Archives pour: Mai 2018, 31

31.05.18

Permalien 15:55:47, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Zidane met fin à sa love story avec le Real Madrid (2001-2018)

Jeudi 31 mai 2018
Rideau pour Zidane au Real Madrid

D’habitude c’est le Real Madrid qui remercie. Cette fois, c’est lui qui part.
Zidane a choisi de quitter le Real qu’il avait rejoint en 2001. 17 ans ! En football c’est une éternité.
Il a fait le tour du club et part par la grande porte.
Zidane ne fait rien comme tout le monde:
1994: un doublé pour son premier match en équipe de France.
1998: deux buts de la tête en finale de la Coupe du Monde.
2002: but décisif en finale de C1
2006: coup de tête sur Materazzi en finale de la Coupe du Monde.
2016-2018: 3 C1 comme entraîneur avec le Real.

Didier Deschamps a désormais encore plus de pression.
Zidane sera sélectionneur des Bleus mais l’on ne sait pas quand.
Il n’y a pas 36 clubs pour son futur:
Barça, impossible avec le Real.
Sinon, Juventus Turin, Liverpool, Man United, Man City, Bayern Munich…
Les socios du Real se sentent orphelins mais pas cocus.
Zidane part avec le sourire. Il se relancera ailleurs.
Merci pour les grands moments au Real.

PS: 20 h Foot, CNews (Jeudi 31 mai 2018): Zidane quitte de son plein gré le poste de sélectionneur du Real Madrid:
http://www.cnews.fr/emission/2018-05-31/20h-foot-du-31052018-783483

Le journal de 21 h de Patrice Boisfer, 31 mai 2018 (CNews): sur le départ de Zidane
http://www.cnews.fr/emission/2018-05-31/edition-du-soir-du-31052018-783486

Permalien 09:55:05, Catégories: LITS ET RATURES  

Alain et Maurras, deux penseurs nombrilesques

Le discours d’André Malraux sur Jean Moulin. Non seulement Malraux a écrit un texte somptueux mais il a su le lire aussi de manière grandiose.

Charles Maurras (1868-1952) et Alain appartiennent à la galaxie antisémite des écrivains français. Il faudrait faire un livre pour dire ceux qui ne l’étaient pas. Condamner quelqu’un pour ce qu’il est, quelle ignorance ! Voltaire, lui non plus pas à l’abri de la bêtise, a pourtant averti que l’on devait toujours condamner quelqu’un pour ce qu’il a fait et jamais pour ce qu’il représente, par ses origines. Le pavé des écrits de Maurras est titré :L’avenir de l’intelligence. A propos d’intelligence… Il ne s’en servait pas toujours. Antisémite cela veut dire aussi anti Arabe, on ne le rappelle pas souvent. N’a-t-il pas écrit le 13 juillet 1926, à l’inauguration de la Grande Mosquée, rive gauche : «Cette mosquée en plein Paris ne me dit rien de bon. […] s’il y a un réveil de l’islam, et je ne crois pas que l’on puisse en douter, un trophée de la foi coranique sur cette colline Sainte-Geneviève où enseignèrent tous les grands docteurs de la chrétienté anti-islamique représente plus qu’une offense à notre passé. Une menace pour notre avenir».
On ne doit jamais lire les écrits datés à l’éclairage de la nouvelle actualité. Pas plus ceux de Maurras que ceux de Céline. Evitons l’amalgame. Trois bellicistes font plus de bruit que 1 million de pacifistes silencieux. Maurras était à la fois antisémite et antinazi. Tout n’est pas a jeté chez lui mais sa distinction entre un «antisémitisme d’état» et Pétain ou Hitler ne tient pas debout. C’est kifkif bourricot !
Comment Maurras faisait-il pour en même temps appeler «monstre» Hitler et souhaiter la mort de Léon Blum ? Maurras s’abritait derrière Ronsard qui n’aimait pas les Juifs accusés d’avoir crucifié le Christ. Condamné, une première fois, à la prison en 1936, il a la satisfaction de voir que plus de 50 000 personnes se réjouissent de sa liberté en 1937 au Vel d’Hiv. Cette époque est hyper complexe puisque le Populaire avait aussi appelé qu’on abatte Maurras «comme un chien». (1 er novembre 1935).
Le penseur royaliste et nationalise avait parmi des lecteurs : Péguy, Apollinaire, Malraux, Bergson, Gide, Blanchot, Colette, Déon… Quand il dit qu’il est un antisémite d’Etat et non pas et antisémite de peau c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Il a écrit entre autres imbécilités : «Quand on laisse un Juif entré dans un journal, il y en a dix au bout de six mois… » Arrêté en 1945, il est gracié par Vincent Auriol le 16 mars 1952. Il meurt le 6 novembre, l’année de sa libération.
Concernant Alain, même stupidité. Jusqu’à la publication de son journal de guerre, il bénéficiait encore d’une grande cote. En fait, le professeur estime que Bergson écrit mal parce qu’il est Juif de naissance : «Il faut être Juif pour écrire si mal». Quand on lit cela on referme le livre. Vous pourrez me dire que je suis plus tolérant avec Céline et Drieu qu’avec Alain et Maurras. Drieu, s’est suicidé : il a mon respect. Céline ? Je pense comme Jean Paulhan qui admettait les excès des grands talents. Interdire la publication de ses ennemis c’est pratiquer la censure. La démocratie doit laisser s’exprimer pour voir qui pense quoi. Le provocateur Céline était un as de la communication. Il a jeté de l’huile sur le feu pour marquer la littérature au fer rouge. Grande réussite : même mort, il déclenche toujours des polémiques. Il est évident que si Céline n’a pas été fusillé c’est parce que le monde des lettres avait déjà été sanctionné : Robert Brasillach, condamné à mort. Les deux disparitions brutales (Brasillach et Drieu) ont permis à Jacques Chardonne, Marcel Jouhandeau et Cie de mourir dans leur lit respectif. La milice littéraire d’après-guerre a fait le tri à sa convenance. Quand le dossier Gallimard est arrivé sur la table, ils se sont mis d’accord pour dire qu’il s’agissait d’un éditeur et non pas d’un écrivain ! Ne pas confondre les bien-pensants Maurras et Alain avec les insoumis Aymé et Giono.

-L’avenir de l’intelligence et autres textes, Charles Maurras. Sous la direction de Martin Motte. Préface de Jean-Christophe Buisson. Bouquins/ Robert Laffont, 1280 p., 32 €
-Journal inédit (1939-1950), Alain. Présenté par Emmanuel Blondel. Les Equateurs, 830 p., 32 €

Permalien 09:46:27, Catégories: LE GYM E BASTA, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Le retour gagnant de Balotelli. L'Italie ne va pas en Russie parce qu'elle n'a pas sélectionné l'Aiglon

Lundi 28 mai 2018
Italie 2 - 1 Arabie saoudite
Buts pour l’Italie: Mario Balotelli (21e), Andrea Belotti (68e)
But pour les visiteurs: Yahya al-Shehri (72e)

A peine revenu en sélection, Mario Balotelli a fait parler sa technique, sa puissance.
Fort et plein de finesse, tel est le jeu du buteur.
Mancini n’est pas fou, il l’a reconvoqué.
Si Mancini avait été sélectionneur contre la Suède, l’Italie serait en Russie 2018.
C’est une certitude. Balotelli méritait sa place dans les matchs de barrages pour la Coupe du Monde.
Nice l’a relancé complétement.
Il a de belles années devant lui.
Il va jouer à Nice contre la France.
Ce joueur a un énorme talent mais il le gaspille trop souvent par son inconstance.
Quand il veut jouer, il est irrésistible. Inchargeable. Quel bel athlète !
C’est parce qu’il a été abandonné qu’il a des absences, j’en suis certain.
Il aime sa mère adoptive. Ces parents adoptifs sont des humanistes de très grande envergure.
La défense centrale française va devoir ouvrir l’œil, le 1er juin. L’Aiglon est dans les barrages, dans son stade en plus. Ses deux ans à Nice ne sont pas passés inaperçus.
Il marque des buts qui ont la signature d’un très grand buteur. Tir soudain, de loin et bien placé.
Balotelli a encore de belles années de joueur devant lui.

Mai 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software