Les fleurs d’hiver, d’Angélique Villeneuve. Phébus

25.05.14

Permalink 11:47:08, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Les fleurs d’hiver, d’Angélique Villeneuve. Phébus

Né en 1965, Angélique Villeneuve est hantée par le retour des soldats de la Guerre de 1914-1918.
C’est rassurant. Tant de gens se moquent de l’Histoire immédiate et la traitent comme s’il s’agissait de la Guerre de Cent ans.
J’imagine que la romancière pense depuis longtemps à ces hommes qui sont morts de jeunesse pour reprendre l’expression fabuleuse et si juste de Michel Bernard, le biographe de Maurice Genevoix.
Au lieu de s’enliser dans un récit tentaculaire, la romancière fait un focus sur un poilu qui rentre chez lui, en octobre 1918.
Toussaint- un prénom lourd de sens en 2014 mais très courant à l’époque- retrouve sa femme, Jeanne, et leur fille qu’il n’a pas vu grandir.
La gamine s’appelle Léo, un prénom de garçon à moins que tout cela n’indique un piège et qu’elle se prénomme Léocadie ou Lépoldine voire Léone. Léonie à coup sûr.
Toussaint ne revient pas en droite ligne des tranchées de l’horreur mais du Val-de-Grâce, service Gueules cassées.
Quand il était revenu dans la capitale, totalement amoché, il avait écrit à sa femme : « Je veux que tu ne viennes pas ».
Leurs retrouvailles se passent dans une ambiance ouatée, presque dans un silence totale qui tranche avec le fracas des bombes de jadis.
Le soldats de deuxième classe Caillet Toussaint, 6e Régiment d’Infanterie, a été blessé à Verdun, Cote du Poivre, Meuse (55), le 9 décembre 1916.
Il fut atteint au visage par un éclat d’obus. Il s’est trouvé là au mauvais moment. Peut-être au bon, puisqu’il est toujours vivant.
« La blessure est vilaine (…) Mutilation de la joue et de la commissure labiale, fracas du maxillaire supérieur. »
Le blessé sera saisi de tremblements pendant plusieurs jours.
Ne pouvant plus parler, la communication avec sa femme est muette.
Angélique Villeneuve est à la fois romancière et infirmière. Et surtout écrivain.

-Les fleurs d’hiver
d’Angélique Villeneuve. Phébus, 151 p., 15 €

Commentaires, Pingbacks:

Commentaire de: Angélique Villeneuve [Visiteur] Email
Merci pour ce beau billet!
Contente que mon roman vous ait touché...
À bientôt peut-être
Angelique Villeneuve
PermalinkPermalien 26.05.14 @ 18:03

Laisser un commentaire:

Votre adresse email ne sera pas affichée sur ce site.
Votre URL sera affichée.

Balises XHTML autorisées: <p, ul, ol, li, dl, dt, dd, address, blockquote, ins, del, span, bdo, br, em, strong, dfn, code, samp, kdb, var, cite, abbr, acronym, q, sub, sup, tt, i, b, big, small>
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera PAS révellée.))

Septembre 2020
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software