Introduction à La Recherche du temps perdu, Bernard de Fallois. (Editions Bernard de Fallois)

01.01.19

Permalien 10:55:34, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Introduction à La Recherche du temps perdu, Bernard de Fallois. (Editions Bernard de Fallois)

Philippe Soupault, Paul Morand, François Mauriac, Roger Stéphane…

Mieux qu’une thèse rébarbative, voici une invitation à comprendre Proust par l’aspect jouissif de la lecture. Bernard de Fallois (1926-2018) comprend Marcel Proust comme s’il l’avait connu enfant. Rien n’est compliqué dans le livre de Bernard de Fallois, pas de vision alambiquée, tout coule comme de l’eau de roche. Beaucoup seront étonnés de lire que l’essayiste de très haute voltige insiste sur le rire, le comique dans l’œuvre de Proust. Et avec raison ! Oui, on rit chez Proust parce que Proust riait de la comédie humaine, dupe de rien ni personne. Le livre de Bernard de Fallois est un enchantement, un festin d’intelligence. Celui qui fut un grand éditeur met en évidence les lignes de force de l’œuvre de Marcel Proust qu’il connait à merveille. Quand il était jeune, il a édité Jean Santeuil, manuscrit qu’il a remis en ordre, présentable pour le lecteur, et plus tard il a aussi édité Contre Sainte-Beuve, un recueil de chroniques littéraires de Proust qu’il a réunies. De Fallois avait horreur de la bêtise. Il n’a jamais perdu une seule minute dans des âneries. Il avait un jardin secret : le cirque, une passion qui remontait à l’enfance. Je l’ai connu par l’intermédiaire d’Emmanuel Berl. Quand j’ai dit à Bernard de Fallois que j’avais récolté à la BN plus de 90 % des articles de Berl, des années 1920 aux années 1970, il m’a tout de suite dit : «J’édite le livre ! » Il a revu sa jeunesse à travers moi. Quand Essais est arrivé à son bureau, il m’a demandé de venir et a mis le gros livre sur la tranche. On l’a regardé tous les deux comme un couple regarde son bébé. Moment inoubliable. Rue Garancière, dans son bureau chez Julliard. Il fumait énormément des Marlboro. Paquet rouge. A l’époque les légères n’existaient pas.
Son livre sur La Recherche du temps perdu est bien sûr indispensable pour les lecteurs de Proust. De Fallois nous explique que Swann et Charles sont les deux facettes du romancier. A la fin du volume, il a sélectionné des phrases clefs. Ce lire est aussi A la recherche de Bernard de Fallois

-Introduction à La Recherche du temps perdu, Bernard de Fallois. Editions Bernard de Fallois, 319 p., 18 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Cet article a 1 réaction en attente de modération...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Janvier 2019
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software