Sous l'Antiquité les combats devaient cesser pendant les Jeux Olympiques

01.08.16

Permalien 05:40:03, Catégories: LITS ET RATURES, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

Sous l'Antiquité les combats devaient cesser pendant les Jeux Olympiques

Comme la planète football est calme et que je peux pas m’épuiser à écrire sur France = Terrorisme + FN parce que nos présidents de le République courent les jupons au lieu de s’occuper de la France 24 h sur 24, j’amorce ici une séquence sur les livres. Le Blog ne s’arrête jamais.

-Histoire des Jeux Olympiques (Gallimard Jeunesse, 72 p. , 12,90 €)
En attendant les J.O. de Rio de Janeiro du 5 au 21 août 2016 voici un beau panorama des J.O d’été dans ce classique pour les jeunes dirons-nous. On voit l’essentiel des événements passés, de la (re)naissance des J.O. sous la houlette du Baron de Coubertin qui soit dit en passant n’a jamais dit l’important était de participer et non de gagner. L’ensemble de l’album bien maquetté est plein de photographies des champions d’hier et d’aujourd’hui. L’iconographie est la base de ce travail. On a droit aux faits les plus importants. Un survol plein d’enseignements.

-Mémoires olympiques, Pierre de Coubertin (Bartillat, 240 p., 20 €)
Le Baron (1863-1937) fut le rénovateur des J O pour favoriser la paix dans le monde. Il faut savoir qu’à l’origine les J.O. sous l’antiquité permettaient la trêve olympique. Le temps des Jeux, il fallait cesser les combats, pour ne plus se battre que de manière sportive. Aujourd’hui on est incapable de faire la même chose. La guerre est de partout, même sous nos fenêtres en France. Le Baron ne fut pas exempt de quelques graves fautes. A Saint-Louis, les JO 1904 ont organisé les « Anthropological days » pour y parquer ce que les Américains considéraient comme des bêtes curieuses : « Pygmées d’Afrique, Aïnous japonais, Sioux, Patagons, Moros et Igorots des Philippines, Cocopos du Mexique, Turcs et Syriens » (Un siècle d’olympisme, Bernard Morlino, La Manufacture, 1988) Le Baron de Coubertin se moquait de cette pantalonnade raciste, son but était de libérer les Jeux de l’emprise d’une Exposition universelle. Il voulait des Jeux autonomes. Le racisme de 1904 ? Il se pinça le nez avec une pince à linge. Selon lui, il s’agissait d’une « originalité […] plutôt gênante ». Voilà ce qu’on lit page 79. Pour le bon côté : Coubertin voulait instaurer le sport à l’école pour le bienfait de la jeunesse. Les JO devaient donner une ampleur mondiale à son projet. Il voulait que les sportifs concourent plus pour eux que pour un pays. Douce utopie. Au versant négatif, Coubertin était un profond misogyne. «Pas de Jeux femelles » (sic) Cependant les femmes firent peu à peu leur apparition, contre sa volonté. Il disait du « sexe faible » comme on disait à l’époque qu’elles incarnaient une « imparfaite doublure ».
Il y a plus grave : il se s’opposa à l’accaparement des Jeux 1936 par la propagande nazie qu’il ne condamna jamais. Quant à la phrase : « L’important n’est pas de gagner mais de participer », il ne l’a vraiment jamais dite ! Et il convient d’insister là-dessus. Dans toutes mes recherches je n’ai trouvé que : « L’important n’est pas le triomphe mais le combat », ce qui n’a rien à voir. On peut très bien comprendre que le combat précède le triomphe et donc que la finalité est de vaincre en sport. Le grand mérite de Coubertin est d’avoir réalisé son rêve : organiser des Jeux Olympiques modernes. Au début, ses détracteurs croyaient qu’il voulait faire des reconstitutions historiques des épreuves antiques… Aujourd’hui, l’argent a tué l’esprit amateur. Les médias et les sponsors ont tout confisqué. Il faut avoir conservé beaucoup de fraîcheur d’âme pour oublier la médicalisation des sports. On peut se consoler en se référant à la Grèce de Platon : on y transférait déjà les athlètes qui parfois se… dopaient.

-Puzzles 3 D, David A. Carter (Gallimard jeunesse, 14 pages, 14,90 €)
Cela n’a rien à voir avec les JO mais c’est très sportif de réaliser ces puzzles en 3 D très bien présentés. Ils sont sous forme désincastrable. On les retire de la page et l’on monte une sphère, un cône, un cylindre, un cube, une pyramide ou un pavé avec des cercles, triangles, rectangles ou carrés. C’est très bien fait et l’on peut ensuite tout redémonter et replacer dans les pages de l’album. Tout cet ensemble développe la concentration, l’habilité et la rapidité, trois qualités requises en sport.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Avril 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software