Parfois j'aimerais être Allemand... Fantastique qualification des Bavarois qui ont dévoré une belle Juventus

17.03.16

Parfois j'aimerais être Allemand... Fantastique qualification des Bavarois qui ont dévoré une belle Juventus

Même si le Bayern Munich est entraîné par un Espagnol, le club riche de ses étrangers conserve l’ADN allemand, mélange de détermination et de brio. Goethe a battu Dante, avec Cervantes aux commandes !

8e de C1 2016 retour
70 000 spectacteurs
Bayern Munich 4-2 Juventus Turin
Buts pour les Bavarois: R.Lewandowski (73e),T.Müller (90e), T.Alcantara (108e), K.Coman (110e)
Buts pour la Juve: P.Pogba (5e), J.Cuadrado (28e)

Alors que le 0-3 était à un cheveux d’être affiché au tableau lumineux du stade, les Bavarois ont sorti les chars d’assaut pour égaliser dans les arrêts de jeu !
Ensuite, et arrivé ce qui arrive toujours: la victoire des Allemands !
Ce fut comme en 1954 face à la Hongrie, comme en 1982 et 1986 face à la France, comme en 1990 face à l’Argentine et comme en 2014 face au Brésil.
Les Allemands sont les champions pour briser les rêves d’autrui: leur force et leur réalisme sont exceptionnels.
Les Bavarois version hispanique avec le coach Guardiola sont hyper performants. Il est triste de voir l’Espagnol partir à Manchester City. J’aurais tant voulu le voir à Man United. Le langage corporel de Guardiola est a lui seul un spectacle: du feu, un volcan, un loup affamé, le contraire de ces coachs amorphes, peureux, as du claquage de dents.
Le match retour Bayern-Juve fut une finale avant l’heure.
On a vu une Juve très culottée avant de se liquéfier.
On a vu des Allemands harceler sans cesse la défense italienne.
Ribéry griffait tout le temps les défenseurs de la Juve, comme un moustique nous pique sans cesse. Lewandowski et Muller sont des attaquants merveilleux de courage et d’intelligence. Ils ont le killer instinct.
Coman a gagné sa place de titulaire en équipe de France. Quel talent ! Un Ribéry qui marque!
L’Espagnol Morata, côté Juve, a du faire faire naître de la nostalgie chez Zidane: les dirigeants madrilènes ont commis l’erreur de se séparer du virtuose de la Juve.
Ce match restera dans les annales de 2016. Il n’est pas sûre que la vraie finale soit de ce niveau d’excellence.
Parfois, j’aimerais être Allemand surtout entre 20 h 45 et 23 h, un soir de C1.
Le football est à la fois éblouissant et cruel: le second but d’anthologie de la Juve n’a servi à rien… sauf à surmotiver la volonté des Bavarois.

Commentaires, Pingbacks:

Cet article n'a pas de Commentaires/Pingbacks pour le moment...

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Avril 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software