Nissa la Bella reste Nissa la Bella

18.07.16

Permalien 18:47:18, Catégories: LE GYM E BASTA, LA REVUE DE STRESS  

Nissa la Bella reste Nissa la Bella

Cinq générations de ma famille ont marché des milliers de fois sur la Promenade des Anglais avant que le trottoir ne soit plus qu’une temporaire flaque de sang.
On aurait dû mettre des chars d’assaut là où passent les chars fleuris ou ceux du carnaval. La force au lieu de la violence. La question que personne ne pose: est-ce que le gouvernement de gauche a lésiné sur la sécurité car Nice n’est pas une ville de gauche ?

Le tueur de masse a-t-il joué à un jeu vidéo avec des êtres vivants ?
Sommes-nous dans l’illustration de la prémonition d’Andy Warhol: viendra le jour où tout le monde sera célèbre ?
La génération selfie a-t-elle tellement ingurgitée de morts à la télévision que la vie n’a plus de prix ?
Si j’étais fils d’un tueur de masse, je me suiciderai tant j’aurais honte d’avoir un tel père. Changer de nom ne suffirait pas. Il faudrait que je me tue pour le tuer encore.
Etre né à Nice, c’est aussi prestigieux que d’avoir eu Paris pour berceau.
Nice attire le monde entier. Je ne connais aucun Chinois qui rêve d’aller passer des vacances à Trifouillis-les-Oies.
Nice l’hiver, c’est sublimissime entre 10 h du matin et 16 h. On se fait caresser par les rayons du soleil quand le reste de la France se les gèle. Oui, oui même à Cannes et Marseille.
Pour un Niçois, passé le Pont de la Manda, c’est la Sibérie !
Au-dessus de Lyon, c’est le pôle Nord.
J’ai connu et connaît encore des Niçois d’exception: mes parents, mes frères, Louis Nucéra, Madame Barale, Michel Barelli, Roger Ricort…
La liste des grands Niçois est longue: de Garibaldi à Hugo Lloris en passant par Francis Gag, le Molière Niçois qui se moquait complétement d’avoir du succès hors de Nice. Nissa la Bella et basta !
Nice c’est une ville qui a sa propre langue, magnifique, ultra imagée. Et ne dites jamais qu’il s’agit d’un patois, d’un dialecte.
Nice c’est une cuisine délicieuse: pissaladière, pan-bagnat, farcis, tourtes de blettes, gnocchis…
Nice c’est une lumière qui peut-être d’une clarté crue inouïe ou légèrement trouble pleine d’embrun.
Nice reste mon berceau entouré de collines.
Je sers Nice et ne m’en sers pas.
Avoir reçu la médaille d’or de ma ville natale c’est mieux que le Nobel de Littérature.
On n’est pas nombreux à être prophète dans son pays.
A Nice, il fait toujours beau même quand il pleut.
Il peut y pleuvoir sans cesse avec des coups de tonnerre qui font peur.
Sans cesse pendant quelques heures puis le soleil revient. Parfois dans la même heure.
A Nice, il y a du mimosas et des oranges, les meilleures du monde. Mon palais les connaît par cœur.
A Nice, il y a le Cours Saleya qui a vu Napoléon.
La Promenade est un bras d’or qui contient la Méditerranée.
A Nice, le ciel se confond à l’horizon avec la mer.
Les ignorants de la capitale se moquent toujours de nous pour le carnaval et la salade niçoise.
On laisse faire ou laisse dire.
42 000 Niçois sont venus saluer 84 morts.
Le Tunisien n’a pas tué Nice.

[Post dédié à Jean Vigo]

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Octobre 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software