Archives pour: Janvier 2018, 18

18.01.18

Permalien 07:43:59, Catégories: LITS ET RATURES  

Caractériel, l'hymne à l'enfance de Denis Tillinac. Albin Michel

Absolument pas tendance, le nouveau livre de Denis Tillinac est plus proche d’Un adolescent d’autrefois de François Mauriac que des lamentables bouquins qui se veulent révolutionnaires parce que leurs auteurs racontent comment ils s’envoient à l’air, des histoires qui font patatras tellement elles sont banales. S’il suffisait de se faire sodomiser pour devenir André Gide, Paris serait une édition de la Pléiade à ciel ouvert. D’ici peu, on aura droit à la flamme du gay inconnu, pronostiquait Emmanuel Berl en 1930. Cela augmenta son calepin d’ennemis. Marcel Proust n’a jamais raconté ses aventures sexuelles. Il avait mieux à faire: ECRIRE.
Revenons à Tillinac, soit à la littérature. Caractériel contient son enfance. On a l’impression de tenir dans les mains un sablier avec le temps qui nous file entre les doigts. «L’enfance n’est pas la jeunesse ; après elle a agonisé, il n’en reste rien (…) A partir de l’adolescence on ne sait plus qu’effeuiller le catalogue banal des ambitions». On sait qu’on ne se remet pas de son enfance, surtout si elle s’est mal passée. Et quand elle s’est déroulée dans une ambiance magnifique, on la regrette aussi mais c’est alors une douce nostalgie. Tillinac passe en revue ses souvenirs, ceux qui l’accompagnent encore souvent dans sa vie d’adulte.
Le mémorialiste correspond bien à la définition de l’écrivain donné par l’éditeur Bernard de Fallois : «C’est quelqu’un qui sait tenir en haleine avec un style qui ne l’emporte pas sur le fond ». Enfant, Tillinac se prenait pour Raymond Kopa. Un gamin qui a dix ans se prend pour Rodin ou Shakespeare cela n’existe pas. A cet âge-là, même Molière ne s’est jamais pris pour Molière. Après avoir passé le permis de conduire, Denis Tillinac a peu à peu réalisé qu’il préférait finalement le temps où il faisait semblant de conduire des Dinky Toys. La littérature est une grande machine à remonter l’enfance. Celle de Tillinac rime avec élégance. Il écrit avec des mots et non pas avec des idées, à l’inverse des amoureux d’eux-mêmes qui paradent à la télé pour nous dire qu’ils sont plus intelligents que nous.

-Caractériel, Denis Tillinac. Albin Michel, 174 p., 15 €

Janvier 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software