L'oubli, de Frederika Amalia Finkelstein (L'Arpenteur/Gallimard)

06.09.14

Permalink 07:27:00, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

L'oubli, de Frederika Amalia Finkelstein (L'Arpenteur/Gallimard)

Laissez tomber la littérature de caniveau qui consiste à raconter son histoire de cul élyséen. Lisez les vrais livres, svp. Le premier livre de Frederika Amalia Finkelstein est le grand favori pour le prix Renaudot.(1) Elle a envoyé son manuscrit par la poste comme le fit jadis JMG Le Clézio avec Le Procès qui reste l’un de ses meilleurs livres. Quand les prix sont bien décernés on n’est pas contre.

Ce premier roman a la force des écrivains qui ont un véritable univers, ce monde poétique enfermé en eux. Il n’a rien à voir avec les faiseurs de produits pour tête de gondole.
La littérature c’est avant tout une voix que l’on entend, ou plutôt qu’on lit et qui ricoche dans notre cerveau. Il faut donc l’entendre dès la première ligne si possible.
C’est ce qui se passe avec le livre de Frederika Amalia Finkelstein, L’oubli :
«Extermination des Juifs. Je ne vais pas entrer dans les détails ».
Cette jeune femme de 23 ans, a-t-elle fait exprès d’entrechoquer les deux mots, Juif et détail, que Jean-Marie Le Pen avait réunis lors d’une de ses sorties médiatiques pour déchaîner les médias ?
Il faudra lui poser la question. De prime abord, je pensais que non. Puis, avançant dans la narration, je pense que l’effet est voulu afin de souligner qu’on oublie tout, l’infime comme l’essentiel. On oublie tout si l’on vit sans un minimum d’humanité.
La néo romancière nous rassure : si tous les jeunes de son âge avait autant d’intelligente qu’elle nous n’aurions rien à craindre pour les cinquante ans à venir. Intelligente et sensible cela va de soi.
Donc la jeune romancière à un ton à elle, ce qui fait la différence avec tous les premiers romans insipides. L’important ce n’est pas ce que l’on dit mais comment on le dit. Et Frederika Amalia Finkelstein si connaît déjà pour nous faire réfléchir avec un langage particulier. Son récit est celui d’une narratrice de 2014 qui n’arrive pas à oublier ce qui s’est passé dans les camps de la mort où elle aurait pu mourir si elle était née plutôt.
Elle pourrait culpabiliser d’écouter Daft Punk en sirotant du Coca-Cola mais on n’y peut rien si l’on arrive sur terre en temps de Paix officielle. Le cœur de son roman est la scène entre la petite fille de celui qui a réussi à échapper aux griffes hitlériennes et celle du bourreau Eichmann qui ne sait même pas prononcer le nom d’Auschwitz. La petite-fille du nazi oublie plus vite que l’endeuillée perpétuelle. On peut la comprendre ! Un grand-père comme ça on ne le porte pas dans son cœur.
Le livre de Frederika Amalia Finkelstein est une réflexion sur la mémoire.
Jadis il fallait voir un film, la télé ou consulter les archives d’une vidéothèque pour faire ressurgir le passé. A présent, hier et avant-hier sont consultables 24 h sur 24 h dans notre propre chambre, d’un seul clic. On peut revoir bouger Hitler comme John Lennon. On peut voir tout le temps les corps enchevêtrés des martyrs juifs du nazisme. Tout est à la fois enseveli et si perceptible. Trop marqué par l’Histoire qu’elle vit par procuration, elle est amenée à commettre un geste irréparable qu’aucun lecteur ne peut anticiper. Elle accomplit son méfait en utilisant le mot “éclair” qui traverse sa prose comme pour faire écho à L’Etranger de Camus, au reflet du soleil sur la lame du couteau. On connaît des filiations moins enviables.

-L’oubli, de Frederika Amalia Finkelstein. L’arpenteur/ Gallimard, 173 p., 16,90 €

(1) http://www.franceinter.fr/depeche-le-clezio-soutient-haut-et-fort-un-premier-roman-de-la-rentree

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Pierre [Visiteur] Email
Merci encore une fois. Sur vos conseils, j'ai feuilleté le livre "L'oubli" chez Gibert et il m'a plu immediatement. Vive la litterature ( les mots et les écrivains )! Elle est le bonheur de ma vie. Grace a elle, je fais mes plus belles rencontres. La maturité et la qualité d'ecriture de Frederika Amalia Finkelstein me rendent admiratif. Sans votre blog, je serais passé à côté.
PermalinkPermalien 08.09.14 @ 22:00
Commentaire de: morlino [Membre]
Pierre, lecteur, mon semblable.
PermalinkPermalien 11.09.14 @ 07:38

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Novembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software