Raimu, un grand enfant de génie, par Isabelle Nohain-Raimu. (Cherche Midi)

05.08.14

Raimu, un grand enfant de génie, par Isabelle Nohain-Raimu. (Cherche Midi)

Un soir, Raimu quitte prématurément le bar du Fouquet’s parce qu’il estime passer trop son temps à signer des autographes au lieu de rester tranquillement avec sa fille. A peine descend-t-il les Champs Elysées à pied qu’il se met à dire à Paulette :
« -Ils ne m’aiment plus ou quoi ? »
Dans un mélange d’humour et d’angoisse, Raimu dit cela car personne ne le saluait dans la rue, contrairement à l’habitude.
Jules Muraire, alias Jules Raimu (1883-1946) reste un monument du cinéma mondial. Orson Welles a été précis : « Raimu est le plus grand acteur du monde ». (sic) Avec Michel Simon, il incarne le talent français par excellence. La grâce à l’état pur. L’instinct contrôlé. La science du vocabulaire. La diction irréprochable. L’ennemi du laisser-aller, de la paresse intellectuelle. Des poètes du corps et de l’esprit. Des clowns blanc déguisés en Auguste. Raimu est issu du music-hall comme les meilleurs acteurs français : Gabin et Bourvil. Raimu respire la vie et non pas les cours d’Art Dramatique. Des acteurs comme ça, le moule il est cassé. Pas plus de nouveau Raimu que de nouvel Harry Baur.
A la fois petite-fille de Jean Nohain et de Jules Raimu, Isabelle Nohain-Raimu rend hommage à son grand-père maternel dans un livre qui retrace toutes les étapes importantes de la vie du comédien fétiche de Marcel Pagnol. Ce livre permet de réaliser que Raimu fut une immense vedette du théâtre avant de s’imposer sur grand écran. Dans les années 1910 et 1920, il n’a pour ainsi dire pas quitter les planches, donnant le meilleur de lui-même sur les scènes du Midi puis de la capitale. A Paris, il a illuminé de sa présence le théâtre Michel, les Variétés, le théâtre du Palais-Royal et le théâtre de Paris, entre autres. Ses partenaires étaient Maurice Chevalier, Spinelly, Denise Grey, Yvonne Printemps, Gabrielle Dorziat, Madame Simone, Jane Marnac et Mistinguett. C’est là que Raimu a laissé beaucoup de sa vie. Les grands acteurs sont des artistes à part entière. Chaque rôle n’est pas moins exténuant que l’écriture d’un livre. On oublie le parcours des comédiens au théâtre parce qu’ils pratiquent un art éphémère. Le don de soi n’est pas moins important chez les grands acteurs que chez les vrais écrivains.
Le livre d’Isabelle Nohain-Raimu nous donne beaucoup de renseignements sur la vie privée, avec la pudeur qu’il faut. Bien sûr, rien à voir avec la presse à scandales. Ici nous apprenons que Raimu est mort suite à une anesthésie générale. Il ne s’est pas réveillé. Dans le grand public, on ne sait pas exactement comment Raimu a quitté l’entrée des artistes. Il ne souffrait pas d’une grave maladie : il s’agissait d’une simple opération de confort. Aujourd’hui on ne risque en principe plus sa vie pour ce geste opératoire.
En 1929, Marius de Marcel Pagnol fait un tabac au théâtre avec Raimu. Le comédien impose l’auteur. Il est évident que Raimu incarne à merveille l’univers de Pagnol. La notoriété de l’acteur fait beaucoup dans le succès de la pièce. La notoriété et le talent évidemment. Les deux hommes deviennent amis pour le meilleur et le pire, comme dans un mariage. Michel Galabru (Raimu) et Philippe Caubère (Pagnol) ont très bien montré les rapports entre les deux géants à travers leur correspondance. De manière inattendue, le plus écrivain des deux semble être souvent Raimu qui a la langue bien pendue avec un style bien à lui.
Le livre nous montre l’ascension de Raimu qui ne partit pas gagnant de Toulon, sa ville natale, car même son père ne croyait pas à sa vocation sur les planches. Peu à peu, il impose sa faconde, son image de marque, plus il joue le Méridional plus il atteint l’universel. Fascinant ! Pendant la Seconde Guerre, il est enrôlé à la Comédie Française. Vous trouvez à redire ? Et les boulangers ne faisaient-ils pas de pain ? Le livre évoque ses rapports avec Sacha Guitry, entre autres pointures du XXe siècle.
Il ne faut pas opposer Louis Jouvet à Raimu ou Raimu à Jouvet. Cela revient à comparer théâtre public à théâtre privé. Les deux acteurs jouaient dans la même catégorie : les poids lourds du théâtre. Jouvet avait la cote avec les intellectuels. Pas Raimu car il était trop populaire. L’intelligentsia déteste le grand public considéré comme un ramassis de sans goût. Grossière erreur de jugement. Raimu et Jouvet faisaient entrer les personnages en eux et n’entraient jamais dans les personnages. Gabin et Simon aussi. Tous les grands acteurs font ça. Les géants de la scène entrent sur scène quand les autres ne font qu’y monter.
« L’homme le mieux habillé à l’air d’un clochard à côté de Raimu » a signalé Jean Cocteau, avec sa justesse habituelle. Sacha Guitry a été encore plus catégorique : « Raimu est un admirable comédien instinctif, à tel point qu’il peut dire n’importe quoi sur scène, jouer n’importe comment, assuré qu’il est de ne jamais se tromper, étant dans la lignée des grands acteurs naturels ». Tout l’indispensable livre d’Isabelle Nohain-Raimu est truffé de photos de son grand-père qui – pardonnera-t-elle de nous entendre dire- est le nôtre aussi tant on l’aime. Merci à la petite-fille de l’acteur d’entretenir la mémoire de Jules Raimu, prolongeant ainsi l’œuvre de sa mère qui voulait un musée Raimu pour honorer le grand interprète de La femme du boulanger, fleuron du 7e Art noir et blanc. Raimu et Pagnol participent à la grandeur de Marseille mais rappelons qu’ils sont nés à Aubagne (Marcel) et à Toulon (Jules). Une précision qui fait plaisir aux autochtones des villes citées. On les comprend.

-Raimu, un grand enfant de génie, par Isabelle Nohain-Raimu. Cherche Midi, 314 p., 19 €

[Post dédié à Charles Morlino junior]

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Pierre [Visiteur] Email
Bernard, merci pour cet hommage au plus grand acteur du monde, toulonnais (et non pas marseillais comme toulemonde l'imagine, c'est très different !) de surcroit ! Quand je dis que je suis de Toulon (ville critiquée plus encore que votre chere Nice) et bien que vivant à Paris, j'ajoute 'comme Raimu !'. J'ai vu le spectacle de Galabru et Caubère avec mon père a Paris. C'etait magnifique et tres tres emouvant. J'avais l'impression de réentendre certains de mes oncles, provençaux d'origine, disparus depuis longtemps.
PermalienPermalien 06.08.14 @ 23:26
Commentaire de: Zola-Lampard [Visiteur] Email
je vous déconseille les navets de pierre richard Bernard

RE en avant bucephal
yaaa

buen dia
PermalienPermalien 07.08.14 @ 11:56
Commentaire de: morlino [Membre]
Pierre... quand je prends le bateau pour la Corse, de Toulon, je regarde sur la droite le Stade...
PermalienPermalien 07.08.14 @ 15:45
Commentaire de: morlino [Membre]
Magnifique de voir avec son père Galabru et Caubère.
PermalienPermalien 07.08.14 @ 15:48

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software