Archives pour: Mars 2019, 11

11.03.19

Permalink 10:07:39, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Scandales de la vérité. Essais, pamphlets, articles et témoignages, Georges Bernanos. (Bouquins/Robert Laffont)

Il y a peu, le gardien du temple de Céline (l’avocat François Gibault) m’a envoyé une saillie sur Bernanos qui est l’un des mes écrivains fétiches : «Quoi penser d’un homme qui a écrit : Hitler a déshonoré l’antisémitisme…» Cette phrase a fait tilt d’autant qu’elle fut rappelé par le défenseur de l’un des chantres de l’antisémitisme. J’ai demandé à Berl et Soupaut si Bernanos était antisémite. Ils m’ont répondu que ceux qui disent cela veulent nuire au pamphlétaire. Concernant François Gibault, il a voulu me dire que Bernanos n’était pas moins antisémite que Céline. Tel n’est pas le cas parce que Bernanos pouvait changer d’avis selon son cheminement intellectuel. Au fil des ans, il a quitté certaines opinions acquises dans sa formation. Antisémite, il ne l’était plus du tout.
Revenu chez moi, je me suis engouffré dans les livres et articles de Bernanos pour retrouver la phrase. Bingo ! Page 938 du gros volume Bernanos, dans la collection Bouquins, je tombe sur la phrase que je recherchais. Bernanos l’a écrite au Brésil le 24 mai 1944, dans «O journal». L’article est titré : «O esperito judaïco». En français, cela donne «Encore la question juive». Le titre brésilien est mieux car celui en français contient «question» au lieu en fait problème.
Voici le passage : «Il y a une question juive. Ce n’est pas moi qui le dis, les faits le prouvent. Qu’après deux millénaires le sentiment raciste et national juif soit si évident pour tout le monde que personne n’ait paru trouver extraordinaire qu’en 1918 les Alliés aient songé à leur restituer une patrie, cela ne démontre-t-il pas assez que la prise de Jérusalem par Titus et la dispersion des vaincus n’a pas résolu le problème ? Ceux qui parlent ainsi se font traiter d’antisémites. Ce mot me fait de plus en plus horreur, Hitler l’a déshonoré à jamais.» On voit bien que Bernanos condamne l’antisémitisme, qu’il y est même farouchement hostile. Quand on sort la phrase de son contexte, on peut penser que Bernanos était désolé que l’antisémite soit gâché par Hitler ! Il n’en est rien.
L’article de Bernanos a été republié dans Le chemin de la Croix-des-âmes. Le volume Bouquins reprend aussi Lettres aux Anglais (1942), Les Grands Cimetières sous la lune(1938), et Scandale de la vérité (1939), entre autres merveilles. Il y a aussi La France contre les robots (1947) où l’on peut lire : «Obéissance et irresponsabilité, voici les deux mots magiques qui ouvriront demain le Paradis de la Civilisation des Machines». Nous y sommes avec la crétinerie du net.
«La Civilisation des machines est un péril grave pour l’homme» souligne Bernanos qui insiste : «Un monde gagné pour la Technique est perdu pour la liberté». Le chrétien Bernanos, d’abord sympathisant avec les franquistes, a dénoncé les crimes commis par les hommes de Franco sans que cela ne dérange les religieux espagnol. Les Grands Cimetières sous la lune est un salutaire pamphlet anti-franquiste. L’honneur des lettres françaises. Pour se démarquer de ses confrères champions de la reptation, à droite comme à gauche, il a précisé : «Je ne suis pas écrivain». Il l’était pourtant jusqu’au bout des doigts.

-Scandales de la vérité. Essais, pamphlets, articles et témoignages, Georges Bernanos. Edition établie et présentée par Romain Debluë. Bouquins/Robert Laffont, 1330 p., 32 €

Mars 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software