Ecritures de la guerre, Roger Martin du Gard. (Les Cahiers de la NRF. Gallimard)

29.10.16

Permalien 08:40:48, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Ecritures de la guerre, Roger Martin du Gard. (Les Cahiers de la NRF. Gallimard)

Il s’agit du Journal inédit de Maumort (14 juin-21 juillet 1940) ou le journal de l’armistice tenu par l’auteur de Jean Barois. La collection les Cahiers de la NRF est le nec plus ultra pour les férus d’Histoire littéraire. Ici nous sommes au coeur de la littérature. On peut prendre au hasard un livre sur le rayonnage et découvrir tout un monde littéraire. Il s’agit toujours de témoignages ou de correspondances.
Mobilisé en 1914 à 33 ans, Roger Martin du Gard fit la guerre comme chef d’une colonne de camions pendant cinq ans dans l’Est de la France. Vingt ans plus tard, le sexagénaire Prix Nobel de Littéraire quitte sa maison en Normandie occupée par les Allemands pour se réfugier à Nice. Ce 8e cahier est en quelque sorte la trame d’une partie des Thibault et donc de la fin de la suite romanesque : L’Été 1914 (1936) et Épilogue (1940). Le Journal de Maumort (14 juin-21 juillet 1940) ou le journal de l’armistice est celui d’un vieux colonel qui analyse la débacle, l’armistice et l’occupation allemande.
Charlote Andrieux retrace la chronologie de Martin du Gard d’après ses Carnets de Guerre (2 août 1914-9 mars 1919). De Bercy à la rue du Cherche-Midi, en passant par Amiens, le Pas de Calais, Verdun, la Meuse, la Somme, Compiègne, Aisne, la Rhénanie.
En 1918, il écrit; “Je souffre cruellement de voir”.
Le 14 juin 1940: “Sommes foutus”.
Le 20 juin 1940: “Mon désoeuvrement me ramène à ce carnet. Pas question de recommencer à tenir mon journal, mais consigner chaque jour la suite des faits”.
22 juin 1940: il parle de De Gaulle, et n’a pas entendu l’Appel du 18 juin 1940. Beaucoup de ceux qui disent l’avoir entendu mentent. Sur De Gaulle: “C’est l’homme qui avait prévu la forme motorisée de la guerre moderne.
Roger Martin du Gard a lu les livres du général. Il parle des “vues prophétiques” de l’homme qu’il admire.
L’écrivain a été enterré au cimetière de Cimiez, à Nice.
Les livres des vedettes actuelles de l’édition n’ont que de téléspectateurs. Ceux de Roger Martin du Gard, eux, ont des lecteurs, aussi rares soient-ils. La qualité prime sur la quantité. Ce n’est pas parce que beaucoup de gens crient qu’ils ont raison.

-Ecritures de la guerre, Roger Martin du Gard. Sous la direction de Jean-François Massol avec les contributions de Charlotte Andrieux, Hélène Baty-Delalande, André Daspre, Angels Santa et Alain Tassel. Les Cahiers de la NRF. Gallimard, 272 p., 22 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Gebe [Visiteur] Email
Le pire c'est que voir une interprétation à la télévision, ou en bande dessinée, c'est éloigner la jeunesse du livre. Plus de curiosité pour des histoires dont on connaît déjà l'intrigue, la chute. Plus de liberté d'évasion dans les sentiments ressentis ou imaginés lors de la lecture.
PermalienPermalien 05.11.16 @ 17:43

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software