Archives pour: Novembre 2018, 02

02.11.18

Permalien 15:57:35, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Jacques Brel. J’attends la nuit, de P.-R. Thomas. (Cherche-Midi)

Le plus grand interprète de la chanson français. Acteur pas diseur.

«L’amitié est intemporelle. L’amour, une dictature ». Paroles de Brel. Bel aphorisme mais l’amitié n’a pas le temps de devenir une dictature car on peut couper les ponts avec un imposteur qui se faisait passer pour un autre. Nouveau livre sur Brel ? Non, grand livre sur Jacques. Jeune étudiant en médecine, Paul-Robert Thomas, admirateur du chanteur a réussi à devenir son intime, ce qui n’est pas donné au premier venu. Le très beau témoignage nous propulse dans les nuits du poète qui ne se couchait que quelques heures quand il était K.O debout d’émotions, de vibrations, d’amour ou de colère. C’est fatiguant de vivre de la sorte mais des artistes de haut parage il n’y en pas tant que ça.
Pas de blablas inutiles dans le livre, rien que ce qui résiste au temps. L’essentiel de Brel est là. L’auteur nous rappelle que le show man vomissait avant le lever de rideau vu que le perfectionniste voulait toujours très bien faire. Il s’est brûlé sur les planches. Chaque soir il laissait beaucoup de sa peau. Economie sur rien, chaque concert était comme le dernier. Il boxait contre lui-même. Comportement usant, fatiguant. Il s’est ruiné la santé. Suicide à petits feux ? Non rage. Il se croyait increvable avec ses 60 cigarettes par jour !
Il a eu la bonne idée de quitter le show biz pour ne pas se répéter. Il avait tout dit et bien dit. Quand il a tout plaqué pour les Marquises, il faisait du bateau ; pilotait des avions. Cela voulait dire larguer les amarres, quitter la terre et surtout ses habitants qui sont les plus lourds, très lourds avec un esprit de plomb.
Chez les chanteurs, il aimait Claude Nougaro qu’il plaçait très haut.
Parmi toutes ses facettes, il y avait le mari et ses trois filles. Loin de sa femme - leur mère- qu’il n’a jamais abandonnée. C’est elle qui a vu tout de suite qu’il avait un grand talent. Quand il revenait à la maison familiale, c’était le repos du guerrier. Prénoms de leurs enfants : Chantal, tiré de chanson ; France, qui signifie la langue franche et Isabelle, la princesse dont on rêve. Le casanier dans sa tête était un aventurier, assoiffé de vie. Trop certain que tout finit dans le bouche d’ombre.

-Jacques Brel. J’attends la nuit. Paul-Robert Thomas. Cherche-Midi, 155 p., 17 €

Novembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software