Blog en deuil: Attentat-Suicide-Carnage à Nice, ma ville natale

15.07.16

Blog en deuil: Attentat-Suicide-Carnage à Nice, ma ville natale

La Baie des Anges a tiré son nom d’un requin. Le 14 juillet 2016, il a surgi de la route et a tué plus de 80 personnes. 84 vies qui s’arrêtent par l’action délibérée par d’un tueur qui commis un assassinat de masse à l’aveugle. Fonçant au volant d’un poids lourds transformé en obus roulant. Les 84 vies n’existent plus que dans le souvenir de leurs proches. Il y a de nombreux enfants, dit-on. C’est encore plus cruel. Le meurtrier a voulu répondre la mort, au nom de quelque chose qui ne nous concerne pas. Va-t-on se laisser encore tuer de la sorte pendant des années. Tout cela n’a que trop duré. J’ai vécu dans une France paisible et il faut la retrouver. Il y en a marre de voir des politiques qui sont des fossoyeurs en chef. Quand les grands personnages de l’état se déplacent, la police chasse même les mouches. Quand le peuple se rassemble pour écouter de la musique ou voir un feu d’artifices, nous ne nous sommes pas autant protégés. On sent bien que l’on ne compte pas. Nous ne sommes que des anonymes. Que l’on soit vivant ou mort, tous les faux grands de ce monde s’en moquent complétement. Le quinquennat qui se termine a été un quinquennat plein de crimes, plein de sang, plein de larmes, plein de deuil. Voici ce que l’Histoire retiendra. Le prochain verra-t-il la bombe atomique nous tomber dessus ? Parce que si au sol on ne peut pas mettre des gardiens de la Paix aux endroits où il faut, pensez un peu dans les airs.

Jeudi 14 juillet 2016, vers 23 h un camion a foncé sur la foule amassée sur la Promenade des Anglais, à Nice.
On annonce plus de 80 morts et des dizaines de blessés.
Des familles sont dans le chagrin, dans l’effroyable deuil.
Des hommes, des femmes, des enfants viennent d’être tués, blessés, traumatisés pour des causes dont ils ne sont absolument pas responsables ni de près ni de loin.
Sur les lieux du carnage, je suis passé mille et mille fois, à tous les âges, à toutes les dates depuis les années 1950 avec mes grands-parents, mes parents, mes frères, mes amis.
Nous avons connu une France paisible où il faisait si bon vivre.
La promenade des Anglais, la Baie des Anges sont désormais des lieux martyrs.
Les corps allongés sans vie sur le sol niçois ce n’est pas nous mais c’est nous quand même, des gens de bonne volonté qui font tout pour élever le mieux possible leurs enfants dans le souvenir de leurs parents.
Dans notre propre société des éléments non intégrés veulent nous flinguer. Veulent et réussissent à nous supprimer.
Pas de tolérance avec l’ennemi de la tolérance !

Comment un camion peut-il avoir eu accès à la promenade des Anglais ?
Qu’un fanatique soit mal intentionné, c’est un constat, mais qu’il puisse passer à l’acte parce que nous ne sommes pas protégés c’est un fait.
Au début de son attaque, on voit le camion du kamikaze avec au moins deux policiers qui courent à côté. Pourquoi ne tirent-ils pas dans les pneus? Leur révolver semble être à bouchon. Les policiers sont surtout formés pour coller des amendes aux honnêtes citoyens.
Comment se fait-il que la promenade des Anglais n’a pas d’énormes plots en acier amovibles ? Les barrières traditionnelles sont des fétus de paille.
Le matin même du carnage, le président de la République, qui engraisse un coiffeur 500 000 euros entre 2012 et 2017, a dit qu’il allait enlever l’état d’urgence. Après le massacre, il a dit le contraire.
On nous dit que “nous sommes en guerre” et puis on ne nous protège pas vraiment.
L’important pour les politiques c’est qu’ils soient protégés, eux. On nous tuent nous parce qu’ils sont inaccessibles, eux.
Pendant que nos “chefs” font la guerre dans des lieux lointains, on nous tue chez nous.
Si nous sommes en guerre, il fallait mettre des chars sur la promenade des Anglais le soir du 14 juillet et même les autres soirs. A Nice et ailleurs. Le matin de l’attentat-suicide on a vu un déferlement d’armes sur les Champs Elysées. Concentration spectaculaire et inutile.
La France n’est plus qu’un cimetière à ciel ouvert. Nos gouvernants ne sont plus que des fossoyeurs.
Chacun de nous peut-être tué à chaque instant.
Un homme seul a massacré plus de 85 innocents.
En France, avant de mettre un feu rouge à un croisement, il faut qu’il se passe un accident mortel.
Depuis 2012, le terrorisme est récurent dans notre pays.
Jamais je ne pensais voir ça.
Les commémorations et les minutes de silence ça suffit !
Le deuil national ça suffit !
On ne cesse pas de nous dire que nous devons vivre avec le terrorisme.
Non, non et non !
Nous manquons de très grands politiciens.
Tous partis confondus, nous sommes gouvernés par des gérants de SARL.
Ils se sont attribués un satisfecit sécuritaire à la fin de l’Euro, se gargarisant de la formule il-ne-s’est-rien-passé-vous-avez-vu ! Et quelques jours plus tard: badaboum, nouvel attentat sanguinaire.
Désormais se faire flinguer en pleine rue de notre démocratie c’est devenu monnaie courante. On nous pousse à croire que c’est désormais une habitude.
Une évidence: quand la vermine attaque le bois d’une bâtisse il faut l’éliminer.
J’ai plus confiance dans les militaires que dans les politiciens qui récupèrent tout. Je parle d’état d’esprit lié à l’amour de la Patrie pas de décérébrés prêts à renverser un pouvoir de manière illégitime.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software