Le diable du ciel, Laurent Obertone (Ring)

09.10.17

Permalien 07:32:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le diable du ciel, Laurent Obertone (Ring)

Sans parler des autres horreurs, l’actualité nous a fait passer de la chanson du fabuleux Robert Charlebois au crash volontaire de la Germanwings. Cela revient à essayer de chasser toute la poésie du monde contemporain.

En une poignée d’années, Laurent Obertone a publié La France Orange Mécanique, La France Big Brother,Utoya l’affaire Breivik et Guerilla, autrement dit des sujets brulants sur les faits-divers qui en disent long sur notre temps.
Voici à présent, la tuerie de masse d’un frappadingue soit l’histoire d’un zigoto totalement à la ramasse, c’est-à-dire le copilote de l’avion de la Germanwings qui a tué tous les nos semblables - prochains dit-on aussi- cités en fin de livre. Prochains ? Au suivant !
Obertone revient toujours sur les lieux des crimes qu’il n’a pas commis.
Quand on voudra comprendre notre époque, savoir ce qu’on nous a fait avaler, il faudra se référer à Obertone. Voilà, un vrai rebelle puisque le PAF l’ignore et raconte n’importe quoi sur lui. Les vrais réfractaires sont interdits d’antenne. ILS n’invitent que les clowns institutionnels.
On ne le voit quasi jamais. Il serait infréquentable. On l’a rendu marginal.
Son œuvre fait si peur qu’il a pris un pseudonyme pour éviter les tracas à ses proches.
Ses livres parviennent à mélanger le ton romanesque et la plus intelligente veine journaliste.
On ne sait plus si on lit une fiction ou la réalité.
On perçoit que c’est réel mais c’est tellement énorme qu’on écarquille les yeux en se pinçant.
Obertone ce n’est ni BFM ni Libération.
Obertone est une sorte de Joris Ivens de l’actualité urbaine. Mieux qu’un documentariste, il agit comme un entomologiste de nos travers.
Sous son œil nous ne sommes plus que des insectes qui grouillent sur la surface de la terre.
Sa prose sent le soufre alors qu’il ne fait que rapporter.
Il n’annonce pas la catastrophe, il fait revivre l’inconcevable.
Dans ses phrases, il y a un son métallique comme dans la guitare de Jimmy Hendrix.
Un cri dans la nuit.

Le diable du ciel, Laurent Obertone. Ring, 280 p., 18 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Décembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software