucoup de produits commerciaux ont fait le pitre mais on ne sait plus par quelle trappe de l’oubli ils sont passés. Faire le gugusse cela ne suffit pas. Il faut la grâce, le fluide. Plus il se grimait, plus le vrai Bowie apparaissait.
Sa bouche était carnassière. Sa mâchoire supérieure broyait les mots qu’il nous balançait au visage. Une gueule de loup réincarné en homme debout.
Il aimait jouer sur la bisexualité, sur le côte androgyne. Rien à voir avec un mixte de Patrick Juvet et Amanda Lear. David Bowie semblait être le fils d’Elton John et de Freddie Mercury. Dans les années 1970, il a joué à fond cette carte. Quand il est devenu célèbre dans le monde entier, il a délaissé sa panoplie pour se présenter en costard. Grande classe. La distinction à l’état pur.
Il y a aussi son regard. Ses yeux vairons: un bleu, l’autre marron. De naissance ou résultat d’une bagarre ? Cela appartient à la légende. Des lentilles ? Non.
Bien sûr, il y a la période came, la coke consommée à haute dose.
Son cancer n’est pas le fait du hasard: il a tiré sur la corde, encore et encore.
Le quotidien d’une rockstar c’est de la folie: il faut être un Stones, un Dylan, un Beatles rescapé, un Rod Stewart, un Pink Floyd fondu dans la masse, un membre malin de Genesis, une Baez pour s’en sortir. La différence entre Madonna - qui n’est pas à ce niveau- et M. Monroe est flagrante: la chanteuse a une vie derrière sa marionnette. Pas facile à trouver l’équilibre. Attention, je parle de star planétaire, pas de Jean d’Ormesson, connu entre le quai Conti et France 2.
Les chanteurs ont besoin d’une médiatisation omniprésente pour durer. Voire Johnny H. en France. C’est exténuant. Cette course a pour moteur des failles. Bowie était hantée par la folie qui avait touché des proches. Cela appartient aussi de la légende. Où est le vrai ? Le faux ? Il n’était pas plus touché par la folie que nous.
Du talent, il en avait à revendre. Ziggy Stardust est un album mythique, pochette de l’album y compris.
Bowie avait une allure princière. Même déguisé, hyper maquillé, il avait la noblesse que les princes et rois de naissance n’ont pas.
Je n’ai pas attendu sa mort pour le considérer comme un très grand artiste. Dans la musique contemporaine, il est une sorte de Warhol.
Dylan, Hendrix, Lennon-McCartney, Jim Morrison… tous sont des amis et le resteront toujours.
L’art tend des passerelles. Il faut savoir les prendre. Sans passerelles on n’avance pas.

-David Bowie, A life, par Dylan Jones. Ring, 740 p., 23, 50 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Novembre 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software