Archives pour: Juillet 2018, 31

31.07.18

Permalien 09:24:39, Catégories: ANTI-FOOTBALL, GOOOOL DO BRASIL !  

La com. de Neymar tente de justifier tout son cinéma, en Russie

Risée de la planète, y compris au Brésil, pendant la Coupe du monde à cause de tout son cirque dès qu’on le touche, Neymar tente de justifier ses roulades qui le ridiculisent sur 95 % des réseaux sociaux. Bien sûr, ce n’est pas le joueur qui est en transit au PSG qui a rédigé le moindre mot. Il a une cellule de com. qui pense et agit à sa place.
Neymar blablate dans une vidéo réalisée par… Gillette car il faut toucher de l’argent de partout. Bientôt, il sera filmé quand il ira aux WC et c’est une marque de PQ qui raquera à chaque étron qui tombe. On notait bien les allées et venues aux toilettes de Louis XV. On a le roi que l’on mérite.
Dans le blabla, le Brésilien reconnaît qu’il exagère quand il se roule parterre. C’est tellement évident qu’il ne peut que le reconnaitre, a jugé son staff médiatique. Cependant, ils ne peuvent pas s’empêcher de dire. «La vérité est que je souffre sur le terrain». Il faudrait lui donner la vidéo de la chute du Belge Philippe Gilbert tombé dans la descente du col du Portet-d’Aspect. Le coureur du Tour de France s’est fracturé la rotule gauche. Son genou a presque triplé de volume. Sans se plaindre, le champion est remonté sur son vélo et a roulé 60 kilomètres ! Gilbert a fait un tout droit dans un virage puis est tombé dans un ravin… Une chute de 5 m dans la rocaille. Il a atterri dans les pierres, sur le dos. Voilà de la vraie souffrance, si loin du cinéma.
La chute de la déclaration de Neymar dépasse l’endentement : «Quand je pars sans donner d’interviews, ce n’est pas parce que je veux juste les lauriers de la victoire. C’est parce que je n’ai pas encore appris à vous décevoir. Quand je suis impoli, ce n’est pas parce que je suis un enfant gâté. C’est parce que je n’ai pas appris comment être frustré». Houlala, on dirait du Roland Barthes !
Et de poursuivre : «En moi il y a encore un garçon. Parfois il enchante le monde, parfois il agace tout le monde. Je me bats pour garder ce garçon en vie à l’intérieur de moi, mais pas sur le terrain. Vous pouvez penser que je tombe trop, mais la vérité est que je ne suis pas tombé, je me suis effondré [lors de l’élimination du Brésil en quarts de finale de la Coupe du monde]. Cela fait plus mal que n’importe quel pas sur une cheville opérée». Ils évoquent l’enfance mais les simagrées de Neymar c’est le contraire de l’enfance, de la fraîcheur. Il ne s’agit que de calculs, de plan média. Ce qui l’énerve c’est qu’il voulait gagner la Coupe du Monde 2018 afin d’avoir le Ballon d’or 2018. Comme l’héroïne du conte de notre jeunesse, il a cassé son pot de lait: adieu veaux, vaches ! Adieu Ballon d’Or, World Cup ! Son rêve a été réalisé –pour l’instant à moitié, par son partenaire du PSG : “Kiki” Mbappé.
Et pour finir : «Seuls ceux qui tombent peuvent se relever. Vous pouvez continuer à me lancer des pierres. Ou lâcher ces pierres et m’aider à rester debout. Quand je suis debout, tout le Brésil est debout avec moi».
Il se compare au Brésil, rien que ça. N’est pas Pelé qui veut.

Juillet 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software