Blog en deuil: Il faut un référendum sur les interventions militaires françaises

16.07.16

Permalien 09:00:27, Catégories: De GAULLE ET MITTERRAND SONT MORTS  

Blog en deuil: Il faut un référendum sur les interventions militaires françaises

La protection de la population doit être ni de droite ni de gauche. Une évidence, si c’était le président de la république- ou une autre huile politicarde- qui avait fait un discours vers l’Opéra Plage, à Nice, croyez-moi que la promenade des Anglais aurait été sécurisée d’un bout à l’autre. On nous fait croire qu’il était impossible d’arrêter le terroriste avant qu’il ne commette son assassinat de masse. Là n’est pas la question. Cette fois il ne fallait pas l’arrêter quinze jours avant mais l’empêcher de pénétrer en camion sur la promenade des Anglais à l’instant même où il y est entré avec une facilité déconcertante. Avec un semi remorque ! S’il y avait eu des soldats bien armés, le terroriste aurait reçu l’accueil qui convenait. Si j’avais eu en charge la responsabilité de la sécurité je n’aurais pas la conscience tranquille. Mais ils peuvent dormir tranquille. J’ai lu Kafka. Dans la fonction publique, il n’y a pas de visage. La France souffre de l’absence de grands hommes politiques qui ne sont plus que les marionnettes d’agences de com. Charles de Gaulle en avait mais ils s’appelaient André Malraux et Romain Gary. A la place de politiciens en place cela fait longtemps que j’aurais démissionné. Je ne pourrais pas vivre avec le sang de mes compatriotes, de mes contemporains sur le bulletin de vote.


Jamais le camion de la mort n’aurait dû pouvoir avoir accès à la promenade des Anglais.
Ceux qui disent “c’est facile de le dire après” sont des irresponsables incompétents.
Le problème ce n’est pas : “l’assassin n’était pas soupçonné de pouvoir commettre ce qu’il a fait” mais il fallait l’empêcher au moment même où il a commencé sa course meurtrière. Jeudi 14 juillet vers 22 h et non pas mardi ou mercredi. En flagrant délire !
La politique ce n’est pas que passer à la télévision pour bavasser de la langue bois.
Le terroriste a assassiné 85 personnes, voire plus.
Il en a blessé gravement des centaines.
Toutes les victimes sont des gens de bonne volonté.
Une dame a eu ce mot: “Les enfants qui on perdu la vie regardaient vers le ciel. Ils y sont montés". Voilà la poésie de retour sur la Baie des Anges.
La ville de mes parents, de mes ancêtres, de ma famille vient d’être poignardée.
Mon grand-père paternel y a chassé les nazis comme Catherine Ségurane a mis hors d’état de nuire les Turcs.
Va-t-on se laisser massacrer encore longtemps par des toxicos qui nous prennent pour des jeux vidéos ?
Le quinquennat actuel est celui de la mort.
Les politiciens font la guerre mais c’est le peuple qui trinque !
Les politiciens ne risquent plus leur vie. Ils sont ultra protégés à l’inverse de leurs prédécesseurs: la liste est longue de Henri IV à Kennedy.
Donc pour les atteindre, on frappe, on tue le peuple. Médiatiquement cela revient à la même chose.
C’est ce qui se passe depuis 2012 de manière constante en France.
Aucun français n’a décidé de faire la guerre en Irak et en Syrie.
Nos dirigeants, des élus, font la guerre sans nous le demander.
Résultat des courses, on se fait tuer à leur place, par des gens qui sont contre ces interventions.
Rappel de la remarque de Paul Valéry:
-"La guerre [est un] massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas.”
Il a dit aussi:
-"La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde.”
C’est pour cela que chaque citoyen doit regarder de près ce que l’on réserve au peuple.
Le gouvernement en place- s’il était de droite et avait fait la même chose mon point de vue serait le même- ne cesse pas de dire que nous sommes en guerre. Ce gouvernement a décrété l’état d’urgence.
Pendant l’état d’urgence, les rassemblements sont interdits.
Alors pourquoi avoir permis ce rassemblement pour le 14 juillet 2016 à Nice ?
Les politiciens pensent toujours qu’on ne doit pas faire reculer les libertés.
On ne peut pas tenir un discours, décréter, et faire le contraire.
Si on a autorisé le feu d’artifices à Nice, il fallait mettre de gros moyens sachant que le terrorisme peut surgir à chaque instant.
Cette fois ce fut un camion. Cet obus urbain - hommage à Apollinaire qui dès 1905 voyait des obus dans les autos- n’est pas passé par la route barrée mais par le trottoir non barré. Première faute de la surveillance. Pour lutter il faut penser à tout.
Ensuite, deux policiers tirent sur le chauffeur qui poursuit sa route.
Leurs armes sont dérisoires. Il fallait des armes plus puissances qu’ils n’avaient pas.
Deuxième faute de surveillance.
Le camion a ensuite commis son carnage sur toute la promenade des Anglais, de l’hôpital Lenval au Palais de la Méditerranée. Il n’a été maitrisé qu’à la fin de sa course volontairement meurtrière. Ce ne fut pas une bombe lancée mais un engin conduit un long moment sans être stoppé par la police et l’armée.
Si nous sommes en guerre, il faut faire descendre les chars dans la rue. Les mettre de partout. Je préfère voir des chars que de ramasser 85 cadavres. On ne veut plus voir des familles pleurer leur(s) enfant(s). Ni voir des enfants pleurer leur(s) parent(s). A Nice, une famille de quatre personnes a été tué par le camion. A l’heure où j’écris cinquante blessés peuvent mourir de leurs blessures.
D’évidence, il y a dans notre pays des gens qui veulent nous détruire.
C’est inacceptable. On ne peut vivre avec cette menace constante. Aller chercher son pain vire à l’exploit !
Ce camion assassin rappelle l’avion piloté par un Allemand qui l’a envoyé contre une montagne.
Nos dirigeants ne peuvent plus prendre la décision de faire la guerre dans des pays lointains sans demander au peuple ce qu’il en pense.
L’heure d’un référendum a sonné.
On sent bien que le référendum fait peur parce qu’il a relent de populisme.
Les politiques savent que si l’on en faisait un sur la peine de mort, le peuple demanderait sans doute qu’elle soit rétablie.
En Angleterre on a vu les dégâts du Brexit. A propos d’Europe, les Italiens évitent les attentats car ils n’interviennent pas comme les Français.
N’empêche, le peuple est souverain et on doit lui demander s’il faut oui ou non faire la guerre dans tel ou tel pays.
Car si les militaires risquent leur peau dans des “théâtres de guerre", le peuple innocent et désarmé peut aussi être liquidé dans son propre pays.

[Post dédié à Garibaldi]

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software