Archives pour: Octobre 2017, 19

19.10.17

Permalien 14:39:55, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Histoire de moi-même, Henry David Thoreau. Traduit, présenté et annoté par Thierry Gillyboeuf. (Le Passeur)

En préambule, il faut saluer et remercier Thierry Gillyboeuf qui œuvre depuis des années pour remettre en librairie Henry David Thoreau, un indispensable dès que l’on se met à le lire. Sa dernière livraison est Histoire de moi-même, nouvel hymne à l’intelligence, à l’esprit d’indépendance, à la pensée autonome.
Quand on lit Histoire de moi-même, on n’a pas l’impression de lire des confidences mais plutôt notre propre pensée éclaircie.
Ce texte est la première mouture de Walden, cet appel au retour à la terre qui n’a rien à voir avec l’esprit vichysste que d’aucuns lui donnent parfois de manière grostesque.
Walden ou la vie dans les bois est le récit du séjour au sein de la nature de Thoreau qui se veut à l’écoute du monde, donc du vent, des chants des oiseaux, de la météo, du bruissement des arbres, ainsi de suite. C’est un appel à l’insoumission, à la désobéissance constructive.
Auteur de plusieurs écrits magistraux- tels Je suis simplement ce que je suis et De la désobéissance civile - Henry David Thoreau (1817-1862) est on ne peut plus moderne et d’actualité ce qui en fait un auteur universel, hors du temps. D’une exigence absolue, il a tout fait pour vivre en accord avec ses idées: il avait l’ambition de vivre au sein de la nature pour être en résonance avec l’univers, terre et cosmos. Un hippie avant l’heure.
Brillant étudiant, il combat l’esclavage et toutes les autres injustices avant de comprendre qu’il est trop seul pour changer la société. Autant changer de société ! Il remplace les hommes, par les arbres.
«Dans l’amitié nous adorons une beauté morale qui n’a pas le caractère formel de la religion (…) [C’est] un printemps éternel.» Il n’y allait pas avec le dos de la cuiller. Pour lui, un ami c’était «la chair de ma chair, l’os de mes os». Plus qu’un frère. Il plaçait les liens de l’esprit au-dessus de ceux du sang. L’apothéose, bien sûr, étant alors l’amitié avec un frère. Fait rarissime.

-Histoire de moi-même, Henry David Thoreau. Traduit, présenté et annoté par Thierry Gillyboeuf. Le Passeur. 215 p, 18 €. En numérique: 8,99 €

-Walden ou la vie dans les bois, Henry David Thoreau. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Louis Fabulet. Préface Frédéric Gros. Albin Michel, 431 p., 8,90 €. En vente dans cette très belle édition à partir du 1er septembre 2017.

-De la simplicité,Henry David Thoreau. Traduction Louis Fabulet. Folio, 105 p., 3,50 €

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software