Constellation, d'Adrien Bosc (Stock). Hommage à Cerdan et aux passagers du crash 1949.

19.08.14

Permalien 10:47:00, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME, CERDANEMENT  

Constellation, d'Adrien Bosc (Stock). Hommage à Cerdan et aux passagers du crash 1949.

Marcel Cerdan est dans mon Panthéon avec Coppi, Anquetil, Garrincha, Best, Clay, Pessoa, Baudelaire, Verlaine, Camus, Cioran, Brassens, Trenet, Ferré, Brel, Reggiani, Hendrix, Lennon & Harrison, Morrison, Gabin, Raimu, Nucéra et bien sûr mon père.

“Une voix d’enfant, aigüe et gauche, un décalage entre son inflexion ténue, sa carrière et sa carrure (…) Engoncé dans un corps de géant à l’élocution d’un gamin timide, bégayant, butant sur les mots…” Bien vu, bien entendu, bien dit. Oui, qui a entendu la voix de Marcel Cerdan ne l’oubliera jamais. C’est l’inverse de celle caverneuse de Miles Davis. Le cliché voudrait que le boxeur eût une voix grave et aggressive mais à la vérité elle était douce, timide et hésitante.
Constellation… Est-ce la description de la voilée lactée pleine d’étoiles? En quelque sorte oui. Il s’agit du nom de l’avion qui n’a jamais ramené au sol Cerdan et la violoniste Ginette Neveu, deux stars de l’après-guerre. On ne cite souvent que ces deux célèbres victimes du crash du 28 octobre 1949, dans l’archipel des Açores. Adrien Bosc, lui, ne se contente pas de ces deux noms: il est parti à la recherche de l’identité des 35 autres passagers sans laisser de côté les 11 membres d’équipages.
En tout, le vol Air France du F-Bazan a donc fait 48 victimes. Trois personnes, prévues au départ, auront la vie sauve car au dernier moment, Cerdan accompagné de son son manager et d’un ami, usera d’un droit de priorité pour en fait aller rejoindre au plus vite Edith Piaf qui a précipité le départ du champion de boxe qui ne devait à l’origine rejoindre que plus tard les Etats-Unis pour tenter de réconquérir le titre de champion du monde des poids moyens alors la propriété de Jake LaMotta.
Adrien Bosc ausculte de très près la fatalité au coeur de la catastrophe aérienne. Qui sont ces passagers ? Des privilégiés, car à l’époque Monsieur tout le monde ne prenait pas l’avion comme le métro. Parmi eux, des gens simples allaient tenter de vivre le rêve américain. D’autres plus aisés partaient pour y faire des affaires. Présent dans la carlingue: Bernard Boutet de Monvel. Pourquoi ne cite-t-on jamais la présence du peintre parmi les morts ? Adrien Bosc répare cet oubli, parmi d’autres révélations qui nous touchent car elles remettent dans la lumière des malchanceux frappés par le destin. Le néo romancier a même retrouvé le menu du plateau-repas ! Bosc est un limier de première ligne. On sent pointer l’écrivain sous l’immense amas d’informations que très peu de journalistes auraient eu la patience d’amasser.
On apprend que des pillards sont venus se servir sur les dépouilles avant l’arrivée des secours . Bosc nous précise que L’Hymne à l’amour chanté par Piaf est une chanson écrite avant la mort du boxeur. Ce premier roman est très agréable à lire parce qu’il n’est pas l’oeuvre d’un romancier qui se sert d’un fait divers pour le transformer en exercice de style. Non, il se contente d’être une caméra vivante. Il nous entraîne partout, avec une pudeur de chaque instant. Emotion garantie, à l’exclusion de toutes les tentations de la presse à scandales.
A la fin du livre, on a l’impression d’avoir voyagé dans le Lockeed Constellation. Grand merci à Adrien Bosc. On rêvait de lire un jour un livre entièrement consacré aux derniers instants de Marcel Cerdan. Je parle au nom des passionnés de boxe. Bien sûr toutes les victimes méritent l’hommage donné par Adrien Bosc. Le romancier ne fait pas parler les morts. Il les rend vivants. Le temps de la lecture, et c’est déjà beaucoup. Ensuite, on range le livre, et l’on sait qu’il s’agit d’une nécropole portative. On veillera sur elle, promis.

-Constellation, d’Adrien Bosc. Stock, 193 p., 18 €

[Post dédié à Marcel Cerdan junior]

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Zola-Lampard au bureau [Visiteur] Email
jvais ptetre watch le documentaire, quand je srai chez moi
buen dia
PermalienPermalien 19.08.14 @ 11:44
Commentaire de: Zola-Lampard au bureau [Visiteur] Email
Nb: ptit decalage horaire au passage
PermalienPermalien 19.08.14 @ 11:46
Commentaire de: Abdel Otman [Visiteur] Email
Merci MR Morlino pour ce beau cadeau,la vie d'une grande légende Marcel Cerdan
PermalienPermalien 30.08.14 @ 14:55

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software