L'Espagne rayonnante domine largement l'Italie faiblarde

03.09.17

L'Espagne rayonnante domine largement l'Italie faiblarde

L’Espagne sera parmi les favoris en Russie. L’ère de l’Espagne n’est pas finie. Isco a été fantastique et a effacé Verratti par des gestes de grande classe, dont un sombrero. En prenant un carton jaune -complétement évitable- dès la 4e mn de jeu, le milieu défensif italien a fragilisé toute l’Italie.

Samedi 2 septembre 2017
Espagne 3-0 Italie
Buts pour la Roja: Isco (13e et 40e), Morata (77e)

Groupe G
1 Espagne 19 pts + 21
2 Italie 16 pts + 11

Espagne
DE GEA (7) Sécurisant
ALBA (6) Correct
RAMOS© (8) Tranchant comme toujours
PIQUE (7) Le Barcelonais a été digne malgré les huées des Madrilènes
CARVAJAL (6) Bon dans son rôle de piston
INIESTA. (7) Travailleur acharné. Alvaro MORATA (72e) (7) Plus qu’un remplaçant
KOKE (6) A fait son match
BUSQUETS (6) Toujours présent
ASENSIO (7) A fait ce qu’il devait faire. Puis SAUL (78e) Non noté
SILVA (6) RAS
ISCO (8) Parfait. Puis Villa (89e). Non noté
Sélectionneur: LOPETEGUI (8) Poursuit la tradition d’excellence

Italie
BUFFON © (5) Bien esseulé
DARMIAN (2) Indigne de la sélection
BARZAGLI (2) K.O. debout
BONUCCI (1) Il a joué ?
CANDREVA(2) Une ombre avec un maillot. Puis BERNARDESCHI (70e) (2) A couru dans le vide
SPINAZZOLA (2) On ne peut pas lui demander plus
VERRATTI (1) Joueur surcoté, ridiculisé plusieurs fois par Isco
DE ROSSI (2) Trop âgé
BELOTTI (2) Lui ou un autre c’est pareil. Puis EDER (70e) Devrait être remplaçant du remplaçant
INSIGNE (2) Aucun signe de talent
IMMOBILE (1) Porte bien son nom. Puis GABBIADINI (79e). Non noté.
Sélectionneur: Giampiero VENTURA (2) Il a confondu match important avec match amical.

Ceux qui pensaient que l’Espagne était en fin de cycle doivent revoir leur position: l’Espagne est en plein renouveau. On peut parler de continuité.
Les Italiens n’ont pas été brillants en Espagne où ils ont laissé des plumes et une salle impression, celle d’une équipe en bout de course, sans âme, sans identité, sans grinta.
L’Espagne au contraire a été conquérante et de plus sans forcer son talent: l’Espagne a joué facilement. L’Espagne a de grandes individualités au service d’un collectif. Le contraire de Verratti au jeu stupide de l’agresseur qui joue de manière stupide.
Côté Espagne, Isco a été sensationnel et Morata tout autant. Asensio a tenu ses promesses.
On peut aussi citer le gardien de Gea et Ramos, sans oublier l’inusable Iniesta.
L’Espagne est quasi déjà en Russie. L’Italie, elle, devra passer par les barrages pour accéder à la Coupe du Monde 2018.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software