Archives pour: Février 2017, 18

18.02.17

Permalien 21:53:21, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Nice, avec Balotelli injustement expulsé, gagne à Lorient et revient à trois points du leader Monaco pour relancer le championnat

Samedi 18 février 2017
26e journée de L1
Lorient 0-1 OGCNice
But pour Nice: Cyprien (15e)

Classement
1 AS Monaco 59 26 + 52
3 OGC Nice 56 pts 26 m. + 22
2 Paris 55 25 + 32

FC Lorient : Lecomte - Koffi, Peybernes, Touré, Le Goff - Mvuemba, Bellugou (Jeannot, 71e) - Cabot (Wakaso, 88e), Marveaux, Waris - Moukandjo (Philippoteaux, 77e)
Manager: Casoni

OGC Nice : Cardinale - Souquet, Baysse ©, Dante, Dalbert - Obbadi (Le Marchand, 75e), Cyprien, Seri - Eysseric (Donis, 81e), Balotelli, Belhanda
Manager: Favre

Nice a fait le plus dur: gagner à Lorient.
Un match qui a bien débuté pour les Niçois grâce au but de Cyprien dès la 15e minute.
Ensuite, Nice a bien tenu alors que les Aiglons ont joué à dix à partir de la 67e minute.
Pourquoi ?
L’arbitre a mis un carton rouge direct à Mario Balotelli parce qu’il s’est appuyé contre un adversaire. Cela ne méritait absolument pas l’exclusion directe, à peine un carton jaune et encore il aurait été sévère.
A vrai dire, au début du match, l’Italien a perdu un ballon et cela l’a énervé. Ensuite, de manière stupide, il a heurté volontairement dans le dos un adversaire. Un geste qui ne s’imposait, le match venait de commencer depuis à peine deux minutes. L’arbitre a-t-il été averti de cet acte d’antijeu à la mi-temps et a-t-il attendu la moindre faute de l’Italien pour l’exclure ? C’est possible car l’attaquant italien en seconde mi-temps n’a rien fait qui méritait qu’on le renvoie au vestiaire. On ne peut pas évincer d’une rencontre un joueur pour une faute non commise parce qu’il en avait faite une non sanctionnée auparavant. On raconte ici et là que Balotelli aurait insulté l’arbitre… Je n’étais pas sur le terrain mais de visu je n’ai rien vu en direct. J’espère revoir des images de l’expulsion.
Dans le match, il n’a pas eu l’activité de Plea mais on le sent toujours capable de faire un grand geste.
Nice reste dans le coup plus que jamais pour le titre.
Nice est solidaire. Une vraie belle équipe.
Mario Balotelli peut-il encore jouer au football ? Les arbitres l’ont dans le collimateur. C’est une évidence. Il ne peut plus mettre d’engagement sans risquer d’être sanctionné. A la moindre faute, il reçoit un carton jaune ou rouge direct. Il faudrait faire appel car sa sortie ne découle pas d’une agression. A la 67e minute, il est sage comme une image. Il ne commet aucun acte pour faire mal.
Au plan du jeu, Nice a bien défendu avec un gardien décisif.
Nice a terminé à dix et cela aurait pu avoir de graves conséquences sur le résultat.
Quand je vous disais que Nice sur le podium cela dérange beaucoup de monde.
La sortie de Balotelli est une mauvaise décision arbitrale. Il faudrait faire appel pour qu’on explique ce qui a motivé le choix de l’arbitre.
Sachant qu’on le surveille comme le lait sur le feu, Balotelli ne doit plus jamais donner le bâton pour se faire battre. Il doit rester le plus calme possible et ne penser qu’à jouer. Il doit prendre pour exemple Obbadi qui a peine arrivé à Nice se fond dans le jeu avec une grande capacité à conserver le ballon, à bien le distribuer, jouant toujours juste, ce qui soulage ses partenaires du milieu. Grand sens de la temporisation.

Permalien 09:34:20, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

A Lorient, Nice peut revenir à 3 points de Monaco qui a fait match nul à Bastia

Le président de Lyon quand on lui dit que Lyon a 13 points de retard sur Nice, en retranche six car il considère qu’il a déjà match gagné contre Metz - match arrêté pour jet de pétards- et contre Nice qui doit se déplacer à Lyon. Merci de surmotiver les Niçois. A la vérité, Lucien Favre aurait pu signer à Lyon mais il a choisi Nice où il a carte blanche sur le terrain, lui.

Samedi 18 février 2017, 20 h
26e journée de L1
Lorient - OGCNice

Classement
1 AS Monaco 59 26 + 52
2 Paris 55 25 + 32
3 OGC Nice 53 pts 25 m. + 21
4 Lyon 40 24 + 16
5 Saint-Etienne 39 25 + 11
6 Marseille 36 25 + 2
7 Bordeaux 36 25 -2
8 Guingamp 34 25 0
9 Toulouse 33 25 + 3
10 Rennes 33 25 -4

Pour jouer derechef en Bretagne, Ricardo Pereira et Alassane Plea, blessés, ne sont pas le groupe niçois qui a tout pour ramener les trois points bien sûr en respectant la lanterne rouge de la L1. Dès qu’on ne respecte pas le jeu, celui-ci se venge, on l’a vérifié une nouvelle fois lors de Paris-Barça avec des Barcelonais humiliés 4-0 parce qu’ils n’ont pas pris au sérieux le PSG, club sans C1.
Si Nice prend les trois points en Bretagne, les Aiglons se rapprocheront de Monaco qui a fait 1-1 à Bastia.
Tout le monde voyez déjà l’ASM championne de France 2017.
Il ne faut pas vendre le plumage d’un Aiglon avant de l’avoir…
Nice doit prouver encore une fois que c’est une équipe de grand caractère et on peu mettre le pluriel aussi. Battre Lorient qui joue sa survie ne sera pas facile.
Balotelli va devoir montrer aux observateurs qu’il n’est pas n’importe qui.
Je publie le classement jusqu’à la dixième place pour bien montrer qu’il y a deux championnats: celui avec les trois premiers et l’autre avec … tous les autres !
Paris, dimanche 19 février 2017 (21 h) aura match plus facile contre Toulouse au Parc, quoique un match n’est jamais joué d’avance, surtout si Nice gagne à Lorient.
Le championnat n’a absolument pas encore donné son verdict. Une chose est certaine: ni Lyon, ni l’ASSE et ni l’OM ne seront champions, n’en déplaise à la sphère médiatique toute acquise à l’ASSE et à l’OM. Certainement pas à Lyon: je n’ai jamais vu un maillot de l’OL ailleurs qu’à Lyon.
Las Aiglons présents à Lorient:
Gardiens : Cardinale, Benitez.
Défenseurs : Souquet, Baysse, Burner, Le Marchand, Dalbert, Dante.
Milieux : Belhanda, Seri, Eysseric, Walter, Obbadi, Cyprien, Koziello.
Attaquants : Balotelli, Srarfi, Donis.

Jacques Brel a disparu mais il n'est pas mort

Ci-dessus entretien Jacques Brel avec Henri Lemaire à Knokke en 1971
Réalisation par Marc Lobet

A voir sur France 3: Jacques Brel, fou de vivre. Documentaire de Philippe Kohly:

http://pluzz.francetv.fr/videos/jacques_brel_fou_de_vivre_,153337761.html

Dans cette émission, il y a des extraits de l’interview ci-dessus.
Le documentaire ne rappelle pas le mot de Brel: “Sans Trenet, nous serions tous des expert-comptables.” Ni que Brel enfant mis l’empreinte d’une patte de son chat à la case “signature des parents". A part ça, tout y est. Notamment: “Quand on n’a (plus) rien à dire, il faut se taire". Il a arrêté la scène aussi parce qu’il ne voulait pas réécrire en moins bien tout ce qu’il avait déjà dit. Brel n’était pas un produit qui épousait les modes pour durer comme tant de promoteurs de spectacles. Le public est parfois dupe et se laisse piéger par des moins que rien qui ne sont que de pitoyables faiseurs dont je débusque le mensonge professionnel au fond de leurs pitoyables rétines.
Le documentaire est bien sûr à regarder sans hésitation.
On y voit l’un des maîtres de la chanson avec Brassens, Trenet, Ferré, Ferrat, Aznavour et Barbara.
Brel est mort jeune mais il a vécu une vie si intense que cela revient à avoir été centenaire.
Il a laisse une grande partie de sa vie sur scène.
C’est le plus grand interprète de la chanson française du XXe siècle.
Il vivait intensément ce qu’il disait, de la tête aux pieds. Les mots, les émotions, sa rage, sa violence, sa douceur, tout traversait son cœur, son cerveau.
Il a mis ses tripes sur scène pendant quinze ans.
Avant, il était dans une concentration optimale. Un tract qui le faisait vomir.
Il entrait en scène en courant.
Il donnait tout sans aucun rappel. Il ne revenait jamais. Miles Davis agissait de la même façon.
J’ai entendu Coluche dire: “Dans un théâtre, la personne la plus importante et celui qui ouvre et ferme le rideau". Cela voulait dire qu’il fallait battre le rappel pour chauffer la salle.
Brel ne mangeait pas de ce pain-là.
Après ses textes, il ne prenait la parole que pour donner le nom de ses musiciens. (Il n’est revenu devant le public après le rideau tiré que le soir de sa dernière à l’Olympia pour dire: “Ce fut quinze ans d’amour".)
Après avoir mis la vie et la mort sur les planches, il ne pouvait pas aller dormir.
Il allait manger avec ses amis.
La trilogie: tabac, alcool, fille. Il fumait 4 paquets de cigarettes par jour. 80 clous de cercueil comme disait Humprey Bogart.
En Belgique, il y avait sa femme et leurs trois enfants, trois filles. Sa femme acceptait son mari comme il était pour ne pas qu’il lui dise à cinquante ans: “J’ai raté ma vie". Il vaut mieux être mariée à Brel qu’on ne voit jamais qu’à un imbécile qu’on voit tous les jours. Brel polygame, non ? Brel, poète. Il n’y a rien d’autre à dire. On n’enferme pas un oiseau, à moins d’être un sadique.
Sa fille France, avec laquelle il avait un rapport très fort a dit (je cite de mémoire): “Je n’ai pas eu de père. Mon père appartient à tout le monde". C’est vrai. Ainsi quand on voit Brel sur l’écran ou qu’on l’écoute, l’entende, on se dit: “On n’est pas seul, on n’est plus seul". Il y a Brel. Seuls les grands humanistes sont perceptibles.
Je me souviens que ma mère m’a dit quand j’avais 15 ans: “Jacques Brel a interdit à ses filles qu’elles viennent le voir sur scène". Oui, il ne voulait pas que ses filles le voit se mettre aussi “minable", aussi “chiffon". Brel ne trichait pas: quand il disait “je t’aime” ça se voyait, et quand il disait “tu pars ?” ça ce voyait aussi.
Jacques Brel a écrit, a chanté, a joué, a réalisé, a navigué, a piloté des avions.
Jacques Brel fut un vrai vivant.
Jacques Brel n’est pas mort.
Il était encombré par son corps en bonne santé, disait-il.
Ce corps n’est plus là. Son esprit, oui.
Pour qu’il meure il faut que je meure. Je suis un cimetière ambulant.

Février 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software