Archives pour: Juillet 2018, 12

12.07.18

Permalien 15:39:11, Catégories: GRAND MONSIEUR  

France-Croatie, finale de la Coupe du Monde qui ira à l'équipe haïssant le plus la défaite

Après Messi et Hazard, voici Modric qui se met sur la route de la France. Ce virtuose est à la fois Kanté et Griezmann, il sait récupérer et lancer ses partenaires. Ce Peter Pan est un architecte qui trace des lignes directrices. Il peut vous filer entre les doigts comme une anguille. Totalement sous-médiatisé, Modric restera dans l’Histoire comme un grand n°10 à l’ancienne. Il a des yeux derrière la tête et peut très bien marquer un but décisif en fin de match quand on s’y attend le moins. Il a une capacité hors du commun à jaillir d’un marquage serré. Une rare explosivité. A surveiller de près. Déjà vainqueur de la Ligue des Champions 2018 avec le Real Madrid, il désire gagner la Coupe du Monde 2018 autant que les Tricolores. En fin de match, les Croates sont toujours d’attaque. On les croit à bout mais ils ont encore du souffle, du répondant. Une force intérieure émane d’eux.

Finale de la Coupe du Monde 2018
Dimanche 15 juillet, 17 h, à Moscou
France-Croatie

Vingt ans après l’affiche est la même mais cette fois elle se déroule en finale et non plus en 1/2 finale.
Rien n’est joué avant le coup d’envoi. Les Français défilent déjà dans la rue mais cela revient à crier victoire à Roland Garros le soir de la 1/2 finale alors qu’il reste la finale à jouer.
A quelques heures de la finale de 2018 on ressort celles de 1998 qui font écran à l’actualité. Heureusement que les joueurs sont loin de tout ce vacarme. Le tennis est toujours entrain de parler de la victoire de Noah en 1983 aux Internationaux de France. On attend toujours son successeur.
Le plus dur est à venir. Des joueurs que l’on croit HS peuvent se transcender quand des valeurs sûres peuvent rater l’ultime rencontre.
Les Croates sont des durs à cuire: ils accèdent en finale après deux séances victorieuses de tirs au but, contre le Danemark (8e) et la Russie (1/4), plus une délivrance au terme des prolongations contre l’Angleterre (1/2). Un vrai parcours du combattant. En tout, ils ont donc disputé un match en plus car 3 fois 30 minutes = 1 h 30, le temps d’une rencontre.
De surcroît, ils ont un jour de moins pour récupérer avant la finale, puisque la France a joué sa 1/2 finale (France-Belgique, 1-0) la veille de Croatie-Angleterre (2-1).
Les Croates ont deux artistes dans l’équipe: Modric (Real Madrid) et Rakitic (Barcelone) plus un attaquant de premier rang: Mandzukic (Juventus Turin).
Les autres joueurs sont tous des batailleurs dotés d’une belle technique et d’un mental d’acier.
Ils savent être très durs sur l’homme. Dans les duels, ils font très mal, souvent ils dépassent la limite du jaune sans se faire avertir. Ils masquent parfaitement les coups. C’est toute une école. Ils ne craignent donc personne.
Sont-ils cuits après leur débauche d’énergie ? Non, l’enjeu de la finale va les transcender. Ils en ont gardé sous le capot. Enfants, ils ont connu la guerre.
Ils veulent le trophée comme la Belgique le voulait aussi. La France a su calmer les ardeurs des Argentins, des Uruguayens et des Belges, parviendra-t-elle une nouvelle fois à vaincre un adversaire aussi coriace qu’elle ?
C’est possible, si les Français affichent toujours autant de cohésion. Les Bleus actuels sont hermétiques à la pression. Font-ils semblant ou sont-ils réellement imperméables au stress ? Toujours est-il qu’il gère bien toutes les éventualités, menés ou menant au score.
La phrase-clef: “Nous sommes des chiens", prononcée par le jeune Lucas Hernandez. Il a tout dit, étant à l’école Diego Simeone, la même que celle de Deschamps.
Didier Deschamps ou Jérôme Deschamps = La famille Deschiens !
En 8e, 1/4 et 1/2, les Tricolores actuels ont faire preuve d’une absence totale de panique, ce maudit paramètre qui vient tout détruire, permettant aux adversaires de s’imposer.
La gifle de l’humiliation au SDF, en finale de l’Euro 2016, est dans tous les esprits. Aucun tricolore ne veut la revivre. Surtout ceux qui l’ont reçue !
En 1991, Roger Boli a pleuré quand il a perdu la finale de la C1 avec Marseille. Deux ans plus tard, il a remporté la C1, hurlant: “Cette fois, je ne pleure pas !”
Les joueurs de Deschamps sont tous dans l’état d’esprit de Boli.
La France doit jouer la Croatie comme si ce n’était qu’un ensemble de joueurs qui incarne la défaite.
L’échec de 2016 doit être le berceau de la victoire de 2018.
La finale transforme l’actualité en Histoire.
Que serait Pelé, sans 1958 ? Maradona, sans 1986 ? Zidane, sans 1998 ?
Pour la France (et la Croatie) remporter le trophée majeur loin de son pays serait un immense exploit.
Les Français qui sont descendus dans la rue en masse auraient été mieux inspirés d’attendre le coup de sifflet final de France-Croatie.
Le fait de penser que le sponsor de l’équipe de France a sans doute déjà fabriqué des maillots avec deux étoiles ne me fait pas plaisir.
Il ne faut pas céder un millimètre aux mauvaises vibrations.
Eviter au maximum les impondérables.
Ceux qui vivront mieux le présent soulèveront la Coupe du Monde 2018.
Le match se gagne aussi avant d’être joué.

Destination Moscou (3), CNews, samedi 14 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-14/destination-moscou-3-du-14072018-788711

Destination Moscou (4), CNews, samedi 14 juillet 2018:
https://www.cnews.fr/emission/2018-07-15/destination-moscou-4-du-14072018-788725

Juillet 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software