J’ai soigné Pétain, Albert Massonie (Tallandier)

03.12.17

J’ai soigné Pétain, Albert Massonie (Tallandier)

Quand on voit ces images, on note que le Maréchal n’était absolument pas gâteux quand il fait ramper la ramper devant les nazis. Après la Libération, de Gaulle a eu pitié du vieux soldat de 14-18.

En 1949, le docteur Albert Massonie, ancien résistant a été chargé de la santé de Philippe Pétain. Le vieux soldat de 93 ans n’avait plus d’admirateurs à part des maréchalistes antisémites nostalgiques des nazis à Paris. Le cacochyme n’était plus qu’un malade dans une situation déplorable, y compris l’hygiène - très présente dans le livre, je vous passe les détails. Le médecin a tenu le journal précis de ses visites à l’ancien héros de Verdun condamné à mort en août 1945 finalement commuée en prison à perpétuité par le général de Gaulle auteur de la formule hugolienne : la vieillesse est un naufrage. Hitler se suicida, Mussolini fut pendu la tête en bas, mais Pétain est resté en vie dans un cachot de l’Ile d’Yeu (Vendée) pendant que Franco se la coulait douce jusqu’en 1975. Et il faut se rappeler que De Gaulle, avant de mourir, rendit visite au dictateur hispanique, une façon de bien montrer qu’il faisait ce qu’il voulait. Voilà une visite dure à avaler.
Lors de la bataille de Verdun au cours de laquelle, Pétain évita un massacre encore plus grand, le docteur Massonie avait 10 ans, donc il ne connaissait son patient que par le biais de l’Histoire. En 1940, Pétain était toujours dans l’actualité. Ses partisans continuent de dire que la collaboration a évité une guerre civile mais ils se gardent bien de rappeler que le chef des Vichystes a durci les lois antijuives de sa propre main : on le sait depuis que le document a été trouvé. Pétain est passé de héros à zéro. Il est étonnant de voir un ancien résistant prendre soin d’un ancien adversaire : le serment d’Hippocrate sans doute: toujours soigner son prochain sans regarder sa condition. Sens du devoir ? Pitié ? Pétain a finalement fini ses jours dans une maison sous surveillance. Au long des fiches de visites, il est appelé «Pépé». Une astuce pour ne pas être P.P, soit Philippe Pétain.

-J’ai soigné Pétain, Albert Massonie. Préfaces de Fabrice d’Almeida et Philippe Charlier. Tallandier, 333 p., 21,50 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software