Archives pour: Novembre 2016, 02

02.11.16

Permalien 12:33:36, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

8 minutes 12 de bonheur avec les Niçois, heureux leader de L1

C’est très bien que Nice soit en bas de la France.
De cette façon, le club œuvre tranquillement.
Pour l’instant, les médias parlent surtout de Paris, Marseille…
On voit rarement Nice jouer aux heures convoitées par les sponsors.
Si Saint-Etienne était leader et invaincu, les Verts feraient l’ouverture du 20 h !
La pression est sur Paris et Marseille.
Paris et Marseille ont un nouvel entraîneur.
Nice aussi !
Qui travaille le mieux: Emery, Garcia ou Favre.
Réponse en mai 2017. Vous connaissez déjà ma réponse.
Quand on voit Garcia a l’OM, on entend déjà que les gens disent: “Il fait ce qu’il peut…” Il fallait alors garder F. Passi ! Quand vous avez le statut de grand entraîneur, les clubs sont prêts à casquer pour acheter des joueurs. Passi n’a pas eu cette chance.
Personne n’aurait pu penser que Favre fasse encore mieux que Puel.
Gouverner c’est voir loin: le pt Rivère a cette qualité, il ose sans prétention.
Les images de Yannick Faraut, et aussi celles de Baptiste Pollano, d’autres fois, parlent d’elles-mêmes.
Heureux qui comme Nice avance à coup d’ailes d’Aigle vers mai 2017.
Pour le reste de la France, Nice fait mumuse comme Angers et Caen la saison dernière avant que tout rentre dans l’ordre et que la L1 soit remportée par Paris.
Pour le reste de la France, Nice, au mieux va gagner le championnat comme Leicester en Premier League en 2015-2016 puis disparaîtra ensuite.
Personne ne voit Nice s’installer durablement au sommet de la L1.

Permalien 00:06:31, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Toxicologie wagnérienne. Etudes de cas. Philippe Bernier (Bartillat)

«Sans musique la vie serait une erreur» a dit Nieztsche. Pas besoin de l’avoir lu pour connaître cette citation. A un moment, elle fleurissait sur les t-shirts. La musique fut l’une des passions du philosophe passionné et passionnant, ce qui est rare. Pour lui Wagner était une « maladie » comme le raconte magistralement Philippe Berthier dans son essai qui l’est tout autant. D’autres ont été aussi contaminés : Barrès, Claudel, Thomas Mann.
Les intoxiqués du musicien se rendaient à son rendez-vous du Festival de Bayreuth qu’il créa en 1876. Il faudrait plusieurs volumes pour raconter la vie de ce Don Juan aussi doué à tisser des amitiés qu’à les transformer en combat de haine. La puissance de sa musique, au cœur de tant d’œuvres du fantastique compositeur, est si évidente qu’elle fut récupérée par les nazis, ses pires admirateurs. Il faut dire qu’il faisait de l’antisémitisme comme d’autres de l’albumine.
La musique wagnérienne est renversante, c’est le moins que l’on puisse dire. Wagner fait partie des dix plus grands musiciens de l’Histoire. Quand vous écouter du Wagner vous avez envie de renverser des montagnes. On plaint les nouvelles générations qui croient que le rap est violent. A côté de Wagner c’est de la chique molle.
Impossible de résumer l’essai de Philippe Berthier, on peut juste donner envie de le lire. Il est à la hauteur de son instigateur : romantique à souhait et délirant comme il faut. Mieux vaut se perdre dans sa passion que perdre sa passion (saint Augustin). On en ressort moins inculte.

-Toxicologie wagnérienne. Etudes de cas. Philippe Bernier (Bartillat,256 p., 20 €)

Novembre 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software