Archives pour: Janvier 2017, 08

08.01.17

Ben Arfa joue et Paris gagne 7-0 contre Bastia

Samedi 8 janvier 2017
Coupe de France - 32e de finale
Paris-SG 7-0 Bastia
Thiago Silva (30e), A.Rabiot (43e), C.Nkunku(48e), T.Motta (57e), Lucas (63e s.p), A.Di Maria (77e), J.Draxler (89e)

Il y en aura, j’en suis persuadé, qui vont dire et écrire:
-"Ben Arfa n’a pas bien joué. Avant-centre, il n’a pas marqué…”
Incroyable le nombre de voyants aveugles toujours plus nombreux à prêcher la mauvaise parole.
Titulaire a un poste qui n’est pas celui qui lui correspond le mieux, Hatem Ben Arfa a joué un match qui se termine par 7-0. Est-ce un hasard ?
Pas du tout ! Le stratège a fait vivre le ballon. Il est à l’origine de plusieurs buts, à la dernière ou avant-dernière passe.
Emery l’a titularisé dans un match qu’il devait considérer facile (on sait comment il fonctionne depuis le début de saison) mais là maintenant, il va penser quoi du 7-0 ?
Imaginons que Ben Arfa joue contre le Barça et que Paris se qualifie pour les 1/4. Avec Ben Arfa, Paris est plus fort. Dans ce match, il a été titulaire. On verra bien.
Certains disent que dans les grands clubs, il faut accepter la concurrence. Ceux qui disent cela étaient des abonnés au banc des remplaçants !
Et ceux qui disent qu’un avant-centre parfois doit se sacrifier pour le collectif sont les mêmes qui disent que Ben Arfa n’a pas marqué contre Bastia !
Paris n’a pas gagné parce que Ben Arfa jouait mais c’est parce que Ben Arfa jouait que Paris a gagné 7-0 ! Vous me suivez…
Ben Arfa a le Brésil dans ses pieds comme Gérard Philipe avait la grâce dès qu’il apparaissait sur une scène ou à l’écran et même à la ville.
La présence de Ben Arfa rend meilleurs ses coéquipiers car il éclaire leur jeu.
Quand on a des yeux on a vu à l’œuvre Ben Arfa, avec le maillot floqué 10. Oui, 10 à l’ancienne comme tous les grands, les très grands.
Prenons sa passe pour T. Motta… Là on a vu la classe de Ben Arfa: harmonie de gestes, équilibre du corps, tempo, art du dosage. Le caresseur de cuir est élégant, comme tous les stylistes de haut parage. On a vu dans ce match, sa science du décalage.
Pour aimer Ben Arfa, il faut respirer le football.
On n’apprend pas à voir un tableau de Vermeer. Il faut savoir communiquer avec un artiste. C’est la seule religion vraiment intéressante. Il faut pour cela une longue pratique du beau que parfois l’on décèle dans un aphorisme perdu dans un magma de phrases.
Ben Arfa a dans son corps toute l’Histoire du football, exactement comme Apollinaire avait dans le sien toute l’Histoire de la poésie. Il est question de la transmission d’un langage par des artistes qui sont vraiment des artistes et non pas des produits commerciaux défendus par de vulgaires maquignons.

Permalien 11:41:34, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Coupe de France: Nice se fait rejoindre et battre en fin de match à Lorient

32e de finale de Coupe de France
Dimanche 9 janvier 2017, 14 h 15
Lorient 2-1 OGCNice
Buts pour Lorient : Aliadière (72e), Mesloub (75e)
But pour Nice: Plea (43e)

FC Lorient : Lecomte - Ciani, Rose, Lautoa (Bellugou, 85e) - Moreira, Mvuemba, Guendouzi (Mesloub, 55e), Le Goff - Cabot, Jeannot (Aliadière, 46e), Marveaux

OGC Nice : Benitez - Souquet (Mahou, 84e), Le Marchand ©, Sarr, Dalbert (Burner, 72e) - Lusamba, Cyprien, Koziello - Ricardo, Plea, Marcel (Bosetti, 80e)

APRES LE MATCH
L’Equipe B de Nice a eu longtemps le match à sa portée mais les Aiglons ont été incapables de marquer le second but après leur ouverture du score.
Au retour des vestiaires, Aliadière a rappelé qu’il fut un grand espoir du football qui n’a pas su confirmer à Arsenal. Dès la reprise, il a sonné la charge et ses coéquipiers sont parvenus à marquer le second but qui a fait défaut à Nice.
Les jeunes niçois ont pu mesurer que dominer n’est pas gagner. Adage toujours vrai. On ne peut pas mieux dire.
Les joueurs azuréens qui ont un peu de plus de bouteille n’ont pas fait mieux.
Rien de grave, je ne crois pas un seul instant que l’effet Lucien Favre soit passé. Je souhaite le prompt rétablissement au manager suisse car à la fin du match je l’ai vu tousser un petit peu. La reprise du championnat va le requinquer.
Nice n’a plus qu’une compétition à disputer.
Le moment-clé du match est intervenu quand le gardien remplaçant du Gym a télescopé un défendre rouge et noir, ce qui a permis à Lorient de mieux gérer un ballon pas facile. C’est ainsi que débuta la remontée au score des locaux. Bon vent à Lorient et demain sera un autre jour.
En deuxième mi-temps Nice a été secouée par le révolte des locaux.
D’aucuns vont dire que cette défaite va enrayer la machine niçoise. Evidemment, il ne s’agit pas de Niçois !

AVANT LE MATCH
Côté Aiglons, sont absents, en défense, Dante et le gardien Yoan Cardinale.
Joueurs en convalescence: Paul Baysse et Valentin Eysseric.
Seri participe à la Coupe d’Afrique des Nations.
Mario Balotelli et Younes Belhanda sont suspendus.
Fatigué, suite à la décompression de la fin des matchs aller, Lucien Favre est heureusement rétabli. Il a convoqué des jeunes pour aller à Lorient.
Tous les observateurs - à part les Niçois- donnent Lorient gagnant. Cependant, il faut laisser le match se dérouler car l’entraîneur du Gym a poursuivi en l’améliorant encore la dynamique installée par Claude Puel. Les jeunes peuvent s’insérer dans le tourbillon et qualifier Nice. Ne déplumons pas l’Aigle de Nice avant l’issue du match. Cette équipe de Nice est solide. Regarder le milieu: Marcel frappe à la porte de l’équipe fanion. Benitez a été bon, surtout sur sa ligne, quand il a dû remplacer Cardinale en plein match. Devant Plea est là. Bosetti veut prouver qu’il est là aussi.

Janvier 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software