Archives pour: Mars 2015

31.03.15

Les 149 morts de l'Airbus ? Du terrorisme non revendiqué

Un ex ministre a dit:
“Valls[Premier ministre PS] est enfermé dans le cockpit, Hollande [Pt PS de la République] est parti aux toilettes et tous les socialistes vont au crash".

Je suis tenté de faire un autre parallèle.
J’imagine le président au volant de la France, avec son opposant UMP qui hurle:
“Tu vas l’ouvrir cette foutue porte!”
Pendant ce temps, nous sommes dans l’avion. Nous, le peuple, toutes tendances confondues.

On parle beaucoup de terrorisme mais tuer délibérément 150 personnes n’est-ce pas du terrorisme ?
Il faut dire 149 personnes + 1, le meurtrier de masse, comme ils disent.
Il a fallu que le commandant aille aux toilettes pour que le co-pilote mette en action son funeste plan.
148 personnes sont mortes parce qu’un commandant est allé se soulager, laissant l’appareil à un chauffard des airs.
Si l’on en croit la version officielle, ce crime aurait pu se passer avant ou après.
Les passagers n’ont vraiment pas eu de chance d’être dans ce vol-là.

148 morts + 1 + 1 et combien de milliers de gens fracassés jusqu’à la fin de leurs jours en raison du deuil de leur(s) proche(s) ?
Comment peut-on conduire à la mort 148 personnes + 1 pendant presque 10 minutes ?
Comment peut-on aller à 800 km/h face à une montagne ?
Quitte à faire un massacre pourquoi n’est-il pas allé s’écraser dans un centre ville ?
Quand on prend un avion, on peut craindre un accident dû à une défaillance technique, voire à une défaillance humaine mais si en plus on doit avoir peur de ceux qui sont appelés à nous protéger…
148 personnes sont mortes + 1 dans l’avion. Cela revient à abattre à la kalachnikov 148 + 1 avant de se suicider.
Donc, l’Airbus a été pris en otage par un terroriste allemand.
L’absence de revendications ne change rien.
C’est un acte terroriste contre la population.
L’Airbus a-t-il pu être pulvérisé par un Mirage car des centrales nucléaires sont dans les parages ?
On a rarement vu un avion éparpillé façon puzzle. Détruit au nom du principe de précaution ?
Je pose des questions. Je n’ai aucune réponse mais mieux vaut tout évoquer.

30.03.15

Permalien 13:15:19, Categories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Un anti e-book... Crépuscule des bibliothèques, de Virgile Stark.(Les Belles Lettres)

Voilà une saine colère. Un très bon polémiste. Quelqu’un qui a quelque chose à dire et à écrire. Son pamphlet se lit d’une traite. Plus opposant que phobique, si l’on affine notre jugement, Virgile Stark vient d’écrire un superbe pamphlet contre l’e-book. Bibliothécaire de métier, il en est réduit à stocker des données, ainsi de suite. Avec beaucoup de justesse, il nous dit que ce c’est pas demain que le numérique nous donnera les Essais de Montaigne, ou un auteur de ce niveau. Il nous fait comprendre qu’un monde sans livre sur support papier ne serait plus vivable pour des gens comme nous. Nous c’est qui ? Des gens qui n’ont pas peur de vivre en face ou entouré de livres qui sont autant de moi(s) différents. L’e-book par son invisibilité ne permet pas cette sensation d’être avec des amis de papier. Et en cas de panne de machine comment lire ? Si l’on est optimiste, on se dit que les plus jeunes d’entre nous passent leur temps à lire et à s’écrire par portables interposés. Il ne faut pas regarder l’orthographe. Les livres en papier et l’e-book est-ce le combat du théâtre contre le cinéma ? Un peu sans doute. Les deux peuvent exister bien qu’ils n’ont rien à voir. La pièce par tel troupe ne se joue que dans un seul endroit alors qu’un même film ou livre est surmultiplié. L’excellent polémiste nous démontre bien que les liseuses et autres tablettes représentent surtout un nouveau marché. Même si le numérique s’impose lentement en France il est appelé à avoir un avenir, bel avenir ou pas. Qui le sait ? «Le numérique est l’ennemi mortel de la culture » (page 66). Les succès des années 2010 ne présagent rien de bon niveau littérature digne de ce nom : G. Musso, M. Lévy, Dan Brown… Il compare avec le début du siècle dernier : Péguy, Apollinaire, Proust, Colette… Virgile stark est très convaincant dans sa démonstration pessimiste. Moi-même qui tient un blog sur le numérique j’ai renoncé à me pencher régulièrement sur les livres numériques des inconnus car ils sont encore plus mauvais que les non-livres en papier. Est-ce que les appareils photos jetables ont donné des Doisneau, HCB ou Robert Capa ? Je ne traite plus que des bons livres en papier – à mes yeux- qui sont aussi disponibles en version e-book. Virgile Stark s’oppose à l’e-book mais la cohabitation est possible. L’e-book sera bientôt aux livres en papier ce que ces derniers sont au tirage sur grand papier. Virgile Stark ne veut pas être pas être réduit au rang de e-bibliothécaires. Je note que son prénom et son nom contiennent à la fois le passé (Virgile) et la modernité (Stark). Stark mérite trois étoiles.

-Crépuscule des bibliothèques, de Virgile Stark. Les Belles Lettres, 208 p., 17 €

29.03.15

Permalien 07:26:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

L ’ancêtre en solitude par Simone et André Schwarz-Bart. (Seuil)

Simone et André Schwarz-Bart n’ont pas écrit que des livres. Ils ont aussi des enfants dont le saxophoniste Jacques.

A la vie mondaine des ratés du bonheur, le prix Goncourt 1959 a préféré sa femme et le monde ouvrier. Il appartient aux déçus du monde littéraire. Comme Georges Navel, Michel Ohl, et bien sûr Albert Camus, il attendait beaucoup de ses confrères, espérant une famille de cœur. Au lieu d’amitié, André Schwarz-Bart (1928-2006) ne trouva que de l’égoïsme, de la méfiance et donc du rejet. Aussitôt, il coupa net avec les commerçants des lettres pour vivre sur les îles, à l’image de Jacques Brel, imitant tous les deux Paul Gauguin. Le peintre disait qu’il n’avait connu que des femmes déshabillées en Europe, avant de rencontrer la nudité absolue des splendides filles des Marquises. Il ne faut pas confondre dévoiler son corps avec mettre son âme à nu.
«J’aime mieux qu’il soit cordonnier que poète ; j’aime mieux qu’il pave les grands chemins que de faire des fleurs de porcelaine » souhaitait déjà Rousseau à son Emile. Camus trouvait qu’on n’était pas «franc du collier » dans l’intelligentsia. Et Berl a toujours eu l’impression d’être un « amateur dans un monde de professionnels ». A l’image de Georges Navel qui refusa l’offre de Jean Paulhan d’intégrer la rédaction de la NRF, préférant casser des pierres et construire des routes au titre de manœuvre, André Schwarz-Bart a lui aussi privilégié le travail manuel. Ce n’est pas le prix Goncourt 1959 (Le Dernier des Justes) qui coupa les ailes de Schwarz-Bart, comme ce fut le cas pour Jean Carrière (L’Epervier de Maheux, 1972) frappé par l’impossibilité d’écrire dès lors qu’il fut primé par le jury de la place Gaillon. Schwarz-Bart, lui, cessa de publier de son plein gré.
Au moment de l’attribution de sa prestigieuse récompense, il s’était retranché à Montmorency, au Renouveau, centre qui accueillit une centaine d’enfants de déportés assassinés dans les camps nazis. A partir de 1945, pendant dix ans, André Schwarz-Bart, vint, chaque dimanche, rendre visite à ses deux petits frères installés dans ce refuge du Val d’Oise qui redonnait goût à la vie aux jeunes orphelins juifs, grâce à quatre résistantes: Mesdames François-Unger, Chaye, Bezançon et Camplan, avec le soutien du Professeur Henri Wallon. Au moment où Paris s’apprêtait à le fêter, l’écrivain se réfugia auprès d’authentiques amis, Mme François et son mari Mr Unger, les animateurs du Renouveau.
André Schwarz-Bart se retrouva chef de famille à 14 ans ! S’il vint à l’écriture ce fut par la nécessité de répondre à un évènement, soit au massacre du peuple juif tout au cours de l’Histoire. Juif né à Metz le 23 mai 1928 de parents polonais, il se voyait comme un perpétuel exilé de la Diaspora. En fait, Schwarz-Bart était en avance. On lui a reproché d’écrire sur la Seconde guerre de manière trop hâtive. Certains l’ont même accusé de plagiat parce qu’il n’avait pas cité certaines sources. L’autodidacte répondit qu’il ne fallait pas le voir comme le porte-parole du judaïsme : « Mon livre est un caillou déposé sur une tombe et l’on me demande maintenant de faire des discours ». Ecœuré par la polémique, il accepta un entretien avec Pierre Dumayet pour faire ses adieux aux régents de la culture.
Doté d’un CAP d’ajusteur, à la Libération, il travaille dans une usine de tracteurs. Il dévore alors livre sur livre. Tous les matins, il étudie dans les transports en commun, pendant une 1h 30, pour préparer le bac. Admis à la Sorbonne, il en démissionne, trouvant sur place une chaleur humaine qui équivaut à la banquise. Il est rejeté par les fils à papa. De « manière naïve », le brillant étudiant pensait que la culture correspondait à une commune élévation de l’âme. Sa déception fut si grande qu’il n’ouvrit plus un livre pendant un an. C’est là qu’il décide de rompre avec la société des je-sais-tout. Aux intellectuels, il préfère la compagnie des ouvriers. Employé comme tailleur dans la confection, il se console au contact de la « fraternité dans le travail manuel sans beaucoup de phrases ». Il aimait mieux être manutentionnaire que parader dans la capitale.
Et il est encore en avance quand marié à Simone, d’origine guadeloupéenne, il décide de raconter en plusieurs volumes la souffrance et la révolte noire. Le mauvais accueil de La Mulâtresse solitude (1972) lui fait renoncer à son ambition. « Nous nous sommes rencontrés courant 1959 (…) Je n’ai jamais su de quel pays venait l’homme que j’avais épousé. Etait-il Juif ? Noir ? Français ? Il débordait de partout, c’était une âme totale, éprise de l’Univers » confie Simone Schwarz-Bart qui rend le plus bel hommage possible à son mari, un cœur pur, avec la reprise du cycle interrompu. La littérature française a une grande Simone qui s’appelle Schwarz-Bart. L’amour des Antilles n’a pas l’odeur people de Paris Match.

-L ’ancêtre en solitude, Simone et André Schwarz-Bart. Seuil, 230 p. , 18 €

26.03.15

Permalien 12:06:59, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les grandes biographies, de Stefan Zweig (Livre de poche) qui avait "soif d'autrui" (Olivier Philipponnat)

Il est très rare qu’un grand écrivain soit plus connu pour ses biographies que pour ses romans. Et il est encore plus rare qu’un vrai écrivain consacre autant de temps aux œuvres des autres. C’est le cas de Stefan Zweig. Peu d’authentiques écrivains écrivent sur les autres ou alors ils s’appellent Suarès ou … Ils sont si peu nombreux. Un, deux ou trois livres maximum sinon rien. Zweig lui a écrit d’innombrables biographies pour devenir un pionnier et donc un spécialiste.
Jamais barbante celle comme des thèses illisibles, la plume de Zweig est toujours très vivante. Cela se lit comme un roman: pas de gare ou d’aéroport, disons plutôt un roman de Bibliothèque Nationale. Lire rue de Richelieu - par exemple- sous la grande verrière c’est quelque chose de somptueux. Il y a une volupté. Nous sommes encerclés de livres, pas de bruit ou presque. Disons du bruit tamisé, comme la lumière, et des chuchotements. Parfois un grand boum de quelque chose qui tombe. Cette ambiance est présente dans les biographies de Zweig. Les vagues de savoir nous submergent mais on avance, on avance. On veut savoir quitte à oublier. On veut lire sans pouvoir tout retenir. On veut être traversé par les phrases de Zweig sur Emile Verhaeren, Marceline Desbordes-Valmore, Romain Rolland, Joseph Fouché, Marie-Antoinette, Marie-Stuart, Magellan et Balzac.
Zweig a été toutes ces personnalités le temps des recherches, le temps de l’écriture.
Une grande biographie ne demande pas moins de grâce qu’un bon roman.
Les biographies qu’ils nous présentent sont autant d’autoportraits déguisés.
Dans son introduction, Olivier Philipponnat signale avec brio les rapports que Zweig entretenait avec les grandes figures qu’il faisait entrer dans son œuvre. Zweig avait “soif d’autrui". On ne peut pas mieux dire.
Avoir “soif d’autrui” est un acte de générosité, quand bien même cela demande un échange.
Face à une œuvre d’un auteur mort, on est en présence de la vie, sinon il s’agit d’une langue morte.
Zweig savait tout cela. Voilà pourquoi, il passait beaucoup de temps dans les livres des autres.
Il est davantage un raconteur d’histoires qu’un historien.
Des exercices d’admiration, le plus souvent.
Il n’écrivait pas que sur des morts. Ses proches eurent doit aussi à ses lauriers littéraires: Verhaeren, Rolland…
L’auteur de La confusion des sentiments n’a jamais pu combler son désir d’apprendre.
Il s’est suicidé, dégoûté par le nazisme et aussi par la vieillesse.
Dans sa génération, 60 ans c’est quasi être un vieillard.
Qu’il soit au Brésil, ne lui permettait pas d’oublier ce qui se passait en Europe.
De surcroît, il était au centre d’une polémique: au Brésil on l’accusait d’avoir parlé d’une carte postale sans parler de la dictature.
Zweig ne savait qu’aimer. Si on se mettait à le détester, il était déstabilisé.
Jusqu’à sa venue au Brésil, il voyageait pour se désangoisser.
Dans sa mort, il entraîne sa femme asthmatique, contre son gré, suis-je tenté d’écrire.
Revenons au livre: 2200 pages d’esprit, de finesse, d’intelligence, d’humanisme pour moins de 30 euros. C’est donné.

-Les grandes biographies, de Stefan Zweig. Introduction, notices et bibliographies d’Olivier Philipponnat, Le Livre de poche, 2200 p., 29,90 €

24.03.15

Permalien 09:21:56, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Le match Gallimard-Grasset sur la 5

Pierre Drieu la Rochelle a sauvé la NRF sous l’Occupation. En signe de remerciement, l’œuvre de Drieu a été éditée dans la Pléiade. Les romans… pas le journal antisémite, édité à part, toujours par Gallimard.

Gaston Gallimard et Bernard Grasset se sont livrés une bataille durant quarante ans où ils se sont disputés les plus grands écrivains.
Grasset représente le provincial qui monte à Paris pour réussir.
Gallimard c’est un héritier de la grande bourgeoisie parisienne, mais au lieu de se la couler douce, son amour des livres va le propulser éditeur par la plus petite porte.
Grasset fut un as de la publicité, un pionnier du clip avec Radiguet. Un homme qui veut faire connaître ses auteurs par le visage. On peut dire que cette politique continue aujourd’hui.
Gallimard, lui, veut des œuvres et table sur l’avenir, le fonds.
Cocteau disait de Grasset: “Bientôt, on mettra en gros GRASSET sur mes livres, avec Paroles de Jean Cocteau” rappelle
Pierre Assouline, le biographe de Gallimard.
Au niveau de la guerre, la Seconde, Grasset est devenu ouvertement collaborateur. Il demande à ses écrivains d’aller en Allemagne mais il faut dire aussi que Stock (Chardonne) et Gallimard (Drieu) y sont allés aussi.
Gallimard l’a été aussi mais avec un masque et ce masque s’appelait Pierre Drieu la Rochelle qui a maintenu vivante la NRF pendant le nazisme. Ce fut très important dans ces années noires.
A la fin de la guerre, les écrivains frappés de la norme NRF ont dit que les éditions Gallimard n’avaient rien à se reprocher et qu’il fallait seulement suspendre la parution de la NRF, ce qui fut fait. Tout a été réglé en trente secondes.
Gallimard, même s’il disait que vendre des livres c’était le contraire d’être épicier, était bien sûr un remarquable commercial, c’était sa force. Il s’entourait d’écrivains pour publier de bons livres. A part l’erreur historique d’avoir laissé à Proust à Grasset, Gallimard a gagné le duel Grasset-Gallimard.
Gallimard et Grasset sont toujours présents en 2015. Ils sont à la littérature ce que Citroën et Renault sont à l’automobile, à la différence près que les ouvrages français n’ont rien à envier aux ouvrages étrangers alors les voitures françaises ne sont pas aussi sublimes que les Porsche, Ferrari, Jaguar ou Mercedes.

L’émission en Replay:

http://www.france5.fr/emissions/duels

22.03.15

Permalien 18:02:21, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La Red Army de Man United a fait plier Liverpool sur son terrain

Le match Liverpool-MU a été vu par Pelé et Sir Ferguson tous les deux présents dans le stade. Emotions.

Dimanche 22 mars 2015
Liverpool 1-2 Manchester United
Buts pour les Reds: Sturridge (69e)
Buts pour les Red Devils: Mata (14e, 59e)

On voulait voir un combat d’hommes, on l’a vu !
Sur le terrain, il n’y avait pas de mauviettes comme on a voit trop souvent lors des gros matchs où il ne faut pas se cacher.
Très bon week-end, Nice est allé gagner à Lyon pour respirer et relancer la L1, et Man United est allé gagner à Liverpool dans la bataille pour la C1. Manque plus qu’une victoire du Real Madrid dans le clasico pour réaliser le coup du chapeau !(1)
Me voilà réconcilier avec MU.
J’ai toujours dit que le football était le simulacre de la guerre. Géniale invention démocratique. Rien à voir avec le terrorisme.
Paul Auster n’en pense pas moins: “Les Européens ont eu l’idée géniale d’inventer le football pour se haïr sans s’autodétruire". Je cite de mémoire.
Le choc Liverpool-Man United a illustré tout ça.
En première mi-temps on a retrouvé la fluidité de MU.
L’esprit de la Red Army a répondu présent. Et van Gaal a enfin compris que l’on devait jouer avec Carrick en sentinelle, et Mata en chef aiguilleur. Cela change tout.
Van Gaal a vibré ce jour comme jamais. On l’a vu se réjouir. Il commence à devenir Red Devil ! On a tant d’avance sur lui. Que savait-il du club ? Rien à part la lecture des journaux.
MU a bien fait circuler, confisquant le ballon pendant 45 minutes. Le but de Mata fut merveilleux, le premier (et le second encore plus!); contrôle extérieur puis frappe intérieure placée de l’autre pied.
Au retour des vestiaires, Liverpool s’est un peu révolté, en vain.
Le but de Liverpool a été inscrit logiquement mais le gardien de MU avait mal fermé la porte.
Que dire du second but de Mata ? Un joyau. Un ciseau horizontal. Aussi beau que la bicyclette du Niçois Eduardo à Lyon.
La messe était dite.
MU s’est très bien retrouvé le jour J. Ce fut mieux que le 1/4 de FA Cup peureusement offert aux Gunners, à la plus grande colère des fans de MU. Cette fois, on dit merci. La lutte continue. Et quand on a vu l’âme rouge sur la pelouse verte de Liverpool, la vie redevient grandiose.
A noter: la bêtise crasse de Gerrard, jouer surcoté. Chouchou des médias bobos parce que le millionnaire à une tronche d’ouvrier. Il a aussi un tout petit front, signe de peu d’intelligence. A peine entré, il fut expulsé pour agression stupide. Son regard est vide comme son football. Son plus grand fait d’arme des dernières années c’est une passe à l’adversaire pour offrir le titre à Chelsea afin d’empêcher MU de devenir champion d’Angleterre. A MU, on a de la mémoire. Gerrard, le jour de sa retraite, laissera le souvenir d’une imposture chronique. Au fil des ans, il est devenu une sorte de Gourcuff anglais. Il a été bon, mais il faut des VHS pour s’en rappeler. J’aime encore mieux voir mal jouer Fellaini que bien jouer Gerrard qui joue au working class héro.
On a vu aussi Balotelli attaquer salement des Red Devils dont Jones.
On a vu Jones, pas toujours clean aussi.
On a vu Rooney griffer une jambe adverse sans se faire avertir.
Ce fut un vrai derby, avec plein de duels, de contacts durs.
Le dernier ? Agression de De Gea par Skrtel qui méritait le rouge, ou du moins le visionnage de la commission de la FA. Le joueur hyper tatoué a marché volontairement sur la jambe du gardien de MU.
Rideau, ce fut sublime, surtout si on est pour MU.
Une sublime journée de football. Stade et pelouse impeccable. Public à la hauteur. De la joie, sans fumigène. Les Anglais vont au stade pour voir du ballon et non pas pour s’amuser.

Manchester United:
De Gea/ (5) N’a rien pu faire sur le but de Liverpool, heureusement sans grave conséquence
Valencia (7) Grosse activité
Jones (6) Bon pitbull
Smalling (7) Un de ses meilleurs à l’extérieur
Blind (7) Gros volume de jeu, typiquement hollandais puis 94e Rojo/
Carrick/ (8) La vigie primordiale
Herrera (6) Bonne relance, puis 83e Falcao; Mata (9) La grâce espagnole; Fellaini (8) Poison humain; Young (3) Bad day puis 55e Di Maria (7) Du bon, du très bon, et du mauvais parfois très mauvais/
Rooney (8) Bon match comme 9 fois sur 10

Sur le banc: Valdes, Rafael, Januzaj, Pereira

Manager: van Gaal (10). Son onze et le schéma ont respecté l’esprit de MU.

Classement
1 Chelsea 70 pts 30 m/ 21 7 2/ 63 25/ + 38
2 Manchester City 61 30/ 18 7 5/ 62 28/ + 34
3 Arsenal 60 30/ 18 6 6/ 58 31/ + 27
4 Manchester United 59 30/ 17 8 5/ 52 27/ + 25
5 Liverpool 54 30/ 16 6 8/ 44 32/ + 12

(1) Le Barça a gagné 2-1. Beau match sans être une rencontre historique. Très belle talonnade de Benzema pour offrir le but à Ronaldo.

Liverpool-MU et le Clasico, le 22 mars 2015

Si vous haïssez le football regardez ces deux matchs et vous comprendrez pourquoi le football peut être grand.

Dimanche 22 mars 2015
Liverpool - Manchester United (14 h 30, Canal+ Sport)
Barcelone - Real Madrid (21 h, beIN SPORTS 1)

Deux gros matchs à venir.
En Angleterre, Louis van Gaal joue gros à Liverpool, si MU perd, la C1 s’éloignera un peu plus et les jours du Batave seront alors un peu plus comptés à MU. Pour l’instant le manager a recruté Di Maria et Falcao, deux images Panini qui n’ont pas encore trouvé leur place dans l’album des Red Devils.
A l’heure actuelle, on ne peut pas dire que MU va gagner à Liverpool. Les temps ont changé. MU n’est plus l’équipe qui fait peur. Ou alors, elle fait peur à ses supporters !
Comme Arsenal a gagné à Newcastle, MU doit limiter la casse à Liverpool, sous peine de voir Wenger s’échapper vers la C1, son but suprême en attendant mieux.
En Espagne, les détracteurs de Ronaldo s’en donnent à cœur joie. Ils en font des tonnes sur la séparation du couple qu’il formait récemment avec une “femme qui a plaqué le triple Ballon d’Or” disent-ils. Si ce n’est pas du people cela y ressemble.
Ils ne cessent pas de délecter de ce qu’ils appellent les “malheurs” de Ronaldo.
Ils disent que Ronaldo ne joue plus depuis “la séparation".
Tout cela est grotesque. Quand Messi ne mettait plus un pied devant l’autre, ils ne disaient rien.
Ceux qui salissent Ronaldo feraient bien de regarder son palmarès, ses statistiques et sa constance depuis 10 ans.

21.03.15

Vainqueur à Lyon, Nice donne un serieux coup de main au PSG

nice a battu Monaco, Marseille et Bordeaux avant de battre Lyon. Cela un siècle que Nice aime les grosses affiches au détriment des petites alors que 3 points restent 3 points de partout.

Samedi 21 mars 2015
OLYMPIQUE LYONNAIS 1-2 OGC NICE

Buts pour l’OL: Gonalons (56e sp)
Buts pour les Aiglons: Eduardo (22e), Eysseric (86e sp)
Expulsion : Palun (54e) à Nice

Lyon: Lopes - Jallet, Rose, Koné, Dabo (Malbranque, 72e)- Gonalons (cap.), Ferri, Gourcuff (Yattara, 48e), Tolisso - Fekir, Njie (Cornet, 64e)

OGC Nice: Pouplin - Palun, Genevois, Bodmer, Amavi - Mendy, Digard (cap. ; Gomis, 63e)- Bauthéac (Koziello, 80e), C.Eduardo (Albert, 87e), Eysseric - Plea

Claude Puel s’est rappelé au bon souvenir de son ancien club, en venant prendre trois points à Gerland, trois points qui étaient très précieux dans la course au titre.
Dans la course au maintien, Nice a répondu présent.
Les Aiglons se devaient de réagir après une série peu glorieuse qui les a vu prendre trois points en deux mois.
L’hémorragie s’est arrêtée à Lyon. L’hémorragie de cadeaux à l’adversaire, dirons-nous.
Il ne faut jamais prendre un adversaire à la légère. Lyon a traité Nice comme Arsenal a considéré Monaco.
Résultat les clubs du Sud ont gagné.
Edouardo a marqué un but d’anthologie, une roue de bicyclette. Ensuite, Nice a raté le K.O. Du coup, Lyon a égalisé sur pénalty.
Réduit à dix, Nice a tiré la langue mais finalement a été récompensé, avec un grand match de son gardien.
Bravo aux Aiglons. C’est tout eux, ça: perdre à Nice contre Guingamp avant d’aller s’imposer à Lyon qui joue la place de leader.
Désormais Paris, Lyon et Marseille se tiennent en haut de classement, dans un mouchoir de poche.
Dans la bas de tableau, Nice s’est donné un coup de yoyo pour remonter à la surface de la L1, du moins dans le ventre mou.
Nice a été solidaire, à l’inverse de Gourcuff, qui fut lui solitaire.
Gourcuff frappe dans les nuages et ensuite, il nous fait style: “Je me suis blessé…”
Il est sorti aussitôt. Sans saluer son staff. Du jamais vu !
Si Nice jouait tout le temps comme à Lyon, le Gym serait déjà loin de la L2.
Cette journée, Nice a bien fait de réagir car les autres mal classés ont aussi fait de bons résultats.

20.03.15

PSG-Barça et Juventus Turin-Monaco en 1/4 de C1 2015

Vendredi 20 mars 2015
Tirage officiel des 1/4 de finale de C1 2015

PSG - Barcelone
Atletico Madrid - Real Madrid
Porto - Bayern Munich
Juventus Turin - Monaco

(en caractères gras mes favoris)

Beau tirage où l’on a jasé sur Arsenal qui sait fait sortir par l’ASM.
Le PSG devra faire un beau match aller, prenant de l’avance, limitant la casse.
Le derby madrilène s’annonce grandiose.
Le Bayern a le meilleur tirage avec retour à la maison devant un client prenable.
Le derby du Sud entre Turin et Monaco devrait revenir aux Turinois qui vont venir en masse au Louis II.

Auparavant, je me suis amusé a faire un tirage au sort chez moi.
J’en ai effectué qu’un seul.
Voilà ce qui est sorti à 7 h 30 du matin ce jour de tirage officiel.
Et dans l’ordre exact:

Real Madrid - PSG
Juventus Turin - Monaco
Barcelone - Bayern Munich
Porto- Atletico

(en gras les clubs que j’ai tirés et qui sont bien placés dans le vrai tirage. J’ai donc tiré un bon match)

PS: c’est dur pour les fans de MU de voir tous ces tirages sans MU.

18.03.15

Trois clubs espagnols et deux français sont en 1/4 de la C1 2015. Fiasco de l'Angleterre !

Pas besoin d’attendre la fin de soirée pour connaître les deux qualifiés. Barcelone et la Juventus Turin sont deux très grands clubs. Ils ont la culture de la C1 pas comme certains clubs qui pètent plus haut que leur cul.

Les qualifiés pour les 8es de finale de C1 2015

ALTLETICO MADRID (E) Diego Simeone
REAL MADRID (E) Carlo Ancelotti
BARCELONE (E) Luis Enrique
MONACO (F) Jardim
PSG (F) Laurent Blanc
JUVENTUS TURIN (I) Massimiliano Allegri
PORTO (P) Julen Lopetegui
BAYERN MUNICH (A) Pep. Guardiola

Il est flagrant de constater qu’on ne trouve plus aucun club anglais en 1/4. Quel fiasco !
Le football espagnol est donc le meilleur, et c’est vrai puisque la Roja a longtemps dominé tout le monde.
Trois clubs espagnols et aucun anglais !
Depuis que Sir Ferguson a raccroché les crampons, MU n’est plus là.
La France s’en tire magnifiquement, c’est inespéré.
L’Italie n’a plus que la Juve.
L’Allemagne, le Bayern Munich, comme d’hab.
Et Porto, fidèle au poste.
La présence des entraîneurs est aussi très intéressante avec exclusivement des Latins. Le Nord est dans les choux!

[Post dédié à Théo, l’ancien stratège de Monaco]

17.03.15

Monaco rejoint le PSG en 8e de C1 2015

8e de C1, retour
Mardi 17 mars 2015
Monaco 0-2 Arsenal

Buts pour les Gunners: O. Giroud (36e), A. Ramsey (79e)

Monaco a transféré Rodriguez (Real Madrid) et Falcao (prêt à Man United).
C’est tout bénef puisque Monaco est en 1/4 de finale de C1.
Eh! oui, Arsenal une fois de plus cale avant la finale. Les années se suivent et se ressemblent.
Cela fait cinq fois de suite que les Gunners sont des PPH (Passe Pas l’Hiver).
Arsenal est toujours victime du syndrome de 2006, celle de la défaite en finale face au Barça au SDF.
“On est dans une spirale positive. On a produit le match qu’il fallait. Cette rencontre a été sur la même ligne que ce qu’on produit ces derniers temps” a déclaré Arsène Wenger. C’est vrai mais là nous sommes en Coupe, et en Coupe seule la qualification est belle.
On sait que pour Wenger une 3e place en championnat cela équivaut à un titre dans le football moderne. Nous ne sommes plus dans l’ancienne C1 où seuls les vainqueurs de championnat pouvaient la disputer. Louis van Gaal dans les cordes à MU aimerait bien se contenter d’une 3e place, lui qui a fait de MU un club d’intermittents du spectacle.
Très bonne nouvelle pour le football français, Monaco et Paris sont en 8e de finale de C1, soit dans le club très fermé des huit meilleurs groupes européens. Les deux clubs de L1 ont éliminé Arsenal et Chelsea. Cela fait désordre pour l’Angleterre car on vante tellement le football anglais.
Toutes les victoires sont bonnes à prendre, et celle-ci encore plus puisqu’il s’agit d’une qualification pour les quarts de finale de C1.
La victoire 1-3 de Monaco à Londres a conditionné le match retour. L’ASM n’a pas pu jouer libéré, et Arsenal a tout donné sachant que leur groupe avait quasi été éliminé à l’aller parce que les Gunners n’ont pas beaucoup respecté Monaco.
Du coup, le coach de Monaco a refusé de serrer le main de Wenger en fin de match retour.
Leonardo Jardim a confié:
-"C’est vrai qu’au match aller quand j’ai voulu lui serrer la main, Wenger ne m’a pas attendu pour me féliciter et me serrer la main. Alors même si Monaco a tout fait pour que lui et Arsenal se sentent bien ici, j’ai décidé de ne pas le saluer. J’estime qu’il m’a manqué de respect. A Arsenal, ils étaient tous bien contents de jouer Monaco car nous étions supposés êtes l’une des équipes les plus faibles. Toutes les équipes voulaient jouer Monaco. Peut-être qu’Arsenal pensait qu’ils étaient déjà qualifiés…”
La vengeance est toujours un plat qui se mange froid.
Pour le futur, Monaco devra mieux jouer ne serait-ce que pour ne pas avoir pris la place d’Arsenal pour rien.
Vu le retour de 8e, on peut penser que les Gunners avaient les arguments qu’il faut pour aller en 1/4 mais hélas! pour eux c’est Monaco qui y va.
Monaco va devoir démontrer que le club n’est pas un intermittent du spectacle.
La C1 est ainsi faite qu’on oublie tout sauf ceux qui accèdent au tour suivant.
Bravo à Monaco qui va attendre le tirage bien au chaud.
Au retour, les anciens ont bien tenu la maison.

Monaco-Arsenal. Le retour au pays de Wenger, le plus Villefranchois des Alsaciens. Voici ce que verrons les Gunners, sur la Basse Corniche depuis le départ de Nice jusqu'à Villefranche...

Cadeau: le début du trajet en bus effectué par Arsène Wenger et les Gunners entre Nice et Villefranche, en direction de Monaco. Ici par la Basse Corniche, la route de mon enfance que je connais par cœur. Jusqu’au moindre virage.

Mardi 17 mars 2015, 20 h 45
8e de C1 retour
Monaco-Arsenal

“Je serai moins ému en voyant l’ASM entrer sur la pelouse à Londres qu’en voyant la rade de Villefranche-sur-Mer…” ARSENE WENGER

Arsène Wenger vient d’avoir une grosse vague de nostalgie en voyant la rade de Villefranche, avec le bras du Cap Ferrat en toile de fond.

Y a-t-il plus beau ?
Que de souvenirs ici !
Le plus Villefranchois des Alsaciens est de retour à Monaco.
C’est comme quelqu’un qui est allé réussir ailleurs avant de revenir à la maison.
Côté Monaco, il y a le remarquable André Amitrano. L’ancien gardien de buts de l’OGCNice et de Cannes est l’entraîneur des goals de l’ASM.
Des deux côtés, nous avons des amis.
Je ne peux oublier Danny Welbeck, le natif de Manchester, ancien Red Devil.
Et citons aussi David Ospina, l’ex Aiglon qui est désormais Gunner.
Après toutes ces considérations affectives, place au football.

LIRE LA SUITE, SVP, ICI:

http://www.mycoachfoot.com/blog-coach-pro/avec-arsenal-wenger-souhaite-realiser-l-irrealisable-a-monaco-367

16.03.15

Jean Ferrat répond à Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic considère que la “France est un pays de merde".
Sous le coup de la colère mais comme tout ce qu’il dit a une importance capitale sous l’ère d’internet, cela marque mal comme l’on dit dans le midi.
Ceux qui l’excusent disent qu’il reverse une fortune aux impôts.
Ceux qui l’aiment moins disent que le joueur critique sa vache à lait.
Ceux qui ne l’aiment pas lui indiquent la porte de sortie, comme si la France était une salle de spectacles, ce qu’elle est devenue au fond.
Parfois on assiste impuissant à des drames. Le plus souvent, heureusement, il ne s’agit que de clowneries.

15.03.15

Permalien 23:54:05, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Gaal, Carrick, Rooney, The Sun, Internet, l'amitié trahie...

Wayne a le don d’acteur. Quel joueur ! Quel talent ! Quelle classe !

Dimanche 15 mars 2015
Manchester 3-0 Tottenham
Buts pour MU: Fellaini (9e), Carrick (19e), Rooney (34e)

Il n’a fallu que 34e minutes à MU pour plier le match. Cela tombe bien, je n’ai regardé que la première mi-temps.
Au début du match, la première action a fait peur.
Donnant le coup d’envoi, MU a joué en retrait jusqu’à son gardien.
C’est tout l’état d’esprit du club depuis deux ans.
Avec une passe en retrait, Jones a même failli ouvrir le score contre son camp, celui de MU !
Ensuite, il y a eu une métamorphose spectaculaire… MU a fait sa plus belle mi-temps de la saison.
On a retrouvé le grand MU l’espace de 45 mn.
Il faut dire que van Gaal avait aligné dans le onze de départ, Carrick et Mata, absents lors de la défaite contre Arsenal (en 1/4 FA Cup, 1-2). On se demande bien pourquoi quand on sait que Carrick est l’un des derniers grands vaillants soldats de la période Sir Ferguson et que Mata est un superbe distributeur, à la touche de balle hispanique.
Le héros des vingt premières minutes fut Carrick: une passe décisive et un but.
Fellaini a bien assuré dans le genre teigne, sa plus grande qualité quand il ne va pas trop dans la zone rouge, car il monte vite dans les tours et de manière trop visible.
Donc van Gaal a fait une erreur de casting contre Arsenal.
Tottenham ? Très faible. Looris est allé ramasser le ballon au fond des filets comme on ramasse les melons à Cavaillon.
Les absents ont toujours tort: Falcao et Di Maria ressemblent de plus en plus à des touristes égarés dans un aéroport.
A propos de Falcao, van Gaal a dit: “Parfois un grand joueur dans tel pays échoue dans un autre… Ce n’est pas le premier, ni le dernier"; Difficile d’être plus explicite.
On peut dire la même chose concernant les coachs.
Au sujet de Di Maria, il a dit: “A-t-il un cerveau ?”
Le fait du jour ce fut aussi le brio de Rooney. Il a marqué un but exceptionnel, se défaisant de 4 défenseurs avant de fusiller Looris. Rooney a donné le coup de grâce ! 3-0, la messe était dite. Rideau! Circulez, il n’y a plus rien à voir. Ce fut le cas.
Rooney est vraiment un jour fantastique. Depuis ses débuts à haut niveau, il nous enchante, que l’on soit fan de MU ou pas. A mes yeux, il est dans le top 5 des meilleurs joueurs du monde et cela depuis des années.
Sa générosité est sans égale. Il n’est pas décevant comme Gerrard, plus doué qu’intelligent.
Pour fêter son but contre les Spurs, Rooney simula la fin de son combat de boxe chez lui où il tomba K.O. à la renverse.
Ce geste sur le terrain fut la copie conforme de la vidéo qui circule sur le net par le biais du SUN.
Le 22 février 2015, Rooney improvisa un combat de boxe chez lui contre son copain Phil Bardsley, joueur pro de Stoke City.
Sacrés anglais ! Un combat de boxe pas pour faire semblant.
Le match de boxe eut lieu après la défaite (1-2) à Swansea la veille. Il n’y a pas eu de séquelle, puisque Rooney a inscrit un doublé six jours plus tard contre Sunderland à Old Trafford (2-0).
Sur la vidéo, on se demande si Rooney n’a pas heurté un meuble. A la vérité, non, malgré les apparences.
Il a été sonné, ça c’est sûr.
Quand on a interrogé Van Gaal sur ce combat, il a répondu:
-"La veille de MU-Tottenham, Rooney a convoqué les joueurs pour dire que ce match était capital dans la course pour la C1. C’est donc un très bon capitaine. Vous avez-vu son match ? Je trouve terrible cette question sur ce combat car celui qui a vendu la vidéo s’est fait beaucoup d’argent. Je pense moi que l’on vit dans un monde atroce, vraiment fou et c’est cela le vrai problème…”
De son côté, Rooney a dit:
-"Ce combat était privé. J’étais avec un couple d’amis. Dois-je toujours les considérer comme des amis ? Je suis un professionnel. Ce combat n’a eu aucune incidence sur mon métier de footballeur.”
Voilà qui est bien dit. De la part de van Gaal comme de celle de Rooney.
Dans un autre registre, Ibrahimovic a traité la France “de pays de merde” à propos d’un arbitre. On va lui trouver toutes les excuses du monde. Savez-vous pourquoi “Ibra” ne parle pas français ? Parce que c’est gratuit.

Classement de la Premier League
1 Chelsea 64 pts 28 matchs 19 7 2/ 58 23/ + 35
2 Manchester City 58 29/ 17 7 5/ 59 28/ + 31
3 Arsenal 57 29/ 17 6 6 /56 30/ + 26
4 Manchester United 56 29/ 16 8 5/ 50 26/ + 24

14.03.15

Tout sur "Artaud et l'asile"( Editions Séguier)

Antonin Artaud dans Jeanne d’Arc filmée par Carl Dreyer. Le comédien Bertrand Bonvoisin, mort beaucoup tôt, était la réincarnation d’Artaud. Un véritable sosie.

Cet ouvrage vaut 32 euros mais si vous aimez Artaud ne regardez pas la dépense tant vous serez satisfait.
Il ne s’agit pas d’un livre qu’on lit d’une traite. Il peut vous faire l’année, en marge d’autres lectures.
Ici nous sommes dans l’Histoire littéraire pas dans le divertissement.
Jadis seuls les écrivains écrivaient alors que de nos jours, les présentatrices/teurs de la météo sont tous prés d’avoir leurs bouquins réunis dans la Pléiade.
Dans une très belle édition, nous avons le versant d’Artaud et ses rapports avec la médecine.
Il n’a jamais été toxicomane par vice. Il est devenu dépendant aux drogues suite au traitement administré.
On lui a fait subir des électrochocs.
Artaud était tout sauf fou. Pas plus fou que van Gogh qu’il aimait tellement.
Un texte comme Pour en finir avec le jugement de Dieu est tellement novateur qu’il sera toujours en avance sur le temps.
Les écrits d’Artaud sont des cris.
Parfois illisibles parce qu’il s’agit d’un aventurier des lettres et non pas d’un faiseur de livres.
L’ouvrage comporte d’innombrables lettres de sa correspondance et des entretiens dont ceux avec le docteur Ferdière qui continuent à faire couler beaucoup d’encre.
Nous avons droit au dossier médicale d’Antonin Artaud (1896-1948). S’il le savait, il ne serait pas content du tout.
Il y a donc des documents inédits.
Cet ouvrage est disponible en librairie grâce à son éditeur bien sûr mais aussi grâce à ses auteurs dont André Roumieux qui avait déjà écrit un très remarquable livre sur Max Jacob.
Cette biographie médicale renseigne sur Artaud autant que ses propres écrits.
Comme Artaud était trop indépendant, Breton le vira du mouvement surréaliste, dans une sélection d’indomptables dont Philippe Soupault.
Soupault ne m’a pas beaucoup parlé d’Artaud, à l’inverse d’André Berne-Joffroy qui rendait visite au poète interné. Un jour, voyant Artaud frigorifié, il lui offrit son manteau.
On peut revoir Artaud parfois au cinéma. Il a le même regard halluciné qu’avait Robert Le Vigan, l’ami de Céline.
L’ouvrage comporte des documents en fac similé, une vraie mine aux trésors.
Dans la catégorie Histoire littéraire c’est le livre de l’année.
Nous sommes en début de 2015 mais je ne vois pas qui peut dépasser cette somme de souffrance.
Quand on parle de Marseille, on ne cite jamais Artaud qui pourtant est un natif de la ville phocéenne.
Artaud est aussi proche de Pagnol que Picasso l’était du Douanier Rousseau. Dit comme cela, on dirait qu’ils n’ont rien à voir ensemble, et pourtant si: il s’agit des deux pôles d’une mine pile, celle de l’authenticité dans deux genres différents. Pagnol est un homme de scène. Artaud est un homme des coulisses.
L’ouvrage populaire dans le grand sens contre la technique de laboratoire.

-Artaud et l’asile, de Laurent Danclin et André Roumieux. Séguier, 868 p., 32 €

12.03.15

Permalien 05:40:37, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le football brésilien du PSG redonne le sourire à la France

Les deux héros malheureux de la Coupe du Monde 2014, les Brésiliens David Luiz (86e) et Thiago Silva (115e),ont envoyé le PSG en quart de finale de la C1 2015. Le PSG est donc actuellement l’un des 8 meilleurs clubs d’Europe. C’est le terrain qui vient de le dire.

Triste depuis les attentats de janvier 2015 et l’accident des hélicoptères en Argentine, la France sourit de nouveau grâce au football qui a été inventé pour fabriquer de l’actualité heureuse. (Cela dépend dans quel camp on est, of course)
Le football a été le grand gagnant du match Chelsea-PSG (2-2).
L’équipe la plus joueuse a gagné. Le PSG a accompli un très bel exploit. Se qualifier chez l’adversaire, mais il faut savoir raison garder. Nous n’étions qu’en 8e de finale. La C1 est une épreuve de très longue haleine.

Le plus beau dans l’ histoire récente ?
Louis van Gaal a transféré Welbeck à Arsenal car il estimait le joueur trop faible pour Man United et c’est Welbeck qui a qualifé Arsenal… contre Man United à Manchester lors du 1/4 de FA Cup. (1)
Mourinho a transféré Luiz à Paris car il estimait le joueur trop faible pour Chelsea et c’est Luiz qui a qualifé Paris… contre Chelsea à londres lors du 1/8 de C1.

Provoqué par Mourinho, Blanc a donné la réponse sur le terrain: il n’y a pas plus belle façon d’agir.
Réduit à 10, le PSG a fait ce que n’a pas su faire MU contre Arsenal (1-2), en 1/4 de FA Cup au moment de l’expulsion de Di Maria. Le PSG a joué en véritable équipe soudée. MU n’a pas d’équipe unie, rien que des joueurs à la dérive. Rooney perd son temps à MU, il devrait partir. Il n’y a rien à attendre de van Gaal, un mercenaire du coaching. Van Gaal ne pense qu’à van Gaal. Il ne connait rien de MU.

(1) Non seulement van Gaal s’est débarrassé de Welbeck mais en plus il a envoyé Chicharito au Real Madrid (où il ne joue jamais…), privant MU de deux très bons joueurs qui ont contribué à remporter de nombreux points à MU sous l’ère Sir Ferguson. Je n’attends plus les matchs de MU, j’attends le transfert de van Gaal. Ce n’est pas: “Entre ici Jean Moulin", mais “Sors d’ici van Gaal…” Pour le coup, la Red Army est vraiment devenue une armée des ombres ! Quand le Bayern Munich change de coach, il fait signer Guardiola. Voilà ce qui s’appelle un recrutement digne d’un grand club. Après Sir Ferguson, on ne peut pas passer à Louis Who ? Le palmarès de van Gaal c’est une goutte d’eau par rapport à l’Histoire de MU. Le football a disparu d’Old Trafford. On n’y voit plus que de la peur, du stress, de l’absence d’intelligence. Le football doit être une élévation de l’âme et non pas un abaissement des esprits. Bien sûr, il y a un adversaire en face. Cependant, on doit prendre un match à bras le corps et non pas le craindre dans sa préparation et le repousser pendant son déroulement. Seuls ceux qui savent vivre le présent sont des vrais vivants. Vivre dans le passé ou se projeter dans le futur est une double perte d’énergie. Il ne faut pas regretter Sir Ferguson, il faut s’en inspirer. Sir Ferguson est un coach qui laissait peu de place au hasard. Oui, à la créativité. Oui, à la spontanéité. Non au hasard qui est la porte ouverte à la désillusion.

PS: pour le match Chelsea 2-2 PSG voir mon autre blog
http://www.mycoachfoot.com/blog-coach-pro/le-psg-de-blanc-elimine-les-blues-de-mourinho-qui-reconnait-avoir-ete-battu-par-meilleurs-que-les-siens-365

11.03.15

Permalien 11:11:49, Catégories: LE GYM E BASTA, GRANDE DAME, LA REVUE DE STRESS  

Camille Muffat, la sirène de la Baie des Anges

Ce qui est une vraie torture dans la disparition d’un proche c’est le beau temps indifférent à la situation que l’on traverse. Il fait beau comme si de rien n’était, et la personne aimée n’est plus là. On aimerait revenir en arrière.

Camille Muffat (1989-2015)
Les deux dates, déjà. Les deux dates, trop tôt.
Les gens se révèlent souvent meilleurs une fois morts. C’est l’embellissement des souvenirs qui force le respect.
Camille Muffat, elle, était vraiment merveilleuse de son vivant.
Ma concitoyenne Camille Muffat, née le 28 octobre 1989, à Nice, adorait sa ville natale.
Elle était une grande supportrice de l’OGCNice.
Nice est autant présente dans un bout de pissaladière, dans une mordagne de pan-bagnat que dans un filet d’huile d’olive sur une tomate achetée sur le cours Saleya. Une tomate avec un bout de basilic et un peu d’ail.
Comme tous les gens de qualité sans tamtam médiatique, son immense carrière souffrait d’un déficit d’image.
On ne l’a pas vu nue sur la toile, et elle se comportait très bien dans les parcs d’attraction.
La bonne conduite n’a jamais fait une ligne dans la presse qui déteste les trains qui arrivent à l’heure.
Elle aimait Nice et cela se voyait quand elle regardait la baie des Anges.
On percevait que ses trophées étaient aussi des offrandes à Nissa la Bella.
Elle a donc perdu la vie dans un choc entre deux hélicoptères.
Erreur de pilotage. Les images semblent le prouver.
Mourir alors qu’on ne conduit pas. L’atroce s’ajoute à l’atroce.
On entend ce genre de déclarations:
-"Ils avaient les yeux bandés dans les hélicoptères…”
-"Au dernier moment, un pilote a demandé à Alain Bernard de descendre d’un des hélicoptères pour une question de poids. C’est Camille Muffat qui l’a alors remplacé…” [En, fait il s’agit du changement entier de l’équipe. Le groupe de Camille Buffat a remplacé celui de Bernard.]
-"Les hélicoptères volaient en position rapprochée car dans les deux appareils il y avait le groupe caméraman qui devait filmer les concurrents présents dans l’autre appareil…”
De manière générale, les témoignages proches de Camille Muffat disent qu’elle était heureuse de participer à ce genre d’émissions.
Elle se divertissait loin des exigences de la haute compétition qui fut son environnement depuis tant d’années.
La Niçoise avait la présence authentique des “cœurs purs".
Ce n’est pas de ne plus la voir qui est intolérable, c’est surtout et uniquement qu’elle ne vive plus.
Nous sommes orphelins de la franchise qu’elle incarnait avec une intensité de chaque instant.
Sa lumière s’est éteinte. Sauf en nous.

PS: pour Chelsea-PSG voir http://www.mycoachfoot.com/blog-coach-pro#.VQB97qfLSM9

Permalien 11:11:13, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Une voix qui porte dans L'Inédit de Marie Cardinal (Livre de Poche)

Marie Cardinal (1928-2001) était une romancière qui a extirpé de son vécu une œuvre avec la dimension artistique qui fait la différence entre un talent authentique et l’autobiographie de Mme Michu. Les mots pour le dire (1975) reste un très grand livre sur la douleur physique et le combat contre le mal de vivre. Dans les années «faites l’amour et pas la guerre», l’écrivain est allée sept ans chez un psychanalyste, trois fois par semaine, pour éviter le suicide puisque sa dépression nerveuse l’avait mise K.O. L’analyse étant intraduisible, elle est montée sur le ring des mots pour dire toutes les épreuves qu’elle a traversées. Claquemurée dans sa salle de bains, recroquevillée sur elle-même, la kafkaïenne attendait la métamorphose qui ne venait pas.
Incarnation vivante du tableau de van Gogh, « Sorrow » (Chagrin), Marie Cardinal renvoie aussi au « Cri » de Munch, tant sa souffrance n’est jamais feinte. Nous ne sommes pas dans l’imposture montée en mayonnaise pour fabriquer des produits éditoriaux. Marie Cardinal nous jette en pleine figure les tourments qui la rongeaient vivante, à l’égale d’Emma Santos. Elle est plus proche d’Antonin Artaud que des commerçantes du féminisme qui tirent les marrons du feu là où elle vivait l’enfer sur terre. Sa prose a une force qui survit à la disparition de celle qu’il l’a déposée au cœur de ses différents livres. La romancière fait entendre la voix d’une Camille Claudel que la société n’a pas réussi à étouffer. Les pages que nous tenons entre nous mains conservent toute la rage de vivre de la Pied-Noir qui se faisait une très haute idée du langage. L’amour pour la langue française lui a sauvé la vie.
Déréglée, au propre comme au figuré, elle n’était plus qu’une plaie ouverte qui perdait sans cesse son sang. Marie Cardinal ne savait plus comment admettre que sa « saloperie de mère » avait voulu avorter d’elle. Adulte, l’ex enfant non désiré reconnait que la «petite-fille étron» ne doit plus juger sa génitrice. Loin du sensationnalisme, Marie Cardinal écrit comme un médecin légiste touché par la grâce de la poésie crue. Lorsque sa mère caresse la tombe de sa fille de onze mois qu’elle a perdue auparavant, la petite Marie sait que sa sœur victime de la tuberculose est plus importante qu’elle : «J’aurais aimé être la pierre, et par extension, être morte».
Dans Autrement dit(1977), Marie Cardinal a répondu à Annie Leclerc sur tout ce qui fait le terreau de sa littérature : l’Algérie française agonisante, le corps, le couple, la famille, l’intimité absolue.
L’Inédit contient des extraits de son journal où elle confie le 28 février 1983 : «Je ne sais pas écrire». A vrai dire, sa plume est beaucoup plus percutante que celle des écrivaines… qui utilisent la bimbeloterie sexuelle. Chez elle, il est toujours question de vie ou de mort. Le passé empiété (1983) est né suite à l’accident de moto de ses enfants: « Je prépare le thé en pleurant. Je le bois en pleurant. Il est exactement à mon goût. » C’est le balai incessant entre les hôpitaux, les ambulances, les sirènes, les salles de réanimation, la détresse et l’espoir. Etait-elle condamnée au malheur ? La psychanalyse la sauvée mais la littérature fut sa vraie patrie. Ni le professorat, ni la presse n’ont altéré la fraîcheur d’âme de l’exilée perpétuelle dépourvue d’esprit de caste.

-L’inédit
de Marie Cardinal
Le Livre de Poche, 264 p., 6,90 €

10.03.15

Nice a perdu sa sirène Camille Muffat.

Camille Buffat avait une passion pour Nice sa ville natale.

Hier, le terrorisme. Aujourd’hui, l’accident.
2015, sale année. Faut redoubler de vigilance.
J’ai déjà oublié la défaite de MU en 1/4 de finale de la FA Cup 2015.
Parmi les 10 victimes du crash d’hélicoptère sur le tournage d’un jeu TV, en Argentine, il y avait trois champions français: la nageuse Camille Muffat, la navigatrice Florence Arthaud et le boxeur Alexis Vastine.

Ils sont morts sur le tournage d’une émission de téléréalité.
Avoir accompli tant d’exploits pour finir sa vie dans de telles conditions, c’est particulièrement atroce.
Il y a trente ans, je me suis trouvé dans un repas à côté d’un pilote de chasse.
Je n’ai jamais oublié ce qu’il m’a dit:
-"Ne montez jamais dans un hélicoptère. C’est un engin de mort".
Sur les images ont voit les deux hélicoptères se télescoper. Ils sont comme aimantés l’un par l’autre. Pourquoi ont-ils volé si proche l’un de l’autre ?
Florence Arthaud, a frôlé cent fois la mort, la dominant toujours, sauf cette fois où elle n’était pas aux commandes. Elle était la Tabarly au féminin. Mythique de son vivant.
Camille Muffat, l’immense compétitrice niçoise disparait après des années de privation, celle des champions hors normes. Elle meurt à 25 ans. La jeunesse éternelle.
Alexis Vastine, maudit en compétition olympique à cause d’arbitres incompétents. Un sacré battant.
L’heure est au deuil, à la tristesse. Cela fait mal. Mal de savoir qu’ils sont morts. Mal de savoir qu’ils ne vivent plus. Mal de savoir qu’ils se sont vus mourir.
A la colère aussi. Voir des champions réduits au rang de marionnettes du PAF…
Nous sommes dans une société où une émission télé est désormais plus importante que des titres olympiques.
Il faut savoir conserver sa dignité.
Servir la soupe aux écrans publicitaires, faut éviter.
Les maquignons de l’idiot visuel ne m’auront jamais !
Je ne suis pas comestible.

[Post dédié à Louis Nucéra]

PS: à quand ce nouveau jeu de téléréalité… Vous prenez un cancéreux en face terminal. Et vous faites téléphoner les téléspectateurs. Quand l’un des candidats estime que le somme est suffisante, il se suicide suivant le processus voulu par le téléspectateur qui a mis le plus d’argent. La somme sera reversée à la famille du malade suicidé en direct. Record d’audience en vue. De mon temps, messieurs-dames, on se contentait des émissions de Max-Pol Fouchet, Claude Santelli, Jean-Marie Drot, Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet, de 5 colonnes à la Une, de Sports Dimanche et des Coulisses de l’exploit. Intervilles n’a jamais été ma tasse de thé. Faut pas confondre une émission de divertissement avec Real Madrid-Barcelone.

Les enfants de van Gaal se font ridiculer par les Gunners de Wenger, à Old Trafford sur le terrain historique des Busby Babes

Les joueurs actuels sans coach déshonorent l’Histoire de Manchester United. Il y a perdre et perdre. Perdre sans tout donner, perdre avec la peur au ventre est une insulte à ses couleurs. MU contre Arsenal a déjoué pendant tout le match. Fellaini dans son style poussif incarne le MU de van Gaal.

Lundi 9 mars 2015
1/4 de finale de FA CUP
Manchester United 1-2 Arsenal

But pour MU: Rooney (29e)
Buts pour les visiteurs: Monreal (25e), Welbeck (61e)

Van Gaal sur son banc, passif, le regard perdu, semble attendre le client, en pensant à ses beaux jours.
Ce coach-là n’a rien à faire à Old Trafford.
On lui a donné une Ferrari mais il ne sait même pas conduire un Solex.
Il est passif pendant tous les matchs.
Très intelligent, Wenger l’a compris. Il est resté tout le match debout dans sa zone. Ce 9 mars 2015, le patron c’était Wenger. Il a joué chez lui. Il a tant et tant souffert à Old Trafford, qu’enfin libéré de la présence de Sir Ferguson, il a pris le pouvoir pendant le match. Bravo Arsène !
Revenons à van Gaal. S’il ne sert à rien pendant le match, il ne sert à rien pendant la semaine.
Tout le monde peut faire ce qu’il fait puisqu’il ne fait rien, ne sert à rien.
Son MU n’existe pas. On ne voit qu’une équipe de morts vivants qui se traînent sur le terrain sans aucune intelligence de jeu.
Il n’y a pas un seul joueur à sauver car le collectif actuel est un radeau de la Méduse.
Si je veux voir ce tableau je vais au Louvre et non pas à O.T.
Le mieux c’est que van Gaal prenne son paquet de fric et la porte en même temps.
Il fallait garder Moses ou Giggs. MU ce n’est pas Lorient ou Metz. MU c’est l’un des cinq plus grands au monde.
Le 2e but a été offert à Arsenal par Valencia, c’est dire que MU joue la peur au ventre. MU joue en retrait, ne sait plus aller de l’avant.
La victoire d’Arsenal est méritée. Il était favori.
Ce MU ne mérite pas d’aller en C1 2016 non plus. La vache maigre est toujours d’actualité. Aucune révolte.
On regarde MU mais on ne voit rien. Aucune football, aucune magie, aucune feinte, que des “chiens perdus sans collier” dirait Gilbert Cesbron.
Je ne regarde plus jamais jouer MU. Et j’ai bien raison. Pour voir ce que j’ai vu ce soir autant être aveugle.

Manchester United
de Gea (5) Un arrêt décisif, puis rien avant, rien après
Valencia (-2) L’ombre de ce qu’il fut
Smalling (0) Un Rio Ferdinand issu d’une opérette de Francis Lopez
Rojo (-5) Un des pires défenseurs de l’Histoire argentin, puis Januzaj (73e) (0) Déjà un ancien
Shaw (-5) N’aurait pas sa place à ASPTT Montmartroise alors pensez un peu à MU, puis Jones (0) On l’a fait entrer dans une galère
Herrera (-5) On devrait lui donner l’adresse d’un oculiste, puis Carrick (0) van Gaal l’a transformé en roue de secours crevée
Blind (0) Cours dans le vide sans boussole
Di María (2) Là, van Gaal a raison: ce joueur a oublié le cerveau dans le colis IKEA
Fellaini (0) Une machine à donner des coups visibles
Young (0) Croit qu’il est Garrincha mais ce n’est même pas Ribéry
Rooney (5) Le mieux pour lui c’est de quitter le club. Une F1 n’a rien à faire sur une piste d’auto tamponneuses.

Sur le banc rouge:
Valdés, Rafael, Mata, Falcao

Manager: van Gaal (-5) Le costume est trop grand pour lui. Il est incompétent dans les fonctions de coach, aussi bien sur le terrain qu’en conférence de presse. Abime gravement et l’image et l’Histoire de MU. Ce n’est pas un winner, juste un intermittent de l’exploit. Maintenant si MU est devenu une maison de repos, il est très bien à sa place.

08.03.15

J-1: Man United veut se refaire une renommée sur le dos d'Arsenal

Lundi 9 mars 2015, 20 h 45 (Bein Sport 1)
1/4 de finale de FA CUP
Manchester United-Arsenal

Pour ce match, Arsenal est le favori. Nous ne sommes plus sous l’ère Sir Ferguson qui avait inculqué un moral de fer au club. Van Gaal ? Reste un inconnu. C’est un coach qui cherche à sauver sa peau. Il n’a pas encore imprimé sa marque qui reste une énigme.

Pour ce match, il a faussé la préparation mentale, disant que l’important c’est la qualification en C1. Autrement dit la FA Cup n’est pas capitale… Aucun fan de MU ne veut entendre de tels propos.

Wenger va-t-il vaincre à Old Trafford maintenant que Sir Ferguson n’est plus qu’un fan dans les tribunes ?

Lire la suite, svp, sur:

http://www.mycoachfoot.com/blog-coach-pro/le-retour-du-grand-classique-manchester-united-contre-arsenal-wenger-363

06.03.15

Permalien 11:42:04, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La République des Lettres (Gallimard) par Marc Fumaroli qui passe son temps à nous rendre intelligent

Cette vidéo- un peu défectueuse- est la catharsis du PAF. La télévision rend idiot le téléspectateur sauf quand Marc Fumaroli est à l’écran.

Avant Voltaire et Zola, il y a Montaigne.
Cette évidence nous saute aux yeux quand on lit le nouveau remarquable ouvrage de Marc Fumaroli.
Heureusement qu’il est là ! Ses ouvrages relèvent le niveau. En fait, pas vraiment car les bons livres ont toujours existé mais ils n’intéressent qu’une petite frange de la société. La littérature est confidentielle : il vaut mieux avoir une audience qu’un public. Voltaire et Zola incarnent les intellectuels dans leur meilleure expression. Montaigne, lui, reste un phare littéraire. Le livre de Marc Fumaroli est un hymne aux écrivains et non pas aux auteurs, internet ferait bien de se souvenir de Gutenberg. Au fil des siècles, la République des Lettres est passée de Florence à Rome, de Rome à Venise, et de Venise à Aix, pour arriver à Paris après « la fin des guerres civiles de Religion du XVIe siècle ». Paris devient alors le centre du monde de la trilogie : littérature, philosophie et scientifique.
Petit à petit, l’école enseigne l’Histoire, la géographie, les mathématiques, l’astronomie et la poésie. Paris accède au premier rang des villes permettant les conversations de haut parage. Les salons littéraires deviennent les endroits où il faut se montrer pour y tester sa virtuosité orale. Avant d’être des salons, on les désignait sous le vocable de « cabinets ». Montaigne estimait que la conversation nous apprenait plus que les livres. La République des Lettres- Respublica literaria- est née à travers l’Europe pour que l’intelligence remplace les guerres de religion. Le but suprême étant d’acquérir l’esprit critique. Il n’y a pas de livre plus actuel que celui de Marc Fumaroli. On pensait que le temps de l’obscurantisme était banni pour toujours. Il revient comme un boomerang. Il y a des gens dont on ne parlait jamais. Aujourd’hui, on ne parle plus que d’eux. Hier les Barbares ont voulu détruire la civilisation gréco-romaine. Aujourd’hui, on s’en prend à la civilisation judéo-chrétienne.

-La république des lettres, de Marc Fumaroli. Gallimard, 480 p., 25 €

04.03.15

Permalien 07:41:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Dribble ou l'art romanesque de Sérgio Rodrigues (Seuil)

Le virtuose Pelé a vite d’accepter son rôle d’icône planétaire du football. Le non moins talentueux Garrincha, lui, est un artiste maudit, un rebelle indomptable, un poète sans sponsor. “L’ailier cet enfant perdu", a écrit Montherlant. Une formule qui semble avoir été inventée pour Garrincha.

L’Angleterre a inventé le football moderne mais c’est au Brésil qu’on y joue le mieux.
Voilà ce que l’on dit à Rio de Janeiro et dans tout le Brésil.
Garrincha est l’un des principaux artisans de la naissance de ce dicton.
Sa façon de déborder sur l’aile a enchanté son époque et les vrais amateurs de ballon rond savent que Garrincha est une étoile éternelle de la galaxie du football.
Qui peut citer un livre ou un film de 1982 ? Pas facile, en revanche presque tout le monde sait qu’à cette date a eu lieu un certain France-RFA. Déjà auteur d’un fameux Jules Rimet, Meu Amor, l’écrivain brésilien Sérgio Rodrigues aime ancrer ses romans dans l’univers du football. En France, cela ne fait pas très sérieux alors qu’au Brésil, le sport fait partie de la vie sans aucune notion méprisante. «Le football est une merveilleuse trouvaille, il permet de développer en même temps l’esprit chevaleresque et les muscles. » Toute la part mystique du football est au cœur de la prose de Rodrigues qui dans Dribble conduit un terrible face à face entre un père et son fils. Roman initiatique, sur fond d’absence de la mère. On y voit un journaliste qui fait plus vibrer la compétence que la passion. Une rareté.

-Dribble, de Sérgio Rodrigues. Traduit du Portugais (Brésil) par Ana Isabel Sardinha et Antoine Volodine (Seuil, 2015)

03.03.15

Permalien 09:23:30, Catégories: LE GYM E BASTA  

Nice et Villefranche-sur-Mer vus d'un drome

Il n’y a pas qu’à Paris que les drones survolent la ville.
A Nice aussi les aéronefs miniatures ont filmé la beauté des lieux.
Voir d’autres visions de Nice sur le site de Nice Matin:
http://www.nicematin.com/nice/videos-les-plus-belles-images-des-drones-survolant-nice.2117680.html

[A mes deux grands-pères, qui sans se connaître, ont eu l’idée géniale de s’installer sur les hauteurs de Nice.]

01.03.15

Permalien 19:33:55, Catégories: GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Hommage à José Mourinho: 21 trophées majeurs

Dimanche 1er mars 2015
Finale de la Coupe de Ligue anglaise
Chelsea 2-0 Tottenham

Buts pour les Blues : J. Terry (45e) et K. Walker (56e csc)

Et un titre en plus, un !Le Portugais José Mourinho vient de glaner un nouveau trophées, le 21 e.
Chapeau l’artiste !

Qu’on l’aime ou pas, il faut vraiment être de mauvaise foi pour ne pas lui reconnaître de grandes qualités de winner. Avec lui, quand il y a une finale, on sait qu’il a tous mis de son côté pour la remporter. Non seulement il est compétent mais en plus il sait bien faire vivre le présent à ses joueurs.
Mourinho a tant de personnalité que les joueurs disent: “je joue avec Mourinho” et non pas “je joue à Chelsea".

Lire la suite ici, svp:
http://www.mycoachfoot.com/blog-coach-pro/coach-jose-mourinho-et-ses-21-trophees-majeurs-361

La revue de stress de la semaine: Boris Memtsov, les statues, les comédiennes aux frais de la princesse, Bouygues, Ribéry...

Extraits de Les statues meurent aussi (1953), de Chris Marker et Alain Resnais. Ce documentaire est une défense de l’art africain.

On pourrait penser que plus on avance dans le temps, plus la situation s’améliore. C’est le contraire qui se passe. La violence est devenue la monnaie courante sur la surface de la terre. Les armes règnent de partout. Puisqu’on en construit toujours plus, et puisqu’on en vend, il faut bien qu’on s’en serve.
Le 27 février 2015 fut un jour sombre: l’opposant au gouvernement russe actuel de Poutine et ancien vice-Premier ministre Boris Nemtsov, 55 ans, a été tué par balles vers 23 h 15 devant les murs du Kremlin, en plein centre de Moscou. Toute la scène du crime a été filmée. Il y a des caméras sur toute la place. Cette présence peut-être analysée sous plusieurs angles. On surveille ou ah! c’est lui.
Ce n’est pas le premier crime politique ni le dernier.
On pense à Anna Politkovskaïa. Le 7 octobre 2006, la journaliste d’opposition , 48 ans, qui dénonçait les atteintes aux droits de l’homme en Tchétchénie, fut tuée par balles dans le hall de son immeuble à Moscou. On cherche encore ses criminels. Où plutôt on ne les arrête pas. Il en ira de même pour Boris Nemtsov.

Autre fait marquant: qui vous savez a massacré des statues dans le musée de Mossoul qui abritait toute la culture de la Djézireh au XIe-XIIIe siècles. Les grands taureaux androcéphales ont été détruits à coups de hache. Des répliques de certaines de ces statues existent ailleurs, notamment au Louvre. Comme disait Orson Welles quand on casse un original et que reste la copie, c’est la copie qui devient original.
Ce n’est pas la première fois qu’on s’en prend à l’art. Auparavant on a détruit les bouddhas de Bamyan.
Ils s’attaquent aux vivants, aux morts dans les cimetières et à l’art.
Si au cours des siècles, il n’y avait eu que des manifestations de masse, il n’y aurait jamais eu de civilisations.
L’art est le plus grand défi contre la mort.

Par ailleurs, F. Ribéry a déclaré qu’il pourrait prendre la nationalité allemande. Tout est dit.

La toile a annoncé la mort de Martin Bouygues avant de s’excuser. Erreur ou tentative d’affoler le monde des affaires ? Ce n’est pas la première qu’on annonce la mort de quelqu’un, à tort. Ce fut le cas pour Marcel Dassault- tiens, tiens, un autre homme d’affaires…- ou encore de Monica Vitti dans Le Monde qui déclara que le suicide de la comédienne était programmé dans les rôles tragiques qu’elle interpréta. Tout ça n’était que délire journalistique, suite à une source bidon. La comédienne n’avait pas voulu se suicider, elle allait très bien. Aujourd’hui, elle a 83 ans. 83 ans, comment est-ce possible ? Elle reste l’une des plus belles femmes du monde. Beauté dans les sens du terme. Elle incarne pour toujours les années 1960. La radio annonça aussi la mort avant l’heure de Pascal Sevran. Il a eu vent de cette indélicatesse. Il haussa les épaules. La pipelette qui balança cette fausse information, qui hélas! se confirma un peu plus tard, est toujours rivée à son micro comme Cicéron à son urinal.

Il y aurait eu du dopage dans le XV de France mais bien sûr tous les anciens joueurs ont démenti: le rugby est un monde de valeurs, n’est-ce pas. Dans le rugby, il n’y a que du positif. Par exemple, quand un ancien capitaine des Bleus assassine la mère de ses enfants, c’est un accident.

Par ailleurs, F. Hollande a mis dans ses bagages pour les Philippines, les vedettes M. Cotillard et M. Laurent pour que son voyage soit plus médiatisé. On en est là: la gauche fait exactement comme la droite du copié-collé. Personne ne le traite de bling bling alors qu’un voyage de N. Sarkozy au Vatican avec Bigard avait déclenché un tollé général. Cotillard et Laurent incarnent le Fouquet’s, ce haut lieu du cinoche où Sarkozy n’avait pas le droit d’aller. La presse ne se rend même plus compte de ses partis pris. Si la rédaction de Valeurs Actuelles avait été fusillée, il n’y aurait pas eu un chat dans la rue.

La consolation est venue du football: deux beaux matchs, Arsenal-Monaco (1-3), Marseille-Caen (2-3) sans oublier le doublé de Wayne Rooney, le virtuose de Manchester United, contre Sunderland (2-0). Je parle du terrain. Les tribunes ne m’ont jamais intéressé et ne m’intéresseront jamais.

Quelques affiches du 1er mars 2015:
Liverpool 2-1 Manchester City
Arsenal 2-0 Everton
Montpellier 2-1 Nice
Chelsea 2-0 Tottenham Finale Coupe de la Ligue
Monaco 0-0 Paris

Mars 2015
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software