Archives pour: Juin 2018, 13

13.06.18

Permalien 19:33:40, Catégories: BARCA ES MES QUE UN CLUB, GRAND MONSIEUR  

La symphonie faite homme: Maestro Cruyff

En attendant le début de la Coupe du Monde, voici un récital de Cruyff, le maestro.
C’était un génie.
Avoir 10 % de son football, c’est avoir du talent.

Permalien 19:24:40, Catégories: LITS ET RATURES  

Des livres sur le football: Deschamps, Michéa, Cohn-Bendit, Courbis, Chambaz, Lizarazu, Redeker, Correia, Djemaï, Deshors, Jalbert, Ghemmour...

Cruyff, virtuose parmi les virtuoses

-Dans la tête de Didier Deschamps, Jean-Philippe Bouchard. Solar, 184 p., 16, 90 €. Ouvrage à forte tendance hagiographique qui évite tous les sujets épineux qui ont été traité dans Complément d’enquêtes sur France 2, émission boycottée par le principal intéressé. Dès que l’on parle de médicalisation à la Juve ou de l’affaire VA-OM, c’est silence radio. Deschamps est capable d’accorder une interview dans Le Parisien (celui du 10 juin 2018) et dire le même jour à Téléfoot : «Je ne lis pas la presse !». La com., oui. Le reste, non.

-Le plus beau but était une passe, Jean-Claude Michéa. Climats, 167 p ., 15 €. Le football joie du peuple ou opium du peuple ? Il n’y a qu’à penser à Garrincha pour avoir la réponse ! Les intellos méprisent le sport sauf Michéa qui sait qu’on ne devient pas champion de père en fils. Aucun enfant de joueur n’hérite du talent de son géniteur comme le fils de tel industriel reçoit en cadeau les affaires du paternel que dans 95 % ils détruisent à petit feu. La passe dont parle l’auteur c’est celle de Cantona à Denis Irvin, au temps du grand MU des années 1990.

-Complétement foot, Coach Courbis. Michel Lafon, 238 p., 18 €. Le livre est sous la forme d’interviews. On ne s’y ennuie jamais. Rolland Courbis n’use pas de la langue de bois même s’il ne dit que 50 % du fond de sa pensée. En lisant, on l’entend parler, ce qui est très bien. Il met Johan Cruyff haut dessus de tout le monde, avec l’Ajax de notre jeunesse. Il fait des va et vient avec le passé-présent pour vivifier ses éclairages. Un bon livre par l’un des consultants les plus amusants.

-Sous les crampons … la place, Daniel Cohn-Bendit. Robert Laffont, 244 p., 19 €. La photo de couverture prouve que l’agitateur de 1968 aime vraiment le football qu’il pratique. Je ne range pas Cohn-Bendit parmi les intellos. C’est une figure de la vie médiatique. Une grande gueule au discours non policé. Une icône de notre jeunesse. Il a des défauts et des qualités. N’empêche, il sait dresser contre de Gaulle, mieux que Mitterrand. Et pas dupe une seconde sur l’effet 68.

-Petite philosophie du ballon, Bernard Chambaz. Flammarion, 169 p., 8 €. Beau bréviaire sur un authentique écrivain qui connaît aussi bien le sport que la littérature. Grand amateur de cyclisme et de football- qu’il pratique régulièrement- Chambaz sait donner dans l’érudition sans jamais perdre de vue le côté populaire. C’est un homme de kop et non pas de tribunes présidentielles. Il sait voir ce que l’on ne voit pas ou plus.

-Mes prolongations, Bixente Lizarazu. Seuil, 245 p., 19 €. Quand un bouquin a sur la couverture le nom de l’auteur plus grand que le titre, nous sommes dans le plan média. On y lit que dans l’Histoire du football il n’y avait jamais eu ensemble deux grands joueurs du niveau de Messi et de C. Ronaldo. Ah ! bon… Et Di Stefano / Puskas, Maradona/ Platini et Ronaldo/ Zidane ?

-Peut-on encore aimer le football ? , Robert Redeker. Le Rocher, 249 p., 18, 90 €. Il y a quelques très belles phrases sur le football liées à l’enfance hélas ! noyées dans une logorrhée cent fois entendue sur les dérives du sport. Un coup d’épée dans l’eau. Personne n’est obligé d’aimer le football. Et la thèse que le football est un poison comme le fascisme et le communisme cela ne fait même pas rire. Au fait, la religion c’est quoi ?

-Une histoire populaire du football, Mickaël Correia. La Découverte, 416 p. 21 €. Bel ouvrage à offrir aux ignorants. Ils découvriront que le football c’est beaucoup plus que du football.

-Le jour où Pelé, Abdelkader Djemaï. Le Castor Astral, 132 p., 9, 90 €. Le Roi Pelé lors d’un match disputé dans l’Algérie après l’Indépendance. Un livre plein d’émotion sur fond politique.

-Figurines, Collectif. Edition bilingue français-italien. Traduction de Bernard Vanel. La passe du vent, 128 p., 13 €. Des poètes s’y expriment sur Pukas, Sandro Mazzola et Schiaffino. Des regards. Des gens qui ont quelque chose à écrire.

-Mon quiz de la Coupe du Monde, Michel Deshors. Coffret Gründ, 7,95 €. Pour grands et petits, 150 questions en attendant de voir les matchs à la télé.

-Le Dictionnaire du parfait footballeur, Philippe Jalbert. Larousse jeunesse, 96 p., 13 ,50 €. Album pour les 5-8 ans afin qu’ils s’initient aux joies du ballon rond et non pas du «référant bondissant» !

-Ronaldo le Galactique, Cherif Ghemmour. Saltimbanque éditions, 100 p., 10, 90 €. Il s’agit d’un déplilivre qui comme son nom l’indique se déplie en plusieurs volets très attractifs. Une mine d’informations à la gloire de CR7. Il existe dans la collection, le même livre sur «Zlatan Ibracadabra », «Neymar le prodige » et « Messi l’extraterrestre ».

Permalien 07:29:22, Catégories: GRAND MONSIEUR  

Le dernier coup franc magistral de Zidane (12-6-2018)

Mardi 12 juin 2018
Les 20 ans de France 98
France 98 3-2 Reste du Monde

Dans ce match du souvenir, Zidane a encore frappé fort.
Pendant tout le match, il a été impeccable. La vista est toujours là.
Son coup franc, un pur chef d’œuvre.
Sa classe est intacte. Il pourrait encore jouer, sans courir.
Il est rayonnant.
Hâte de connaître sa prochaine destination.
Il pourrait se contenter, de voyager, de se mettre les doigts de pieds en éventail mais non, il veut une nouvelle fois se remettre en question.
Avant 1998, on se demandait s’il parviendrait à exprimer pleinement son talent.
Depuis, on a eu plein de réponses.

Permalien 00:08:49, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Après Puel et Favre, voici l'ère Vieira à l'OGCNice

Nice a son nouvel entraîneur: Patrick Vieira !
Un très bon choix: les dirigeants niçois sont vraiment très efficaces pour trouver les entraîneurs:
Claude Puel a relancé Nice.
Lucien Favre a fortifié Nice.
Patrick Vieira doit poursuivre dans la pérennité.
Quand Vieira a visité les nouvelles installations il a été charmé: Nice ce n’est plus le Ray que nous aimons toujours bien sûr, dans notre mémoire.
Aujourd’hui, Nice a des installations qui ne craignent pas la comparaison avec celles d’autres grands clubs.
Vieira méritait Nice.
On connait le joueur: dur sur l’homme, solide, intelligent, grand récupérateur, bon relanceur.
Il a débuté comme entraîneur à City puis aux Etats-Unis.
Logiquement, il aurait dû aller à Arsenal mais on sait que Wenger a écarté Henry et Vieira alors qu’ils ont été au cœur de la réussite de l’entraîneur. Le talent du coach c’est de les avoir recrutés.
Mieux valait laisser la place à Emery: au moins on est certain que l’Espagnol ne gagnera pas la C1.
Bienvenue à Vieira en L1 et à Nice.
Pour remplacer Deschamps, il n’y a pas que Zidane. Il y a aussi Henry et Vieira.

Juin 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software