L'ouverture de la saison anglaise débute par une victoire du Mourinho United Club

08.08.16

Permalien 06:28:24, Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

L'ouverture de la saison anglaise débute par une victoire du Mourinho United Club

Mon titre est provocateur car Mourinho ne va pas commettre l’erreur de van Gaal: il sait que MU a une histoire plus forte que la sienne. MU est toujours en convalescence du départ de Sir Ferguson qui m’a fait vivre au paradis sur la terre du football pendant vingt ans, non stop. Vingt ans de joie, de beauté, de fête, chaque jour, chaque nuit, chaque minute, chaque seconde. Ce fut tellement extraordinaire qu’il est surhumain de remplacer le Portugais. J’aurais préféré Guardiola mais à défaut, je veux croire en Mourinho, mettant entre parenthèses son doigt dans l’œil du regretté Tito Vilanova (icône catalane), geste indigne d’un seigneur du football.

Dimanche 7 août 2016
Community Shield, à Wembley
Manchester United 2-1 Leicester City
Buts pour MU: Lingard (32e), Ibrahimovic (83e)
But pour Leicester: Vardy (52e)

STATISTIQUES DU MATCH
Possession de balle: Leicester 42% United 58%
Tirs: Leicester 10 United 9
Tirs cadrés: Leicester 2 United 6
Corners: Leicester 7 United 2

Manchester United: De Gea, Valencia, Bailly, Blind, Shaw (Rojo 69e), Carrick (Herrera 61e), Fellaini, Lingard (Mata 63e) (Mkhitaryan 90 e+2), Rooney (Schneiderlin 87e), Martial (Rashford 69e), Ibrahimovic.
Sur le banc: Romero
Manager: Mourinho

Leicester: Schmeichel, Simpson (Hernandez 63e), Huth (Ulloa 89e), Morgan, Fuchs (Schlupp 80e), Mahrez, King (Mendy 62e), Drinkwater, Albrighton (Gray 46e), Okazaki (Musa 46e), Vardy.
Sur le banc: Zieler.
Manager: Ranieri

L’Histoire retiendra que le Manchester United de José Mourinho a commencé par remporter un trophée : le Community Shield 2016 comme ce fut le cas pour David Moyes qui avait dédié le trophée à Sir Ferguson puisque c’est grâce à l’Ecossais que MU avait pu disputer cette finale. Ensuite, Moyes ne sait jamais imposer. Mourinho a dit la même chose- c’est une surprise de la part d’un tel égocentrique- par rapport à van Gaal, son prédécesseur qui remporta la CUP comme Ferguson… C’est la seule chose en commun que partageait le Néerlandais avec le mythique coach. Van Gaal comme Moyes a déserté Old Trafford. Mourinho sait plus que jamais qu’il est sur un siège éjectable. Il joue même sa réputation : soit il est devenu un « spécialiste de l’échec… », soit il est bel et bien un winner. Les Red Devils du Portugais ont donc battu Leicester grâce notamment à Zlatan Ibrahimovic (2-1). C’est un bon signe donné aux rivaux de la Premier League.
En attendant l’arrivée de Paul Pogba, qui a passé la visite médicale avec succès, Mourinho a aligné Marouane Fellaini – qui joue beaucoup avec les coudes- au milieu d’un 4-2-3-1. Fellaini, piètre joueur, a participé à l’égalisation de Leicester. Auparavant, Jesse Lingard ouvrit le score à la 32e minute, récupérant le ballon à 40 mètres du but pour pour dribbler cinq adversaires. Démonstration de sa vitesse phénoménale.
Durant ce match, qui a eu l’autorisation de dépasser trois changements de joueurs, on a vu plein de permutations : Zlatan Ibrahimovic a par exemple décroché pour laisser Rooney devant en fer de lance. L’attaquant suédois, invisible tout le match, telle une pièce rapportée qui ne trouve pas sa place- comme au Barça jadis ?- a su marqué de la tête au meilleur moment, histoire de rappeler qu’il n’est pas n’importe qui. Sur un centre d’Antonio Valencia, il a pris le meilleur sur Wes Morgan pour tromper Kasper Schmeichel (le fils du cultissime Peter de MU) qui vient de resigner jusqu’en 2021. Les Foxes ont essayé de revenir au score mais United a bien tenu la maison rouge.
Le MU de Mourinho va bénéficier de Pogba, qui c’est une certitude va plus apporter que Fellaini : à part la grinta et un jeu de tête potable, le Belge n’a pas le niveau pour jouer à MU. Smalling absent, a lui, un déficit de grinta : joueur appliqué, ce n’est hélas ! qu’un Rio Ferdinand Canada Dry. Schneiderlin ? S’il a sa place de titulaire à MU, vu la pauvreté de son jeu, il faut alors donner le Ballon d’Or à Nani, immense intermittent du spectacle.
Le MU de Mourinho est loin de faire peur. Le Portugais est là pour faire regagner illico la Premier League a MU. On ne lui en demande pas plus. Au moins dans les trois premiers. J’ai noté que Mourinho a aligné d’entrée Valencia et Carrick, comme quoi il connaît mieux le football et MU que van Gaal qui a voulu effacer toutes les traces de Sir Ferguson. Fatale erreur.

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: saga [Visiteur] Email
bah c'est fini tout ça, toutes les équipes se ressemblent désormais, United, City, aucune identité de jeu, juste une alignement de starlettes qui demain officieront dans un autre club. L'amour du maillot ?! Vaste blague. Le fric a presque tué le foot.
PermalienPermalien 08.08.16 @ 15:02
Commentaire de: morlino [Membre]
On ne peut pas retourner en 1986-2013. On n'y retournera jamais. L'important c'est de l'avoir vécu.
PermalienPermalien 08.08.16 @ 16:18

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software