Miettes de Philippe Artières (L’Arpenteur), soit une plongée dans les petites annonces de l'ancien grand Libération, celui de July.

31.05.16

Permalien 10:40:27, Catégories: LITS ET RATURES  

Miettes de Philippe Artières (L’Arpenteur), soit une plongée dans les petites annonces de l'ancien grand Libération, celui de July.

Libération avait “Sandwich", à sa grande époque. Nice a toujours son pan-bagnat.

Ce livre se propose de raconter la fin des années 1970 par le prisme du choix des petites annonces de « Sandwich » le supplément de Libération. Un condensé d’appels à l’autre par des taulards et paumés en toutes espèces mais pas que… La solitude est cependant présente partout et tout le temps. C’est le principe des petites annonces. Aujourd’hui cela se passe sur le net; avant par écrit version papier. A l’époque, on les lisait pour parfois rire un bon coup. Le choix retenu est plutôt grave. On se demande ce que sont devenus tous ces gens. Il doit y en avoir un paquet de lecteurs assoiffés d’échanges qui sont mort, avec la sexualité qui a fait des ravages sans parler de la came. Les années 1980 cela fut une sorte de guerre vu le Sida. Je parle en France. Aujourd’hui, on nous tire dessus. Hier on tirait dedans ! si je peux faire un jeu de mot. Ce puzzle de sensations disparues décrit bien une époque d’espoir et d’espérance.
La gauche faisait encore rêver. On pouvait espérer des gens honnêtes au pouvoir. On a vu que ce fut une nouvelle fois une bande qui ne pensait qu’à servir ceux qui roulent dans le même sens politique. L’alternance n’est qu’un changement de personnel. Et nous sommes en démocratie. Démocratie totalitaire plus exactement. Miettes a un poids humain qui vient se fracasser dans la société toujours plus égoïstes. Les laissés-pour-compte sont de plus en plus nombreux. Un jour, une amie m’a dit : «J’aimerais lire dans un journal : on demande X. (elle) pour l’engager dans telle entreprise ». Je ne la vois plus mais je pense qu’elle n’a jamais rien reçu. Elle a dû se débrouiller toute seule.
Ce livre décrit bien la société à la bascule vers la France mitterrandienne. On quitte VGE vers des lendemains qui devaient chanter. Libération était alors un grand journal bien qu’il ne paraissait pas avant l’élection de François Mitterrand afin de renaître dans une autre formule. Ce fut la fin de l’amateurisme inspiré vers le professionnalisme attendu. Le Libération des années fut la meilleure version avec beaucoup de grands talents dans chaque rubrique. Un jour, je sors de la rédaction avec un confrère qui me dit : « Tu vois maintenant, je croise des gens et je ne sais pas qui sait. On ne se dit plus bonjour. Qui est celui-là ? Journaliste ? Je n’en sais rien… » Mon ami a fini par se suicider. Le livre parle aussi de la météo, de la politique internationale et des faits-divers.

Miettes, Philippe Artières (L’Arpenteur), 140 p., 16 €

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Juin 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software