Archives pour: Mai 2014, 17

17.05.14

Arsenal, l'Atletico Madrid, Bayern Munich et Evian...sont les héros du 17 mai 2014

Samedi 17 mai 2014

FA Cup Finale
Arsenal 3-2 Hull
Menés 0-2, Arsenal a finalement remporté la FA Cup 2014 pendant les prolongations.
Au début du match, Hull City a eu 100 % de réussite pour marquer ses deux buts dès l’entame du match.
Arsène Wenger vient enfin à bout du signe indien qui l’empêchait de remporter un titre depuis 2005.
La Coupe lui sourit plus que le championnat.
Victoire logique des Gunners devant des joueurs très limités techniquement. Jouer avec le cœur ne suffit pas.

Derniers matchs de Liga pour le titre
Barcelone FC 1-1 Atlético Madrid
Les Catalans ont remporté la Liga un court moment, juste le temps de mener 1-0. L’égalisation de l’Atletico a suffi aux visiteurs pour devenir champion d’Espagne. Oui, le petit Poucet de la Liga a remporté ce que convoitaient les ogres du Real et du Barça. Bravo au coach Diego Simeone qui va retrouver le Real en finale de la C1. Sur leur lancée, les joueurs de l’Atletico peuvent réaliser le doublé historique. Pendant ce temps, l’entraîneur du FC Barcelone Gerardo Martino feba ses valises. Les dirigeants Catalans n’en veulent déjà plus. Le Barça n’a pas gagné la Liga mais le Barça a surtout perdu Tito Vilanova, son joueur-entraîneur tant aimé, mort après avoir livré un combat acharné contre le cancer.

Coupe d’Allemagne
Borussia Dortmund 0-2 Bayern Munich
Le Bayern Munich a réalisé le doublé Coupe-Championnat avec pour pour entraîneur, Guardiola, l’ex coach du Barça. C’est Robben qui a ouvert le score à la 107e minute, suivi ensuite par Müller (120e). On le voit c’est encore Robben qui a fait la différence. C’est lui qui aurait être sur le podium du Ballon d’or, à côté de Messi et de C. Ronaldo.

Verdict de la Ligue 1 française
PSG, Monaco et Lille joueront en C1.
Ajaccio, Valenciennes et Sochaux descendent en L2.
Evian TG a sauvé sa peau en gagnant 0-3 à Sochaux alors que tous les observateurs n’avaient d’yeux que pour les Sochaliens. Les médias en ont fait des tonnes sur le coach de Sochaux, Hervé Renard, mais c’est celui d’Evian, Pascal Dupraz, qui a eu le dernier mot. Dupraz a toujours dit qui vivra verra. Il a toujours affiché une détermination. Et il l’a transmise à ses joueurs. A la fin du match, l’entraîneur d’Evian a déclaré dans les vestiaires: “Je remercie tous nos détracteurs. Ils m’ont aidé. Vous savez mes joueurs savent lire !” Pascal Dupraz est l’un des meilleurs coachs français. Lui sa mission n’est pas de gagner le championnat mais de maintenir son club en L1 et il y parvient. Sochaux vient de s’en apercevoir. Si Pascal Dupraz entraînait le PSG, les Parisiens seraient aussi champions.

Permalien 11:43:53, Catégories: LITS ET RATURES, GRAND MONSIEUR, GRANDE DAME  

Dans la collection GF Flammarion, des écrivains (Parisis, de Vigan, Todorov…) présentent des chefs d’œuvres signés par Balzac, Maupassant, Gogol…

Victor Hugo par le magistral Henri Guillemin

Très bonne initiative pour fêter les 50 ans de la prestigieuse collection. Elle consiste à faire préfacer des chefs d’œuvre par des écrivains contemporains. Jadis les éditions de poche le faisaient régulièrement. Une préface intéressante est toujours un plus. Et c’est mieux qu’une explication terne de quelques lignes jamais signées tant elles sont fades.
Cette fois on a proposé un questionnaire (Pourquoi aimez-vous ?) à six auteurs actuels qui répondent à leur manière. Une interview en guise de préface. Cela correspond à l’air du temps. Ici c’est souvent vite et bien.

Balzac journaliste : Articles et chroniques. Choix de textes, présentation, notes, chronologie, bibliographie et index par Marie-Eve Thérenty. GF Flammarion, 400 p., 9,80 €
Dans toute son œuvre, Balzac a souvent des mots très durs contre la presse. Il y a bien sûr croqué pour subvenir à ses besoins. Il y a pire comme casse-croute. Chroniqueur littéraire, il s’est intéressé au fait-divers donc à la justice et à la police. Il avait la veine feuilletoniste. Quand il était avec des amis, en fin de soirée, il finissait toujours par dire: « Bon faut retourner à la réalité… » Celle de son manuscrit. Le journalisme n’était qu’un brouillon de la vie. Tous les journalistes, en herbe et plus encore ceux qui ont pignon sur une… doivent lire ce recueil d’articles signés Balzac. Et celui de V. Hugo aussi.

-Hugo journaliste : Articles et chroniques. Textes choisis et présentés par Marieke Stein. GF Flammarion, 463 p., 9,80 €
Avec Choses vues, Victor Hugo a prouvé qu’il était le père de tous les journalistes: il savait voir et surtout il savait écrire. Deux conditions qui demandent une double concentration. On connaît son combat pour l’abolition de la peine de mort. L’existence de Victor Hugo suffit à nous rendre fiers d’être Français. Ce n’est pas parce que nous sommes Français que nous avons son talent mais si nous sommes ce que nous sommes nous le devons beaucoup à Hugo. Il mettait l’intelligence avant l’émotion, la réflexion avant la décision. Les hommes politiques contemporains feraient bien de lire ce recueil d’articles des l’un des plus grands journalistes du monde. Voltaire étant le premier. Zola est aussi dans la liste.

-A rebours, Huysmans. Présentation de Daniel Grojnowski. Interview de Maylis de Kerangal. GF Flammarion. 400 p., 7, 60 €
Un anti roman par excellence qui révolutionne le genre. Vu que l’extérieur est atroce autant plonger en soi pour voir ce qui s’y traque. L’unique personnage Des Esseintes est un dandy décadent hyper sensible.

-Poil de carotte, Jules Renard. Introduction de Léon Guichard. Bibliographie par Clarisse Barthélemy, Interview de Diane Meur. GF Flammarion. 190 p., 2, 80 €
Les aventures de l’enfant souffre-douleur le plus célèbre de la littérature française. Jules Renard a transcendé tous ses souvenirs d’enfance dans une prose pleine de virtuosité. Né écrivain, Jules Renard a tenu ses promesses en devenant un champion du verbe. Inégalable. On s’étonne que des gens osent écrire après l’avoir lu. A quoi bon embarrasser les rayons. Ah ! oui… c’est vrai : la littérature est aussi une industrie. La médiocrité trouve preneurs. Renard écrivait contre les Oronte.

-Récits de la maison des morts, Dostoïevski. Traduction par Pierre Pascal. Présentation de Michel Cadot. Interview de Jérôme Ferrari. Bibliographie par Victoire Feuillebois. GF Flammarion, 452 p., 8 €
En 1849, Dostoïevski est condamné au bagne pour ses idées. Déporté en Sibérie, il y passe cinq années au milieu des voleurs, des criminels… Il ne peut pas s’isolé, lui, l’immense créateur qui nous a tant donné.

-Notre cœur, de Maupassant. Présentation et bibliographie par Nadine Satiat. Interview de Delphine de Vigan. GF Flammarion, 330 p., 5,90 €
Fidèle à sa conception amoureuse pleine d’imbroglios, le plus grand nouvelliste du monde, avec Anton Tchekhov, explore derechef une love story basée sur l’attraction-répulsion. Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît. RAS. A lire pour le style. Le bottin par Maupassant serait passionnant.

-Vie et opinions de Tristram Shandy, Laurence Sterne. Traduction par Charles Mauron. Présentation par Serge Soupel. Biliographie par Anne Boutet. Interview de Claro. GF Flammarion, 708 p., 11,30 €.
Pamphlet plein d’humour sous forme de roman pour dézinguer les pédants et les faux héros. Récit hyper tonique avec des situations cocasses. Tout un esprit plein de verve.

-Ferragus, et La Fille aux yeux d’or, Balzac. Présentation par Michel Lichtlé. Interview de Claro. GF Flammarion, 338 p, 5, 90 €.
Deux textes de Balzac pour le prix d’un. Ceux qui connaissent le Balzac statufié par Rodin savent que la statue représente la puissance romanesque de l’écrivain. Quel est le héros de La Fille aux yeux d’or ? Paris. Le romancier connaissait par cœur la capitale à forcer de semer les huissiers qui le chassaient comme on poursuit la perdrix.

Parallèlement aux publications, GF Flammarion fête son cinquantenaire par des rencontres avec les intervenants au Théâtre de l’Odéon. Salon Roger Blin. Place de l’Odéon (Paris, 75006) Après les rendez-vous avec Jean-Marc Parisis (La Peau de chagrin, Balzac), Belinda Cannone (Adolphe, B. Constant), Delphine de Vigan (Maupassant), Claro (Sterne) et Maylis de Kerangal (Huysmans),
Tzvetan Todorov évoquera Gogol (Les âmes mortes) le 10 juin 2014.

Permalien 00:07:43, Catégories: LITS ET RATURES, GRANDE DAME  

De père légalement inconnu, de Françoise Cloarec. (Phébus)

Extraits d’Alice dans les villes, de W.Wenders.

« Nappes blanches, verres en cristal, lumières recherchées. Ventilateurs. »
Voilà un exemple de description chez Françoise Cloarec. Le mot ventilateurs nous apparait comme un vrai ventilateur car il est détaché de tout. C’est le miracle de la littérature. Il y en a beaucoup dans le nouveau roman de l’auteur de Séraphine, ouvrage consacré à la peintre Séraphine de Senlis, devenue célèbre grâce au film de Martin Provost avec Yolande Moreau dans le rôle titre.
De père légalement inconnu est la recherche du père par une héroïne de 40 ans, elle-même devenue parent. C’est le combat d’une ancienne petite fille prénommée Camille qui a dû quitter Saïgon à la fin de la guerre d’Indochine. Elle connaît sa mère mais pas son père. Son seul renseignement : il s’agit d’un officier.
Devenue adulte, elle ne rencontre que des échecs dans sa tentative de quête du père jusqu’au jour où elle rencontre un adjudant-chef très coopérant. Adjudant vient du latin adjuventum qui veut dire celui qui aide, nous rappelle l’auteur.
On assiste à sa recherche sans relâche. Elle veut savoir quitte à se confronter à un tombeau.
Qui sait ce qu’elle va trouver ?
Ce livre est comme un Seurat littéraire. On avance pas à pas.
On accompagne. On voit. On comprend. On partage.

-De père légalement inconnu, de Françoise Cloarec. Phébus, 149 p., 15 €

Mai 2014
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Le blog de Bernard Morlino

Rechercher

powered by b2evolution free blog software