Archives pour: Mai 2015

31.05.15

Blatter/ Platini. Réglement de comptes à OK. FIFA

Le monde du football est hyper violent. La bagarre intestine fait rage.

C’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses.
On y est.
Le pt Blatter est requinqué.
Il a dit: “L’UEFA n’a pas compris qu’en 1998 j’ai été élu président…”
Blatter n’a pas encore décidé de passer la main.
Si Platini avait roulé pour lui en 2015, Blatter l’aurait sans doute intronisé en 2019.
Maintenant que le pt de l’UEFA a demandé la démission du président de la FIFA, la donne a changé.
Blatter va consolider son poste et peut être réélu en 2019, il en est capable.
Il n’aura que 84 ans !
Blatter carbure au pouvoir. Sans pouvoir, il s’ennuie.
Il sait comment faire avec les 209 votants. Il suffit d’être en bons termes avec 2/3.
Platini a choisi le candidat perdant.
C’était couru d’avance. Lui qui voyait avant tout le monde sur le terrain, il n’a pas fait le bon choix.
Il aura du mal à revenir vers Blatter qui a été trahi. On le serait à moins.
Les Anglo-saxons sont furax car ils n’ont rien obtenu.
Je n’arrive pas à voir Blatter dans le rôle du méchant, et les Européens dans celui des gentils.
Je ne vois qu’une chose: on a tenté de renverser Blatter pour lui prendre le pouvoir.
Blatter avait l’Europe et les Etats-Unis contre lui. Rien que ça !
On reproche à Blatter de conserver le système de vote dans lequel les Etats-Unis ont une voix tout comme les Iles Féroé mais c’est normal! Quand F. Hollande va voter il ne met pas 50 bulletins d’un coup quand on en met qu’un.
Que seuls les pts de fédération vote c’est très bien.
Des détracteurs de Blatter disent:
“Si on ne conserve que 209 votants c’est parce que cela permet de tricher plus facilement que s’il y avait beaucoup plus de votants…”
Qu’ils apportent des preuves au lieu de pisser dans un violon.

Pour Barça, Arsenal, Paris, Wolsburg, Inverness Caledonian Thistle et la Juventus Turin, la Coupe est pleine

Le nouveau but d’anthologie de Messi. A couper le souffle !

Samedi 30 mai 2015

**Coupe d’Espagne
Barcelone 3-1 Bilbao

Buts pour le Barça: Messi(20e, 74e), Neymar (36e)
Buts pour Bilbao: Williams (79e)

L’hymne espagnol a été hué tout le long de son exécution par les Catalans et les Basques.
Messi a encore été à l’apogée. Son premier but est une nouvelle fois d’anthologie, parti de l’aile droite. Il dribblé tout ce qui se présentait à lui dont quatre Basques transformés en cônes de chantier puis il tira entre le poteau et le gardien. Le ballon passa là où ne passerait pas une feuille de cigarettes. Absolument grandiose.

**Coupe d’Angleterre
Arsenal 4-0 Aston Villa

Buts pour les Gunners: Walcott (40e), Sanchez (50e), Mertesacker (62e), Giroud (90e+3)

Arsène Wenger remporte sa 6e FA CUP sur 7 finales. Comme quoi ce n’est pas toujours un loser, n’en déplaise à Mourinho. Wenger a rappelé que le championnat d’Angleterre était le plus difficile car au moins 6 équipes peuvent le remporter. Il doit penser à Chelsea, Man United, Man City, Arsenal, Liverpool et Tottenham. Je dirais qu’aujourd’hui, trois seuls équipes jouent le titre: Chelsea, City et Arsenal, les trois premiers de l’actuelle saison qui se termine. Les trois autres sont hors du coup, si je puis dire. Précision: la FA CUP est la plus ancienne compétition de l’Histoire du football.

**Coupe de France
PSG 1-0 Auxerre

Buts pour le PSG: Cavani (65e)

Cavani a marqué une sublime tête coup de canon. Auxerre a raté le coche en début de match, c’est là qu’il y avait la place pour eux. Au plan financiers, les pauvres de l’AJA ont largement gagné les riches du Qatar. J’ai trouvé lamentable que le pt de la République ne vienne pas saluer les joueurs. Tout ça parce que les nouveaux présidents (Sarkozy et Hollande ne veulent pas être sifflés). Lamentable. C’est le pt de la FFF qui salue les joueurs comme s’il était le pt de la République. N’est pas De Gaulle ou Mitterrand qui veut. Tout le décorum est copié sur l’Angleterre: l’entrée des joueurs avec des enfants, tout le protocole. Ils ont même mis des rubans à la Coupe ! La tribune des invités puée Roland Garros. Tous les privilégiés de la société bien en place, aux premières loges. Je n’ai plus ma place dans les stades. Je n’aime que les populaires et elles n’existent plus. Arriver en avance au stade, s’asseoir sur les gradins en béton, manger le pan-bagnat confectionné par son père, cela est désormais impossible. Il ne me reste plus que les yeux pour pleurer ou alors ouvrir la boîte aux souvenirs, ce qui revient au même. Hier, j’ai été frappé par une évidence: Paris a gagné la Coupe de France est tout le monde semblait s’en moquer complétement. Pour les invités cela ne représente rien. Ils vont au stade parce que c’est la mode et que surtout c’est gratuit. Les fans ? Eux, ils ont la tête à la C1 mais le PSG est désavantagé par rapport aux grands clubs européens qui peuvent acheter n’importe qui à prix d’or.

**Coupe d’Allemagne
Wolfsburg 3-1 Dortmund

But pour Dortmund: Aubameyang (5e°
Buts pour Wolfsburg: Luiz Gustavo (22e), De Bruyne (33e), Dost (38e)

Le coach Jurgen Klopp quitte Dortmund par la petite porte.
Dans les autres matchs: PSG, Barcelone et Arsenal ont gagné devant plus faible qu’eux.

** Coupe d’Ecosse
Inverness Caledonian Thistle 2 - 1 Falkirk

Buts pour ICT: Watkins (38e), Vincent (86e)
But pour Falkirk: Grant (80e)

PS: en Italie, la Juventus Turin a déjà remporté la Coupe 2015 contre la Lazio Rome (2-1)

29.05.15

Platter et Blatini ou l'amour vachement vache

Platini a dit que l’UEFA était le lieu du football important.
Heu… C’est oublier l’AMSUD avec les plus grandes étoiles du football: Pelé, Garrincha, Zico, Socrates, Ronaldo 1er, Ronaldinho, Neymar (Brésil), Di Stefano, Kempes, Maradona, Messi(Argentine), Mexique, Uruguay, Colombie, Chili, rien que des grands pays de football.
Blatter et Platini ou Blatini et Platter.

“Frappons d’abord, nous nous expliquerons après.” (Balzac, Les Journalistes)*
Le jeudi, ils se séparent.
Le vendredi, ils se réconcilient.
Platini a perdu le match, il a serré la main à Blatter comme à la fin d’une rencontre de football.
Balle au centre. Tout recommence.
Platini œuvre sur le long terme. Platini n’est pas Bayard et Blatter n’est pas un infréquentable.
Les Etats-Unis qui débarquent à la FIFA se prennent par Elliot Ness. C’est de l’ingérence. Qui peut mettre le nez dans le FBI ? Finalement le FBI à la FIFA c’est Obama contre Poutine qui a eu le droit d’organiser une Coupe du Monde à la place des … Etats-Unis !
Le football rend jaloux les acteurs, tous les gens de cinéma, ainsi de suite car il n’y a plus de nouveau James Deon ou Marlon Brando. Brad Pitt face à Ronaldo ce n’est pas grand chose.
Le football fait rêver les gens. Quelle pièce de théâtre peut convoquer 100 000 personnes dans un théâtre ?
Ce n’est pas à l’ONU de régenter le football.
Cela fait une semaine que le monde entier ne parle plus que de l’élection du pt de la FIFA. C’est comme si on venait d’élire le président du monde. Blatter a raison, la FIFA est plus importante que l’ONU.
Qui est le président de l’ONU ?
Il n’y en a pas. Tiens, tiens… Seulement un secrétaire général: Mr.Ban Ki-moon.
On dit que la FIFA est mal organisée. Cela reste à prouver. La dernière Coupe du Monde a été fantastique. Une manifestation mille fois plus captivante que le Festival de Cannes qui n’est plus qu’un défilé de bimbos sur le tapis rouge de la prétention. Tout ça pour finir par récompenser trois films sur le chômage, la maladie ou je ne sais quelles autres atrocités. Les gens de cinéma dorment au Carlton mais produisent des films sur l’ANPE !
Si on attaque la FIFA c’est juste pour la question de l’argent. Il y a des gens limitrophes qui veulent en croquer. Des gens veulent leur part dans la ponte de la poule aux œufs d’or.
L’ONU est-elle bien organisée ? Pourquoi ses membres sont-ils incapables de faire le ménage et de faire taire toutes les violences commises ici et là ?
D’un côté, la FIFA et l’argent.
De l’autre, l’ONU et la violence.
Comme dit l’autre: vive le football !
Le ballon n’a pas fini de rouler. Je n’ai pas dit la FIFA n’a pas fini de nous rouler.
Blatter c’est comme Armstrong et le dopage.
Il a fallu que l’Américain quitte le vélo pour qu’on le matraque.
La presse dit on savait tout mais on n’avait pas de preuves.
Idem pour Blatter.
Blatter dérange parce qu’il est puissant. Comme l’était J. Havelange qui aura 100 ans l’an prochain.
100 ans. La présidence de la FIFA conserve. M. Blatter peut très bien se représenter en 2019 car comme il l’a dit, il y a plein de jeunes qui sont déjà vieux !
Pourquoi reproche-t-on tant de choses à Blatter alors que personne n’attaque jamais les grands patrons du cosmétique qui s’en mettent plein les fouilles avec des fioles de parfum. Dans le milieu de la mode, on montre des fringues inachetables pour créer des marques afin de caser ensuite du parfum pour que les gens puissent avoir un peu de la marque sur eux. Pauvres consommateurs !
Mieux vaut voir jouer Messi que de se mettre trois gouttes de CHAtteNel derrière les oreilles.
On n’en fait plus sur l’éthique de Blatter que sur celle de la passagère des taxis qui voyageait gratos sur le compte de l’INA. J’en passe et des pires.
Blatter est sans cesse critiquer. Cela devient louche. Les Américains ont joué aux cow-boys pour le faire tomber. Ils ont échoué. Une chose est certaine, Blatter n’a pas reçu de pots-de-vin de la part des Etats-Unis !
Quand Blatter imite Ronaldo pour se moquer de lui, il est ridicule mais lors de ses prestations de sa réélection, il a été brillantissime. Un sacré orateur. Pas déstabilisé.
Ceux qui disent tant de mal de la FIFA devraient mettre leur nez dans d’autres institutions.
Pourquoi n’y a-t-il jamais d’enquête d’un journal sur un autre journal ?
L’omerta est plus forte dans la presse que dans le football.

*Chef d’œuvre. L’un de mes livres de chevet. A lire et relire.

L'élection du Président de la FIFA en direct live. En ballotage S. Blatter a besoin d'un second tour...pour être réélu !

Le candidat de Platini a perdu. Partie remise mais comment travailler avec quelqu’un qu’on a tenté de renverser ? Surtout que ce quelqu’un a contribué à vous faire président de l’UEFA. Tout le monde connaît le système Blatter calqué sur celui de J. Havelange. Ce n’est pas un système unique au monde. On se demande vraiment pourquoi on envoie nos enfants à l’école. La vie active au haut niveau c’est une guerre permanente. Les honnêtes gens sont condamnés au banc des remplaçants de la vie active.


Si vous voulez suivre en direct l’élection du vote du président de la FIFA, c’est ici:

http://fr.fifa.com/about-fifa/news/y=2015/m=5/news=le-65eme-congres-de-la-fifa-en-direct-sur-fifa-com-2607396.html?intcmp=fifacom_hp_module_news_top

Plus que quelques minutes avant la fin du dépouillement.
Le vote c’est bien passé dans deux isoloirs installés de chaque côté de la scène.
Les votants ont été appelés un a un.
Un vote à bulletins en papier et non pas électronique.
La fraude ainsi est plus difficile, voire impossible à moins de suspecter tous les superviseurs.
Nous n’en sommes pas là.
Ce fut très bien organisé. Très impressionnant.
Sepp Blatter a toujours eu le visage grave, inhabituel.
On le sent marqué.
Avant le vote, il a fait un bref discours pour réclamer un vote de confiance.
Il a dit qu’il aimerait retrouver tout le monde pour un nouveau mandat.

Résultats:
209 votants, 206 exprimés
Blatter: 133
Ali: 73
La majorité étant à 140 voix, il y a ballotage.

Résultats du second vote, à venir… Il n’y a pas de surprise à attendre. Sinon, elle aurait déjà eu lieu.
Dans quatre ans Platini sera sans doute président de la FIFA s’il le désire.
Blatter va être reconduit. Il est coriace. Encore bien vert après le K.O. qu’on a essayé de lui administrer juste quelques heures avant le vote. Vous imaginez avoir le FBI sur le dos comme s’il était Al Capone. Il est vraiment solide mentalement et physiquement.L Les censés être des Incorruptibles n’ont pas eu sa peau.

Comme prévu, S. Blatter a été élu. Ali s’est retiré.
Les amis d’Ali ont félicité le perdant dans des accolades très Parrain.
Le vainqueur a été accueilli sous quelques sifflets.
La bête blessé a repris du poil de la bête.
C’est reparti pour 4 ans !
Blatter a fait rire tout le monde quand il a dit: “L’âge n’est pas un problème", il y a des jeunes qui ont l’air vieux.
Il a raison, le pouvoir use surtout ceux qui ne l’ont pas !
Blatter est revenu sur le temps fort:
En effet, le président de Fédération palestinienne de football, Jibril Rajoub a serré la main de son homologue israélien Ofer Eini. Les Palestiniens renoncent à leur demande de suspension d’Israël, une résolution qui figurait à l’ordre du jour du 65e congrès de la Fifa. Grand moment.
A la fin, Platini s’est levé pour saluer Blatter.
La passation du pouvoir se fera dans 4 ans. Qui sait ?

Permalien 09:18:41, Catégories: ANTI-FOOTBALL  

LA FIFA N'A EU QUE 10 PRESIDENTS DEPUIS 1904

Bonjour l’ambiance.
Michel Platini, président de l’UEFA, a dit qu’il ne votait pas pour Sepp Blatter mais qu’il ne se présentait pas contre lui parce que c’est un ami. Il faut la dire cette phrase !
Lors du 65e Congrès, ils sont assis tout près l’un de l’autre.

Le football est plus fort que la FIFA.
La FIFA n’est qu’un lieu de pouvoir.
Le football se pratique sur un terrain pas dans un bureau de vote.
Le plus grand président est sans nul doute Jules Rimet. Il détient le record de longévité. On lui doit aussi la création du Red Star et l’invention de la Coupe du Monde.
En 2015, l’élection du président de la FIFA est au cœur de l’actualité.
C’est dire l’argent qu’il génère.
Le football est la cible des sponsors, des télés, des journaux.

Depuis 1904, la FIFA n’a eu que 10 présidents:

1/ 23 mai 1904 - 1906 (2 ans) Robert Guérin/ France

2/ 1906 - 24 octobre 1918 (12 ans) Daniel Burley Woolfall/ Angleterre

3/ 24 octobre 1918 - 1920 (2 ans) Cornelis August Wilhelm Hirschman/ Pays-Bas

4/ 1920 - 21 juin 1954 (33 ans) Jules Rimet/ France

5/ 21 juin 1954 - 7 octobre 1955 (1 an) Rodolphe William Seeldrayers/ Belgique

6/ 7 octobre 1955 - 25 mars 1961 (6 ans) Arthur Drewry/ Angleterre

7/ 25 mars - 28 septembre 1961 (6 mois) Ernst Thommen/ Suisse

8/ 28 septembre 1961 - 11 juin 1974 (13 ans) Stanley Rous/ Angleterre

9/ 11 juin 1974 - 8 juin 1998 (24 ans) João Havelange/ Brésil

10/ Depuis le 8 juin 1998 Sepp Blatter/ Suisse

Qui votent le président ?

ASIE/ 46 votants
AFRIQUE/ 54
AMERIQUE DU NORD ET CENTRALE/ 35
AMSUD/ 10
EUROPE/ 53
OCEANIE/ 11

Chaque pays n’a qu’une voix, la Russie comme Chypre. Il n’y a que 209 votants.
C’est sous l’ère Havelange que le football et l’argent ont commencé à faire mauvais ménage.
Jusqu’alors le football n’intéressait que les footeux et Adidas.
La surmédiatisation a démarré un peu en 1970 pour s’emballer à partir de 1974 après l’hégémonie de la télévision.

[Post dédié au père de famille nombreuse tué en plein travail par un policier ivre, chauffard fêtard.]

28.05.15

Permalien 16:19:53, Catégories: FORZA ITALIA !, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

La magistrale conférence de Michel Platini (Rififi à la Fifa, II)

La période de la castagne est ouverte à la FIFA. A ciel ouvert. Les parrains se livrent une âpre bataille à décoder car c’est une grande partie de cache-cache.

Jeudi 28 mai 2015
Conférence de Michel Platini, pt de l’UEFA

Michel Platini a tenu une conférence de presse pour dire qu’il ne voterait pas pour le pt sortant de la FIFA, Sepp Blatter (79 ans), mais qu’il ne se présenterait pas contre lui car on ne se bat pas contre un ami.
Ce qu’il y a de merveilleux avec Platini c’est que son visage, ses yeux, sont si expressifs qu’on voit tout ce qu’il pense, et parfois il pense le contraire de ce qu’il dit et vice versa.
Il votera pour le Prince Ali [ Ben Al-Hussen (39 ans), pt de la Fédération jordanienne, vice-président de la FIFA], qui a tant d’argent que l’argent des dessous de table ne l’intéresse pas, nous a fait comprendre le pt de l’UEFA.
Le Platini actuel me fait penser à celui qui a pris le poste de sélectionneur des Bleus en évinçant Michel et le pt de la FFF Fournet-Fayard par le biais de Claude Bez (pt de Bordeaux), tout ça à l’occasion de la fameuse tirade d’Eric Cantona.
Platini a dit: “Le FBI fait ce que la FIFA aurait dû faire", à savoir chasser les mauvais éléments.
Le triple Ballon d’Or est l’un des plus intelligents footballeurs de l’Histoire, avec J. Cruyff.
Je l’ai vu jouer dès le milieu des années 1970 et j’ai été d’emblée sous son charme.
Il a toujours été autant doué avec les pieds qu’avec les mots.
A la veille de l’élection pour la présidence de la FIFA, il a dit ne pas savoir comment tout se passe dans les coulisses, il a confié lire les journaux, entendre les rumeurs… On n’en saura pas plus.
Il fait plus que tâter le terrain, et soutient la candidature du Prince Ali qui est son double administratif.
Qui connaît le prince Ali ? Personne.
Qui connaît Platini ? Le monde entier, n’en déplaise à feu Marguerite Duras.
Je me suis régalé à voir et à entendre Platini quand je zappe la moindre apparition des politiques français qui ont tous le charisme des mannequins dans les vitrines des grands magasins, et ces mannequins ont le plus souvent pas de tête, avez-vous remarqué ? Platini parle français, puis anglais, jongle avec les deux. Presse le bouton du pupitre des micros comme un technicien de studio. Il a été brillantissime.
On est fier d’être mi camembert mi parmesan quand on le voit.
Il y a 30 ans, je l’ai vu seul sur un banc, au jubilé Rocheteau.
Il devait être 23 h. D’habitude, je fais le premier pas.
Là, je n’ai pas pu. Je le connais trop pour avoir besoin de parler avec lui.
Son football m’en a autant dit que La Recherche du temps perdu, de Proust.
Le style Platini, c’est un football à cerveau ouvert. Une sensibilité exceptionnelle. Un sens du dosage de la passe, un timing presque toujours dans le bon tempo. Il voyait avant les autres. Je ne remonte pas à Puskas, Di Stefano et Pelé. Maradona est à part, comme Mozart.
Platini voit sans doute Blatter réélu. Plus que quatre ans à attendre.
Pour se consoler de ne plus jouer, il lui faut la marche la plus haute.
Et comme il l’a rappelé la FIFA a été créée par les Européens et fut présidée à sa création en mai 1904 par un Français: Monsieur Robert Guérin.
Depuis 1904, il n’y a eu que 10 présidents de l’UEFA. Jules Rimet l’a été de 1920 à 1954. C’est le record de longévité.
10 présidents en 111 ans, c’est peu. C’est dire que la FIFA a vraiment un système qui est tout sauf démocratique et ouvert aux quatre vents. Il y a du contrôle dans l’air. Comme le contrôle du ballon en pleine course.
Il y a peu, Sepp Blatter a dit: “Diriger le football mondial c’est autre chose que de jouer un match..”
On le croit sur paroles.

Permalien 10:21:00, Catégories: ANTI-FOOTBALL, LA REVUE DE STRESS  

Du rififi à la Fifa. C'est CON...CACAF !

Responsable, pas coupable. Va-t-on encore entendre ce genre de phrase pleine de lâcheté.
La police américaine met son nez dans les magouilles de la FIFA dont le siège est en Suisse.
Faudrait m’expliquer comment c’est possible.
Et pourquoi ne vont-ils aussi éplucher les comptes du CIO et ceux du Vatican ?
Ingérence quand tu nous tiens. Les Etats-Unis sont vraiment les gendarmes du monde. Vont-ils allés aussi à Levallois-Perret ? Et si le FBI regardait les données de la municipalité Deferre et celle de Médecin. Plus c’est ancien plus cela les intéresse.
Et Blatter qui s’en lave les mains en disant que c’était un jour triste pour le football ! Il est impayable celui-là, enfin façon de parler…
Le président de la FIFA est un intouchable. Même si les sbires de la CONCACAF se font pincer, il dira: ce n’est pas moi, c’est les autres! La CONCACAF, c’est con qu’elle se soit faite pincer. C’est vraiment con ça. Pourquoi eux ? Ils doivent être pour le restant du monde ce que les cyclistes sont aux joueurs de golf.
Le système est celui des dominos. Tu votes pour moi et …
Il n’y a pas de corrompus sans corrupteurs.
Un journaliste a tout dénoncé ce système depuis des années. On le regardait comme un illuminé. Un David contre Goliath.
Comme par hasard, quelques jours avant l’intervention de la police ricaine dans un hôtel pour serrer des membres de la CONCACAF, Michel Platini se déclara pour un candidat contre Blatter. Le président de l’UEFA a vraiment le nez creux. Soit il sent bien les coups avant qu’ils n’arrivent- comme au temps jadis, je parle du terrain- soit il était au parfum, il a vu vent venir. Il est vrai que lorsqu’on a connu la caisse noire de l’ASSE, on n’est pas pris au dépourvu.
La FIFA a donc des membres qui ont touché des dessous de table pour que la Coupe du Monde se déroule en Russie puis au Qatar. On parle aussi de celles de 2010 et de 1998. On peut remonter en 1930, tant qu’ils y sont. S’il y a eu corruption en 1998 cela concerne aussi la France.
Le ballon roulera toujours. La poule aux œufs d’or n’est pas morte.
Partout où il y a des tonnes d’argent, il y a de la magouille.
Le Dieu argent est celui qui a le plus de pratiquants au monde.
C’est la première religion.
Le ballon n’a plus d’odeur.

27.05.15

Permalien 22:44:08, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Hatem Ben Arfa, le nouvel Aiglon de Nice

Cette fois plus personne ne peut interdire à Hatem Ben Arfa de rejouer au football. Il est désormais le premier nouvel aiglon de la prochaine saison. Grande nouvelle pour Nice, pour la L1. Pour le football en général. Il était absurde de savoir que le caresseur de cuir soit exclu des terrains pour des raisons grotesques. Avec Claude Puel- confirmé à Nice- le joueur va retrouver la confiance pour s’exprimer le mieux possible. Le maintien de Puel fait gagner du temps à Nice. Il est néfaste de changer sans cesse d’entraîneur. C’est très mauvais signe. Qu’on s’appelle Marseille ou le Real Madrid.

Les mots du président Rivère sur Hatem Ben Arfa, première recrue de l’OGC Nice 2015-2016:
-« C’est un garçon qui a une qualité importante pour moi : quand il donne sa parole, il la tient. Il reste un ou deux points minimes à régler, mais il fera bien partie de l’OGC Nice la saison prochaine. C’est un pari pour lui comme pour nous, mais on le prend avec beaucoup de plaisir. »
Le gaucher international français fait son grand retour en L1. Il est dans la force de l’âge. Il faut le laisser bien se préparer pour qu’il retrouve le rythme de la compétition. La condition physique est capitale. Avec la question mentale. Regardez Patrice Evra. A 34 ans, il est toujours dans le bain. Ce n’est ni Cruff, ni Platini, ni Zidane, ni Messi, ni Facchetti ou Baresi. Avec une technique correcte, il fait un parcours exceptionnel depuis le début de sa carrière. Ses points forts: hygiène de vie impeccable donc le physique suit. Le mental ? Il en a à revendre: se mettant les médias à dos, il reste cadre des Bleus. Le terrain parle pour lui. On souhaite à Ben Arfa le meilleur des retours. Il a du ballon plein les jambes. Il faut en finir avec les oripeaux du meilleur espoir, de la future star, du gamin super doué. On a envie de lui dire: vous avez une belle cuisine, de bons fruits et de bons légumes, faites nos des bons plats, svp. On a les yeux grands ouverts pour de bons matchs, collectif s’entends. Ben Arfa c’est un soliste qui doit être un chef d’orchestre. Distribuer le jeu, rien n’est plus beau. Cela n’interdit pas des incursions pleine de détermination à la Baggio, à la Ben Arfa. Bienvenue à Nice, cher Aiglon. Il ne faut pas écraser Ben Arfa avec le poids de la ville de Nice sur ses épaules.

Autre arrivée:
Jean-Pierre Rivère a confirmé l’arrivée « fort vraisemblable » du milieu de terrain ivoirien Jean-Michael Seri (Paços de Ferreira, 32 matches disputés en 2014-2015). Le milieu défensif, relayeur (24 ans) est un bon relanceur. .

Les mots du président Rivère sur le maintien de Claude Puel, confirmé manager de l’OGCNice en 2015-2016:
- « On est parti sur un vrai projet. Je pense que Claude est le coach qu’il nous fallait et qu’il nous faut pour le mener à bien. Ce n’est pas un hasard si nous l’avons prolongé cet hiver. Il fait un travail considérable dans le club. Il avait des objectifs, il est en train de les remplir. On regarde les résultats des pros, mais aussi l’ensemble. Il n’y avait aucune raison de ne pas imaginer faire cette année supplémentaire avec Claude. Je n’ai jamais douté de ses qualités ni pris langue avec un autre entraîneur. Nous sommes ravis de continuer l’un et l’autre ensemble. Ma réponse aurait été la même si nous avions terminé 15e. On a eu un sujet de divergence que tout le monde connaît. Notre discussion n’a pas du tout été houleuse. Chacun a pu s’exprimer librement. Nous avons un coach qui écoute. Comme Claude a pu le confirmer l’objectif est que Grégoire Puel s’exprime ailleurs. Après deux années compliquées, ce sera aussi un soulagement pour le joueur. Ce point, qui a été un épiphénomène et qui a grossi avec le temps au point de masquer certaines choses, est résolu. Maintenant, on peut avancer ».
Claude Puel va sans doute connaître une grande saison à venir. Après le pain noir vient le pain blanc. Cela tourne, c’est cyclique.

Le jeux de massacre du brillantissime Mourinho contre MU, City et Arsenal

José Mourinho s’est bien amusé lors du banquet de Chelsea et a donné une très belle image de son club, plus belle que celle avinée de Louis van Gaal lors du gala de cloture de Man United. (1)
Il a réduit MU a une équipe qui tricote sans jamais marquer. C’est juste!
Ensuite, il a dit que City jouait bien mais que City jouait sans cage dans son camp. Ce qui est interdit…
Quand à Arsenal, ils sont parfaits mais seulement à partir de janvier… Mourinho casse les Gunners, comme jadis Evra.
Pour toutes ces raisons, Chelsea a été champion,
Une fois de plus Mourinho montre son intelligence, son humour, sa malice.
Parfait show man.
Bon sur le terrain. Bon en match. Bon aux collations. Bon au micro face aux médias.
Intelligent, plein d’humeur.
Un sacré manager.
Je ne sais si parfois le football lui manque mais il manquera au football.
C’est un winner, en plus.
MU aurait dû le recruter.
Des Mourinho, il n’y en a qu’un. Des van Gaal, il y en a à la pelle.
Un entraîneur qui fait acheter Falcao et Di Maria pour les laisser sur le banc devrait être limogé sur le champ pour incompétence.
Man United se trompe: le club cherche le grand joueur mais c’est le grand coach qu’il faut trouver !
Et le grand entraîneur s’appelle Mourinho.

(1) https://www.youtube.com/watch?v=SW2_hXLpPGI

Jean Zay crie "Vive la France! " quand les Miliciens l'assassinent

Le Panthéon accueille quatre grands résistants: Jean Zay, Pierre Brossolette, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle.
Jean Zay, né à Orléans le 6 août 19041, mort assassiné par la Milice à Molles (Allier), le 20 juin 1944 au cours de la Seconde Guerre mondiale.
Il a été tué à 39 ans.
Plus tard son assassin sera arrêté, jugé et vite libéré.
Jean Zay est l’un des plus grands français de tous les temps.
Le météore républicain Jean Zay est un être fantastique. Un génial touche-à-tout.
Il a tout vécu, tout fait, tout vu. Une vie à 200 km/h. Vichy l’a massacré et accusé de désertion parce qu’il embarqua sur le Massilia: on se pince pour le croire parce que Vichy s’est vendue à l’Allemagne qu’elle a servi comme une esclave consentante.
Il aimait la France, la politique, la littérature, la jeunesse, le sport, la culture.
Il a inventé le Festival de Cannes comme l’ENA. S’il a créé le festival ce fut pour lutter contre la Nostra de Venise aux mains des mussoliniens épris d’Hitler. On est loin des paillettes.
Député à 28 ans, ministre à 31 ans, il n’a que 39 ans quand des miliciens l’abattent au pistolet-mitrailleur dans un petit bois proche de Vichy, avant de jeter son corps dans un puits pour le faire disparaître.
Né à Orléans le 6 août 1904, fils d’un journaliste juif et d’une institutrice protestante, deux fois lauréat au concours général, Jean Zay ne sera jamais oublié par les gens qui aiment la liberté et surtout qui la défendent.
Je plains les descendants de ses assassins.
Avant d’être abattu, Jean Zay a fait quatre ans de prison dans les geôles françaises de la collaboration.

-"Le 20 juin 1944, raconte Olivier Loubes, son biographe, des miliciens extraient Jean Zay de sa cellule à Riom (Puy-de-Dôme), sous prétexte de le transférer à la prison de Melun. C’est un mensonge, une manipulation. En cours de route, ils lui disent même qu’ils sont résistants et qu’ils organisent son évasion. Mais, arrivés près de la commune de Cusset dans l’Allier, ils le font descendre de voiture, le font marcher jusqu’à une crevasse appelée le Puits-du-Diable et le mitraillent. On ne peut même pas parler d’exécution puisqu’il n’y avait pas d’ordre d’exécution. Jean Zay incarne toutes les figures détestées par l’extrême droite. Les essentialistes maurrassiens le traitent de “métèque", celui qui est considéré comme étranger à l’identité française telle qu’ils la définissent. Avant-guerre, il subit des campagnes extrêmement violentes de L’Action française qui le traite de “juif corrupteur de la jeunesse". Dans son pamphlet antisémite, L’Ecole des cadavres [1938], Céline va jusqu’à utiliser le nom propre de Jean Zay pour en faire un verbe sale. Dans un flot d’ordures, il écrit : “Je vous Zay". “.

Les assassins dépouillent le corps de ses vêtements, lui ôtent son alliance et le jettent dans un trou, puis, à l’aide d’explosifs, ils provoquent un éboulement. Rentrés à Vichy, ils inventent que des résistants ont libéré leur prisonnier, lors d’une attaque.
Retrouvé en 1946 par des chasseurs, le corps n’a pu être identifié qu’en 1948 grâce de son assassin qui a raconté que Jean Zay a crié “Vive la France !” juste avant de mourir.

Pierre Brossolette(1903-1944)
Pierre Brossolette et Émile Bollaert sont torturés. Le 22 mars, pendant la pause-déjeuner de son gardien, Brossolette se serait levé de sa chaise, menotté dans le dos, aurait ouvert la fenêtre de la chambre de bonne dans laquelle il était enfermé, et serait tombé d’abord sur le balcon du 4e étage et ensuite devant l’entrée de l’immeuble côté avenue. Gravement blessé, il succombe à ses blessures vers 22 heures à l’hôpital de la Salpêtrière, sans avoir parlé. Brossolette travaillait à Marianne, le journal de Gallimard dirigé par Emmanuel Berl qui me confia n’avoir jamais décelé un héros chez son ami. Il me le disait avec plein de regrets. Cela veut dire que Brossolette était un authentique, un discret actif. Et pas un beau parleur. Berl pouvait compter sur Brossolette mais il ne se doutait de sa force pour résister.

Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle.
http://www.blogmorlino.com/?cat=41

-Jean Zay, l’inconnu de la République (éd. Armand Colin) et Réarmer la République ! Jean Zay au Panthéon, essai d’histoire tonique (éd. Demopolis) d’ Olivier Loubes.

26.05.15

Monaco se sépare de l'excellent André Amitrano, homme-clé dans la réussite de Subasic gardien de la meilleure défense de L1

Si Amitrano était né à Rome, il aurait joué toute sa vie à la Roma, comme Toti. S’il était né à Manchester United, il aurait toute sa vie joué à MU comme Paul Scholes. J’en suis certain. En France, on vous oblige à changer de club car le mot fidélité ne veut plus rien dire.

André Amitrano ne sera plus l’entraîneur des gardiens de Monaco en 2015-2016.
Il a appris lundi 24 mai 2015 que son contrat, qui se termine au 30 juin, ne sera pas renouvelé.
-"Je suis déçu par rapport à la saison écoulée, déçu de l’apprendre aujourd’hui, et la raison, je ne la connais pas.”
Amitrano a appris la non reconduction de son contrat par téléphone.
Depuis 2009, il est resté malgré les changements de coachs, de direction.
Le gardien dont il s’occupe, parmi d’autres, à l’ASM, Danijel Subasic a déclaré:
-"Grandé (sic) Dédé. J’espère que tu restes avec moi. Top personne, top coach. Tu m’a amené au top niveau.”
Le gardien titulaire aurait dû être sacré meilleur gardien de la L1.
Les instances du football ont préféré élire Mandanda alors que la défense de l’OM a encaissé… 42 buts quand celle de Monaco n’en a pris que 26.
Et c’est cruel autant pour Subasic que pour Amitrano. Le vote franco-français a encore parlé.
Voilà comme on remercie le préparateur du gardien de la meilleure défense de L1, Monaco.
Bien sûr, on va moins parler de l’éviction d’Amitrano que de celle d’Ancelotti à Real Madrid.
Pourtant il s’agit de la même inélégance.
Les valeurs se perdent, cela se confirme. On avait déjà vu Ranieri renvoyé après tout le bon travail effectué.
Jardim n’a-t-il pas son mot à dire sur le poste de préparateur des gardiens de l’ASM ?
Amitrano est sans doute trop bien élevé, il aime trop son travail, il a trop de compétence, pour rester à Monaco.
Sous la houlette de l’ancien gardien de Monaco, de Nice et de Cannes, Monaco a eu un parcours en défense exceptionnelle:
26 buts encaissés toute la saison de L1 quand St Etienne, l’OL et le PSG ont en pris respectivement 30, 33 et 36.
A l’extérieur, Monaco n’a été perméable que 16 fois. Record !
On souhaite à André Amitrano le meilleur et très vite.
Ce grand sportif est au homme de terrain. Ce n’est pas lui qui irait se prostituer dans les médias pour mendier un article.
Je l’ai vu jouer un nombre innombrables de fois, il ne m’a jamais déçu un seul match. Un mental à toutes épreuves. Courageux, bravant le danger.
Amitrano c’est l’honneur du football français dans toute sa splendeur.
Il n’a qu’un défaut: être un homme dans un monde où seul l’argent sert de passeport.
Amitrano, parle et respire le football 24 sur 24 h depuis sa plus petite enfance.
Il faut qu’il rebondisse ailleurs.
On n’a pas le droit de laisser sur le carreau autant de compétence.
La passion c’est une chose. La compétence, une autre.
Il est évident que “Dédé” Amitrano est doté des deux.

25.05.15

Permalien 11:01:06, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL, GRAND MONSIEUR  

Les adieux ratés de Gerrard et le coaching lamentable de van Gaal qui a fait dépenser à MU 100 M€ pour laisser sur le banc Falcao et Di Maria

“Tout ce qui est facile à voir en football est difficile à faire” a dit Rinus Michel. Une autre envergure que le coach actuel aviné de MU. Si Louis van Gaal n’aime pas le football de Di Maria, il serait tant de dire que le coaching de Van Gaal est désastreux, dépensier au possible. Il n’a pas un gramme du talent de son homologue Rinus Michels, l’un des maîtres du ballon rond. C’est facile de dépenser l’argent quand c’est celui des autres. Un coach qui fait venir pour 100 M€ Falcao et Di Maria pour les laisser sur le banc devrait être limogé sur le champ pour faute professionnelle.

Dimanche 24 mai 2015
38e et dernière journée de Premier League
Stoke City 6-1 Liverpool
Buts pour Stocke: M. Diouf (22e, 26e), J. Walters (30e), C. Adam (41e), S. N’Zonzi (45e), P. Crouch (86e)
But pour les visiteurs: S. Gerrard (70e)

Steven Gerrard (Liverpool, 6e) quitte vraiment le championnat anglais par la toute petite porte, c’est-à-dire par une défaite à la maison à Anfield suivie par un carton encaissé chez un ventre mou. Tout ça est à l’image du joueur. Un authentique intermittent du spectacle. Richement payé, il est resté toujours dans le même club pour se composer une image de working class hero. A côté de ça, il a été incapable de faire gagner le championnat à Liverpool en 17 ans ! Alors dans le même temps, Ryan Giggs en remporta plus d’une douzaine à Manchester United. Les adieux de Gerrard ont été cent fois plus médiatisés que ceux de Giggs car Gerrard est associé à un coach français comme Henry.
La dernière sortie confirme mon avis sur Gerrard: un joueur surcoté. Certes, il ne se blesse pas en promenant son chien mais niveau mental c’est un enfant à côté de Paul Scholes.

A Manchester United (4e) ce ne fut guère plus brillant qu’à Liverpool. MU a fait 0-0, à Hull City déjà condamné à la relégation. Angel Di Maria a fait une apparition avant d’être remplacé dès la 23e. Motif du changement: “Blessure aux ischios-jambiers". Parlons plutôt de claquage au cerveau tant Louis van Gaal martyrise mentalement l’Argentin qu’il a pourtant fait venir à MU au mercato d’été 2014 contre 75 M€ ! Au Real Madrid, Di Maria était utilisé sur le côté. A MU, le coach batave a décidé finalement de le repositionner dans l’axe. Ce choix fut une catastrophe comme la défense à trois. Le hic c’est que le Batave ne reconnaît jamais ses erreurs. Il fait tout peser sur ses joueurs: il a commencé par casser tout le travail de transition de Sir Ferguson en renvoyant Vidic, Ferdinand, Fletcher, Evra et Chicharito, soit 70% des cadres! Pourquoi faire venir Di Maria si c’est pour l’humilier sans cesse en le faisant jouer contre nature ? “Il doit jouer dans la façon dont on veut, pas dans la sienne". Cela revient à engager un violoniste avant de lui demander de jouer de la trompette. Van Gaal est un incompétent qui a fait signer un contrat jusqu’en 2019 à Di Maria contre un pont d’or et il n’en veut plus. On voit qu’il ne sert de l’argent des autres, celui de MU ! Et ce n’est pas tout, il a aussi fait venir Radamel Falcao de Monaco contre 22,5 M€ la saison 2014-2015 pour lui briser les ailes. Louis van Gaal a très vite délaissé l’attaquant colombien dont il aurait pu lever l’option d’achat (55 M€), le cas échéant. Van Gaal à MU c’est Monsieur Gaspi. Il joue au Monopoly avec les nerfs des supporters de MU avec lesquels il n’a jamais su entrer en communication après une courte illusion à sa signature. Sa gestion n’est pas professionnelle: il a de plus liquidé Danny Welbeck, transféré à Arsenal, alors que le jeune joueur représentait l’avenir. Et que dire de son envoi au Real Madrid de l’explosif Chicharito, le chouchou d’Old Trafford avec Rooney. La saison de MU n’a fait plaisir à personne de la Maison Rouge sauf une lors du derby mancunien. Je ne regarde plus MU qui est devenu quelconque. J’aime mieux aller manger des sushis avec des amis ou une pizza. Moi qui ai vu 98% des matchs de MU depuis les années 1990.
Ma plus grande joie sera de voir le départ du Batave. N’est pas Rinus Michels qui veut.
Ne pourrait-on pas faire venir Carlo Ancelotti en cas de départ du Real ?
Le Batave ivre balbutiant des analyses de comptoir lors du banquet de fin de saison c’est tout ce qui restera de 2014-2015, côté coaching à MU. Et aussi la gifle du Batave, faussement amicale, à Giggs.

Le clinquant du Festival de Cannes 2015 balayé par les humbles récompensés

N’oublions pas que le Festival de Cannes a été lancé par les écrivains et pas n’importe lesquels. Parmi eux Cocteau en 1955. Le Festival a été créé en 1947 sur une idée de Jean Zay ministre du Front Populaire assassiné par les Miliciens de Vichy.

Le Palmarès du festival de Cannes 2015

. Palme d’Or : «Dheepan» de Jacques Audiard.
. Palme d’or des courts métrages : «Waves 98»
. Prix d’interprétation féminine ex-aequo à Rooney Mara («Carol») et Emmanuelle Bercot («Mon Roi»)
. Prix d’interprétation masculine à Vincent Lindon («La loi du marché»)
. Prix de la mise en scène : Hou Hsiao-Hsien («The Assassin»)
. Grand prix à «Son of Saul» de Laszlo Nemes
. Prix du jury. «The Lobster» de Iorgos Lanthinos
. Prix du scénario : Michel Franco pour «Chronic»
. Caméra d’Or «La Tierra y la Sombra» de Cesar Augusto Acevedo.
. Palme d’honneur à Agnès Varda.

Le cinéma français est à l’honneur pour les deux prix d’interprétation, plus Audiard. De surcroît, le Hongrois Laszlo Nemes parle un impeccable français. Et Varda a été fêtée.
Agnès Varda a dit que son cinéma ne rapportait pas d’argent. Bel aveu.
Vincent Lindon a dit qu’il n’avait jamais reçu un seul prix dans sa vie.* Il a évoqué ses parents morts.
Emmanuelle Bercot a dit que son metteur en scène -Maïwenn Le Besco- a choisi une inconnue alors qu’elle aurait pu avoir n’importe quelle vedette.
Audiard a parlé de son père, l’immense Michel.
Rien que des gens simples, humbles.
Beaucoup de Français car le jury était bien représenté côté France (Sophie Marceau) et francophonie (Xavier Dolan). L’Espagnole Rosy de Palma comprend le français et la Malienne Rokia Traoré le parle .
Une nouvelle fois, on récompense des films sur le misérabilisme alors que pendant tout le festival on n’a montré que des slips (!) de luxe, des seins, j’en passe. Tout ça pour finir avec des films sur le quotidien le plus réaliste. Le ridicule ne tue plus. On nous étale des millions d’euros (voitures, bijoux, fringues, palaces, bouffes démentielles…)
La montée des marches ressemble plus à un trottoir qu’à un podium.
Tout ça pour finir par encenser des comédiens qui jouent des crèves la dalle ! Mieux vaut en rire.

* Lindon a la mémoire courte car il a reçu le Prix Jean Gabin 1989. Comment peut-on oublier une récompense qui porte le nom de l’un des cinq plus grands acteurs français ?

24.05.15

Malgré 48 buts en Liga, Ronaldo n'est pas champion d'Espagne 2015

Messi et Ronaldo sont deux champions, loin devant tous leurs contemporains. On ne compte plus les intermittents du spectacle: Aguero, Tevez, Robben, Rooney, Ozil et van Persie. Ribéry et Benzema, ils ne sont pas dans la catégorie des grands joueurs comme Suarez, Neymar, et Iniesta. Depuis 10 ans, Ronaldo se maintient au sommet. Il faut le respecter au lieu de sans cesse l’abaisser. Un parleur sur les ondes ne cesse pas de dire que si Ronaldo a “perdu sa forme” c’est parce qu’il a été “largué par sa compagne” (sic) On appelle ça journaliste. Vous me permettrez de ne pas manger de ce pain-là.

Cristiano Ronaldo ne sera sans doute pas Ballon d’or 2015 qui devrait revenir à Messi, champion d’Espagne et en finale de la C1.
Ronaldo a terminé second et demi-finaliste de la C1.
Cependant Ronaldo a inscrit 48 buts rien qu’en championnat d’Espagne !
Oui, le Portugais a marqué 48 des 118 buts du Real Madrid. Ce n’est pas assez pour être champion de Liga.
Notons que Benzema a bloqué son compteur à 15 buts. Cela n’empêchera pas certains aboyeurs du PAF de massacrer CR7 dès qu’il rate un penalty. Benzema ? Quoiqu’il fasse, il joue toujours bien pour les médias français.
Le grand talent de Benzema c’est de laisser toutes les responsabilités à Ronaldo pour vivre dans son ombre.
Mieux vaut être dans l’ombre de CR7 au Real Madrid que titulaire à Arsenal comme Giroud que Thierry Henry - le statufié d’Arsenal- a taillé en pièces.
Ronaldo, quant à lui, vient de déclarer qu’il espère le maintien de Carlo Ancelotti au poste de coach.
Jadis c’était l’entraîneur qui appelait au renouvellement de contrat d’un joueur.
Ronaldo dit ce qu’il pense pour peser sur la balance.
Ceux qui le taillent toute l’année l’annonce peut-être au PSG. Amusant !
A 37 ans, Drogba jouait encore à Chelsea.
Le PSG c’est une maison de retraite ou un asile luxueux pour les joueurs que les grands clubs ne veulent pas. Grands clubs étrangers (Real, Barça…)
Ronaldo a Paris c’est de la science-fiction.
Il n’est pas encore fini pour y signer.
Est-ce que Hazard joue à Paris ? Neymar ? Suarez ?
Le PSG n’a droit qu’à des miettes.

CLASSEMENT FINAL DE LA LIGA 2014/2015
1 Barcelone 94 points 38 matchs/ 30 4 4 / 110 21 + 89
2 Real Madrid 92 38/ 30 2 6 / 118 38 + 80

Classement des buteurs en Liga
1 Ronaldo Cristiano Real Madrid 48 buts, 35 matchs, moyenne 1.37
2 Messi Lionel FC Barcelone 43 38 1.13
3 Griezmann Antoine Atletico Madrid 22 37
Neymar FC Barcelone FC Barcelone 22 33
……………….
9 Benzema Karim Real Madrid 15 29

[Post dédié à Puskas et Di Stefano]

Permalien 10:42:02, Catégories: FOOT FRANCHOUILLARD, LA MAISON BLANCHE  

Edouard Odsonne, le vrai héros des moins de 17 ans français vainqueurs de l'Euro 2015

Le football est un sport collectif. Qu’on se le dise ! Et il faut mettre le coup de projecteur là où il convient de de le mettre selon l’exploit. Bravo à cette jeunesse et surtout que personne ne prenne le cigare. Le football est une éternelle remise en question. Il faut être concentrer - au bon moment- et ne jamais se prendre au sérieux, en dehors du terrain, sinon le parcours peut connaître des éclipses insurmontables. Etre un loup affamé sur la pelouse et un agneau dans la vie sociale.

Vendredi 22 mai 2015, au JT de 20 h sur FRANCE 2, le présentateur lance un sujet sur la victoire français à l’Euro des moins de 17 ans mettant le plein feu sur Lucas Zidane. Dans le reportage c’est la même chose. Personne n’a cité le nom d’Edouard Odsonne, auteur d’un triplé.
Le héros de la finale fut le buteur né le 16 janvier 1998 à Kourou, en Guyane. Une vraie fusée humaine ! Et donc aussi ceux qui lui ont fait les bonnes passes. Le football est un sport collectif.
C’est un comble de ne pas parler du buteur tricolore, c’est surtout une faute journalistique. Le présentateur il est vrai n’est attiré que par les actrices qu’il ne cesse pas d’inviter en fin de journal. Ne parler que du fils Zidane, c’est du journalisme people rien de plus. Féliciter Lucas Zidane ne doit pas empêcher de coller à l’actualité. Et quand on marque trois buts en finale on est un héros. Ne parler que de Zidane c’est aussi le mettre mal à l’aise face au groupe. Laissons ces talents se développer à l’écart des régents du PAF. Le nom de Zidane fait vendre. Depuis la retraite de Zinedine Zidane aucun footballeur n’est parvenu à sa valeur marchande. Vous mettez Ribéry en Une et le lectorat prend la poudre d’escampette.
Avec huit buts en cinq matchs, Odsonne Edouard a été très important dans le collectif des U17 français à l’Euro. Le buteur de 17 ans est issu du centre de formation du PSG auquel il appartient depuis 2011. (Sous contrat jusqu’en 2016)
Le sacre aux Bleuets face à l’Allemagne (4-1) en Bulgarie ne doit pas être résumé à Lucas Zidane, sinon pourquoi ne pas parler de Zinedine Zidane, tout simplement, puisque c’est le père. Sans un mot sur la maman, bien sûr!
France 2 a fait dans le people mais ce n’est pas étonnant. L’éthique n’est même plus un souvenir.
Après deux « Majder » en quarts de finale contre à l’Italie, Edouard Odsonne a inscrit un triplé à des moments cruciaux: 40eme, 47eme et 69eme. Le buteur Edouard a été élu meilleur joueur du tournoi.

Bertrand Reuzeau, le directeur du centre de formation du PSG: « Cela fait dix ans que je suis au PSG et on n’a jamais eu un buteur comme lui. Il peut encore gagner sur le plan athlétique, dans la puissance, dans la constance aussi. C’est un attaquant très complet. »

Jean-Claude Giuntini, le sélectionneur des moins de 17 ans: « Ce serait à la fois prématuré et dangereux d’affirmer que ce sera un grand. Je peux confirmer qu’il a des qualités prometteuses mais sans minorer sa performance, il faut être très prudent. Il a été mis en lumière mais il faut qu’il prenne conscience qu’il doit développer ses qualités athlétiques, la qualité de sa première touche et le jeu en redemande. Il a beaucoup de domaines à faire progresser et je pense qu’il a une grosse marge de progression. »

Battre 4-1 l’Allemagne, il faut le faire. On connaît l’orgueil, le sérieux, la discipline, le collectif et la rage de vaincre allemande. Toutes ces qualités ont été plus fortes côté français lors de la finale. Chapeau !

Dans moins de deux ans, la fin de la Présidence Obama

Le président américain Barack Obama ayant déjà obtenu deux mandats en 2008 et 2012, limite prévue par le XXIIe amendement de la Constitution des États-Unis, ne pourra pas se représenter à l’élection présidentielle américaine de 2016 qui se déroulera le mardi 8 novembre 2016 (Election Day).
Le nouveau président élu entrera en fonction le 20 janvier 2017 (Inauguration Day).
Un jour très triste en prévision pour les Obamaïstes.
Charles de Gaulle n’a jamais voulu que l’on s’aligne avec les Américains, les yeux fermés.
Il avait raison, n’empêche le général n’en n’était pas moins un ami très proche des Américains. Il savait ce que qu’on leur devait: tout simplement la liberté.
Aujourd’hui, Barack Obama reste le meilleur homme politique en exercice.
Il a une élégance innée.
Regardez cette vidéo, surtout vers la fin.
Qui peut en faire autant ?
Sans le vouloir, il ridiculise ses homologues étrangers.
Obama est synonyme de grâce.
Le pouvoir tout en finesse. Tout comme Nelson Mandela. Du grand art. C’est aérien. Un style en apesanteur. Que les professionnels de la com. aillent se rhabiller.
Rien à voir avec la lourdeur du culte de la personnalité.

Le site de la Maison Blanche: https://www.whitehouse.gov/

[Post dédié à la branche américaine de ma famille]

22.05.15

Permalien 10:28:04, Catégories: LA MAISON BLANCHE  

Lucas Zidane, la Panenka de père en fils

Pour tous les amateurs de ballon rond, il est toujours passionnant de voir se perpétuer le nom de certains footballeurs: chez les Hernandez (famille de Chicharito) on est international sur trois générations ! En Angleterre, il y a la famille Neville. En Italie, les Mazzola, deux virtuoses de père en fils. Autres grandes familles: Djorkaeff, Oleksiak, Stopyra, Ayew. On a vu que chez les cracks c’est très rare: pas de succession sur le terrain chez Pelé, Maradona, Platini… Un peu chez Cruyff. Alors, il faut espérer que chez les Zidane, la tradition se perpétue. Au cinéma, c’est plus facile ! Certes, au cinéma, il n’est pas nécessaire d’avoir du talent pour reprendre le flambeau. Disons qu’il n’y a pas que des Brasseur, loin de là !

Vendredi 22 mai 2015, 19 h (D 8)
Finale de l’Euro des moins de 17 ans
France-Allemagne (1)

“C’est bien de l’avoir tenté. Tu as raté de peu. La prochaine pense moins à lober. Là tu as un peu mélangé le lob avec la Panenka, tout est question de dosage du pied sous le ballon. Bien sûr, il faut savoir aussi doser sa force de frappe. La Panenka c’est en fait une frappe tout en retenue mais il ne faut surtout pas mettre son corps en arrière. Quant au geste initial, il faut le masquer et surtout ne pas montrer que tu vas tenter une Panenka… mais tu sais tout ça. Reste à la réaliser dans un match et non pas à l’entraînement. C’est bien Lucas… Allez viens…”

Voilà ce que j’imagine a dit Zinedine Zidane à son fils.
Lucas- joueur au Real Madrid, section jeunes- a tenté le même geste qu’a réussi son père lors de la finale de la Coupe du Monde 2006. Le père avait réussi mais la finale fut perdue. Cette fois, le fils a raté mais la France est en finale.
Pour accéder à la finale, il a fallu que Lucas arrête trois tirs au but. Rien que ça!
Il ne faut pas retenir le négatif mais le positif.
Ce qui est beau c’est que Lucas a tenté une Panenka alors qu’il est gardien de but.
Les fils Zidane jouent tous au foot. Lucas est le seul à avoir choisi le poste de gardien. Choix judicieux qui évite les comparaisons. La Panenka était bien la seule chose en commun pour les comparer!
Cependant Lucas est quasi le sosie du jeune Zinedine Zidane. Copie-conforme. Emouvant à voir.
Il est frappant de constater que Lucas n’a pas bronché après son ratage: signe d’une grande force intérieure.
Il n’est pas sorti de son match, agissant comme le champion de tennis Federer, ne montrant rien.
Il n’a ri qu’avec ses partenaires, une fois la qualification assurée. Contre la Belgique. Ce qui n’est pas rien.
A présent, se présente l’Allemagne. Ce qui n’est pas rien non plus.
La France des moins de 17 ans a déjà été championne d’Europe, en 2004, avec entre autres: Cosil(gardien), Nasri, Ben Arfa, Benzema et Ménez.
Voir le comportement de talents ultra prometteurs dans une compétition majeure est très important dans un parcours car cela permet de tester le mental.

Résultat:
France 4-1 Allemagne
Buts pour la France: Edouard (40e, 47e, 70e), Gül (83e csc)
But pour l’Allemagne: Karakas (50e)

Les jeunes français sont champions d’Europe des moins de 17 ans. Félicitations !
Edouard est le héros du match avec un triplé: il a ouvert le score et a encore marqué après l’égalisation.
Lucas Zidane: il a relâché trop les ballons au lieu de le capter. C’est le métier qui entre. Il peut être fier. Tout le monde ne démarre pas son parcours par un titre européen.

21.05.15

Permalien 10:49:05, Catégories: THE RED DEVILS, ANTI-FOOTBALL  

La nouvelle image de Man United: son coach ivre

Sommes-nous à MU ou dans l’arrière-salle d’un club de P.H. ?
Etre un grand entraîneur c’est maîtriser la pression.
Il ne faut pas confondre faire sauter les bouchons de la défense adversaire et faire sauter ceux des banquets de fin de saison.
Pas étonnant que le niveau du football de MU soit à la dérive.
N’est pas George Best qui veut.

[Post dédié à Paul Verlaine, Malcom Lowry et Antoine Blondin]

Permalien 10:35:54, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Un fête organisée par le Comté de Nice champion du Monde 2014 des non reconnus par la FIFA

Lundi 25 mai 2015, 16 h
Complexe de la Plaine du Var.
La Selecioun-Challenge Prince Rainier III de Football

La Selecioun nissarte propose une journée festive pour son premier match à domicile.
Au programme : tournoi des enfants du Comté, animations, initiations, stands, artistes et sportifs niçois, musique, jeux, tombola, snack-buvette.
Les champions du monde, toujours sous les ordres du tandem Gioria-Mattio, disputeront leur premier match à domicile face à la sélection du championnat entreprise monégasque (Challenge Rainier III).
A 16 heures, Philippe Bianchi, le père de Jules Bianchi donnera le coup d’envoi de la rencontre.
Nous serons le lendemain du Grand Prix de F1 de Monaco.
Tous nos vœux constants de prompt rétablissement au jeune pilote niçois de F.

Mieux que le village breton d’Astérix, Nice est une ville d’irréductibles !
La Selecioun de la Countea de Nissa a remporté le titre de champion du monde en battant l’Île de Man. Cela doit faire rire beaucoup de gens, les mêmes qui comparent toujours Nice à une salade ou au Carnaval. Cependant, Nice a gagné un tournoi international regroupant tous les « états, minorités, nations non reconnues et régions non affiliées à la FIFA ».
En cinq matchs en une semaine, Nice a plié l’affaire. Vite fait, bien fait.
La sélection s’est organisée en peu de temps. Avec grand succès.
Dans cette Coupe du Monde, pas d’argent à outrance, rien que de la passion autour d’une forte identité.

Au bout d’un match stressant, vierge de but, les hommes du duo Gioria-Mattio se sont imposés aux tirs au but.
Les 11 Niçois champions du MONDE:
Brunner/ Delfino, Assoumani, Sborgni/ Ferreri, Onda, Migliore, Bauer/ Jaziri –Tchokounté, Delerue.
Entrés en jeu : Gignoli, Malatini, Noto
Entraîneurs/ Sélectionneurs : Gioria/ Mattio
Président : Cédric Messina
Issa Nissa !

Site des Champions du monde des petites Nations: http://www.laselecioun.com/

20.05.15

Hommage à Antoine Vitez. Le théâtre des idées (Gallimard) et Homme de théâtre et photographe (Les Solitaires intempestifs)

Le théâtre des idées, d’Antoine Vitez (1930-1990), est un livre posthume qui contient l’essentiel des textes laissés par le grand metteur en scène. L’anthologie- proposée par ses amis Danièle Sallenave et Georges Banu- permet de retrouver sa langue et son esprit. Professeur au Conservatoire d’Art Dramatique, metteur en scène, traducteur, poète, photographe et acteur, il savait faire beaucoup de choses et les faisait très bien. Il est plus à rapprocher de Louis Jouvet que de Jean Vilar avec qui il a travaillé au TNP. Longtemps dans l’ombre, Vitez a été aussi le secrétaire de Louis Aragon. Ses débuts n’ont pas été faciles mais au lieu de se morfondre, il s’est cultivé sans cesse, devenant un très grand traducteur.
Je l’ai connu à partir de la fin des années 1970 pour ne plus jamais le quitter par l’esprit. Je lui dois beaucoup. Il m’a fendu le cerveau en deux pour laisser y entrer le théâtre.
Je voulais être son Agnès Varda, concernant la photo, et il m’a laissé faire.
Je suivais les répétitions, faisais des photos en représentations, dans les coulisses. Partout. Fils de photographe, photographe lui-même, il adorait la photo.
Je savais que je faisais auprès de lui ce que faisais Agnès Varda auprès de Vilar.
Vilar n’a pas su déceler son héritier dans Vitez même s’il a fait appel à lui pour confectionner une revue.
Voir Antoine Vitez répéter Faust de Goethe me fascinait. Il avait dans une main le texte de Goethe et dans l’autre la traduction de Gérard de Nerval, et il voyait ce qui allait ou pas, selon les instants, les jours, les heures, les secondes.
C’est le seul metteur en scène qui pouvait dire:
-"Là, je ne sais pas. Je n’ai plus d’idées… Il faut qu’on arrête un moment".
La presse, qui dit souvent n’importe quoi parce que les journalistes ne sont pas des artistes, n’a pas cessé de dire que Vitez désincarnait les comédiens pour les faire devenir des marionnettes. Faux ! Absolument faux ! Vitez laissait faire le comédien, puis intervenait pour dire par exemple: “Il me semble que tu peux jouer comme ça…” Alors il montait ses scènes pour proposer. Le comédien refaisait plus ou moins bien ce que venait de faire Vitez. Si c’était besogneux, Vitez ne se mettait pas en colère, décelant les limites de l’acteur. C’est ainsi que dans ses spectacles, certains comédiens n’étaient pas à la hauteur. Donc Vitez n’était pas un montreur d’ours ! Il choisissait quelqu’un et lui faisait confiance, à ses risques et périls (je parle du comédien). Antoine Vitez avait le courage d’affronter la critique, sachant que tel ou tel acteur ne lui avait pas donné entière satisfaction. C’est dire sa générosité artistique.
Il avait pour projet d’exposer toutes les critiques écrites sur les plus grands spectacles français pour prouver que la critique s’est presque tout le temps trompée.
Vitez, comme tous les grands metteurs en scène, était à la fois metteur en scène, acteur et pédagogue, dans la lignée de Jouvet, Dullin…
Antoine Vitez était un ouvreur d’horizons. Ce qu’il m’a fait à moi, il l’a fait à d’autres.
Marc Delsaert - qui fut un grandiose Alceste- me disait: “Il n’y a qu’avec Vitez que le théâtre me plait. Avec les autres metteurs en scène, je m’ennuie".
Vitez adorait reprendre certains des ses anciennes mises en scènes pour les renouveler avec les mêmes acteurs.
Pour la tétralogie de Molière, il a renoué avec l’esprit de Molière: aucune vedette, et des acteurs identiques pour les 4 spectacles qui jouent à la fois des grands et de petits rôles pour casser la hiérarchie. Il a démontré que l’on pouvait faire du théâtre avec une chaise et un bâton.
Antoine Vitez avait la science de l’espace. Il savait aussi provoqué: “Sans provocation personne ne te remarque". Il disait aussi: “Si tu écris tu dois te comparer secrètement aux plus grands sinon c’est mauvais".
Vitez avait une écriture scénique qui s’est plus visible sans lui: une élégance (texte, diction, gestuelle, costumes, décor), une poésie (dans le rapport silencieux entre les personnages), politique (dans le choix des pièces), une intelligence de chaque instant. Pas un gramme de facilité. Une haute exigence, à l’abri de la besogne. Une grâce graphique. Je reste le magnétoscope de sa sensibilité. Ce n’est qu’à ma mort que son théâtre s’éteindra en moi.
Son absence fait mal. Pas qu’à moi. Je suis persuadé que Pierre Vial et Jérôme Deschamps pensent tous les jours à Antoine Vitez. Sa disparition c’est comme si on rayait un pays de la carte. Ou un nom dans le dictionnaire et pas n’importe quel nom: lumière ou âme. Ou encore comme si une couleur disparaissait: même deux couleurs, le noir et le blanc. Selon l’humeur, il était habillé tout en noir ou tout en blanc.
Il aimait faire appel à des comédiens étrangers:
“Pour bien connaître le français il faut parler d’autres langues ” me disait-il.
Il m’a fait découvrir Italo Svevo et Yánnis Rítsos.
“Le théâtre c’est le lieu où l’on entend le langage".
Il travaillait 24 h sur 24, 365 jours par an.
A Chaillot, il s’est ruiné la santé, répétant plusieurs spectacles en même temps. Il voulait rattraper le temps perdu à attendre de pouvoir créer sur scène. D’où l’importance de sa période Ivry-sur-Seine qui a été son vrai tremplin.
Il était communiste de manière idéaliste, utopiste, poétique.
Je pourrais écrire un livre sur lui, là je vous conseille simplement de lire ses textes. Un livre à picorer comme une abeille sur une fleur. C’est toujours fulgurant d’intelligence.
Il savait tout faire, même imiter. Il imitait ses proches ou des personnages connus, à la perfection. Il savait travailler la voix car il fit aussi des publicités à la radio.
J’apparais dans Antoine Vitez, Homme de théâtre et photographesous la forme d’un texte. (J’y reviendrai.)
Vitez a été un de mes formateurs, comme Berl, Soupault et Nucéra.
On peut se définir par ses pères spirituels. Voilà les miens.
Je n’ai aucun diplôme, sauf leur amitié.
Je peux écrire sur eux mais pas parler d’eux en public. Je me suis risqué à le faire sur Soupault. J’ai fini par pleurer et claquer des dents. Quand j’écris, je suis seul avec eux. Quand il y a du monde, plus je suis concentré, plus je tombe dans le tombeau pour les rejoindre. Je les aime trop pour pouvoir parler d’eux comme s’ils étaient Pessoa ou Perros que je n’ai pas connus. Témoigner par l’écrit et puis se taire, avant de se terrer.

-Le théâtre des idées, d’Antoine Vitez. Anthologie proposée par Danièle Sallenave et Georges Banu. Gallimard, 608 p/, 26, 50 €
- Antoine Vitez, Homme de théâtre et photographe sous la direction de Brigitte Joinnault. Les Solitaires intempestifs.

19.05.15

Permalien 00:26:06, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

"Jeunesse de France" écoute B.B. King , l'homme qui parlait avec son vibrato

Maître B.B. King avait un grand ami formateur qui lui a dit: Ni tabac ni alcool, on n’a qu’une maison, notre corps. C’est la philosophie du Laos qui dit: notre corps ne nous appartient pas, c’est un legs de nos ancêtres. Ci-dessus B.B. King joue son chef d’œuvre absolu. Un divin soyeux. Inoubliable. Le silence qui suit est encore du B.B. King.

Comme tous les vrais artistes, B.B. King avait la grâce.
C’était un appelé. Tous les autres sont des besogneux avec plus ou moins de talent.
A 14 ans, il était seul, sans parent ni grand-parent.
Le monde est plus lourd depuis que B.B. King est mort.
Son vibrato aérien n’a pas cessé de nous montrer la voie.
Avancer toujours.
Apercevoir le soleil sous les nuages, qu’ils soient naturels ou fait de la cendre des bombes.
B.B. King était un poète qui écrivait avec sa guitare, sa légendaire Gibson “Lucille” qui était le prolongement divin de ses bras.
Un soir de 1949, alors qu’il joue dans une boîte de l’Arkansas, deux gars se mettent à se bagarrer et renversent le poil qui met le feu aux lieux en bois.
Dès qu’il est dehors, B.B. King réalise qu’il a laissé sa guitare à l’intérieur, dans la précipitation.
Aussitôt, il décide d’aller la chercher, bravant les flammes.
Ses amis veulent l’empêcher mais le doux homme avait une force de taureau.
Dans l’incendie, au milieu des flammes il retrouve sa chère Gibson L.30 et parvient à ressortir, habité par une foi d’un autre monde.
Il ressort, brandissant sa guitare comme un trophée.
Quand le lendemain, il apprend que les deux gars s’étaient bastonnés pour une femme qui s’appelait Lucille, B.B. King décide de baptiser sa guitare: Lucille. Celle-là et toutes les autres.
Aujourd’hui, elles sont chez lui, toutes orphelines. Silencieuses pour toujours.
Le son B.B. King vient de s’envoler comme celui de Jimi Hendrix et celui de Django Reinhardt.

A VOIR:
B.B. King - The Life of Riley
http://www.arte.tv/guide/fr/050778-000/b-b-king-the-life-of-riley
“ARTE rend hommage à B.B. King en rediffusant ce portrait bouleversant du bluesman de légende, décédé le 14 mai à l’âge de 89 ans. Né dans une plantation du Mississippi, Riley B. King s’était découvert une passion pour le blues en chantant lors du travail aux champs. Son style de guitare unique et sa manière de chanter ont influencé de grands noms du rock, d’Eric Clapton à Jimmy Page.”
La première fois que B.B. King a joué devant des blancs, il s’est mis à pleurer à la fin du concert, dans les coulisses. Il ne savait pas que les Blancs pouvaient aimer le blues.

18.05.15

Hommage à Me Léo Ferré. A "Cannes la Braguette" les actrices prennent la place des starlettes

Peu connue, peu entendue, cette chanson de Ferré est fabuleuse. C’est un Niçois qui vous le dit !

Jadis on voyait François Chalais interviewer avec maestria les acteurs et les actrices.
Aujourd’hui, on ne voit plus qu’un speaker hurler en direction d’une vedette:
-"Alors ça fait quoi de monter les marches ?”
-"Oh! C’est si merveilleux…”
Rideau. Circulez! Il n’y a rien à entendre. Les acteurs sans texte d’écrivains n’ont rien à dire sauf s’ils s’appellent Gabin, Dietrich ou Cassavetes.
Depuis que l’édition du Festival de Cannes 2015 a commencé on n’entend parler que du slip de telle ou telle actrice-mannequin qui monte les marches, comme si c’était important de monter des marches !
Les actrices ont pris la place des starlettes d’antan.
Le cinéma ce n’est pas ça.
Le cinéma se déroule dans des salles obscures loin de tout ce défilé de mode de mauvais goût.
Je n’ai jamais vu le slip de Bette Davis, ni celui d’Ingrid Bergman.
Il est vrai que je parle de vraies femmes.

Le Manchester United de Louis van Gaal c'est du Ferguson Canada Dry

MU, 4e. van Gaal doit s’estimer heureux, c’est dire qu’il pense plus à lui qu’à MU. Ferguson, lui, pensait plus à MU qu’à lui. MU s’arsenalise avec le Batave: 4e ? Fa-bu-leux. Champagne ! Hier, Man U avait un homme, un chef, un inspirateur. Aujourd’hui, MU a un salarié de plus. Woody Allen vient de déclarer qu’il ne voulait plus que ses films soient en compétition car “l’art ce n’est pas du sport” a-t-il dit. Il a raison. En revanche, le sport c’est de l’art ! Aussi, Louis van Gaal devrait reconnaître qu’il ne sait pas coacher MU et il serait bien qu’il prenne la porte de sortie. Quand on ne sait pas conduire une F1, on se contente d’une voiture de série.

Dimanche 17 mai 2015
Manchester United 1-1 Arsenal

But pour MU: Herrera 30′
But pour les visiteurs : T. Blackett 82′(o.g.)

A la fin du match, les joueurs de MU ont fait un tour d’honneur. Pour fêter quoi ? Le déshonneur d’une 4e place et le nul contre Arsenal. Désormais MU est devenu un club à la mentalité de ventre mou qui se contente des miettes de Chelsea, Man City et d’Arsenal. Triste spectacle.
Le nouvel entraîneur de MU brille par son incompétence et par son inculture.
Incompétence: il laisse sur le banc A. Di Maria. Incapable d’utiliser le talent de l’Argentin.
Inculte: il ne sait pas que MU doit vaincre à domicile, Man City, Liverpool, Chelsea et Arsenal. A n’importe quel prix!
Ce match contre les Gunners, il a reçu une leçon de coaching de Wenger qui a fait les changements qu’il fallait pour au moins prendre un point. Bravo à lui. Il a su attendre les cafouillages de MU avant de faire entrer du sang neuf, les fers de lance Walcott et Wilshere qui ont beaucoup apporté dans la relance et le secteur offensif. Le but vient d’un tir de Walcott détourné par le néophyte de MU qui en début de saison était titulaire.
A moins d’une catastrophe lors de la dernière journée, Arsenal est qualifié directement pour disputer la C1 2016 quand MU va devoir affronter les barrages. Des observateurs fêtent le Batave qui remet “MU dans le Big Four". Tu parles d’un exploit ! La saison prochaine doit-on se réjouir du maintien ?
MU ? Les Red Devils ont été incapables de tuer le match pour finalement marquer un autogoal !
En fin de match, ce fut la débâcle mental avec les sorties de De Gea (gardien) et Rojo. Cela a coûté les trois points du match. Etaient-ils blessés ? Sans doute une rupture des ligaments du cerveau ! Un double abandon. Ces deux-là ne sont pas des guerriers. Dans le genre mauviettes, ils sont champions. Il y a fort longtemps, René Vignal, la clavicule en lambeaux a laissé sa cage pour jouer ailier ! Je parle de Vignal, il est vrai.
Dans le groupe, il n’y a aucun winner, aucun gros caractère, aucune grande personnalité, aucune détermination.
Il n’y a pas longtemps nous avions Cantona, Keane, Schmeichel, Ferdinand, Vidic, Evra, Scholes… des joueurs qui dynamisaient un groupe.
Aujourd’hui qui sont les leaders ? Young qui n’a pas les épaules larges, Fellaini qui joue avec les coudes.
C’est pas terrible. Le Batave a donné les clés à Young qui était remplaçant avec Ferguson et il a chassé Rafael qui était titulaire avec Ferguson. Sans parler de Chicharito qu’il a envoyé au Real Madrid. En échange, il a pris Falcao et Di Maria transformés en figurants. Cela s’appelle de l’incompétence à haut niveau.
En début de saison, van Gaal a cassé le schéma tactique de MU pour jouer à trois derrière. Devant ? Il laissé la place au hasard. Peu à peu, il est revenu à la façon de jouer classique qui est la marque de MU: à quatre derrière, et le jeu par les ailes. Rien d’original mais pas facile à faire. Le hic c’est qu’il s’agit du Ferguson Canada Dry. Il manque l’âme, la rage de vaincre.
Quand Rooney n’est pas là, ni Carrick, il n’y a plus de pilote dans l’avion. Ce fut le cas contre Arsenal.
Les Gunners étaient prenables mais le Batave reste assis sur son banc, l’œil du bovin qui regarde passer le train.
Je regrette d’avoir regardé ce match. Un match de losers. Perdre, c’est possible, mais pas perdre en donnant le point du nul a des rivaux séculaires qui nous haïssent.
Ce MU tricote pendant des heures, n’a aucun esprit de décision.
Ce MU c’est Metz qui se prend pour le PSG.
Quand est-ce que van Gaal reprend l’avion pour les Pays-Bas ?
Ce MU-là pourrait sans doute remporter le championnat chez les féminines.
Et encore ce n’est pas certain.

PS: les joueurs de MU n’ont pas arrêté de tomber pendant le match. Pelouse trop arrosée ! Mauvais crampons ! Tout ça n’est pas sérieux.

Permalien 13:00:04, Catégories: LITS ET RATURES, LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME  

Comédienne de Molière: Journal d'Armande (1658-1661) de Christine Féret-Fleury.(Gallimard/Jeunesse)

Ce livre est remarquable à tous les points de vue.
L’idée d’écrire le journal d’Armande est une très bonne idée.
Le récit est très bien mené.
Le livre est parfaitement présenté, avec ce parfum d’ouvrage d’antan dont il fallait couper les pages pour libérer les mots comme on lime les barreaux d’une prison pour retrouver la liberté.
Qui est Armande Béjart (1640-1700) ?
Historiquement c’est la jeune sœur de Madeleine Béjart (1618-1672)
Des rumeurs instantes disent que Madeleine serait en fait la mère d’Armande: elles ont 22 ans d’écart.
Ce n’est pas tout: comme Madeleine fut la maîtresse de Molière, d’aucuns franchissent le pas infranchissable, à savoir que Armande serait la fille des amours de Molière avec Madeleine.
Et ce n’est pas tout puisque Molière a épousé… Armande, en 1662.
Molière a souvent entendu à son sujet: “Vous avez épousé la fille après avoir couché avec la mère".
Dans ce magma d’informations, la certitude c’est que Molière s’est marié avec la fille de son ancienne maîtresse.
Nous sommes dans un Voici de 1660 !
Madeleine a fait entrer très tôt sa soeur dans la troupe qu’elle a fondée avec Molière.
Armande raconte avec flamme -ou plutôt Christine Féret-Fleury l’auteur de 2015- les représentations devant les seigneurs et les paysans.
On assiste à ses débuts sur scène, la rencontre avec Corneille.
Elle cherche à attirer le regard de Molière qui va vite la remarquer et lui offrir des rôles somptueux car Molière savait écrire pour les femmes aussi bien que pour les hommes.
Voici la liste des grands rôles, des créations historiques d’Armande:
Elise dans Critique de l’Ecole des femmes (1663)
Elmire dans Tartuffe (1664)
Charlotte dans Don Juan (1665)
Célimène dans Le Misanthrope (1666)
Marianne dans L’Avare (1668)
Angélique dans Georges Dandin (1668)
Lucile dans Le Bourgeois Gentilhomme (1770)
Cette liste a plus d’allure que la filmographie des shampouineuses bombardées actrices après avoir bafouillé la météo à la télé.
De 1663 à 1673, Armande ne cessa pas de jouer pour Molière qu’elle finit par tromper.
Tromper un génie, comment est-ce possible ?
Ce livre destiné à la jeunesse est à mettre entre toutes les mains.
Un travail remarquable dans une collection qui ne l’est pas moins.

-Comédienne de Molière: Journal d’Armande (1658-1661) de Christine Féret-Fleury. Gallimard/Jeunesse, 160 p., 10,50 €

17.05.15

La Red Army doit battre Arsenal et avec la manière en plus

Après la lamentable kermesse autour du départ de Liverpool de Gerrard qui a perdu 1-3 à la maison contre un ventre mou, place au football. Il faut espérer voir un vrai match à Old Trafford et non pas une parodie. Souhaitons un solide MU qui barre bien la route aux Gunners, mais de grâce que Fellaini cesse de jouer avec les coudes.

Dimanche 17 mai 2015, (17 h, C+)
Manchester United-Arsenal

Man United doit battre Arsenal. Tout autre résultat serait un échec de plus pour van Gaal. MU n’est pas un petit club. MU doit remporter le championnat et/ou la C1. On en est loin !
Battre Arsenal à la maison c’est le minimum syndical.
Maintenant que Sir Ferguson n’est plus là pour faire de l’ombre à Arsène Wenger celui-ci devrait venir en vainqueur à Old Trafford.
On verra bien ce que les Red Devils ont dans le ventre.
A part Rooney, Valencia et Carrick, on ne voit pas beaucoup l’esprit de MU.
Young est plus proche de Nani que de Best et Giggs. Trop intermittent du spectacle. Le talent sans travail n’est qu’une manie, a dit Georges Brassens qu’il ne connait pas.
Je ne regarde plus les matchs de MU - les yeux fermés!- car j’ai horreur du faux miel, ainsi de suite. Pour voir des danseuses, il y a l’opéra pour ça. Je choisis les affiches à présent.
Ce MU là c’est celui d’avant 1986. Frileux, sans confiance, le mental aux vestiaires, l’inspiration en berne, les leaders aux abonnés absents et les jeunes qui pensent à leur PEL en plein match.
Van Gaal a effacé la période sir Ferguson, dont il ne reste plus que quelques cendres.
Ce match du 17 mai doit permettre à van Gaal de s’affirmer. A part dans le derby MU-City, je n’ai jamais rien vu d’excitant.
Je vais regarder ce choc séculaire entre Manchester United et Londres.
Il va falloir gagner et avec la manière en plus.

PS: après moult agitation, Nice se maintient en L1 pour 2015-2016 grâce à sa victoire contre Lens, condamné à la descente en L2.

HISTORIQUE: Obama, B.B. King, Beck, Jagger et les autres virtuoses à la Maison Blanche

La Maison Blanche organise un concert annuel.
Le couple Obama est toujours aussi lumineux.
Le Président Obama est autant à l’aise micro en main que Mandela avec le maillot de l’AFSUD.
La grâce est innée. Elle ne s’invente pas à coup de com.
En France on a droit à des politiciens qui chantent mal les Feuilles mortes ou alors qui applaudissent des chanteurs de variétoches.

L’intégrale:

16.05.15

Permalien 12:25:29, Catégories: BRUITS DE VESTIAIRES, LA REVUE DE STRESS  

Largement battu à domicile pour son dernier match officiel à Anfield Road, Steven Gerrard quitte Liverpool sans jamais avoir gagné un seul championnat en 17 ans !

En 2010, Steven Gerrard (Liverpool) a fait exprès une passe à l’adversaire (Drogba) pour que Chelsea gagne le championnat à la place de Manchester United. Et en 2014, Gerrard est tombé, perdant le titre avec Liverpool pour l’offrir… à Man City. Et ils appellent ça un grand joueur. Non, le grand joueur des Reds c’est Kenny Dalglish: 3 C 1 + 7 championnats d’Angleterre. Keegan, Souness, Ian Rush, voilà les authentiques stars de Liverpool.

Samedi 16 mai 2015, 18 h 30 (C+ sport)
Liverpool - Crystal Palace (1)

Le départ de Gerrard de Liverpool est survendu. Les médias disent que c’est l’homme d’un seul club. C’est faux! Il va aller jouer aux Etats-Unis. Cantona, Scholes et Giggs quand ils ont quitté MU c’est pour ne plus jouer au football, pas pour aller faire du fric ailleurs.
Les vrais étoiles de Liverpool sont Dalglish, Souness et Keegan. Gerrard n’est qu’un joueur qui profite d’un système installé par d’autres beaucoup forts et beaucoup plus intelligents que lui. Le football de Gerrard ne contient aucune lumière. Ce n’est qu’un tâcheron.
Steven Gerrard. Voilà un joueur surcoté qui peut s’estimer heureux de jouer à l’âge d’or du football, question argent.
Il est surcoté, comme Bale et Ribéry.
Ce fut un bon joueur, sans plus. Fidèle à Liverpool, très bien. Ryans Giggs et Paul Scholes ont vécu une même fidélité avec MU mais les médias n’en n’ont pas des tonnes à leur sujet, tout simplement parce que Gerrard a été lancé par un coach français: celui qui ne nous pas qualifié la France pour la Coupe du Monde 1994 traitant Ginola de nom d’oiseau.
Pour le reste de la carrière de Gerrard, le côté fairplay et gentleman, à d’autres. C’est aussi faux que la grandeur d’âme à tous les étages du rugby. Faire volontairement une passe volontaire à un adversaire pour empêcher MU de gagner le titre est antisportif.
En 2010- les fans de MU le savent tous- Steven Gerrard ne voulait absolument pas que Man United gagne le championnat. Alors il a fait une passe à l’adversaire (Drogba) pour que Chelsea (86 points) gagne le championnat à la place de Manchester United (85 points).
Quant à 2014, là c’est le pompon! Gerrard tombe et offre un ballon de contre à Ba qui marque pour Chelsea. Là il ne l’a pas fait exprès mais cela revient au même. Les Londoniens ont du coup gagné le match. C’est ainsi que Liverpool sort de la course au titre pour l’offrir à Manchester City, qui a deux points de plus à la fin. En cas de victoire contre Chelsea, les Reds auraient été champions.
Gerrard est couvert de trophées européens mais l’absence de sacre national est grave manque.
L’Europe c’est bien beau mais en Angleterre seul compte la victoire en championnat. L’Europe c’est pour la frime !

Palmarès de Steven Gerrard (34 ans) qui joua à Liverpool de 1989 à 2015:
Ligue des champions 2005
Coupe UEFA 2001
Supercoupe de l’UEFA 2001 et 2005
Coupe d’Angleterre en 2001 et 2006
Finaliste de la Coupe d’Angleterre 2012
League Cup 2001, 2003 et 2012
Community Shield 2001 et 2006
708 matchs, 186 buts

Interview de Gerrard pour le dernier match de Steven Gerrard à Anfield contre Crystal Palace samedi.

-Que ressentez-vous pour vos adieux à Liverpool ?
-"J’ai la chance de pouvoir dire au revoir en vrai à tout le monde à Anfield. Je ne sais pas jusqu’à quel point ce sera émouvant. Ca on ne peut pas y échapper. Cela me fait un peu peur car cela va énormément me manquer. L’idée c’est d’essayer de tout contenir, de rester fort, pour éviter les larmes. Dimanche, je veux gagner pour finir bien à Anfield. En même temps, je suis embêté pour mes coéquipiers car je n’avais pas l’intention d’attirer autant l’attention. Là, c’est un peu normal mais je suis désolé. Cela n’a jamais été mon intention de tirer vers moi toute la gloire".

-La C1 2005 est-ce votre fierté ?
-"En repensant à la finale de la C1 contre l’AC Milan en 2005, mes cheveux se dressent encore sur ma tête. C’est la meilleure soirée de ma vie. Je pense que cela restera dans l’histoire de la C1 comme la meilleure finale. En tant que capitaine de l’équipe, aucun autre homme sur terre n’était plus fier que moi cette nuit-là. C’était sympa aussi de mettre un triplé contre Everton (13 mars 2012).”

-Des regrets ?
-"Le seul, c’est ne jamais avoir été champion. Cela va rester comme une cicatrice. Je ne peux rien y faire, il faut prendre de la hauteur. J’ai rêvé de jouer pour ce club étant gosse et je me retrouve avec 708 matches. Je suis fier de ce que j’ai fait, de tous ces bons souvenirs. Quand je devais prendre deux bus pour aller au centre de formation à huit ans, si quelqu’un m’avait dit tout ça, mais aussi ces hauts et bas, je l’aurais pris quand même".

Le milieu de terrain va poursuivre et achever sa carrière aux Etats-Unis. Direction la MLS et les Los Angeles Galaxy avec une villa de six chambres, neuf salles de bain, une piscine et un sauna, située au bord du Pacifique. Payé par le club : 18 500 euros la semaine. Et on appelle ça un héros de la classe ouvrière. Pauvres fans de Liverpool.

(1) Résultat: Liverpool 1-3 Crystal Palace
Lamentable dernier match de Gerrard qui résume sa carrière. Esbroufe et compagnie. Quand on oublie le football celui-ci se rappelle à vous. Ils nous ont gavé avec cette fausse retraite. Résultat: punition. Humiliante défaite, 1-3 sur son terrain. C’est ce qui s’appelle quitter Anfield Road par la toute petite porte. Quand le football n’est plus qu’une kermesse, il devient écoeurant.

15.05.15

Ingrid Bergman, Le feu sous la glace, de Marine Baron (Les Belles Lettres)

Quand on voit la montée des marches du Festival de Cannes, qu’on nous vend comme si c’était un film, on est frappé par la vulgarité. On ne sait plus s’il s’agit de comédiennes ou de mannequins. Les actrices ne sont plus que des porte-manteaux pour couturiers.
En 2015, les photographes sont parvenus à capter le slip de deux actrices. Ingrid Bergman, elle, ne dévoilait que son âme. Elle n’avait pas besoin de metteur en seins. A présent, les fausses stars se comportent en vraies starlettes.
Face à Ingrid Bergman, nous sommes en face d’une femme, pas d’une gamine qui rêve de signer des autographes.
Ingrid Bergman avait la classe dans la vie et sur l’écran.
Le livre de Marine Baron nous permet de mieux connaître la Suédoise.
Avant sa naissance, sa mère avait perdu deux nouveau-nés.
Sa mère, 33 ans, meurt quand Ingrid n’a que 3 ans.
Dans l’Histoire du cinéma, elle faisait partie des actrices qui ne portent pas le sexe sur leur visage.
Actrice de caractère, elle n’est jamais dominée par ses partenaires masculins, à l’écran.
Dès qu’elle arrive à Hollywood, elle tourne avec Humphrey Bogart, Gary Cooper, Cary Grant…
Ses metteurs en scène? Hitchcock, Ingmar Bergman…
Des enfants, des films.
L’ouvrage offre un cahier photos.
Orpheline de mère, très tôt, elle a trouvé un grand soutien auprès de son père qui l’a toujours encouragé. C’est lui qui la pousse à devenir comédienne.
Tout le livre de Marine Baron nous replonge dans les grandes heures du cinéma, celui qui était fait par des gens qui aimaient le risque et non par des gens qui allongent l’argent des chaînes télévisées avec l’argent des abonnés ou de la redevance.
Au plan privée, Ingrid Bergman se marie trois fois: Lindström qu’elle quitte pour Rosselini, puis Lars Schmidt.
Rosselini quittera Anna Magnani pour Ingrid Bergman. Du Voici haut de gamme.
Ingrid Bergman a trouvé sa biographe française et l’on s’en réjouit.
Radieuse, le plus souvent, la comédienne n’était pas un glaçon manqué comme toutes ces actrices qui sont plus connues par les pages people que par leurs rôles.
Et que dire des bouches des femmes poissons de plus en plus nombreuses sur les écrans.
C’est l’âme qu’il faut déshabiller et non pas sa poitrine.

-Ingrid Bergman, Le feu sous la glace. Marine Baron. Les Belles Lettres, 206 p., 19 €

Permalien 10:52:26, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mort de B.B. King (1925-2015), le maître du Blues

Grandiose musicien, homme exceptionnel, le guitariste reste l’une des grands artistes du XXe siècle, il est indentifiable avec une seule note grâce à son vibrato extraordinaire. Tous les musiciens des années 1960-1970 de la scène rock lui doivent beaucoup.

“Je suis un Blues man, disait-il, mais un brave homme". Tout est dit.
Il aura passé sa vie à jouer dans le monde entier jusqu’à son dernier souffle.
Passer sa vie à jouer de la musique, sa propre musique, quoi de plus beau ?

Voici le plus récent TOP TEN DES 10 meilleurs guitariste du monde, proposé par le magazine Rolling Stone:

1 Jimi Hendrix (1942-1970) Américain/ Rock Psychédélique Blues
2 Eric Clapton (1945) Anglais/ Rock Blues
3 Jimmy Page (1944) Leader Led Zeppelin. Anglais/ Hard Rock
4 Keith Richards (1943) Anglais/ Rock Blues
5 Jeff Beck (1944) Anglais/ Rock Jazz Fusion
6 B.B King (1925-2015) Américain/ Blues
7 Chuck Berry (1926) Américain/ Rock
8 Eddie van Halen (1955) Hollandais/ Hard Rock
9 Duane Allman (1946-1971)* Américain/ Rock Blues
10 Pete Townshend (1945) Leader The Who. Anglais/ Rock

*Mort en moto.

14.05.15

Permalien 09:06:06, Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

5 finales de C1, 15 trophées majeurs, Patrice Evra (34 ans) salue bien tous ses détracteurs

Sans Evra, MU est maintenant un club d’enfants…

A 34 ans, Patrice Evra, vient de s’offrir pour cadeau d’anniversaire, une 5e finale de C1 !
Le défenseur de la Juventus Turin fait taire définitivement tous ceux qui le critiquent, prouvant ainsi leur incompétence et leur parti pris.
- «Match après match, nous avons commencé à croire que nous pouvions faire quelque chose de grand cette année. Je ne sais pas si les gens pensaient qu’on pourrait atteindre la finale. Mais à chaque fois que je joue cette compétition, je suis en confiance pour aller jusqu’en finale, comme je l’ai fait avec Monaco, United ou avec la Juve. Je ne réalise pas que c’est ma cinquième finale. Le plus important est que je ne veux pas en perdre une autre. Contre Barcelone, ce sera un match difficile, David contre Goliath, mais on ne sait jamais, en football tout peut arriver. Barcelone reste Barcelone. Lorsque j’ai joué contre eux avec Manchester en 2009 et 2011, c’était plus un énorme collectif. Maintenant, ils ont trois joueurs devant, Messi, Neymar et Suarez, qui peuvent faire la différence. Ils peuvent marquer n’importe quand et il faut être prêt. Sur ses retrouvailles avec Luis Suarez ? [sanctionné pour des propos racistes à son égard en Angleterre] Ce n’est pas important. Le plus important est que je joue cette finale. Je suis fier de ce que je suis et de ma couleur et je lui serrerai la main, ce n’est pas un problème, mais je m’assurerai qu’il sente ma présence sur le terrain.»
Plus mis en confiance par van Gaal, Evra a quitté le navire à la dérive de MU pour signer à la Juve et il se retrouve champion d’Italie et en finale de la C1. C’est ce qui s’appelle avoir répondu du terrain. Tous ceux qui bavent sans cesse sur lui sont ridicules.
Patrice Evra vient du football de rue et non pas d’un centre de formation.
C’est un des meilleurs latéraux du monde, constant et jamais blessé.
Ses grandes qualités ? Leader de vestiaire, professionnel exemplaire, mental d’acier.
Le couac de 2010 ? En Afsud, les joueurs ont été abandonné à leur sort. Il n’y avait plus de sélectionneur.
Si Evra est sans cesse descendu dans les médias c’est qu’il a toujours été contre Arsenal du fait d’être un Red Devil. Et les médias français sont truffés de journalistes à genoux devant Arsenal en raison de la présence d’Arsène Wenger très longtemps sous contrat avec TF1. Ne parlons pas des anciens de 1998.
Lors de l’EURO 2016, Evra sera le leader des Blues. C’est un capitaine sans brassard. Il a beaucoup plus de charisme que Lloris et Benzema. Moins doué qu’eux, il comble ses lacunes techniques par un volonté jamais prise en défaut.
-"On ne remplace pas facilement Evra” dit-il souvent.
Il a raison: à MU, personne ne l’a jamais remplacé. En équipe de France, non plus.
Il n’est pas contre les jeunes, au contraire. Il n’a simplement pas encore pris sa retraite.
Jusqu’au bout, il affichera cet esprit de guerrier qui est magnifique à voir.
A MU, on l’appelait: “La vérité". C’est dire.
Evra n’est pas un génie du football, c’est tout simplement un énorme bosseur qui sait tirer au maximum de son potentiel. C’est ce qui s’appelle avoir un talent constructif.
Evra ne m’a jamais déçu.
Enorme compétiteur, immense winner, grandissime warrior.
Il n’a aucune arrogance mal placée. Il est incroyable que des gens qui ne cessent pas de pulvériser dans les médias des joueurs à longueur d’année - à la fois coach et consultant- ne supportent pas les quatre vérités qu’il leur a balancées.
Au terme de sa belle carrière- seul le palmarès compte- il deviendra sans doute coach et/ou consultant. On n’a pas fini d’entendre parler du footballeur de rue, en total disparition.

Patrice Évra
15 mai 1981, à Dakar (Sénégal)
1992-1993 CO Les Ulis
1993-1997 CS Brétigny
1997-1998 Paris Saint-Germain
1999-2000 AC Monza
2000-2002 OGC Nice
2002-2006 AS Monaco 163 (3)
2006-2014 Manchester United
2014 Juventus

2002-2003 Espoirs 11 sélections
2004 France A 65 sélections

Palmarès
Monaco
Coupe de la Ligue 2003
Finaliste de la Ligue des champions 2004.

Manchester United
Coupe du monde des clubs 2008
Ligue des champions 2008
Champion d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
Community Shield 2007, 2008 et 2011
League Cup 2006, 2009 et 2010
Finaliste de la Ligue des champions 2009 et 2011

Juventus Turin
Serie A 2015.
Finaliste de la Ligue des Champions en 2015

PS: quatre Red Devils seront à Berlin: Evra, Pogba et Tevez (Juve)/ Piqué (Barça). Les vrais fans de MU n’abandonnent jamais un joueur passé par le club.

13.05.15

Permalien 10:38:17, Catégories: FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

La Juventus Turin, plus joueuse, élimine le Real Madrid et se qualifie pour affronter Barcelone en finale de la C1 2015

Mercredi 13 mai 2015
1/2 retour de C1
Real Madrid 1-1 Juventus Turin (1-2, aller)

Après le match pour rien à Munich, qui a vu la facile qualification de Barcelone (3-2 et donc 3-5 sur les deux matchs), la seconde 1/2 finale était plus ouverte.
Ronaldo et les siens n’ont pas su éliminer les Italiens pour s’offrir un clasico en finale de la C1.
Les outsiders italiens n’ont en fait pas créer la surprise car Buffon, Pirlo, Tevez, Pogba, Evra avaient tous plus envie d’aller en finale que les barons du Real Madrid qui n’ont pas mis leur peau sur le gazon: le surcoté Bale a été maladroit comme d’habitude, Benzema a fait des passes aveugles à personne… et Ronaldo a été pâle comme une ombre. Il peut dire adios au Ballon d’Or.
Les Italiens ont joué dans un esprit ultra collectif. Les Madrilènes se sont montrés incapables de marquer dans le jeu: il leur a fallu un penalty transformé par Ronaldo, c’est tout ce qu’il a fait.
La Juve a livré une grande bataille défensive avec l’art et la manière.
Les Italiens forment un groupe de grognards et de jeunes.
C’était beau de voir Buffon embrasser Pogba.
Et Evra qui va disputer une nouvelle finale de C1 ! Lui qui fait rire tant de consultants. Rira bien qui rira le dernier.
Le Real Madrid a transféré Morata à la Juve et c’est lui qui a éliminé le Real. Quand il a marqué son but, il ne l’a pas fêté.
Le Real a mal joué, à part Casillas et Marcello.
Le Real regardera la finale à la maison.
Le Real a subi le jeu de la Juve qui sait faire déjouer l’adversaire.
Mes racines italiennes sont de sortie !

Permalien 08:03:17, Catégories: LITS ET RATURES, BLONDINEMENT A XV, GRAND MONSIEUR  

Ces émotions sportives qui nous font grandir, de Jacques Verdier. Postface de Marcel Rufo. (Flammarion)

Ce livre a quelque chose de Philippe Delerm, et c’est un compliment.
On retrouve le goût authentique pour les choses simples de la vie.
Jacques Verdier sait faire partager ce qu’il aime.
On partage la même passion.
Il sait se rappeler des ballons en cuir d’antan, si lourds les jours de pluie.
Il nous parle des odeurs, par exemple celle du sac de sport qu’on laissait dans la chambre et qui finissait par empester si notre mère ne nous l’avait pas réclamé à notre retour du sport.
Il évoque le bonheur du premier maillot. Ah! cela n’a rien à voir avec aujourd’hui où l’on voit les pros s’échanger le bout d’étoffe à la mi-temps.
Enfant, je n’ai jamais eu de maillot avec dans le dos “Kopa". Je n’aurais jamais osé. Aujourd’hui, on voit de partout des “Zlatan” comme si sa famille était immense.
Ce très bon livre est à offrir aux ennemis du sport pour qu’ils comprennent leur stupidité.
L’ouvrage fait la part belle au rugby.
Chacun sa madeleine.

-Ces émotions sportives qui nous font grandir, de Jacques Verdier. Postface de Marcel Rufo. Flammarion, 224 p., 18 €

12.05.15

Fidel Castro sponsorisé par Adidas ?

Vive la photocratie !
L’actuel locataire de l’Elysée en visite chez un dictateur. Il y a du Jarry dans l’air.
A Cuba, l’opposition n’existe pas, sauf en prison.
Là-bas le pouvoir est militaire et se transmet de frère en frère.
Les urnes cubaines pour les élections appartiennent à la science-fiction.
Lors du clic-clac Kodak, Fidel Castro était vêtu d’un survêtement Adidas.
On pourrait en rire, sauf que tout ça est vrai, ce n’est pas un sketch.
La délégation française en voyage à Cuba est colossale. Rien que des affairistes. Pas l’ombre de Zoé Valdés. Il est vrai que la ministre de la culture en poste, dans l’ancien ministère d’André Malraux, n’a pas le temps de lire. Pour ce pouvoir-là, les écrivains ne sont que des “pseudo-intellectuels". N’est pas François Mitterrand qui veut.
Dire que l’on croyait avoir tout vu lors de l’ancien quinquennat.
A chacun son Khadafi.

[Post dédié à toutes les victimes du régime de Cuba]

Permalien 09:27:44, Catégories: LITS ET RATURES  

Les aventures du Dieu Maïs, de Washington Cucurto (Le Nouvel Attila)

Créés en 2004, par Benoît Virot, les éditions Le Nouvel Attila, a pour noble ambition « le passeur de textes, esprits avides, curieux et généreux ». Les aventures du Dieu Maïs est là pour nous le prouver. Quand j’ai vu le livre, j’ai pensé: voilà un album pour les enfants. Puis en le feuilletant, je me suis vite aperçu que justement ce n’était pas pour les enfants ! Ou alors pour de grands enfants, très grands même. C’est sans doute l’un des livres les plus osés de la saison. Ce livre lâché dans une école déclencherait les foudres des parents d’élèves. L’auteur ? Washington Cucurto, de son vrai nom Santiago Vega, écrit des livres qui font une large place à l’immigration, à la musique populaire, à la danse et à la sexualité. On lui donne la paternité du « réalisme étourdissant ». L’écrivain a créé en Argentine une maison d’éditions qui publie sur du papier recyclé ramassé par des chiffonniers dans les rues de Buenos Aires.
Le Nouvel Attila a parfaitement édité le texte de Cucurto dans l’esprit de la maison d’éditions argentines. Dès les premières lignes nous sommes dans une ambiance très olé olé avec un personnage qui confient aimer les « grosses et noires », les « femmes de chambre des hôtels »… On se croirait au …BIP !… avec BIP !… Inutile de vous faire un dessin. A propos de dessins, on est tout de suite confronté à des phallus sur des toupies. Une des nombreuses conquêtes du narrateur lui promet qu’il pourra honorer toutes « les Dominicaines du monde » grâce à sa BIP ! en or. Je vous avertis avec Cucurto, il n’est question que de ça, en tout cas avec ce livre. Il porte bien son nom Cucurto, surtout le préfixe. Le personnage marche à voile et à vapeur, et tire sur tout ce qui bouge. C’est un véritable bouche-trou priapique. Un bijoutier décide de transformer sa Bip ! en chose en or dur de dur. Je vous passe les détails de l’opération. Le personnage est élu Dieu Maïs par les dames qu’il sait contenter le mieux possible.
Il faut vraiment avoir envie de jouer le jeu de l’auteur pour avaler les pages de défécation à gogo avec à l’appui des considérations sur l’amour au ras des pâquerettes qui ne sont pas souvent blanches. On peut vite avoir une overdose de BIP ! Ce livre à ne pas mettre entre toutes les mains en surprendra plus d’un. L’auteur n’a pas froid aux yeux. Ni au reste d’ailleurs. Les curieux ne seront pas déçus. Les autres, vous pouvez votre chemin. Ce livre n’est pas fait pour les intolérants.

-Les aventures du Dieu Maïs, de Washington Cucurto, traduit par Geneviève Adrienne Orssaud. Dessins de Torn de Pekin. Le Nouvel Attila, 125 p., 17,50 €

11.05.15

Permalien 17:08:37, Catégories: GRAND MONSIEUR, PAAVO NURMI & ALAIN MIMOUN  

Le roi éthiopien de la course de fond, Haile Gebreselassie, prend sa retraite

Double champion olympique du 10.000 m en 1996 à Atlanta et en 2000 à Sydney, quadruple champion du monde sur la distance entre 1993 et 1999, l’Ethiopien Haile Gebreselassie, 42 ans, arrête la compétition.
- «Courir, c’est ma vie, je n’arrête pas la course, j’arrête la compétition», a déclaré l’Ethiopien à Manchester. Le champion a établi 27 records du monde, dont ceux des 5000 m et 10.000 m, avant de passer au marathon. C’est le premier homme de l’Histoire à passer sous les 2 heures 4 minutes (2:03:59).
En 2015, il reste le recordman mondial du 20000 m et de l’heure.
Son palmarès est tellement long que je ne peux pas le reproduire. Je vous conseille de vous rendre sur les sites qui lui sont consacrés.
Cet homme a la bonté inscrite sur son visage.
Il reste le champion le plus humble, tous sports confondus.
Une gentillesse de chaque instant. Un sourire qui fait fondre.

Permalien 16:48:36, Catégories: BRUITS DE VESTIAIRES, GRANDE DAME  

La superbe reine Victoria Ravva dépose sa couronne

La joueuse de volley-ball du RC Cannes, Victoria Ravva, 39 ans, vient de prendre sa retraite en remportant un 19e titre de championne de France. Des championnes de son rang il n’y en a qu’une poignée par siècle. Le talent, la volonté, l’intelligence, un immense professionnalisme, la passion, la sensibilité, sans parler de la beauté irrésistible, elle avait tout. Et elle a toujours tout. Merci championne !

Palmarès de Victoria Ravva joueuse française de volley-ball d’origine géorgienne née le 31 octobre 1975 à Tbilissi, Géorgie (ex-URSS):
Ligue des champions (2) Vainqueur : 2002, 2003
Finaliste : 2006, 2012

Championnat de France (19) Vainqueur : 1996, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015
Finaliste : 1997

Coupe de France (18) Vainqueur : 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014
Finaliste : 2002

Coupe de Turquie (1) Vainqueur : 1995

Permalien 08:03:51, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, VAN GOGH FOR EVER  

On a toujours besoin d'un rhinocéros chez soi, par Shel Silverstein. (Grasset Jeunesse)

Traduit en 17 langues ce livre de Shel Silberstein (1930-1999) se lit en 5 minutes parce que justement le dessin n’a pas besoin de traduction. Il est réussi ou non.
La ligne de Silverstein n’est pas aussi claire que celle de Hergé mais elle touche aussi au cœur.
On y voit l’union sacré d’un enfant et d’un rhinocéros. Un hymne à l’amitié entre les hommes et les animaux.
L’album se lit en 5 minutes mais il s’agit de 5 mn d’intelligence, de complicité, d’humour, de finisse, de haute sensibilité.
Le dessinateur était aussi un musicien. Il travailla avec Johnny Cash et Mick Jagger. Rien que ça !
Cette histoire entre un rhinocéros et un enfant a vu le jour en 1964 aux Etats-Unis. Elle n’a pas une ride.
Elle sera toujours efficace car elle est divinement sincère.
L’artiste a mis en situation la corne de l’animal. C’est simple et très beau.

-On a toujours besoin d’un rhinocéros chez soi, par Shel Silverstein. Grasset Jeunesse, 64 p., 16, 90 €

10.05.15

Permalien 09:29:59, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Arthur H se recueille dans la poésie

“Ne me secouez pas, je suis plein de foutre” aurait pu écrire Arthur H., s’inspirant de Calet, Henri Calet. Avec foutre à la place de larmes. Du foutre, il y en a beaucoup dans ce recueil. On pourrait penser que cela lui monte à la tête, si j’ose dire avec plusieurs degrés de lectures. Ne vous fiez pas aux apparences, Arthur H. n’est pas un Jean Foutre. Jadis et parallèlement on se voyait dans la rue à Montmartre, ce coin pas perdu qui est plein de beaux fantômes, d’Apollinaire à Max Jacob, en passant par Nougaro Dimey, Nucéra, Aymé, Céline, Gen Paul… et le mien aussi, celui de ma jeunesse ! Quand nos enfants étaient petits- les enfants sont toujours petits- on les regardait ensemble faire du manège place des Abbesses. Non, non, je ne m’égare pas. La preuve : « L’enfance est un cauchemar merveilleux (…) » Je voyais souvent Arthur H. descendre d’une vielle 2 CV verte. Il allait manger bio place Charles Dullin. Tout ça vous situe l’homme, pas mondain du tout, pas show biz une minute. Je trouvais qu’il ressemblait plus à Gainsbarre qu’à son propre père, le grand Jacques Higelin.
Son recueil contient des pépites, du genre :« Profiter du sursis. »Arthur H. sait bien se promener sur sa ligne, sans jeu de mots. Il en ramène des trésors verbaux.
Son polaroïd écrit consacré au luxe est une merveille :« Le luxe profond c’est de déceler l’insignifiance… » Arthur est aussi bon poète que chanteur et musicien. Les trois vont ensemble. Il appartient à la famille des auteurs-compositeurs-interprètes. Un beau parcours. Il est bien au-dessus du rap et du slam qui désormais sont très commerciaux. Le rap en 2015 c’est comme Gloria Lasso en 1950.
Poète, il l’est d’évidence. Faut pas confondre poète et vendeur de salades avariées.Artur H. a de qui tenir mais il a une personnalité aussi forte que celle de son père sans lui ressembler, ni l’imiter.Arthur H. est un grand lecteur de poète : n’a-t-il pas mis en musique Georgia de Philippe Soupault ? Lisez Arthur H. , svp. Cela ne vous en bouchera pas un coin. A l’inverse, cela vous ouvrira des horizons nouveaux, là où la pluie fait l’amour avec la nuit alors que le soleil brille toujours.

-Le cauchemar merveilleux, Arthur. Actes Sud, 133 p., 15 €

09.05.15

Défense de la liberté d'expression totale sans omettre l'éthique de l'autocensure

Je n’aime pas du tout que l’on se moque des gens qui pensent différemment. Cela évoque de très mauvais souvenirs.

En ce moment ça sent mauvais.
Il n’y a place que pour la polémique.
Le dernier président qui aimait vraiment la littérature c’était François Mitterrand. Lui lisait des livres hors actualité.
Aujourd’hui, on a une ministre de la culture qui n’a pas le temps de lire, une ministre de l’éducation qui parle de “pseudo-intellectuels” à propos de gens très honorables et un premier ministre qui s’en prend à Michel Onfray et à Emmanuel Todd.
Pourrait-on parler sans se lancer des invectives ? Des débats contradictoires c’est bien.
Comme je l’ai déjà dit, la télévision française est incapable et ne veut surtout pas organiser un débat avec:
Michel Onfray, Bernard-Henry Lévy, Michel Houellebecq, Tariq Ramadan, Emmanuel Todd, Eric Zemmour, Régis Debray et Dieudonné.
Pourquoi ?
Par peur de ne pas avoir de réponses. Connaître les questions serait déjà un progrès.
La seule censure que j’accepte c’est l’autocensure.

08.05.15

Hommage à Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion (Plon et Librio)

Le chant des Partisans, de Kessel avec son neveu Maurice Druon.

Il y a 70 ans, le nazisme était à l’agonie. Bon débarras! Quand on voit tout le décorum hitlérien on mesure la fascination de la foule allemande. C’était l’abrutissement général réglé sur du papier à musique. Ecoeurant. De vrais oies humaines. Et dans ce décorum, le visage des dignitaires nazis me glace encore le sang. Vraiment des immondices à visage humain. Tant de haine tirée à quatre épingles.
Un livre d’entretiens-dialogues entre Geneviève de Gaulle Anthonioz (1920-2002) et Germain Tillion (1907-2008) nous permet de nous rappeler qu’en ces temps d’ordures sur deux jambes, il existait des gens remarquables.
Plus le temps passe, plus les grands acteurs de l’époque disparaissent et cela sera terrible quand il n’y en aura plus. La fille de Geneviève de Gaulle-Anthonioz (Isabelle de Gaulle-Anthoniz) a mis en ordre les échanges entre les deux résistantes, anciennes déportées.
-"Ma mère, Geneviève, faisait partie du “convoi des 27 000″ avec la mère de Germaine: elles devinrent amies pendant le transfert vers le camp de Ravensbrück en février 1944. Dans le camp de la mort, elles y retrouvèrent Germaine internée avant elles. Les deux jeunes femmes survivent mais pas Madame Tillion gazée. Les deux survivante devinrent deux amis d’exception, mieux que des sœurs.
La nièce du général- fille de Xavier de Gaulle, le frère ainé de Charles- s’est engagée dans la Résistance en 1942. Elle fut arrêtée l’année suivante. Son amie Germaine, elle, s’engagea dès 1940.
Le réalisateur Jacques Kébadian a réalisé un film sur les deux héroïnes qui se gardaient bien de se considérer comme des femmes d’exception. Les plus grands sont toujours les plus simples.
Nous retrouvons les deux amies dans l’autre remarquable édition sur les résistants dans la collection Livrio, en compagnie de Pierre Brossolette, Jean Zay, Kessel, Manouchian, Moulin, Charlotte Delbo-Dudach, Gilbert Renault et Edmond Michelet. Des portraits contre 3 euros. Un livre indispensable tout comme le livre d’entretiens, surtout si l’on ne connait pas les deux résistantes.

-Dialogues, Geneviève de Gaulle Anthonioz et Germaine Tillion. Edition d’Isabelle Anthonioz-Gaggini. Plon, 180 p., 16,90
-Portraits de résistants, Jeanne-Marie Martin. Préface de Jean-Pierre Guéno. Librio, 110 p, 3 €

07.05.15

Permalien 15:52:18, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Hommage à Blondin, Nimier, Laurent et Déon des écrivains dans un monde d'auteurs

Jeudi 7 Mai à 09h05
Jeudi 14 Mai à 00h40
Chaîne: Histoire
Leur après-guerre ou le roman des hussards (1h 20)
Réalisé par: Eric Deroo et Charles Thimon

Ce remarquable documentaire avec des archives tout aussi merveilleuses est diffusé le matin ou passé minuit. Autrement dit quand il n’y a personne devant l’écran, ou si peu.
Je vous le conseille d’urgence.
L’intelligence, on n’en redemande.
Il était une fois quatre jeune hommes qui ne se connaissaient pas: Roger Nimier, Antoine Blondin, Jacques Laurent et Michel Déon. Quatre comme les Beatles.
Réunis sous la bannière des Hussards, ils deviennent inséparables.
Après guerre, la mode est à l’engagement politique. Eux, ils le vomissent même si certains d’entre eux ont fricoté avec la droite dure (Déon maurrassien) Nul n’est parfait. Et dans Maurras tout n’est pas à proscrire. On verra que Maurice Blanchot, l’icône de la gauche branchée fut d’extrême-droite dans sa jeunesse.
A la politique, les Hussards préfèrent l’amitié et la littérature, la vraie celle qui s’écrit avec des mots et non avec des idées.
Ils veulent qu’on lise Morand et non pas Sartre.
Ils veulent qu’on lise Céline et non pas Simone de Beauvoir.
Mai 1968 les fait rire. Cela fait longtemps qu’ils ont fait leur révolution.
Entre-temps, Nimier s’est tué en voiture, comme James Dean.
Orphelin de son ami, Blondin perd le goût d’écrire.
Si vous aimez la littérature, regardez cette émission.
Vous y verrez d’authentiques écrivains et non pas des vedettes illisibles de l’édition.
Le souffle de l’esprit et l’omniprésence de l’amitié crèvent l’écran.

Dieu alias Messi 3-0 Bayern Munich

Messi est supérieurement intelligent. Il a un temps d’avance sur tout le monde. Il faut dire: Bravo et Merci. Les années passent et il est toujours au sommet de son talent. Oui, il a cerveau d’avance: plus le match avance et plus il décèle les faiblesses des adversaires pour porter le coup fatal, là où sa fait mal. Il attend le bon moment pour frapper. Comme un boxeur.

1/2 finale aller de la C1 2015
Mercredi 6 mai 2015
Barcelone 3-0 Bayern Munich
But pour le Barça: L. Messi (77e, 80e), Neymar (90 e + 4)

Avec Messi la messe fut dite: Alléluia !
Jusqu’à la 77e minute, les Bavarois s’en sortaient bien avec des arrêts décisifs de leur gardien Neuer, sympathique comme une porte de prison.
A la 76e, Guardiola faisait encore le beau sur le bord de la touche, comme s’il était toujours chez lui.
A la 77e minute, Messi contrôla un ballon presque anodin puis tira un boulet de canon: but! Le contrôle dans le sens du but fut sublime, le reste fut exécuté à la vitesse supersonique. Messi a un cerveau d’avance sur tout le monde.
L’Argentin libéra ses partenaires, le stade et nous, à la maison. J’en étais à me dire que le match Juve 2-1 Real Madrid, de la veille, était supérieur.
A la 80e minute, Messi fit une incursion dans la défense des Bavarois, passa la défenseurs en revue, dont Boateng transformé en plot de chantier pour Guy Roux, et finit le travail par un lob sur Neuer le prétentieux. Tout grand qu’il est, le “meilleur goal du monde” alla aux pâquerettes. Messi venait de porter le coup de grâce, celui du torero qui enfonce l’épée dans l’échine de la bête moribonde.
Et last but not the least, Messi fit l’offrande d’un caviar à Neymar qui s’en vola crucifier Neuer, pauvre pantin désarticulé. (L’arbitre laissa la règle de l’avantage). Les arrêts de gardien de handball ne servaient plus à rien. Le jeune Brésilien fit une feinte de frappe avant de trucider sa victime.
Messi vient de marquer des points presque définitifs pour le Ballon d’Or 2015.
Pour revenir au niveau de l’Argentin, Ronaldo va devoir faire un triplé contre la Juventus à Bernabeu.
Avec son doublé et sa passe décisive, Messi a répondu au but de CR7 marqué à Turin.
Messi a encore répondu présent au jour J.
Vous mettez Messi au Bayern et les Bavarois aurait gagné 0-3.
Après le 3e but des Catalans, Guardiola est allé s’asseoir sur le banc. Dégoûté! Dégoûté mais aussi sous le charme de Messi qu’il aime tant.
La finale se dessine, nous allons vers Barcelone-Real Madrid. Nous pouvons aussi avoir un Barça-Juventus Turin en cas d’un exploit des Italiens. Bayern Munich-Juve, cela sera complétement inattendu. Le Bayern peut-il aller en finale ? Il faudra que Guardiola surmotive son groupe et musèle complétement la présence de Messi. Et Ribéry, il était où ce jour de 1/2 finale aller ? A la maison, devant la télé.
Les deux 1/2 qui arrivent seront deux finales avant l’heure.
Il serait vraiment stupéfiant que le 3-0 à l’aller ne permette pas aux Catalans d’accéder à la finale.

Permalien 15:23:31, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Kraft, de la free littérature par Mamadou Mahmoud N'Dongo (Gallimard)

Kraft ? « Si tu étais plus noir que ce fichu papier, tu n’avais pas d’engagement ! » Voilà l’explication du titre de l’ouvrage de Mamadou Mahmoud N’Dongo qui présente une mosaïque de textes de formats différents, disons de la nouvelle fragmentée à une série de séquences qui hésitent entre le polaroïd et le reportage express caméra à l’épaule.
Le livre s’ouvre par un homme d’un certain âge- puisqu’il a mal aux articulations- qui menace de se suicider à Trouville mais très vite on se demande si le choix du nom de la ville est vraiment un hasard: trou, comme celui du revolver dans la balle dans la tempe. Il se ravise: avec ou sans lui, la terre continuera de tourner. Finalement la vie reprend le dessus grâce notamment à un loufoque concours de sosies de Marilyn Monroe. Tout le livre est plein de musique. Le jazz jaillit de partout. Dans le texte sous forme de citations de titres de standards et de noms de musiciens, chanteuses et chanteurs.
La prose de Mamadou Mahmoud N’Dongo elle-même semble être du free jazz.
On ne sait pas où l’on va mais on y va quand même tant on a l’impression d’être dans une boite de jazz dans laquelle joue Miles Davis avec la sourdine au bout de sa trompette.
Il est minuit passé, on est toujours avec Mamadou Mahmoud N’Dongo.
On a pas vu passé le temps, la nuit est bien entamée. On regrette que Boris Vian ne soit plus là : on lui aurait bien touché un mot de Kraft, un livre qui déchire.
Le livre est impossible à résumer. On ne résume pas la vie. On la vit.

-Kraft, fictions et épisodes, de Mamadou Mahmoud N’Dongo. Gallimard/ Continents Noirs, 130 p., 15 €

06.05.15

Permalien 00:59:23, Catégories: GRANDE DAME, HENDRIXEMENT  

Hommage à la virtuose Alice Herz (1903-2014)

Cela commence comme ça:
“Les gens s’arrêtaient dans la rue pour écouter la musique qui s’échappait de l’immeuble…”
C’est ainsi que j’ai découvert ce documentaire: La Dame du 6, diffusé sur France 2, tard, trop tard. Il faudrait diffuser ce court-métrage à 20 h tous les jours
La musicienne s’appelle: Alice Herz-Sommer. Les commentaires français sont très bien dits pas Patrick Bruel.
Je ne connaissais pas cette dame et je m’en veux de ne pas l’avoir connue avant. Comme quoi on apprend tous les jours. Avec tout ce que je lis, tout ce que je regarde, je n’étais jamais tombé sur elle. Incroyable !
La Dame du 6 (The Lady in Number 6: Music Saved My Life) dévoile une géniale Alice Herz-Sommer. Elle y témoigne de l’importance de la musique, du rire et de sa vision optimiste de la vie.
Le film de Malcolm Clarke a reçu l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire lors de la 86e cérémonie des Oscars en 2014. Alice Herz-Sommer est morte une semaine avant la remise des prix à l’âge de 110 ans.
La Tchèque Alice Sommer Herz - née le 26 novembre 1903 et morte le 23 février 2014- était une pianiste et professeur rescapée du camp de concentration de Theresienstadt. Elle vivait dans le nord de Londres, depuis 1986, et était, à la fin de sa vie, la survivante la plus âgée connue de la Shoah.
Elle fut amie avec Franz Kafka.
Tout ce qu’elle dit dans le documentaire est grandiose, merveilleux, fantastique, beau.
Un exemple de sa générosité, de son bonté, de sa grandeur d’âme ?
Le soir de son mariage, elle dit à son mari:
“Dans le monde, il y a plein de belles femmes. Si un jour, tu ressens le besoin de me quitter, je te comprendrai bien sûr et tu pourras partir. Je te demande simplement que nous restions amis".
Son mari n’est jamais parti. Il avait précisément épouser une des femmes les plus exceptionnelles du XXe siècle. Une femme irrésistible.
Elle s’appelait Alice Herz. Sommer c’était le nom de son mari.

PS: le documentaire existe en DVD. A se procurer et à offrir d’urgence.

05.05.15

Permalien 18:12:12, Catégories: LITS ET RATURES, LA REVUE DE STRESS  

Un pamphlet contre la pléiadisation de Jean d'O (Pierre Guillaume de Roux)

Dans les années 1920, Louis Aragon se proposer d’aller gifler le cadavre d’Anatole France. En ce temps-là, les écrivains n’écrivaient pas pour ne rien dire. Gifler un mort ? Vous percevez la violence du propos. Gifler un mort… Etrangement c’est encore plus violent que de gifler un vivant. Dans le Landerneau littéraire de 2015, quelqu’un se demande s’il suffirait d’aller de faire le coup de poing, comme on disait au temps d’Arthur Cravan, le poète boxeur ou le contraire, pour corriger le portrait de Dame littérature qui n’hésite plus entre la putain et la courtisane. Pour ma part cela fait longtemps que j’ai compris : la vraie littérature est confidentielle. Qui lit Perros, Pessoa, Joubert, Chamfort, Renard … ? 30 ou 300 personnes. Pas plus. Il est très rare, pour ainsi jamais vu, que quelqu’un dézingue Jean d’Ormesson qui est devenu une icône du PAF. Dès qu’il publie un livre, il fait le tour des médias réduits aux rôles de mégaphones. A l’inverse de Monsieur Teste de Valéry, Jean d’O a inventé sa marionnette. Les imitateurs l’imitent, signe de vedettariat. Un chanteur –Julien Doré- s’est même fait tatouer le nom de l’auteur. On a vu Jean d’O poser avec Ophélie Winter.
Jean d’O est du pain béni pour les attaché(es) de presse : il peut faire tout et n’importe quoi, du moment que cela fasse de la publicité à son dernier livre. A gauche comme à droite tout le monde l’adore mais si vous demandez «quel est votre livre préféré de Jean d’O ?» vous m’obtenez aucune réponse. Les gens achetent ses livres comme on va à la quinzaine du Blanc. Et si vous demandez : quel est son style ? On obtient aussi le silence radio. Son style c’est sa voix, son sourire, ses yeux… Son visage. Jean d’O a préféré être célèbre que maudit. Bon choix : il vient d’être édité en Pléiade, cette Jaguar de l’édition. Comme la postérité est rarement tendre autant se construire une statue de son vivant. Il n’y a pas longtemps, il nous parlait de Guy Debord, un peu pour dire : faire tous les médias ou aucun c’est un peu la même chose. Romaric Sangars publie un pamphlet contre l’intronisation en Pléiade de Jean d’O qui sait très bien lui-même qu’il n’est ni Borges ni Beckett. Un jour Robert Gallimard m’a dit : « Je ne peux mettre Drieu en Pléiade parce que j’ai dit non à Bazin qui voulait être en Pléiade ». Aujourd’hui, Drieu et Jean d’O sont dans la Pléiade. Bazin toujours pas. Drieu a au moins sauvé la NRF pendant l’Occupation pour le grand plaisir de Jean Paulhan, dans un bureau pas loin. Et quand Paulhan fut arrêté, Drieu le fit libérer. Chut ! faut pas rappeler ça, cela fait mauvais genre. Qu’incarne Jean d’O ? « Tout compte fait presque rien » écrit le polémiste. Il lui reconnait « un incessant bavardage dénué du moindre style mais glaviotant avec gourmandise une érudition de surface ». Le style de la prose de Jean d’Ormesson c’est de ne pas en avoir. Vous lisez une ligne de Blondin ou de Berl vous savez chez qui vous êtes. Le pamphlet nous rappelle que pour passer à la télévision et dans tous les médias, il vaut mieux être consensuel comme Jean d’O que penseur-libre comme Richard Millet et Renaud Camus, deux tricards du PAF. Moins on dérange plus on est invité. Dans le Midi, on dit de quelqu’un qui parle tout le temps avec l’air content de lui: « C’est un beau parleur ». Jean d’O fait office de bon grand-père capable de déconner avec les jeunes. C’est vendeur ! Ainsi il est invité longuement après le JT de 13 h sur France 2, interrogé par un présentateur people totalement admiratif, d’habitude il n’interroge que des actrices à la recherche de metteur en seins. J’aime le sport car on ne peut pas confondre Cristiano Ronaldo et F. Ribéry. En littérature, il faut vraiment avoir beaucoup lu pour ne pas être dupe. Pendant les travaux- manuscrit en cours- il faut que la vente continue. Il n’y a pas longtemps, la presse a signalé que Jean d’O se remettait de gros ennuis de santé. On saura tout. Cela en fait encore plus un intouchable, une icône absolue, une sorte de Maurice Chevalier, ou plutôt de Johnny Hallyday car les livres de Jean d’O sont surtout lus dans les pays francophones. La seconde partie du livre est plus axée sur le pamphlétaire, un imbibé de littérature. Un moment intense pour se raccrocher à la vie. Ce n’est pas avec un livre de Jean d’O que l’auteur s’est rétabli.
-Suffirait-il d’aller gifler Jean d’Ormesson pour arranger un peu la gueule de la littérature française ? de Romaric Sangars. Pierre Guillaume de Roux, 110 p., 15 €

Permalien 11:25:30, Catégories: FORZA ITALIA !, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Hommage à Massimilliano Allegri l'un des 4 meilleurs entraîneurs européens

Pirlo, Tevez (Juve), Ronaldo, Chicharito (Real), la 1/2 aller s’annonce fantastique au niveau tactique entre deux équipes qui joue le contre. Carlos Tevez est l’un des plus grands attaquants de son époque. Ronaldo est en grande forme. Faut pas confondre le football du Portugais avec celui de Ribéry que les médias français avec Platini ont osé nous dire qu’il méritait le Ballon d’or 2013. Comparer Ronaldo et Ribéry c’est insulter le football. Il y a aussi Chicharito, l’invité surprise.

Mardi 5 mai 2015 (Bein Sport 1, 20 h 45)
1/2 finale aller de la C1
Juventus Turin-Real Madrid
(1)

Voici l’entraîneur le moins médiatisé en France. Il est pourtant dans les quatre meilleurs de la saison, loin devant certains qui sont beaucoup plus payés que lui pour pas grand chose en échange.
Coach Massimiliano Allegri- né le 1967 à Livourne- champion d’Italie avec la Juve est la bonne surprise des 1/2 de la C1. La Juve est de surcroît en finale de la Coupe d’Italie où elle affrontera la Lazio Rome.
Quand il est arrivé à la Juve, beaucoup d’observateurs ont dit: houlala ! c’est mission impossible de signer dans un club qui vient d’être champion. Moins d’un an plus tard, la Juve est derechef championne d’Italie! L’adaptation d’Allegri a été fulgurante. Depuis le 16 juillet 2014, l’entraîneur de la Juventus s’est donné corps et à âme à son travail.

Palmarès de coach Allegri:

Milan AC
•Champion d’Italie 2011.
•Supercoupe d’Italie 2011.

Juventus Football Club
•Champion d’Italie 2015.

.Oui, la Vieille Dame est dans le dernier carré de la C1. Une première depuis 12 ans.
Le miracle est arrivé alors que la Juve a beaucoup moins d’argent que les trois autres demi-finalistes (Barcelone, Bayern Munich et Real Madrid).
Seulement cinq entraîneurs ont réussi à gagner le Scudetto avec deux équipes différentes en Serie A : Fulvio Bernardini (Bologne et Fiorentina), Giovanni Trapattoni (Inter et Juventus), Fabio Capello (Rome et Milan, sans compter les titres hélas! retirés à la Juve), Nils Liedholm (Milan et Rome) et maintenant Allegri (AC Milan et Juventus Turin).

Allegri aime jouer avec le 3-5-2 . Il sait user du “verrou"‘ et des contres.

(1) Score: Juve 2-Real 1. Les deux buts sont venus de Tevez: un tir contré repris par un partenaire, plus un but. Ronaldo avait égalisé. Tout reste à faire au retour. Ce fut un superbe match.

04.05.15

Permalien 16:57:44, Catégories: LA MOUETTE DE TCHEKHOV, GRANDE DAME  

Deuil mondial: Madame Maïa Plissetskaïa (1925-2015) s'est envolée

La danseuse est morte le 2 mai 2015. “Elle a été victime d’une crise cardiaque. Les docteurs ont tout essayé, mais ils n’ont rien pu faire". Son décès est survenu en Allemagne, a informé son mari, le compositeur russe Rodion Chtchedrine. “Il y a quelques semaines, nous nous étions revus, elle était en pleine santé, elle faisait des blagues mais voilà, c’est arrivé, son cœur s’est arrêté", a confié le directeur à l’agence RIA Novosti. Les danseuses comme les footballeurs recherchent l’accord du pied avec la terre.

Sans Maïa Mikhaïlovna Plissetskaïa le monde est de plus en plus lourd.
Avec elle, nous étions en apesanteur.
Le régime soviétique a souvent essayé de la casser mais elle a résisté dans son propre pays en plus !
Avec La Callas, elle était et elle reste l’une de mes déesse.
Les communistes ont tué son père, fracassé sa famille.
La jeune juive n’abdiquera jamais: ” L’art m’a sauvée” disait-elle.
Elle a dansé le plus tard possible. En 2005, à 80 ans, elle avait interprété au Kremlin “Ave Maïa” que lui avait dédié Maurice Béjart.
Sa vie est un roman - ce n’est rien de le dire- qu’il faudra un jour porter à l’écran.
Certaines jeunes filles veulent devenir danseuses. Elle, elle était danseuse. C’est toute la différence.
Elle appartient à la galaxie des femmes historiques du monde des Arts, dans la lignée de Camille Claudel, Colette, Joséphine Baker, Marlène Dietrich, Greta Garbo, Alice Herz, Ingrid Bergman, Anna Magnani, Bette Davis, Irène Papas, Mélina Mercouri… Il y a avant et après chacune d’elle.
La « Diva de la danse » bougeait ses bras comme s’ils étaient des vagues. Des ondes venues de l’au-delà, tombant du ciel. La lumière électrique devenait naturelle sur elle.
On n’avait jamais vu une danseuse aussi aérienne. Elle pouvait rester des heures sur les pointes sans afficher la moindre souffrance, tant son endurance était extraordinaire. Jamais elle n’a jamais donné une seule fois l’image de la souffrance. Elle était la grâce de la grâce.
Noureev, Plissetskaïa. Deux oiseaux de la scène. Envolés ! Le ciel est vide.

Permalien 16:03:29, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Une idée de l’enfer (du jeu et de l'amour), de Philippe Vilain. (Grasset,)

Gérard Philipe dans Le joueur.

Dans ce livre, il ne se passe rien. Ce n’est pas un polar, il n’y a pas de suspense insoutenable. Pas de poursuite autos dans la ville. Pas de chasse à l’homme. Pas de meurtre. Pas de scènes d’amour, même au singulier. Rien de rien. Niveau dialogues, rien non plus à se mettre sous la dent. C’est précisément le vide qu’explore Philippe Vilain. Les mots clés du roman sont l’ennui et l’impossibilité à vivre le réel. Paul Ferrand- vraiment pas l’identité d’un héros- 39 ans est informaticien. Pas de quoi sauter au plafond. Il n’est pas au chômage. C’est déjà ça. Avoir un travail en 2015 cela tient de l’exploit. Son métier lui déplaît tellement qu’il passe son temps à parier, sur des matchs de football et de tennis. J’écris parier alors que le personnage use sans cesse du verbe jouer. Il dit qu’il joue mais il joue si peu à la vérité. Le terme parier convient mieux. Question football, il s’en moque complètement. Ce n’est pas un passionné du jeu à proprement parlé. Le football l’intéresse surtout pour parier : il regarde les clubs comme les parieurs du tiercé regardent les canassons. Il est un peu sensible au jeu de Barcelone, sans plus. Il ne voit pas du tout la mystique du football, le scénario qui s’écrit sous nos yeux. L’ anti-héros s’ennuie parce qu’il n’a pas capté la grandeur du football, à l’inverse d’Eduardo Galeano qui vient de mourir. Le football est précisément un efficace remède contre l’ennui : enfin, il se passe quelque chose pendent 1h30. Enfin on sait qui gagne qui perd. Enfin on voit ce que les gens ont dans le ventre. Le narrateur du livre n’a rien à voir avec ces fanatiques du Barça qui seraient prêts à abandonner leur famille rien que pour passer une journée avec Messi, propulsés par leur pulsion de midinette.
Ouvrons une parenthèse : je ne joue jamais au loto sportif. Il faudrait alors parier parfois contre mes équipes fétiches parce que celui qui mise toujours sur son club préféré ne brille pas par son intelligence. Le pari et un match n’ont rien à voir. Je connais bien le football mais il est impossible de trouver les résultats des matchs car l’intérêt de ce sport se situe dans les surprises qu’il engendre. Donc le personnage de Philippe Vilain, s’ennuie en long en large. Il promet à sa femme de ne plus jouer. Elle se plaint qu’il est tellement accro aux paris qu’il ne la regarde plus, ne la désire plus. Il se fait interdire de jeux auprès des autorités non sans malice : il a ouvert des sites avec des noms d’emprunt, ce qui lui permet de continuer d’habiter dans l’enfer du jeu. S’il ne joue plus, il a l’impression de ne plus exister du tout, privé de l’adrénaline du risque.
Il y a un parfum de suicide dans ce livre. Un parfum, sans passage à l’acte. Le héros est trop lâche. A part miser sur la grille de l’auto, le narrateur ne risque rien dans sa vie monotone. Quand il finit par perdre sa femme l’angoisse montre d’un cran insoutenable. Qu’elle soit là ou pas, il ne la voit pas. Loin de jouer à la roulette russe, il parie sur une victoire du Real Madrid comme si c’était difficile de prévoir la défaite de la Maison Blanche en Liga, passe encore en C1 contre le Barça. Il mise sans vibrer pour Cristiano Ronaldo dont il ne voit pas la différence avec Beckham ou Ibrahimovic. Becks et Ibra sont des hommes de football comme on est homme d’affaires. Ils n’ont pas la lumière intérieure du Portugais qui court toujours comme sur les terrains du temps de sa prime jeunesse. CR7 a un musée à son nom qu’il a construit lui-même. CR7 est désormais l’un des dix meilleurs joueurs de tous les temps. CR7 est au sommet en pleine période Messi, comme si Poulidor s’était imposé à l’ère Anquetil. Malgré l’habitude de la gloire, CR7 n’a pas tué l’enfant en lui quand Ibra n’est plus qu’un adulte cynique tandis que Messi fait semblant d’avoir le physique de Dustin Hoffman dans Le Lauréat alors que son image est brouillé depuis que l’on sait qu’il a escroqué le fisc espagnol avec la complicité paternelle, j’allais écrire complexité paternelle. CR7 aurait été massacré par les médias dans un cas pareil. Avec Messi, ça passe comme une lettre à la poste. L’héroïne du livre, Sara, est une pâle copie de la musicienne Zazie. Philippe Vilain sait inoculer à son récit des éléments du réel pour donner plus de poids à sa prose. C’est un grand technicien de surface de la banalité contemporaine : les gens ne savent même plus aimer ce qu’ils aiment. Ils sont mariés mais regardent leur femme comme si elle n’était qu’une greluche insignifiante de feuilleton débile de la télé. La force du livre de Philippe Vilain provient de tout ce qu’il ne dit pas. On parle, on parle, comme dans les pièces d’Ibsen. Rien que du vent. Du vent plein de particules mortelles. Il faudra un microscope pour les voir. On parle, sans jamais faire un seul mot d’auteur. L’intérêt du livre c’est le vide abyssal qui sépare les deux protagonistes. Un couple d’étrangers, plus dissemblables qu’un gars d’Hyères qui aurait passé la bague au doigt à une fille du peuple inuit.

-Une idée de l’enfer, de Philippe Vilain. Grasset, 158 p., 16 €

Chelsea, Mourinho, Hazard et Drogba champions d'Angleterre

Depuis que Sir Ferguson a quitté MU, les souris dansent. La suprématie de Man United est morte. A Chelsea, il y a Mourinho, la défense avec Courtois, Terry et Ivanovic, plus Hazard, Fabregas, Drogba and cie. Rien que des grandes personnalités.

Comme Chelsea ne peut plus être rattrapé par Arsenal, les Blues sont déjà champions 2015 à trois journées de la fin du championnat. On dit bravo ! Chelsea a été le plus régulier.
Les Blues ont remporté leur cinquième titre de champion d’Angleterre grâce à leur victoire sur Crystal Palace (1-0), à Stamford Bridge, le 3 mai 2015. Eden Hazard a marqué un penalty avant la pause.
Le merveilleux joueur Belge- pour quelques kilomètres, il était Français!- a déjà été sacré meilleur joueur 2015 en Angleterre. José Mourinho peut être fier d’avoir su faire signer Hazard, l’ex Lillois.
Je ne comprends pas trop pourquoi Arsène Wenger n’a pas fait signer Hazard dès qu’il a éclos à Lille. Pourquoi aller chercher Ozil qui n’est plus l’ombre de lui-même alors que le talent du Belge saute aux yeux depuis tant de saisons ? J’aimais Ozil - avec l’Allemagne- mais je ne comprends plus rien à ce joueur, un gourcuff bis. Hazard lui a un mental d’acier. D’ailleurs pour jouer avec Chelsea il faut avoir du mental.
Chelsea a pris le meilleur sur Arsenal. Les deux clubs de Londres vont se tirer la bourre encore l’an prochain et c’est tant mieux. La rivalité entre les deux coachs va encore faire des étincelles. A propos de “Titi” Henry qui a taillé un beau costard à Giroud, Wenger a répliqué:
-"Je sais comment fonctionne le monde des médias. Thierry Henry est payé grassement et la télévision le pousse à sortir des polémiques". Ce n’est pas les médias qui ont demandé à Wenger de pousser manu militari Mourinho au seuil de sa zone technique. Le football sans médias aurait la notoriété du water polo ! La dernière équipe qui pouvait encore mathématiquement ruiner leurs espoirs de titre pour Chelsea c’était Arsenal mais Hazard n’en a pas voulu ainsi. Avec cinq matches à jouer et 16 points de retard sur Chelsea, les Gunners ne peuvent plus rejoindre les Blues.
Chelsea vient de signer son 17e clean-sheet de la saison en Premier League.
La défense est leur point fort. Et il est amusant d’entendre des gens dire que le jeu des Blues est “chiant". Et celui de Man United, il est quoi ? Plus barbant c’est impossible. A part le derby retour contre Man City, MU a raté sa saison. Une saison de minables, une saison aussi joyeuse que le visage de van Gaal. A côté de lui, Keaton est se marre en permanence. Remarquez, il n’y a pas de quoi rire quand on voit jouer MU. Van Gaal ne fait que réagir. Mourinho lui agit.
Les Blues sont sacrés pour la 4e fois depuis l’avènement de la Premier League en 1992.
José Mourinho, lui, est sacré champion national pour la huitième fois de sa carrière.

Nombre de championnats gagnés depuis 1993
Manchester United 13
Chelsea 4
Arsenal 3
Man City 2
Blackburn 1

On voit que Liverpool n’a jamais été capable d’en gagner un seul. Une vraie honte ! Gerrard est un joueur surcoté. Surtout dans les pages sports des journaux.

03.05.15

Permalien 18:02:36, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Chicharito compare Ancelotti à Sir Ferguson, une façon de fracasser van Gaal qui a transformé Manchester United en club d'un ennui mortel comme son football actuel

Que van Gaal apprenne quelques leçons de recrutement, cela ne lui ferait pas de mal.

Héros du quart de finale de Ligue des champions contre l’Atlético (1-0, 0-0), Javier «Chicharito» Hernandez a bien profité de l’absence de Karim Benzema, blessé au genou droit. Cela prouve un mental de champion.
Après avoir qualifié le Real en 1/2 de C1 2015, l’attaquant mexicain a marqué deux nouveaux buts sur la pelouse du Celta Vigo. Il s’entend à merveille avec CR7.
-«J’ai été très patient, j’ai gardé la foi. Ça a toujours été ma vie, ramer à contre-courant. J’ai vécu des mois très difficiles. Plus que déprimé, j’étais frustré. Parce que je voulais aider l’équipe. Je me suis demandé si j’avais le talent pour jouer à Madrid. Mes proches me disaient: “tu es stupide, tu n’es pas ici pour rien.” Maintenant, je suis heureux. Louis van Gaal (coach temporaire de Man United) et Carlo Ancelotti (coach du Real Madrid) sont très différents. Ancelotti a un plus de contacts avec nous, il est plus tranquille. Van Gaal aime les habitudes, les horaires qui restent les mêmes. Il est très strict, il aime la discipline. Ancelotti est plus comme Ferguson. Il te donne de la liberté.»
No comment. Tout est dit de manière pondérée mais on voit bien ce qu’il veut dire ! Rien n’est plus chiant que le MU de van Gaal qui a transformé une machine de guerre en club pour tournois de sixte.

Ronaldo, Messi et la Juve en pleine forme. Le MU de van Gaal toujours muet avec trois défaites de suite

Plus on s’approche de la fin de saison moins MU joue bien alors que cela devrait être le contraire ! Van Gaal il sert à quoi ? Les fans de MU sont de plus en plus nombreux à trouver que le Batave a tout pour réussir mais loin de MU. La charnière centrale de MU Smalling-McNair est un spectacle tragique. Inapte pour la Premier League. Depuis que Carrick - blessé bêtement contre Man City alors qu’il aurait fallu le ménager en fin de match assuré d’être gagné- ne joue plus, MU a perdu trois fois d’affilée et encaissé 5 buts pour n’en marquer aucun. Il est possible que les joueurs de MU étaient traumatisés lors du match car ils venaient d’apprendre que notre ami Rio Ferdinand avait perdu sa femme Rebecca morte du cancer. Le stade a hurlé le nom de Ferdinand avant le match comme on hurle à la mort. Triste jour. Accablante nouvelle. Il est pénible de savoir Ferdinand, Vidic, Fletcher et Evra loin de MU. C’est ce qui restera de l’ère van Gaal: les historiques forcés d’aller voir ailleurs.

*Classement des buteurs en Espagne

1 Ronaldo Cristiano/ Real Madrid 42 buts en 32 matchs. Moyenne 1.31
2 Messi Lionel/ FC Barcelone 40 buts en 35 matchs. Moyenne 1.14

Messi a marqué deux buts et Ronaldo lui a répondu par un nouveau triplé ! Et face à ce duo constant, des votants ont osé placé 3e meilleur joueur au monde Ribéry, l’intermittent du spectacle.
A trois journée de la fin de la Liga, Barcelone est leader avec 87 points devant le Real Madrid à deux points. Les deux clubs ont déjà inscrit 105 buts en championnat, oui 210 buts à deux.

*En Italie, la Juventus Turin a été sacrée championne d’Italie. Nouveau titre pour Pirlo et Evra… qui salue tous ses détracteurs !

*En Angleterre, Manchester United a perdu a domicile contre West Brom, un club qui se bat(tait) pour éviter la relégation (0-1). Je n’ai pas regardé le match, volontairement. Le gardien adverse a fait un beau match mais les Red Devils ont été maladroits au point de rater un penalty par van Persie, un autre célèbre intermittent du spectacle. C’est la troisième défaite de suite de MU. Je n’ai qu’un vœu: voir le départ de Louis van Gaal. A West Brom, un homme était content: notre ami D. Fletcher que le Batave a renvoyé d’Old Trafford. Fletcher a plus fait pour MU que le Batave ne fera jamais. Le coach qui ressemble à un faux allemand a bien de la chance que Liverpool ne tourne pas rond. Les trois premiers sont qualifiés pour la C1 2016 et le 4e a le droit aux barrages. A venir Chelsea-Liverpool et MU-Arsenal. MU n’a marqué aucun but en trois matchs, c’est bien la peine d’avoir Rooney, van Persie, Di Maria, Falcao. Pendant ce temps Chicharito flambe au Real. Van Gaal connait aussi bien MU que je suis spécialiste de l’art étrusque.

Classement en Angleterre
1 Chelsea 80 points 34 matchs: + 41
2 Manchester City 67 34/ + 34
3 Arsenal 67 33/ + 31
4 Manchester United 65 35/ + 24
5 Liverpool 61 35/ + 11

* En Allemagne, le Bayern Munich a perdu à l’extérieur mais ce n’est pas grave. Les Bavarois ont beaucoup d’avance et leur place de leader n’est pas menacée.

* En France, les co leaders Lyon et le PSG (avec un match de retard) sont au coude à coude. Concernant la relégation, Lens est déjà en L2. Il est où le plus meilleur public de France, truc de journaleux ? Il ne sert à pas grand chose. Tous les stades de L1 ont le meilleur public de France. A trois journées de la fin, Nice (13e,42 points, 1-1 contre Caen) est à 5 points du premier relégable, Evian: “Les 42 points ? Cette année, ça va se jouer à un peu plus haut, il va falloir batailler jusqu’à la fin, et on ne va rien lâcher” a confié le coach niçois, Claude Puel. Le dernier match à Nice sera contre Lens.

02.05.15

Aurevoir chère Madame Patachou (1918-2015)

Les chanteurs de rap peuvent aller se rhabiller. Ont-ils donné l’équivalent de Bal chez Temporel d’Hardellet mis en musique par Guy Béart ? Les revendications ne pèsent pas lourds devant la poésie. Hurler dans une démocratie c’est facile.

Chanteuse, actrice, accoucheuse de talent, maman de Pierre Billon, elle a eu une vie totalement accomplie.
Chaque fois que je la voyais, je me disais: c’est ça une femme.
Elle incarnait la féminité dans toute sa splendeur avec le côté mec qui authentifie la personnalité. (La réciproque est valable of course)
Elle chantait aussi bien qu’elle jouait.
Elle savait absolument tout faire.
Quand elle parlait, elle dégageait une assurance inouïe. Elle avait le mental dont rêve les sportifs.
Si la France était dirigée par une personnalité de sa dimension nous n’en serions pas là.
Elle fut et restera l’une des plus grandes montmartroises du XXe siècle. Et elle a bien fait de quitter la Butte qui est de plus en plus défigurée par des magasins de fringues- excepté le versant du Lapin Agile de mon ami Yves Mathieu qui fait figure de dernier Mohican.

Permalien 09:31:45, Catégories: FORZA ITALIA !, LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Une journée avec Tabucchi (Quai Voltaire) Un hommage par quatre de ses amis

Antonia Tabucchi (1943-2012) pensait que Pessoa fut le meilleur poète européen du XXe siècle. A mon avis, Pessoa est le meilleur poète de tous les temps. Il est impossible d’aller au-delà de l’œuvre de l’auteur du Livre de l’intranquillité qui a écrit sous différentes identités de manière vertigineuse.

Voici un hymne à l’amitié par un quatuor orphelin du magistral Toscan qu’il faut traiter en hétéronyme de Fernando Pessoa. Tous les témoignages (Paolo di Paolo, Dacia Maraini, Romana Petri, Ugo Riccarelli) soulignent la ressemblance entre Antonio Tabucchi et Fernando Pessoa. Le Toscan avait fini par devenir le sosie du Portugais. Mieux qu’un sosie : la survivance. Bien sûr, les lunettes et la moustache renvoyaient à l’auteur du Bureau de tabacs mais il y avait l’âme en plus. Antonio Tabucchi ne cultivait pas la ressemblance avec son écrivain fétiche, elle est venue naturellement favorisée par une communauté d’esprit : même tendresse qui se fracasse contre l’incroyable cruelle bêtise des hommes qui abordent la vie sans jamais la capter, même finesse d’analyse, même intelligence, même sensibilité donc. Il faut savoir que Tabucchi a écrit sur Pessoa directement en portugais pour être en osmose avec lui (Requiem, 1992). Si les deux écrivains s’étaient rencontrés, je reste persuadé qu’ils n’auraient pas beaucoup parlé, sauf par la communication muette. Quand on a tant de points en commun, le silence est de rigueur. J’avais un avantage sensoriel sur Tabbuchi par rapport à Pessoa: tout simplement parce que j’étais amis avec Philippe Soupault qui fut lié à Pessoa. J’étais l’homme qui a vu l’ours qui a vu l’ours.
Tous les intervenants présents dans le livre évoquent la cigarette de Tabucchi, celle qui devait l’emporter. Pourquoi fumait-il autant ? La première fois que je l’ai vu- grâce à son ami traducteur Bernard Comment- il mettait chaque fois un petit bout de plastic en guise de filtre supplémentaire. Je lui ai dit que cela était dérisoire au niveau efficacité sur la santé. Je sais de quoi je parle, je suis fils de buraliste, d’où mon attrait pour Le Bureau de tabacs, et Les Méfaits du tabac de Tchékhov, sans parler du tabac chez Italo Svevo. Face à Antonio Tabbuchi, j’ai vu aussi James Joyce. Tabucchi était imbibé de littérature. Il fut un grand combattant de l’Italie prétentieuse de Berlusconi. Une Italie vulgaire qui n’a rien à voir avec celle qui a donné 35 % au patrimoine culturel mondial. Il parlait parfaitement la langue de Molière, comme celle de Dante et de Pessoa. Il devait parler aussi celle de Shakespeare. Ses livres ont tous une dimension mystique, métaphysique sans jamais appuyer sur rien. Quand un personnage marche dans les livres de Tabucchi, son esprit est toujours à l’air libre, humant le présent enveloppé des réminiscences de nos prédécesseurs. Il marchait au présent articulé par le passé. L’avenir ? Une science-fiction pour mythomanes. L’avenir il ne le tolérait que dans les matchs de football. Avoir la balle au pied savoir où et à qui la donner, et surtout comment la donner, ou alors la recevoir en se démarquant le mieux possible. Il espérait que les politiciens en fassent de même avec les concitoyens. Tel n’était pas le cas, alors il se réfugiait dans un manuscrit, avançant dans le texte comme Roberto Baggio avec le ballon. Il aimait les mots, la littérature, sa femme, sa famille, ses amis, l’Italie… Il haïssait les imposteurs qui institutionnalisent le mensonge. Un jour, sans prévenir personne, il s’est rasé la moustache. Ce fut comme si Charlie Chaplin déposait sa canne. Tabucchi sans moustache, sans lunette ou l’adieu à Pessoa ? Tabucchi était un hétéronyme de Pessoa. On l’avait connu avec moustache. On ne l’a pas assez connu sans moustache.

-Une journée avec Tabucchi, Paolo di Paolo, Dacia Maraini, Romana Petri, Ugo Riccarelli. Traduit de l’italien par Romane Lafore. Quai Voltaire, 140 p., 14,40 €

01.05.15

Des livres pour les enfants, de 7 à 77 ans bien sûr, par Modiano/Zehrfuss, Prévert/Duhême, Hennerolles/Bonini et René/Truong. (Gallimard, Grasset, Bulles de savon)

“Dépêchons-nous de manger sur l’herbe avant que l’herbe ne mange sur nous.” (Jacques Prévert)

Dans Un pedigree (2005), Patrick Modiano se compare à un chien, ce qui fit sursauter ses lecteurs peu habitués à l’entendre parler de cette façon, et surtout à le voir écrire comme ça, du moins publier sur ce ton-là. Dans Une aventure de Choura (1986), “petit” album réédité à la faveur du Prix Goncourt 2014, Patrick Modiano donne du grain à moudre à ces biographes. De fait, il s’agit des aventures d’un labrador blanc aux yeux bleus qui s’ennuie chez ses maîtres. De là à y voir un autoportrait de l’écrivain il n’y a qu’un pas que je franchis allégrement. On voit Choura à l’école, dans le bain en train de lire, au cinéma, et on le retrouve même dans la ville Rose, celle que je regardais tout le temps quand je remontais à mobylette vers le cap de Nice par la basse Corniche. C’est là que Choura devient le secrétaire d’une baronne qui avait pour ami un certain Porfirio Rubirosa. La dolce vita est si régnante que le chien finit par faire du ski nautique. La couverture est frappée d’une pastille Modiano Prix Nobel 2014. Ce qui ajoute à la cocasserie pour les lecteurs non-initiés à l’univers de Modiano et de sa femme, Dominique Zherfuss qui a un trait qui renvoie à la fois à l’écriture cinématographique de Jacques Tati et à celle d’Alain Resnais. Ce livre est un cadeau pour les lecteurs de Modiano qui peuvent se délecter à relever des indices qu’ils pourraient rattacher à l’œuvre romanesque de l’auteur de Dora Broder.

Lu par Jacques Bonnafé dont la voix est sur le CD vendu avec l’album illustré par Jacqueline Duhême, L’opéra de la lune de Jacques Prévert nous met en présence d’un garçon qui préfère la pureté de la lune à la terre pleine de guerres. L’ensemble est mis en musique par Denis Levaillant. Une pure merveille comme tout ce que nous a donné Prévert, l’un des plus authentiques poètes de la littérature française, tous siècles confondus. Un livre à lire et à relire. Beau mariage entre texte, dessins, musique et voix.

Un matin, un beau matin bien sûr, Vladimir prend son appareil photo et arrive à capter une femme invisible. Le miracle survint peut-être parce qu’il utilisait un boitier à l’ancienne avec des pellicules 400 Asa loin du numérique. C’est alors qu’il a appuyé sur le déclencheur pour prendre la photo d’un paysage sans présence humaine qu’il a vu apparaître sa déesse, une fois l’œil collé au viseur de son Leica, la Rolls Royce des photographes. Une brune, robe rouge. A-t-il pris la femme invisible ? Il a hâte de développer la pellicule pour voir… Voilà comment Cécile Hennerolles démarre sa belle histoire de Vladimir et Clémence illustré avec un côté rétro par Sandrine Bonini. Rétro pas désuet.

L’album grand format Peintres qui êtes-vous ? proposé par le duo magique formé par Jean René et Marcelino Truong nous permet un face à face avec 18 maîtres dont chaque portrait pleine page nous sautent aux yeux de manière magistrale. Très bonne idée de proposer une nouvelle version d’autoportraits hyper connus. Cet album restera comme l’un des plus beaux de 2015. Il fait aimer la peinture. C’est l’essentiel quand on s’attaque à un tel projet. Ici les auteurs dépassent leurs ambitions. Ils voulaient du beau, ils ont obtenu de l’excellence.

-Une aventure de Choura, de Patrick Modiano et Dominique Zehrfuss. Gallimard/ Jeunesse, 45 p., 5,50 €. A lire aussi : Une fiancée pour Choura, 45 p., 5,50 €
-L’Opéra de la lune, de Jacques Prévert et Jacqueline Duhême. Gallimard/ Jeunesse, 35 p., 22,50 €
-Vladimir et Clémence, de Cécile Hennerolles et Sandrine Bonini. Grasset Jeunesse, 76 p., 14 €
-Peintres qui êtes-vous ? de Jean René et Marcelino Truong. Bulles de savon, 44 p., 18,95 €

Mai 2015
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software