Mademoiselle Else, d'Arthur Schnitzler (Portaparole).

05.02.18

Permalien 07:36:57, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Mademoiselle Else, d'Arthur Schnitzler (Portaparole).

Pour sauver son père emmêlé dans une dette financière, une jeune femme doit se montrer nue devant un homme afin de rendre. Tout l’art d’Arthur Schnitzler (1862-1931) consiste à nous ressentir le poids moral, l’amour filial, la culpabilité, le chantage abjecte, le pouvoir de l’argent, le cynisme, le machiavélisme, la lâcheté, la faiblesse, le désir d’émancipation, la tentation de l’exhibition, la vengeance rétroactive, la mort volontaire au bout de la contradiction mal assumée, le regret ultime du mauvais choix …
Cette nouvelle de 1924 est republié au moment où le harcèlement sexuel inonde la presse suite aux révélations liés aux rapports d’un producteur américain et les actrices sur lesquelles il exerçait le pouvoir de sa situation de faire la pluie ou le beau temps dans le cinéma. A signaler que Brigitte Bardot a déclaré que plein de jeunes femmes sont prêtes à tout… Ne dit-on pas “qu’il faut coucher pour réussir ?” Tout est bien plus compliquer qu’on ne le dit. Il y en a qui crache dans la soupe et pas que de la soupe.
Chez Schnitzler pas d’hypocrisie, il passe au crible toutes les émotions liées au chantage de la situation qui impose à une fille de se prostituer- ne serait-ce que visuellement- pour sauver son père. La métaphore ? Faut-il vendre son âme pour de l’argent ? Faut-il se déshonorer pour une faute que l’on n’a pas commise ? Faut-il faire une geste contre nature pour sauver une cause ? Doit-on se mettre à genoux devant les ploutocrates ?
On sait que Schnitzler pensait que «l’âme est une terre étrangère». Pas une raison pour y faire pousser n’importe quoi ! La fin du livre ne tranche pas mais laisse peu de doute sur la fin de Mademoiselle Else… Schnitzler est aussi un Hitchcock littéraire.

-Mademoiselle Else, Arthur Schnitzler. Préface Maurizio Basili. Traduction de l’allemande de Michelle Hamard. Edition bilingue Allemand-Français. Le bel ouvrage comporte la reproduction d’un dessin d’Egon Schiele et une photographie de Schnitzler, jeune homme. Portaparole, 331 p., 18 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Février 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software