Archives pour: Juillet 2014

31.07.14

Permalien 19:01:37, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Qui êtes-vous Monsieur Voltaire ? de Claude Dupont et Jean-Claude Lesourd. (Les Belles-Lettres)

«Je passe mon temps à faire des gambades sur le bord de mon tombeau ; et c’est en vérité ce que font tous les hommes, ils sont tous Jean qui pleure et Jean qui rit».
Voici l’un des milliers aphorismes de Voltaire qui répond aux questions du duo Dupont-Lesourd dans un entretien plus vrai que nature. C’est vivant, pétillant d’intelligence. On se confronte aux pensées de l’aubergiste de l’Europe qui survient sur ses thèmes de prédilection : peine de mort, tolérance, économie, Rousseau, l’Islam, justice, argent, religion au sens large… Dans ce montage diabolique, Voltaire est censé avoir 81 ans. La rumeur établit dit qu’il a reçu 400 Anglais chez lui. C’est dire qu’on allait le voir comme on visite Versailles.
Qu’est-ce qui opposait Voltaire et Rousseau ?
L’homme, né bon, est corrompu par la société, pensait Rousseau, alors que Voltaire estimait que l’individu favorise son développement dès lors qu’il se confronte à tous les corps de métiers de la société.
Voltaire reproche à Rousseau d’écrire contre les spectacles parce qu’il a écrit une mauvaise comédie (Narcisse ou l’amant de lui-même, 1756) et d’écrire contre la France qui le nourrit.
Voltaire condamne la misanthropie et la misogynie de Rousseau. L’auteur de Candide aime mieux vivre dans un belle maison avec de beaux vêtements devant une bonne table, entouré de vrais amis que de pester contre l’humanité, seul dans une bicoque insalubre, sans loi. La vie sauvage dans l’anarchie ne l’attirait pas une seconde.

-Qui êtes-vous Monsieur Voltaire ?
de Claude Dupont et Jean-Claude Lesourd. Les Belles-Lettres, 276 p., 19 €

30.07.14

Jérémy Mathieu sait qu'il n'arrive pas en terrain conquis à Barcelone

Recruté par le FC Barcelone au FC Valence pour 20 M€, Jérémy Mathieu (30 ans) souffre d’un déficit d’image.
Autrement dit on ne parle pas assez de lui dans les médias.
Le football est devenu comme le show biz. Plus on parle de vous, mieux sait pour votre carrière. Le talent ne suffit pas.
Si vous chantez comme une casserole ce n’est pas grave, est-on tenté de dire quand un jeune débute tant sont nombreux les chanteurs(euses) qui font trois petits tours et puis s’en vont. Au football, heureusement on ne peut pas jouer en playback, sauf sur quelques vieilles VHS !
Dès que Beckham changeait de coiffure, les médias en parlaient pendant un mois. A l’inverse quand Scholes faisait un grand match- soit presque tout le temps- il n’avait même pas droit à un écho.
Beckham a plus gagné de l’argent avec la mode qu’avec le football.
Mathieu comme Scholes est victime d’un boycott parce qu’il est… roux !
Ce n’est pas tendance d’être roux dans les pages débiles des journaux.
Un homme discret n’intéresse pas les médias qui ont besoin de coups tordus pour vivre.
Ne pas être médiatique de nos jours porte tort à la carrière.
La preuve, les fans du Barça cassent du sucre sur le dos de Mathieu alors que la saison est au point mort.
Les socios pensent que le Français ne peut pas remplacer Carles Puyol dans la défense du Barça.
D’emblée, ils ont tout faux: on ne cherche pas l’équivalent d’un Puyol ou d’un Baresi. On cherche quelqu’un d’autre. Mathieu mérite d’avoir sa chance.
Ce n’est pas parce qu’il n’a pas la “carte"- comme disait Philippe Noiret- qu’il faut le critiquer d’emblée.
Il est incroyable de constater qu’à 30 ans, Mathieu ne compte que deux sélections en équipe de France. Visiblement, il vaut mieux jouer à Arsenal et à Newcastle pour être dans les bons petits papiers des sélectionneurs. Mathieu aurait dû être le rival numéro 1 au poste de latéral occupé par Patrice Evra qui a toujours très bien supporté la concurrence à Man United. (Il suffit de voir le rôle d’éternel remplaçant tenu par Büttner qui ne sait jamais imposé dans le couloir gauche de MU au point d’être transféré à Moscou.)
Du haut de son 1m90, Mathieu a du répondant, comme latéral gauche ou défenseur axial, ce qui est nouveau chez lui.
Sur 24 000 votants d’un récent sondage espagnol, 82% des supporters du Barça jugent que Mathieu “n’est pas une bonne recrue".(sic)
Mathieu devrait débuter lors du match amical Nice-Barcelone (2 août 2014) qui rappelle de grands souvenirs aux fans des Aiglons des années 1970, au temps de Molitor.

Jérémy Mathieu
né le 29 octobre 1983
à Luxeuil-les-Bains (Haute-Saône)

Parcours
2002-2005 FC Sochaux
2005-2009 Toulouse FC
2009-2014 Valence CF
2014 Barcelone
2011 Equipe de France, 2 sélections

Palmarès
FC Sochaux/ Coupe de la Ligue 2004

Charlot, de Philippe Soupault (L’Imaginaire/ Gallimard)

Philippe Soupault fut l’un des premiers intellectuels admirateurs de Charlie Chaplin dont il a salué les premiers films. Le poète lui consacra un livre au temps du cinéma muet. Le voici réédité.

Dans les années 1980, j’ai présenté au poète ce livre de 1931. J’étais tout content de montrer ma (re)découverte. Philippe Soupault m’accueillit froidement :
- «Il ne fallait pas acheter ce livre que je renie».
Pourquoi est-il si dur ?
Tout simplement parce qu’il avait appris que celui qui interprétait un vagabond participait à des chasses présidentielles avec le « grands » de ce bas monde.
Pour Soupault il fallait que l’homme et le créateur soient en osmose parfaite. S’il apprenait que tel écrivain qu’il appréciait se comportait mal dans sa vie privée, il traitait aussitôt d’imposteur le plumitif en ligne de mire. Quand il découvrit les chasses de Charlot, Soupault s’estima victime d’un parvenu avide de reconnaissance.
On peut cependant bien sûr lire cet essai biographique pour le souffle poétique inaltérable de Soupault, homme entier, sans concession. Il s’agit de Charlot au temps du muet et non pas du parlant.
Au moment de sa découverte des films de Charlot, Soupault allait au cinéma avec Blaise Cendrars qui lui disait :
-«Applaudissez pour moi !».
Devenu manchot lors de la guerre de 14-18 Cendrars ne pouvait plus applaudir. Il tapait alors du pied, pour la plus grande joie de Soupault.
Charlot n’est pas du tout une biographie classique. C’est un grand portrait poétique sur Charlot, le vagabond solitaire qu’aimait tant Soupault. Le cofondateur du surréalisme disait que lui-même qu’il était un “voyageur sans bagage” soulignant sa volonté d’abandonner le lourd passé pour rester un homme neuf devant les nouveaux événements de la vie. Les préjugés étaient la hantise de Soupault.
Le poète issu de la grande bourgeoise française fit tout pour fuir et combattre sa classe d’origine alors que Chaplin honorait les conventions sociales des puissants.

-Charlot, de Philippe Soupault. L’Imaginaire/ Gallimard, 155 p., 7,50 €

29.07.14

Permalien 08:45:49, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

La trilogie de Lewis par Peter May (Rouergue Polar)

-L’île aux chasseurs d’oiseaux (2009), de Peter May. Traduit de l’anglais par Jean-René Dastugue. Rouergue polar, 425 p., 9,70 €
Orphelin de son fils unique- comment peut-on dire d’autre ?- l’inspecteur Fin Macleod ne sait plus où donner de la tête tant il est obligé de faire son travail alors qu’il n’est plus qu’un fantôme. On l’oblige a revenir sur les lieux de son île natale pour une affaire criminelle qui lui en rappelle une autre. Il ne peut pas s’empêcher de faire le lien. Il se confronte à son passé et surtout aux compagnons de jadis qui eux baignent toujours dans le même jus. L’Ecossais Peter May est un maître du suspens. Ici, il radioscopie celui qui d’habitude est censé mené l’enquête. Coup d’essai, coup de maître. A suivre.

-L’homme de Lewis (2011). 380 p., 8, 50 €
Le huis clos se poursuit sur l’ile écossaise de Lewis. Sépare de sa femme depuis la mort de leur fils, l’inspecteur Fin MacLeod n’a plus de gouvernail. En français son prénom signifie The End. Lourd à porter. Il doit se confronter à la découverte d’un cadavre conserver presque intacte depuis près d’un demi-siècle grâce à la tourbière de la meilleure espèce. Ce macchabée le conduit jusqu’au père d’un amour de jeunesse. Peter May a un vrai savoir-faire, un as du fondu enchaîne. On ne voit pas les ficelles cousues de fil blanc. On est chez un Hitchcock de l’écrit et chuchotements.

-Le braconnier du lac perdu (2012).Babel noir, 362 p., 8,70 €
Opus final. Vous pouvez vous rendre sur le site officiel de Peter May si vous voulez vous familiarisez davantage avec son œuvre. Le plus français des Ecossais vit dans le Lot depuis le début des années 2000. Alors qu’il connaissait un immense succès comme scénariste télé, il a choisi de tourner cette page… pour se concentrer à la littérature, celle du polar. Il a très bien fait : on ne vit qu’une fois et la vie passe vite. La littérature est une femme exigeante- et surtout pas une encombrante maîtresse- il faut si consacrer à plein temps, sinon elle vous tourne le dos et vous la perdez de vue pour toujours. On retrouve avec plaisir le son Peter May d’un livre à l’autre. Son traducteur Jean-René Dastugue a le talent de ne pas briser la fibre Peter May en la faisant pa sser d’une langue à l’autre. Dans cet ultime volet de la trilogie Lewis, on suit un ex enfant qui n’a pas tenu ses promesses. Il est devenu braconnier comme d’autres ébénistes ou garagiste. Au cœur de cet ouvrage, on apprend aussi comment est mort le fils de l’inspecteur. Il y a une ambiance de fin du monde.

-La moisson des innocents, de Dan Waddell. Traduit de l’anglais par Jean-René Dastugue. Rouergue polar, 311 p., 21,90 €
Un parfum d’Orange mécanique là-dedans. De fait, deux gosses sont condamnés pour avoir massacré un vieux monsieur. Cela nous renvoie au clochard frappé à mort par les sauvages urbains de Kubrick inspiré par Anthon Burgess. Sortis de taule, les deux assassins changent d’identité pour essayer de repartir sur d’autres bases là où ils ne sont connus ni d’Eve ni d’Adam. Tout à coup surgit un justicier qui veut leur faire payer leur crime d’autrefois car si les peines de prison ont été exécutées, le mort lui n’a pas ressuscité. Nous plongeons dans l’Angleterre profonde, mixte de Claude Chabrol, Simenon et Ken Loach. L’inspecteur Forster a encore frappé.

28.07.14

Les adieux à Nice de grande classe d'Ospina, le nouveau Gunner

Dans la presse, l’ex Aiglon n’a oublié personne.
Il a dit merci à Roger Ricort d’être venu le chercher en Colombie pour le faire jouer en Europe.
Ospina va faire les beaux jours d’Arsenal.
Avec De Gea (Manchester United) et Lloris (Tottenham, Ospina va devenir l’un des trois meilleurs portiers de Premier League. J’en suis sûr. Son style à la fois efficace et spectaculaire va enchanter l’Emirates Stadium.

Lénine, de Ferdynand Ossendowski. (Phébus/ Libretto)

Plus radical tu meurs !
Lénine voulait tout casser, tout réduire à néant ce qui existait afin de pouvoir reconstruire un « monde nouveau ». Atroce vision d’un dictateur qui croit avoir raison sur tout. Afin d’arriver à ses fins- la conquête du pouvoir- il élimine tout ce qui s’oppose à lui.
Le livre n’est pas une biographie traditionnelle car il y a marqué Roman sur la couverture.
Né en 1876, il est arrêté puis condamné à mort pour avoir participé à des mouvements révolutionnaires.
Relâché en 1907, il se consacre ensuite à l’écriture, lui qui parle sept langues couramment.
On le retrouve ensuite aux Etats-Unis, agent secret pour la Pologne.
Converti au catholicisme, il meurt le 3 janvier 1945.
Les soldats soviétiques déterrent son corps pour vérifier qu’il est bien mort !
Ces pages qu’on lit en 2014 dates de 1932.
L’eau a coulé sous les ponts depuis.
Le communisme aussi. Et ne parlons pas du totalitarisme !
Les détachements punitifs de la Tchéka faisaient des ravages.
La Tchéka ? Une invention de Lénine.
Quand dans la banlieue parisienne, je lève les yeux sur les plaques de rue des cités parfois je tombe sur “Avenue Lénine".
C’est comme si je lisais Avenue Hitler.

-Lénine de Ferdynand Ossendowski. Traduit de l’anglais pas Paul Kleczkowski et Robert Renard. Phébus/ Libretto, 557 p., 12, 80€

Permalien 10:58:52, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR, LONDON CITY  

Le succès des gardiens de l'OGCN: après Lloris à Tottenham, Ospina signe à Arsenal.

OFFICIEL: le gardien de l’OGCNice est à Arsenal.
http://www.arsenal.com/news/news-archive/20140727/arsenal-to-sign-goalkeeper-david-ospina

Les gardiens de Nice ont beaucoup de succès.
Après l’arrivée de Lloris chez les Spurs, voici qu’un autre Aiglon débarque à Londres chez les Gunners.

Arsène Wenger a confirmé que David Ospina est la nouvelle recrue d’Arsenal:
-"Au début, Szczesny sera numéro un, puis nous nous en remettrons aux performances de chacun, et, si Ospina montre qu’il est le meilleur, il jouera".

Lorsqu’il va jouer à Old Trafford avec les Gunners cela va le changer des Guingamp-Nice au Roudourou.
Quand Arsenal cherchait un gardien, j’ai été étonné que Wenger ne soit pas intéressé par Lloris.
Maintenant Ospina arrive à Arsenal, soit le suppléant de Lloris à Nice. La vie est pleine de surprise.
Ospina n’oubliera jamais Nice: sa fille y est née.
Cela fait tout drôle pour un Niçois de voir Ospina sur le portail des Gunners.
Cette fois, c’est bon: le Goal du Gym est bien parti de Nice.
Hier, les Aiglons étaient transférés à Trifouillis-les-Oies. Aujourd’hui, c’est Arsenal. Vu comme cela, ça fait plaisir même si on est triste de perdre Ospina.
Les heures du Polonais dans la cage d’Arsenal sont comptées.
Ospina va vite s’imposer, comme Lloris à Tottenham.
David Ospina avait signé à Nice grâce à Roger Ricort qui fit le bon choix pour remplacer Lloris.
Ce n’était pas évident de remplacer l’actuel capitaine de l’équipe de France qui faisait des miracles dans la cage niçoise dans la grande tradition des portiers niçois de Zamora à Aubour, via Baratelli, Amitrano et Letizi. On va s’en rendre compte dans le choix du successeur d’Ospina qui a la lourde tache de remplacer l’un des héros de la Coupe du Monde 2014.
Ospina est meilleur que Szczesny dans tous les domaines. Surtout au niveau de la concentration. Lors de certains matchs on se demande si Szczesny ne pense pas plus au changement de la moquette de son salon qu’à l’attaque adverse qui arrive sur lui tant ses réflexes sont au point mort.
David Ospina adore aller au combat, mettre la tête là où personne ne met le pied.
Le transfert s’est fait autour de 3,5 M€; Quelle bonne affaire pour Arsenal !
Beaucoup de joueurs de champ qui valent dix fois son prix ne lui arrivent pas à la cheville, question talent.
S’il a démontré sa classe lors de la Coupe du Monde, il devra cependant mettre un défenseur au premier poteau lors des coups francs afin d’éviter des buts sur coups de pied arrêté.
Nice désormais va devoir lancer un nouveau gardien en L1. C’est un poste capital pour rester en L1.
Mouez Hassen (19 ans) est en pool position. L’Aiglon doit poursuivre la lignée des goals cadors du Gym.
Merci à David Ospina d’avoir si bien porté le maillot de Nice.
Quand il va y avoir le derby Tottenham-Arsenal, je vais me régaler a voir le choc Lloris-Ospina.

Wojciech Szczęsny, né le 18 avril 1990 à Varsovie (Pologne). A Arsenal depuis 2006.
18 sélections avec la Pologne.

David Ospina, né le 31 août 1988 à Medellín (Colombie). A Arsenal depuis fin juillet 2014.
45 sélections avec la Colombie.

27.07.14

Permalien 21:50:57, Catégories: THE RED DEVILS, FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR  

Louis van Gaal poursuit son rodage avec Man United

26 juillet 2014

Tournée d’été de Manchester United aux Etats-Unis
Manchester United 3-2 AS Roma

Buts pour MU: Rooney (36e, 45e), Mata (39e)
Buts pour la Roma: Pjanic (75e), Totti (89e)

Manchester United
Johnstone (Amos 46e)/
Jones (M. Keane 46e), Evans (Smalling 46e), Blackett/
Valencia (Young 46e), Cleverley (Chicharito 70e), Herrera (Kagawa 46e), James (Shaw 46e)/
Welbeck (W.Keane 46e), Mata (Lingard 46e), Rooney (Nani 46e).

Sur le banc: De Gea, Lindegaard, Fletcher, Zaha.

Manager: Louis van Gaal. Adjoint: Ryan Giggs

Roma
Skorupski/ Somma, Benatia (Balasa 68e), Castan, Cole/ Uçan (Sanabria 68e), Keita (Pjanic 68e), Nainggolan/ Florenzi (Borriello 68e), Destro (Totti 68e), Ljajic.

On ne sait pas ce que cela va donner mais MU vit enfin sa mutation post Sir Ferguson.
Le passage de flambeau à David Moyes n’a servi à rien.
Soit on n’a pas laissé assez de temps à l’Ecossais remplaçant soit il n’était pas le bon coach. On ne le saura jamais.
Van Gaal a une vison de jeu, cela change tout.
Il fait une revue d’effectif pour se faire une idée sur chaque Red Devil.
Chacun à sa chance.
Mata et Rooney seront dans l’équipe type c’est une certitude. Le duo s’annonce grandiose.


Permalien 21:50:12, Catégories: FORZA ITALIA !, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Vincenzo Nibali rejoint Bottecchia, Coppi, Bartali, Nencini, Gimondi et Pantani

L’Italien Nibali a remporté le Tour de France 2014.
C’était l’occasion ou jamais pour qu’un Français remporte cette édition sans plus aucun des favoris.
L’Italien n’a pas laissé passer sa chance et a bouclé un grand Tour. Bravo !
La France crie cocorico car deux Français sont sur le podium.
La France de Poulidor, s’entend.

Permalien 11:11:22, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Une nouvelle collection SF chez Folio sur fond de musique Pop: Beatles, Hendrix, Morrison...

Il n’y a qu’un Morrison, pas deux comme on nous le fait parfois croire. Mille fois imité mais inégalable. En France, on essaie toujours de vendre une vessie pour une lanterne ! Ses clones font pitié tant ils sont pétris par l’imposture. Et question physique, il reste l’un de plus bel homme du XXe siècle.

Nous voguons dans un bateau, en écoutant le douzième album des Beatles qui n’est jamais édité.
On croise aussi Jimi Hendrix.
Il s’agit d’un livre onirique qui nous invite à retrouver des icônes.
Les cinq nouvelles sont très rock n’roll.
-Alternative rock, collectif. Folio SF. Traduit de l’américain par Jean-Pierre Pugi. 200 p.

Bel hommage aux années 1960-1970.
On retrouve avec plaisir Jim Morrison, Brian Wilson, Hendrix et les Beatles.
-Fugues, de Lewis Shiner. Traduit de l’américain par Jean-Pierre Pugi. Folio SF, 490 €

Dead Can Dance, vous connaissez ?
C’est le nom d’un groupe britannico-australien à (re)découvrir.
-La mort peut danser, de Jean-Marc Ligny. Folio SF. 380 p.

Nous sommes dans l’univers de Led Zeppelin.
Histoire d’un destin qui bascule suite au cadeau d’une guitare.
On baigne dans un passé qui n’est pas forcément le nôtre.
-Le temps du twist, de Joël Housin. Folio SF. 292 p.

26.07.14

Permalien 06:11:36, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Petit traité de Vélosophie, de Didier Tronchet (Plon)

«Reinventer la ville et le vélo » se propose de faire Didier Tronchet, ou plutôt nous propose de faire car lui joint la théorie à la pratique. On devrait plus parler de bicyclette car le vélo est davantage réserver aux vrais mordus de la Petite Reine, ou de la « Gracieuse » comme l’appelait le très regretté Louis Nucéra, ce chevalier sans armure broyé par un assassin de la route, le 9 août 2000.
L’ouvrage de Tronchet ressort quatorze ans après sa publication dans une fort belle édition agrémentée de dessins de l’auteur qui a un beau coup de crayon. Question silence, les autos font désormais concurrence à la bicyclette. De fait, les voitures électriques ne font pas plus de bruit qu’un vélo. Tronchet salue le silence des cyclistes que les piétons ne voient pas puisque de manière stupide et dangereuse, ils traversent sans regarder. Désormais, ils peuvent se faire découper en deux par une voiture jaune de la poste ou d’ailleurs ! « Il faut vociférer pour exister » rappelle Tronchet page 62.
Son Petit traité de Vélosophie devrait être proposé à tous les utilisateurs de Vélib, ces Anquetil du Dimanche et même des jours de semaine. La grande question : pourquoi le casque n’est-il pas obligatoire quand on circule en vélo ? Le macadam n’est pas plus souple pour les cyclistes que pour les motocyclistes. On voit bien que les mairies ont sans doute peur qu’on leur chourave les casques. Et après, ils prétendent nous protéger.

-Petit traité de vélosophie
De Didier Tronchet. Plon, 200 p.,12 €

A lire aussi:
Né pour vendre des journaux et des vélos, le Tour de France conserve tout son prestige. A noter que sans dopage, les coureurs souffrent beaucoup plus sur la ligne d’arrivée. On le voit bien en 2014. Le dopage ? Albert Londres l’évoquait déjà au début du XXe siècle.
-Histoire du Tour de France, de Jean-François Mignot. La Découverte, 122 p.

25.07.14

Permalien 10:31:37, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Le Comté de Nice champion du Monde 2014 des non reconnus par la FIFA

Mieux que le village breton d’Astérix, Nice est une ville d’irréductibles !
La Selecioun de la Countea de Nissa a remporté le titre de champion du monde en battant l’Île de Man. Cela doit faire rire beaucoup de gens, les mêmes qui comparent toujours Nice à une salade ou au Carnaval. Cependant, Nice a gagné un tournoi international regroupant tous les « états, minorités, nations non reconnues et régions non affiliées à la FIFA ».
En cinq matchs en une semaine, Nice a plié l’affaire. Vite fait, bien fait.
La sélection s’est organisée en peu de temps. Avec grand succès.
Dans cette Coupe du Monde, pas d’argent à outrance, rien que de la passion autour d’une forte identité.

Au bout d’un match stressant, vierge de but, les hommes du duo Gioria-Mattio se sont imposés aux tirs au but.
Les 11 Niçois champions du MONDE:
Brunner/ Delfino, Assoumani, Sborgni/ Ferreri, Onda, Migliore, Bauer/ Jaziri –Tchokounté, Delerue.
Entrés en jeu : Gignoli, Malatini, Noto
Entraîneurs/ Sélectionneurs : Gioria/ Mattio
Président : Cédric Messina
Issa Nissa !

[Post dédié à Michel Dalloni]

24.07.14

Permalien 21:28:00, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Van Gaal applique avec maestria le 3-5-2 à Man United

23 juillet 2014
Tournée américaine de MU
Rose Bowl : 86 432 spectateurs
LA Galaxy 0-7 Manchester United

Buts pour MU: Welbeck (13e), Rooney (42e pen), 45e), James (62e, 84e), Young (88e, 90e)

Manchester United
De Gea (Lindegaard 46e)/
Jones (Rafael 46e), Evans (Blackett 46e), Smalling (M.Keane 46e)/
Valencia (Nani 46e), Fletcher ©, Herrera, Mata (Cleverley 46e), Shaw (James 46e)/
Rooney (Young 46e), Welbeck (Kagawa 46e)

Sur le banc: Amos, Johnstone, Zaha, Lingard, W.Keane.


Pour son premier match sur le banc de Manchester United, Louis van Gaal a fait fort. Les Red Devils ont mangé tout cru Los Angeles Galaxy (7-0), en match amical au Rose Bowl Stadium de Pasadena.
Les Red Devils ont offert un récital au public venu en masse et à leur nouvel entraîneur. Pourvu que ça dure !
Le coach hollandais a testé son schéma fétiche le 3-5-2.
Voilà du changement à MU.
On déguste.
Cela promet !

Permalien 20:56:17, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Un vélo dans la tête, de Jean-Louis Le Touzet (Stock)

Né en 1961, Jean-Louis Le Touzet suit le Tour de France pour Libération- enfin pour ceux qui le lisent encore, mon kiosque de banlieue n’en vend plus que 3 par jour…
“C’est de mon père, j’imagine, que je tiens ce goût pour le goudron chaud”, dixit Le Touzet.
Le Tour est presque toujours un grand bol où l’on trempe sa tartine de nostalgie.
On regarde passer Contador –quand il n’a pas abandonné- mais l’on voit Indurain quand ce n’est pas Gaul !
Dans le contexte du sport, Le Touzet compare L’Equipe à Gallimard, un peu comme si Blondin s’exprimait dans la Pléiade et lui chez José Corti. Corti c’est très bien. Rien à voir avec la collection Arlequin.
Son évocation des années Armstrong est associée à la tristesse.
Par ailleurs, il met brillamment sur un même pied d’égalité Tacite, Coppi, Bartali et Pantani.
On a les héros que l’on mérie et les trois Italiens étaient vraiment de très grands champions, des cadors du vélo.
Dupe de rien, Le Touzet aime toujours les cracks. Il s’adresse à ses lecteurs comme le faisait jadis Nabokov.
Il évite d’écire avec des jeux de mots, à l’inverse des copieurs blondiniens.
Jean-Louis Le Touzet n’a pas qu’un vélo dans la tête. Il l’a aussi dans le coeur.

-Un vélo dans la tête, de Jean-Louis Le Touzet. Stock, 400 p., 21,50 €

22.07.14

Permalien 23:26:12, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

La tournée américaine 2014 de Man United

Louis van Gaal a sélectionné 25 Red Devils pour la Tournée d’été 2014.
Les nouvelles recrues, Ander Herrera et Luke Shaw sont du voyage.
Michael Carrick, est au repos, blessé à la cheville.

L’effectif de MU pour la tournée:
De Gea, Lindegaard, Amos/ Johnstone, Rafael, Evans, Smalling, Jones, Shaw/ Blackett, M Keane, James, Herrera, Cleverley, Fletcher, Young, Zaha, Kagawa, Mata/ Valencia, Nani, Lingard, Welbeck, Rooney, W Keane.

Chicharito rejoindra le groupe aux Etats-Unis.
Manque les Mondialistes: van Persie, Fellaini et Januzaj.

Bien sûr, on note les absences de Vidic, Rio Ferdinand et Evra. Les trois grands Red Devils de la Maison Rouge ont quitté le club. La défense est donc sinistrée. Il s’agit en plus de trois cadres. Heureusement que Scholes et Giggs restent au club. Leur présence est capitale pour l’identité de MU.

“Sir Alex avait une philosophie forte et affirmée, qui lui a permis de remporter nombre de trophées. J’espère en faire autant” a confié van Persie, le nouveau manager de MU.

La tournée de Manchester United:

24 Juillet Tour 2014 LA Galaxy - Man U (04 h 06)
26 Juillet Tour 2014 AS Roma - Man U (21 h 06)
30 Juillet Tour 2014 Inter Milan - Man U (00 h 30)

Août 2014
02 Août Tour 2014 Real Madrid - Man U (21 h 06)
12 Août REUNITED 14 Man U - Valencia CF (19 h30)
16 Août Barclays Premier League Man U - Swansea City (12 h 45)

Permalien 07:39:38, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le capitaine Évra quitte Man United après huit saisons de grinta et de constance au haut niveau

A 33 ans, Patrice Evra quitte Man United pour la Juventus de Turin.
Il a raison puisque son histoire avec ce club c’était celle avec Alex Sir Ferguson.
Les fans de MU sont encore orphelin de l’Ecossais, donc lui aussi.
On s’est fait berner par David Moyes. Maintenant c’est au tour de van Gaal de nous remettre dans la bonne spirale. On verra bien.
Un fan ne peut pas changer de club. Un joueur, oui.
Evra a joué 379 rencontres pour United (10 buts). Cela ne s’effacera jamais.
Des ignorants parlent de lui alors qu’ils ne le voyaient pas jouer à MU.
D’autres se moquent de lui parce qu’il n’a pas fait de grandes études. Ces gens-là font preuve d’une imbécilité avérée.
Patrice Evra est un autodidacte qui provient du football de rue et non pas d’un centre de formation.
A MU il s’est fait une grande place au soleil, totalement méritée parce que c’est un travailleur, un grand travailleur.
Evra a été vrai Red Devil avec les deux plus grandes qualités: fighting spirit et constance.
Il restera comme l’un des plus grands latéraux gauche du club.
Bien sûr ce n’est pas Best ou Cantona mais c’est un grand guerrier, à l’inverse de certaines danseuses comme Nani, par exemple.
Lors de son arrivée à MU, Evra a explosé en plein vol.
Dès son deuxième match il fit preuve d’une grinta jamais démentie.
Ce que j’aime chez lui: son amour pour le maillot, sa rage de vaincre, son combat incessant, sa façon de monter semer le trouble dans la défense adverse, sa capacité à prendre des coups sans jamais être blessé. Oui, il est comme en caoutchouc !
Ses faiblesses: conclut souvent mal ses montées, bien que ces dernières années il a fait de grands progrès. Faire le surnombre ne suffit pas. Il faut bien centrer ou marquer. Lors de la C1 2014, il a inscrit un but d’anthologie qui le décrit bien, hélas! ce but ne servit à rien.

Au terme de huit saisons à Old Trafford, Patrice Évra a adieu aux supporters des Red Devils du monde entier:

-"Après beaucoup de réflexions, j’ai décidé qu’il était temps pour moi de quitter Manchester United. C’est le plus grand choix de ma carrière car ce club est, et restera toujours, dans mon cœur. Rejoindre et jouer pour Manchester United a été un privilège, un rêve devenu réalité et mon passage ici a été mémorable. Dans les bons comme les mauvais moments, on est restés unis et loyaux. J’ai toujours dit qu’on ne fait pas que rejoindre Manchester United, on rejoint la famille et j’espère que cette tradition va perdurer longtemps. Ce club est gravé dans l’histoire et je me sens privilégié d’en avoir fait partie. Au cours des neuf dernières années, j’ai rencontré et travaillé avec des gens incroyables, dont beaucoup resteront des amis pour la vie. Je voudrais remercier tout le monde au club : mes coéquipiers, les entraîneurs et en particulier tout le staff qui a fait de chaque jour à Carrington ou à Old Trafford un jour spécial. Un immense merci à Sir Alex Ferguson pour avoir rendu tout cela possible, pour m’avoir offert le privilège d’être capitaine, d’être inspiré par la légende de Manchester United et de comprendre que personne n’est plus important que le club.Mon plus grand merci va aux fans. On a passé des moments fantastiques ensemble, on a brandi tous ces trophées ensemble et cette soirée à Moscou restera en nous pour toujours. Chaque fois que j’ai revêtu ce maillot, je savais que je jouais pour le blason et pour un club très spécial. Ma passion pour ce club continuera et je sais que vous continuerez de connaître d’autres succès dans les saisons à venir.”

Le plus de sa carrière s’est passée à MU. En Italie, il va boucler la boucle.

Patrice Évra
né le 15 mai 1981, à Dakar, Sénégal

Parcours
1992-1993 CO Les Ulis
1993-1997 CS Brétigny Football
1997-1998 Paris Saint-Germain
1998-1999 SC Marsala 1912/ Italie
1999-2000 AC Monza
2000-2002 OGC Nice
2002-2006 AS Monaco
2006-2014 Manchester United
2014 Juventus

France espoirs 11 (sélections)
2004 France France (61 sélections)

Palmarés
AS Monaco
Coupe de la Ligue en 2003
Finaliste de la Ligue des champions en 2004

Manchester United
Vainqueur de la Coupe du monde des clubs 2008
Vainqueur de la Ligue des champions 2008
Finaliste de la Ligue des champions en 2009 et 2011.
Champion d’Angleterre 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
Community Shield 2007, 2008 et 2011
League Cup 2006, 2009 et 2010

Permalien 07:38:23, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Portrait de l'Artiste en Glenn Gould, de Maxence Caron (Pierre Guillaume de Roux)

Pianiste, musicologue, philosophe, pianiste reconnu et auteur d’une vingtaine de livres en quinze ans, Maxence Caron ne pouvait pas ne pas nous donner un bel ouvrage sur l’un de ses frères de sang musical. Les artistes se reconnaissent entre eux. Ils savent qui fait quoi, qui est qui. Quand un surdoué rend hommage à une pointure cela vaut le détour. Le talent est toujours une bonne adresse.
Les écrivains sont traduits. Les compositeurs sont interprétés. Seuls les peintres ne sont pas trahis, sauf par eux-mêmes. Il peut arriver que parfois les interprètes soient si fantastiques qu’ils vont encore plus loin que le signataire des partitions. C’est ce que l’on ressent quand on écoute Bach et Beethoven joués par Gleen Gould (1932-1952). D’aucuns sont gênés par le pianiste céleste qui s’appropriait la musique des autres au point de pousser de petits cris tant il était habité.
Quand le chef d’orchestre Sergiu Celibidache était réticent à tous les enregistrements, Gleen Gould, lui, ne voulait jouer qu’en studio afin d’aller à l’essentiel. Maxence Caron explique bien la démarche de Gould qui considérait que le public prenait une grande place entre lui et la partition s’il se produisait sur scène.
En studio, il n’y avait de combat qu’avec la technologie. A trente ans, Gleen Gould supprima tous les voyages inutiles, et se coupa des applaudissements pour ne plus évoluer que dans la métaphysique de la musique. Les gens qui l’aimaient se contenteraient désormais de ses disques, l’essentiel. Si l’on évoquait sa disparition scénique, il rétorquait : « La France a connu des crises pires que mon absence ».
L’essai magistral de Maxence Caron nous permet de réaliser que Gleen Gould était un visionnaire. Aujourd’hui plusieurs nouveaux artistes- voire simples produits commerçiaux- se font une renommée par le filtre d’internet qui est comme un vaste studio de la mondialisation. En fait, Rubinstein ne touchait que le public qui se déplaçait pour le voir alors que Gould transforma le monde en un vaste studio d’enregistrement. D’une pierre deux coups : à la fois les studios d’Abbey Road et la salle Pleyel.

-Portrait de l’Artiste en Glenn Gould. Tractatus de Musica
de Maxence Caron. Postface de Romain Debluë. Pierre Guillaume de Roux, 214 p., 22,90 €

21.07.14

Permalien 17:05:10, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Hommage à Luis Ocaña qui s'est suicidé il y a 20 ans

Avec 110 victoires professionnelles, Luis Ocaña a été l’un des géants de la route.
Il incarnait la volonté, la rage de vaincre, avec l’attitude parfois grandiosement apeurée des toreros.
Le vainqueur du Tour de France 1973 reste dans le cœur de ceux qui connaissent vraiment le vélo.
Atteint d’une hépatite C suite à une transfusion sanguine on lui prédit un cancer du foie.
Condamné, il se suicide par arme à feu le 20 mai 1994.
Luis Ocaña mérite le respect. Et Lance Armstrong aussi car l’Américain a choisi de combattre la maladie jusqu’à la tuer, elle.

Principales victoires de Luis Ocaña (1945-1994):
Champion d’Espagne sur route 1968 et 1972
Tour de France 1973
Tour d’Espagne 1970
1 classement annexe de grands tours
Grand Prix de la montagne du Tour d’Espagne 1969
Tour de France (9 étapes)
Tour d’Espagne (6 étapes)
Critérium du Dauphiné libéré 1970, 1972 et 1973
Tour de Catalogne 1971
Tour du Pays basque 1971 et 1973
Grand Prix des Nations 1971

[Post dédié à Christian Laborde]

"Il a tué Jaurès", de Dominique Paganelli.( La Table Ronde)

Si l’on a peu de culture historique, on n’ignore pas que Jean Jaurès a été assassiné. Pour être exact le 31 juillet 1914, à 21 h 40, nous signale Dominique Paganelli qui a le bon timing. On peut se rappeler aussi que l’assassin du grand homme a pour patronyme Villain. Raoul Villain. Un nom pareil c’est inoubliable. Il le portait si bien ! Par contre, ce qu’on ne savait pas- moi en l’occurrence – c’est que ce sinistre individu a été jugé « non coupable d’avoir commis à Paris, un homicide sur la personne de M. Jaurès ». Au bout de cinq ans de prison, le tueur a été libéré ! Et surcroît, tous les frais de justice ont été réclamés à la veuve, Madame Jaurès.
Le plus grand militant socialiste de tous les temps, Jean Jaurès méritait que l’on connaisse enfin toutes ces précisions.
Le livre de Dominique Paganelli comble de sérieuses lacunes. Secoué par le verdict incroyable du procès de l’assassin de Jean Jaurès, Paganelli a voulu en savoir plus, pour notre plus grande satisfaction. Villain a été jugé par un jury populaire qui a délivré sa clémente sentence le 29 mars 1919, à 19 h 30. Presque cinq ans après les faits reconnus de tous. Grâce à Paganelli nous apprenons que le crime a été longuement préparé. Le criminel a approché plusieurs fois sa victime programmée. Il est allé en repérage. Oui, Villain a totalement prémédité son crime. Jaurès dérangeait les sots et les mal intentionnés parce qu’il était un pacifiste convaincu qui ne voulait plus voir de guerre. Villain a rôdé autour du domicile du grand dirigeant socialiste.
Comment a fini Villain ? L’assassin est mort sous les balles des Espagnols républicains en 1936.
Il aura survécu 22 ans à Jean Jaurès. 22 ans de trop.
Le livre de Paganelli présente des photos et des documents qui apportent beaucoup au texte. Il est bon de rendre hommage à Jean Jaurès, un politicien comme il n’en existe plus. Lui était habité par une cause et non pas guidait par l’argent. Son seul héritier est sans nul doute Pierre Mendès France.
Jaurès était un tribun de grande classe. Songeons qu’il se faisait entendre sans l’usage de micro. Ce qu’il disait n’était pas relayé par la radio et la télé, et pour cause !
Le livre de Dominique Paganelli, est un grand apport sur le crime commis sur l’un des plus grands français de notre Histoire. On peut et même on doit lire Les plus beaux discours du chef socialiste qui sont à notre disposition pour la modique somme de 3 €, chez Librio. En ce temps-là, les politiciens écrivaient leurs discours et n’avaient pas une flopée de « nègres ». Celui sur la jeunesse prononcé à Albi le 31 juillet 1903 contient toute l’humanité de son auteur. Il y a plus de 110 ans, Jaurès écrivait : « Qu’est-ce que la République ? C’est un grand acte de confiance et un grand acte d’audace. » Celui qui a été tué parce qu’il était contre la guerre nous a demandé de vivre en bonne intelligence dans le respect de chacun. Dans son ultime discours, le 25 juillet 1914, il reste hostile au bellicisme, et pronostique : «Quel massacre, quelles ruines, quelle barbarie ! »
Jaurès était un sage dans un monde de fous. Le sage a été assassiné. Les fous sont toujours là. La vigilance est de rigueur.

-Il a tué Jaurès, de Dominique Paganelli. La Table Ronde, 210 p., 16 €
-Les plus beaux discours, de Jean Jaurès. Librio, 125 p., 3 €

20.07.14

Mort de James Garner (1928-2014), le héros de Grand Prix

L’acteur James Garner a été retrouvé mort à son domicile à Los Angeles, le 19 juillet 2014.
Une fin identique de celle de William Holden.
Ce comédien a joué dans deux films cultes pour les amateurs de voitures et de motos.
1963 : La Grande Évasion (The Great Escape), de John Sturges, où il joue Flight Lt. Hendley « Le Chapardeur ».
1966 : Grand Prix, de John Frankenheimer qui le dirigea dans le rôle de Pete Aron.
Quand on est adolescent et que l’on voit ces deux films on ne les oublie pas.
Surtout pour les garçons qui ont besoin de s’affirmer dans leur identité.
J’ai vu ses deux films à leur sortie. D’aucuns diront qu’ils sont vieillots.
La Grande Evasion avec Steve McQueen. Quel choc ! Ah… les chevauchées en Triumph !
Grand Prix… Je l’ai vu à Nice au Rialto, en cinérama. L’écran était en arc de cercle. Immense. On voyait les F1 passer de gauche à droite. On tournait la tête comme pour suivre une balle de tennis en plein match. Dans le film tous les vrais pilotes de F1 jouaient des figurants.
Le Rialto faisait rêver tout Nice. Nous étions en 1966. C’était hier.
Merci à James Garner d’avoir fait rêver les garçons des années 1960.

Permalien 13:09:58, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Les adieux de Champion du monde Philipp Lahm

Voici le genre de joueur vraiment exceptionnel. Philippe Lahm a la classe et l’esprit. Il me manque déjà. Heureusement qu’il n’a annoncé sa retraite qu’au niveau de la sélection nationale. Avec 113 sélections, il quitte la Nationalmannschaft par la grande porte avec le titre mondial 2014 conquis au Brésil. A presque 31 ans, il dit : « Place aux jeunes. Il faut savoir s’en aller. J’ai tout connu depuis 2004… » En effet sa première cape remonte au 18 février de cette année-là, contre la Croatie (2-1).
« J’ai averti Joaquim Löw que j’avais l’intention d’arrêter après le Brésil et comme tout a été fantastique lors de ce tournoi, je pars sur une impression merveilleuse : celle des moments joyeux partagés avec des amis… » C’est sûr qu’il vaut mieux renoncer sur cette note-là plutôt qu’à la descente du bus de la honte de la France de 2010, à l’image de « Titi » Henry par exemple, et de quelques autres.
A propos de renoncement, il est très étonnant de voir des joueurs dire non à la sélection alors qu’ils sont encore en activité en club. D’après les statuts de la FIFA tous les joueurs sont sélectionnables dès lors qu’ils jouent. Et c’est les cas de Lahm lié au Bayern Munich jusqu’en 2018. Bon ! ne chipotons pas, Lahm mérite le repos du guerrier. Il a beaucoup donné. Exactement comme Paul Scholes qui fit le même choix. Scholes, Lahm, deux immenses footballeurs. Loin de la frime.
Le capitaine Lahm est un latéral de premier plan. Joueur hyper intelligent et très actif, il aimait monter en surnombre pour adresser des centres de grande qualité. Pas question de balancer le ballon n’importe. Il centrait dans la vraie peau d’un attaquant.
Au niveau du Panthéon des capés en Allemagne, il occupe le 4e rang derrière Matthaüs (150), Klose (137) et Podolski (113). L’actuelle cuvée contient donc de sacrés champions. Pour bien comprendre l’impact du groupe des années 2000, il suffit de constater que Franz Beckenbauer a juste dépassé la centaine de capes (103).
Qui pour porter le brassard de capitaine de la Mannschaft ? Bastien Schweinsteiger semble tout indiqué. Le vice-capitaine pourrait être Manuel Neuer. L’embarras du choix. La Mannschaft sera la favorite de l’Euro 2014, en France.

Permalien 05:56:40, Catégories: LITS ET RATURES  

Saisis au vol (Patrick Weiller) et La boîte noire (Marc Baconnet) chez Cohen&Cohen

Les éditions Cohen&Cohen ont une collection de polar, Artnoir, fort bien présentée.
Les livres sont noirs, avec la tranche de papier noire, plus un bout de tableau sur la couverture.
C’est la seule collection entièrement consacré aux thrillers se déroulant dans le milieu de l’Art. Voilà une thématique qu’il fallait développer et les éditions Cohen&Cohen s’y attèle de plus belle des façons.

A Toulouse quelqu’un achète un «petit cuivre hollandais du XVIIe ». Ainsi commence l’aventure dans Saisis au vol
L’enquête nous conduit aux Pays-Bas où il va se confronter à la découverte d’un meurtre. On se retrouve en Suisse, puis dans les Pouilles et en Sicile. Un scénario de film comme peu de scénariste savent en confectionner. Du cousu intelligent. Signé Patrick Weiller.

Marc Baconnet, lui, campe le départ de son récit dans la nuit du 11 avril 1934, au sein de la cathédrale Saint-Bavou de Gand, juste au moment où un panneau du célèbre polyptique de van Eyck, « L’adoration de l’agneau mystique » est découpé à la … scie ! L’œuvre empportée représente les « Juges intègres ». En février 2012, un éditeur reçoit le texte qui explique toute cette histoire. Pierre Decroit, ambassadeur, raconte tout… Le livre s’ouvre précisément sur l’ouverture d’une tombe car le 3 décembre 1942, la Gestapo en pleine nuit fait ouvrir une tombe mais le bout du retable n’y est pas caché. Dans ce polar, les noms ont un côté modianesque accentué par la présence mystérieuse du père.

-Saisis au vol, de Patrick Weiller. Cohen&Cohen, 150 p., 16 €
-La boîte noire, de Marc Baconnet. Cohen&Cohen, 208 p., 19 €

19.07.14

Permalien 20:06:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Jean Prévost (1901-1944), les 70 ans de sa mort

Mardi 29 juillet au 1er août 2014
«Sur les pas de Jean Prévost dans la Drôme»
Circuit découverte commenté, organisé en covoiturage
avec lectures in situ & pique-nique

Il y a 70 ans, Jean Prévost est tombé sous les balles nazies, le 1er août 1944 à Sassenage, en Isère.
L’écrivain incarne l’honneur de la littérature. A l’époque, les écrivains étaient ou collabos ou planqués le temps que ça se passe.
A la fin de la guerre, des auteurs se sont déclarés héros et les gens ont tout gobé !
Jean Prévost était un homme qui ne trichait pas. Il est mort car il voulait une France libre et pas question pour lui de traiter avec l’occupant.
Comme Camus, Prévost adorait le sport. Ce n’est pas un hasard. Ils étaient francs du collier.
Prévost pratiqua la boxe a un très bon niveau amateur.
Il adorait le football au point de l’imposer dans les pages de Marianne- le vrai journal, celui d’Emmanuel Berl.
Grâce à ses descendants et à Emmanuel Bluteau, la présence de Jean Prévost est encore parmi nous si l’on a du cœur.

A visiter le site officiel de l’écrivain:
http://www.jeanprevost.org/

Le jour consacré à sa célébration, il sera possible de visiter la maison des Valets où Jean Prévost a vécu, la Chapelle-en-Vercors (la Cour des Fusillés, maison de «Marseille »), Vassieux (sentier mémoire)…

Mardi 29 juillet 2014
• 9 h 45 : Rendez-vous sur la place de La Chapelle-en-Vercors.

Mercredi 30 juillet
Découverte de l’histoire de Vassieux
• 14 h 30
Circuit pédestre guidé et commenté.
Rendez-vous : place de Vassieux-en-Vercors. En partenariat avec le Musée de la Résistance de Vassieux.
• 20 h 30
« Jean Prévost dans le texte »
Spectacle de lectures de poèmes, d’articles, d’extraits de livres par la comédienne Paula de Oliveira.
Rendez-vous : Salle des fêtes de Saint-Martin-en-Vercors.

Jeudi 31 juillet
Randonnée pédestre en direction de la Fontaine de la Molière et Plénouze, avec possibilité de prolonger vers la Dent du Loup ou la Sure, en fonction du niveau du groupe et de la météo. Randonnée pour marcheurs confirmés, encadrée par des guides, 6 à 7 heures avec pique-nique.
Lectures de paysage, explications des combats, histoire du camp C3.

Nombre de participants limité, inscription indispensable par SMS au 07 81 57 61 92, au plus tard le mardi 29 juillet à 18 heures en précisant le nombre de personnes.
• 9 h 00 : Rendez-vous : Refuge des Feneys, accessible par la route à partir du col de la Croix Perrin.
Prévoir pique-nique, eau pour la journée, protection contre le soleil et la pluie.
• 20 h 30
– Projection du film Le Franc-tireur (1972),
en présence de son réalisateur, Jean-Max Causse.
Rendez-vous : Autrans – Salle des fêtes.

vendredi 1er août
• 10 h 30
– Hommage pour le 70e anniversaire de la mort de Jean Prévost
au Pont Charvet, aux Côtes de Sassenage.
• 17 h 30
– Conférence-débat sur le «Plan Montagnards »,
les rôles de Pierre Dalloz et de Jean Prévost
par Emmanuel Bluteau, journaliste et secrétaire général des Amis de Jean Prévost.
Présentation du livre Vérités sur le drame du Vercors (lecture d’extraits), en compagnie de Guillaume Dalloz, son fils et de Bernard Prévost, neveu de Jean Prévost.
Rendez-vous : Engins – Salle des fêtes.
En partenariat avec le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de l’Isère.

A lire: Aujourd’hui Jean Prévost. Spécial 70e anniversaire. Les caractères. Hommages, 1944-1945. La Revue des Amis de Jean Prévost. N°15/ 2014. 275 p., 15 €. J’y reviendrai.

18.07.14

Permalien 08:31:16, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Le gardien Manuel Neuer a inventé le handfootball

Il y a des évidences. Manuel Neuer, 28 ans, est actuellement non seulement le meilleur gardien du monde mais le meilleur joueur du monde.
Pourquoi meilleur joueur ?
Il fait la jonction avec le talent et le palmarès.
De surcroît, il est déterminant. Ses arrêts décisifs sont aussi importants que les buts inscrits par ses partenaires, et même encore plus importants.
Et ce n’est pas tout: Neuer, par ses dégagements à la main, relance toute son équipe. Il fait vraiment une passe, sautant le milieu de terrain. Prodigieux. Donc à la fois goal, récupérateur et relanceur.
On dirait un gardien de handball. Il a inventé le handfootball.
J’ai toujours aimé les gardiens, poste à part.
Pendant les matchs quand l’action est à l’opposé, je les observe aussi.
Leur concentration est exemplaire.
Neuer est impressionnant, comme l’était Yachine.
Peter Schmeichel fut un grand goal mais je reconnais que Neuer est de la dimension supérieure.
L’Allemand a la main ferme, très ferme. Il n’a pas de points faibles.
Devant lui, il ne faut jamais tirer de corners. Il prend toutes les balles hautes.
Les entraîneurs adverses sont vraiment stupides de ne pas dire à leurs joueurs de jouer les corners à deux, “à la rémoise".
Neuer doit avoir le Ballon d’Or ou alors ce trophée ne vaut pas plus que celui qu’a reçu Messi, élu meilleur joueur de la Coupe du Monde 2014. Ce qui a fait rire la terre entière. Le vainqueur est un perdant. Grotesque.

Manuel Neuer, né le 27 mars 1986 à Gelsenkirchen.

Parcours
2006-2011 Schalke 04
2011 Bayern Munich


Palmarès
Schalke 04
Coupe d’Allemagne 2011.
Supercoupe d’Allemagne 2011.

Bayern Munich
Coupe du monde des clubs de la FIFA 2013.
Ligue des champions de l’UEFA 2013.
Supercoupe de l’UEFA 2013.
Bundesliga 2013 et 2014.
Coupe d’Allemagne 2013 et 2014.
Supercoupe d’Allemagne 2012.

NationalMannschaft
Euro espoirs 2009.
Coupe du monde 2014.
Troisième de la Coupe du Monde 2010.

Permalien 00:25:16, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

"Mes assistants à MU ont plus de titres que Chelsea et Man City réunis!" (Louis van Gaal)

Enfant, j’ai tout de suite compris que le sport fabriquait de l’actualité heureuse, en marge de la folie. En 2014, la folie meurtrière rode plus que jamais à plein d’endroits sur la planète. Où est le ballon, svp ?

-«J’ai travaillé dans le club numéro 1 en Espagne, aux Pays-Bas et en Allemagne. Maintenant, je suis à Manchester United - numéro un en Angleterre. C’est le plus grand club du monde», a déclaré Louis Van Gaal lors de sa première conférence de presse comme manager de Manchester United.

-«L’Espagne m’a vu réussir dès ma première année, l’Allemagne aussi. En Angleterre, cela doit aussi être possible. Pour moi, l’objectif est de finir premiers, pas quatrièmes. J’ai une philosophie forte. Sir Alex Ferguson avait la même, et a gagné beaucoup de titres. J’espère pouvoir le faire aussi. Mes assistants ont plus de titres que Chelsea et City réunis. Nous allons trouver un rôle pour Paul Scholes et Phil Neville, en plus de Ryan Giggs.»

Que va-t-il se passer ?

-«Ma méthode est toujours la même. Bien sûr, je sais comment les joueurs jouent. Mais dans les trois ou quatre premières semaines, je dois voir comment les joueurs assimilent ma philosophie et à quelle vitesse. Le marché des transferts ? Il est très important et il faut voir s’il y a un déclic entre joueurs et le coach. Si ce n’est pas le cas, peut-être que je vais en acheter d’autres».

José Mourinho a trouvé un client ! Van Gaal a la langue bien pendue.
Va y avoir du spectacle en salle de presse. Cela nous change de la déplorable communication de David Moyes, puceau de l’horreur médiatique. Van Gaal sait jouer avec la presse qu’il tient en respect.
Il lui faudra vite des résultats car il a mis la barre haut: 1er. J’ai hâte d’y être.
Le langage corporel du coach est topissimo !
Ce qu’il a dit sur le palmarès de ses assistants issus des rangs de MU est grandiose.
Quel tacle à Chelsea et à City dont on peut lire leur palmarès respectif en un coup d’œil !

Permalien 00:22:49, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le Red Devil Rio Ferdinand signe à Queens Park Rangers

En 454 matchs sous le maillot de Man United, l’arrière central Rio Ferdinand, 35 ans, a gagné 15 titres avec MU.
Il formait une solide charnière défensive avec Vidic.
Merci au flamboyant winner.
D’aucuns vont ressortir des lièvres du placard. Pas moi. Je ne conserve que de bons souvenirs avec lui.
Son visage si expressif allait bien à MU.
Il a une grinta d’enfer. De surcroît, il prend rarement des cartons.
A l’heure qu’il est, MU n’a plus de grands défenseurs centraux. Il y a un grand boulevard à la place.
Van Gaal a un gros chantier.
J’aime beaucoup Rio Ferdinand. On peut aller au combat avec lui.
On n’oubliera pas de sitôt un tel défenseur. Même à 60 %, il faisait un grand match.

Palmarès de Rio Ferdinand à Man United (2002-2014)

Coupe du monde des clubs 2008
Ligue des champions 2008
6 Championnats d’Angleterre 2003, 2007, 2008, 2009, 2011 et 2013
2 League Cup 2003 et 2006
5 Community Shield 2003, 2007, 2008, 2011 et 2013

17.07.14

Permalien 23:40:48, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Essai sur le Lieu Tranquille, de Peter Handke (Arcades/ Gallimard)

« Si je n’ai cessé tout au long de ma vie, aux quatre coins du monde en somme, de fréquenter, sans nécessité particulière, les Lieux Tranquilles, n’est-ce pas l’expression, sinon d’une fuite de la société, du moins d’un dégoût de celle-ci, d’une répugnance envers toute société ? »
Et voilà tout est dit. Force est de constater- sans jeu de mots- que la totalité de la planète adore les « Lieux Tranquilles » qu’on appelle aussi lieux d’aisance. Beaucoup y lisent. Handke n’y écrit pas, en tout cas pas des livres. Chez Bunel, on y mangeait entre deux défécations autour d’une table, dans la salle à manger, pleine de convives les uns plus inintéressants que les autres.
Peter Handke ne manque pas d’humour mais cet essai rend surtout hommage à son enfance quand la presse servait de papier hygiénique. A cette époque les journalistes étaient moins prétentieux étant donné la finalité de leurs articles. Pour Handke le Lieu Tranquille n’est pas un enfermement, rien à voir avec un univers carcéral. C’est un espace de liberté, là où personne ne rentre en même temps que lui. Un endroit de méditation.
Alors que je pensais à L’Eloge de l’ombre, je tombe précisément sur son évocation par Peter Handke. Ce n’est pas un hasard. Le quotidien, le bois, le mat et non pas le laqué c’est la marque de fabrique de Tanizaki et de Peter Handke. L’auteur de Faux mouvement préfère les perdants aux gagnants, et sans doute la nuit au jour. C’est un nyctalope. La nuit de pleine lune, pas celle éclairée par la lumière bleue des télévisions. Handke est très proche de l’univers de certains japonais dont celui du cinéaste Ozu. Un lieu de parenté, une filiation d’esprit. Une façon de voir le linge pendu qui claque au vent. De traînasser dans les cafés pour parler aux gens simples, ceux qui ne trichent pas.
Avec Essai sur le Lieu Tranquille nous retrouvons la veine d’ Essai sur la fatigue, Essai sur le juke-box et Essai sur la journée réussie. Un art de parler de ce dont le monde se moque. Le quotidien le plus banal d’où Peter Handke extirpe toujours du merveilleux.

-Essai sur le Lieu Tranquille
de Peter Handke. Traduit de l’Allemand par Olivier Le Lay. Arcades/ Gallimard, 89 p. , 9,50 €.

Permalien 15:36:33, Catégories: GRAND MONSIEUR, HENDRIXEMENT  

Mort du guitariste Johnny Winter (1944-2014) en plein été

Un documentaire va bientôt sortir sur lui.

Sur la page Facebook de Johnny Winter, sa famille annonce sa mort.
Le légendaire guitariste a été retrouvé inerte dans sa chambre d’hôtel en Suisse.
Il y a trois jours, il jouait sur scène à Cahors.
Johnny Winter que j’appelle Johnny Guitare est une icône de la guitare. Un monstre sacré dans le sillage d’Hendrix et Clapton.
Il savait revisiter les titres et envoyer la musique à sa façon.
Enfant de Woodstock pour l’éternité.
L’albinos du Texas jouait depuis son adolescence.
On le reconnaît sans le voir grâce à sa limpidité, une fluidité grandiose.
Dans les années 1970, il était une rock-star planétaire.
Outre son immense talent de musicien, il avait aussi une superbe voix.
C’était un rescapé de l’héro. A 70 ans, il a payé l’addition. Cash.
Beaucoup de rab. par rapport au destroy des années 1970.
Il n’y voyait presque plus mais son touché était intact.
Comme Miles Davis- trompette of course ! - comme Santana, un son suffit à l’identifier.

Permalien 00:00:02, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Le Red Devil Louis van Gaal a pris ses fonctions de manager de Manchester United, le 16 juillet 2014

Quand David Moyes a été nommé manager de MU en juillet 2013, j’ai cru que les joueurs l’imposeraient.
Erreur, les joueurs sont devenus moins bons avec Moyes. Ils ont tous perdus 50% de leur talent quand ils en avaient.
MU a bien réussi à l’extérieur mais ce fut une catastrophe industrielle à Old Trafford.
Cette fois je ne fais plus de plans sur la comète.
Je note que van Gaal a une très forte personnalité. C’est plutôt bon signe.

16.07.14

Permalien 23:49:27, Catégories: THE RED DEVILS, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

L'hommage de Sir Ferguson à son ami Di Stefano

“La grande question qui revient sans cesse, c’est:
-Qui sont les plus grands joueurs ?
Il y en a pléthore:
Cruyff, Maradona, Pelé, Puskas et Di Stefano. Di Stefano était l’un des plus grands pour moi.”
Sir Alex cite les mêmes joueurs que moi mais dans le désordre.
Si l’on tente un ordre: Pelé, Maradona, Di Stefano, Puskas et Cruyff.
Platini, Zidane, Ronaldo, C. Ronaldo, Messi ne changent pas la hiérarchie du 5 majeur.

“Mon plus grand souvenir, c’est Aberdeen qui bat le Real Madrid en finale de la Coupe des vainqueurs de coupe en 1983 [2-1]. Il était l’entraîneur des Madrilènes à l’époque. C’était un honneur d’affronter Di Stefano. Ce que j’ai fait, par respect pour lui, c’est que je lui ai offert une bouteille de whisky écossais la veille du match quand on s’est entraînés sur la pelouse de la finale. Ils s’entraînaient les premiers, et nous après. À la fin, dans le tunnel, j’ai dit :
- “M. Di Stefano, j’aimerais vous faire un petit cadeau.”
Il a été vraiment surpris. Il ne comprenait pas ce que je lui disais évidemment. Je ne parlais pas espagnol, il ne parlait pas anglais. Mais on s’est compris, et il m’a remercié. Au Real, c’était des stars. Mais Aberdeen était une équipe en pleine ascension, une équipe du cru, tous Écossais. Et après le match, il a été très très généreux. Il a dit :
-"Aberdeen est une équipe que l’argent ne peut pas acheter. Cette équipe a une âme, et un esprit de famille”
Ces paroles m’ont touché au cœur. On ne pouvait dire mieux pour féliciter une équipe de football. C’était très généreux de sa part. Les quelques fois où on a joué contre le Real Madrid, il était toujours au match, toujours à la réception. Il était là lors de la commémoration de la tragédie de Munich, il est venu avec les joueurs du Real Madrid. Madrid avait joué contre Manchester United en demi-finale l’année précédente, tout comme après le drame en 1958. Il était toujours l’attraction du Real Madrid, à chaque déplacement. Il a eu une vie fantastique et je suis fier de l’avoir côtoyé un peu.”

Permalien 11:33:34, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Mes Tours de France, de Michel Bernard (La petite vermillon/ La Table Ronde)

«L’habitude est une forme accessible de l’éternité. » Tout le style de Michel Bernard est dans cet aphorisme. Elégance et vérité. Cela sonne juste.
Tout son livre sur le Tour de France, publié la première fois en 1999 à L’Age d’Homme, est un hymne à la littérature par le biais du sport. Michel Bernard appartient à la grande lignée des écrivains qui se consolent avec le sport : de Platon à Nucéra, en passant par Cravan et Blondin. Le cyclisme, par exemple, demande tant de qualités humaines qu’il est bon de les retrouver à l’air libre affichées par des hommes qui prônent le dépassement de soi.
Dans son livre, Michel Bernard met noir sur blanc l’essence du vélo, l’âme des cyclistes. C’est la France de la lanterne rouge qui rejoint celle des champions. Michel Bernard sait voir dans un monde de voyants aveugles. Il va à la pêche aux souvenirs qu’il remonte à la surface de la vie, la sienne et la nôtre.
Le vélo c’est l’école de la souffrance.
Quand un footballeur est fatigué, ou dans un mauvais jour, il peut donner le ballon à un partenaire, à l’inverse d’un cycliste, condamné à pédaler pour survivre. Les cyclistes ont souvent la langue bien pendue. Ainsi Anquetil disait : « Il faut grimper vite les cols et les descendre doucement, et non pas le contraire ». Les écrivains aiment souvent les cyclistes car ils s’identifient à leurs efforts. Avancer, toujours avancer, sous peine de faire du surplace, sur la route comme dans les idées.
Michel Bernard est un maillot jaune de la langue française.
Il se dope à l’intelligence, à l’esprit et à la poésie.
Il aime Charles Trenet, le vélo et Maurice Genevoix, entre autres merveilles. Beau tiercé.
Ses Tours de France contiennent toute la magie du sport et bien sûr la magie littéraire. Il faut savoir agencer les mots comme un peintre la peinture. Dire ce qu’on a vu ne suffit pas. Il faut savoir comment le dire.

-Mes Tours de France
de Michel Bernard. Préface de Louis Nucéra. La petite vermillon/ La Table Ronde, 152 p. , 7,10 €

15.07.14

Permalien 23:07:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Paul Léautaud sur France Inter jusqu'au 18 juillet. Un homme qui parle vrai.

Paul Léautaud
Jean Lebrun sur France Inter

Du 14 au 18 juillet 2014 à 20 h 30

Jusqu’au vendredi 18 juillet, de 20h30 à 21 h, France Inter rediffuse de larges extraits des Entretiens de Paul Léautaud avec Robert Mallet.
Je vous conseille d’écouter cette série des Entretiens Léautaud-Robert Mallet véritable catharsis des ondes.
Un lieu commun veut qu’un journaliste ne doit pas a être tout acquis à son interlocuteur au nom de l’impartialité. Foutaise !
Robert Mallet était très ami avec Paul Léautaud. Cela ne l’a pas empêché de faire une remarquable émissions en plusieurs volets.
Ce qui compte c’est la compétence. Le talent. Mallet avait aussi celui de se taire quand les intervieweurs d’aujourd’hui se mettent plus dans la lumière que les interviewés.
Il s’agit de radio et non pas de télévision. Les mots n’en sont que plus forts.
Léautaud ? C’est un pétillement d’esprit qui se renouvelle sans cesse.
L’esprit fuse dans chaque réponse. De temps en temps, un rire fantastique. La dent magnifiquement dure. Il n’invente rien. Il transcende tout. Cela s’appelle la littérature. Parfois divinement de mauvaise foi ! Toujours intelligent.
Plus il parle de lui, plus il parle de nous.
C’est la marque des grands.

Le lien pour écouter et réécouter les émissions:
http://www.franceinter.fr/emission-re-lectures-paul-leautaud-l-enfance-rue-des-martyrs

[Post dédié à Michel Dalloni]

Permalien 19:21:54, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

1 000 000 d'Allemands ont reçu les Champions du Monde 2014

Les Allemands sont rentrés à la maison avec le trophée. Le même jour, la FIFA a délivré ses statistiques: le gardien allemand Neuer a fait plus de passes que Messi !

Les champions du Monde 2014 lors de la finale
Neuer - Lahm (Cap.), Boateng, Hummels, Howedes - Kramer (A. Schürrle 32e), Schweinsteiger - Muller, Kroos, Özil (Mertesacker, 120e)- Klose (Götze, 88e)
Sélectionneur: J.Löw

Les autres joueurs allemands qui étaient présents dans la sélection au Brésil: Zieler, Weidenfeller, Podolski, Draxler, Ginter, Großkreutz, Khedira, Durm

La cuvée germanique 2014 connaît ce qu’a connu la France 1998.
Il est beau de voir des amis ensemble, des amis qui ont fait quelque chose de grand, de très grand.
Battre le Brésil au Brésil 1-7 en 1/2 finale de la Coupe du Monde c’est encore plus grand que l’exploit des Hongrois qui avaient étrillé les Anglais en Wembley dans les années 1950, en match amical.
L’Allemagne a remporté la Coupe du Monde au Brésil et non pas en Allemagne.
A l’Euro 2016, les Allemands seront favoris.
La France devra gérer la pression et surtout ne pas faire comme le Brésil qui a passé son temps à avoir peur, à pleurnicher pour un oui, pour un non. Le langage corporel du Brésil fut une catastrophe totale. Il était dans le rouge dès l’hymne. Quelle dépense d’énergie ! Quelle perte d’adrénaline !
Bravo aux Allemands !
L’Allemagne mérite mille fois sa victoire. La meilleure équipe ne gagne pas toujours. Cette fois, oui.

14.07.14

Permalien 14:43:02, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Nous devons aimer la Mannschaft sur le toit du monde

Les Bleus, la Seleçao, la Céleste, l’Albiceleste, la Squadra… rien que des noms doux.
La Mannschaft ! Un nom dur qui claque aux oreilles. Un nom qui fait peur !
C’est la porte ouverte à tous les fantasmes.
On n’aime pas la Mannschaft car elle a fait mal à Puskas, à Cruyff, à Platini et maintenant à Messi.
L’Allemagne c’est aussi le délicat toucher de balle de Wolfgang Overath, champion du Monde 1974.
Je rêve d’un Bastian Schweinsteiger français. Quel don de soi ! Vous l’avez vu à la fin de la finale ?
Le visage fracassé comme un boxeur.
Schweinsteiger mérite chaque saison le Ballon d’or mais il ne l’aura jamais.
Les gens préfèreront toujours James Rodriguez à Paul Scholes comme Paul Newman à Michel Simon.
L’Allemagne du football a un problème d’image:
Allemagne-Argentine ce fut une nouvelle fois Hitler face à Jorge Luis Borges.
A part les Allemands, personne n’aime l’Allemagne.
Et aucune agence de com. ne pourra enlever Hitler de la tête des gens!
Mieux vaut se promener avec Libé qu’avec Le Parisien. L’esprit du public est déformé par les préjugés.
Les footballeurs allemands de 2014 se comportent comme les joueurs des années 1950: aucune frime, rien que du jeu.
Pas de Beckhamisation chez eux. Rien que de la Klosisation, pure et dure.
Quand on voit le look dans les autres équipes, on se demande si on est sur un terrain ou sur un podium de défilé.
Les Allemands n’ont pas oublié que le football est un sport de duels, de contacts.
Les Allemands savent tous jouer sans ballon, ils ont l’intelligence de jeu.
Le groupe allemand 2014 était composé d’anciens et de jeunes. La mayonnaise a pris.
Oui, j’aime les Allemands de Löw qui ont mérité leur trophée.
Les joueurs de Löw n’étaient pas nés en 1982, a dit Didier Deschamps.
Ils l’étaient d’autant moins en 1939-1945.
Vladimir Jankélévitch ne voulait plus entendre parler de l’Allemagne.
On pouvait le comprendre.
Vive l’Allemagne !

Permalien 14:31:31, Catégories: GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Après Froome, Contador abandonne le Tour de France. Hommage à Lance Armstrong, l'homme qui en savait trop

Malgré tout le mal qu’on lui a fait, Lance Armstrong conserve sa passion pour le vélo. Et quel humour ! Je me demandais ce qu’il était devenu. Il a repris du poil de la bête: il pète le feu. Resplendissant. Il respire la santé. Un exemple de volonté.

Lance Armstrong savait éviter la chute.

Et quand il tombait, il se relevait.

Dans le Tour de France 2014, les novices et les incultes découvrent les chutes. Visiblement, ils ne connaissent pas Fabio Casartelli. Et encore moins Giulio Bartali et Serse Coppi.
Je conserve toute mon admiration pour Lance Armstrong.
Admiration et respect.
C’est l’un des plus grands sportifs de l’Histoire de l’Humanité.
Son charisme rejoint celui des héros de l’Antiquité célébrés par Platon.
Armstrong a-t-il oui ou non évité d’innombrables chutes pour gagner 7 Tours de France ?
La réponse est oui, oui, oui, oui, oui, oui et oui.
Le vainqueur du Tour de France 2013 est déjà à la maison alors que le TDF 2014 vient de commencer.
Il ne doit pas se doper assez !
Après l’abandon précipité de Froome c’est Contador, double vainqueur, qui a renoncé au TDF suite à sa chute lors de l’étape du 14 juillet 2014.
Du coup, les 7 Tours de l’Américain reviennent comme autant de boomerangs. Quelle est le produit dopant qui a empêché le champion d’aller sur le macadam ?
Comme Armstrong se remettait toujours en selle après une chute, ils l’ont fait chuter devant les peaux d’hermine.
Armstrong a beaucoup de bourreaux mais très peu d’avocats.
Reste une poignée d’A(d)MI(rateur)S qui ne le laisseront jamais tomber.
La preuve, lisez Christian Laborde:
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/07/14/31003-20140714ARTFIG00084-tour-de-france-c-est-la-chute-finale.php

Permalien 02:24:26, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

L'Allemagne rajoute une 4e étoile à son maillot et Manuel Neuer mérite le Ballon d'Or

Finale de la Coupe du Monde 2014
Dimanche 13 juillet
Allemagne 1-0 Argentine

But pour la Mannschaft: Mario Götze (113e)

Les champions du Monde 2014
Neuer - Lahm (Cap.), Boateng, Hummels, Howedes - Kramer (A. Schürrle 32e), Schweinsteiger - Muller, Kroos, Özil (Mertesacker, 120e)- Klose (Götze, 88e)
Sélectionneur: J.Löw
Les autres joueurs allemands: Zieler, Weidenfeller, Podolski, Draxler, Ginter, Großkreutz, Khedira, Durm

Les Allemands sont moins glamour que les Brésiliens mais question football ils n’ont pas de leçon à recevoir.
Ils ont laissé passer l’orage argentin pour marquer un superbe but avec contrôle de la poitrine et frappe victorieuse. Du très grand art devant une solide équipe argentine. Le but de Mario Götze sur centre de Schürrle est un but d’anthologie.
Une équipe qui a sorti le Brésil 1-7 sur son sol en 1/2 mérite mille fois de gagner la Coupe du Monde 2014.
C’est ce qu’a fait l’Allemagne, à juste titre.
L’Argentine a eu des occasions mais Messi n’est pas parvenu à marquer car ses partenaires n’arrivent pas toujours à se mettre à son diapason. En sélection nationale, Messi est un Maradona Canada Dry.
Le jury de la FIFA a élu Messi meilleur joueur du tournoi. Faux, Robben lui a été supérieur. D’ailleurs quand on lui a remis le trophée, Messi n’a pas esquissé la moindre joie. Perdu dans sa digne tristesse.
Neuer a été élu meilleur gardien. Ce n’est que justice. Il mérite le Ballon d’or car en plus il a remporté la C1 !
Cette Coupe du Monde a été une grande réussite sportive.
Grande nouvelle: le football n’est pas truqué car le Brésil pays organisateur a été malmené dès le premier match et rien ni personne n’a pas pu résoudre ses nombreux problèmes.
Mention spécial pour Miroslav Klose, 36 ans, qui en quatre Coupes du Monde est devenu meilleur buteur de l’Histoire de la World Cup: avec 16 buts(5 en 2002, 5 en 2006, 4 en 2010, 2 en 2014).

Le palmarès officiel de la Coupe du Monde

Vainqueur de le World Cup: Allemagne

Ballon d’Or adidas : Lionel Messi (Argentine)
Auteur d’un but et d’une passe décisive contre la Bosnie-et-Herzégovine (2-1), d’un but contre l’Iran propulsant l’Argentine en huitième de finale, d’un doublé contre le Nigeria (3-2) et d’une passe décisive a Angel Di Maria à la 118e minute qui a donné la victoire à l’Albiceleste contre la Suisse. En demi-finale, il propulse ses coéquipiers en finale suite à son tir au but contre les Pays-Bas. Hélas ! en finale son parcours se termine car sans Di Maria la sélection argentine avait perdu son élément très remuant.

Ballon d’Argent adidas : Thomas Müller (Allemagne)
Il a ouvert la voie contre le Brésil, donnant accès au plus grand carton jamais encaissé par la Seleçao 1-7 !
Renard des surfaces, c’est un danger constant.

Ballon de Bronze adidas : Arjen Robben (Pays-Bas)
Au four et au moulin de sa sélection, Robben a été l’animateur infatigable des Pays-Bas.
A coup sûr le meilleur du tournoi.

Soulier d’Or adidas : James Rodriguez (Colombie)
Avec 6 buts, 2 passes décisives, le milieu offensif colombien a été capital dans les premiers assauts des Cafeteros. Ses buts ? Contre la Grèce (3-0), buteur et passeur décisif pour Juan Quintero face à la Côte d’Ivoire (2-1), buteur et passeur contre le Japon, doublé contre l’Uruguay. Les Cafeteros ont fêté la première qualification de leur histoire pour les quarts de finale, et un penalty contre le Brésil.

Soulier d’Argent adidas : Thomas Müller (5 buts, 3 passes décisives)

Soulier de Bronze adidas : Neymar (4 buts, 1 passe décisive)

Gant d’Or adidas : Manuel Neuer (Allemagne)
Vainqueur de la Ligue des champions de l’UEFA, de la Coupe du Monde des Clubs avec le Bayern Munich, le gardien de l’Allemagne Champion du Monde est aussi Gant d’Or adidas du tournoi mondial. Le goal n’a encaissé que quatre buts en sept matches. Authentique libéro aérien, il vole dans la surface, captant presque tous les ballons aériens sur jusqu’à l’angle des 16 mètres et il a la capacité à faire des passes décisives en relançant à la main, transformant le ballon en discobole. Neuer est du niveau de Yachine par ses réflexes et son autorité. Comme l’ex immense goal de la Russie soviétique, il doit recevoir le Ballon d’Or. Nota Bene: au cours de l’une de ses nombreuses sorties, il aurait pu être sanctionné d’un penalty pour sa “Schumacher” sur Higuain à la 56e minute.

Jeune Joueur Hyundai : Paul Pogba (France)
Désigné meilleur espoir de cette Coupe du Monde, parmi les joueurs nés après le 1er janvier 1993, le Tricolore a disputé les cinq matches de la France au Brésil: auteur d’une passe décisive contre la Suisse (5-2), buteur contre le Nigeria (2-0), le déjà Ballon d’Or adidas de la Coupe du Monde U-20 de la FIFA devra plus contrôler ses nerfs car il a provoqué un coup franc inutile contre les Allemands qui amena l’unique but du match, celui qui écarta la France en 1/4 de finale.

Prix du Fair-play de la FIFA : Colombie

13.07.14

En tout, l'Allemagne et l'Argentine ont disputé 10 des 20 finales de la Coupe du Monde

Si Messi (Argentine) brille lors de la finale, il sera Ballon d’Or. Si Neuer (Allemagne)sort encore un grand match, il peut le devenir aussi comme Yachine (URSS). Robben (Pays-Bas) a également marqué la compétition. On peut élargir la liste à Di Maria (Argentine).

Dimanche 13 juillet 2014 (21 h)
Finale de la XXe Coupe du Monde
Allemagne - Argentine

L’Allemagne jouera en blanc car elle a gagné le tirage au sort.
Comme l’Allemagne reçoit au Maracaña dans le vestiaire… du Brésil, elle a un ascendant sur l’Argentine qui doit jouer avec son maillot bis, le bleu avec lequel elle a perdu la Coupe du Monde 1990 devant la Blanche Allemagne.
Quand l’Argentine a gagné en 1986, elle jouait avec le maillot albiceleste traditionnel et l’Allemagne, elle, avec son maillot de rechange, le vert. Vous me suivez ?

Albiceleste ou Mannschaft ?
Les deux surnoms des sélections ont une sonorité si douce ou si dure.

En 1930, l’Argentine a perdu la finale de la première Coupe du Monde devant l’Uruguay (2-4)

En 1954, les Allemands battent la Hongrie de Puskas. (3-2) Lors de cette première Coupe du Monde de l’après-guerre, il y a une grosse suspicion de dopage au sein de la Mannschaft.

En 1966, les Anglais gagnent chez eux face aux Allemands. (4-2, après prolongations)

En 1974, les Allemands chez eux ont battu les Pays-Bas de Cruyff. (2-1)

En 1978, les Argentins ont gagné chez eux devant les Pays-Bas (3-1)

En 1982, l’Italie bat assez facilement les Allemands (3-1)

En 1986, l’Argentine a battu l’Allemagne de juste 3-2. Après avoir mené 2-0, les Argentins ont vu les Allemands revenir à 2-2. Il a fallu que Maradona lance en profondeur Burruchaga afin que le score sourit définitivement à l’Argentine.

En 1990, l’Allemagne a gagné la finale à Rome grâce à un penalty de complaisance. (1-0) Il fallait que Maradona perde et il a perdu. En 1/2, l’Argentine avait éliminé l’Italie, pays organisateur, à Naples, le fief de Maradona. Maradona a été volé comme Puskas en 1954, avec la Hongrie. (1-0)

En 2002, le Brésil de Ronaldo s’impose devant les Allemands. (2-0)

La preuve donc que les Allemands ne gagnent pas toujours.
Sept fois finalistes (1954, 1966, 1974, 1982, 1986, 1990, 2002), les Allemands n’ont triomphé que trois fois (1954, 1974, 1990).
Les Allemands ont gagné en finale contre la Hongrie (1954), les Pays-Bas (1974) et l’Argentine (1990).
Les Allemands ont perdu en finale contre l’Angleterre (1966), l’Italie (1982), l’Argentine (1986) et le Brésil (2002).

Le cliché veut que l’Allemagne soit violente genre footballeurs panzers.
C’est vrai - H. Schmacher/Battiston- mais ce n’est que ça. Les Allemands ont toujours eu de grands techniciens dans la Mannschaft.
Les Allemands sont très doués pour composer un groupe homogène.

Les Argentins, eux, sont les Allemands de l’Amsud.
On dit des Argentins qu’ils descendent non pas du singe mais d’un bateau car leurs ancêtres sont venus d’Italie.
Il suffit de lire les noms des joueurs de l’Albiceleste de 2014: Romero, Basanta, Campagnaro, Otamendi, Zabaleta, Banega, Biglia, Mascherano, Di Maria, Lavezzi, Messi et Palacio pour ne citer qu’eux.

L’Allemagne et l’Argentine pratiquent un football assez similaire.
Pas question pour ces deux pays de conter fleurette.
Ils considèrent le football comme une “guerre". Le football est un sport de contacts.

De manière complétement surprenante, les Allemands ne pratiquent pas le rugby de haut niveau tandis que les Argentins, oui.
On voit que ces deux pays sont à la fois proches et éloignés. Répulsion, attraction. Parfait pour une finale.
Lors du tournoi mondial 2014, les Argentins sont parvenus en finale sans avoir jamais été mené au score.
Au cours des duels passés, le virtuose Messi n’a jamais marqué un but au quasi imbattable Neuer.
Allemands ont créé la sensation en éliminant le Brésil, pays organisateur, par 1-7, score hallucinant.
Attention ! les finales sont rarement belles. L’important c’est de la gagner.
Elle s’annonce grandiose entre deux Titans du football mondial.
Les Allemands ont déjà remporté trois Coupes du Monde. Les Argentins, deux.
Pour qui la nouvelle étoile ?

12.07.14

Permalien 19:19:43, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Les Pays-Bas de van Gaal, van Persie et Arjen Robben quittent le Brésil par la grande porte

Le remarquable Arjen Robben, intelligent et facétieux, restera dans les annales l’un des meilleurs joueurs de cette Coupe du Monde. Avant la finale, il a été le meilleur footballeur du tournoi. S’il avait atteint et gagné la finale, il aurait fait un superbe Ballon d’Or. Le verdict du dernier Ballon d’Or qui a classé Ribéry avec Robben est totalement grotesque.

Samedi 12 juillet 2014
Coupe du Monde
Match des perdants pour la 3e place
Brésil 0-3 Pays Bas

Buts pour les Néerlandais: R. van Persie (3e pen.) D. Blind (16e), G. Wijnaldum (90e +1)

D’habitude ce match est atroce, parce que les deux équipes qui s’affrontent n’ont pas réussi à ce hisser en finale.
Les supporters des deux camps en ont gros sur la patate.
Cette fois ce fut intéressant car le Brésil pays hôte était tombé si bas (1-7) contre les Allemands en 1/2 finale qu’on voulait voir s’il allait se relever ou chuter plus bas.
La réponse est sans appel: le Brésil a de nouveau pris un carton 0-3 !
On a vu des joueurs des Pays-Bas très solide en défense avec un Robben impérial en attaque.
Les Pays-Bas confirment qu’ils sont un grand pays de football. Ils quittent invaincus ce tournoi, sauf aux tirs au but contre l’Argentine.
Le Brésil a fait pitié. Des joueurs très faibles, de surcroît avec un mauvais esprit.
En 1/2 finale, David Luiz a failli casser le genou de Thomas Muller. Il aurait dû prendre un carton rouge.
Au cours de ce tournoi, le Brésilien n’a eu aucun système de jeu.
Privé d’artistes- hormis le blanc-bec Neymar- le sélectionneur Scolari a été incapable de trouver des garçons en mesure de tenir la maison auriverde. On n’a vu que des adultes immatures qui ont passé leur temps à pleurnicher. On ne part pas à la guerre avec des pleureuses.
Lors de la finale Argentine-Allemagne, les fans brésiliens seront pour les Allemands, leurs bourreaux !
L’Allemagne a gagné le tirage au sort: les Allemands joueront en blanc, comme lors de leur victoire finale en 1990 en Italie contre les Argentins qui jouaient en bleu… comme en 2014.

Permalien 11:28:43, Catégories: SPECIAL MARADONA, LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Hommage à Alfredo Di Stéfano (1926-2014). L'Argentine de Messi n'a porté le deuil que 45 minutes.

L’Argentine a disputé la première mi-temps de la 1/2 finale de la Coupe du Monde 2014 avec un brassard noir.
Au retour des vestiaires, les joueurs de l’Albiceleste n’avait plus de brassard sauf Messi qui portait celui du capitaine.
Les Argentins ont battu les Néerlandais aux tirs au but après le 0-0 au terme des prolongations. Le goal argentin, Romero, a stoppé deux tirs des Néerlandais
De manière symbolique, l’Argentine n’a porté le deuil que 45 minutes de l’un des cinq meilleurs joueurs de l’Histoire du football mondial.
On oublie vite dans le football. Preuve en est le classement des 100 plus importants joueurs de l’Histoire de la Coupe du Monde.
Dans la liste de L’Equipe, publiée le 11 juillet 2014, il n’y avait pas Raymond Kopa. Quel accro à la dentelle !
Le lendemain le quotidien a fait de plates excuses. La disparition de Kopa aurait été causée par “un dribble informatique", nous dit-on. Genre un malencontreux copier-coller. C’est comme si l’on faisait un hit-parade des Yéyés sans Johnny Hallyday.
Dans ce classement, Puskas est classé 12e. Si ça leur chante.
Di Stefano n’y est pas. Logique, il n’a jamais participé à la Coupe du Monde.
Dans ce classement de L’Equipe, je mettrais l’Allemand Berti Vogts qui a marqué à la culotte Cruyff en 1974, l’Italien météore “Toto” Schillaci, le Colombien assassiné Pablo Escobar et l’Argentin Leopoldo Luque héros de 1978.
A mes yeux, exit le brutal Ballack, “Titi” Henry (quand on pense à 2002 et 2010…), l’Argentin Burruchaga (affaire VA-OM) et Cannavaro (pour sa vidéo avec la perfusion).

Permalien 10:44:40, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

La nageuse niçoise championne olympique annonce sa rétraite. "L'Odysée de la natation française" d'Adrien Cadot (Cherche-Midi)

Cet album est destiné aux passionné(es) de natation qui veulent posséder tout ce qui concerne les champions fran?ais.
D’autant plus que l’un deux annonce sa retraite comme c’est le cas de la Ni?ois Camille Muffat championne olympique du 400 m au J.O. 2012. L’un de ses nombreux titres ou records. Elle a remporté 18 médailles internationales en 8 ans. A 25 ans, elle renonce à la compétitions, un an après le départ aux Etats-Unis de Yannick Agnel. Le coach ni?ois Fabrice Pellerin voit partir ses champions. Ainsi va la vie. Même les Beatles se sont séparés. Toutefois, Camille Muffat laisse planer le doute d’un possible come back.
La natation fran?aise est devenue aussi célèbre et réputée que ses homologues américaines et australiennes. Disons que Laure Manaudou en rapportant la médaille d’or du 400 m nage libre des J.O. 2004 à Athènes a relancé la natation en France. Depuis le titre olympique de Jean Boiteux, cinquante-deux ans auparavant, aux J.O. 1952 d’Helsinki, la France n’avait pas vu quelqu’un monter si haut sur un podium olympique d’un bassin. La jonction a été faite entre l’époque Roxana Maracineanu et Franck Esposito et l’époque Camille Muffat, Yannick Agnel et Florent Manaudou.
L’album s’articule autour de trois chapitres : Genèse 1992-1997 ; L’éclosion 1998-2005 et L’Apothéose 2006-2013. Les pionniers sont bien représentés : Stéphane Caron, Catherine Plewinski, Solenne Figuès et Bruno Gutzeit.
Sont aussi présents la galaxie de stars qui ont fait les grands jours de la natation fran?aise : Frédéric Bousquet, Alain Bernard, Julien Sicot, Fabien Gilot, Amaury Leveaux, Hughes Dubosc, Camille Lacourt, Grégory Mallet, Coralie Balmy…
Tous ces champions collectionnent les titres et les records.
Ils méritent bien cet album Panini, haut de gamme.
Un Panini vendu totalement complet. On n’a rien à rechercher. Toutes les images y sont déjà.

[Post dédié à Alex Jany, Alain Gottvallès, Alain Mosconi, Kiki Caron et Michel Rousseau.]

-L’Odyssée de la natation fran?aise. Vingt ans de succès.
D’Adrien Cadot.
Préface Francis Luyce. Cherche-Midi, 176 p., 24,50 ?

11.07.14

Ayrton Senna, la victoire à tout prix, de Bernard Asset et Arnaud Briand (Hugo Image)

Le Brésil est éliminé de la Coupe du monde 2014, en 1/2 devant l’Allemagne… bonne occasion pour saluer une nouvelle fois Ayrton Senna, éliminé de la vie par un atroce coup du sort, ce sale jour de 1994, quand au cours d’une sortie de route une pièce de la suspension avant de sa voiture est venue lui provoquer une fatale hémorragie cérébrale. C’est ainsi que Senna perdu la vie et moi perdu Senna. Depuis Jim Clarke et Graham Hill, aucun pilote ne m’avait plus séduit. Je n’aime que les champions dont le fluide me parvient: Coppi, Anquetil, Cerdan, Cassius Clay alias M. Ali, Pelé, Di Stephano, Kopa, Puskas, Cruyff, Platini… mais aussi Darrigade, Bobet, Jazy, Owens, Joe Louis, Sugar Robinson, Poulidor, Piantoni, Zatopek, Nurmi, Steffi Graf…
L’album du duo complémentaire Asset-Briand est beau rien qu’à regarder. Couverture cartonnée jaune et verte avec le casque jaune et vert du champion, reconnaissable comme celui BRM de Grahim Hill ou les lunettes rondes de John Lennon.
Senna parvenait à toucher les gens, assis dans leur fauteuil, parce qu’on percevait sa concentration au moment du départ d’un grand prix. La densité de son regard, cette façon de méditer, de penser à la course, de repousser l’idée de peut-être mourir au bout d’un tournant et à en même temps d’inclure la possibilité de mourir en course alors qu’il suffirait de sortir de la voiture pour aller embrasser son père pas loin ou sa fiancé du moment, tout ça bouleversait ceux qui savent voir.
La perte de Senna un dimanche, que l’on croyait être un dimanche comme un autre, revient à voir tomber sur le court Roger Federer en plein Wimbledon !
Les photos sont pour une large partie signées Bernard Asset et le texte est de l’esprit d’Arnaud Briand. Grâce à eux, nous retrouvons Senna par les faits et les gestes. Un mystique ancré dans le réel.
La vie est mal faite: pourquoi tant d’ordures restent en vie et pourquoi beaucoup de personnalités attachantes disparaissent si jeunes ?
S’il y a un juge de paix suprême, il fait vraiment parfois mal son travail.
On peut voir le visage des cyclistes évoluer selon les circonstances de la course.
Des pilotes de F1 on ne voit rien, hormis le bolide.
Casqué, Senna partager tout avec le public.
Senna a disparu mais son fluide, son âme restent toujours perceptible.
Il suffit de voir son regard immortalisé sur les photos.
Etre connu, starisé, ne suffit pas.
Il faut posséder une lumière intérieure.
Jaune, le casque. Jaune, le livre. Jaune, la flamme.

-Senna, la victoire à tout prix.
de Bernard Asset et Arnaud Briand
Hugo Image, 320 p., 35 €

PS: la F1 actuelle a des règlements stupides qui empêchent de s’y intéresser.

09.07.14

Allemagne-Argentine, comme en 1986 et 1990

Mercredi 9 juillet 2014, 22 h
1/2 finale de la Coupe du Monde
Pays-Bas 0-0 Argentine
Les Argentins vainqueurs aux tirs au but, 4-2

Jamais deux sans trois. Nous y sommes.
La finale de la Coupe du Monde 2014 mettra face à face l’Allemagne et l’Argentine, comme en 1986 et en 1990.
En 1986, Maradona et ses coéquipiers avaient réussi à battre les Allemands.
Ce jour-là, les Argentins réussirent ce que Puskas (1954), Cruyff (1974) et Platini (1982 et 1986) n’étaient pas parvenus à faire, à savoir devenir Champions du monde en franchissant l’obstacle allemand.
En 1990, les Allemands ont volé l’Argentine de Maradona en finale, obtenant un penalty fictif, de complaisance.
La seconde 1/2 finale de 2014 s’est jouée au tirs au but. Le gardien Romero- entraîné à Monaco par André Amitrano, l’ex gardien de l’ASM, Nice et Cannes- a qualifié l’Argentine en stoppant deux tirs au but.
De manière étonnante, Louis van Gaal n’a pas changé de gardien pour l’exercice finale comme il l’avait fait auparavant, avec succès.
Le match fut assez claustrophobique car nous étions face à deux blocs défensifs qui se contenaient l’un, l’autre. Côté Pays-Bas, van Persie était très fatigué, inefficace, totalement H.S. Côté Argentine, Messi n’a pas eu une seule fois le ballon dans les 16 m hollandais. Le quadruple Ballon d’Or se réserve-t-il pour la finale ? On ne sait jamais avec lui: cela fait une saison pleine qu’il rumine sur cette échéance et le voilà en finale, tout près du rêve de sa vie: égaler Maradona.
On a vu deux équipes disciplinées.
L’Argentine a obtenu son billet pour la finale. Cela aurait pu être les Pays-Bas qui sortent du tournoi, tête haute, à l’image de Robben, lequel a constaté le grand chagrin de son fils, en larmes dans les bras de sa mère.
Pour la finale, les Allemands ont l’avantage d’avoir un jour de plus de récupération.
L’Argentine en a plus les prolongations dans les jambes.
Messi a la possibilité de devenir champion du Monde.
J’ai hâte de revoir Neuer, le gardien allemand. Un goal qui par son amplitude rappelle Yachine.
Les médias ont beaucoup parler de la défaite du Brésil et très peu de la victoire allemande.
Les Allemands sont les favoris.
L’Allemagne 2014 c’est le Brésil sans les fanfreluches.
Un football d’une limpidité sublimissime.
Qui est actuellement le joueur le plus faible de la Mannschaft ?
Mesut Ozil. C’est dire la force de ce groupe qui peut se passer des lumières de son virtuose.

Permalien 18:55:51, Catégories: GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Le Brésil 2014 ne m'a pas arraché une larme

Ne parlons pas de Pelé, de Garrincha, de Vava, de Didi, de Gerson, de Toastao, de Rivelino, de Jairzihno, de Romario… Tous ces joueurs étaient exceptionnels.
Parlons de Zico, de Socrates, de Junior, de Falcao… Eux aussi étaient exceptionnels mais ils n’ont rien gagné. Ce qui reste une injustice.
Par contre la cuvée 2014 n’a eu que ce qu’elle mérite. Pas grand chose.
Les joueurs retenus par Scolari, à part Neymar, n’ont pas le regard périphérique.
Ils ont passé leur temps à pleurnicher.
Quant à moi, ils n’ont plutôt fait rire tant leur naïveté crève l’écran.
Le Brésil 2014 n’a pas trahi mes rêves parce qu’il ne m’a jamais fait rêver.
Le maillot avec 5 étoiles est trop lourd à porter pour ces joueurs-là.
C’est comme si l’on demandait à un histrion actuel de porter le costume du Prince de Hombourg de Gérard Philipe.

Permalien 18:43:19, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Man Ray, de Serge Sanchez (Folio/ Gallimard)

«Man Ray a fait des photos sans appareil» me disait toujours Philippe Soupault, très admiratif. Nous étions dans les années 1980.
Philippe Soupault avait connu Man Ray soixante ans plus tôt. Il avait aidé son ami à ses débuts, organisant sa première exposition en France, à la Librairie Six, en décembre 1921. Lors du vernissage, Man Ray exposa le fer à repasser clouté baptisé Cadeau. Cet objet, détourné de sa fonction, est ni plus ni moins qu’un chef d’œuvre tiré d’un produit manufacturé. On y capte tout l’esprit, tout l’humour de son créateur. D’un fer à repasser il a fait un fer à déchirer les vêtements.
Né à Philadelphie, Man Ray était en fait un peintre qui pratiquait la photographie car il avait pressenti que la photo allait devenir un art à part entière, grâce à lui, Brassaï, Sanders, Cartier-Bresson et quelques autres. De son vrai nom Emmanuel Radnitsky, Man Ray était un ami de grandes qualités, le compagnon rêvé. Attentif et fidèle auprès de ceux qui méritaient son affection, entres autres Marcel Duchamp. Il a tenu dans le voisinage de Picasso, le rôle que Nadar a tenu auprès des créateurs de son temps dont Baudelaire. Tous les grands artistes ont été photographiés par ces deux photographes qui rendaient immortels même les artistes de seconde zone, rien que par le fait de photographier.
Serge Sanchez fait très bien revivre Man Ray qui vint en France parce qu’il était incompris aux Etats-Unis. Man Ray est un touche-à-tout qui appartient à la famille des Cocteau et Vian. On en redemande. Hélas ! le moule il est cassé, comme on dit chez moi. Man Ray est le précurseur d’Andy Warhol, signale son biographe. Grand séducteur, Man Ray a aimé de grandes dames du XXe siècle : Kiki de Montparnasse et Lee Miller. Sa femme Juliet avait la beauté de l’âme et non de l’âne comme les pouffiasses de la télé réalité. L’artiste a toujours travaillé, de peur de ne plus avoir d’idées. Il a mis longtemps à admettre qu’il lui fallait vendre certains de ses objets qu’il aurait aimé conserver. Man Ray a traversé la vie en s’amusant. C’est le plus important. Pour briser la monotonie des clichés conventionnels, il perfectionna la solarisation au point de devenir le leader cette technique.

-Man Ray, de Serge Sanchez. Folio Biographies/ Gallimard, 356 p., 8,90 €

Permalien 01:54:18, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

Le Brésil se fait laminer 1-7 sur son sol par l'Allemagne

Mardi 8 juillet 2014
1/2 finale de Coupe du Monde
Brésil 1-7 Allemagne

Buts pour les Allemands: T. Müller (11e), M. Klose (23e), T. Kroos (24e, 26e), S. Khedira (29e) et Schürrle (69e, 79e)
But pour le Brésil: Oscar (90e)

Ce qui devait arriver est arrivé.
Le Brésil quitte la Coupe du Monde par la toute petite porte.
Ce groupe-là est lamentable au niveau technique et mental.
A part pleurnicher pour un oui pour un non, le Brésil n’a rien montré.
Quand le pays du football aligne en pointe Fred on se dit que le Brésil n’a plus de Brésilien que le nom.
Fred n’aurait même pas sa place en P.H. française. Ce médiocre joueur est une grave erreur de casting. Cet attaquant passe son temps à geindre, à surjouer les fautes. Un esprit sportif déplorable.
A la plage de Copacabana un enfant de 10 ans qui joue avec un ballon en mousse a plus de talent de lui.
Et ne parlons pas du milieu de terrain brésilien, un no man land !
A part Neymar, tous les Brésiliens peuvent aller jouer au football dans des maisons de retraite.
Si on ne tire pas sur une ambulance, on ne doit pas tirer sur un corbillard jaune et vert.
Le Brésil c’est la pays de la samba et non pas celui du lac des Cygnes.
L’Allemagne a joué divinement, tuant le match à la vitesse grand V.
La messe fut dite dès la 29e minute avec un 0-5 devant le pays organisateur.
Du jamais vu à ce niveau !
Klose, quatre Coupes du Monde disputées, en a profité pour devenir le meilleur buteur en Coupe du Monde, avec 16 buts depuis 2002. Chapeau l’artiste !
Le Brésil a craqué de partout. Normal ce groupe fit allusion grâce à Neymar. Sans son jeune guide, la sélection auriverde a rendu l’âme devant des Allemands en pleine bourre.
Le Brésil a toujours été fort quand il a le ballon, le problème c’est quand il ne l’a pas.
Les Brésiliens savent jouer quand ils dominent mais dans le cas inverse, leur mental disparait comme une peau de chagrin.
A présent, l’Allemagne doit faire attention à la décompression. Les Allemands peuvent penser qu’ils ont fait le plus difficile en éliminant le pays organisateur qui a gagné cinq fois l’épreuve.
Attention donc à la démobilisation mentale car Messi (Argentine) et plus sûrement Arjen Robben (Pays-Bas) se tiennent prêts pour la finale.
Quant au Brésil, il va traverser une grave crise et va devoir vite se remobiliser pour la petite finale, celle des perdants.
Rétrospectivement, il faut saluer la France (0-1, 1/4 de finale) et l’Algérie (2-1, 8e de finale) qui sont tombées avec les honneurs devant les Allemands.

08.07.14

Permalien 18:46:50, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR, GOOOOL DO BRASIL !  

L'Allemagne favorite pour casser le rêve du Brésil qui a peur de revivre 1950

Mardi 8 juillet 2014
1/2 finale de la Coupe du Monde
Brésil-Allemagne

Quand le Brésil n’était pas encore champion du Monde, il n’a pas réussi à remporter la Coupe du Monde 1950 chez lui abandonnant le titre à l’Uruguay au Maracaña !
En 2014, le Brésil a 5 étoiles sur le maillot mais le Brésil tremble à l’idée de ne pas remporter la 6e sur son sol.
Il faut dire que le Brésil 2014 est le moins bon de l’Histoire.
Ses milieux de terrain (Fernandinho, Hernanes, Luiz Gustavo, Paulinho, Willian, Oscar et Bernard) sont d’une grande médiocrité. Celui qui a le plus de grinta, Ramires, ne joue jamais.
En 1970, les milieux s’appelait Pelé, Gerson, Tostao et Rivelino !
En 1982 et 1986, il y avait Zico et Socrates. Ils n’ont rien gagné mais ils ont fait la grandeur de leur pays.
L’Allemagne 2014 est bien supérieure au Brésil 2014.
De manière incompréhensible, Scolari ne fait pas jouer Maxwell qui pourrait animer le flanc droit car ce latéral joue comme un ailier.
Ne parlons pas de Fred qui est une contre publicité pour le Brésil.
Les milieux de terrain du Brésil sont le contraire du Brésil.
En 1994, Romario et Bebeto avaient du talent.
En 2002, il y avait Ronaldo.
Le Brésil de 2014 ne mérite pas d’aller en finale.
Pour la première de ma vie, je suis pour l’Allemagne.
Sans Neymar, salement blessé par un Colombien que les Allemands peuvent décorer, le Brésil est une salle obscure dépourvue de baie vitrée.
L’Allemagne est beaucoup plus forte, plus complémentaire et ses joueurs sont de vrais footballeurs, eux.
Scolari aurait dû sélectionner Ronaldinho. En un quart d’heure, il qualifiait le Brésil. Mieux vaut un génie vieillissant que des pantins d’occasion.
L’Allemagne a les moyens de briser le rêve du Brésil car dans le passé l’Allemagne a réduit en cendres Puskas (1954), Cruyff (1974), Platini (1982 et 1986) et Maradona (1990).

Permalien 10:05:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

La clef des rives, de Valère-Marie Marchand.( La Part Commune)

Sous-titré “Mythologies au fil de l’eau", le livre est à mi-chemin entre la fable et du conte métaphysique.
Les rives de l’éveil ?
Il y a le placenta… et la mer, toujours recommencée. C’est par là que tout débute.
Les sirènes et les pirates.
La vague d’Hokusai.
Notre auteur navigue sur tout de l’a fait flotter.
Une cascade de mots, une rivière d’images, vogue le style.
Les rives en sommeil ?
Un miroir, une flaque d’eau qui nous renvoie à nous-même.
La mare aux Diables, les étangs, les lavandières, la banquise, les plongeurs en apnée qui veulent rester au fond.
Les nymphéas de Monet, la triangle des Bermudes, la bouée, la clef des songes.
Qui a le trousseau ?
Valère-Marie Marchand.

-La clef des rives, de Valère-Marie Marchand. La Part Commune, 165 p., 16 €

07.07.14

Permalien 17:40:40, Catégories: LA MAISON BLANCHE, GRAND MONSIEUR  

Mort de l'un de mes Dieux: Alfredo Di Stéfano (1926-2014). Hommage de son ami Sir Bobby Charlton

En football, Alfredo Di Stefano est l’équivalent d’un Jean Gabin ou d’un Lino Ventura. Un vrai de vrai quoi! pas un joueur de magazines pour pucelles asiatiques qui connaissent autant le football que je suis un as de l’algorithme d’Euclide.

Moi les Dieux je les recherche sur terre et parfois j’en trouve, et il m’arrive même de les approcher pour m’apercevoir qu’il s’agit d’hommes. Les Dieux invisibles ne m’intéressent pas. Je n’ai rien à leur dire !
Quant aux politicards qui s’en mettent plein les fouilles sur le dos des militants vous savez ce que j’en pense.
Alfredo Di Stefano m’a toujours accompagné depuis que mon père m’a dit que l’attaquant madrilène était son joueur préféré. Quand mon père voyait un autre avant-centre jouer il éclatait de rire et disait: “Mais il ne sait pas jouer ce gars-là!”
J’ai donc aimé Di Stefano sans l’avoir vu jouer une seule fois.
Sa légende m’est parvenue grâce à la presse, aux photos. Sur les rares extraits, je perçois sa magie, sa vision du jeu, sa façon de se comporter, son regard périphérique. La vista du maestro !
A l’époque, sans télévision, l’imaginaire était beaucoup plus développé.
Raymond Kopa m’a confié que Di Stefano était aussi son joueur préféré.
Kopa a été accepté dans le vestiaire du Real Madrid où régnait Di Stéphano. Et surcroît, Di Stefano s’est naturalisé Espagnol pour permettre au Français de jouer car à l’époque il n’y avait pas d’arrêt Bosman.
Le Brésilien Didi, lui, n’y a fait que passer… à l’inverse de Puskas très apprécié par l’étoile argentine.
Un jour, un entraîneur a dit:
-"Pas besoin de charger Di Stefano. C’est inutile, il est inchargeable".
Di Stefano savait tout faire avec un ballon. Il marquait et faisait marquer.
A la fois architecte et finisseur.
Il jouait avec une aisance déconcertante.
Le football mondial est en deuil.
Avec Pelé, Puskas, Cruyff et Maradona, Alfredo était dans le Top 5 des meilleurs footballeurs de tous les temps.
Platini, Zidane ou Messi sont restés au seuil de ce cinq majeur.
On l’appelait la “flèche blonde".
L’Argentine de Messi serait bien inspirée de devenir championne du Monde 2014 pour rendre hommage à ce maître absolu du Ballon.

PALMARES DE DI STEFANO qui n’a jamais disputé de Coupe du Monde. (Best et Cantona non plus…)

Argentina
Copa América 1947

River Plate
Primera División 1945, 1947

Millonarios
Colombian Championship 1949, 1951, 1952
Copa Colombia 1953
Pequeña Copa del Mundo de Clubes 1953

Real Madrid
Primera División 1954, 1955, 1957, 1958, 1961, 1962, 1963, 1964
Copa del Rey 1962
Champions League 1956, 1957, 1958, 1959, 1960
Intercontinental Cup 1960

A voir l’hommage officiel du Real Madrid:
http://www.realmadrid.com/

Le Real Madrid et Manchester United sont des clubs qui se respectent énormément. Lors du crash de 1958, le Real a proposé de prêter Alfredo Di Stefano à Man United afin qu’il relance le club auprès de la nouvelle génération endeuillée. Matt Busby a refusé mais MU n’a jamais oublié le geste de l’Argentin et des Madrilènes.
Voici la déclaration de Sir Bobby Charlton:
-"Je suis profondément attristé d’apprendre le décès d’Alfredo Di Stefano qui fut l’un des meilleurs joueurs que j’ai rencontré. C’était un footballeur extrêmement intelligent. Je l’ai vraiment respecté, après l’avoir vu jouer depuis les tribunes à Bernabeu avant de jouer ensuite contre lui. J’ai beaucoup de bons souvenirs avec Alfredo et je me sens privilégié de pouvoir l’appeler mon bon ami. Le monde du football a perdu un grand joueur et un grand homme. J’adresse mes condoléances au nom de tout le monde à Manchester United, à sa famille et à nos amis du Real Madrid.”

Di Stefano, Bobby Charlton, des phares du football. Les joueurs actuels leur doivent tout. Aujourd’hui, certains joueurs amassent des fortunes alors qu’ils n’ont pas 10 % de leur talent.

[Post dédié à Antoine Bonifaci qui m’a dit:” C’est peut-être ma dernière Coupe du Monde mais ne t’inquiètes pas, je prendrai un portable…]

Le langage corporel des quatre sélectionneurs demi-finalistes de la Coupe du Monde

Sur les 32 coachs au départ de la compétition, il n’en reste plus que quatre.
Nous sommes en face d’hommes qui assument leurs responsabilités sans se cacher derrière des certitudes ratiocinées dans les médias.
Un sélectionneur doit réussir sur une courte distance, très loin des entraîneurs de club dont la plupart ne sont plus que des commerçants qui tiennent boutique avec un parachute doré comme les patrons du CAC 40.
Les grands compétiteurs, eux, ont besoin du stress de l’épée de Damoclès.
Les autres ne sont que des aventuriers grassement salariés.
Faisons un focus sur les quatre derniers sélectionneurs qui rêvent encore de la quête du Graal.


***Mardi 8 juillet, 22 h

BRESIL-ALLEMAGNE

Luis Felipe Scolari (Brésil, 65 ans).
Il ressemble à la fois à Raimu et à Gene Hackman.
Le Brésilien est plus proche d’un grand-père que d’un père.
Pendant le match, il reste souvent assis pour parler à son staff.
Quand son équipe déjoue avec un gros déficit de passes ratées, il se lève et s’agite beaucoup, piquant de grosses colères.
Lors de l’issue favorable d’un match, il laisse exploser sa joie.
Scolari agite souvent les bras en faisant de très grands gestes dans l’espace.
Il aime porter un polo et un pantalon de survêtement.
A l’occasion, il sait porter le costume sans avoir l’air endimanché.
Dégage de la force tranquille, et beaucoup de confiance dans ses joueurs.
Sait piquer au vif quand il estime nécessaire. Ainsi l’a-t-on entendu dire qu’il “regrettait d’avoir sélectionné un joueur pour cette Coupe du Monde". Le principal intéressé s’est reconnu et depuis se tient à carreau.
Son attitude plutôt sereine fait comprendre qu’il a la certitude de remporter la Coupe du Monde 2014.
C’est une simple tactique visuelle mais il faut un grand pouvoir de persuasion pour l’incarner devant les caméras du monde entier.
Avant la demi-finale contre l’Allemagne, il a pris toute la pression sur lui, car le capitaine Thiago Silva est suspendu tandis que le jeune virtuose Neymar a quitté le tournoi mondial suite à un “attentat” dans le dos d’un Colombien qui depuis est très apprécié outre Rhin. Fermez les yeux, et imaginez une seconde la France privée de Zidane lors de la finale de 1998 au SDF… Le milieu de terrain est le point faible de la sélection de Scolari qui devra déménager en cas d’élimination prématurée du pays organisateur.

Joachim Löw (Allemagne, 54 ans).
Joue-t-il le rôle du père fouettard, du coléreux toujours au bord de l’explosion, ou est-il tout le temps comme ça ?
Une évidence: Löw affiche en permanence la rage de vaincre sur son visage.
Il est presque tout le temps habillé en noir avec une chemise blanche, soit les deux couleurs traditionnelles du maillot historique de l’Allemagne.
Löw fait peur du début à la fin du match.
On dirait un loup qui attend de dévorer sa proie.
Ses cheveux noirs durcissent encore plus les traits de son visage.
Sa façon de se présenter diffuse de la force, des tonnes de force.
Vu ce qu’il dégage, ses joueurs ont tout intérêt à gagner pour éviter sa foudre intérieure.
Les médias allemands l’attendent au tournant car il n’a encore jamais décroché un trophée majeur avec la Mannschaft.

***Mercredii 9 juillet, 22 h

PAYS-BAS-ARGENTINE

Louis van Gaal (Pays-Bas, 62 ans).
A bientôt 63 ans, le Néerlandais est l’un des entraîneurs européens les plus titrés. Après l’Ajax d’Amsterdam, Barcelone et le Bayern Munich- où il a glané des titres majeurs dont la C1 1995 avec l’Ajax- Louis van Gaal va officier à Manchester United dès la fin de la Coupe du Monde 2014. C’est dire qu’on lui a remis les clés du club de MU car on est certain qu’il va le remettre dans la lumière. La fin de son mandat de sélectionneur des Pays-Bas pourrait être son couronnement suprême. De fait, en 1/4 de finale, il a éliminé le brillant Costa-Rica par un coup de poker lors de la séance des tirs au but, faisant sortir son gardien titulaire, Jasper Cillessen, au profit du suppléant, Tim Krul, qui répondit présent en stoppant deux tirs au but adversaire pour offrir le droit à la sélection hollandaise de rencontrer l’Argentine en 1/2 finale. Le changement de gardien avait été planifié, au cas où… Très tendu pendant le matchs, van Gaal sait plaisanter avec un joueur quand il le lance dans un match, au moment d’un changement. Il refuse d’endosser le rôle d’ami auprès de ses joueurs mais il sait fendre l’armure quand il le faut. Dans les moments de joie, il n’hésite pas à serrer dans ses bras ceux qui se sont particulièrement illustrés pour permettre au pays d’accéder au tour suivant.

Alejandro Sabella (Argentine, 59 ans).
C’est le moins connu des coachs demi-finalistes de la Coupe du Monde 2014 parce qu’il n’a exercé qu’une seule fois en Europe, au poste d’adjoint à Parme (2001). Toujours en costume pendant les matchs- à de très rares exceptions près- il vit les matchs comme un papa surveille ses gamins dans un jardin d’enfants. On le sent en permanence inquiet et il peut être très expressif. Ainsi quand, à la 55e minute du quart de finale entre l’Argentine et la Belgique (1-0), Gonzalo Higuain a tiré sur la barre transversale Alejandro Sabella a miné celui qui tombe à la renverse. Il était tellement dans le match qu’il a failli se faire très mal, retrouvant par miracle l’équilibre. Son destin de sélectionneur est pour beaucoup dans les pieds de Messi. Le quadruple Ballon d’Or n’étant pas un grand fan du fantastique buteur Tevez, ce dernier a été écarté de la sélection. Il est vrai que Tevez peut tuer un match à chaque instant. Le rôle que s’est attribué Messi.

A consulter sur mon autre blog, consacré 100 % aux coachs:
http://www.mycoachfoot.com/news/pro/les-quatre-coachs-a-la-conquete-de-la-coupe-du-monde-2014_286.htm

Permalien 09:07:20, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les trois clés d’or de Prague, Le pilote et le Petit Prince (Peter Sis) et Le monde t’appartient (Riccardo Bozzi et Olimpia Zagnoli), chez Grasset/Jeunesse

-Les trois clés d’or de Prague, de Peter Sis. Grasset/Jeunesse, 68 p., 17 €.
Beau voyage graphique dans la ville tant aimée par Mozart, Kafka, Rilke et Apollinaire. Cette nouvelle édition est préfacée par Dominique Fernandez. Nous suivons un chat comme jadis les enfants prenaient le pas du joueur de flute. Les dessins de Peter Sis, qui a vécu sur place, sont admirables, on aimerait y habiter réellement. L’âme de la ville s’échappe de ce sublimissime album comme celle d’Aladin d’un vase trouvé dans le désert.

-Le pilote et le Petit Prince, de Peter Sis. Grasset/Jeunesse, 48 p., 15,90 €.
L’illustrateur écrivain et cinéaste Peter Sis nous propose de monter en avion avec Antoine de Saint-Exupéry et le Petit Prince. Quoi de plus délicieusement onirique. Le petit Antoine a toujours eu l’imagination galopante, favorisé par son enfance passée dans le château familial. On imagine les portes qui grincent, le vent qui souffle, ainsi de suite. Il est né en même temps que l’invention de l’avion. Il suit les premiers exploits des pionniers. Il veut devenir aviateur comme d’autres veulent être pompiers. Incroyable de voir le petit Antoine se confectionner des ailes avec des draps afin d’essayer de s’envoler sur son vélo ! On assiste à l’ascension du gamin vers son destin de héros. Il savait tout faire comme Jouvet savait tout faire au théâtre. “Saint-Ex” a commencé par être mécanicien. Il n’a pas transporté le courrier dès ses débuts. “Saint-Ex” commence par atterrir en Espagne, puis il va plus loin, en AmSud. Il est bien sûr victime d’accident et frôle la mort plusieurs fois, notamment dans le désert de Lybie, en 1935. En marge, il est écrivain et publie Le Petit Prince aux Etats-Unis, en 1943. Le 31 juillet 1944, Saint-Ex décolle de Corse sans savoir qu’il ne reposera plus jamais les pieds sur la terre ferme. Son avion fut porté disparu alors que le pilote écrivain était parti pour un vol de reconnaissance, chargé de photographier les positions ennemies. Un homme avait décollé. Le héros ne revint jamais.

-Le Monde t’appartient, de Riccardo Bozzi et Olimpia Zagnoli. Grasset/Jeunesse, 48 p. , 12,50 €
Il s’agit d’un hymne à la liberté sous forme de volumes. C’est le graphisme poussé à l’extrême, une sorte de Miro revu et corrigé par Calder. Les enfants auront l’œil très bien éduqué par cet ouvrage de très grande qualité qui n’a d’égale que l’exigence des auteurs. Là nous ne sommes plus dans la facilité pour faire mumuse. Nous sommes dans la création de grand niveau qui sert à éduquer le regard des plus jeunes afin qu’il ait l’œil vif pour bien lire le monde qui les entoure. Mention spéciale à l’illustratrice Olimpia Zagnoli.

06.07.14

Avec Louis van Gaal, Man United veut redevenir champion d'Angleterre

Tous les fans de MU - et les autres aussi!- sont impressionnés par le coaching de Louis van Gaal lors de la Coupe du Monde 2014. Il a déjà hissé les Pays-Bas en 1/2 finale. Le Red Devil van Persie et le nouvel entraîneur de MU vont-ils renvoyer L. Messi en Argentine ?
Pour accéder dans le dernier carré, van Gaal a changé de gardien lors de la séance des tirs au but face au Costa-Rica.
On a alors écarquillé les yeux. Bien vu ! Les Pays-Bas se sont qualifiés par 4 tirs à 3.
Désormais, MU rêve à nouveau de titre avec un tel entraîneur qui n’a pas froid aux yeux.

Les 5 premiers matchs de MU en 2014-2015

16 Août MU - Swansea City
23 Août Sunderland - MU
30 Août Burnley - MU
13 Septembre MU - Queens Park Rangers
20 Septembre Leicester City -MU

Les 5 derniers matchs de MU en 2014-2015

25 Avril Everton - MU
2 Mai MU - West Bromwich Albion
9 Mai Crystal Palace - MU
16 Mai MU - Arsenal
24 Mai Hull City - MU

Les grosses affiches

25 Octobre MU - Chelsea
1 Novembre Manchester City - MU
22 Novembre Arsenal - MU
13 Décembre MU -Liverpool
21 Mars Liverpool - MU
11 Avril MU - Manchester City
18 Avril Chelsea - MU
16 Mai MU - Arsenal

Permalien 10:45:11, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, ANQUETILLEMENT  

Tombeau pour Luis Ocana, d'Hervé Bougel (Vermillon/ Table Ronde)

« Le vélo m’a donné un corps ». Ces simples mots, page 57, suffisent à justifier un livre.
Louis Ocana n’était pas n’importe quel type et encore moins pas n’importe quel champion. Nous sommes parmi les vainqueurs du Tour de France, svp. Ocana était magnifique avec le maillot jaune. Sur lui, le bout d’étoffe avait l’intensité d’une tunique en or pur.
Il a gagné le Tour de France 1973 avec 15 minutes d’avance, 15 minutes et 60 secondes, s’il vous plaît.
Ocana avait aussi Jésus pour prénom. Il le portait bien, authentique Dieu du cyclisme.
«Arrogante» voilà un qualificatif qui lui va bien.
S’il l’était arrogant ce fut pour se motiver. Né le 9 juin 1945, le cycliste a mené une vie de chevalier sans armure.
Diminué par la maladie, il n’a pas supporté de se voir péricliter, lui le splendide champion.
Le 19 mai 1994, à 13 heures tapantes… il s’est donné un coup de revolver, au cœur de sa vigne.
Ocana ne s’était jamais vraiment remis de sa chute dans le Tour de France 1971.
Avec Marco Pantani, il reste un champion sans comparaison possible.
Ocana était un homme d’honneur égaré chez le commun des mortels.
Il voulait réussir à la force du poignet, véritable héros.
Ocana donnait tout et ne prenait rien, à l’inverse des politiciens qui mentent comme il respire.
Hervé Bougel fait bien vibrer sa lyre à la gloire d’un sportif hors normes qu’il fait revivre pour l’extirper du tombeau de l’oubli.

-Tombeau pour Luis Ocana
d’Hervé Bougel
Vermillon/ Table Ronde, 84 p., 12

05.07.14

Le dernier carré: Brésil-Allemagne et Argentine-Pays-Bas

Messi est sur la bonne voie pour devenir champion du Monde 2014 car le Brésil a perdu sa mascotte, Neymar à cause d’un boucher colombien. Il est vraiment scandaleux de voir un footballeur quelconque charger un adversaire, lui mettant tout son poids dans le dos: résultat, une fracture de vertèbre. Honteux !

Samedi 5 juillet 2014
Quarts de finale de la Coupe du Monde
Argentine 1-0 Belgique
Buts pour le pays de J.-L. Borges: Higuain (8e)
Pays-Bas 0-0 Costa-Rica
Tirs au but: 4-3 pour les Pays-Bas

Les Argentins ont accompli face aux Belges le même match que celui des Allemands contre les Français: ils ont laissé les Diables Rouges venir se casser les dents contre leur défense.
Les Belges ont mis plus d’envie que les Français mais ils n’ont pas joué en équipe.
Plusieurs fois Eden Hazard a demandé le ballon, sollicité un une-deux. Rien ne lui a jamais été renvoyé.
Le sélectionneur a fini par faire sortir Hazard. Comprenne qui pourra.
Higuain a montré la différence qu’il y avait entre lui et Benzema dans un match capital: une occasion, un but !

Sur les quatre demi-finalistes nous avons trois multiples champions du Monde.
Brésil, cinq Coupes du Monde: 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002
Allemagne, trois Coupes du Monde: 1954, 1974 et 1990.
Argentine, deux Coupes du Monde: 1978 et 1986.
Les derniers invités sont les joueurs des Pays-Bas, pays maudit trois fois finaliste: 1974, 1978 et 2010.
La France n’avait pas sa place dans ce carré magique.
Le match Costa-Rica-Pays-Bas a été le plus beau quart de finale. Quelle intensité! Le goal Navas a tout arrêté, dégoûtant les Bataves ! Juste avant la fin des prolongations, Louis van Gaal a changé de gardien: il a fait sortir le titulaire Jesper Cillessen pour le remplacer par Tim Krul, lequel a stoppé deux tirs au but !
Manchester United a de grandes chances de regagner le championnat avec un coach de ce calibre ! Louis van Gaal à MU ? Cela s’annonce grandiose. Voilà un homme taillé pour être un Red Devil !
Le Costa-Rica quitte la Coupe du Monde par la grande porte, sans avoir été battu dans le temps réglementaire. Ce pays de 4,5 millions d’habitants a largement contribué à renvoyer l’Italie et l’Angleterre dans leur pays !

Permalien 17:15:26, Catégories: LE GYM E BASTA, GRAND MONSIEUR  

Inauguration du Musée de l'OGCNice

Vendredi 4 juillet 2014 a été inauguré officiellement le «Café des Aiglons», soit le musée du Gym à l’intérieur du Musée des Sports, dans l’Allianz Riviera.
Des collectionneurs ont donné ou prêté des documents que l’on peut voir sur place.

Principaux titres du palmarès de l’OGCNice qui a vu le jour en 1904:

Champion de France Divison 1 rebaptisée Ligue 1
1951, 1952, 1956 et 1959

Coupe de France
1952, 1954 et 1997

Championnat de France D2
1948, 1965, 1970 et 1994

Championnat de France D3
1985 et 1989

Championnat de France Amateur
2013

Coupe Gambardella
2012

Championnat de France des 18 ans
2004

[Post dédié à Antoine Bonifaci, Maurice Serrus, André Amitrano, René Marsiglia et Roger Ricort]

Permalien 01:39:58, Catégories: BECKENBAUEREMENT, GRAND MONSIEUR  

Jamais deux sans trois: 1982, 1986 et 2014. L'Allemagne élimine la France 1-0 sans hausser son niveau de jeu

Didier Deschamps va devoir se servir de l’expérience de la Coupe du Monde 2014 pour demander à ses joueurs de mieux gérer la pression des grandes compétitions car l’Euro 2016 va se dérouler en France avec une énorme attente autour des Bleus. 2016 c’est aujourd’hui et non pas demain.

Vendredi 4 juillet 2014
1/4 de finale de la Coupe du Monde
Allemagne 1-0 France

But pour les Allemands: Hummels (12e)
Brésil 2-1 Colombie
Buts pour les Brésiliens: Thiago Silva (7e), David Luiz (68e)
But pour les Colombiens: J. Rodríguez (80e pen.)

“Jamais deux sans trois !”
Le dicton français est toujours valable pour les Allemands qui ont éliminé la France pour la troisième fois lors d’une Coupe du Monde: 1982, 1986 et 2014.
Les Allemands ont toutes les bonnes raisons d’aimer encore plus la France.
“Glücklich wie Gott in Frankreich.” ("Heureux comme Dieu en France.")
Autrement dit la vie est si exceptionnelle sous le ciel français que Dieu y a élu domicile.
Attention donc qu’en 2016, les Allemands ne brisent pas une nouvelle fois nos rêves. Ils en sont les spécialistes. Seul Maradona leur a tenu tête en 1986. Sinon, Puskas (1954), Cruyff (1974) et Platini (1982 et 1986) ont dû rendre les armes, tête basse.
A deux ou trois exceptions près, lors du 1/4 de finale 2014, l’Allemagne a semblé disputer un match d’entraînement contre la France.
L’Algérie, en 8e, a posé plus de problèmes aux Allemands que les Français puisque les Algériens sont allés jusqu’aux prolongations. Comme quoi les Allemands craignent plus la vitesse et la densité physique que la technique sans “folie".
Si l’on est impartial, on dira que l’homme du match de France-Allemagne fut Nauer tant le gardien allemand a fait de grands arrêts.
C’est dire que la France a eu de nombreuses occasions.
Voilà pour le crédit à mettre sur le compte des Bleus.
Par contre, les Français ont eu un déficit de grinta.
On n’a pas vu de guerriers français et comme je l’ai dit ce genre de match sans guerrier ce n’est même pas la peine de le disputer.
Les Allemands ont ouvert le score sur coup de pied arrêté. D’évidence il faut éviter de commettre des fautes idiotes qui permettent aux adversaires d’avoir des occasions de but.
Une fois le score ouvert, les Allemands ont géré, non sans connaître quelques frayeurs mais elles ont toutes été bien négociées.
La France ne méritait pas de gagner, loin des Bleus d’Hidalgo-Platini en 1982 qui eux ont été volés.
En 2014, on a vu des Allemands disputer un 1/4 de finale sans puiser dans leurs réserves.
Ils en ont gardé sous le capot mais ne se sont pas privés de marcher sur l’homme quand il le fallait.
Les Bleus de Deschamps n’ont pas été en mesure de mettre leur peau sur la pelouse du Maracaña.
Aucun Bleu n’a été en mesure de se faire violence au point de hausser son niveau de jeu.
On a vu de bons soldats sans la petite étincelle qui faisait la grandeur d’un Kopa, Platini ou Zidane.
La France est à sa place: pas plus que celle d’un huitième finaliste. C’était bien après la catastrophe industrielle sous l’ère de Domenech.
Les Allemands n’ont jamais appuyé sur l’accélérateur. Cela n’était pas nécessaire.
Les fans des Bleus ne peuvent pas être tristes: leurs joueurs ont fait ce qu’ils ont pu, à l’image de Karim Benzema qui est un bon joueur sans être un grand joueur.
Que va-t-il se passer d’ici l’Euro 2016 et lors de cette compétition en France?
Patrice Evra va-t-il renoncer à la sélection comme tant d’observateur l’espèrent de manière grotesque ? Ribéry va-t-il revenir ? Nasri va-t-il être rappelé car le milieu de terrain manque d’un créateur?
Au cours de France-Allemagne, la force physique de Giroud a manqué à la France en début de match. C’est la seule critique qui peut-être adressée à Deschamps.
Avant le match, Lloris a dit: “J’espère que l’on ne sortira pas ce match avec trop de regret…” A lui de voir. La France a su tirer son épingle du jeu devant des adversaires à sa portée. Dès qu’un gros bras est venu sur sa route, son moteur a calé.
Pour gagner un match-clé, il faut se transcender. Mettre ses tripes sur le terrain.
Merci tout de même aux Bleus qui ont accompli un beau tournoi.
On a vu Antoine Griezmann pleurer. Cela faisait longtemps qu’un international français n’avait pas ainsi démontré son attachement à la sélection. Griezmann a un grand avenir en Bleu. Varane aussi. D’autres encore. Cependant, les médias ne doivent pas faire croire aux novices que Pogba est le nouveau Zidane. Il ne joue pas au même poste. Pogba joue très bien mais il ne faut pas le placer à une autre place que la sienne, à savoir un mixte de Vieira et de Makelele.
Au cours de Brésil-Colombie on a vu un Brésil plus conquérant que d’habitude. T.Silva ne jouera pas la 1/2 finale parce que contre la Colombie car il a chargé de manière stupide David Ospina quand le portier de Nice allait dégager.
Les buts brésiliens ont été marqués par deux défenseurs. C’est souligner la nullité de Fred bon qu’à obtenir des coups francs car c’est le roi des plongeurs. Fred est lourding, a tous les niveaux.
L’Allemagne est en mesure d’éliminer le Brésil surtout sans T. Silva, suspendu, et Neymar, out suite à sa blessure au dos.
L’impondérable. Voilà l’ennemi du football. Neymar blessé. Cela change le visage du Brésil.

Le Prince de Hombourg, de Kleist présenté par Michel Corvin (Folio Théâtre/Gallimard)

Le Festival d’Avignon 2014 rend hommage à son fondateur, le Sétois Jean Vilar, qui présenta sa mise en scène du Prince de Hombourg en 1951 avec Gérard Philipe dans le rôle titre.
Folio Théâtre présente une nouvelle édition du texte de von Kleist sur la victoire d’un prince qui remporte une victoire tout en désobéissant aux ordres suprêmes du Souverain régnant. Au lieu de le fêter, on le jette en prison. Ainsi démarre la pièce sur fond d’histoire d’amour. Doit-on faire passer sa vie privée avant la charge historique quand on a une à faire respecter ? Gérard Philipe a immortalisé le personnage et l’on souhaite bien du courage à ceux qui reprennent le rôle. Michel Corvin présentera deux conférences au Festival d’Avignon chambre d’écho aux revendications des intermittents du spectacle. Thèmes des conférences : le 17 juillet (Gymnase du Lycée Saint-Joseph) sur Kleist et les ambiguïtés, et le 18 juillet (la Chartreuse) sur La mise en cause de l’humain dans le répertoire contemporain ».
On peut aller voir la nouvelle incarnation du Prince de Hombourg mais l’on doit entendre l’enregistrement du spectacle de Jean Vilar. La voix de Gérard Philipe transperce le cœur. Des variations d’une intensité grandiose. Une sensibilité hors normes. Le son de la vérité. Et dire que des observateurs sourds ont osé comparé un histrion contemporain au virtuose Gérard Philipe qui avait fait de sa voix un instrument de musique.
Le fait de savoir qu’un artiste de la dimension de Gérard Philipe a existé illumine mes journées.
Gérard Philipe n’était pas acteur pour la gloire, pour l’argent.
Il était acteur comme l’on naît blanc ou noir.
Philipe est plus vivant que n’importe quelle vedette de la scène contemporaine.
Pour Philipe, la création était vitale. Pour les autres, il ne s’agit que d’un divertissement.
Je n’ai jamais oublié l’annonce de sa mort par Jean Vilar, brisé par le chagrin.
Vilar, Gérard Philipe, deux phares dans la nuit d’Avignon.

-Le Prince de Hombourg
D’Heinrich von Kleist
Edition présentée et annotée par Michel Corvin
Traduit de l’allemand par Pierre Deshusses et Irène Kuhn.
Folio Théâtre/ Gallimard, 240 p. , 6,20 €L

04.07.14

France-Allemagne ou le simulacre de la guerre

Les Français doivent attirer le gardien allemand pour le lober. Cela lui apprendra ! Les Allemands pensent que leur physique l’emportera sur la technique française. Nous ne sommes plus en 1982 et 1986. La France a désormais aussi les moyens de jouer physiquement. Les Français non disposés à aller au combat ne doivent pas être alignés dans ce match qui est la rampe de lancement vers la finale.

Vendredi 4 juin 2014
1/4 finales de la Coupe du Monde
France-Allemagne 18 h
Brésil-Colombie, 22 h

Depuis quelques décennies, les footballeurs sont plus médiatisés que les acteurs.
Beckham et C. Ronaldo ont pris la place de James Dean.
Ce constat se confirme en 2014. On sait qui a eu le Ballon d’Or mais on a déjà oublié les prix d’interprétations du Festival de Cannes.
Ce n’est pas tous les jours que l’on voit un France-Allemagne dans un match couperet. J’en rêvais. La Coupe du Monde 2014 l’a fait !
C’est le monde à l’envers. J’attends plus de France-Allemagne que de Brésil-Colombie.
Oui! la cuvée du Brésil, cinq fois champion du monde, n’enivre très peu, pour ne pas dire absolument pas.
A l’affiche 100% sud-américaine, je préfère celle 100 % européenne.
Qui se souvient d’un film ou d’un livre de 1982 ? Ou d’un disque ? Personne.
En revanche tout le monde sait que France-RFA s’est déroulé en 1982.
C’est dire que le football est un art majeur qu’une poignée d’universitaires illisibles persistent à condamner alors qu’ils ne possèdent en rien la grammaire d’un moyen d’expression dont ils ne critiquent que la périphérie: fans, économie, sponsoring, télévision, Facebook, sans oublier l’hooliganisme. C’est comme si l’on condamnait l’automobile parce qu’il y a des morts sur la route.
Il vaut mieux parler de ce que l’on connaît. Il ne me viendrait pas à l’idée d’écrire un livre sur les Etrusques.
Le football ? J’ai été pratiquant. Je demeure croyant.
Ce sport est le seul sport qui convoque des foules pour parfois un 0-0 tandis que les matchs de rugby ou de basket ont des scores fleuves.
Le football est frustrant car il propose une succession d’échecs pendant 90 minutes voire plus.
La grandeur du football provient des solutions qui interviennent lors d’un enchaînement de passes qui naissent sous nos yeux.
Le scénario qui s’écrit en direct fait du football un art dont même les acteurs ne connaissent pas l’histoire.
Les footballeurs ne jouent jamais en playback, eux.
L’intelligentsia haït tout ce qui est populaire. On a bien vu comme ils ont sali Albert Camus parce que sa mère était analphabète. Issu d’un milieu déshérité, l’auteur de L’homme révolté n’avait pas le droit d’être écrivain d’autant plus qu’il aimait le football.
Il serait temps de rappeler que le football moderne a été inventé par des étudiants anglais avant d’être capté par les ouvriers qui se sont avérés bien plus forts que les dits intellectuels.
Près de nous, le romancier Paul Auster relève heureusement le niveau:
-"Le football est un miracle qui a permis à l’Europe de se détester sans se détruire.”
Tout est dit et bien dit.
-"La guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens” a expliqué Carl von Clausewitz. On peut s’en inspirer pour dire que le football n’est rien d’autre que la continuation de la guerre par d’autres moyens. Un match banal c’est un amusement. Un match de championnat national c’est de la compétition, mais un 1/4 de finale de Coupe du Monde c’est le simulacre de la guerre par excellence.
Chaque match est à des composantes différentes.
Concernant le France-Allemagne du 4 juillet, il est évident qu’il va permettre à la France de Deschamps de croiser le fer avec un adversaire de très haut niveau. Jusqu’ici ses adversaires étaient largement à sa portée. Cette fois il s’agit de gravir un Everest.
Le combat sera d’abord physique, et il faudra que les Français remportent plus de duels que les Allemands pour pourvoir espérer avoir des séquences favorables.
Lloris, Evra, Sakho, Varane, Matuidi, Pogba et Giroud nous ont déjà démontré qu’ils étaient courageux.
Le dépositaire du jeu, l’adroit Valbuena va subir des attaques sur l’homme.
La vitesse d’exécution du jeune surdoué Griezmann sera très utiles en fin de match.
Benzema devrait être encore plus inspiré devant la cage allemande.
Les joueurs qui ne livreront pas une authentique guerre sportive ne feront pas le poids.
Cette rencontre donne accès aux 1/2, l’anti chambre de la finale.
Le quart de finale France-Allemagne est une vraie finale avant la lettre.
En 1982, les Allemands nous ont volé la finale grâce à la complicité de l’arbitre qui n’a pas expulsé le gardien allemand auteur d’une agression sur Battiston.
En 1986, les Français ont offert la 1/2 finale aux Allemands tant ils sont refusé la confrontation.
En 2014, j’espère que les joueurs de Deschamps joueront le match à la vie, à la mort.
L’actuel gardien allemand, Neuer, hyper agressif - c’est la tradition teutonne- sort souvent de sa surface pour jouer comme un libero.
Il faut berner Neuer en le lobant. Exemple ? Un joueur français doit amorcer un contre… afin de faire sortir Neuer de sa surface. Dans un deuxième temps, le Français s’arrête net de courir pour donner le ballon à un partenaire qui, dans un troisième temps, lobe Neuer. Pas la peine d’aller au défi physique avec cet héritier de Schumacher, aussi brillant qu’il est hautain.
La France de 2014 peut battre l’Allemagne car Deschamps a toujours su comment détruire le jeu adversaire.

PS: au lieu de Brésil-Allemagne en 1/2, on peut très bien voir France-Colombie. Lloris face à Ospina. J’en rêve.

Permalien 00:38:46, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

Evénement: "Essais, Romans", de Virginia Woolf (Quarto/ Gallimard)

Il y a des faits tellement marquants que toute notre vie en découle. Prenez Woolf… elle est née de l’union de deux veufs. C’est comme Vincent van Gogh qui portait le prénom d’un frère mort au jeune âge. Ou comme ce jeune juif dont les parents avaient perdus leur premier conjoint.
La mère de Virginia Woolf (1882-1941) a sombré dans la dépression sans fin à la mort de son premier mari. Julia s’est retrouvée seule à 24 ans avec trois marmots. Elle en aura quatre autres avec le père de Virginia. Et pour couronner le tout, elle élève aussi le fils handicapé de son nouvel époux, le père de l’écrivain (je n’écris jamais écrivaine). Soit une famille très lourde à porter si l’on n’a pas des épaules de camionneur champion d’haltérophiles. A cet ensemble, il faut rajouter le grand-père paternel, puissant et cultivé, sans parler de l’oncle paternel père lui aussi d’un handicapé qui se suicide.
Virginia Woolf est très proche de sa sœur aînée Vanessa. Un peu de chaleur humaine dans un univers effroyable : le père de Virginia est également dépressif. Quant au demi-frère de Virginia, il se livre à des attouchements sur sa demi-sœur qui n’a que 4 ans. Traumatisée, à 11 ans, elle évite de se regarder dans un miroir, comme si elle se dégoûtait d’elle-même alors que c’est une victime.
En 1895, sa mère Julia quitte ce triste monde quand Virginia n’a que 13 ans. Tant de mauvaises ondes lui infligent une dépression. Deux ans plus tard, elle se console par l’écriture. En 1904, elle a la douleur de perdre son frère Leslie Stephen, 22 ans. Sa sœur refuse de s’alimenter, victime d’hallucinations. En 1913, elle fait une première tentative de suicide. La dépression ne cesse jamais de la tenailler.
Le 27 mars 1941, elle se noie en ayant auparavant mis des pierres dans ses poches. Laurent Sagalovitsch a écrit un très beau roman inspiré par la canne de l’écrivain: avant de se tuer, V.W. planta sa canne droite dans la terre. Droite, et fière jusqu’au bout.
L’ouvrage est truffé de documents, 72 précisément. La partie des “Essais” comprend : Jane Eyre et Les Hauts du Hurlevent (Charlotte et Emily Bronte), Jane Austen, Romancières, Le Statut intellectuel des femmes, Katherine Mansfeld, un esprit tellement sensible, Une chambre à soi, et Trois Guinées. La section “Romans” nous donne l’occasion de (re)lire : Mrs Dalloway, Vers le phare, Orlando, Les Vagues et Les Années. Tous les éléments biographiques sont bien sûr dans le volumes ainsi que des textes importants de Viviane Forrester et Hermione Lee. Si vous voulez passer un grand été sans être seul, lisez Woolf.

-Essais, Romans
de Virginia Woolf
Traduit de l’anglais par Jacques Aubert, Michel Cusin, Sylvie Durastanti, Viviane Forrester, Clara Malraux, Marie-Claire Pasquier, Françoise Pellan et André Topia. Avec des extraits du Journal 1915-1941
Quarto (Gallimard), 1374 p., 30 €

03.07.14

Permalien 11:13:11, Catégories: THE RED DEVILS, GRAND MONSIEUR  

Cinq Red Devils en 1/4 de finale de la Coupe du Monde 2014

Après sa première saison complétement ratée sous le maillot de Man United- où il ne jouait pas à son vrai poste- Maraouane Fellaini réalise un fantastique Coupe du Monde, étant sans cesse au four et au moulin de la sélection belge.

Certes, plein d’autres clubs ont des représentants en 1/4 de finale mais Manchester United a la fierté d’avoir 5 Red Devils en quart de finale de la Coupe du Monde 2014. Signalons aussi la présence de David Ospina, le gardien de l’OGCNice qui permet au Gym d’avoir un Aiglon à ce niveau-là, sans parle d’Hugo Lloris, né à Nice, et Patrice Evra, ex Aiglon.

Patrice Evra/ France-Allemagne, 4 juillet 18 h
Le latéral gauche- stupidement attaqué par une meute de consultants qui ne le voient jamais jouer à MU- accompli une parfaite Coupe du Monde, sans pour l’instant s’épuiser dans le but d’en garder sous le pied. Contre l’Allemagne, il répondra au défi physique comme il le fait toujours à MU. Le capitaine de MU est un cadre de Deschamps.

Louis van Gaal et Robin van Persie/ Pays-Bas-Costa-Rica, 5 juillet 22 h
Le nouvel entraîneur de MU vit ses ultimes heures de sélectionneur national avant d’embrayer avec son entrée à Carrington, zone d’entraînement de MU. Grâce à son coaching gagnant, il a pu évincer le Mexique en 8e, faisant un pont avec le Fergie Time. Van Persie, quant à lui, traverse un petit passage à vide après des débuts tonitruants. Il va retrouver sans doute ses jambes de vingt ans contre le Costa-Rica car avec Robben et Sneijder, il veut aller le plus loin possible dans le tournoi. Va-t-on assister à Argentine-Pays-Bas en 1/2 ?

Marouane Fellaini et Adnan Janujaz / Belgique-Argentine, 5 juillet 18 h
Positionné plus haut dans le onze belge que dans celui de MU, Fellaini accomplit une très grande Coupe du Monde.
Il harcèle les adversaires, récupère plein de ballons qu’il relance à merveille, il défend et attaque. Du grand travail.
Van Gaal a déclaré que “Fellaini n’était pas assez bon pour MU". Vu ses prestations avec MU, c’est vrai, mais vu celles avec la Belgique, au contraire, Fellaini mérite d’être titulaire à MU. Il a trois poumons !
Adnan Janujaz est pour l’instant dans la peau d’un remplaçant. Il s’entraîne dur et attend son heure.

Permalien 09:16:15, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

De ma lucarne, d'Henri Calet (L'Imaginaire/ Gallimard)

Qui n’a pas lu Calet a la chance de découvrir une grande pointure de la littérature.
Ce n’est pas tous les jours que l’on découvre non pas un livre mais un continent littéraire.
Henri Calet regarde tout ce qu’on ne voit pas. C’est comme si vous étiez au défilé d’un carnaval : lui se moque des chars, seuls l’intéresse ce qui se passe parmi la foule des anonymes qui regardent passer les chars.
Dans une maison, il délaisse le salon et la chambre pour aller dans le garage et la cave.
Chez un être humain, les yeux ne l’attirent pas d’emblée. Il va d’abord observer les mains et le col de la chemise.
De ma lucarne dit bien qu’il observe sans être vu forcément. Il ne se cache pas. Il est tant discret qu’on ne fait pas attention à sa présence.
Cet ouvrage posthume ferait plaisir à Calet car il rassemble tout ce qu’il a regardé de ses yeux perçants et qui persiste dans les archives de la Bibliothèque Doucet. J’ai parfois consulté le fonds Calet pour y lire des cartes postales à son fils ou à Raymond Guérin. On en prend plein le cœur.
Les articles de Calet permettent de voir comment il observait ses prochains. Un œil implacable.
Dans le Päris de Calet, le Musée Gustave Moreau est plus important qu’une visite au Louvre.
Il voit plus dans une plaque d’eau que dans la Seine crasseuse. Calet est le plus grand guide Paris. Exæquo avec Léon-Paul Fargue.

-De ma lucarne
Henri Calet. Textes établis avec préface et notices de Michel P. Schmitt. L’Imaginaire/Gallimard, 370 p. , 9,90 €

02.07.14

Les quart-finalistes 2014. Amsud 4-4 Europe

Voici le tableau des huit quart-finalistes de la Coupe du Monde 2014.
Premier constat: l’absence de l’Espagne, de l’Italie, de l’Angleterre et du Portugal.
Seule la Colombie a franchi les 8es de finale sans forcer, contre l’Uruguay (2-0) diminuée par la suspension de Suarez qui a trop souvent un comportement immature.
Deux équipes se sont qualifiées ric-rac dans le temps réglementaire:
La France et les Pays-Bas ont battu sur le fil, respectivement le Nigeria (2-0, score trompeur) et le Mexique (2-1), dans le temps réglementaire, faisant l’économie de débauches supplémentaires.
Le Brésil( 1-1, contre le Chili), et le Costa-Rica (1-1, contre la Grèce), ont dû passer par les tirs au but, au terme des prolongations auxquelles n’ont pas échappé l’Allemagne, l’Argentine et la Belgique, face à l’Algérie (2-1), la Suisse (1-0) et les Etats-Unis (2-1).
On constate donc que cette Coupe du Monde est très convoitée. Personne ne se détache vraiment. Aucun groupe ne domine l’ensemble de la compétition.
Chaque équipe va au bout d’elle-même. Certaines ont plus de chance que d’autres: Argentine et Belgique.
Parmi les huit pays qui se sont qualifiés nous trouvons 4 représentants de l’Amsud et 4 de l’Europe. La parité parfaite.
La tradition veut, depuis la création de l’épreuve en 1930, que le trophée revienne toujours à un pays sud-américain quand le tournoi mondial se déroule en Sud-Amérique, et à un pays européen lorsque la Coupe du Monde a lieu en Europe, sauf en 1958 quand le Brésil a régné en Suède.
Va-t-on pour la première fois voir un pays de vieux Continent remporter la Coupe du Monde en Amsud ?

Vendredi 4 juillet, 18 h
France-Allemagne
L’Allemagne est favorite mais la jeunesse française peut l’emporter.

Vendredi 4 juillet, 22 h
Brésil-Colombie
C’est du 50-50 car le Brésil est d’une grande pauvreté stylistique.

Samedi 5 juillet, 18 h
Argentine-Belgique
Outsider, la Belgique peut gagner grâce à sa belle génération.

Samedi 5 juillet, 22 h
Pays-Bas-Costa-Rica
Robben est l’un des meilleurs joueurs de la Coupe du Monde qu’il désire de manière visible. Le Costa-Rica a une réelle force collective

Permalien 09:16:38, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR  

Quatre Folio pour voyager, et pas avec n’importe quels guides (Kessel, del Vasto, Kauffmann et Bass)

-La piste fauve, de Joseph Kessel. Folio, 491 p., 7,90 €
Kessel n’était pas un reporter qui recherchait le scoop pour épater la galerie. En ce temps-là, on lisait les reportages pour le style de leur rédacteur. Avant la télévision, il fallait imposer les images avec un style. Les mots étaient importants. En 2014, on balance du sang pour faire sensation. Ici on voyage au Kenya, au Kilimandjaro et à Zanzibar. L’œil de Kessel vaut toutes les caméras du monde.

-Le pèlerinage aux sources, de Lanza del Vasto. Folio, 496 p., 7,90 €
Ce livre fit grand bruit à sa parution en 1943 car il proposait un art de vivre inspiré de Gandhi. Le sage indien surnommé son hôte Shantidas, le Serviteur de paix. Lanza del Vasto fonda l’Arche pour prêcher la non-violence. De son voyage en Inde, il ramène des impressions de Ceylan et des régions les plus typiques.

-Voyages à Bordeaux suivi de Voyage en Champagne, de Jean-Paul Kauffmann. Folio, 305 p., 7,95 €
Pas besoin d’aller au bout du monde pour ressentir des émotions. On peut rester en France, surtout quand Jean-Paul Kauffmann nous propose de le suivre dans le Bordelais. Après la souffrance de la détention, il a réappris à vivre sans s’éloigner de l’essentiel. Il parle d’amis, d’écrivains et de bons vins, des Graves au Pomerol, en passant par les Côtes de Blaye. On a envie de boire avec lui ou plutôt de déguster. A votre santé !

-Le journal des cinq saisons, de Rick Bass. Traduit de l’américain (anglais) par Marc Amfreville. Folio, 615 p., 8,90 €
Il s’agit d’un hymne à la nature, digne d’un Lucrèce américain. Nous traversons la vallée du Yaak où nous n’irons sans doute jamais. On vit les quatre saisons par écrit grâce à Rick Bass, notre Vivaldi des mots. L’hiver du Montana est rugueux, et le printemps fait place à une saison inconnue, la saison brune, celle où la boue s’installe avant l’explosion de la végétation. Il y a la chasse aussi. Des descriptions si fines pour décrire des gestes de sauvages.

01.07.14

Permalien 11:27:34, Catégories: GRAND MONSIEUR  

La France de Deschamps ne veut pas être éliminée par l'Allemagne comme les Bleus de Platini en 1982 et 1986.

En 1982, L’Equipe a titré “Fabuleux!” alors que la France avait été éliminée par l’Allemagne. En 2014, on ne peut plus penser de la sorte car la France a gagné la Coupe du Monde 1998. Tous les grands matchs des Bleus se sont déroulés lors d’un Euro ou d’une Coupe du Monde. Les Bleus de Deschamps sont en train d’écrire une nouvelle grande page d’Histoire. Bien sûr, il ne faut pas vendre la peau de l’Allemagne avant de l’avoir renvoyée à l’aéroport de Rio de Janeiro…

Lundi 30 juin 2014
8e de finale de Coupe du Monde
France 2-0 Nigeria

Buts pour les Bleus: Pogba (79e) et Yobo (90e + 1 c.s.c.)

Les Bleus se sont qualifiés dans la douleur mais sans disputer les prolongations.
Les Tricolores ont donc évité le périlleux cinquième set, celui de tous les dangers.
La France a finalement “tué” le match contre le Nigeria pour se donner le droit d’accéder au clan des huit meilleures équipes du monde.
Didier Deschamps est vraiment un très grand nom du football français.
Il est moins glamour que Zidane, moins charismatique que Platini mais son éloquent palmarès parle pour lui.
Non seulement, le joueur- un travailleur acharné condamné à la sale besogne- a tout gagné mais l’entraîneur suit le même chemin. Dès le début de sa nouvelle carrière il est arrivé en finale de la Champions League avec l’AS Monaco.
N’oublions pas que le joueur Deschamps était un destructeur du jeu adverse quand Platini et Zidane étaient les chefs de file de la créativité de leur équipe.
Avant de conquérir le Graal en 1998 sous la conduite d’Aimé Jacquet, il avait répondu à ceux qui reprochaient à l’équipe de France d’avoir un jeu trop défensif: “Si vous voulez voir du beau jeu allez voir jouer les vétérans!”
Ce qu’il y a de bien avec Deschamps c’est qu’il reste 100% dans le football. Avec lui pas de people ou d’exposition de sa vie familiale comme sous l’ère Domenech. Deschamps a mis un mur de Berlin entre sa vie publique et sa vie privée. Il n’existe que par le biais du football. Il ne se sert pas des médias pour faire fructifier son nom.
On retrouve les qualités de combattant de Deschamps au sein de l’actuelle équipe de France, élaborée par le champion du Monde 1998. Et parfois, on frôle la correctionnelle: dans la zone interdite- celle de réparation- Evra a ceinturé un adversaire de manière illégale, et Matuidi a taclé sévèrement un vis-à-vis qu’il a envoyé à l’infirmerie. Cette fois, la France est passé à l’orange ! Attention de ne plus faire d’aussi grossières fautes qui peuvent engendrer de très graves décisions arbitrales.
Face au Nigeria, les Bleus ont su laisser passer l’orage vert avant de donner un coup d’accélérateur en fin de matchs avec le succès à la clé. Paul Pogba a su concrétiser dans la période forte française: c’est le signe des grandes équipes. Ensuite Antoine Griezmann a tellement stressé les défenseurs adverses que l’un deux a inscrit un but contre son camp. On sait que la chance sourit aux audacieux. La chance est en fait la manifestation de la volonté. Si les joueurs de Deschamps n’avaient pas fait le forcing final, les Bleus ne seraient pas parvenus à faire pencher la décision de leur côté. Les Bleus de Deschamps peuvent faire mieux que ceux de 1982 et 1986 conduits par Platini.
En 2014, la France ne joue pas la fleur au fusil comme les Bleus des années 1980 que l’on appelait les “Brésiliens d’Europe".
En 1982 et 1986, les Bleus avaient le plus beau football du monde mais ils ont été éliminés en deux fois en 1/2 finale par l’Allemagne.
Si les Bleus de Séville ont fait rêver les Français lorsque le score temporaire était 3-1 en faveur de la France, il est possible que ceux de Rio de Janeiro- lieu de la 1/2 finale France-Allemagne 2014- peuplent les rêves de leurs fans.
Bien jouer c’est bien, gagner c’est mieux! On le sait depuis que la France du football a inscrit son nom au palmarès de la Coupe du Monde - en 1998- et à l’Euro- en 1984 et 2000.
Quand les Bleus de 2014- les remplaçants Sagna et Schneiderman ont déclaré qu’ils se voyaient déjà “aller au bout"- Deschamps a recadré tous ses joueurs pour leur dire que “se projeter plus loin [publiquement] cela ne sert à rien". Deschamps fait complétement oublier l’ère Domenech qui souffrait d’un complexe d’infériorité. Deschamps, lui, n’a rien à prouver. Il se contente de travailler et d’exercer l’un des plus beaux métiers du monde, surtout quand on gagne!
Contre le Nigeria, Deschampas a eu un coaching gagnant avec le remplacement de Giroud par Griezmann, et il n’a pas écouté les observateurs incompétents qui lui demandaient de titulariser Sissoko à la place de Pogba, joueur de 21 ans qui a le volume de jeu d’un vieux briscard. Pogba a tant de personnalité qu’il a claqué la porte au nez de Sir Ferguson, à Manchester United, pour signer à la Juventus Turin.
Un entraîneur c’est quelqu’un qui entraîne des joueurs dans une spirale gagnante. Qui entraîne comme une locomotive tire des wagons vers le terminus.
Deschamps est parvenu à réconcilier l’équipe de France avec les Français.
Avec Domenech, les Bleus de 2010 ne sont pas descendus du car.
Avec Deschamps, les Bleus de 2014 sont en quart.

Permalien 11:27:01, Catégories: LITS ET RATURES  

La Vraie Vie de Kevin, de Baptiste Rossi (Grasset)

Bientôt on demandera aux téléspectateurs de taper 1, 2 ou 3 pour désigner qui doit mourir parmi les concurrents d’un reality show. On peut très bien imaginer un groupe de cancéreux prêts à se suicider en direct afin que sa famille touche un pactole. Quitte à crever autant faire fructifier son cadavre. On n’est pas loin d’en être là en 2014. Encore un peu de patience.
A la fois satire et portrait de la nouvelle génération de téléphages, La Vraie Vie de Kévin est entre un roman et un reportage sur ces émissions débiles. Ce premier roman contient tous les ingrédients de l’époque. Dans un siècle, il faudra le relire pour savoir ce que l’on donnait à manger aux Français par le biais de la télévision. La prose est tapissée de comptes Facebook, de pseudos idiots, d’expression câblées, bref de toute la quincaillerie de la branchitude jusqu’à l’overdose. On se dit pourquoi lire tout ça alors qu’il suffit d’allumer la télé pour s’en dégoûter.
Qu’est-ce qui fait que des parents, nés à Sarcelles ou dans le XVIIe arrondissement de Paris, prénomment leur fils Kevin au lieu d’Antoine ? C’est déjà le signe d’une américanisation des esprits. « La Vrai Vie de Kevin » est le titre de l’émission pour décérébrés : elle repose sur la recette du triple A « Amour, Argent et Admiration (…) Les gens veulent voir des gens s’aimer, des gens gagner de l’argent, des gens qu’ils puissent admirer ».
Et c’est ainsi que nos enfants voient sur les écrans des filles au look de putes. Les garçons eux sont des clones de DJ sans platine. Dire que Jean Moulin est mort pour cette France au QI de cafards.
Le premier roman de Baptiste Rossi raconte le vide intellectuel d’un pays qui a remplacé Sartre, Aron, Foucault, Deleuze et Bourdieu par trois pouffiasses aux faux seins et deux frappadingues décérébrés. On a les icônes que l’on mérite.

-La Vraie Vie de Kevin
de Baptiste Rossi. Grasset, 237 p., 17 €

Juillet 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software