N'est pas Nelson Mandela qui veut.

06.06.16

N'est pas Nelson Mandela qui veut.

Des observateurs ont eu le culot de dire que Hatem Ben Arfa était un adepte des raids solidaires alors qu’ils se couchent devant tel ministre payé pour faire son propre parti et casser l’unité gouvernementale ! Le passager casqué du scooter est venu à Clairefontaine. Pour porter malheur à la France ? Je l’aurais fui comme on s’écarte de la peste. Depuis qu’il est en poste, la France est au plus bas. Ce n’est qu’une suite de catastrophes: terrorisme, cataclysmes naturels, pluie continuelle, grève générale, décisions grotesques et le tout sous l’emblème de la légitimité. Le pays est à l’agonie: il faut parfois attendre deux heures un train de banlieue qui n’arrive pas. Selon mes principes, j’aurais démissionné pour éviter de salir le nom de mon père, de ma famille. L’honneur n’existe plus. La devise actuelle de la république: moi, rien que moi, toujours moi. Ce mandat gouvernemental est complétement pourri à l’image de la météo: du brouillard en juin ! La France est inondée d’eau et d’incapables.

Nelson Mandela est le seul politicien qui portait bien le maillot.
Lui s’est servi du sport pour la bonne cause.
Les autres politiques récupèrent le sport pour se faire mousser.
A commencer par Hitler et Mussolini.
En France, De Gaulle assistait au Coupe de France. C’était bon enfant.
Ensuite on a vu VGE jouer au football. Le début de la politique spectacle.
Mitterrand aimait vraiment le football. Il allait serrer les mains des joueurs sur la pelouse avant la finale de la Coupe de France.
Ensuite, on a vu Chirac faire semblant qu’il connaissait le nom des joueurs. Il maitrisait si bien le football qu’il a confondu la Coupe du Monde avec la Coupe de France.
Passons l’épisode de l’envahissement du SDF lors de France-Algérie.
Depuis les règnes de Sarkozy et de Hollande, les politicards ne vont plus serrer les mains des joueurs de la finale de la Coupe de France parce qu’ils sont peur de se faire siffler.
L’actuel locataire de l’Elysée est venu voir les Bleus à Clairefontaine avant l’Euro.
Lloris, le capitaine de façade, a offert au convive un maillot à son nom. Avec le numéro 24. On aurait pu aussi bien lui donner le 2400. Le visiteur a le charisme d’un gardien de musée provincial.
Une mascarade de plus.
On sait tous que le vrai capitaine c’est Evra mais depuis 2010, la FFF ne le met plus en avant sur les photos.
Depuis le premier jour de la préparation de cet Euro on n’a vu que de la “com.", du prospectus de Biarritz, le coin de France de l’actuel sélectionneur, à l’expédition des joueurs sur le champ de courses en passant par les pubs qui envahissent désormais les écrans.
Pauvre football qu’on utilise à des fins commerciales jusqu’à la corde.
Il est fort possible que Giroud marque un hat-trick contre l’Albanie.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Mars 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software