Archives pour: Juin 2016, 03

03.06.16

Permalien 09:01:03, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Ben Arfa, le Roi du Comté de Nice

Jusqu’à la fin de France-Ecosse en amical, je conserve l’espoir de voir Hatem Ben Arfa faire l’Euro. Vous voyez où m’a conduit la FFF, à souhaiter la…

On dit que Nice est une ville à fort penchant FN.
Et pourtant Nice a un nouveau roi: Hatem Ben Arfa !
L’Aiglon époustouflant en 2015-2016 a honoré les couleurs niçoises de manière magistrale.
Hélas ! les cœurs secs de la FFF ne veulent pas qu’ils honorent celles de la France.
Avec sa forme actuelle, Ben Arfa aurait fait des miracles en Bleu.
On lui met des bâtons dans les roues alors qu’on déroule le tapis rouge à Griezmann qui fait la une de plein de canards. C’est confondre star et vedette. Griezmann n’est que vedette tandis que Ben Arfa est une star sculptée par les événements. Ce n’est que le début. On invente des vedettes, pas des stars.
Ben Arfa est plus populaire à Nice (et partout en France) que Lloris, l’enfant du pays.
Lloris est quelqu’un de très bien. Il a du talent. Il a du mental: il a joué quelques heures après la mort de sa mère. Cela situe l’Homme. Cependant, il n’a jamais brisé la glace. Il reste enfermé à double tour dans la langue de bois. Le public aime les émotions, la générosité, le don de soi, le spectacle.
Lloris, gardien, a une palette plus étroite. Un gardien bien placé n’a pas besoin d’être spectaculaire. On sait tous que c’est un très grand gardien, un des dix meilleurs de sa génération. Il rapporte plusieurs points par an à son club: Nice, Lyon ou Tottenham.
Au plan relationnel, Lloris n’entretient pas de lien fort avec le public car sa com. est un vrai repoussoir. Il a choisi de jouer et puis de se taire. C’est mieux que de raconter n’importe quoi. C’est respectable, même s’il a toujours l’air angoissé. Où est le plaisir de jouer, chez lui ? Il me fait plus penser à un gars du Nord qu’à un Nissart. Pourquoi est-il si froid ? Une volonté de se protéger, sans doute.
A l’inverse, Hatem Ben Arfa a brisé la glace avec le public et on perçoit bien sa fraîcheur d’âme, son naturel. Large sourire, timidité salutaire, visage de l’enfance éternelle. Paroles qui jaillissent du cœur. Là, question spontanéité, on est servi. Un dribbleur a besoin d’être spontané, c’est son carburant.
Son jeu d’attaque contient l’essence du football: culot, audace, courage, vaillance.
Hatem Ben Arfa est le héros de Nice. On n’a pas voulu qu’il devienne celui de la France.
Cela va pousser des jeunes Français à jouer pour l’Algérie, pour la Tunisie, pour le Maroc, pour le Sénégal, pour le Cameroun… et pas pour la France.
Ben Arfa a enduré ces derniers temps: une longue blessure, un règlement stupide qui lui a fait perdre une saison, 45 minutes de jeu traumatisant à Wembley, le strapontin de réserviste et pour finir bye bye on te rappellera s’il y a une épidémie ce choléra à Clairefontaine.
Ben Arfa a tout encaissé, sans broncher.
En plus, il a fait une saison fracassante à Nice.
Chapeau, l’artiste ! Chapeau, champion !
Tout commence pour lui. Demain sera fantastique.

Juin 2016
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software